GRYFFONDOR : 815 pts | POUFSOUFFLE : 370 pts | SERDAIGLE : 660 pts | SERPENTARD : 760 pts

Partagez|

Au secours! (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 49
| AVATARS / CRÉDITS : Finn Wolfhard
| SANG : Mêlé, mais c'est un secret.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Hagrid
| PATRONUS : Colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Au secours! (libre) Sam 7 Avr - 19:10




Icarus posa les rames sur le support prévu à cet effet sur la petite barque. Il commençait à fatiguer, car cela faisait un bon quart d'heure qu'il poussait sur les rames. Il mit la main à son bras douloureux. Il allait ressortir et être bodybuildé!... Ou alors il allait juste avoir des courbatures. Il n'était pas très sportif, et de ce fait, pas très endurant. Le lac était grand, et Icarus s'était un peu éloigné de la rive, au moins à une dizaine de minutes à la nage. Il avait trouvé cette petite barque échouée sur le bord du lac, et avait décidé de poser les pinceaux, le chevalet et sa toile (une vue du lac par plein soleil) quelques minutes pour y faire un petit tour. L'eau était pure et foncée, d'un beau bleu marin légèrement vert. Les feuilles des arbres sur le rivage se reflétaient en tâches sombres à la surface de l'eau. Le bruissement de la petite brise qui soufflait dans les branches offrait une sympathique musique. Ce côté du lac était plus sauvage, désert, on y croisait rarement un élève: c'est de cette tranquillité qu'Icarus avait besoin pour trouver son inspiration. C'était le début du printemps, et quelques fleurs pointaient le bout de leur nez sur la rive, comme si elles voulaient dire bonjour au soleil qui avait décidé de se montrer pour le weekend après une semaine complète de pluie et de mauvais temps. Elles formaient des tâches de couleurs irrégulières dans l'herbe d'un vert profond. Tout était calme, pas un chat à l'horizon. Icarus se pencha, tendit la main et laissa courir ses doigts à la surface de l'eau. Il releva sa manche et plongea tout son avant-bras, comme s'il essayait de toucher le fond. Il prit une sorte de vertige: c'était profond quand même... Peut-être était-il allé trop loin du bord?... Mais le calme plat qui régnait le confortait dans sa promenade marine. Rien ne laissait présager la suite...
Car tout à coup, émergeant des profondeurs: le Cracken. Une tentacule corail pleine d'algues vint s'écraser à quelques mètres de la barque d'Icarus, la faisant chavirer. Elle se retourna complètement. Icarus, paniqué, était piégé sous la barque. Après un effort surhumain pour essayer de remettre la barque à l'endroit, il dut se résoudre à plonger la tête sous l'eau pour nager par-dessous. Le Cracken était là, émergé, et semblait le regarder de son oeil globuleux et vide. Icarus se mit à hurler et tenta de nager vers le rivage à toute vitesse. Le Cracken écrasa une nouvelle tentacule à une vingtaine de mètres de lui, l'empêchant de poursuivre sa nage et lui faisant boire la tasse au passage. Icarus haletait. Il avait de plus en plus de mal à retrouver son souffle. Est-ce que c'était la fin pour lui?...
Tout à coup, le Cracken poussa un cri strident avant de s'enfoncer sous la surface de l'eau pour disparaître, tel Nessie sur le Loch Ness, vers les profondeurs du lac. Bon sang mais qu'est-ce que c'était que cette école de fou furieux qui gardait un Cracken dans son lac, les élèves à sa merci?!! Icarus n'était habituellement pas de nature très téméraire, il se demandait, flottant dans le lac, ce qui avait bien pu lui prendre pour décider de s'aventurer comme cela dans le lac, sans avoir pensé un seul instant au Cracken. Il tenta de nager vers le bord mais il commençait à fatiguer: ses bras étaient totalement endoloris, et il était paralysé par la peur. Il lui restait dix bonnes minutes pour rejoindre la rive. Il jeta un coup d'oeil: personne en vue. Son visage était presque entièrement recouvert par l'eau. Dans cette situation désespérée, il se prit à penser à sa baguette, restée sur le rivage. C'était toujours ça de sauvé. Mais il ne pouvait donc pas jeter un sort pour espérer s'en sortir. Par Merlin, cette fois-ci c'en était bien fini de lui. Il vit sa dernière heure arriver. Il allait donc mourir ainsi, comme une bête, à cause d'une action déraisonnée qui ne lui ressemblait pas, noyé. De plus, il n'était pas exclu que le Cracken refasse son apparition. Seul un deus ex machina pouvait le sortir d'ici. Peut-être qu'un héros volerait à son secours... Cela aurait été plausible s'il s'était agi d'un roman. Dans un dernier élan désespéré, il absorba autant d'air qu'il le pu et cria de toutes ses forces:

"Au secours!!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Au secours! (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: L'extérieur :: Le parc du château et son Saule Cogneur-