GRYFFONDOR : 620 pts | POUFSOUFFLE : 283 pts | SERDAIGLE : 612 pts | SERPENTARD : 245 pts
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !
Les inscriptions pour les deux prochains matches sont d'ores et déjà ouvertes, retrouvez Serpentard VS Gryffondor et Poufsouffle VS Serdaigle !

Partagez

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Andromeda Tonks



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 229
| AVATARS / CRÉDITS : © MP
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 EmptyLun 12 Nov 2018 - 15:20

Le récit de Mildred faisait flotter un sourire admiratif sur les lèvres de Andromeda. Les deux jeunes femmes avaient traversé ensemble de nombreuses épreuves mais il semblait à la plus grande que, pour la première fois, le drôle d’oiseau qu’était son amie se trouvait prête à quitter la confortable ouate de la boîte d’allumettes dans laquelle ses parents l’avaient oubliée. Le premier envol était si empressé et sincère que la fervente observatrice se vit gratifier d’un joyeux coup d’aile au passage. Lorsque l’hôtesse s’enquit auprès de ses deux invités des risques qu’elle encourrait, Andromeda qui était encore occupée à se masser la mâchoire ne put que lui répondre avec un sourire amusé. « Aussi longtemps que tu ne lui décoches pas la mâchoire … ». Evan formula une réponse plus sérieuse derrière laquelle Andromeda devina un sous-entendu. Elle entretenait un souvenir vivace de sa nature loyale et protectrice et il n’aurait laissé l’opportunité à quiconque de blesser leur amie. Elle retrouva sa voix claire et son timbre impérieux avant que le regret ne s’y immisce car c’était en jouant avec ses deux qualités qu’elle avait perdu son amitié. « Aucune raison » releva-t-elle le menton haut pour confirmer les propos du jeune homme.

La suite de la discussion, Andromeda préféra l’écouter en restant davantage en retrait. Les seules réflexions qu’elle aurait pu y apporter se trouvaient tirées de sa propre expérience et auraient sans nul doute obscurci cette rayonnante après-midi. Elle avait également convaincu son père de la laisser jouir d’un peu d’indépendance en la laissant travailler après avoir été diplômée de l’école de sorcellerie et elle avait bêtement cru que tout devenait possible. La demi-mesure ne semblait pas exister chez les Black et l’héritière déchue doutait qu’elle existe également chez les Nott. Les filles de leur naissance continuaient à appartenir à leur père jusqu'à ce qu'il les marie ou qu'elles s'enfuient. Elle but plusieurs gorgées de prosecco et dissimula fort habilement son embarras sous le pétillement des bulles. « Et amoureusement ? » interrogea-t-elle Mildred à la suite de Evan qui s’enquérait de ses projets professionnels. « Les deux ne sont pas incompatibles … » se justifia-t-elle avec un haussement d’épaules énigmatique et un sourire badin. La demi-mesure n’existait décidément pas chez l'ancienne Black … et elle était curieuse de savoir dans quel domaine son amie souhaiterait encore s’accomplir maintenant qu’elle vivait loin du regard de son vieux père. « Le monde t’appartient Mildred Nott, dis-nous tout de tes rêves et projets ! » trinqua-t-elle encore joyeusement avec son amie.

dragées:
 


Dernière édition par Andromeda Tonks le Jeu 13 Déc 2018 - 11:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mildred O. Nott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 305
| AVATARS / CRÉDITS : Jenna-Louise Coleman | WILD HEART.
| SANG : Sang-Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents décédés aux côtés de son frère.
| PATRONUS : Une otarie !
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 EmptyJeu 15 Nov 2018 - 22:40

Mildred avait toujours été traitée comme une enfant, et elle en avait gardé les traits. Elle ne savait pas se débrouiller seule, comme toutes les jeunes femmes de la haute société aristocratique, il lui fallait un elfe pour s’habiller sans se tromper. Elle avait voulu essayer, un beau matin, et avait fini par mettre ridiculement sa robe à l’envers. Ce faisant, elle n’avait pas réussi à en sortir toute seule et s’était retrouvée les fesses par terre dans la salle de bain. Honteuse, et les jambes nues, elle n’avait eu d’autre choix que d’attendre, miséreuse créature, sur le sol, que son elfe vienne finalement la trouver pour lui demander si elle voulait du thé. De ce fait, elle était restée quatre heures par terre à compter les carreaux sur le sol et à observer une minuscule araignée faire sa toile non loin d’elle. A ce souvenir, elle rougit, rougissement accentué encore par la réflexion d’Evan qui l’exhortait à voler de ses propres ailes. Ses ailes avaient été cassées lorsqu’elle avait essayé de sauter du nid ! Elle plissa encore sa robe. La conversation tournait beaucoup trop autour de sa personne, et la gentille Mildred Nott n’avait pas l’impression de mériter autant de gentilles attentions. Elle se sentait chanceuse de pouvoir compter sur des amis tels qu’eux… L’héritière avait l’impression, pour une fois en excluant son frère, qu’elle était sincèrement appréciée. Ils étaient ses amis, leur présence en témoignait, et cela la touchait beaucoup. Lorsqu’Evan pourtant, bien maladroitement, évoqua sa mère, la jeune femme ne dit rien. Elle devait bien peser ses mots quand à la réponse. Sa mère, elle n’avait pas vraiment son avis à donner tant que son père décidait de la chose. Pourtant, le patriarche s’était longuement entretenu avec elle, et l’héritière l’avait entendu tonner d’une voix sévère qu’une jeune fille de son rang n’avait rien à faire dans la chambre d’un arriviste - tels étaient ses mots - comme Monsieur Rookwood l’était. Gaea s’était faite entendre, c’était le moins que l’on puisse dire, si bien que Pok, qui était dans la chambre de Mildred à ce moment-là, avait plaqué ses deux grandes mains repassées et ridées sur ses immenses paraboles qui lui servaient d’oreilles. “Elle l’a très bien pris !” conclut-elle après avoir repensé à ces houleux débats dans la maison des Nott. Elle afficha un franc sourire confiant, si confiant qu’il était évident qu’elle venait de dire un gros mensonge tout méchant.

Lorsqu’une autre question la concernant surgit à la surface de la conversation, ce fut trop pour Mildred, qui eut l’impression qu’on l’assaillait de toute part comme si elle était un château en haut d’une colline. Ses yeux bruns, paniqués de petite biche se posaient convulsivement sur ses interlocuteurs. Quelle question méritait son attention ? Celle d’Evan était gênante et celle d’Andromeda l’était tout autant. Alors, incrédule, elle répondit premièrement : “Travailler ? Pour quoi faire ?”. Elle était une petite princesse avec une fortune suffisamment large pour nourrir toute la population du Royaume-Uni, enfin ! Et elle se tourna ensuite vers son amie pour lui répondre deuxièmement : “Papa ne m’a pas toujours pas trouvé quelqu’un…”. Elle n’osa pas avouer que MacNair l’avait laissé tombé comme les Lestrange avant lui. La vision si prometteuse de l’ex-fiancée justement de Walden, lui arracha un bien piètre sourire. Son temps dans cet appartement ne sera pas éternel, le compte à rebours était lancé depuis l’officialisation de la date du mariage de Rookwood et Blackstone. “Mmh… Et vous, alors ? Nymphadora va bien ? Elle a l’air tellement jolie” préféra-t-elle changer de sujet avec sagesse. Mildred adorait les enfants, pourtant elle craignait tristement, de ne jamais avoir l’occasion de voir la couleur d’une couche.

(661)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Talbott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 234
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 EmptySam 17 Nov 2018 - 14:58

Evan était plutôt très contente de voir Mildred, et même de revoir Andromeda, même s’il ne l’avouera pas tout de suite, voire jamais en fait. Il regardait les deux femmes en se souvenant de l’époque de Poudlard, époque durant laquelle ils étaient inséparables et passaient leurs meilleurs moments ensemble. Ou était passée ces jours, si lointains, cette ambiance, ce plaisir d’être ensemble ? Ne venaient-ils pas le retrouver ?
La jeune héritière demanda alors d’un air étonné pourquoi elle travaillerait, ce qui fit sourire Evan. « Pour gagner ton propre argent, pour occuper tes journées, pour faire des rencontres… » énuméra alors le fils Talbott, qui lui aussi, s’il l’avait voulu, aurait pu ne rien faire de ses journées tant la fortune de son père était grande. Heureusement pour lui, il n’avait jamais souhaité ça, préférant faire quelque chose de sa vie, voler de ses propres ailes avec son argent qu’il aurait mérité, et non celui qu’il pouvait avoir juste avec son nom de famille. Visiblement, ce n’était pas le cas de la jeune Nott, qui pensait que travailler ne servait à rien, alors que cela ouvrait tellement de possibilité…
Le sujet dériva ensuite sur sa vie sentimentale, qui là aussi fit sourire le seul homme de la pièce. Même si elle avait maintenant une vie hors de la maison familiale, Mildred était encore trop programmée pour penser comme ses parents le voulait, puisqu’elle ne songeait pas à trouver quelqu’un, mais simplement à prendre celui que son père aurait choisi pour elle. Evan avait toujours pensé que cette tradition des mariages décidés par les parents était stupide et beaucoup trop archaïque. Heureusement, Elise Lerouge avait toujours refusé de décider à la place de ses enfants avec qui ils feraient leur vie, pour le plus grand plaisir des trois jeunes Talbott. « Tu sais que tu pourrais rencontrer et choisir quelqu’un par toi-même… » souffla alors Evan d’une voix douce et avec un regard tendre. Il fallait que quelqu’un expliqua à Milly qu’elle était libre, ou en tout cas qu’elle pouvait très bien l’être.
La jeune femme dévia rapidement le sujet pour ne plus être le centre de l’attention, demandant à Andromeda comment allait Nymphadora. Evan, ne connaissant pas ce prénom, regarda la demoiselle d’un air interrogateur. « Nymphadora ? » demanda-t-il, ne sachant pas que sa meilleure amie, enfin, son ancienne meilleure amie, était devenue mère. Puisqu’elle avait été reniée par sa famille, plus aucune information ne circulait sur elle dans la communauté des sang-purs, et puisqu’Evan lui en voulait de l’avoir utilisé sans avoir pensé à ses sentiments, il n’avait non plus jamais à en avoir de nouveau…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromeda Tonks



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 229
| AVATARS / CRÉDITS : © MP
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 EmptyMer 12 Déc 2018 - 18:09

La meilleure compagne d’une héritière, lui apprenait sa mère lorsqu’elle grandissait, était celle de l’étiquette - ou tout autre nom que sa famille choisissait de donner au corpus de règles destiné à régir sa future vie de femme - et Andromeda se souvenait que la chose était sans commune mesure pour Mildred. Les Nott n’incarnaient pas simplement la société dite des sangs purs, ils étaient à l’origine des lois qui la régissaient. Le foyer londonien dans lequel elle avait grandi lui paraissait presque chaleureux en comparaison de celui dans lequel son amie avait grandi … et cela n’était pas peu dire. Combien de fois Druella lui avait-elle demandé de plaindre la petite Mildred Nott pour sa santé fragile ? Et si la jeune Andromeda acquiesçait alors, elle ne l’avait jamais plaint que pour une seule raison, cela était de ne pas avoir de soeur à laquelle se confier une fois qu’elles se disaient au revoir. Le délicieux bonheur de l’irrévérence et de la désobéissance, c’était avec sa grande et sa petite soeur que Andromeda l’avait appris avant que chacune ne grandisse différemment. Mildred n’avait eu d’autre compagne que cette triste étiquette. Ses parents - aurait-elle mis sa baguette à couper - étaient opposés à sa décision de vivre loin de leur cloche de verre. Elle resta encore discrète dans le déroulé de la conversation et n’intervint en faveur de sa meilleure amie que lorsque cette dernière posa sur elle un regard fébrile. « Ce qui est anodin pour beaucoup d’hommes dans votre société ne l’est malheureusement pas toujours pour une héritière » commenta-t-elle presque neutre en reposant sa coupe sans croiser le regard de l’un de ses amis. « Mais certains pères peuvent se montrer fiers que leur fille travaille, surtout quand ils n’ont pas de fils - sourit-elle gentiment à son amie en élargissant le sujet dans l’espoir qu’elle se sente un peu moins acculée par leurs interrogations - Je crois que c’est simplement parce que cela leur permet de se mettre en avant et de raconter leur glorieux vécu ! ». L’un des rares souvenirs tendres que la jeune fille conservait de son ancienne famille était cet éclat de fierté qui avait brillé dans le regard de son père lorsqu’elle lui avait demandé l’autorisation de travailler pour Gringotts. « C’est une expérience plus grisante que ce que tu pourrais penser - lui confia-t-elle son propre ressenti sur le sujet - avant d’avoir un enfant en tout cas ! ». Jongler avec le travail de mère au foyer et quelque autre travail, la jeune femme n’aurait su montrer la même exaltation à cet égard.

Et Mildred, qui aurait pu faire tout un métier de l’art de détourner la conversation de sa personne, rebondit à point pour s’enquérir de la santé de sa fille. Andromeda s’apprêtait à lui rétorquer que la carrière d’écrivaine - au moins sur ce sujet - lui aurait merveilleusement sied lorsque Evan coupa le fil de ses pensées. Elle s’était laissée distraire autant par le vin que le fil de la conversation et avait momentanément oublié qu’ils n’étaient plus les trois amis d’antan. La jeune mère se trouva à rougir d’un seul coup car l’interrogation soulevée se trouvait directement corrélé à la raison de leur nouvelle inimitié. « Évidemment, je suppose que mes parents n’ont pas souhaité la faire inscrire au registre de tes aïeux… » chercha-t-elle à son tour du réconfort dans le regard de sa meilleure amie en riant faiblement à sa vaine tentative de plaisanterie. Evan Talbott n’avait évidemment pas été mis au courant de la suite de son mariage avec Ted Tonks à savoir la naissance, quelques mois après, de Nymphadora. Elle se tourna finalement vers le sorcier pour répondre sans détour à sa question. « C’est notre petite fille, elle a déjà trois ans ». Et comme la mère était incroyablement fière d’elle, peu importe les surnoms disgracieux voire effroyables dont certains se plaisaient à affubler sa progéniture, elle ne se trouvait plus du tout rougissante. Andromeda qui avait retrouvé tout son aplomb répondit finalement à Mildred en dévoilant un grand sourire qu’elle n’avait sur les lèvres que lorsqu’elle parlait de sa nouvelle famille. « Et elle se porte aussi bien qu’une petite fille de trois ans puisse se porter … c’est-à-dire vigoureusement bien ! » rit-elle doucement. Quiconque croisait Nymphadora Tonks remarquait, en plus de la succession de couleurs sur sa jeune tête de métamorphomage, son incroyable énergie.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mildred O. Nott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 305
| AVATARS / CRÉDITS : Jenna-Louise Coleman | WILD HEART.
| SANG : Sang-Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents décédés aux côtés de son frère.
| PATRONUS : Une otarie !
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 EmptySam 15 Déc 2018 - 12:59

Ce qui était évident pour un homme tel qu'Evan Talbott ne l'était absolument pas pour Mildred. Sans doute qu'il ne comprenait pas tous les carcans qui avaient été érigés autour de la personne de l'héritière, qui les subissait non seulement en tant que femme mais aussi, en tant que descendante de Teignous Nott. De ce fait, elle resta muette, circonspecte, devant les énumérations du seul garçon de l'assemblée en touillant dans son thé. Il lui paraissait bien suspect qu'un homme de son rang lui propose aussi ouvertement de faire ce qu'elle avait envie de faire, car elle était davantage habituée à ce qu'un homme lui rappelle ▬ avec un insupportable ton paternaliste ▬ qu'elle devait rester à la maison pour élever la progéniture. Toutefois, elle ne s'offusquait jamais de ce rôle car il était normal que ce soit celui qu'on lui avait attribué. Mildred tenait fermement aux principes qu'on lui avait inculqué, et toute son innocence s'en trouva bousculée par les propositions de son ami. Mieux valait rester silencieuse que de le conduire sur le mauvais chemin pensait-elle. Sa pensée prit étrangement la voix de sa mère, et elle se réfugia dans son thé en abandonnant le verre de la bouteille qu'avait gentiment apporté Andromeda. Rien ne valait, à ses yeux, ses habitudes de petite princesse. Son amie, néanmoins, était beaucoup plus alerte qu'elle et elle répondit au jeune homme ce qui fit soupirer de soulagement la fragile héritière... Qui manqua de s'étouffer à la gorgée qui accompagnait la phrase suivante. Un père, être fière que sa fille travaille ? « Peut-être chez les moldus... » glissa doucement Mildred en baissant les yeux vers sa tasse qu'elle tenait fermement pour ne pas montrer son malaise. Elle imaginait mal son père la féliciter les yeux brillants en la voyant mettre la main à la tâche. Bien au contraire, le pauvre homme en ferait sans aucun doute une syncope et sa mère la tiendrait pour responsable jusqu'à son dernier souffle. Les Nott étaient rigides, sans doute plus que n'importe quelle famille. C'était déjà suffisamment un miracle qu'elle puisse habiter ailleurs que chez eux, alors qu'elle n'était même pas mariée. Comment imaginer pouvoir travailler ? Sans parler du fait qu'elle n'avait jamais été indépendante, et qu'elle ne le sera jamais. Son elfe Pok était ses mains travailleuses, et cela lui suffisait. De ses journées, la jolie héritière passait son temps à lire et à s'occuper de faire pousser les plantes dans la serre familiale des Nott, qu'elle avait su rendre magnifique en y accordant du temps. Elle se contenta de se racler doucement la gorge devant la dernière assertion d'Andromeda, guère convaincue que travailler, de quelque manière que ce soit, puisse être passionnant. Mildred se sentait davantage préoccupée par un rôle de mère qu'elle avait l'impression de ne jamais pouvoir accomplir un jour, plutôt que par l'idée farfelue de se trouver un emploi. Mais ce sujet, se rappelait-elle, en était un auquel elle pensait trop souvent... C'était elle-même pourtant qui avait posé le sujet des bambins sur la table, et elle se trouva désolée d'avoir oublié que ce sujet lui brisait le coeur.
Néanmoins, elle veilla à accrocher un délicat sourire sur ses traits en regardant Andromeda répondre à Evan et elle se sentit obligée d'intervenir : « N'as-tu pas une photo ? Elle est si mignonne avec ses cheveux roses ! ». Si elle avait été, dans un premier temps, frappée d'horreur ▬ admettons le ! ▬ devant la tignasse peu commune de la petite fille, elle avait rapidement compris qu'elle était en fait métamorphomage, et ce que serait, à n'en point douter, une immense chance pour elle plus tard. Elle s'était faite à l'idée de découvrir une petite fille tantôt avec les cheveux bleus, tantôt avec les cheveux verts, tantôt avec les cheveux roses, et maintenant elle était toujours curieuse de découvrir la nouvelle couleur fétiche de la petite fille de son amie. Mildred fut totalement attendrie par le commentaire de la jeune maman, et finit son thé pour reposer sa tasse sur la table basse. « Elle ressemble beaucoup à Ted, en plus » commenta-t-elle en se souvenant de la minuscule créature qu'elle avait vu quelques temps avant. Ses chances de devenir maman à son tour étaient au point mort depuis que son dernier fiancé en date l'avait repoussé. L'héritière préférait donc, de ce fait, se focaliser davantage sur le bonheur simple d'Andromeda plutôt que sur un bonheur inatteignable qui n'existait que dans ses rêves.

(766)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Talbott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 234
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 EmptyMar 25 Déc 2018 - 16:48

Evan avait visiblement fait une erreur en voulant encourager son amie, qui était maintenant majeure et qui habitait ailleurs que chez ses parents, à trouver un travaille. Le jeune homme s'était accompli grâce à son poste au Ministère de la Magie, en tant que Langue de Plomb. C'était grâce à cela qu'il avait réussi à s'imposer, à devenir lui même, à vivre pleinement sa vie d'adulte. Il aurait espéré pour sa meilleure amie d'enfance qu'elle suive ce chemin, qu'elle se libère de cette société malsaine qui la forçait à garder son petit rôle de femme au foyer, juste bonne à enfanter. Evan ne se rebellerait jamais contre sa famille, mais c'était surtout parce qu'il avait la chance d'avoir une mère particulièrement parfaite avec ses enfants, les laissant faire leurs propres choix, leur propre vie, sans dicter leur conduite. Milly n'avait pas cette chance, et ça désolait son ami. Elle était enfermé dans cette vie et ne pouvait en sortir, elle ne se rendait peut-être même pas compte de ça. Mais que pouvait-il bien y faire, à part la soutenir dans le plus de ses démarches possibles ? Il n'allait pas non plus la forcer à prendre sa vie en main. Déjà il n'en avait pas le pouvoir, et en plus il n'était pas sûr que ce soit positif pour la jeune femme, qui s'épanouissait finalement comme elle pouvait dans cette vie là. Le jeune Talbott laissa donc la conversation s'arrêter là, sans répliquer quoi que ce soit, sentant bien qu'il heurtait là un mur.
"Votre fille ?" répéta bêtement le jeune homme lorsque son ancienne meilleure amie, qui lui manquait décidément beaucoup au final, lui annonça que Nymphadora était sa petite fille, et qu'elle avait trois ans. Trois ans. Cela faisait donc autant de temps qu'ils ne s'étaient pas vu, qu'ils ne s'étaient pas parlé ? Andormeda était mariée, et maman. Et Evan était... rien. Mais surtout, il ne connaissait rien de la vie de la jeune femme qu'il appréciait tant auparavant. Cette vérité lui éclata au visage d'un coup, puisqu'il ne s'était jamais penché sur la question avant. Il ressenti une pointe de douleur, se rendant compte de tout ce temps perdu avec elle, mais il resta stoïque. Il n'avait rien à dire là dessus, il avait pris une décision il y avait de celui plus ou moins trois ans et ne pouvait pas revenir en arrière tout seul. Il fallait être deux pour une amitié, ou pour tenter d'en créer une de nouveau, et de toute façon ce n'était pas le moment. Andromeda avait une fille. Evan se rapprocha d'elle doucement. "Milly a raison, j'aimerai bien voir une photo..." dit-il assez bas, ayant presque honte d'avouer ça. Il avait encore de voir la fille d'Andromeda, de voir si elle lui ressemblait, si elle avait le même sourire... Et si elle ressemblait à Ted, il apprécierait quand même de la voir.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromeda Tonks



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 229
| AVATARS / CRÉDITS : © MP
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 EmptyJeu 10 Jan 2019 - 11:30

Lorsque Mildred lui répondit de manière incrédule, Andromeda se contenta de dissimuler un fin sourire derrière une nouvelle gorgée de vin. Cygnus Black se serait étouffé de s’entendre comparé à un moldu et cela l’amusait tout à fait. L’assertion de la petite héritière se trouvait pourtant plus triste que joyeuse en révélant le carcan de son quotidien. Le caractère de la mère se trouvait bien plus policé et moins révolutionnaire que celui de son cousin et elle n’ajouta rien. Elle ne se serait jamais permise, ô grand jamais, d’expliquer à son amie comment mener le cours de sa propre existence. Si la sienne se révélait tout à fait épanouissante, elle ne l’érigeait pas pour autant en modèle. D’autant plus que joindre les deux bouts entre sa vie de travailleuse et de mère s’avérait chaque jour de plus en plus éreintant. Il n’y avait que dans cette dernière qu’elle s’accomplissait depuis sa grossesse déjà vieille de trois années.

Elle se trouva ainsi plutôt heureuse que son amie évoque sa petite fille et oublia rapidement qu’il ne s’agissait que d’un prétexte à changer de sujet. Mildred suggéra même qu’elle leur montre une photographie et elle s’attarda quelques secondes, son verre en suspens, pour tous deux les considérer. « Si ça ne vous embête pas ? » s’adressait-elle particulièrement à Evan qui, malgré tout moins enthousiaste que leur amie commune, répondit positivement. Cela aurait été mentir de dire qu’elle ne s’en trouva pas déstabilisée. Rares étaient ses anciens camarades de classe qui s’intéressaient en effet à sa progéniture, il s’agissait d’un sujet largement dénié dans leur société. « D’accord » dissimula-t-elle mal son excitation en se penchant vers son sac à main et en se forçant à chasser l’impression qu’elle avait de leur faire franchir un interdit. Elle en extirpa une photographie de l’enfant en train de faire de la balançoire et la dévoila à ses comparses avec un large sourire. Mais les traits de Mildred et Evan lui paraissaient assez circonspects et elle regarda à son tour l’image. « Oh non ! » soupira-t-elle avec une pointe d’agacement. Sa petite fille avait remplacé son adorable petit nez retroussé par une affreuse trompe d’éléphant et les joues de la mère s’empourprèrent légèrement. Elle se révélait généralement moins amusé que le père par les transformations intempestives de sa fille. « Ce n’est pas son vrai nez - s’empressa-t-elle de s’expliquer auprès de celui qui ne l’avait jamais rencontré - elle est métamorphomage et on revenait du zoo au moment où la photographie a été prise. J’imagine que l’appareil a aussi capturé son caractère farceur ! ». Elle secoua la photographie comme un polaroïd désireuse de faire disparaître la difformité mais, la contemplant à nouveau, ne vit que la sacrée trompe fendre le vent tandis que l’enfant s’élançait en riant d’avant en arrière sur sa balançoire. « Bref ! » conclut-elle à l’égard de Mildred et Evan.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mildred O. Nott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 305
| AVATARS / CRÉDITS : Jenna-Louise Coleman | WILD HEART.
| SANG : Sang-Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents décédés aux côtés de son frère.
| PATRONUS : Une otarie !
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 EmptyVen 11 Jan 2019 - 16:21

On ne pouvait pas vraiment dire que la discrétion était la qualité première de Mildred. Si elle avait été effacée pendant toute son existence et continuait de l'être - à tel point qu'elle était incapable de convaincre qui que ce soit d'unir ses jours aux siens - elle demeurait cependant franchement gauche et maîtrisait mal l'art de la délicatesse dans les conversations. Elle était certes davantage à l'écoute que bavarde, il n'en demeurait pas moins que la jeune femme était tout à fait incapable de produire une transition correcte d'un sujet vers un autre. Ses changements étaient bruts et évidents, et laissaient très largement entendre un malaise de la part de la petite héritière qui ne supportait pas de voir la conversation tourner autour d'elle. Il n'y avait rien d'intéressant à dire sur son existence, sur ses occupations ou ses amours, pour la simple et bonne raison que chacune de ces cases étaient résolument vides de toute chose. Mildred vivait pour vivre, se levait le matin et se couchait le soir d'un même mécanisme que l'on était censé élaborer qu'à un âge plus âgé, elle ne s'occupait que de ses plantes ce qui, entre nous doit dit, n'intéressait pas le commun des mortels et encore, la dernière case concernant ses amours était encore plus tristement vide. L'on aurait pu y voir voler des boules de pailles si la métaphore en avait fait un désert. La jeune femme ne voyait personne parce que son père ne lui trouvait personne. Et elle le soupçonnait, sans cependant avoir le courage de le lui demander, d'avoir tout simplement arrêté de chercher. La pauvre Nott se voyait déjà vivre seule dans la maison qui avait appartenu à Teignous et elle était incapable d'éprouver autre chose qu'un désespoir dévorant à cette perspective. Andromeda avait déjà fait sa vie, et Evan allait la faire. Comme toujours, l'ancienne Serpentard sera la dernière roue du carrosse, celle qui fait de la peine, mais à qui l'on ne peut proposer d'aide.
La fille de sa meilleure amie avait le don d'attirer sur elle, les regards les plus surpris, voire les plus suspicieux. Mildred avait vraiment honte de l'admettre, mais sa première vision d'une petite fille aux cheveux roses avait heurté ses pupilles qui n'étaient pas habituées à autant d'originalité. De ce fait, la voir maintenant affublée d'une trompe d'éléphant lui arracha un rire jaune : « Qu'elle imagination ! » ponctua-t-elle le silence de son interjection gênée, « elle... hum... Oui, elle ressemble vraiment beaucoup à Ted, pas de doute ! » appuya-t-elle encore son point de vue. Ce n'était pas forcément un compliment au vu de la photo et elle s'essaya difficilement au sourire confiant, avant de rebondir sur les paroles d'Andromeda : « C'est un don très rare... Elle est chanceuse de l'avoir ». Elle manqua d'ajouter "je suppose" ce qu'elle préféra taire dans un éclair de  lucidité qui ne lui ressemblait pas.


(515)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromeda Tonks



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 229
| AVATARS / CRÉDITS : © MP
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 EmptyLun 22 Avr 2019 - 14:02

Andromeda afficha un air surpris lorsque Mildred compara la figure de Nymphadora affublée d’une trompe à Ted. Elle ne chercha pourtant pas la vérité dans la photographie précieusement rangée dans son portefeuille. Il lui semblait que la maladresse de son amie n’était suscitée que par la gêne mais la mère se trouva malgré tout traversée par la fulgurante envie de lui écraser son visage dans une tarte. Cette pensée, elle la garda tout aussi précieusement pour elle et se contenta de porter à ses lèvres la dernière goutte de sa coupe de prosecco. « Bien … » entama-t-elle l’annonce de son départ le dos droit et les mains sur les genoux alors que Mildred se prenait de plus plus les pieds dans le tapis et que le silence du Talbott frôlait la malaisance. « Je devrais sans doute y aller, je ne voulais pas manquer l’évènement de ton indépendance, mais j’ai beaucoup à faire aujourd’hui » s’appliqua-t-elle à s’excuser poliment. La tâche n’était pas aisée comme une rage sourde faisait battre son coeur de plus en plus vite. L’invitée redoutait, si la conversation se prolongeait, que son caractère impulsif ne finisse par briser la bienséance de la petite sauterie.

Les derniers amis qui lui restaient de son enfance se trouvaient malgré eux empêtrés dans les codes d’une société auquel elle ne répondait plus. Et les insultes de Nymphadora distillées par Bellatrix et Narcissa se trouvaient encore trop vives dans sa mémoire pour que la présente situation ne la pousse pas sur sa ligne défensive. Sa petite fille ressemblait au moins à son père de par son caractère naturellement dilettant. Ted présent, il aurait explosé de rire devant le sourire pincé de Mildred, il aurait détendu l’atmosphère d’une simple blague. Andromeda n’était pas de la même trempe. Elle avait maintenant récupéré toutes ses affaires et, la main sur la poignée de la porte, tourna sur ses talons pour faire face à son hôtesse par laquelle elle s’était faite raccompagnée sans pourtant lui adresser le moindre mot. La petite silhouette de l’héritière autant que son visage rond et pâle de poupon lui donnait des airs d’enfant, et sans doute fut-ce pour cette raison que la sorcière chassée ravala l’insulte en train de poindre sur ses lèvres carmin déjà entrouvertes. Mildred était sa seule amie intouchable. Et dans un soupir, elle lui adressa finalement un sourire et un mot de sincérité. « Je crois que je suis plus à l’aise quand nous ne nous voyons que toutes les deux, c’est … hum … un tout petit peu trop aujourd’hui je crois … - Et la sorcière brune ouvrit finalement la porte en finissant de saluer son amie - Passe une bonne journée, Milly ! ».


dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T. - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Pendons la crémaillère et juste la crémaillère | MILDRED & EVAN T.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Essai: juste une petite salutation!
» Who is Viter Juste?'' Istwa yon Ayisyen Diaspora.
» Gérard Jean-Juste contre la désignation de Michèle Pierre-Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Le chemin de traverse
-