Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 197
| AVATARS / CRÉDITS : Julia Johansen - Morphine
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Poupée en porcelaine
| PATRONUS : Renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 27 Avr - 12:59

15 JUILLET 1976

La journée avait été longue. Depuis qu’elle était sortie de Poudlard, Delilah avait l’impression d’être dans une course contre la montre. Elle savait déjà qu’elle voulait travailler dans la boutique de sa mère, et l’aider à tenir le magasin. Mais ses deux parents insistaient pour qu’elle fasse tout de même des études avant, histoire qu’elle ne passe pas à côté de quelque chose qui pourrait lui plaire. Depuis son retour, Delilah avait donc passé son temps à lire des articles sur les différents cursus à l’université, avait été à des cours d’essais, avait fait des recherches à la grande librairie sorcière, et avait en même temps réussi à trouver du temps pour sa vie sociale. Elle essayait de voir Theo, son petit ami, au moins une heure ou deux tous les jours. Le temps dehors était merveilleux, et comme la coupe de Quidditch approchait, il y avait dans le chemin de traverse beaucoup de stands et de publicité pour le sport sorcier, et cela rendait la rue encore plus haute en couleur que d’habitude. Delilah était excitée comme une puce à l’idée de pouvoir voir son premier match professionnel.

Il était déjà tard. En fin d’après midi, la métamorphomage avait vu son petit ami, puis elle était sortie avec sa meilleure amie pour boire quelques verres au chaudron baveur. Il était 22h30 passés lorsqu’elle transplana devant la porte de sa maison, fatiguée mais heureuse. Il y avait de la lumière dans le salon, signe que son père devait être encore éveillé. Sa mère se couchait toujours plus tôt, puisqu’elle devait ouvrir le magasin de bonne heure. La rousse entra dans sa maison avec discrétion pour ne pas réveiller sa mère endormie. Le silence était total alors qu’elle accrocha sa petite veste en jean dans l’entrée. Avec un sourire fourbe, elle se dirigea à pas feutrés vers le salon, dans l’espoir de surprendre son père. Elle poussa la porte doucement, et c’est à ce moment qu’elle vit la première chose faisant sursauter son instinct. Une horde de papiers sur le sol. Les recherches de son père, qu’il gardait toujours très organisées dans ses dossiers. Elle fronça les sourcils et s’avança. - Pops ? Elle appela son père, par le surnom qu’elle lui donnait. Alors qu’elle dépassait le gros fauteuil qui, jusque là lui avait encombrée la vue sur le reste de la pièce, elle vit le corps de son père au sol, inconscient. Ses yeux s’écarquillèrent et elle se jeta au sol, aux côté de son père. Elle le secoua, appela son nom, sans succès. Alors, dans un dernier espoir, elle vérifia ses signes vitaux. Pas de respiration, pas de pouls. Son corps était froid, et sans vie. Il était mort.

Les larmes commençaient tout juste à lui monter aux yeux lorsqu’elle remarqua une petite flaque de sang à côté du bras de son père. Elle lui souleva le poignet et compris rapidement que le sang s’était écoulé de son bras. Elle le souleva avec précaution et avec horreur, lut le message ancré dans la peau du bras de son père décédé. “ Les moldus périront “. Le message était clair, et dans l’esprit de la jeune femme, la réponse à la question ‘Qui as fait ça ?’ fut soudain claire comme de l’eau de roche. Puis une autres pensée : sa mère ! Elle se leva d’un bond et se mit à courir au premier étage, où était la chambre de ses parents. Elle ouvrit la porte à toute vitesse, et laissa échapper un sanglot bruyant en voyant la pièce presque en ruine. Si son père était un moldu et ne pouvait pas se défendre face à la magie, il était évident que sa mère s’était débattue. Pourtant, son corps était allongé sur le parquet, un air d’intense douleur sur le visage, et Delilah n’eut même pas besoin d’aller vérifier pour savoir qu’elle était, elle aussi, sans vie. Elle se laissa tomber à genoux et laissa échapper un cri. Un cri de détresse, de douleur, et de culpabilité. Si elle avait été là, elle aurait pu aider… Si elle avait été là, au moins, elle serait morte avec eux… Les larmes commençaient à embrouiller sa vision lorsqu’elle remarqua un parchemin sur le torse de sa mère. L’ancienne Pouffsouffle rampa jusqu’à elle pour se saisir du bout de papier.

“ Les impurs n’ont pas leur place. Tu es la prochaine, Delilah.

Lestrange “


Pendant un bref instant, Delilah pensait qu’ils avaient fait la plus grosse erreur de leur vie en laissant un mot. Elle n’avait qu’à le montrer à la Police sorcière, et ils seraient arrêtés, les trois Lestranges. Mais non. Ce n’était pas une preuve assez importante. Cela ne changerait rien. Ils ne les enfermerait pas. C’était sans espoir. La jeune fille glissa le papier dans sa poche, et alors que la douleur ne faisait que s’intensifier et que les larmes coulaient de façon incontrôlables, elle prit sa baguette et se lança un sortilège assommant, elle ne voulait plus être là. Elle ne voulait plus être là.

Elle ne méritait pas d’être en vie, alors qu’ils étaient morts.

Elle tomba sur le sol, inconsciente.

C’était le début de la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 197
| AVATARS / CRÉDITS : Julia Johansen - Morphine
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Poupée en porcelaine
| PATRONUS : Renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Mar 15 Mai - 12:35


17 JUILLET 1976

Delilah en était certaine - Rosier était impliqué dans cette histoire. Il l’avait prévenue durant leur dernière année à Poudlard, qu’elle regretterait de l’avoir humilié dans la librairie, qu’elle regretterait son arrogance et son changement de comportement envers lui. En effet, elle avait décidé de ne plus le craindre, de lui faire face. Cela avait-il un rapport direct avec le meurtre de ses parents par la famille Lestrange ? Etait-elle responsable de l’assassinat de la seule famille qu’elle avait ? Cela faisait maintenant plusieurs jours que Delilah restait enfermée chez elle avec des hiboux toquant sur les carreaux tous les jours. Sûrement des lettres de personnes qui avaient apprit la nouvelle et voulaient s’assurer qu’elle allait bien. Mais elle n’allait pas bien.

Après l’enquête dans la maison de ses parents, elle s’était retrouvée seule dans une maison qui ne lui rappelait plus que la vision de ses parents baignant dans leur sang, à devoir organiser leurs funérailles. Elle était seule devant des piles de parchemins. L’organisation de leur enterrement, les lettres de condoléances, les questions du ministère, et tout un tas de trucs qu’elle n’avait plus la patience de regarder. Elle avait dissimulée la note signée Lestrange aux enquêtes policières chez elle. Elle voulait prendre sa revanche elle-même, elle voulait rendre juste à ses parents en confrontant les Lestranges un par un, elle-même. Dans sa tête, il n’y avait plus que la vengeance. Elle trouverai qui a organisé ce coup, qui était à l’origine de cette décision, et elle se vengerait. Elle qui n’avait pas voulu se battre pour cette guerre naissante dans le passé, se retrouvait maintenant dans une position où elle devenait militante, et où elle refusait de rester les bras croisés. Même si elle était anéantie par la mort de ses parents, elle se disait aussi que la seule façon de ne pas faire plus d’orphelins était de se battre pour le bon côté, et repousser les idéologies de Voldemort et ses servants. Et pour cela, elle ne pouvait pas rester les bras croisés à attendre que la guerre se termine - elle devait elle aussi prendre les choses en mains.

Cela faisait deux jours depuis la mort de ses parents, et les bouteilles d’alcool qu’elle avait vidées était bien trop nombreuses. Elle avait besoin de brouiller son esprit pour s’empêcher de revoir dans sa tête les images d’horreur des cadavres de ses parents sur le sol. Lorsque l’alcool ne suffisait plus à lui brouiller la mémoire, elle s’assommait à l’aide de magie. Elle avait ignoré les messages de Theo qui s’empilaient devant la fenêtre de sa chambre, et avaient même refusé d’ouvrir au hibou de Ange. Elle s’en voulait un peu, mais savait que personne ne pouvait lui en vouloir d’avoir envie de rester seule, et d’encaisser le coup par ses propres moyens. Elle finirait par sortir de son trou, une fois la colère et la culpabilité passées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 197
| AVATARS / CRÉDITS : Julia Johansen - Morphine
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Poupée en porcelaine
| PATRONUS : Renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Mar 15 Mai - 12:44

19 JUILLET 1976 ; Les funérailles

Le jour qu’elle avait voulu repousser jusqu’au bout était finalement arrivé, le jour où elle allait enterrer ses parents. Elle n’avait vu personne d’autre que les policiers du ministère depuis la mort de ses parents, et c’était la première fois qu’elle allait revoir du monde en quatre jours. Elle avait envoyé des invitations aux connaissances de ses parents, et à ses amis à elle, qui avaient connu ses parents. Elle ne savait pas qui viendrait, et elle avait le coeur serré à l’idée que peut-être, elle serait la seule pour cette cérémonie.

Lilah était toute de noir vêtue, chose qui n’arrivait jamais chez elle, puisqu’elle adorait porter de la couleur pour réchauffer le coeur des gens. Mais aujourd’hui, la joie n’était pas à l’ordre du jour, puisqu’elle allait pour toujours enterrer les corps des ses parents, et ne reverrait plus jamais leurs vrais visages. Elle avait organisée la cérémonie dans un cimetière moldu dans le village dans lequel vivait son père lorsqu’il était jeune. C’était un endroit très isolé de base, et le cimetière, presque toujours déserté, était lui-même à plusieurs kilomètres de ce village. Personne ne remarquerait donc une floppée de gens habillés bizarrement pour un enterrement. Les cercueils de ses parents étaient à moitié fermés, ne laissant que leur visages visibles, près des trous dans la terre prévus pour les enterrer. Des bancs avaient été installés pour la cérémonie, ainsi que quelques boissons au cas où. Personne n’était encore arrivé, et Delilah attendait nerveusement l'apparition des premiers invités. Elle avait l’air épuisé, effondrée, et profondément triste. Ce qu’elle était. Au moins, elle n’avait pas bu d’alcool ce matin.

HRP : Vous pouvez à présent poster à la suite si vous connaissiez les parents de Delilah, ou si vous voulez simplement la soutenir dans ce moment difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



| HIBOUX POSTÉS : 296


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 18 Mai - 11:08

— Oh mon Dieu, Theo !
Une Poufsouffle de septième année, en pleurs, lui tomba dans les bras au beau milieu du camping tandis qu'il était en train de monter sa tente pour le début de la coupe du monde.
— Quoi ? paniqua-t-il en lâchant ses sardines qui tombèrent sur l'herbe dans un bruit sourd, qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce que tu as ?
— Tu n'es pas au courant ? peina-t-elle a articuler entre deux sanglots. C'est... c'est Lilah !
— Lilah ? Quoi, Lilah ? Parle, bon sang, qu'est-ce qui lui est arrivé ?
Le coeur du né-moldu commençait à battre douloureusement dans sa poitrine alors que dans sa tête défilaient les pires scénarios possibles.
— Ses parents... Ils ont été assassinés !

~~~~

Toc, toc, toc.
— Lilah, ouvre-moi ! cria Theo sur le perron de la maison des McLeon en collant son oreille contre la porte afin d'essayer d'entendre un éventuel mouvement à l'intérieur. Je sais que tu es là ! Ouvre-moi !
Il frappa de nouveau contre le bois de la porte, essaya d'en actionner la poignée, sans succès, puis fit un pas de côté pour regarder à l'intérieur par la fenêtre du salon lorsqu'il se fit bousculer par une équipe de la brigade de police magique.
— Vous ne pouvez pas rester là, c'est une enquête policière, lui dit l'un des types. Rentrez chez vous, mon garçon.
D'un mouvement de baguette, ils déverrouillèrent la porte d'entrée et s'engouffrèrent dans la maison.
— Delilah ! Je suis là, je bouge pas ! cria-t-il par l’entrebâillement de la porte avant que celle-ci ne se referme sur lui.
Sentant les larmes lui monter aux yeux, il se laissa glisser le long de la porte et se retrouva assis sur le tapis de l'entrée, le visage enfoui dans les paumes de ses mains.
Il resta ainsi plusieurs heures, et il revint chaque jour mais jamais elle ne lui ouvrit. Les mots qu'il tentait de lui faire passer restaient sur le bord de la fenêtre là où il les laissait.

~~~~

— Papa ? appela Theo en entrant dans la maison de son père à Stirling.
Pour toute réponse, une voix de femme, provenant de la cuisine.
— Il doit être au bar.
Theo s'avança jusqu'à la cuisine et remarqua une femme assise à la table, cigarette au bec, en train de feuilleter une magazine people. Elle était en peignoir de soie bon marché et en pantoufles. Ses cheveux étaient blonds peroxydés et son visage était recouvert d'une couche de maquillages à en faire pâlir les façadiers.
— Qui êtes-vous ? s'enquit Theo d'une voix sèche.
— La nouvelle femme de ton père, répondit-elle en tirant à pleins poumons sur le filtre de sa cigarette avant de recracher un épais nuage de fumée au-dessus de sa tête. Tu dois être Theodore ?
Pour toute réponse, il s'engouffra dans l'entrée, monta quatre à quatre les escaliers menant à l'étage, entra dans la chambre de son père et vint fouiller dans son armoire. Il ne mit pas plus d'une minute à trouver ce qu'il était venu chercher : le costume noir que son père avait porté pour l'enterrement de son fils, Sid. Il le plia en quatre, l'enfourna dans son sac à dos et redescendit aussi vite les escaliers avant de quitter la maison en claquant la porte derrière lui. Ange l'attendait devant la grille du petit jardinet en friche qui bordait l'entrée.
— C'est bon, je l'ai, lui dit-il en désignant son sac d'un geste de la tête. On peut y aller.
Il s'accrocha à son bras et elle les fit tous les deux transplaner.

~~~~

Ils arrivèrent ensemble dans le petit cimetière non loin du village moldu où avait grandit le père de Delilah. Theo avait revêtu le costume sombre de son vieux, à peine trop grand pour lui qui faisait déjà plus d'un mètre quatre vingt. Il repéra sa petite amie, seule, à côté des cercueils de ses parents et son coeur malade se brisa encore un peu plus tandis qu'il remarquait la teinte funèbre qu'avait pris sa longue chevelure d'ordinaire flamboyante. Lorsqu'il arriva à sa hauteur, il la prit brusquement dans ses bras, la serra très fort et déposa un baiser sur son front tandis que sa main caressait ses cheveux.
— Ça va ? murmura-t-il tandis qu'elle se détachait de lui pour venir enlacer Ange.
Il ne trouvait pas les mots pour la réconforter -et il se doutait bien qu'aucune parole ne pourrait la faire aller mieux en ce jour terrible- alors il attrapa sa main qu'il serra fort dans la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 494
| AVATARS / CRÉDITS : Bridget Satterlee by Morphine
| SANG : Mêlée


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le feu
| PATRONUS : Une jolie petite souris
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 18 Mai - 11:55

La journée avait pourtant bien commencé. Tu avais commencé tes stages sous la direction de ta tante, Raven, ton mentor au Ministère. Et ça se passait super bien. Certes tout le monde était sous pression à cause de la guerre et la formation des apprentis aurors étaient un peu accélérée pour leur permettre d'aller sur le terrain le plus tôt possible. Tes amis et toi étiez souvent en heures supp pour vous entraîner et toi deux fois plus que les autres. Parce que tu étais une femme et pire que tout tu étais la filleule et la belle-fille du Chef des Aurors. Une double pression sur tes épaules qui se faisait parfois un peu trop sentir. Mais tu étais douée. Brillante, stratégique et prudente tu étais beaucoup plus coriace que le reste du groupe, tu ne laissais rien passer. Rien. Sans parler du fait que tu avais un très bon instinct. C'était ce qui faisait de toi l'une des meilleures. Mais ce qui s'était passé ce soir là, tu ne l'avais rien vu venir. Tu étais sorti avec ta meilleure amie boire un verre Vous aviez reparlé du passé et beaucoup rit. Tu lui avais dis que ta mère voulait faire un super brunch le dimanche et que Lilah et ses parents y étaient conviés. C'était un instant hors du temps et de la guerre. Il était 22h30 lorsque vous vous étiez séparés. Tu étais repassée par le Ministère pour voir si ton parrain y était encore et le pousser à rentrer à la maison si c'était le cas. Ta mère et Alec avaient besoin de lui. Il fallait qu'il le comprenne.

Et c'est là que l'enfer s'était déchaîné. Tu discutais avec lui quand l'alerte avait sonné. Encore une attaque de Mangemorts. Encore des morts. Encore des familles brisées. Et cette fois, ce n'était pas n'importe quelle famille. C'était la même que tu avais invité plus tôt à manger le dimanche. La famille de Delilah. Tu t'étais précipitée pour t'y rendre mais avant de rentrer dans la maison, Aaron t'avais rattrapée par la taille. Tu t'étais débattue. - Non non il faut que j'y aille ! S'il te plait ! tu l'avais supplié. Mais malgré ton âge, malgré tes études et ta première année passée avec brio, ton parrain avait refusé que tu vois ce massacre.

* * * * * * * * *

Lorsque ton hibou revient, tu soupires. Il porte encore la lettre et à l'air tout dépité. Tu caresses ses belles plumes en lui murmurant que ce n'est pas sa faute et en lui donnant un peu de Miam'Hibou. Lilah ne lui a encore pas ouvert. Elle ne répond pas. Et tu t'inquiètes. A ne pas en dormir la nuit, à manger du bout des lèvres, à planquer devant chez elle toute la nuit quand Théo prend le relais la journée. Lui et toi vous êtes sur les nerfs bien plus que les autres. Cet été aurait du être génial avec la Coupe du Monde de Quidditch et les vacances. Avec le déménagement de Lilah dans votre coloc de dingue. Avec le mariage de Lysandre et Lyleïa. Tout aurait du être parfait. Mais la guerre n'épargne personne et surtout pas les gens biens.

* * * * * * * * *

Tu lisses ta robe du bout des doigts. Noire. Tes cheveux blonds tranchant avec la couleur si sombre qui glisse sur ta peau claire. Aujourd'hui est un jour spécial. Un jour horrible. Tu connaissais si bien les parents de Delilah. Des personnes géniales. Tu aimais tellement parler avec son père et ta mère et la sienne s'entendaient parfaitement bien. Elle avait décidé d'y aller. Ta mère. Elle a dit qu'elle ne laisserait pas Delilah seule dans cette épreuve. Ta meilleure amie fait partie de la famille. Tout comme ses parents. Toi tu attends Théo, il devait aller chercher le costume de son père. Il ne peut pas encore transplaner. Vous vous êtes rapprochés avec toutes ces histoires. C'est un mec bien et tu es heureuse que ta meilleure amie est un garçon comme lui dans sa vie. Quand il revient tu hoches la tête et vous transplanez.

Le cimetière est petit et isolé mais il est bien décoré. Moldu, mais c'est peut-être mieux. Tu as fais un effort pour ne pas paraître trop "sorcière". Une robe noire simple mais avec des bras en dentelle, arrivant au dessus de tes genoux et des bottes noires à talons. Tes cheveux blonds relevés en un chignon tresse serré. Théo est classe dans son costume qui lui va presque parfaitement. Lilah est là. Elle est seule. Effondrée. Elle n'est plus que le fantôme d'elle même. Ton coeur se brise à voir ça. Théo l'enlace puis c'est ton tour. Tu la serres fort contre toi, caressant sa nuque et murmurant des mots réconfortants à son oreille. - On est là chérie ... tu n'est pas toute seule ... On leur fera payer je te le promets ... Tu sais si bien ce que ça fait que de perdre ceux qu'on aime. Tu la vécu avec ton père et ta jumelle. Tu n'aurais pas souhaité ça à ton pire ennemi. Un autre pop! se fait entendre et ta mère apparaît avec Alec dans ses bras. Fière malgré ses yeux rougis par les larmes d'avoir perdu des amis si chers à son coeur, elle s'approche, vêtue de noir. Tu prends ton frère dans tes bras, laissant ta mère enlacer ta meilleure amie. - Je suis désolée trésor. Saches que tu es la bienvenue à la maison, tu fais partie de la famille. Si tu as besoin de quoique ce soit n'hésites pas, fait ta mère à Lilah en caressant sa joue et en posant un baiser sur son front. Elle reprend ton frère et s'éloigne un peu pour aller s'asseoir. Toi tu te place à la gauche de ta meilleure amie, Théo à sa droite, et comme lui, tu prends sa main pour la serrer fort en guise de soutient. Tu seras là pour elle. Quoiqu'il puisse arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 876
| AVATARS / CRÉDITS : © yaya <3
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 18 Mai - 13:08

« C’est quoi ça ? ». Mrs McKinnon, relevant le frein à main après un créneau fort approximatif, avisa le badge que portait sa fille sur sa robe noire, c’est qu’il était d’une couleur toute aussi criarde que leur petite voiture rose bonbon. Marlene n’eut pas le temps de défaire sa ceinture que son badge - clamant l’innocence du sorcier Kierán Graves - lui fut arraché … et le dragon adolescent se réveilla. « NON ! NON ! REND LE MOI ! TU AS RUINÉ MA ROBE ! - hurla-t-elle capricieuse dans l’habitacle non insonorisé de la petite voiture - Ses parents se font faits assassiner par des gros tarés maman, et le ministère arrête n’importe qui juste pour faire croire qu’il est efficace ! Il est plus que jamais primordial de ne pas … ». Mais la mère cria, comme celui lui arrivait que lorsqu’elle était excédée, plus fort encore. « TU LAISSES TON BADGE ICI ! LA POLITIQUE N’A RIEN A FAIRE DANS UN ENTERREMENT ! ». Les prunelles bleues qu’elle avait transmis à sa fille l’observaient humides et blessées, aussi la mère adoucit-elle ses derniers propos avant de quitter la voiture. « Il serait temps que … que tu grandisses un peu Marlene ».

La sorcière qu’une seule semaine séparait de la majorité (au moins légale) suivit sa mère pour se rendre aux funérailles des parents de son amie. La dentelle de sa robe se trouvait toute effilochée sur sa poitrine mais cette considération, comme toutes les autres auxquelles elle s’était raccrochée pendant le long trajet depuis Glasgow, paraissait bien futile. Marlene ne connaissait pas très bien les parents de Delilah, ou plutôt les connaissait-elle uniquement comme on peut connaître les parents d’une amie. Ils étaient toujours souriants et sympathiques quand elle passait le pas de leur boutique, la mère lui versait parfois quelques graines d’une plante magique dans sa poche pour qu’elle en embellisse son jardin. Leur boutique avait toujours été à leur image, colorée et pleine de vie. Aussi ne sut-elle maintenir longtemps son regard sur leur visage recouvert du voile impassible de la mort. Un réflexe - aussi égoïste que humain - la poussa à serrer la main de sa maman dans la sienne. Elle avait raison de dire que la politique n’avait rien à faire dans un enterrement. Les parents de Lilah étaient morts et les raisons, comme toutes celles de nature à ôter la vie, étaient absurdes. Sa courageuse amie se trouvait un peu plus loin, déjà entourée de son petit-ami et de sa meilleure amie, elle lui adressa un sourire aussi faible que triste mais bien présent. Elle n’osait pas imaginer toute la peine qu’elle devait traverser. Les mots de sa mère l’enjoignant à grandir flottaient encore dans sa tête. Qu’est-ce que cela signifierait de grandir pour Delilah ? L’un des plus grands défis que proposait l’âge adulte était, commençait-elle à comprendre, de continuer à s’accrocher à ses idéaux même après que l’on ait perdue son innocence.

dragées:
 

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.


Dernière édition par Marlene McKinnon le Ven 18 Mai - 18:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 352
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 18 Mai - 14:18


« Tu es sûr de vouloir y aller seul ? » Ton père, Monsieur Forks, revenant dans ta chambre avec une cravate noire empruntée soustraite à sa propre armoire, s’inquiétait véritablement. Tu hochas simplement la tête d’un air pensif. Non, tu ne voulais pas y aller. Personne n’avait le cœur à se rendre à un enterrement. Pourtant, il était des choses auxquelles on ne pouvait se soustraire, tu commençais à le comprendre avec le temps et ce jour-là était de ces jours où le devoir passait avant les sentiments et les envies. Parce que le deuil prévalait, parce qu’il fallait faire honneur aux disparus. Parce qu’il fallait être là pour ceux qui restaient.
Sans un mot, tu relevas le col de ta chemise et fis mine de vouloir prendre la cravate des mains de ton père. Il secoua la tête, te faisant comprendre il allait s’occuper de nouer le bout de tissu autour de ton cou. Tu lui en fus reconnaissant car, de toute façon, tu ne savais pas comment le faire. Avec des gestes précis mais doux pour ne pas t’étrangler, ton père régla l’affaire en quelques secondes et rabaissa le col de ta chemise. Il te fit enfiler sa veste de costume qui, par chance, n’était pas trop grande et te toisa d’un regard paternel teinté de mélancolie. « J’aurai préféré te prêter ce costume pour d’autres circonstances, » fit-il sur un ton résolument peiné. Tu lui répondis d’une petite voix, accablée par la gravité de l’instant à venir. « Moi aussi, Papa. Moi aussi. » Alors il te prit dans les bras dans une étreinte paternelle et bienveillante que tu lui rendis sans que le cœur n’y soit vraiment. « Vas-y, tu vas être en retard, » se confia-t-il en relâchant son embrassade. Tu hochas la tête une dernière fois, t’assuras que ta baguette était bien cachée dans un pan de ton costume, puis transplanas.

Fraichement majeur, tu pouvais à présent profiter de ton permis de transplaner mais là encore, tu aurais préféré l’utiliser dans d’autres circonstances.
Tu arrivas non loin du cimetière où déjà quelques inconnus se ressemblaient. Tu avais le cœur gros depuis que tu avais appris la nouvelle. Mr & Mrs McLeon, les parents de Delilah, avaient été assassinés. Cela te touchait énormément. Tu compatissais énormément à la douleur de ton amie car ses parents ne t’étaient pas inconnus. Tu avais rencontré une ou deux fois Mr McLeon qui était magizoologiste et avec qui, accompagné d’un de ses collègues, tu aurais dû partir le mois prochain au Kenya, pour ce qui aurait dû être pour toi un stage de découverte du métier dont tu rêvais depuis que tu avais sept ans. La nouvelle de sa mort, et les circonstances de celle-ci, t’avait bouleversé plus encore que s’il n’avait été que le père d’une bonne amie à toi. Et si ce jour-là, tu te rendais dans ce petit cimetière, ce n’était pas seulement pour soutenir Delilah mais aussi pour rendre hommage à son père qui aurait pu faire tellement pour toi et envers qui tu étais extrêmement reconnaissant.

En passant le portail du cimetière, tu aperçus la tête rousse de Delilah, entourée de quelques de ses amis qui, comme toi, étaient venu lui apporter leur soutien. En te dirigeant vers leur groupe, tu reconnus Theo mais aussi Marlene, ta meilleure amie et sa présence te rassura un peu.
Arrivé à leur hauteur, tu ne sus pas quoi dire et tentas un « Salut … » teinté de gêne et de tristesse. Finalement, après être immobile pendant une dizaine de secondes, tu fis un pas vers Delilah, ouvrant les bras maladroitement dans ce qui se voulait être une étreinte réconfortante. « Je suis désolé ... » soupiras-tu la gorge serrée. Toi qui n’avais jamais eu à affronter la perte d’un proche ne pouvais que te figurer la douleur immense de ton amie, amplifiée par les circonstances tragiques et terribles de l’évènement. Pourtant, cela était assez pour te faire sentir terriblement triste et atterré.

Citation :
Il me semble que le Papa de Delilah était magizoologiste, non ? Du moins, j'avais en tête qu'on en avait discuté et qu'il devait accepter qu'Ewan vienne avec lui cet été sur le terrain pour un stage de "découverte". Si jamais je me suis trompé et qu'il est pas magizoologiste, j'éditerai mon post No

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 696
| AVATARS / CRÉDITS : Matthew Hitt par Applestorm (bazzart)
| SANG : Pur. Mais c'est un accident !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Professeur Binns
| PATRONUS : Une mangouste
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 18 Mai - 15:34

Lorsque j'arrive avec mon père dans le village moldu dans lequel les obsèques vont avoir lieu, y'a déjà pas mal de monde autour de Delilah, pas mal de visages familiers, pas mal de copains rassemblés autour des deux cercueils qui choquent ma vue, et sans m'en rendre compte je sers les poings et les mâchoires, parce que c'est vraiment trop dégueulasse ce qui arrive à mon amie, tu vois, et j'sens que mon père pose sa main sur mon épaule pour m'encourager à y aller, parce que pour le coup j'reste figé à l'entrée, incapable de faire un pas de plus. Mon père connaissait plutôt bien les parents de Delilah, puisqu'il tient un restaurant genre une ou deux rues plus loin que la boutique des McLeon, donc il a tenu à venir avec moi aujourd'hui pour se recueillir, c'est plutôt cool de sa part, je me voyais pas y aller tout seul, surtout parce que bon, avec Delilah depuis un an, depuis qu'elle m'a avoué qu'elle m'aimait en fait, ben c'est plus trop la même, on s'est éloignés, mais il fallait quand même que je vienne aujourd'hui, parce que voilà, ça reste mon amie, ma meilleure amie, et que c'est ce que font les vrais amis. Ils se soutiennent. Mais du coup j'ose pas non plus trop me diriger tout de suite vers elle, je la vois, toute vêtue en noir, ce qui lui va pas du tout, et entourée de ses copains, et j'sais pas j'ose pas, j'irai la voir après, ouais j'vais faire ça... et puis j'localise Marlene qui se trouve là avec sa mère, et j'me dirige vers elle, un sourire triste aux lèvres.
— Salut McKi, j'lui murmure en arrivant à sa hauteur, bonjour Madame McKinnon, on peut s'installer à côté de vous ? J'me dis en effet que vu que la foule commence à s'installer, la cérémonie va pas trop tarder à commencer.

______________________________

“Where do the ducks go in the winter?”
― J.D. Salinger, The Catcher in the Rye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : Eddie Redmayne (by delreys).
| SANG : Mêlé, lointaines origines moldues.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les scolopendres
| PATRONUS : Un dalmatien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 18 Mai - 17:38

— Ils ont encore frappé... soupira la voix de Mrs Funestar cachée derrière la Gazette du Sorcier du jour. C'est pas vrai, les McLeon... Ils étaient gentils comme tout. Heureusement que leur fille n'était pas là...
La cuillère que tenait Saul retomba bruyamment dans le bol de céréales, éclaboussant la table de petites gouttes de lait. Le visage de sa maman apparut lorsqu'elle abaissa le journal pour venir poser ses yeux sur son fils.
— Chéri ? s'enquit-elle, les sourcils froncés. Tout va bien ?
Saul était devenu livide, les mains posées à plat sur ses cuisses, le regard rivé sur un petit éclat d'usure dans le bois de la table.
— Est-ce que... tu les connaissais ? Leur fille est une amie à toi ?
Pour toute réponse, le Serdaigle hocha la tête, un mouvement quasiment imperceptible. Il entendit sa mère inspirer profondément, replier la Gazette minutieusement avant de la poser entre sa tasse de café et le paquet de Cheerios. Elle se leva, changea de place pour venir s'asseoir sur la chaise à côté de celle de Saul et, dans un élan maternel, elle entoura ses épaules de ses bras. Un silence s'installa entre eux, dérangé de temps à autre par le bruit des baisers de Mrs Funestar sur la tempe de son fils. Au bout d'un petit moment, elle posa sa main sur le menton de Saul et l'obligea à la regarder.
— Je vais venir avec toi, lui dit-elle, d'accord ? Je vais t'accompagner aux funérailles.

~~~~

Saul garda le silence les jours qui précédèrent les funérailles, ce qui inquiéta ses parents. Le matin du Jour J, sa mère monta dans sa chambre lui déposer sa robe de cérémonie qu'il enfila de façon très mécanique, sans vraiment être à ce qu'il faisait. Dans sa tête, c'était le champ de bataille, se mêlaient le visage de Delilah, les sentiments qu'elle avait pu ressentir en apprenant la nouvelle -il était loin de s'imaginer qu'elle avait elle-même découvert les corps-, ses propres parents morts et la solitude et la tristesse qui le noieraient tout entier si un jour il se retrouvait dans la même situation que sa camarade. Il était perdu dans ce monde, comment survivrait-il sans ses deux points d'ancrage ?
Il descendit dans le salon retrouver sa mère qui l'attendait. Il était beau dans son costume, si beau que Mrs Funestar en eut un pincement au coeur.
— On y va ? lui demanda-t-elle, une main tendue dans sa direction.
Au cimetière, il y avait déjà un peu de monde. Saul reconnut quelques uns de ses camarades, mais il préféra rester en retrait. Comme bloqué, il resta là, le regard dans le vague, sa mère à ses côtés. Il n'arrivait pas à comprendre comment on pouvait en venir à tuer des innocents, même pour des principes, des idées. Cette pensée le torturait, il avait beau la tordre dans tous les sens, il ne trouvait pas de réponse à sa question et ça, ça le rendait malade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 197
| AVATARS / CRÉDITS : Julia Johansen - Morphine
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Poupée en porcelaine
| PATRONUS : Renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 18 Mai - 18:46

Les cheveux aussi pâles que son teint, Delilah était presque méconnaissable, ses cheveux reflétaient la couleur du ciel gris d’Angleterre et ses yeux paraissaient vides. Elle paraissait vieillie, comme si une dizaine d’années lui étaient tombées sur les épaules d’un seul coup. Jamais la vie ne l’avait préparée à devenir orpheline, et elle se sentait prise au piège par ses émotions, vacillant entre la colère, la culpabilité et la soif de vengeance. Enfermée dans une cage invisible qu’elle s’était dressée seule, à l’aide des assassins qui avaient massacrée sa famille. Il n’y avait peu de gens qui n’avaient pas aimé les parents McLeon de leur vivant. Ils étaient chaleureux, aimables, serviables. Un peu hyperactifs, tout comme l’était leur file en temps normal, et veillant toujours sur les personnes qu’ils côtoient. De nombreuses fois, Saoirse, la mère de Delilah, avait fournit des potions de guérison gratuitement à des sorciers qui ne pouvaient plus payer, croulant sous les dettes à cause des frais d'hôpital. Elle avait toujours mit la santé de ses clients en avant, au détriment de son profit, quitte à gagner moins quelques mois. Cian, le père de la rousse, avait souvent la réputation d’aimer plus les animaux que les humains, mais ce n’était que parce qu’il trouvait plus facile de leur parler. Il avait toujours été agréables avec les autres aussi. La chute de deux personnes aussi pures était symbolique, et pas seulement pour la métamorphomage. Ils étaient des civils qui n’avait rien demandé, qui ne s’étaient jamais mêlés à la guerre, et leurs deux corps sans vie reposaient à présent sur une couverture de soie fine, encadrés par du sapin. La couleur de la joie dans la vie de Lilah s’était ternie comme sa chevelure.

Sans surprise, Ange et Theo arrivèrent en premier. Une pointe de culpabilité s'élança dans l’estomac de la sorcière lorsqu’elle les vit approcher. Elle les avait ignorés pendant presque une semaine. Elle n’avait simplement pas eu la force de communiquer avec qui que ce soit. Elle avait passés ces derniers jours murée dans un mutisme presque complet, si bien que sa voix craqua lorsqu’elle leur parla pour la première fois. - Je suis désolée… J’avais pas la force pour répondre… Elle fut aussitôt prise dans une étreinte serrée dans les bras de son petit ami. Elle prit le temps d’enfouir son visage fatigué dans son cou pour respirer son odeur réconfortante. Elle n’avait pas la force de le serrer aussi fort qu’il le faisait. Elle avait perdu du poids. A la question du brun, elle ne put que hocher la tête négativement. Elle n’allait pas bien. Mais au moins, à présent, elle avait des personnes sur qui compter autours d’elle.

Elle rendit l’étreinte d’Ange avec le peu de forces qu’il lui restait. Elle hocha faiblement la tête à ce qu’elle dit et fit une tentative de sourire à la mère de sa meilleure amie lorsqu’elle lui dit qu’ils étaient la pour elle. Le mot famille lui fit venir les larmes aux yeux. Sa famille à elle, elle n’existait plus. - Merci. Balubtia-t-elle sans être capable de retenir les sanglots lourds dans sa voix. Elle prit une longue inspiration, et lorsque la mère d’Ange se fut éloignée un peu, elle se retourna vers son entourage. Elle leur serra la main fort une dernière fois avant de se détacher. - Je dois vous montrer un truc. Vous devez jurer de le dire à personne. Elle savait qu’elle voulait leur faire confiance. Elle farfouilla dans sa poche et en tira le mot écrit par les Lestranges et le tendit au deux personnes face à elle. - Quand j’ai trouvé le corps de Maman… Il y avait ça dessus. Je l’ai pas dit au Ministère. Vous devez garder le secret.

Une autre dizaine de minutes s’éparpillèrent avant que d’autres personnes n’arrivent. Marlène était la première, et Delilah se promit d’aller la voir une fois sa conversation avec Ange et Theo terminée. Alors que d’autres personnes arrivaient, Lilah trouva plus sage de ranger le mot dans sa poche. - On en reparlera plus tard. Il y a du monde qui arrive. Eut-elle juste le temps de dire avant que Ewan n’arrive à leur niveau. Elle accepta l’enlacement du jeune homme et le lui rendit. - Sois pas désolé… Tu y peux rien. On va surmonter ça. Dit-elle en essayant d’avoir de l’assurance - elle échoua lamentablement. Elle ne savait pas si elle verrait un jour l’autre côté de ce brouillard dense qui avait enveloppé son coeur. - Je suis contente que tu sois venue je… Je pensai que… Je croyais pas que tant de monde serait là. Laissa-t-elle échapper avec un sanglot. Les personnes qui auparavant avaient déjà vue la jeune fille pleurer se comptaient sur les doigts d’une main. Elle ne montrait jamais sa faiblesse en public, elle souriait toujours, et remontait le moral des autres. Cela devait être d’autant plus déstabilisant pour l'assemblée du jour. Mais son coeur se réchauffait un tout petit peu à la vue des personnes venues pour les funérailles de sa famille. Lorsque Dowey fit son apparition, Delilah eut un sursaut du coeur. Après tout il avait été son meilleur ami pendant des années, au dessus de l’amour qu’elle lui avait d’antan porté. Ils ne s’étaient pas parlés depuis longtemps, et elle avait douté qu’il ferait son apparition, mais sa présence lui rappela qu’il avait toujours été son ami malgré leur prise de distance l’an passé. Saul était là aussi, et elle savait qu’il avait dut sûrement prendre sur lui pour venir à un événement comme celui-ci.

Elle se tourna vers les trois personnes à ses côtés. - Je vais aller saluer Marlène, Dowey et Saul. Annonça-t-elle d’une petite voix avant de s’éloigner de son groupe, non sans déposer un baiser sur les lèvres de son petit ami, et sur le front de son Ange. Arrivée au niveau du petit groupe qui s’était formé, elle prit le temps d’enlacer chacun d’entre eux. - Merci d’être là, Marlène, Madame McKinnon. J’aurais aimé qu’on se retrouve dans d’autres circonstances. Elle se tourna ensuite vers Dowey et lui prit la main. - Je sais que ça fait longtemps qu’on a pas parlé toi et moi… Mais que tu sois quand même venu, ça me réchauffe le coeur. Merci milles fois.

Une fois les salutations faites pour ces trois là, Lilah se dirigea vers Saul et l’enlaça, murmurant un remerciement à son oreille. Elle remercia aussi la mère de Saul, un peu plus formellement. Un bon petit groupe de gens s’amassait à présent, et le coeur de Delilah se serrait de gratitude. Elle s’éloigna un peu pour laisser à nouveau échapper quelques larmes vagabondes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 500
| AVATARS / CRÉDITS : Daniel Sharman by class wore
| SANG : Pur, mais quelle importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : voir mourir les personne qu'il aime
| PATRONUS : hiboux grand duc
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 18 Mai - 19:08

Pris dans les préparatifs (ou plutôt les finitions) de votre mariage qui arrivait à grand pas, soit à la fin du mois, tu étais exceptionnellement rester à l'appart. Arthur et Fabian s'était éclipser et Ange était au retourné au Ministère. quand à Nate, tu t'inquiétais toujours pour lui mais tu avais décidé de lui laisser un peu de tranquillité plutôt que de continuer à le harceler au moins pour qu'il retourne en cours.

-"Bon du coup les fleurs, on prends quoi ? Grand-mère à proposer des Lys mais... tu en penses quoi ?"
Vous aviez passé la question de la décoration des chaises et des tables, la vous étiez sur les fleurs. Honnêtement, tu aurais bien laissé les fleurs à Lyleïa mais c'était votre mariage à tout les deux et pour bien commencer, il valait mieux privilégier mes discussions à deux. Le plus dur, le plan de table, viendrait ensuite. et il vous restait encore une multitude de détail à régler encore mais n'étant pas sur place tu devais faire confiance à tes grands-parents en France pour les régler.

Tu allais proposer autre chose quand Ange entra en trombe dans la pièce. Il ne te fallut que quelques secondes pour comprendre que quelque chose n'allait pas. Le visage rouge et en pleurs, elle était dans un état de panique aigue. Panique, tristesse, désarroi et colère aussi peut-être un peu.
Tu ne l'avais jamais vue comme ça. Il ne te faut que deux seconde pour lâcher les fleurs que tu as dans les mains et te précipiter vers elle. Tu commences par la prendre dans tes bras.
-"Ange. ANGE ! Calme toi, qu'est-ce qu'il y'a ?"
Pour qu'elle soit dans un état pareil il était forcément arrivé quelque chose de grave. Tu sens Lyleïa qui vous rejoint rapidement et tu l'en remercie. Ange et elle s'était beaucoup rapproché depuis qu'elles étaient devenues les deux seules nanas dans cette appart à majorité de mec.

Et puis finalement elle lâche le morceau et tu tombe sur les fesses. Ton ventre se noue et les larmes te viennes presque aux yeux aussi. Cela rappelle que la vie est éphémère. Et tu n'ose imaginer la douleur de Delilah en ce moment même. Perdre un parent est déjà dur, en perdre deux c'est perdre son univers auquel se raccrocher.
Quand Ange décides d'aller chez Delilah pour essayer de la voir tu l'accompagne et l'attends à une centaine de mètre de la maison à chaque fois. Et tu attends. Tu connais Delilah, et tu sais que en ce moment à part Theo et ange, elle n'acceptera personne d'autre ( elle n'accepte d'ailleurs déjà pas Ange ni Theo... )No tu es juste la pour soutenir Ange pour le moment. Et quand le temps sera venu pour Delilah, il sera aussi la pour elle.
Le lendemain de la fulgurante annonce Lyleïa vous êtes mis d'accord. Votre mariage qui devait avoir lieux deux semaines plus tard sera décalé à la fin du mois d'Aout. Il était inconcevable pour vous deux de vous mariés alors qu'un drame avait touché l'un de leur proche. Les grands-parents étaient prévenues et ils s'occupaient de prévenir tout les invités. Et vous ? vous vous préparez pour les funérailles, qui arrivaient.

Le jour J, tu pars bien après Ange qui a rejoint Théo. Tu arrive accompagné par ta fiancé et prenez place près de la famille de Ange.
-"Bonjour Mrs Lucas, salut toi" tu fais en adressant un petit sourire triste au bébé dans les bras de sa mère. D'un coup d'oil tu aperçois ange puis d'autres personnes que tu connais et enfin tu aperçois Delilah. ton coeur se brise encore tandis que tu te rappelle de la peine que l'on ressent en perdant quelqu'un.
Tu te dirige vers elle pour la soutenir. Ensemble vous vous êtes entrainer aux duel, tu l'a soutenue quand les gens l'embêtait à cause de la pureté de son sang et voilà ou ça en était.Comment pouvait-on assassiner des personnes de sang-froid juste parce que il n'avait pas la même "noblesse" que vous ? Tu n'avais compris une chose pareil. Ton père à toi avait été assassiné aussi et tu comprenais juste maintenant que c'était sans doute aussi parce qu'il avait quitter ce système archaïque de pureté du sang.

Quand tu arrives à son niveaux, tu la prends délicatement dans tes bras. Tu l'aime beaucoup cette petite et tu la sais forte et courageuse. Mais il était difficile de ce relever d'une telle épreuve.
"Je suis désolé Delilah, mais je suis là, on est tous là, si tu en as besoin." Tu lui attrape le visage et tu la regarde dans les yeux. "Et tu es forte, très forte, plus que tu ne le penses, tu arriveras  surmonter, ça, on y arrive toujours, tu ajoutes tristement. Tu ne dis pas que même des année,s on reste hanté, par les souvenirs, et la douleur de l'absence. Elle n'a pas besoin de ça maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 876
| AVATARS / CRÉDITS : © yaya <3
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Ven 18 Mai - 21:32

Ewan rejoint la triste assemblée et aviser son visage, même lointain, réconforta légèrement Marlene dont le regard triste fut traversé le temps de ce bref échange, d’un certain soulagement. Dowey arriva à son tour. Elle n’avait jamais partagé, ne parvenait-elle à se rappeler, que des moments de joie avec ses meilleurs amis. Il était un peu étrange de l’entendre la saluer de son apostrophe habituelle, d’habitude circonstanciée aux moments heureux, à un autre ton à la mesure du triste évènement. « Hey » était-il tout aussi étrange de s’entendre lui répondre. Sa mère et elle se décalèrent pour faire un peu de place aux nouveaux venus. « Bonjour Monsieur Spencer » ne se rappelait-elle pas l’avoir jamais salué avant. Et un peu bêtement, elle désigna d’un doigt son ami à sa mère. « C’est Dowey ». Elle avait également oublié s’ils s’étaient déjà tous parlés lors d’une rentrée ou d’une sortie de l’école sur le quai 9 3/4. Tout paraissait différent et dépourvu de couleurs à l’image des cheveux autrefois flamboyants de leur amie et en dépit du soleil éclatant.

Elle se raidit légèrement en la voyant se diriger vers leur petit groupe et son coeur se mit à battre d’une drôle de panique que la griffonne ne s’expliquait pas, un peu comme si elle avait oublié d’apprendre la formule d’un sortilège avant une leçon. « Hum … tu ... » se laissa-t-elle enlacée en présentant une … esquisse de condoléances ? « Ne laisse pas de place pour la haine dans ton coeur, d’accord ? » finit-elle par la serrer tendrement en retour. Puis Delilah se tourna vers Dowey et il était touchant de savoir que, malgré la complexité que pouvaient parfois adopter les relations humaines, les sentiments les plus purs ne mourraient eux jamais vraiment. Elle prit à son tour la main du garçon quand leur amie la relâcha dans un bête espoir de lui transmettre un peu de son faible courage. Elle ne se rappelait pas avoir jamais vu le garçon aussi triste de toute sa vie. Delilah se dirigea ensuite jusqu’à Saul Funestar que Marlene n’avait pas vu arriver avant. Et les voir s’étreindre, peut-être car il était surréaliste d’imaginer l’étrange garçon étreindre qui que ce soit, lui arracha finalement des sanglots. Elle s’essuya grossièrement les joues en se tournant vers Dowey. « Oh Dowey comment elle va traverser ça ? ».

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 352
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Sam 19 Mai - 10:30


Le contact avec Delilah t’offrit un réconfort tout relatif, quand bien même vous n’étiez pas les amis les plus proches. La jeune irlandaise t’impressionnait par son courage et sa force d’âme. Tu savais que si la même tragédie t’avait touché, tu aurais été atterré, incapable de supporter la présence de qui que ce soit et surtout d’avoir un mot réconfortant pour des gens qui tentaient maladroitement de t’offrir du soutien. « Sois pas désolé… Tu y peux rien. On va surmonter ça, » te confia-t-elle faiblement bien que cela ne changeât rien. Désolé, tu l’étais terriblement. Delilah était une fille merveilleuse et pétillante, son père, un véritable passionné. Ils ne méritaient pas ce qui leur arrivait. Et les circonstances de la chose te rendaient infiniment plus triste encore. « Je suis contente que tu sois venue je… Je pensai que… Je croyais pas que tant de monde serait là, » avoua-t-elle alors sur un ton qui te mit mal-à-l’aise. Comment avait-elle pu croire qu’elle serait seule pour un jour si terrible ? Gêné, tu haussas les épaules et sans la regarder, tu lui répondis. « Tu sais, ton père a fait beaucoup pour moi, ces derniers mois. Alors c’est la moindre des choses … Et puis, on est là pour toi aussi. »

Il y eut un silence gêné puis Delilah annonça qu’elle allait saluer Marlene, Dowey et Saul, restés en retrait. Tu te retrouvas alors seul avec Theo et une amie de Delilah que tu ne connaissais pas. Tu ne savais pas quoi dire. C’était vraiment trop bizarre de retrouver un ami comme Théo, avec qui tu étais habitué à t’amuser à Poudlard, dans un tel contexte où le rire n’avait pas sa place.
Mal-à-l’aise mais surtout entr’apercevant Marlene essuyer avec difficulté ses joues humides, tu t’éclipsas aussi pour venir rejoindre le groupe qui s’était déjà installé sur quelques chaises. Tu avais le cœur gros de voir ta meilleure amie aussi atterrée mais pourtant, peut-être inspiré par le courage surhumain dont faisait preuve Delilah, tu réussis à réprimer les larmes qui menaçaient de mouiller tes joues. Arrivé derrière la rangée de chaises où étaient installés tes amis, tu posas une main réconfortante sur l’épaule de Marlene et lui offris un triste sourire lorsqu’elle se retourna. Tu croisas aussi le regard de sa mère que tu saluas d’une voix faible. « Bonjour Mrs McKinnon. » Oh ! Elle ne devait pas avoir l’habitude de te voir, toi le boute-en-train qui allait manifester avec sa fille à Londres, dans de tels états.

Citation :


  • Faire un post sans le prénom du personnage - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 686
| AVATARS / CRÉDITS : Dianna Agron by purple haze
| SANG : Pur et alors quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Devenir comme son père/
| PATRONUS : Aigle Royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Dim 20 Mai - 11:07

Un sourire fleurit sur tes lèvres alors que Lysandre te dit que sa grand-mère a proposé des lys pour le mariages. Lyleïa signifiant "Fleur de Lys" en russe, tu sais que c'est un clin d'oeil de sa part pour te souhaiter la bienvenue dans la famille. Que c'est une manière d'emmener un peu de l'esprit et de l'amour de ta mère lors d'une journée où encore une fois, son absence sera dure à supporter. - Des Lys, ce sera parfait, tu réponds doucement. Lysandre et toi êtes en pleins derniers préparatifs de votre mariage qui se tiendra dans quelques semaines. Ta robe est prête même si tu ne l'a pas montré à Lysandre, la plupart de tous les préparatifs sont ok surtout grâce aux grands-parents de Lysandre qui gèrent tout ça depuis la France - lieu où se déroulera la cérémonie et la fête - il ne manque que le plan de table ou le truc qui fait divorcer les couples avant le mariage. Mais alors que vous comptiez plus ou moins vous y atteler entre autre chose, la porte de l'appartement s'est ouverte avec tant de violence que ton unique réflexe fut d'attraper ta baguette. Mais ce n'était que Ange. Une Ange en proie à une crise énorme, mêlant larmes, colère, panique, chagrin. Une douleur si ravageante que tu te précipites vers elle en même temps que Lysandre. Elle s'effondre dans vos bras en vous disant que les parents de Delilah - sa meilleure amie qui devait emménager dans la maison avec vous - sont morts, assassinés. Lysandre s'effondre à son tour et toi tu essayes de calmer les deux meilleurs amis alors que ton coeur saigne tout autant. Tu connaissais peu les parents de Delilah mais assez pour avoir eu un super feeling avec sa mère concernant les plantes et pour que toi et Lysandre les ayez invités au mariage.

Alors que Lys va soutenir Ange qui essaye d'aller voir Delilah, toi tu t'attelles à ranger la maison et à confectionner un certains nombres de potions. La plupart de sommeil ou d'apaisement. Il va en falloir. Tout en travaillant tu ne montres rien. En fait les jours qui précédèrent l'enterrement, tu t'attablais à toutes les tâches ménagères sans dire un mot. Cuisine, ménage, cours, n'importe quoi pour t'occuper l'esprit. La tension dans la maison était à son comble. Delilah ne répondait pas aux messages, Ange n'arrivait pas à la voir et se rongeait les sangs, les garçons étaient sur les nerfs et toi tu essayes de maintenir le calme sans craquer. D'un commun accord, Lysandre et toi avez repoussé votre mariage jusqu'à la fin du mois suivant, le temps que tout le monde se remette un peu de ses émotions.

Et puis le jour de l'enterrement est arrivé. Tu te regardes dans le miroir, ta robe noire soulignant ta peau claire et tes cheveux blonds de russe. Encore plus pâle que Ange. Tu te revois quinze ans auparavant, petite fille perdue dans une robe semblable, s'apprêtant à enterrer sa maman. Tu trembles. Et quand Lysandre t'appelle pour y aller, quelque chose vrille dans ton esprit. Et pour la première fois depuis des jours tu t'effondres. Les larmes roulent sur tes joues, tu tombes à genoux. Lys arrive à ce moment là et panique en te voyant dans un état pareil. - J'peux pas Lys ... je peux pas y aller ... je peux pas la voir comme ça j'ai bien trop peur d'avoir l'impression de revivre la même chose ! Et pourquoi ? Pour une histoire de pureté ... Comment on peut faire ça ?!! Tu t'accroches à lui, tu pleures et cries en même temps, à la limite de l'hystérie et d'une douleur si intense qu'elle déchire l'âme. Les années ont passées mais jamais tu n'as pu te remettre de la mort de ta mère et avoir appris que si tu l'avais perdue, c'était à cause de ton propre père avait brisé une partie de toi. Les blessures s'étaient rouvertes plus béantes que jamais et si tu l'avais bien dissimulé jusqu'à présent, tu avais l'impression de sombrer. Et cette question qui ne cesserait jamais de te hanter. Ce "Pourquoi ?" résonnant qui n'avait jamais de réponse assez satisfaisante pour y répondre.

Longtemps tu es restée dans les bras de Lysandre qui te murmurait des mots doux à l'oreille. Et son amour à apaiser ta douleur et la folie qui menaçait de briser ton esprit. Tu le laisses s'emparer de toi, tu laisses sa voix grave te ramener à la réalité et tu t'accroches à lui. A sa présence, son parfum, son amour. Tu t'apaises. Et te relèves. Vous n'en parlez pas. De toute manière il n'y avait rien à dire. Certaines blessures sont bien trop profondes pour qu'on puisse les apaiser avec de simples mots. Tu te remaquilles et te recoiffe de manière à ce que personne ne puisses savoir dans quel état tu t'es mise. Et vous transplanez au cimetière. Il y a déjà pas mal de monde. Tu repères Ange auprès de Delilah. Cette dernière semble tellement éteinte, tellement à l'opposée de son caractère habituel et ton coeur se soulève alors que tu as l'impression de te voir à sa place tant d'années auparavant. Vous dirigeant dans les allées, tu offres un faible sourire à la mère de Ange, Carolyn, qui vous embrasse avant que tu ne caresses délicatement la petite joue d'Alec. Et dans ce cimetière où la douleur et le chagrin dominent, tu remarques aussi une scission particulière, un certain équilibre entre la mort d'êtres chers et la vie que tu lis dans les yeux de l'innocent bébé. La vie prend autant qu'elle donne mais on paie cruellement le prix de ses trésors aussi.

Lorsque Lysandre a fini de serrer Delilah contre lui, c'est à ton tour. Tu la serres contre toi. - Je suis désolée chérie, tellement désolée ... Je sais combien ça fait mal, et combien on se sent seuls dans ces moments là mais souviens-toi qu'on sera toujours là pour toi d'accord ? tu fais avec une douceur qui ne t'étais pas coutumière à Poudlard. Envolé l'image de la Reine des Glaces ou de la princesse des serpents, voilà la véritable toi. Tellement plus agréable que l'ancienne même si parfois tu songes qu'au moins, avec l'ancienne, tu pouvais bloquer toutes ces émotions qui te submergent parfois trop violemment. Tu caresses la joue de Delilah puis tu vas t'asseoir avec Lysandre auprès de vos amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 167
| AVATARS / CRÉDITS : Richard Armitage
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : trahir les aurors et l'ordre du Phénix
| PATRONUS : Une petite belette blanche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances Dim 20 Mai - 19:18

Il y'avait des jours ou tu détestais ton métier Des jours ou tu prenais conscience que tu pourrais être tranquillement chez toi avec ta femme et ton fils, devant un bon diner. Dans la soirée un hiboux frapperait et vous découvririez une lettre de Gabriel ton fils adoptif étudiant en première année à Poudlard. Ca serait dans un monde idéal sans menace constante qui mettait en danger la vie des tiens.
Mais tu es un homme rationnel, et un monde idéal n'existe pas. Tu le sais parfaitement, quand tu vois la pile de dossier sur l'étagère de ton bureau portant la mention "homicide".
C'est d'ailleurs pour ça que tu es encore dans ton bureau à 22h30 et des chaudrons. Certains aurors sont encore la. Vous êtes tellement en sous-effectifs que même les apprentis aurors sont parfois réquisitionnés pour des missions ultra simple mais qu'ils ne devraient quand même pas faire avant au moins un an.

La porte de ton bureau s'ouvrit et tu vis le visage de ta filleule apparaitre. Tu pousses un soupir. Elle a raison, il est temps de rentrer. Vous discutez tandis que tu ramasse tes affaires. Tu es presque sortis de ton bureau avec Ange que l'alerte est lancé. Il ne te faut que quelques secondes pour réagir. Immédiatement, tu reprends ton rôle de chef et t'informe de la situation.
Des corps ont été retrouvés chez les McLeon, deux aurors et un Legistomage sont déjà sur place. Dans le bureau vous n'êtes que trois sans compter Ange. Tu as à peine le temps de te tourner vers elle que tu la vois disparaître sous tes yeux. Tu lances un ordre bref aux deux autres aurors présents pour qu'ils s'occupent de traiter les informations qui ne devraient pas tarder à arriver de l'enquête sur place et tu disparait à ton tour.
Tu arrives pile à temps pour empêcher Ange de se rendre dans la maison. Il est hors de question qu'elle voit ça. Et pas uniquement parce qu'elle est ta filleule. Les jeunes verront la guerre bien assez tôt comme ça, pas besoin de se traumatiser prématurément.
-"Non Ange ! crois moi, tu ne veux pas voir ça." Elle te supplie, te donne tout les arguments inimaginable, mais tu ne cède pas. C'est quelle peut être têtue ta filleule et tu te demande parfois de qui elle tiens ça. Bon ok, très souvent Carolyn arrive à ses fins avec toi. Mais autrefois, Talya était la plus têtue des deux fillettes. A croire que la jeune femme avait repris certain trait de caractère de sa jumelle à sa mort.
Finalement tu la prends dans tes bras en sachant très bien ce qu'elle doit ressentir. Elle ressemble tellement à sa mère.
-"Ange, il faut que tu rentres, tu ne peux rien faire ici d'accord. Rentre à la maison avec tes amis. Ensemble ça ira d'accord."
Tu attends d'être sur qu'elle transplanne à nouveau pour entrer dans la maison, non sans avoir prévenus les autres aurors et brigadier que personnes d'autres que les personnes habilités ne devait entrer dans la maison.

En entrant dans la maison, tu fermes les yeux un instant. Les deux corps sont étalés sur le sol, baignant dans une marre de sang. Tu laisses les enquêteurs déjà sur les lieux, finir les relever et tu vas plutôt interroger le médicomage qui a accompagné le legistomage.
-"C'est une jeune fille qui a trouvé les corps, leur fille si j'ai bien compris." Tu grimaces. Il n'y a rien de pire pour des enfants que de trouver le corps de leur parents. Il est déjà dur d'accepter la mort  de ses proches mais alors retrouvés leur corps dans cet état, Aaron, trouvait la jeune fille courageuse. ll connaissait bien Delilah, puisque lui et sa femme avait passé beaucoup de bon temps avec Mr et Mrs McLeon.
-"Comment est-elle ?" tu demandes.
La médicomage semble ennuyé et tu ne sais pas comment prendre son air perdue. Super, il fallait qu'ils envoient une débutante.
-"Elle s'est réveillée mais semble toujours sous le choc. elle ne veut pas nous suivre à Ste-Mangouste et préfère rester ici, je pense qu'il faudrait l'y envoyer quand même et..."
Egale à toi même, tu n'attends même pas la fin de la phrase et tu montes à l'étage.
Tu la trouves la recroquevillé sur son lit. Si elle te renvoie un regard chargé de tristesse et de déséspoire, tu te rend rapidement compte, qu'elle est consciente de ce qu'il se passe. Même si elle encore un peu sous le choc, ce qui est normal, elle est récéptive.
-"Delilah, est-ce que tu veux venir à la maison ce soir ?" tu demandes doucement. Il est loin le Aaron qui empêchait une petite fille de dire au-revoir à son père lors de son arrestation.
La jeune hoche la tête négativement et tu braque ton regard dans le sien. Tu soupires un instant et tu hoche à ton la tête. "D'accord. Mais si tu as le moindre soucis, tu n'hésite pas à venir par la cheminette d'accord."
Tu sens la medicomage sur le point de rouspéter et tu l'attrape par le bras pour la forcer à te suivre. Une fois en bas, elle ne se gêne pas pour te dire sa façon de penser.
-"vous ne pouvez pas laisser une gamine, dans la maison ou ses parents se sont fait tuer ! C'est indigne ! Mise en danger de la vie d'autrui et..." tu la coupe violemment.
"Si vous faisiez votre boulot correctement vous auriez vus qu'elle est parfaitement consciente de ce qu'il se passe ! De plus elle est officiellement majeur et consciente ce qui fait que au nom de la loi, vous n'avez aucun droit de l'emmener de force la ou elle ne veux pas aller." Evidement, tu ne comptais pas laisser Lilah totalement seule. Des aurors et des brigadiers ferait une ronde cette nuit et toute la journée de demain. Une fois que tous les enquêteurs sont partis tu pars a-à ton tour. Il doit être plus de minuit et tu sais parfaitement que Carolyn doit t'attendre, comme toujours.

Alors tu rentres à ton tour. Tu n'attends pas le lendemain pour lui annoncer la mauvaise nouvelle, et elle s'éffondre dans tes bras. Vous mettez du temps à vous endormir et votre sommeil est loin d'être réparateur.

***


Deux jours plus tard, tu déposes Gabriel, officiellement en vacances, chez Maëlyn et Ariena la nièce de ta femme. Tu ne souhaite pas que le jeune garçon âgé d'à peine 12 ans, assiste à des funérailles. Il est bien trop jeune pour ça et vu commence la guerre se déroule, il ne tardera pas à assister à de nouvelles funérailles. Tu prie juste pour que ça ne soit pas un des tiens. Une fois le garçon déposé au ranch, tu transplanne sur le lieu des funérailles.
Tu ne tardes pas à retrouver ta femme et tu la rejoint. Tu sais qu'elle à renouveler à Delilah la proposition de venir chez vous pendant quelque temps, et tu ne veux pas embêter la jeune femme plus que ça alors qu'elle ne doit vouloir qu'une seule chose, rester seule.
En les rejoignant tu embrasses Ange et son salue son ami avant de prendre Alec dans ses bras. Tu le serres contre toi. Il fût une époque ou les nourrissons te faisait peur mais après avoir presque élevé Gabriel tu es devenus plus à l'aise.
Tu avais déjà une volonté, protéger ta femme et ses enfants, mais depuis la naissance de Alexander, c'est devenue ton obsession. Ta plus grande peur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances

Revenir en haut Aller en bas

la descente aux enfers - Delilah + PNJs + amis et connaissances

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Baie-de-Henne : la descente aux enfers(a MEDITER)
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» La descente aux enfers d'un «criminel» ordinaire du net
» La descente aux enfers de Chaumette
» (M) Ami, colocataire, descente aux enfers • Une personne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres :: 
Les lieux d'habitations
-