Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1035
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Applestorm
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Dim 29 Avr - 13:47


La joue gauche bleue vif, la main droite encore bandée, Moran écrivait laborieusement son parchemin punitif que lui avait demandé Appolon Picott. La bagarre avec Evan avait eu le don de mettre le concierge dans un immense état de rage. Il fallait dire que l'un des deux protagonistes aurait très facilement pu être noyé par l'autre, tant ils mettaient de cœur et de haine à l'ouvrage. Cela faisait deux jours que l'incident était arrivé, et après quelques mots échangés avec le Directeur, Moran avait été autorisé à rentrer à sa salle commune. Il évitait Evan comme la peste noire, et veillait à se coucher très tôt pour se lever tout aussi tôt afin de ne pas croiser ses yeux gris. Il avait peur que d'un regard, l'héritier Rosier ne le tue tel qu'il aurait dû le faire au lac. En même temps, l'Ecossais avait mérité cette bagarre. Il avait détruit ses chances d'être accepté dans l'Equipe des Faucons - et il n'en était pas peu fier, en plus de cela - et Evan avait toutes les raisons du monde de vouloir sa mort.

Moran, qui était gaucher, avait quand même un peu de mal à rédiger comme il fallait son parchemin. Il avait mal à ses articulations, mais c'était davantage la main droite qui avait fait tout le travail. L'heure de colle avait, au début, été ponctuée des soupirs dédaigneux du concierge de l'école de Sorcellerie, avant qu'il ne quitte le bureau en lui sommant de se dépêcher. Ce à quoi l'Ecossais avait mollement répondu "Aye". Finalement, il fut interrompu dans son dur labeur alors qu'il faisait une pause pour se masser la main. Quelle ne fut pas sa surprise de voir dans l'entrebâillement de la porte Luzia Ozores !


Dernière édition par Moran J. Powell le Sam 18 Aoû - 20:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 805
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Dim 6 Mai - 20:31

Miss Ozores, vous avez une heure de libre après la sonnerie, n'est-ce pas ?
Apollon Picott, le concierge, était venu trouver Luzia qui surveillait la cour, remplissant ainsi ses devoirs de préfète. La Poufsouffle avait répondu par l'affirmative, anticipant une nouvelle tâche à remplir.
Vous voudriez bien relever un de vos camarades qui est puni ? Il se trouve dans mon bureau. Il faut vérifier qu'il a fait correctement sa punition avant de l'autoriser à partir.

Le concierge avait l'air agacé et pressé. Luzia, qui comptait profiter de cette heure pour entamer ses révisions en vue des examens de fin d'année, sentait cependant qu'elle n'était pas en mesure de refuser. Elle assura donc au concierge qu'elle ferait ce qu'il lui demandait et le regarda s'éloigner à toute vitesse vers le parc.

À l'heure dite, la Sixième année descendit dans les sous-sols, frais en cette saison, et se dirigea vers le bureau de Picott. Ouvrant la porte, elle eut un moment d'arrêt lorsqu'elle reconnut Moran Powell. Elle ne s'était pas adressée à lui depuis leur dispute avant Noël, feignait de ne pas le voir quand ils se croisaient dans les dortoirs et évitait scrupuleusement de s'asseoir près de lui en classe. Et ce même si elle savait désormais que Moran avait raison sur toute la ligne concernant Evan Rosier... Luzia n'avait pas trouvé le courage d'aller le voir car elle regrettait les mots durs qu'elle avait eus envers le Capitaine des Verts.
Elle se rappela alors pourquoi il se trouvait là, se remémorant la dispute. Une fois de plus, Evan était concerné...

Euh, hésita Luzia, salut.
La jeune fille regarda le visage tuméfié de Moran ainsi que ses bandages - il ne s'était pas raté...
Je viens voir si tu as terminé ta punition... C'est le cas ?

Son ton, poli et mesuré, montrait sa gêne. Pourquoi fallait-il que ce soit à elle que Picott se soit adressé ?!

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1035
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Applestorm
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Mer 9 Mai - 19:34

Moran avait bien du mal à finir sa punition tant ses articulations lui faisaient mal. Sa consolation était bien maigre, mais réelle : Evan était dans le même état que lui. Picott avait fuit le combat depuis quelques minutes maintenant, et l'idée de fuir l'avait tenté mais il serait bien vite rattrapé à un moment où un autre. A la rigueur, le septième année pouvait se dire que c'était la fin d'année et qu'il n'en avait plus rien à faire... Mais il ne voulait pas d'un mot sur son dossier scolaire. Il était déjà suffisamment déprimé d'avoir vu la coupe de Quidditch lui filer entre les doigts - sa dernière coupe, par ailleurs ! - il n'avait pas besoin de se voir refusé à l'Ecole Supérieure de Magie. Le jeune homme cependant, ne s'attendait pas à ce que ce soit la voix de Luzia Ozores qui lui demande s'il avait finit sa punition. Il releva ses yeux vers elle en suspendant sa main douloureuse. "Salut" la salua-t-il en retour. Il promena vaguement ses yeux sur elle pour voir comment elle semblait aller. Ils ne se parlaient plus depuis leur terrible dispute dans le parc au sujet d'Evan Rosier. Ce garçon décidément, était un garçon qui semblait être au centre de la vie de Moran. Il se rappelait bien de ces années de guerre avec lui, tout comme il se souvenait bien de ses regards insistants sur Daisy - il le raillait toujours beaucoup à son sujet, si bien qu'il avait finit par se demander s'il était au courant pour eux - et de la conversation qu'il avait eut avec lui au sujet de la Poufsouffle. Il avait essayé de la mettre en garde sans aucune délicatesse et il s'en était un peu voulu, quand même. Parce qu'il aurait dû l'écouter un peu plus au lieux de la traiter comme une idiote. Luzia avait eut raison de l'ignorer et de lui en vouloir, finalement. Ils étaient gênés tous les deux, parce qu'ils se sentaient coupables l'un comme l'autre. "Pas vraiment" lui répondit-il en baissant ses yeux sur sa feuille, "j'ai du mal à écrire".
Il se racla la gorge pour ajouter :" C'est Apollon qui t'envoie ?". Appeler le concierge par son prénom était quelque chose que certains élèves s'amusaient à faire. C'était saper son autorité et se moquer de lui en créant un lien affectif. Il aimait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 805
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Sam 26 Mai - 20:29

Moran aussi était mal-à-l'aise. Il la salua avec précaution, comme s'il vérifiait la bienséance de ses mots avant de les prononcer. Le Serpentard lui répondit ensuite que c'était compliqué d'écrire, avec sa main blessée. Luzia hocha la tête. Donner des lignes à recopier n'était pas la punition la plus adaptée dans ce cas de figure. Mais c'était Picott, et le concierge se moquait bien de ce genre de détail.
Oui, fit Luzia en réponse à Moran. Je dois vérifier que tu as fait ce que tu devais faire avant de te libérer.

Elle s'approcha de la table et jeta un coup d’œil au parchemin sur lequel Moran avait griffonné maladroitement.
Tu es loin d'avoir fini, constata-t-elle, ennuyée.
Ennuyée, parce que soit elle devait repasser et se confronter une nouvelle fois à lui, ou parce qu'elle était obligée d'attendre qu'il terminât. Ou alors... Songeant que Picott ne perdrait pas son temps à vérifier lui-même la punition, Luzia se disait qu'elle pouvait libérer Moran. Abréger son calvaire. La Sixième année lui devait bien cela car il avait essayé de l'avertir au sujet de Evan et elle ne l'avait pas écouté.
C'est bon, tu peux y aller, Picott ne regardera pas ton parchemin. Il est occupé, il n'a pas le temps, c'est pour ça qu'il m'envoie.

Luzia évitait toujours de croiser le regard de Moran, mais tendit la main pour qu'il lui rendît ses parchemins.

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1035
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Applestorm
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Mer 30 Mai - 18:11

Moran ne s’était jamais vraiment figuré l’idée de se réconcilier avec Luzia Ozores. Quand bien même il savait qu’il n’aurait pas dû être aussi brutal avec elle, il avait sa fierté qu’il ne comptait pas mettre de côté - celle de mec, et celle d’Écossais. Il demandait parfois à son cousin Darius comment elle allait, s’enquérait de son état. Mais rien de plus, et rien de moins, car le jeune homme ne comptait pas être intrusif. S’il savait que Darius ne voulait rien faire de mal, il craignait qu’il mette Luzia au courant de ses questions sur elle, et le garçon souhaitait éviter une conversation dérangeante pour tous les deux. Car elle aurait bien le droit de venir le voir pour lui demander sèchement de déguerpir et de cesser de poser des questions sur elle. Moran ne souhaitait pas se mettre dans cette situation-là. Il avait finit par se faire à la fougue de sa camarade espagnole et il acceptait cela, puisqu’il acceptait généralement les individus pour ce qu’ils étaient.
Ça, c’était quelque chose qui avait bien surpris la jeune femme lorsqu’ils s’étaient rencontrés autour d’une pinte de bierraubeurre lors d’un festival de musique. S’il s’était grandement amusé de sa méfiance - qui ne l’aurait pas fait ? - il avait quand même réussi à lui faire comprendre qu’il ne fallait pas mettre tout le monde dans le même panier. La jeune Poufsouffle, comme bien d’autres, voyait sa maison comme une entité à part dont ses membres étaient fichtrement étranges. Moran avait voulu lui faire comprendre que des différences, il n’y en avait partout, et que ce n’était pas parce qu’on était admis dans la maison de Salazar que l’on était pour autant un futur mage noir. Ce combat était un combat qu’il menait depuis suffisamment longtemps pour s’être fait taxer de traître parmi ses camarades, dont Evan, qui ne le supportait pas et qui pourtant, avait su s’attirer les faveurs de Luzia. Il ne pensait pas que son message serait aussi bien reçu, aussi avait-il finit par se blâmer de l’avoir rendu plus naïve. Mais alors qu’elle se tenait devant lui, mal-à-l’aise, il se demandait si c’était vraiment le cas.

Était-elle plus naïve qu’avant, plus gentille, ou suivait-elle le parcours pré-définit par son caractère ? Même si le jeune homme était d’une nature parfois assez égo-centrée, il doutait sincèrement que seule son amitié avec lui l’ait faite tomber dans le piège qu’avait tendu son camarade de dortoir. Mais d’un autre côté, n’essayait-il pas de se dédouaner de ce qu’il s’était passé ? Peut-être. La jeune femme lui fit remarquer qu’il était loin d’avoir finis et tout ce qu’il lui répondit fut une réponse à mi-chemin entre le grognement et “ouais”. Le jeune homme se sentait si incroyablement mal-à-l’aise qu’il ne savait pas quoi dire pour récupérer sa feuille et finir en silence, même si elle l’autorisait à sortir. Il comprit bien vite face à son regard, qu’elle ne désirait pas revenir encore. Moran se leva de sa chaise pour poser cette fois-ci ses fesses sur le bureau - et plus précisément sur sa feuille abandonnée là par son propriétaire et la préfette - pour prendre la parole : “Écoute euh… Je sens comme un malaise, entre nous” commença-t-il - c’était pitoyable - avant de poursuivre, “ne devrions-nous pas essayer d’éteindre l’incendie ?” lui demanda-t-il métaphoriquement. Il accrocha ses yeux sombres aux siens pour guetter sa réponse. “Je suis désolé” lui fit-il douloureusement. Cela lui coutait de l’admettre mais il ne pouvait pas décemment lui demander de faire le chemin toute seule s’il n’osait pas lui-même faire quelques pas en sa direction, “je t’ai très mal parlé et tu ne le méritais pas”.

(614)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 805
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Sam 30 Juin - 18:15

Ce que c'était gênant... Luzia finit par baisser le bras, comprenant que Moran hésitait entre rendre sa punition ou la finir tout à fait. Finalement, le Serpentard se leva de sa chaise et s'assit sur le bureau tandis que la préfète, prudente, esquissait quelques pas en arrière. Elle sentait poindre une discussion qu'elle voulait éviter tout comme désirait avoir.
Luzia connaissait bien Moran et son orgueil. Elle s'attendait à ce qu'il lui rappelle qu'il l'avait prévenue pour Evan. Si ces paroles étaient insupportables à entendre, la Poufsouffle resta tout de même, le regard fuyant vers les étagères chargées d'objets que Picott avait confisqués. Un malaise ? C'était un euphémisme. Luzia se racla la gorge et allait inviter derechef son acolyte à quitter la pièce quand ce dernier lâcha qu'il était désolé. Tout simplement. Luzia sentit la pression se relâcher un peu et, sous le coup de la surprise, échangea un regard un peu brusque avec Moran.
Je t’ai très mal parlé et tu ne le méritais pas, expliqua-t-il.

Ainsi donc, il l'admettait. L'Espagnole savait ce que cette demie-excuse lui coûtait. Cependant, il l'avait blessée avec son manque de forme - même si, elle devait être honnête, il avait eu raison en ce qui concerne le contenu.
Et moi, fit-elle, je ne t'ai pas écouté. Alors que tu avais raison.
Sur toute la ligne. Evan Rosier n'était qu'un beau salaud. Il s'était moquée d'elle, avait maltraité Delilah. Luzia avait failli laisser sa peau en rencontrant la fiancée de Evan dont elle n'avait jamais entendu parler auparavant.
Quelque chose lui disait de ne pas tout révéler à Moran, pas avant quelques minutes. Mais Luzia ressentait une telle culpabilité, et depuis si longtemps, que maintenant que Moran avait ouvert une brèche, elle peinait à tout retenir.

Tu avais raison, répéta-t-elle, j'aurais dû t'écouter... Je ne l'ai pas fait - je ne l'ai pas voulu.
Un tremblement traversa ses membres et elle préféra s'adosser à un placard contre le mur.
Je me trouvais tellement bien avec Evan, confessa-t-elle en rougissant de honte.

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1035
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Applestorm
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Mer 4 Juil - 21:40

L'orgueil de Moran puisait ses sources dans l'orgueil légendaire des Écossais. Et il en était un jusque dans ses gènes les plus profonds et jusque dans sa voix naturellement basse, rehaussée pourtant par un accent qu'il n'essayait plus de cacher désormais. Il n'avait honte de rien. Rien de ce qu'il avait ne pouvait l'embarrasser, que cela soient ses "r" presque exagérément roulés ou son orgueil d'Écossais. S'excuser auprès de Luzia rendait donc la chose autrement plus sincère que quiconque aurait pu le penser. Il avait trouvé en la jeune femme une amie fidèle et agréable, et bien qu'il faudrait le torturer pour qu'il l'admette, elle lui manquait un peu. Il avait beau mûrir, il avait parfois certaines tendances irascibles qui pouvaient déranger les autres, et c'est cette tendance-ci qu'il lui avait craché à la figure lorsqu'ils s'étaient disputés quelques temps plus tôt, à cause de l'infâme Evan Rosier. Il avait finalement eut raison à propos de ce dernier, et bien qu'il se soit excusé, il attendait un peu plus que le simple hochement de tête auquel il s'attendait.
Mais sans doute sa perspicacité le trahissait-elle, puisque la jolie Espagnole mit elle même les armes sur le côté pour s'incliner et s'excuser. "Bien" répondit-il en hochant la tête à son début d'excuse. Il pouvait se satisfaire de cela. "Hum" dit-il en claquant dans ses mains pour se relever de son bureau. A son sens, ils avaient tous les deux fait le plus dur dans cette histoire et il était satisfait autant de lui-même que d'elle. Il la regarda s'adosser contre une étagère d'un oeil interdit tandis qu'elle continuait les confidences. Moran soupira avec un air de boeuf désemparé. "Evan est doué pour les beaux mots et les jolies promesses" dit-il en essayant de desserrer sa mâchoire contractée par la mauvaise humeur dans laquelle l'enfonçait Luzia sans le vouloir. "Tu es surtout trop bien pour lui". Il ne voyait pas là un moyen de retrouver plus facilement les faveurs de la Poufsouffle, mais plus un moyen de la rassurer et de la faire relativiser. Evan ne valait pas grand chose, alors, il valait mieux pour elle qu'elle se trouve quelqu'un qu'elle méritait vraiment, à son sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 805
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Mer 11 Juil - 22:27

Après avoir déballé ses aveux, Luzia se rendit compte d'une chose : Moran acquiesçait à ses dires - du moins était-ce ainsi qu'elle interprétait ses monosyllabes - mais il semblait encore crispé. La jeune fille se tut, fronçant les sourcils. Avait-elle bien compris ? Avait-il bien dit qu'il reconnaissait lui avoir mal parlé ? La Poufsouffle en aurait mis sa main au feu - mais alors, pourquoi une telle distance, une telle froideur ?
Le garçon soupira et lâcha une phrase sur un ton blasé. Hochant la tête, Luzia ne pouvait que convenir du fait que Evan était un maître dans l'art de la manipulation. Mais elle avait aussi été vraiment très naïve, ignorant délibérément les signaux qui l'avertissaient du danger....

Devant l'air ombrageux de Moran, l'Espagnole eut envie de lui demander pourquoi il réagissait ainsi, lui qui, il y avait de cela quelques minutes, semblait pressé de faire la paix. Seulement, il la devança :
Tu es surtout trop bien pour lui.

Luzia cilla. Elle avait eu, elle, l'impression du contraire, qu'il était trop bien pour elle. Beau, intelligent, charmeur... Elle se sentait souvent ridicule devant lui, ne sachant pas comment répliquer à ses mots d'amour, à ses paroles envoûtantes. Et en fait, ce n'était que du vent...
Manifestement, murmura-t-elle avant de marquer un temps d'arrêt. Je voulais tellement - j'étais persuadée que j'arriverais à lui faire comprendre que les moldus valent tout autant que les autres...

Et Moran qui ne disait rien alors qu'elle vidait son sac !
Dis quelque chose, au moins, s'il te plaît...
Même si c'était pour qu'il l'invective. Son silence était bien plus terrible que la colère qu'elle percevait chez lui.

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...


Dernière édition par Luzia Ozores le Mer 18 Juil - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1035
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Applestorm
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Ven 13 Juil - 19:28

Moran ne se rendait pas bien compte qu'il stressait un peu Luzia avec son air ombrageux. Il venait de s'excuser et selon lui, il n'y avait plus rien à s'en faire. En effet, il n'en voulait pas à la jeune femme. Il en voulait sincèrement à Evan, qui avait essayé de le couper de ses amis, de Daisy.  Ce garçon était l'archétype du psychopathe en puissance, et il se trouvait finalement triste pour la Poufsouffle qu'elle se soit faite avoir. L'ombre de Jack l'Éventreur planait sur le Rosier et cela n'aurait pas étonné Moran qu'il soit son lointain descendant. Il ne connaissait pas grand chose de sa famille, et ne connaissait que les branches proches de la famille Abbot, à laquelle il était lié par sa mère. Le reste, c'était flou. Sans doute était-il un lointain cousin du garçon, qu'elle horreur. L'explication candide de la jeune femme fit beaucoup de peine au Serpentard. Dans quel univers vivait-elle, au juste ? Il ne savait pas comment lui présenter la chose. Comment lui faire comprendre que ce qu'elle avait voulu faire était forcément voué à l'échec ? Evan, comme beaucoup de ses camarades de maisons, étaient des gens formatés dès l'enfance, il n'y avait rien à faire, sauf miracle. Il dû rester longtemps silencieux puisqu'elle lui demanda de dire quelque chose. Il sembla sortir d'un songe, et afficha un sourire un peu triste : "Tu ne peux pas changer ces gens-là. Je ne sais pas comment tu te figures les sang-purs, Luzia, mais tu te les figures vraisemblablement mal" lui dit-il. Il était vexant, mais il valait mieux dire les choses telles qu'elles étaient. "Je t'ai un jour dis qu'il y avaient des exceptions partout, surtout dans les maisons de Poudlard. Mais ces exceptions sont d'autant plus rares chez les sang-purs, à part ceux qui sont déjà désignés comme traîtres. Comme moi" continua-t-il en se relevant de son bureau pour mettre en ordre les papiers sur sa table. S'occuper les mains lui permettait d'éviter le regard sombre de l'Espagnole. "Il a été formaté dès l'enfance à penser comme ça. Son père, ses grands-parents, ses oncles, tantes, cousins, que sais-je encore. C'est comme ça que ça marche. C'était très louable à toi de penser pouvoir le faire changer d'avis mais..." ne put-il finir. Il l'enfonçait, et c'était vraiment mal. "Pardon, je ne devrais pas te dire ça" s'excusa-t-il piteusement. Il secoua finalement sa tête. Il valait mieux ne pas en dire plus. Moran marmonna finalement dans sa barbe : "Je suis content qu'il ne te soit rien arrivé".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 805
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Mer 18 Juil - 22:47

Moran finit par lui répondre, mais pour lui prouver par A plus B à quel point elle avait été à côté de la plaque. Bien entendu, Evan ne changerait pas, il baignait dans la vision aristocratique depuis sa plus tendre enfance - Luzia s'en rendait compte à présent, que ce ne pouvait être sa douceur et son sourire qui allaient le convaincre. Pensée qui, lorsqu'elle était avec Evan, ne l'effleurait pas. Il s'était bien moqué d'elle et l'avait bien humiliée.
Les paroles de Moran l'atteignaient non sans douleur. Mais elles étaient si justes, si vraies, que Luzia ne pouvait pas se rebiffer. Alors, elle supporta avec patience et humilité la logorrhée du Serpentard... Jusqu'à ce qu'il lui demandât pardon, avançant qu'il ne devrait pas lui dire cela.
Je t'arrête tout de suite, intervint la Sixième année, tu m'as prévenue il y a longtemps, je ne t'ai pas écouté, je crois que je peux supporter d'entendre ce que tu as à me dire, désormais.
Je suis content qu'il ne te soit rien arrivé, répliqua Moran.

Une grosse boule se forma dans la gorge de Luzia. Outre l'humiliation et le chagrin, elle avait failli y laisser sa peau quand la fiancée de Evan l'avait rencontrée et forcée à avouer qu'ils avaient flirté... Luzia se souvint de l'engourdissement provoqué par le poison qu'elle avait ingurgité et la facilité avec laquelle elle avait obéi à la fiancée de Evan. Elle espérait ne jamais avoir à revivre une telle situation. Rien que d'y penser, elle en tremblait.
Oui, eut-elle juste la force de souffler. Heureusement...
Et avec Evan qui partait de Poudlard, Luzia était assurée de ne plus jamais le recroiser.

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1035
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Applestorm
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Jeu 26 Juil - 11:51

Moran ne se rendit compte que trop tard que Luzia n'avait pas besoin qu'on lui mette à nouveau les choses à plat. Et c'est également à ce moment-là qu'il se rendit compte qu'il manquait cruellement de tact, comme son père, dirait sa mère. Il déglutit lorsqu'elle l'interrompit alors qu'il s'excusait. En réalité, c'était une chance pour elle qu'il ne désire pas la vexer. Il avait des choses à dire sur Evan qu'il comptait maintenant garder secrètes. La jeune femme pensait-il, avait assez souffert et il était assez terrible de comprendre finalement qu'elle n'était pas si faible que cela. Si la jaune et noir se figurait mal beaucoup de Serpentards, elle n'était pas fragile pour autant. Le jeune homme prenait difficilement sa part de responsabilité dans ce qui s'était passé. Son orgeuil démesuré le poussait à croire que c'étaient à cause des paroles échangés deux ans auparavant dans un pub près du Loch, qui l'avaient poussé à fréquenter et à apprécier Evan Rosier. En réalité, mais le jeune homme ne le savait pas, ce n'était pas vraiment à cause de cela.
Côtoyer l'héritier Rosier avait au moins eut le mérite de faire comprendre à l'Écossais qu'ils n'étaient compatibles sur aucun plan. Ils étaient différents dans tout ce qui les faisait Hommes, et c'était ainsi. Que ce soit physiquement ou mentalement, ils étaient deux astres opposés dans une constellations. Laquelle brillait le plus ? Sans doute qu'Evan avait plus de prestance et plus d'atouts que lui pour se faire regarder. Mais Moran avait au moins pour lui la sincérité. Il était sincèrement et réellement heureux de voir qu'elle allait bien. Pourtant, une lueur sembla passer sur le charmant visage de l'Espagnole et il tilta. "Il y a quelque chose d'autre dont tu souhaites me parler ?" demanda-t-il doucement. Il fit tout pour paraître aussi flegmatique qu'à l'accoutumé, mais sans doute qu'un observateur avisé aurait remarqué les légères pattes d'oies qui venaient de se former aux coins des yeux de l'Écossais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 805
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Ven 3 Aoû - 0:29

Moran était perspicace, bien trop perspicace, songea Luzia. La question qu'il venait de lui poser le prouvait bien. Sa réponse n'avait pas été assez convaincante - Luzia savait qu'elle ne savait pas mentir... Moran ne la lâchait pas du regard, comme pour l'empêcher d'esquiver, de fuir, sa question. Acculée, la jeune fille ne se sentit pas de taille à lutter. Depuis les vacances de Noël, elle avait tu des choses graves. Seule Delilah était au courant, compagne d'infortune qui avait aussi subi la cruauté de Evan. Néanmoins, Lilah était alors si absorbée par son malheur, qu'elle n'avait pas pu réconforter Luzia aussi intensément qu'elle l'aurait voulu et l'Espagnole était restée avec son fardeau.
Evan m'a caché beaucoup de choses sur lui, commença-t-elle, notamment le fait qu'il est fiancé.
Apparemment, son mariage aurait lieu durant l'été, c'est-à-dire dans quelques semaines...
Je ne sais pas comment ça s'est fait, mais la dite fiancée a appris pour moi et Evan, alors...

À ce moment-là, Luzia préféra tourner le dos à Moran, comme si elle inspectait le contenu des étagères de Picott. En réalité, ce qu'elle voyait n'était pas dans la pièce, car les souvenirs l'habitaient complètement. Elle raconta comment Miss Yaxley l'avait attirée dans un pub saugrenu de Pré-au-Lard en se faisant passer pour Evan, comment elle avait exigé d'elle qu'elle avoue leur liaison. Et pour ce faire...
Elle avait mis dans ma boisson une potion. Une potion qui faisait en sorte que je lui obéisse.
Mais pas que...
Comme j'ai un peu résisté, elle m'a dit que c'était un poison. Et c'était vrai. Je crois que, vers la fin, jusqu'à ce que j'accède à sa demande et qu'elle me donne l'antidote... j'étais en train de mourir.

Probablement que Luzia se souviendrait toujours de ce moment étrange où elle avait senti qu'elle s'endormait, que son corps était gagné par une léthargie mortifère, et que la vie lui était revenue dès que l'antidote avait franchi la barrière de ses lèvres. Parfois, elle se demandait si Evan savait jusqu'où sa fiancée était allée pour avoir le papier qui révélait l'infidélité... La Sixième année ne put aller plus loin dans son récit. Elle avait dit ce qu'elle avait à dire. Elle avait terminé.
Et quand elle se tourna enfin vers Moran, son visage était ravagé par les larmes.

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1035
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Applestorm
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Dim 5 Aoû - 19:01


Moran venait de demander quelque chose dont il n'était pas certain d'être prêt à entendre la réponse. Au fond de lui, il avait espoir que Luzia lui réponde qu'il n'y avait rien, seulement des histoires de filles desquelles il se désintéresserait tout naturellement parce qu'il n'était pas concerné. Pourtant, elle commença à parler, à ouvrir les vannes comme si elle avait un secret qu'elle n'était pas prête à garder jusqu'à sa sépulture. Le jeune homme la regardait, veillait à ne pas l'interrompre car il se doutait que cela lui coûtait. Avouer des choses que l'on avait tut n'était jamais très agréable. L'on pouvait ressentir un sentiment de honte, parfois même une impression de nu. Après tout, on se mettait à nu en admettant les choses. "Ah..." répondit-il à l'évocation de la dite fiancée, guère étonné. Il comprit qu'elle avait quelque chose à voir là-dedans, et commença à se douter qu'elle était venue régler ses comptes. C'est qu'il était responsable, au moins en partie de cela. Cassiopeia et lui avaient une relation plutôt amicale bien qu'il ne lui viendrait franchement pas à l'esprit de passer du temps avec elle au bord d'un lac, et pour se venger d'Evan - et non de l'Espagnole bien entendu - Moran avait peut-être laissé entendre qu'il la trompait avec une sang-mêlée. Oups. Il ne pensait pas que sa langue bien pendue concernant cette information allait lui revenir dessus comme un boomerang. "Cassiopeia peut-être directe" se contenta-t-il d'ajouter avant que la jaune et noir ne continue son récit.

Mais la jeune femme finit par lui tourner le dos. Est-ce qu'elle avait honte de s'être faite avoir ? Est-ce qu'elle avait peur ? Est-ce qu'elle regrettait ? Si le jeune homme était perspicace, il n'était pas un grand spécialiste des sentiments féminins. On dirait même plutôt qu'il était un charlatant. La suite pourtant, lui glaça le sang. Lui qui lui avait toujours expliqué qu'il connaissait ses pairs suffisamment bien et depuis suffisamment longtemps, venait d'être pris de court par la réaction de l'héritière Yaxley. Pourtant, pourtant, il ne pâlit pas, ou bien peu. Luzia, retournée vers le mur, ne le vit pas et elle ne le vit pas non plus s'approcher d'elle comme il était bien silencieux. Moran n'était pas très doué avec les poisons, mais il doutait que la future Rosier ait vraiment fait une tentative de meurtre sur elle. Il n'en dit rien, cependant, de ce qu'il pensait. S'il disait à Luzia que ce n'était là qu'un stratagème manipulateur, elle risquait de se sentir plus sotte, et ce n'était pas son souhait. Mais en même temps, était-ce plus sain qu'elle pense être passée proche de la mort ? Ces questionnements sur son comportement furent vite balayés lorsqu'elle se retourna et qu'il vit qu'elle pleurait. L'Écossais se rapprocha d'elle pour la prendre dans les bras, sans rien dire.
Il ne sut pas combien de temps ils restèrent comme cela, mais il finit par se détacher d'elle pour lui tendre un mouchoir sorti de la poche arrière de son jean : "Il est propre" précisa-t-il quand même, comme la chose se rapprochait davantage du stade de chiffon que de mouchoir. "Tu sais, Luzia, ce n'était peut-être qu'une potion de sommeil" précisa-t-il en se disant qu'il valait mieux se sentir sot plutôt que presque cadavre, "n'oublie pas de quelle maison elle vient".

(592)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 805
| AVATARS / CRÉDITS : Astrid Bergès-Frisbey - Manon <3
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Mer 8 Aoû - 23:39

Elle n'avait pas entendu Moran se rapprocher d'elle et fut un peu surprise de voir de si près son visage abîmé par son œil au beurre noir. Quand il la prit dans ses bras, Luzia s'y abandonna pleinement, posant son front contre l'épaule du garçon. Au départ, elle se contenta de sangloter, mais, se calmant, elle finit par nouer ses bras dans le dos de Moran. Elle comprenait que leur prise de tête était terminée, qu'ils étaient de nouveaux amis et qu'ils se pardonnaient mutuellement de ne s'être pas compris.
Au bout d'un moment, le Septième année se détacha d'elle et lui tendit un mouchoir en certifiant sa propreté. Luzia se moucha et s'essuya les yeux, se félicitant de ne pas se maquiller. Elle devait avoir déjà une sale tête avec ses yeux rouges et gonflés, inutile d'ajouter des traînées noires de mascara.
Merci, renifla-t-elle.

Moran lui fit remarquer que Cassiopeïa - ainsi s'appelait la fiancée de Evan - s'était peut-être jouée d'elle en faisant passer une potion de sommeil pour du poison.
N'oublie pas de quelle maison elle vient, ajouta le garçon.
Luzia haussa les épaules, guère convaincue. Elle s'y connaissait suffisamment en potion pour connaître les effets de la Goutte du Mort-Vivant. La température de son corps avait baissé. Or, la Goutte du Mort-Vivant vous plongeait dans un sommeil de coton. Cependant, la jeune fille ne voulait pas entamer un autre débat, d'autant qu'elle était presque sûre que Moran voulait la rassurer.
Tu as peut-être raison, dit-elle en se forçant à sourire. Mes émotions doivent extrapoler un peu...
Luzia se passa la main sur le visage.
Vivement la fin de l'année. Je ne verrai plus Evan. C'est pénible de le croiser dans le couloir, j'en perds mes moyens, je l'évite...

Le comportement de Evan ayant changé du tout au tout au retour des vacances de Noël, Luzia avait compris qu'il était au courant. Ils ne s'étaient plus revus, ce qui soulageait l'Espagnole, car elle ne savait pas comment réagir. Cela l'énervait qu'elle s'écrasât devant lui après ses horreurs, mais elle ne se sentait pas le courage non plus de lui faire face.

Ne voulant pas s'éterniser sur cette conversation pénible, Luzia se tourna vers Moran :
Et de ton côté, que s'est-il passé ? Bientôt les ASPICs ?
Elle essayait de prendre un ton plein d'entrain, mais sa voix sonnait faux. Elle faisait semblant de faire comme si tout allait bien, mais maintenant qu'elle avait tout révélé à Moran, le masque ne tenait plus. L'envie, cependant, de rattraper le temps perdu, d'avoir des nouvelles du Serpentard, était vraie, elle.

______________________________

On ne sait jamais qui l'on croisera
au prochain tournant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1035
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Applestorm
| SANG : Sang-Pur noyé dans le scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT Jeu 9 Aoû - 15:43

Moran prit conscience que leur éloignement était finalement terminé, et que leur dispute faisait également partie du passé. Il avait admis ses erreurs, elle avait admis les siennes, quitte à aller même plus loin dans une confession qu'il n'attendait pas sitôt ni d'une telle gravité. Il n'aurait pas pu s'imaginer qu'une simple histoire de couple d'adolescent puisse se transformer en tentative de meurtre. Bien qu'il ne pensât pas Cassiopeia capable de tant de violence face à une jeune femme qu'elle savait victime, il voulait bien admettre que Luzia, avec ses grosses larmes, lui avait mis un doute. Elle ajouta qu'il était bien pénible pour elle de croiser le regard du Rosier, et il eut lui-même un rire jaune : "Dis toi que je risque de le subir encore l'année prochaine pour une huitième année consécutive...". La jeune femme pouvait au moins espérer avoir une dernière année particulièrement calme, ce qui était un fait rare dans Poudlard de toute évidence. La plupart des étudiants créaient ou étaient victimes de conflits qu'ils n'avaient pas espéré, mais sans doute que cela régissait aussi la vie en société. Ce n'était que le début se disait-il sombrement, mais ce n'était pas pour autant qu'il souhaitait blâmer l'Espagnole de sa fuite face au vil serpent.
Vil serpent qui lui avait laissé une belle marque sur le visage : "Rien de particulier, à dire vrai. A part ça" dit-il en pointant son visage bleuit par les coups de son affreux camarade de chambre, car sa rupture avec Daisy n'avait pas lieux d'être évoquée ici puisqu'elle n'était pas au courant "quand aux ASPICs, je le sens bien. En métamorphose, en tout cas". Il afficha un sourire joyeux, sachant qu'il allait obtenir un Optimal sans trop se fouler pour cet exam. Moran aurait pu vouloir devenir professeur de Métamorphose, mais il ne se sentait pas l'ambition d'attendre que la vieille McGo ne morde la poussière pour prendre son poste. Le jeune homme lui tendit finalement son parchemin, relique de sa punition pour bagarre au sein de Poudlard. Sans doute était-ce judicieux de ne pas mentionner qu'Evan l'avait presque noyé dans le lac Noir. "Je vous laisse ma punition madame Picott" lui dit-il, railleur, "vous saurez en faire bon usage".

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT

Revenir en haut Aller en bas

Bandages et excuses | LUZIA | CLÔT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» L'Uruguay présente ses excuses au peuple haïtien
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]
» Excuses de l' hopital!!!
» 1001 excuses pour ne pas faire ses devoirs [Revan][terminé]
» Excuses, malentendu et confusion (PV Asulf)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Poudlard
-