Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 300
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | Juice
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Dim 27 Mai - 17:54

Le sourire qu’affichait la Serdaigle avait le don de faire disparaître toute trace d’émotion sur le visage juvénile de la jeune Dawkins. Sa détresse était exacerbée par l’air satisfait de la fille, qui semblait-il avait remporté la bataille. Mais en bonne petite écossaise qu’elle était, la petite orpheline n’appréciait pas particulièrement perdre et observer sa propre défaite. Aussi la suivait-elle en silence, à un bon mètre d’elle pour ne pas être trop proche, comme si, d’une manière ou d’une autre, Wilda aurait pu lui filer la dragoncelle. Jyn n’avait jamais compris ce que les gens aimaient dans le Quidditch, alors même qu’elle était une enfant qui se plaisait davantage dehors que dedans. En effet, sentir le vent dans ses cheveux, se sentir à plusieurs mètres du sol, flotter dans les airs, en fait, ne l’attirait pas du tout. Si elle aimait beaucoup les hauteurs - et qu’elle se plaisait à grimper dans les arbres pour arriver à leur cime - elle préférait être en contact avec quelque chose de relié à la terre. C’était assez étrange, mais le Quidditch ne la satisfaisait pas. Néanmoins, elle admettait bien volontiers que son aversion terrible pour la magie jouait pour beaucoup dans ses sentiments pour ce sport, qui en plus de demander des efforts, demandait également de la sociabilité. La preuve en est, Wilda Griffiths lui parlait alors qu’elle ne souhaitait ni l’entendre ni l’écouter. La jeune femme commença à lui raconter sa vie, ce à quoi la seule réaction de la petite fille fut de lever les yeux au ciel, comme si, d’une manière ou d’une autre, elle pouvait s’échapper de son emprise par la voie des airs.

De ce qu’elle avait comprit, sa tutrice était fichtrement douée en Quidditch et pour une enfant qui se dévalorisait en permanence, il n’était pas pensable d’envisager l’idée de la semer sur un balai. Ni même à pied. Elle n’avait juste pas envie d’être là. L’air désabusé avec lequel elle fixa la représentante de la maison des Érudits laissait comprendre au delà des mots qu’elle avait une franche aversion pour cette conversation, pour le Quidditch, et pour les sorciers en général. Jyn savait bien qu’il n’était pas très joli de ressentir de si mauvais sentiments pour toute une catégorie d’individus - dont elle faisait hélas partie ! - mais elle ne parvenait ni à se raisonner, ni à se sentir mieux. Le regard de la petite Poufsouffle se fit plus farouche lorsqu’elle lui confia qu’elle était persuadée qu’elle avait “une crotte sur le coeur”. La petite fille s’ébroua : “Pas du tout” rétorqua-t-elle en haussant le ton comme si elle pouvait l’influencer par la seule force de sa voix. Si elle avait été plus loquace elle aurait ajouté qu’elle ne la connaissait pas, mais elle se trouvait trop blasée pour continuer à la gratifier de quelques mots.
Mais Wilda, perchée dans son idée, continuait, si bien que Jyn en fait, finit par poser ses fesses par terre pour s’allonger dans l’herbe. D’un geste désinvolte, elle tira sa baguette de sa poche et la jeta à plusieurs mètres d’elle comme s’il s’agissait du bâton de bois le plus débile qu’elle n’eut jamais eu en main. Par son attitude, elle lui faisait clairement comprendre que si elle l’avait suivit sur le terrain de Quidditch, elle allait devoir mettre plus de cœur à la tâche. “Oké” lui répondit-elle lorsque la jeune femme évoqua l’idée de faire sortir le méchant, “la seule méchante ici, c’est toi” lui expliqua-t-elle frontalement en se relevant sur les coudes pour l’observer de bas en haut. Jyn ne la jugeait pas, elle ne se permettait pas de le faire ainsi. Elle, plus que personne, ne valait sans doute pas mieux que Wilda. “Si tu penses que monter sur un balai va me donner envie de faire mumuse avec un bout de bois…” commença-t-elle sans finir sa phrase avant se rallonger dans l’herbe. La petite orpheline roula sur le ventre pour regarder l’herbe verte et l’arracher distraitement par touffes. Il n’y avait guère que cela qu’elle puisse faire, maintenant, non ?

(676)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Mar 5 Juin - 3:18

Wilda se surprit à observer la jeune fille s’allonger dans l’herbe avec une touche d’affection et même à laisser aller un petit rire lorsqu’elle fit voler sa baguette au bout de ses bras. Quel samedi après-midi peu commun vivait-elle! Et puis, quel drôle de petit personnage cette Jyn. La serdaigle ne pouvait pas dire qu’elle comprenait la logique derrière les faits et gestes de sa comparse, mais elle essayait. Si au début de leur rencontre ils l’avaient agacé, ils l’intriguaient maintenant sincèrement. Bien que la bouche de la poufsouffle soit quasi scellée, ses yeux parlaient. Ils ne parlaient pas un langage commun, ou même une langue que Wilda arrivait à déchiffrer, mais ils avaient quelque chose à partager, bien qu’ils n’en aient aucune envie. Au sein de leur bleu semblait danser tristement des lueurs troubles, désespérés, égarés et peut-être pouvait-on y déceler un timide éclair d’envie. La jeune femme s’assied donc tranquillement en tailleur, aux côtés de la gamine, ni trop près, ni trop loin, déterminé à apprendre mot à mot ce langage inconnu. Elle pensa un instant à mimiquer la position de la jeune fille en s’allongea de tout son long dans l’herbe verdoyant – elle se rappelait avoir lu quelque part que les gens se sentaient attiré envers les autres qui adoptaient un comportement similaire – mais elle se retint, ne souhaitant pas que son geste soit interprété comme de la rigolade. Jyn n’était pas ‘’les gens’’.  « T’as raison, c’est moi la méchante » déclara doucement Wilda, en faisant glisser entre ses doigts la pelouse qui recouvrait le sol, comme si sa compagne lui avait dit une phrase toute banale. Il s’agissait là une insulte puérile et enfantine que Jyn lui avait balancée et si son interlocuteur avait été quelqu’un d’autre, elle le lui aurait assurément fait comprendre d’un sarcasme bien relevé, mais en ce moment, l’envie de lui vint pas. Elle ne souhaitait pas nourrir le feudeymon qui embrasait Jyn, mais l’apaiser.

« Tu sais, malgré ce que tu sembles penser, je ne suis pas une licorne sans tête » commença l’adolescente d’un ton complètement dépourvu de reproche, « je sais très bien qu’un bout de bois ensorcelé ne te rendra pas folle de l’autre. Je ne me fais pas du tout d’attente. » Continua-t-elle. Lorsque Jyn se retourna sur le ventre, Wilda s’étendit enfin sur son dos, sincèrement, pour son propre plaisir personnel d’admirer le cyan du ciel, les yeux plissés sous l’éclat éblouissant du soleil. Au bout de quelques secondes, la bleue fermât ses yeux qui commençaient à s’humidifier et vint placer son bras droit nonchalamment sous sa tête. « C’est juste un truc, qu’on peut faire, voler… découvrir, se défouler. » dit-elle paisiblement, les yeux toujours clos. La sorcière tourna sa tête vers la petite et enchaîna franchement « essayer de trouver ce qui nous apaise, nous rend heureux, puis les intégrer le plus possible entre les moments qui nous font chier. ». Wilda reporta son attention vers le ciel et murmura presque pour elle-même « et jamais arrêter d’essayer ». La jeune femme était pleinement consciente du privilège qu’elle avait bénéficié tout au long de sa vie, et qu’elle bénéficiait encore, d’avoir été choyé d’une famille aimante, respectueuse, d’une aisance financière qui lui permettait de rêver, d’entretenir des ambitions bien à elle, d’essayer, de découvrir, l’esprit léger, le cœur ouvert telle une jeune âme que la vie avait protégée de toute éraflure. Elle était également consciente que bien qu’on lui ait donnée une pierre polie à la naissance, elle devait la polir sans cesse, l’entretenir, la rendre encore plus brillante et dans son petit monde de licornes et de fées, elle était persuadée jusqu’au fond de ses tripes que n’importe quelle pierre pouvait être polie. Avec un peu d’aide, certes, et beaucoup d’amour.

D’un mouvement brusque, Wilda ramena ses jambes vers sa poitrine et en appuyant une main au sol, les étira rapidement, profitant de son élan dynamique pour se remettre agilement sur ses deux pieds. « Bon aller, on essaie ça ? » demanda l’adolescente en lui tendant une main ferme, le visage orné d’un grand sourire, les yeux brillants d’espoir. « Le pire qui peut arriver c'est que le vent t'étires les coins des lèvres en un petit sourire...»

(704)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 300
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | Juice
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Jeu 7 Juin - 19:10

Jyn avait l’étrange sentiment que Wilda ne ressentait pour elle absolument aucun autre sentiment qu’une simple affection. Cela ne la laissait pas tout à fait de marbre. Car la petite fille n’était habituée qu’à recevoir des injures et des noms d’oiseaux, des regards mauvais et des ricanements dans le dos - mérités, elle l’admettait volontiers. Pourtant, elle avait tout fait pour faire fuir la Serdaigle et revenir à son existence pénible. Elle avait joué la carte du mutisme. Elle avait essayé de l’ignorer pour fuir. Elle s’était énervée contre elle, lui avait mal parlé, l’avait même insulté. Et tout ce que répondait la jeune femme était un sourire peut-être mi-amusé mi-doux. La Dawkins ne parvenait pas à analyser celui de son aînée en la regardant simplement. Pourquoi souriait-elle ainsi alors qu’elle ne venait que de s’allonger dans l’herbe - pour éviter son occupation tout indiquée de monter sur un balais ? La jeune femme s’assit en tailleurs et Jyn l’observa d’un air un peu méfiant. Que fasait-elle ? Que voulait-elle ? Être son amie ? Être acceptée ? C’est en tout cas la question qu’elle se posait au moment où la Serdaigle disait en effet qu’elle était la méchante de l’histoire. La Poufsouffle afficha une moue de circonstance, presque désolée et presque incrédule, devant tant de clairvoyance. Cela ne la dérangeait-il pas d’être traitée de méchante par une gamine de trois ans sa cadette ? Peut-être qu’elle ne s’énervait pas pour si peu se dit silencieusement la petite fille sans partager ses pensées à voix haute.

Finalement, Jyn en vînt à la conclusion qu’il valait peut-être mieux ne plus voir le beau visage de Wilda, alors elle se retourna sur le ventre pour arracher l’herbe avec ses petites mains. Elle ne sentit pas la bleue s’allonger dans l’herbe et à dire vrai, elle n’en avait pas grand chose à faire. Inconsciemment, la petite fille essayait de la désintéresser des balais. Si elle n’avait pas la frousse de monter dessus - elle ne risquait pas d’avoir le vertige, elle ! - elle n’en avait simplement pas envie, parce que tout ce qui touchait à la magie lui donnait une furieuse envie de vomir. Mais Wilda en lui souriant simplement, avait apaisé sa mauvaise humeur. L’enfant sauvage demeurait silencieuse mais la bleue recommença à parler sans cette fois-ci, l’agacer. Dans son esprit enfantin, elle s’amusa quelques secondes à l’idée d’une licorne sans tête mais demeurait pourtant tout à fait à l’écoute de ses paroles. Jyn était profondément soulagée que la Serdaigle n’essaie pas de la faire changer d’avis.  Car il s’agissait là d’un problème qu’elle ne supportait pas, et c’était pourtant ce que tout le monde faisait. Certains essayaient de crier plus fort qu’elle pour lui faire entendre raison, d’autres lui prouvaient par A+B qu’elle avait tort ce qui la rendait complètement folle de rage, et d’autres encore, la traitaient d’ignare et d’idiote avant de tourner les talons. Mais Wilda ne voulait pas la faire changer d’avis, elle voulait juste qu’elle accepte le tutorat. Qu’elle aime la magie ou non, ce n’était pas son problème et savoir cela la rendit simplement plus à l’aise. Sans qu’elle ne sache trop pourquoi, ses yeux bleus s’emplirent de larmes tandis qu’elle fixait l’herbe si verte que la couleur lui brûlait le fond de la rétine. Elle fit de son mieux pour ne pas tressaillir et continua d’écouter la jeune femme lui parler avec calme. Jyn finit par ravaler un peu ses larmes, et décida de prendre son courage à deux mains pour se relever et s’asseoir en tailleur. Ses yeux brillaient toujours un peu, mais aucune larme ne coulait. Wilda semblait animée de la flamme philosophique qui faisait profondément défaut à la poufsouffle. Cette dernière l’observait de manière plus apaisée et tranquille.
Ainsi, elle ne repoussa même pas la main que la jeune femme lui tendit pour qu’elle se relève. Elle qui abhorrait les relations amicales et les attentions physiques, trouvait en la main de la jeune femme quelque chose de puissant auquel se raccrocher pour ne pas sombrer. La plaisanterie de Wilda arracha un petit rictus à la troisième année qui n’était capable que de cela à ce moment-là. La petite orpheline posa ses yeux tristes sur les résidus de balais qui étaient devant elles. La perspective de monter dessus lui arracha un léger soupir, et elle formula : “D’accord…”.

(714)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Mer 20 Juin - 3:45

Alors que Wilda offrait naïvement sa main à Jyn, dans une énième tentative d’obtenir une réaction positive de la part de celle-ci, plusieurs évènements inattendus se succédèrent. Les yeux de la petite brillaient. Ils n’étaient pas emplis d’un éclat d’envie, de bonheur ou même de malice, – le genre d’émotions qui faisaient habituellement scintiller un regard – l’éclat était causé par une discrète humidification ou plutôt par un résidu de larmes. Cette délicate brillance qui ornait le bleu de ses yeux vint effacer tout vestige d’agacement que la jeune femme avait pu ressentir à son égard au cours de leur drôle d’après-midi. Elle sentie une vague de détermination tranquille et puissante l’envahir. Non pas une détermination imposante à creuser le plus rapidement possible la carapace de Jyn pour assouvir sa curiosité maladive, mais plutôt la prise d’un engagement inviolable de faire preuve de patience, d’écoute et d’offrir à la poufsouffle une présence positive. Wilda n’était pas reconnue pour son altruisme à prendre tout le monde par la main, elle prêchait au contraire pour l’autonomie et l’indépendance, mais il y avait quelque chose dans le regard de Jyn – ou bien était-ce la violence de ses oppositions, son jeune âge ou son apparente douleur – qui la bouleversait et suscitait en elle un incompréhensible besoin de lui offrir une partie de son bonheur, de lui partager toute la chance qu’elle avait, elle dans sa vie. La serdaigle fit preuve d’une maturité qui ne l’habitait pas toujours et fit mine d’ignorer le regard mouillé de sa comparse, respectant son silence.

Jyn lui agrippa fermement la main et Wilda, bien qu’étonnée, la tira promptement sur ses pieds. Les sourcils de la serdaigle s’arquèrent bien malgré elle : elle aurait pensé que la jaune lui aurait fait comprendre qu’elle n’avait pas besoin d’une main pour se relever, qu’elle lui aurait lancer un regard noir ou encore qu’elle se serait simplement recoucher dans l’herbe sans un mot. Pour la première fois depuis le début de leur rencontre, la petite fille avait fait quelque chose de son propre chef et l’adolescente sentie un étrange sentiment l’envahir, situé quelque part entre le soulagement et l’émotion d’avoir été ainsi acceptée.

Non seulement avait-elle accepté la main qu’elle lui avait tendue, les coins de sa bouche s’étaient-ils étirés en une ombre de sourire, le temps d’un faible spasme, mais en plus, elle lui avait formulée oralement une réponse positive. C’en fut assez pour titiller l’envie à la bleue de faire une danse de la victoire, ce qu’elle se retint bien de faire. À la place, elle suivit le regard de sa comparse vers les quatre vieux balais de l’école qui étaient éparpillés sans respect au sol, probablement abandonnée par des élèves à qui on n’avait jamais appris à prendre proprement soin d’un précieux balai ou simplement à ranger derrière soi. Wilda posa sa main sur sa baguette avec l’intention d’approcher vers elles leurs montures d’un accio, mais elle la lâcha presqu’aussitôt, comme si sa baguette avait été brulante. Furtivement, ses yeux se posèrent sur Jyn, puis sur les balais, puis sur Jyn, puis à nouveau sur les balais… ne pas utiliser la magie . « Bouges pas ! » dit-elle soudainement en commençant à reculer vers son butin sans quitter la petite des yeux, encore un peu incertaine à savoir si elle n’allait pas profiter de l’occasion pour s’enfuir Merlin ne sait où. « Euh…s’il-te-plait ? » ajouta-elle craignant d’avoir eu l’air un peu trop autoritaire. « Aucun respect » murmura Wilda lorsque son regard se posa sur les pailles tordus et cassés des balais qui gisaient tristement au sol. Elle s’empara de deux d’entre eux, hochant la tête de gauche à droite en maudissant mentalement les irresponsables élèves qui les avaient usés à outrance et entrepris de regagner la poufsouffle. Une fine branche à sa gauche attira son attention. La bleue la ramassa rapidement et la rangea dans une poche de sa robe, mettant ainsi la baguette de Jyn en sécurité, sans pour autant obliger la gamine à la reprendre.

« Debout ! » ordonna fermement la sorcière à son balai d’occasion. Lorsque le manche de celui-ci percuta durement la paume de sa main, Wilda sentie l’excitation monter en elle et son visage se fendit d’un énorme sourire. Comme elle aimait voler! Elle ne s’en lasserait jamais. « Alors, tu es plus du genre vitesse, hauteur, roulade, acrobatie ? » demanda-t-elle vivement en enfourcha son balai, incapable de contenir son entrain. « Dans les airs, tu fais ce que tu veux ! Trouve ce qui te plait, laisses-toi aller… fais-toi des petites frayeurs. Y’a personne à par nous, et promis j’te regarde pas ! Lâches tout ! » continua-t-elle enjouée. « La seul consigne c’est de pas tomber de ton balai » fini-t-elle avec un clin d’œil. Puis, elle posa un regard légèrement inquiet sur Jyn avant de conclure que la petite avait bien trop d’aplomb pour tomber bêtement de son balai.

(822)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 300
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | Juice
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Ven 22 Juin - 1:15

Rares étaient ceux qui s'occupaient des sentiments de Jyn, ses parents adoptifs mis à part. Rares étaient les fois où la petite orpheline se laissait submerger par ses terribles sentiments devant quelqu'un. Il s'agissait-là d'un mécanisme de défense que sa nature solitaire avait bâti, comme s'il s'agissait d'un moyen pour elle d'éviter les autres. Néanmoins, toutes les défenses avaient leurs faiblesses, que ce soit le mur Nord d'un château, ou bien les quelques mètres de digue qui séparaient la ville de la submersion. Les plus grandes armées avaient un jour été vaincues et bien que la défense de la petite Jyn soit très robuste, il lui arrivait de se fissurer devant les actions les plus surprenantes. Que ce soit Wilda Griffiths qui perce sa défense depuis si longtemps debout, était surprenant. Elle n'était pas très agressive, mais animée au contraire d'une volonté sans faille voire même d'une gentillesse qui généralement, indifférait profondément l'orpheline. Il y avait eu des gens qui avaient essayé de s'approcher d'elle, mais elle les avait griffé comme la lionne qu'elle était au fond d'elle. Sven devait toujours se mordre les doigts de l'aider sans être remercié pour ses services. Mais Wilda, oh Wilda était une espèce encore différente. Jyn l'avait provoqué - et pas qu'une fois - mais son sourire semblait rester indubitablement collé sur son charmant visage. On pouvait dire que sa joie ne souffrait d'aucune faille à la différence de la défense de la petite fille. Ne pas lui répondre n'avait pas marché, s'enfuir en toute hâte non plus, la provoquer verbalement n'était pas une réussite. Que fallait-il faire pour détruire la patience de la Serdaigle ? se demandait tristement la Poufsouffle en prenant sa main, à contre-coeur notons le. Tout cela pourquoi, finalement ? S'envoler quelques secondes, quelques minutes ou encore quelques heures, soyons fous ? Dire que Jyn n'en avait pas envie était un euphémisme. Faire disparaître son malaise vis-à-vis de la magie par de la magie, c'était fort en chocolat, mais soit, pour une fois, elle avait décidé de se soumettre sans rien dire. Non pas qu'elle ait beaucoup de choses à dire habituellement, la galloise aimait bien fuir les problèmes comme la peste. Elle suivait Wilda avec un regard morne, comme si elle était dépassée par les événements et comptait se laisser porter par le courant. Elle sentait que sa tutrice marchait sur des oeufs, mais plus rien désormais ne pouvait la provoquer. Que ce soit l'amour manifeste de Wilda pour les balais - quelle horreur se disait la petite fille - ou bien l'idée folle de grimper sur un de ces bouts de bois pour faire des tours de terrain.
La galloise ne remarqua même pas que sa comparse avait ramassé sa baguette pour la mettre en sécurité. En effet, cela lui passait au dessus de la tête, complètement et irrévocablement. Elle ne semblait jamais se lasser des balais au contraire de Jyn qui n'en voyait guère l'utilité. Elle s'approcha de son balai et mit sa main au dessus pour marmonner un vague "Debout..." sans aucun enthousiasme, ce qui eut pour seul effet de faire frissonner les branches au bout de la chose. Elle soupira, et réitéra cette fois-ci l'expérience avec plus de volonté. Une fois le bâton coincé entre ses doigts, la petite fille jeta un regard dubitatif à sa tutrice : "Je suis plutôt kamikaze" confia-t-elle d'un ton bourru, avant d'ajouter : "Mais je n'ai pas trop envie de me jeter de mon balai aujourd'hui". Car si elle désirait être partout ailleurs sauf ici, elle s'en voudrait un peu de causer des problèmes à Wilda. Si elle avait des envies suicidaires, autant les assouvir seule et non pas avec un spectateur. Elle enfourcha la bête et donna un coup de pied pour se soulever. Loin d'elle l'idée de s'accrocher au manche comme une enfant qui avait peur de l'altitude, l'orpheline le lâcha immédiatement comme si le serrer ne servait à rien d'autre qu'à causer un lumbago. "Et toi ?" demanda-t-elle en essayant d'effacer sa mine tout à fait maussade, "tu préfères quoi ...?".

(723)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Lun 9 Juil - 22:34

‘Kamikaze’, voilà un terme que Wilda n’avait jamais entendu de sa courte vie. Elle cligna des yeux en fixant la jeunette d’un regard incertain. En effet, la Serdaigle avait beau être une sang mêlée, ses parents n’étaient pas nés moldus et malgré sa curiosité maladive, elle ne connaissait pas grand-chose au monde moldu. Il était donc impossible qu’un terme tire du côté obscur de l’aviation japonaise puisse lui sonner quelconque cloche. « Ah ouai ? C’est une technique de vol ? La Quémic-aze? » demanda la sorcière, qui plissait maintenant les yeux en essayant de se rappeler ses lectures sur l’art du vol. Elle était surprise d’entendre une technique qu’elle ne connaissait pas déjà, elle qui avait fait des lectures extensives sur le sujet. « Tu peux m’apprendre dit? C’est super important de diversifier les techniques, ça peut qu’améliorer mon jeu! » L’adolescente était à présent sincèrement intriguée : elle devait absolument tenter de maitrise le plus de technique possible si elle voulait se démarquer suffisamment pour intégrer rapidement une équipe professionnelle. « Oulah ! C’est complexe à ce point! » s’exclama la poursuiveuse lorsque Jyn lui avoua ne pas trop vouloir tomber de son balai, « tu peux que m’expliquer si tu veux, ou me montrer vraiment lentement pour être sûr de pas tomber, j’préfèrerais que tu te blesses pas sous ma supervision… » la voix de Wilda vibrait maintenant de fébrilité, elle allait peut-être apprendre un truc vachement poussé et même risqué. Quelle après-midi inattendue, vraiment !

Voyant la poufsouffle s’envoler, Wilda enfourcha habilement son balai, tapas du pied et décolla en douceur pour venir la rejoindre. À la question de la jaune, un sourire passionné flotta sur ses lèvres et elle répondit d’un ton coupable: « Hum… je pense que j’adore la vitesse… » Elle ferma les yeux en imaginant le vent lui fouetter le visage, « j’aime aussi un peu trop tester mes limites…il m’est arriver un peu trop souvent de m’écraser au sol, essayant de relever mon manche toujours plus tard de fois en fois » continua-t-elle, puis, d’un haussement d’épaules elle termina : « enfin, c’est comme ça qu’on s’améliore ! »  Combien de fois avait-elle du se rendre à l’infirmerie se faire remontrer le nez, remboiter une épaule ou autres parties du corps suite à d’ambitieuses tentatives de plongeons, de roulades ou encore de se tenir debout sur son balai, sur un pied ou sur les mains…À ses yeux, chaque blessure était un apprentissage, un dépassement. Et elle n’avait pas tort : c’est avec les échecs qu’on arrive à bien cerner les faiblesses et c’est en les répétant qu’on arrive à les surmonter, pas vrai?

Soudainement, la bleue tira son manche et exécuta deux roulades en éclatant de rire. Elle adorait être en apesanteur et sa joie ne pouvait qu’être contagieuse. « Qu’est-ce qui t’allumerais? La première qui passe l’anneau central? Un enchaînement de plongeons? Une course de roulades? Monter le plus haut possible? Faire de la vitesse….? Tu dois t’en douter, mais j’suis partante pour tout tout tout ! » affirma-t-elle, surexcitée. Sans trop attendre de réponse, elle se mit à virevolter à proximité, enchaînant petits cercles après cercles tentant d’accélérer le plus possible sans perdre sa trajectoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 300
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | Juice
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Jeu 12 Juil - 17:21

Jyn avait été élevée par des moldus, dans une ville de moldus, dans un pays à majorité moldue, et sans même accepter au final qu'elle était une sorcière et non, donc, une moldue. Elle parlait avec des mots que ses camarades ne comprenaient pas forcément, et souvent, elle ne s'en rendait même pas compte. Et comme elle ne faisait pas vraiment attention au désarroi de son entourage, c'était d'autant plus difficile d'expliquer ses mots. L'enfant sauvage ne parlait déjà pas beaucoup, mais si elle s'exprimait en plus avec des mots purement moldus... Sa place n'était définitivement pas à Poudlard. Les joues de Jyn prirent donc la teinte d'une tomate bien mure lorsque Wilda lui fit comprendre que vraiment elle ne connaissait pas ce mot. "Euh, je... Bah- en fait..." s'emmêla-t-elle les pinceaux tout naturellement. Elle s'écarta de la Serdaigle avec son balai comme si la distance allait effacer le rouge de ses joues, "ce n'est pas vrai-" fut-elle interrompue par la jeune femme qui lui demandait de lui apprendre quelque chose. La petite fille restait tellement statique qu'il semblait presque qu'elle avait les pieds sur le sols. Elle les faisait pendre dans le vide sans même prendre la peine de les positionner correctement. Elle observa Wilda qui s'extasiait à l'idée d'apprendre quelque chose de nouveau, ou de dangereux, et la Poufsouffle eut même une pointe au coeur en lui cassant son rêve : "Être un kamikaze, ce n'est pas être un adepte de la kamikazerie quidditchtique" essaya-t-elle de prononcer sans postillonner sur son dernier néologisme, "c'est juste euh... un suicide ? " s'arrêta-t-elle finalement en se demandant si elle n'avait pas été trop loin. Elle lâcha le manche de son balai et tourna son balai pour se retrouver la tête en bas, "en fait, je disais ça pour dire que je suis du genre suicidaire au Quidditch" conclut bien fadement la petite fille avant de retrouver une position normale.
Elle décida de voler en vague pour ne pas observer Wilda qui devait la prendre pour une folle furieuse. Non seulement elle était une enfant qui n'aimait pas la magie - concepte que sa tutrice saisissait mal apparemment - mais en plus elle était adepte des missions suicides ? Nul doute qu'elle devait se dire que ça ne tournait pas rond comme un souafle dans sa tête. En tout et pour tout, Jyn posa ses yeux tristes sur les anneaux d'en face. L'enthousiasme de la jeune femme contrastait avec le malaise apparent de la plus jeune des deux. Elle l'écoutait sans vraiment l'entendre lui parler de ses préférences - elle n'en avait pas franchement quelque chose à faire à dire vrai. D'ailleurs, elle ne lui répondit pas lorsqu'elle évoqua la vitesse, ni même lorsqu'elle lui confia qu'elle s'était déjà écrasée au sol comme un moucheron sur un pare-brise. Un "Aïe" aurait pourtant été le bienvenue. La Serdaigle lui proposait plusieurs activités, qui demandaient clairement de l'investissement, ce qui contrastait avec elle qui faisait tout juste quelques cercles avec son balai. "On peut faire une course, oui..." accepta-t-elle à contre-coeur. Jyn n'acceptait que parce que Wilda faisait vraiment des efforts et qu'elle avait l'air sincèrement heureuse sur un bout de bois. La petite Poufsouffle ne pouvait pas vraiment en dire autant, mais retirer de son visage son sourire lui ferait quand même de la peine.

(590)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Dim 29 Juil - 20:35

Wilda s’apprêtait à exprimer sa déception de ne pas apprendre une nouvelle technique de vol, lorsque la petite poufsouffle lui avoua être suicidaire au Quidditch. Le cœur de la sorcière tomba d’un coup au fond de son estomac, tel un lourd caillou le ferait au fond d’un lac. Un léger malaise s’empara de son être. Jyn  avait des pensées suicidaires. La serdaigle était sous le choc, elle ne savait pas comment réagir, que dire. Comment une si jeune enfant pouvait-elle avoir vécu tant de misère, au point où envisager mettre fin à ses jours. Wilda redressa d’un coup le manche de son balai : elle n’allait très certainement pas laisser la gamine broyer du noir. Oh non. S’il fallait qu’elle l’envahisse de sa présence 24h/24 pour s’assurer qu’elle ne commette pas l’irréparable et tenter de la faire sourire, alors elle le ferait. Elle manquerait même des entrainements de Quidditch pour ça. La poursuiveuse s’approcha doucement de la jeune fille qui s’était éloignée d’elle et décida d’adresser le sujet, sans être pour autant trop envahissante, car elle ne voulait pas faire fuir la petite. « Jyn … si un jour tu ne te sens pas bien au point de vouloir être kamikaze, je t’en prie, viens me voir » dit-elle doucement. « Envoie-moi un hibou, même si c’est l’été, même si c’est la nuit, même si ça fait des mois qu’on ne s’est pas parlé. Je te promets que je vais t’aider à trouver d’autres solutions, ok? » ajouta-t-elle le plus sérieusement du monde. La jeune femme pinça les lèvres et se mordit l’intérieure des joues en espérant que la jeune fille n’en n’arriverait jamais à ce point. En fait, elle espérait ne jamais recevoir un tel hibou, elle voulait que la petite vieillisse en pensant ses plaies, une à une, tranquillement, mais si besoin était, comme Wilda espérait qu’elle allait recevoir ce hibou. Peut-être la petite fille n’était-elle pas sérieuse, qu’elle lançait des commentaires comme ça, en l’air, mais l’adolescente ne préférait ne pas prendre de chance. Personne ne devait penser qu’ils étaient seul dans de tel moment. À ses yeux, il était important que Jyn sache qu’elle avait une ressource en elle, même si elles ne se connaissaient que depuis quelques heures.

Au bout d’un moment, Wilda compris qu’il était temps de passer à autre chose, d’alléger l’atmosphère et de se mettre à voler. La poufsouffle consenti à faire la course, ce qui fit flotter un sourire enthousiaste sur les lèvres de la jeune femme. « Super ! Alors Jyn, on fait un marché. On fait la course : le premier qui fait deux tours de terrain et entre dans l’anneau du centre là-bas » dit-elle en gesticulant. « Peu importe qui gagne en fait, je le laisse partir en paix après » termina-t-elle en lui envoyant un petit clin d’œil. L’important, aux yeux de Wilda étaient qu’elles s’amusent un peu, se laissent aller. Certes, la jeune femme était d’une compétition maladive, mais la compétition l’intéressait lorsqu’elle affrontait quelqu’un de son calibre, ou d’un calibre supérieur. L’heure était à légèreté. « Aller ! 1, 2, 3, GOOOOOOOOOOOOO ! » s’écria la poursuiveuse en se cabrant fermement sur son balai d’occasion. Elle entama les tours de terrains à belle vitesse, sans pour autant tenter d’atteindre sa vitesse maximale. Le cœur joyeux elle se laissait aller à quelques tourniquets, tonneaux, piqués, et surtout, elle prenait de grande respiration d’air frais qui semblait lui purifier l’intérieur et faire sortir tout le stress.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 300
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | Juice
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Mar 31 Juil - 14:05

La petite Jyn Sinéad Dawkins avait tellement de pensées noires qu'elle ne se rendait même plus compte que cela pouvait choquer le commun des mortels. Elle ne fréquentait personne et demeurait solitaire. De fait, personne ne s'approchait assez d'elle pour constater son mal-être. Tout le monde s'arrêtait à son côté sauvageon, certes présent mais également de façade : la petite orpheline en réalité, était une enfant qui avait besoin de l'attention de ceux qu'elle aimait. Sans doute que personne ne l'imaginait pleurnicher dans les bras de sa maman, et c'était pourtant ce qu'elle faisait encore souvent, à presque quatorze ans. Elle rentrait soulagée de Poudlard et repartait avec le coeur lourd, comme s'il avait été impossible pour elle de ressentir quoique ce soit d'autre. Devant Wilda, elle venait de se confier, au moins un tout petit peu, sur ce qu'elle ressentait. Et honteuse et gênée, elle ne fit pas attention à l'expression d'horreur de la jeune femme, ni à sa voix blanche. Les yeux rivés sur l'herbe verte du terrain de Quidditch, la Poufsouffle ne répondit rien à sa tirade sinon un haussement vague d'épaule, car elle se doutait que si elle ne lui donnait aucune réaction, elle allait la harceler. Jyn ne voulait pas l'inquiéter. Wilda et elle ne se connaissaient pas, pourquoi donc perturber le quotidien de la Serdaigle par quelques préoccupations concernant une gamine, désagréable de surcroît ? Personne n'avait eut assez de coeur à l'École pour se soucier d'elle parmi les élèves, et bien qu'elle ne s'en formalisait pas, la petite fille ressentait un étrange sentiment tout au fond de son coeur devant l'inquiétude sincère de la joueuse de Quidditch.
Son soulagement de changer de sujet ne fut malheureusement que de courte durée, puisqu'elles se mirent d'accord pour faire la course - disons plutôt que Jyn avait accepté avec l'espoir de quitter rapidement le terrain, et le regard de rapace de la jaune femme qui l'accompagnait.  L'orpheline ne comptait pas gagner la course. Aussi ne se pencha-t-elle pas complètement sur son balai et se contenta de suivre Wilda qui faisait la pitre dans les airs. Un petit sourire amusé osa pointer le bout de son nez sur les lèvres de la plus jeune, devant le spectacle d'une jeunesse si joyeuse. Finalement, ce fut bien entendu la Serdaigle qui l'emporta. La jaune et noir passa dans l'anneau d'à côté et se contenta de remarquer : "Tu as gagné". Elle aurait aussi pu la féliciter, mais Jyn n'en fit rien et descendit en piquet vers le sol pour atterrir avec toute la souplesse d'un félin en bas âge, en laissant tomber son balai au sol. Elle se retourna pour toiser pendant quelques secondes sa tutrice avant de de prendre ses jambes à son cou et s'enfuir en direction de Poudlard.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS) Mer 1 Aoû - 3:56

Wilda s’approcha du sol nonchalamment, balançant sa jambe droite du même côté que la gauche et mis pied à terre en finesse. Elle regarda la poufsouffle s’enfuir à toute vitesse avec une lueur d’amusement dans les yeux. Quelle drôle de petite personne venait-elle de rencontrer. Les sorcières ne s’étaient pas du tout pliées à l’exercice magique demandé par le Professeur Flitwick et elles allaient probablement se revoir pour y pallier. Cependant, cette idée semblait beaucoup moins pénible à présent qu’elle avait réussi un minimum à approcher la fillette. Wilda savait à présent que celle-ci ne la détestait pas, qu’elle n’était pas une enfant terrible ou ingrate, mais une enfant perdue à laquelle on devait faire attention. La serdaigle ramassa le balai que Jyn avait jeté au sol sans aucun respect et alla les ranger dans le hangar à balais. Elle mis la main dans sa poche pour tirer sa baguette afin de déverrouiller le loquet, mais en ressortie la petite baguette de la poufsouffle. L’adolescente rigola doucement et rentra au château pour arranger avec un elfe de maison la livraison de la baguette de Jyn, discrètement dans son dortoir. Délicatement enroulée autour de sa baguette, on y retrouvait une courte note : Filius ne nous laissera pas nous en tirer si facilement…Samedi prochain, même heure, amène moi dans un lieu qui te plait, on và chatouiller un peu de baguette! – W.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS)

Revenir en haut Aller en bas

Pratiquons main dans la main l'art de la disparition - Jyn S. Dawkins (CLOS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [EVENT] LIBRE - Laboratoire
» Bali Balo dans son berceau...
» [Validée]Gingi yamada
» ça fond dans la main !!
» Duel en duo...pour la joie des foules.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Poudlard
-