Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

knocking at the devil's door - Walecto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 116
| AVATARS / CRÉDITS : Alexandra Daddario
| SANG : Pur


MessageSujet: knocking at the devil's door - Walecto Mer 2 Mai - 15:24

3 Décembre 1976

Cela faisait maintenant quelques mois que tu avais quitté Poudlard, et tu commençais à t’habituer à ton nouveau rythme de vie. Tu avais commencé à faire des études pour faire partie de la police magique, mais ce n’était clairement pas ta priorité. Comme tu avais toujours eu des facilités à l’école, tu étais bien contente que cela ne te demandait pas d’étudier plus que ça, et que la plupart du temps, tu n’avais qu’à faire acte de présence en cours pour réussir. Non, les choses sur lesquelles tu te concentrais étaient bien plus importante. Tu avais été marquée rapidement après ta sortie, et tu étais encore sous la tutelle de Bellatrix Lestrange, la femme qui t’apprenait à te battre. Tu avais déjà beaucoup appris depuis cet été, mais tu savais qu’il y avait encore beaucoup de choses à apprendre, et si Bellatrix t’apprenait le côté pratique et brut des choses, cela ne te suffisait pas.

Tu avais commencé à croiser Walden MacNair de plus en plus souvent. Il était souvent à ta résidence familiale, pour parler avec Amycus, et il t’arrivait de plus en plus souvent d’accompagner ton frère chez lui, sous prétexte de vouloir garder un oeil vigilant sur ton petit frère. La véritable raison était que tu remarquais les techniques de manipulation que cet homme utilisait parfois sur ton frère, et que tu voulais apprendre à faire la même chose sur d’autres personnes. Il t'avait fallu du temps pour te rendre compte que cet homme t’intéressait, et encore un peu plus de temps pour prendre une décision. Et cette décision, tu l’avais prise aujourd’hui, après que le blond soit partit de chez vous suite à sa visite pour Amycus.

Il était déjà assez tard, presque dix heures du soir, alors que tu enfilais ton épaisse cape pour sortir. Ton elfe de maison de demanda où tu allais et tu lui lanças un regard glaçant. - Depuis quand tu te mêles de mes affaires, insecte ?! Lui cracha-tu à la figure en lui donnant un coup de pied dans les côtés. - Si tu vas raconter mes affaires à qui que ce soit, je te préviens que je t’arrache les ongles des mains uns par uns et que je te pèle la peau avant de te tuer. Menaçes-tu dans un excès de colère. Tu lui tournes le dos et entends ses pas précipités s’éloigner de la pièce. Tu transplanes alors devant que MacNair. Sans mentir, tu es un peu nerveuse. Il pourrait de pas être là, il pourrait ne pas répondre à la porte, il pourrait refuser de te laisser rentrer… Tu inspires longuement, et expires à nouveau. Tu te donnes de la contenance et du courage, puis tu frappes à la porte. - Walden ? C’est Alecto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 224
| AVATARS / CRÉDITS : FINN JONES, pando
| SANG : PUR


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Azkaban.
| PATRONUS : Un coyote.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: knocking at the devil's door - Walecto Mer 23 Mai - 21:53

Cela faisait maintenant quelques temps que Macnair fréquentait les enfants Carrow. Si l'une se tapissait dans l'ombre de son frère et les observait d'un œil brillant lors de leurs rencontres, l'autre, auprès duquel il était censé enseigner, se révélait être... Bien moins étincelant. Comme quoi, tout les couteaux n'étaient pas aussi affûtés, chez les Carrow.
Walden avait passé l'après-midi avec eux, au Manoir de Morfin. Si officiellement il était là pour le fils, il ne lui avait pas échappé que des deux, c'était la fille qui était la plus acérée. Amycus avait certes des prédispositions naturelles non-négligeables qui contribuaient à servir à merveille la croisade de leur Lord, elles ne se révélaient être aux yeux du Mangemort que bourrues et grossières.
À l'inverse, c'était toujours Alecto qui posait les bonnes questions. Vive d'esprit et pragmatique, elle avait une vision avisée et incisive des choses, et savait manifestement analyser à froid une situation pour en tirer la plus concluante des décisions. Autant de caractéristiques similaires à son propre caractère, autant de raisons qui avaient poussé Walden à passer, au fil des semaines et mois passés ensemble, autant de temps avec le fils qu'avec la fille Carrow.
Naturellement, passé l'aspect théorique de chacune de ses et de leurs visites, s'était profilé un intérêt naissant. D'abord, pour la disciple qu'elle devenait. Puis, tout simplement, pour la femme qu'elle était. Bien évidemment, rien n'était dit ouvertement. Mais n'importe quel prétexte était bon à prendre pour passer toujours plus de temps avec l'héritière qu'avec l'héritier. Fiancé deux fois, et éconduit deux fois aussi, Walden savait désormais se montrer prudent.

Aussi, lorsque l'on toqua à la porte et que l'elfe du Manoir introduit leur hôte dans leur demeure, le Mangemort s'imagina presque innocemment que Lucius lui rendait visite, ou bien un autre confrère marqué ou un collègue du Ministère.
À vrai dire, il s'attendait à tout sauf à trouver Alecto Carrow à sa porte, à dix heures passées du soir. Dans le hall, dévalant les marches, il s'était arrêté à mi-chemin, alors qu'il retroussait les manches de sa chemise noire sur ses avants-bras, dévoilant la marque qu'il partageait avec la jeune femme. Descendant le reste des marches plus lentement, il combla en quelques enjambées l'espace qui le conduisit face à Alecto, qu'il dévisagea d'un air énigmatique. « — Alecto ? Il regarda derrière la sorcière, s'attendant à voir avec elle son frère. Pourtant, point d'Amycus. Tu es seule ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 116
| AVATARS / CRÉDITS : Alexandra Daddario
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: knocking at the devil's door - Walecto Jeu 24 Mai - 16:03

Cinq ans. C’était le nombre d’années qui te séparaient de Walden. Ca n’était pas un nombre très important, tu le savais. Cependant, cela t’avais beaucoup ennuyée au début, lorsqu’il ne te connaissait pas très bien. Il t’avais infantilisée, et prit pour plus bête que tu ne l’étais. Tu ne pouvais pas trop lui en vouloir, puisqu’il travaillait avec ton frère, et que Amy avait besoin qu’on lui explique longuement les choses, parfois. Ainsi, il avait sûrement pensé qu’il aurait dut faire de même avec toi, mais c’était simplement parce qu’il ne te connaissais pas encore. Ces derniers mois, il semblait avoir arrêté d’agir ainsi, et semblait s’intéresser de plus en plus à la personne que tu étais.

Pour beaucoup de gens, il était difficile de séparer les faux-jumeaux Carrow. Déjà, parce que malgré vos sexes opposés, vous vous ressembliez beaucoup, mais aussi parce que vous aviez tendance à montrer la même personnalité en public. Vous étiez toujours fourrés ensemble, et organisiez toujours vos plans maléfiques ensemble. Cependant, vous étiez deux entités différentes, avec des projets parfois différents, même si l’aboutissement était souvent le même. Peu de personnes l’avait compris, et MacNair semblait être l’une d’entre elles.

Tu n’avais pas manqué de remarquer les excuses que Walden inventaient pour passer un peu plus de temps avec toi. Prendre le thé tous ensemble, s’entretenir de plans qu’ils pourraient réaliser à trois, te demander ton avis sur quelque chose qui concernait ton frère… Toutes les raisons étaient bonnes, et plus tu passais du temps avec le blond au caractère tranchant, plus tu l’appréciais, et plus tu comprenais la raison pour laquelle Bellatrix en avait pincé pour lui. Toi aussi, tu commençais à ressentir des sentiments non rationnels quand tu le voyais, mais tu les mettais chaque fois de côté en te disant que ce n’étaient que des hormones, déchaînés à cause de ton adolescence qui s’achevait finalement. A presque dix-neuf ans, tu sentais le devoir de te marier peser de plus en plus lourd sur tes épaules. Ton père, qui souhaitait que Rabastan te prenne comme épouse, commençait à réaliser que ce dernier ne le ferait pas. De toute façon, tu ne voulais plus épouser Rabastan non plus. Pendant ton temps à l’école, cela ne te dérangeait pas vraiment que cette idée de mariage reste hypothétique, puisque tu n’avais pas vraiment à t’y confronter. Cependant, maintenant que étais entrée dans le monde adulte, tu refusais qu’on te mène par le bout de la baguette. Si Rabastan ne souhaitait pas se prononcer sur votre possible mariage, c’est qu’il n’était pas assez bien pour toi. Tu refusais d’être le choix par dépit de quelqu’un. Tu étais une femme belle, forte, et de bonne famille, et l’idée de te marier avec quelqu’un qui ne t’apprécierait pas à ta juste valeur te rendait folle.

Walden en revanche semblait te porter un intérêt tout particulier, et cela te plaisait bien plus. Tu savais que tu avais des choses à apprendre de lui, et tu jugeais avoir attendu assez longtemps pour mériter le droit de lui parler seul à seule.  Une fois entrée dans sa demeure, et apperçevant la silhouette distinguée du mangemort, tu fis tomber ta capuche pour révéler ton visage immaculé et tes yeux perçants. - Je suis seule. Affirma-tu, retenant un sourire pressant sur tes lèvres. - J’aimerai qu’on s'entretiennent toi et moi. Seuls. Tu ôta la cape de tes épaules avant même d’entendre la réponse de MacNair, et la mit sur le porte manteau, révélant une robe noire et bleue nuit surplombée d’un corset serré qui relevait ta poitrine. Tu avais parfaitement conscience que tu jouais de tes atouts pour qu’il accepte, même si tu pensais ne pas vraiment en avoir besoin. - Cela fait un moment que je pense que nous avons des choses à nous dire, sans la compagnie des autres membres de ma famille. N’es-tu pas d’accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 224
| AVATARS / CRÉDITS : FINN JONES, pando
| SANG : PUR


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Azkaban.
| PATRONUS : Un coyote.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: knocking at the devil's door - Walecto Sam 30 Juin - 17:30

L'une des choses que Macnair avait apprises à propos de la fille de Morfin depuis toutes ces semaines passées ensemble, c'est que sa force de caractère égalait sa beauté. De fragile et délicate, elle n'en avait que l'apparence, car à l'intérieur bouillonnait un torrent de vie et de feu. Lorsqu'Alecto avait une idée en tête, elle n'entendait clairement pas y aller par quatre chemins et aimait prendre les choses en mains. Aussi, la surprise de la voir chez lui passée, celle de la voir faire comme si elle était chez elle ne le troubla pas plus que cela.
En revanche, ce qu'elle portait sous sa cape le troubla beaucoup plus.
« — Laisse nous, dit-il d'une voix tranchante, sans lâcher Alecto des yeux, à l'attention de l'elfe qui était resté entre eux, bras ballants, si bête qu'il n'avait pas remarqué que leur invitée avait directement accroché sa cape à la patère, attendant qu'elle la lui tende. Sursautant à l'ordre de son maître, il déguerpit sans demander son reste. Walden dut se faire violence pour décoller ses yeux de la plastique généreuse de sa diablesse d'hôte et de ses yeux si translucides, pourtant son visage restait lisse comme du marbre. A ceci près que sa mâchoire s'était serrée, rien ne trahissait son trouble. Au petit jeu de dupes, il était entraîné.
Malgré tout, elle ne l'aidait pas à rester maître de lui-même, en se pointant au Manoir à l’improviste et ainsi vêtue. L'avait-elle fait exprès ? Bien évidemment que oui, mais cette marque de flatterie flatta son ego à un point qu'elle ne s'imaginait sans doute pas. Décroisant ses mains qu'il avait nouées dans son dos, Walden écarta les bras comme pour inviter la jeune femme à le suivre, et déclara ; Tout à fait d'accord, je suis ravi que tu aies pris l'initiative de passer ici. Et c'était vrai. Il esquissa un sourire en coin, dont seul lui avait le secret.Viens, passons au salon. Je t'offre quelque chose à boire ? » Il lui tardait d'entendre ce que la magnétique Alecto avait à lui dire, mais il était encore plus heureux qu'elle prenne les rennes et ne décide de venir d'elle-même. Curieux, il attendait qu'elle se lance, désireux de la voir dévoiler son jeu...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: knocking at the devil's door - Walecto

Revenir en haut Aller en bas

knocking at the devil's door - Walecto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» KNOCK ON YOUR DOOR ♣
» The Sacrifice of Haiti "Pact with the Devil"
» Alignement NewJersey Devil
» Supernatural;; Sympathy For The Devil
» [Defense Devil] Présentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres :: 
Les lieux d'habitations
-