GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

Les étoiles brillent et le pardon règne. — Ewan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 585
| AVATARS / CRÉDITS : Scarlett Leithold (c) Class Whore Staff
| SANG : Pur !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Les étoiles brillent et le pardon règne. — Ewan Lun 7 Mai - 10:39

Soir de bal, soir de fête, mais aussi soir de pardon, rédemption. Chacun des élèves présents riaient, s'amusaient et dansaient vêtus de belles robes et costumes. La joie était présente, bien qu'elle ne durerait pas longtemps pour la plupart. Soir de bal. Quant à elle, sa place était celle de spectatrice, elle s'était tenue près d'Adrian pour l'aider au stand, elle n'était pas réellement d'humeur à danser et s'était dit que donner un coup de main était la meilleure des choses à faire pour se vider la tête. Il l'avait invité au bal la semaine précédente, mais si Andrews ne l'avait pas trainée hors de son lit, Ewan l'aurait attendu bien longtemps sans l'apercevoir. Soir de fête. Elle était descendue de la tour à une vitesse affolante et avait tout fait pour que personne ne la remarque plus que nécéssaire. Malgré tout, il fallait croire qu'elle avait échoué, puisqu'alors qu'elle accrochait les photographie de Njal et Alexandre, une voix la fit se noyer dans des pensées plus que lointaine. Sa voix. La jeune fille se tendit, qu'est-ce qu'elle devait faire ? Se retourner ? L'ignorer ? Courir ? Elle épingla la dernière photo à la galerie et pris une grande inspiration. Si elle voulait sauver son couple, c'était maintenant ou jamais. Elle rencontra ses yeux. Les yeux dont elle n'avait vu la couleur depuis bientôt quatre mois. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien lui répondre ? Bah écoutes, très bien, tu t'intéresses de nouveau à ce que je fais ? Sympa de t'inquiéter pour moi, Forks. Mais non. C'était au-dessus de ses forces. Elle restait là, stoïque. Elle sentait son coeur se serrer. Soir de pardon. Merlin, qu'il lui avait manqué. Elle aurait pu se perdre à jamais dans ses yeux chocolats. Elle détourna le regard et baissa la tête, déboussolée. « Salut, Ewan... Je vais...bien, et toi ? » dit-elle sans savoir où tout cela allait les mener exactement. En fait elle ne savait pas quoi faire, tout ce à quoi elle pensait c'était lui sauter dans les bras et ne plus jamais le lâcher. Pourtant, elle savait qu'une discussion serait nécéssaire, et ce au plus vite, bien que l'endroit n'était pas tout à celui indiqué pour cela. Soir de rédemption.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Paul Evan Becker
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un corps en proie aux flammes
| PATRONUS : Un phoque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Les étoiles brillent et le pardon règne. — Ewan Mar 8 Mai - 11:19


En toi s’éveillait un mélange contrasté d’émotions à la vue de Gardenia. De la gêne, de la joie. De l’amour. Mais aussi de la culpabilité. Beaucoup de culpabilité. Durant les derniers mois, tu avais cru agir de la bonne façon, suivant les conseils de Marlene. Tu avais pensé que mettre de la distance dans ton couple était la meilleure solution, un moyen de faire comprendre à Gardenia que tu ne tolérais pas ce qu’il s’était passé sans pour autant en venir à une dispute. Oui, jusqu’à ce soir encore, cela t’avait paru être la meilleure façon d’agir.
Cependant, maintenant qu’elle se tenait en face de toi, rayonnante dans sa robe magnifique alors que pourtant, un éclat malicieux dans ses yeux semblait avoir disparu, tu t’en voulais de l’avoir ignorée pendant si longtemps. Pourquoi avoir fait ça ? Tu l’aimais. Plus que tu n’avais jamais aimé quelqu’un alors pourquoi t’être comporté en véritable troll ?

Vos regards se croisèrent et tu sentis ton rythme cardiaque faire un bond. Tu étais incroyablement heureux de la voir ici, ce soir et pourtant, tu te sentais terriblement idiot. Idiot et gêné de cette situation qui, il ne fallait pas s’appeler Merlin pour s’en rendre compte, vous gâcherez irrémédiablement le bal. « Salut … Tu vas bien ? » lui demandas-tu sur un ton étrange et mal-assuré. Tu ne savais pas quoi lui dire. Pas après un silence de plusieurs mois. Un silence dont tu étais l’unique responsable. A ta grande joie, elle te répondit bien que tout dans sa posture et ton attitude t’indiquait à quel point elle se sentait chamboulée. « Salut, Ewan... Je vais...bien, et toi ? » Tu hochas pensivement la tête, à la manière d’un petit enfant. « Je suis heureux que tu sois là, » avouas-tu d’un air penaud, comme si le ciel allait s’effondrer sur ta tête pour avoir osé dire une telle chose.

Tu avais la certitude que rien ne pourrait revenir à la normale et que vous ne pourriez pas profiter d’une valse (ce dont tu mourrais d’envie) avant d’avoir recollé les pots cassés. Et pourtant, jamais un reparo ne suffirait. Il vous fallait discuter. Vous excuser peut-être mais surtout parler. Et ici, il y avait bien trop de monde. Un endroit calme serait bien mieux, là où personne, pas même un enseignant, ne pourrait vous alpaguer pour vous forcer à rejoindre les festivités. « Je … heu … Il faut que je te parle, » expliquas-tu maladroitement et certainement trop brusquement. Tu fis un pas vers elle, cherchas à glisser tes doigts entre les siens. Tu avais un air de croup battu, véritablement peiné de voir à quel point ton couple battait de l’aile par ta simple erreur. « Mais pas ici, continuas-tu d’une voix à peine audible. S’il-te-plait, tu veux bien venir ? » Tu ne savais pas si elle allait accepter et t’attendais à tout instant à être rejeté, qu’elle retire sa main de la tienne dans un geste ô combien lourd de conséquence.

Citation :
Ewan et la subtilité, c'est toujours pas ça Laughing Si tu veux que Nia accepte de le suivre, tu peux dire dans ton post qu'il la mène jusqu'à la tour d'astronomie sans lui dire grand-chose Cute

  • Faire un sujet flash-back - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées
  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées



Dernière édition par Ewan D. Forks le Jeu 10 Mai - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 585
| AVATARS / CRÉDITS : Scarlett Leithold (c) Class Whore Staff
| SANG : Pur !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Les étoiles brillent et le pardon règne. — Ewan Mar 8 Mai - 16:21

Tout les deux face à face, tu avais l'impression que vous n'étiez plus que tout les deux dans cette grande salle de bal. Ton coeur battait plus vite qu'il ne l'avait jamais fait en sa présence, tu t'étais attendue à le voir ce soir, mais pas à ce qu'il vienne te parler ainsi. Tu avais beaucoup trop espérer ces quatre derniers mois pour espérer encore cette nuit, tu avais pensé à une immensité de choses quand il s'était approché, mais pas ça. L'angoisse était monté en toi lorsqu'il t'avait invité une semaine plus tôt et encore plus maintenant que tu le voyais devant toi, hochant la tête. Tu avais l'impression qu'il avait grandit, ou peut-être muri. « Je suis heureux que tu sois là, ». Ton coeur lâcha, tu n'étais décidément peut-être pas prête à communiquer normalement avec lui, pas encore. Tu sentais le rouge monter te monter aux joues, comme si il s'agissait de votre première rencontre, il y a un an de cela. « Je suis contente de te voir, » fis tu la tête baissée, comme une enfant que l'on venait de gronder. Tu avais l'impression que vous vous tourniez  autour, tel deux lions, sans jamais avoir le courage de s'approcher l'un l'autre. Le temps avait fait son oeuvre et avait brisé beaucoup trop de choses entre vous deux, si ce n'était pas vous-mêmes

Tes mains devenaient moites et si tu avais été à l'aise au début de la soirée, tu commençais fortement à douter qu'il en soit de même à l'instant précis. Tu n'osais plus le regarder de peur de fondre en sanglots ou de courir dans son dortoir. Un silence s'était installé entre vous, dans tout ce brouhaha de rires, de musique et de paroles échangées. Un silence pesant jusqu'à ce qu'il décide de le briser. « Je … heu … Il faut que je te parle, » Tu fus surprise qu'il s'approche aussi rapidement de toi, tu ne savais pas comment réagir et ton corps fondait au simple contact de ses doigts entremêlés aux tiens. Tu eus l'envie soudaine de reculer, mais tu ne le fit pas ayant la forte impression que cela serait irréparable. Tu relevas la tête appréhendant ce qu'il pouvait bien vouloir te dire. Te quitter ? Tu espérais que ce soit le contraire, tu n'étais pas prête à te séparer de lui, de son rire, de sa joie communicative et du réconfort que te procurait chacun de ses gestes. Puis il décida de continuer. « Mais pas ici. S’il-te-plait, tu veux bien venir ? » Alors tu hocha la tête, timidement et décidas de le suivre, tu espérais sauver votre relation et ce qu'il en restait par ta faute.

Le trajet eut lieu en silence, tu t’y étais attendue, tout ce que tu pouvais faire était suivre ses pas rapides tandis qu’il te tenait la main et que tu t’accrochais à la sienne comme si ta vie dépendait. Tu n’eus pas le temps de comprendre ce qu’il se passait que la réalité te rattrapait. Vos pas vous avaient tout deux conduits à la tour d’Astronomie. Vous vous faisiez face, le silence pesant régnant encore dans votre bulle. Tu te décidas finalement à le briser. « Tu voulais me parler ? » dis-tu d’une voix presque inaudible, redoutant ce dont il pouvait bien vouloir te parler. Ton cœur se serrait de plus en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Paul Evan Becker
| SANG : ϟ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un corps en proie aux flammes
| PATRONUS : Un phoque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Les étoiles brillent et le pardon règne. — Ewan Jeu 10 Mai - 11:08


Tu te sentais terriblement honteux d’oser te présenter à elle ainsi, avec un faible sourire et des mots qui n’étaient vraisemblablement pas appropriés. Tu ne savais quoi lui dire ni même comment agir. Pourtant, tu fis tout de même un pas en avant et mêlas tes doigts aux siens sans qu’elle ne te rejette. C’était là ce que ton cœur te disait de faire et, pour la première fois depuis quatre mois, tu l’écoutais, mettais de côté toute réflexion superflue pour ne te laisser guider que par tes sentiments.
Ton sourire s’agrandit légèrement lorsqu’elle te confia être contente de te voir. Non, tu ne t’attendais pas à ce qu’elle t’adresse si facilement la parole ou même qu’elle te dise une telle chose. D’ailleurs, à sa posture, sa tête baissée, penaude comme si elle avait fait une énorme erreur, tu compris que cela lui demandait un effort considérable. Nul doute que si tu n’avais pas fait le premier pas, elle ne l’aurait pas fait d’elle-même.

Tu aurais voulu rester là, à la contempler, à redécouvrir ses doux traits, à presser doucement sa main dans la tienne pourtant, tu savais que si vous ne parliez pas, là, maintenant, plus rien ne pourrait jamais être comme avant. Tu le voyais bien, Gardenia n’arrivait pas à agir comme elle aurait dû le faire si les quatre derniers mois s’étaient passés normalement. D’ailleurs, toi-même t’y forçais et cela te pesait. Tu espérais que plus vite vous parleriez, plus vite vous pourriez retrouver votre vie d’avant et peut-être profiter encore d’un slow avant la fin du bal.
Aussi la lui demandas-tu, à demi-mots, comme s’il te brûlait de lui imposer une telle chose, de bien vouloir se soustraire à l’effervescence de la Grande Salle. Tu fis cela avec le plus de douceur possible, craignant que, cette fois-ci, elle te rejette avec vigueur, attirant à vous tous les regards indiscrets et malvenus des pires commères de Poudlard. Tu voulais lui épargner cela et ne supporterais pas qu’on puisse dire que tu avais mal agi car tu avais déjà la terrible sensation d’être celui qui avait coulé votre couple.
Bien heureusement, Gardenia hocha la tête sans un mot et se laissa guider à travers les couloirs vides et austères du château. Tu lui tenais la main avec précaution mais il n’y avait plus là la complicité d’un couple bien portant. Vous passâtes devant la salle de repos sans pour autant vous arrêter. C’était pourtant un endroit calme. Néanmoins, c’était aussi dans cette pièce que vous aviez passé l’une des plus merveilleuses soirées de votre vie à deux et tu ne voulais pas gâcher ce souvenir, d’autant plus que d’autres élèves pourraient déjà s’y trouver, cherchant à fuir le tumulte de la Grande Salle.

Finalement, votre fuite prit fin dans la tour d’astronomie. Ici, personne ne viendrait vous importuner ni même n’aurait la présence d’esprit de vous chercher. Vous seriez seuls avec les étoiles. Voilà que vous vous faisiez face. Vos yeux ne brillaient plus de cet éclat si particulier fait de malice et de complicité. Il n’y avait pas les étoiles qui scintillaient, hautes dans le ciel. Et pourtant, tu l’aimais. Cela t’avait paru comme une évidence à l’instant-même où tu avais croisé son regard, la même évidence qu’au premier jour. Voilà que tu voulais te battre, contre le temps qui avait fait des ravages, contre les autres qui vous avez blessés. Tu voulais te battre pour elle mais encore fallait-il qu’elle le veuille bien. « Tu voulais me parler ? » te demanda-t-elle dans un murmure, ce à quoi tu répondis d’un hochement de tête sans pour autant savoir que répondre. Tu étais anxieux, ne savait pas quoi lui dire alors qu’il était évident qu’il fallait briser le silence entre vous. Cherchant tes mots, tu t’éloignas, trouvas quelques bougies que le professeur Drastena utilisait quand elle faisait cours, les allumas pour prodiguer un peu de lumière à cette soirée bien sombre. Quand cela fut fait, tu n’eus plus d’excuses, ne pouvais tout simplement plus reculer. Alors tu laissas ton cœur parler, te guidait car il ne pouvait pas te tromper. « Je suis désolé, Nia … » soupiras-tu sans oser la regarder dans les yeux. « Désolé d’agir agi comme un troll durant ces derniers mois. J’aurai pas dû mais … mais je savais pas quoi faire, j’étais perdu et … J’ai jamais voulu qu’on en arrive là. Je suis désolé. » De dépit, tu te laissas tomber au pied d’une estrade de bois et posas ton menton sur tes bras croisés sur tes genoux. Qu’aurais-tu pu dire de plus ?

Citation :


  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées
  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les étoiles brillent et le pardon règne. — Ewan

Revenir en haut Aller en bas

Les étoiles brillent et le pardon règne. — Ewan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les étoiles brillent, mais pas autant que mes yeux quand je te vois.
» « La nuit les étoiles brillent. - Caleb I. LESTRANGE. »
» Ce n'est que quand il fait nuit que les étoiles brillent. [EunJi Hoseok / Shin Hoseok][Terminé]
» Le papillon des étoiles
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: La tour sud :: Les tours :: 
La tour d'astronomie
-