Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

(flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 81
| AVATARS / CRÉDITS : arthur gosse, ASTRA
| SANG : sang pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une corde.Celle qu'on lui a passé autour du cou.
| PATRONUS : Un ocelot, félin paresseux et nocturne.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: (flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro Dim 13 Mai - 22:11

Manoir Flint ~
Pendant les vacances scolaires,
peu après la naissance de Marcus


Voilà quelques mois que le nouveau membre de la famille Flint avait pointé le bout de son nez, fils de Demetrius et Orphea, dont le faire-part de naissance avait atterri dans les maisonnées de toutes les familles sang-pur de leur cercle.
Au Manoir, trois générations, désormais, vivaient en communauté — quatre, si l'on comptait Pépé Urias, le spectre de leur aïeul au caractère épouvantable, à jamais coincé entre ces murs ! — sous le même toit, dans une tranquillité tout à fait relative.
En effet, comme tous les nouveaux-nés, le petit Marcus ne faisait pas encore ses nuits, et cassait les oreilles de tous les occupants du Manoir. Outre les jérémiades de Pépé Urias qui d'habitude faisaient bien rire Demetrius, mais aujourd'hui le laissaient de marbre, les cris du nourrisson résonnaient si fort que l'on se demandait s'il n'était pas en fait l'enfant d'un Vaudelune, et non celui des époux Flint.
Il n'empêche que le petit Marcus était un beau bébé. D'un bon poids et d'une bonne stature, il avait de belles joues roses et rebondies, et la caractéristique chevelure brune des Flint. Il n'avait pas hérité des beaux yeux clairs de son père, mais assurément, il deviendrait un beau garçon dans le futur, tous les membres de la famille s'accordaient à le dire.
Oui mais...
L'avenir n'était pas immuable.

Ce matin-là, tôt dans la cuisine, les elfes préparaient le déjeuner des Flint. Orphea avait veillé Marcus toute la nuit, et était restée couchée. Elle avait chassé Dem du lit conjugal, lui qui ne rêvait également que de dormir, afin qu'il lui donne son biberon. « Chacun son tour », avait-elle dit dans un bâillement, lui tournant le dos. Il s'était d'abord installé dans le sofa du living-room, mais s'était aperçu qu'il s'endormait et que le biberon fuyait partout sauf dans la bouche de son fils. Au moins, à la cuisine, il y avait du bruit dans les marmites et les casseroles, et de l'agitation. Côtoyer les elfes ne l'enchantait pas le moins du monde, mais au moins cela lui permettait de garder les yeux ouverts. Ou au moins un sur deux. C'était leur petit secret entre père et fils.
Demetrius était debout, les fesses appuyées contre la large table de bois, Marcus calé dans un bras, l'autre tenant le biberon. Le nourrisson avait enfin cessé de pleurer. La fin des problèmes...

______________________________

☽☽ il y a des mots faits d'un verre si fragile qu'ils se cassent si on les utilise ne serait-ce qu'une seule fois, laissent échapper leur contenu et éclaboussent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 260
| AVATARS / CRÉDITS : Alex Lawther (made by me)
| SANG : Sang pur, même si cela n'a pas vraiment d'importance à ses yeux.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le fantôme de Pépé Urias
| PATRONUS : Un sphynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro Dim 13 Mai - 23:17

C'est en bâillant à s'en décrocher la mâchoire qu'Ambrosius fit son entrée dans la cuisine du manoir Flint. C'était les vacances scolaires et, si d'ordinaire le jeune Poufsouffle avait le droit de rester à Poudlard, cette fois-ci ses parents avaient tenu à ce qu'il rentre à la maison pour fêter comme il se devait l'arriver de ce cher Marcus Flint dans la famille. C'est qu'il fallait être au complet pour les photos officielles, 'voyez. Il s'était donc résigné, avait fait ses valises et était rentré au bled, à la kasbah comme disent les jeunes. Il avait été accueilli par l'elfe de maison et ses parents n'avaient remarqué sa présence que le lendemain matin à la table du petit-déjeuner. Son père l'avait salué d'un « tiens, t'es là toi ? » avant d'houspiller l'elfe car sa tasse de thé était vide. Ambrosius s'était contenté d'hausser les épaules et le reste des vacances avaient poursuivit son petit bonhomme de chemin, le garçon ne quittant quasiment pas sa chambre hormis lorsque des invités venaient à la maison pour rencontrer le bébé -que dis-je ? Le braillard ! Alors il descendait quelques minutes, faisait quelques courbettes -lorsque les gens daignaient s'intéresser à sa présence- puis remontait se cacher dans ses appartements sous l'oeil féroce de sa mère qui s'étonnait qu'il n'ait pas déguerpi plus tôt. Ah la joie des retrouvailles familiales.
Bref, ce matin-là donc, Ambrosius était descendu tôt, calé qu'il était encore sur le rythme scolaire. Il fallait dire qu'il dormait mal car si tout le manoir avait vu ses murs insonorisés, personne n'avait eu l'idée d'en faire de même dans la chambre d'Ambrosius qui, bien incapable qu'il était de le faire lui-même étant un sorcier de premier cycle, se devait de supporter les hurlements terribles de son neveu tout aussi terrible. Cette famille, aussi immorale qu'elle puisse être, n'avait jamais eu l'idée de lui lancer un Silencio, à ce gosse ?
Le jeune garçon pénétra dans la cuisine avec une tronche de six parchemins de long, les yeux encore tout collés, les cheveux en bataille et il traînait ses savates sur le carrelage lorsqu'il rencontra non sans une certaine violence le coin de la table qui trônait au centre de la pièce. Ses yeux se décollèrent alors juste à temps pour lui permettre d'assister, impuissant, à l'élément précurseur qui allait sceller à tout jamais le destin de ce pauvre Marcus Flint : une pile d'assiettes glissa de la table pour venir s'éclater, dans un fracas de tous les diables, sur le carrelage de la cuisine. Ambrosius plaqua sa main à sa bouche tandis que son frère se retournait, mais déjà, il était trop tard... Les cris en provenance des bras de Demetrius laissait comprendre que la terreur était de retour...
— Ah, je crois qu'il commence à muer, fit Ambrosius d'une voix pâteuse en levant son index droit en l'air, hier encore il n'atteignait pas cette note-là.
Il était tout à fait détaché vis à vis de sa cinglée de famille, ce qui avait le don de les énerver encore plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 81
| AVATARS / CRÉDITS : arthur gosse, ASTRA
| SANG : sang pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une corde.Celle qu'on lui a passé autour du cou.
| PATRONUS : Un ocelot, félin paresseux et nocturne.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro Sam 19 Mai - 22:44

Heureusement que ses bras tenaient bon... Car Demetrius sentait à nouveau le sommeil le gagner. A défaut de trouver son bonheur dans les bras d'Orphea, il se laissait glisser petit à petit dans ceux de Morphée, la tête, dodelinante, tombant doucement en arrière, la bouche ouverte, tandis que le petit Marcus tétait avidement son biberon. Lui, à l'inverse, était bien réveillé et ne perdait pas le nord.
Le bruit ambiant de la cuisine, tout comme les petits gémissements de son fils et les sons de succion qu'il émettait, lui semblaient de plus en plus lointains, comme si de la ouate les entourait tous les deux. Le Manoir était enfin paisible, le calme revenait après la tempête, les astres étaient à nouveau alignés, tout allait bien dans le meilleur des mondes...
Quand soudain.
S'il fallait une raison de plus à Demetrius pour que son frère ne l'agace définitivement, ce fut celle-ci. Alors que les assiettes de porcelaine tombèrent au sol dans un fracas à faire pleurer d'amateurisme un restaurateur grec, Dem sut que la machine à sanglots allait se remettre en marche.
Alerte, il lança un regard plein d'angoisse à la chair de sa chair, dans ses bras, dont le petit visage déjà se chiffonnait et devenait tout violacé, avant de tourner la tête d'un geste vif et d'avada-kedavriser son frère du regard. Les elfs se figèrent comme les aiguilles d'une horloge, en pleins gestes. Le temps lui-même semblait s'être figé. Et Marcus n'en finissait plus de bramer comme un cerf en rut.
— Ah tu crois, tête de troll ? Martela-t-il d'une voix sourde. Lui, l’exubérant Demetrius qu'on entendait toujours avant de voir, ne parlait à voix basse que dans deux cas de figure, 1) en présence de son fils pour ne pas l'exciter, 2) lorsqu'il se mettait en colère. Les deux cas de figure étaient réunis. Et toi, tu sais quelle note TU vas atteindre dans deux minutes, si tu ne déguerpis pas le parquet, avant de l'avoir nettoyé ? Demanda-t-il en glissant un regard méprisant vers le carrelage où gisaient les éclats d'assiettes.

______________________________

☽☽ il y a des mots faits d'un verre si fragile qu'ils se cassent si on les utilise ne serait-ce qu'une seule fois, laissent échapper leur contenu et éclaboussent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 260
| AVATARS / CRÉDITS : Alex Lawther (made by me)
| SANG : Sang pur, même si cela n'a pas vraiment d'importance à ses yeux.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le fantôme de Pépé Urias
| PATRONUS : Un sphynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro Sam 26 Mai - 15:20

Ambrosius, la tronche dans le chaudron, pouffa de rire en s'abaissant pour ramasser les dégâts. Il ne voyait plus son frère masqué par la table de la cuisine mais il entendait toujours son neveu hurler à la lune tout le désespoir qu'était déjà sa vie.
— Tu oublies les elfes quand ça t'arrange, toi... bougonna-t-il en se disant que c'était quand même bien injuste que Demetrius lui demande de ramasser ce qu'il avait fait tomber alors que d'ordinaire ça ne le dérangeait pas de faire intervenir les elfes pour tout et n'importe quoi, même pour couper sa viande qu'il n'était pas fichu de savoir couper lui-même. D'ailleurs, lesdits elfes se bousculèrent l'un l'autre pour venir nettoyer le bazar à la place du petit maître qu'ils n'appréciaient pas forcément mais dont ils craignaient le grand-frère qui avait quand même plus de gueule que le rejeton de treize ans haut comme trois gnomes. Et puis monsieur Demetrius chuchotait, ce qui, comme ils le savaient, ne présageait rien de bon. Ambrosius, lui, n'était pas impressionné par son frère, il avait appris à prendre tout ce qu'il disait à la rigolade, même si parfois ça lui retombait dessus.
— T'as jamais pensé à lui lancer un « Silencio » ? dit-il depuis sous la table d'une voix forte pour couvrir les hurlements terribles de Marcus. Tu t'es découvert une éhtique depuis que tu es devenu père, ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 81
| AVATARS / CRÉDITS : arthur gosse, ASTRA
| SANG : sang pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une corde.Celle qu'on lui a passé autour du cou.
| PATRONUS : Un ocelot, félin paresseux et nocturne.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro Sam 23 Juin - 17:03

Comment c'était, déjà, dans le grimoire du super-papa en herbe ? En cas de pleurs de bébé, lui parler d'une voix douce et rassurante, le bercer doucement  bien serré contre soi, car la chaleur du corps était rassurante, rester soi-même très calme pour ne pas l'angoisser plus que de raison, lui masser le ventre, lui donner le sein...
Quoi ?! C'était vraiment que des conneries !
Demetrius hésitait entre pleurer et hurler. Mais quelle idée de devenir père à vingt ans ? Il n'était tellement pas prêt. Ah, les joies de la paternité ! Il y goûtait chaque jour péniblement, et ce, sans y être préparé du tout.
— Shh, shh !... Berçait-il bébé-Marcus, en le faisant sautiller dans ses bras. Mais était-ce vraiment la bonne méthode ? Manquait plus que son mini-lui ne lui régurgite dessus le biberon qu'il lui avait si consciencieusement donné quelques minutes plus tôt, en plus ! Il avait tout juste eu le temps d'enfiler son peignoir Franck Sorcier en soie préféré, qui plus est...
Son frère, tout aussi flegmatique qu'il se sentait lui-même à bout de nerfs, ronchonnait dans sa barbe — euphémisme, car son menton était plus glabre encore que les crânes de leurs elfes — en ramassant les débris de vaisselle, tout en débattant de l'utilisation d'un Silencio. Fort judicieuse remarque, qui fit lever les yeux au ciel de son aîné, mais entama son chemin dans son esprit.
Non, non ! Il n'allait pas ensorceler son fils, tout de même ! Déjà qu'il avait trempé la tétine de son biberon dans un peu de whisky Pur Feu pour l'apaiser...
— J'ai toujours eu de l'éthique, Abrutius, rétorqua-t-il sèchement un peu plus fort lui aussi, pour couvrir les cris de son enfant, Et je ne vais pas lancer un sort à mon fils, c'est la dernière chose que je ferais. Tu comprendras toi aussi, quand tu deviendras père... Ceci dit, s'il devait être tout à fait honnête, il ne pouvait nier le fait que l'idée lui ait déjà traversé l'esprit deux ou trois fois. En revanche, en ce qui te concerne, c'est différent, ce n'est pas immoral que de fermer le grand caquet de son frère à ce que je sache... Menaça-t-il son cadet, sourcils froncés.

Redface:
 

______________________________

☽☽ il y a des mots faits d'un verre si fragile qu'ils se cassent si on les utilise ne serait-ce qu'une seule fois, laissent échapper leur contenu et éclaboussent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 260
| AVATARS / CRÉDITS : Alex Lawther (made by me)
| SANG : Sang pur, même si cela n'a pas vraiment d'importance à ses yeux.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le fantôme de Pépé Urias
| PATRONUS : Un sphynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro Mar 31 Juil - 21:46

Les elfes ayant pris le relais, Ambrosius se releva et se cogna le dessus du crâne contre la table. Il poussa une exclamation de douleur et quitta le dessous de la table en se tenant la tête, une grimace déformant son visage.
— Quand je vois à quel point tu galères, rétorqua-t-il en se frottant là où la table s'était encastrée, je n'ai pas hâte de devenir père. On devrait mettre ta tête sur les boîtes de pilules contraceptives. « Ne faites pas d'enfant si vous ne voulez pas ressembler à ça, protégez-vous ! ».
Ambrosius rigola à sa propre blague mais cessa aussitôt qu'il remarqua le regard pulvérisateur que lui lança son frangin. Ses yeux, cependant, le trahissaient et pétillaient de malice. C'était beaucoup trop facile de mettre Demetrius hors de lui, surtout lorsqu'il trimbalait son chiard hurleur entre les bras.
— Tu n'oserais pas un seul instant, répondit-il à la menace de son frère tout en s'installant à table tandis qu'un elfe déposait devant lui un bol de chocolat chaud -ou tiède- et des tartines toutes prêtes -quoique mal beurrées et recouvertes d'une couche vraiment infime de confiture de mûre, fallait pas pousser. Un grand frère aimant comme toi !
Et il croqua dans une des tartines pour étouffer son sourire. Il savait que commencer la journée en s'attaquant à Demetrius était une mauvaise, une très mauvaise idée. Il ne pouvait cependant pas s'en empêcher.
— Tu devrais le refourguer à Orphea, ajouta-t-il la bouche pleine, ch'est pas le genre d'un Flint de che laicher dicter cha conduite par une femme !
Bien sûr, Ambrosius n'en pensait pas une ligne et raillait au contraire la politique de la maison qu'il trouvait absurde et rétrograde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 81
| AVATARS / CRÉDITS : arthur gosse, ASTRA
| SANG : sang pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une corde.Celle qu'on lui a passé autour du cou.
| PATRONUS : Un ocelot, félin paresseux et nocturne.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro Sam 18 Aoû - 18:56

Pilule contraceptive, quelle belle invention que celle-ci, tiens ! Comme quoi, il arrivait aussi aux moldus d'avoir des traits de génie. Cependant, eux aussi avaient ce genre de moyens à leur disposition, sous forme de potions. Il en avait acheté, le malin, lorsqu'on l'avait marié — de force — à Orphea. Et pourtant, elles avaient toutes toujours mystérieusement disparues avant qu'il n'ait pu en faire avaler ne serait-ce qu'une goutte à sa femme. Il en avait dissimulé un peu partout dans le Manoir Flint, et même au Casino, et chaque fois c'était la même : lorsqu'il voulait mettre la main dessus, elles s'étaient évaporées. A vous rendre fou.
— Figure-toi que je regrette qu'on ne l'ait pas mise, ma tête, parce que si c'était le cas, tu ne serais certainement pas là aujourd'hui à me casser les oreilles avec tes imbécillités de gamin immature, grogna-t-il en secouant Marcus dans ses bras comme un prunier.
Ce dernier, justement, émit un rot sonore qui résonna jusque dans la tête migraineuse de son père. Le bruit le surprit lui-même, avant qu'il ne se remette à pleurer des larmes intarissables, mugissant comme un fauve. Finalement, le silencio pour... Non, non, non ! Il n'était certes pas le mari de l'année, mais il ne pouvait se résoudre à bâillonner son fils tout bonnement. Ambrosius s'installa à table en toute décontraction, ce qui eu le don de crisper encore plus Demetrius.
— Oh détrompe-toi, et ne me tente pas trop... Fit-il en posant le biberon sur la table, et recalant Macus dans ses bras. Aimant de ma personne, oui, de la tienne en revanche... Il leva les yeux au ciel, agacé par les vagissements de son fils, et l'immaturité de son frère. C'était fou ; ils avaient toujours été proches, Phoenix et lui, mais en ce qui concernait Ambrosius... Il y avait toujours eu ce petit quelque chose qui clochait entre eux. Marcus gigota dans ses bras et opéra un demi-tour, faisant face à son oncle Ambro, lui braillant au visage, la face rouge et les petits poings serrés, comme s'il lui cherchait la bagarre. Brave petit. Tu vois ? Même lui ne peut pas t'encadrer !
Peut-être devaient-ils monter un club, dans la famille ? Celui des anti-Ambro ? Urias en serait membre aussi, à coup sûr ! Sans doute faudrait-il lui soumettre l'idée ? Mais pour l'heure, il fallait d'abord calmer bébé Marcus. Ce dernier semblait réagir avec autant d'énervement au comportement du cadet des Flint que ce dernier restait flegmatique. La bouche pleine, il continuait même de le provoquer. Dem s'esclaffa d'un rire sans joie.
— Ah vraiment ? Et qu'est-ce que tu y connais aux femmes, d'abord, toi ? T'a-t-on déjà vu en compagnie d'une qui n'était pas ta mère ou ta sœur ? Certes, lui-même était très mal placé pour parler. Mais c'était justement pour cela qu'il pouvait se le permettre, en tout était de cause.

______________________________

☽☽ il y a des mots faits d'un verre si fragile qu'ils se cassent si on les utilise ne serait-ce qu'une seule fois, laissent échapper leur contenu et éclaboussent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 260
| AVATARS / CRÉDITS : Alex Lawther (made by me)
| SANG : Sang pur, même si cela n'a pas vraiment d'importance à ses yeux.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le fantôme de Pépé Urias
| PATRONUS : Un sphynx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro Jeu 30 Aoû - 12:10

Ambrosius, la bouche pleine, ne put répliquer à son frère la pique qu'il avait bien envie de lui lancer sur son physique si ingrat qu'en effet, ses parents auraient probablement tout fait pour éviter d'avoir un second garçon s'ils avaient su que leurs gênes produisaient des enfants si laids.
Pour faire passer son morceau de pain rassis, le jeune garçon s'avala une lampée de son chocolat chaud, lui créant autour de la bouche une moustache marron.
— C'est vrai que je n'y connais rien, concéda-t-il même si, tout de même, il côtoyait des filles -certes, de loin- dans sa classe et dans sa salle commune en général. Et je préfère que ça reste ainsi plutôt que d'être marié de force à... ça. Tiens, salut Orphea.
Ce n'était pas sa belle-soeur qui était apparue dans l'encadrement de la porte de la cuisine mais un elfe de maison avec un gros nez pendouillant à la façon des nasiques au milieu de son visage, et d'une dizaine de cheveux encadrant ses grosses joues. Ambrosius pouffa de sa comparaison et noya son rire dans son bol de chocolat.
Dans les bras de Demetrius, Marcus était de plus en plus rouge et les poings si serrés qu'il est vrai qu'on avait l'impression qu'il allait frapper son oncle. Lorsque son frère détourna le regard, Ambrosius fit une grimace au mioche qui était aussi imbuvable -voire plus encore- que son père. La relève des Flint était assurée... pensa le Poufsouffle en soupirant.
C'est ce moment-là que choisit Pépé Urias pour faire son entrée dans la cuisine. Manquait plus que lui. Il apparut juste derrière Ambrosius qui ne le vit pas traverser le mur et ne put alors éviter la bourrasque glacée que créa le fantôme en passant à travers le garçon. Celui-ci poussa un cri d'effroi tandis que tout son corps était pris de frissons. Quelle horreur, quelle plaie, ces vacances ! Bougon, le troisième année baissa le regard sur la table et rentra les épaules dans le but de se faire tout petit, presque invisible. Demetrius et Pépé ensemble, voilà qui n'était plus drôle du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro

Revenir en haut Aller en bas

(flashback) LA VÉRITABLE HISTOIRE DE LA DENTITION DE MARCUS FLINT || Ambro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La véritable histoire de Pâques + bonus
» La véritable histoire du Roi Sorcier d'Angmar
» Lord Voldemort
» LA VÉRITABLE HISTOIRE DE JESUS DE NAZARETH
» La véritable histoire des Gardiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres :: 
Les lieux d'habitations
-