Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Ignorantia juris nocet - l'ignorance du droit porte préjudice - SAUL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Ignorantia juris nocet - l'ignorance du droit porte préjudice - SAUL Lun 21 Mai - 6:03

C’est une Wilda passablement agitée qui manqua débouler les escaliers sans fin qui reliaient la tour d’astronomie au reste du château. La sorcière avait attendu la fin du pénible cours d’astronomie – lequel tenait une séance spéciale en soirée pour apercevoir le croisement de Jupiter dans l’orbite gazeux de Saturne (ou un truc du genre, peu lui importait) – depuis bien avant qu’il ait commencé, pour qu’elle puisse enfin retrouver Saul. Elle avait passé leur double-cours de métamorphose à lui lancer des boules de parchemin, à toussoter subtilement quelques «ARHEM Saul» par ci et par là afin d’attirer son attention, mais rien n’eut semblé y faire et les regards menaçant de leur Professeur eurent raison de ses tentatives répétées qu’elle abandonna d’un roulement de yeux agacé. À cet instant, elle avait fortement souhaité que son ami arrive à relever les signaux humains.  La sorcière n’en pouvait plus, elle avait la langue qui lui brulait, les orteils qui lui démangeaient et l’esprit qui bourdonnaient depuis l’heure du diner. Elle devait absolument s’exprimer, laisser libre court à ses revendications, ses opinions et à tout ce qui vrombissait dans sa tête.

La poursuiveuse des bleus avait un besoin urgent de discuter avec Saul d’un article de la Gazette du Sorcier – un média poubelle à son avis – qu’elle avait lu sur l’heure du diner et qui la tracassait, la choquait et peut-être même la révoltait. Après ce qui lui parut comme étant d’interminables minutes – comme quoi il existait un vacuum temporel entre la tour et le château qui rendait les distances trois fois plus longue à franchir – le jeune femme arriva enfin dans la salle commune des Serdaigles et son regard se mit à chercher frénétiquement son ami. BIM ! Le voilà, assis seul dans un coin de la salle, près d’une fenêtre de laquelle s’échappait un faisceau de lumière lunaire, le nez enfoui dans un livre. Tout en se dirigeant d’un bon pas vers son compagnon, elle entreprit de fouiller dans son sac pour mettre la main sur ledit article. Une fois arrivé aux côtés de Saul, elle sortit théâtralement le bout de parchemin de son sac et le laissa tomber sèchement en plein centre du grimoire ouvert du Serdaigle l’empêchant ainsi d’en déchiffrer un mot de plus. « Dis-moi ce que tu en penses ! » s’exclama l’adolescente d’un ton don l’impatience se faisait entendre.






Le Ministère frappe enfin : Kieràn Graves arrêté


21 avril 1976,

Hier, à 9h48 tappantes, le Directeur du Département de la Justice Magique, Bartemius Croupton Sr a procédé à l’arrestation du supposé criminel Kieràn Aloysius Graves secondé par l’aurore chevronnée Raven Fawkes.

Pour quels motifs un homme tel que M. Graves pourrait-il bien être ainsi arrêté sur son lieu de travail, me demandez-vous, avares? Pour avoir fait éclater toutes les surfaces réfléchissantes du Département des mystères, éblouies furent-elles par la bleuté de ses yeux et l’intensité de ses regards ravageurs? Eh bien, mes chers lecteurs, il semblerait que beauté et charme ne sont pas synonymes de pureté et que vous ayez étés, tout comme moi, bernés par sa séduisante carrure. Kieràn Graves est un traite, l’un de ceux qui terrorise vos familles et vous tiens éveillé la nuit (si le criminel en lui n’est pas suffisant  pour vous tenir éveillez la nuit, sa photo en page couverture remplira largement ce rôle, quoique pour tout autre motifs).

En effet, selon plusieurs employés du Département des mystères ayant assistés à la troublante scène, le viril scélérat a été dépossédé de sa baguette et s’est vue derechef suspendu de ses fonctions pour complicité avec l’ennemi. Une dame dans la mi cinquantaine, dont l’identité est gardé secrète à sa demande, nous fait l’honneur de son témoignage de la dite arrestation pour le plaisir de nos esprits avides de détails.

« Outrancier ! Figurez-vous que l’effet de ma potion dégourdissante ne se faisait même pas encore sentir que l’on perturbait ma matinée avec l’arrestation de ce jeune sorcier baguette en l’air. Ils l’ont trainez jusqu’à l’ascenseur, sans une explication, l’air austère et même hautain, particulièrement le nez relevé de Croupton – je n’ai jamais bien aimé ce sorcier toujours à lever sa baguette plus haute que les autres – et puis hop les voilà parties! Inacceptable si vous voulez mon avis. Rien n’a été fait pour maitriser la panique qu’ils ont créés ces deux-là. Comme quoi le commun des sorciers n’a pas droit à quelque paix d’esprit que ce soit!»

Plusieurs Langues-de-Plombs se sont refusés à commenter les évènements, mais l’un d’entre eux s’est délié brièvement la langue pour nous informer de ce qui suit :

« Il était très calme, Kieràn. Il est innocent. »

Bien que nous soyons tous extrêmement soulagés que le Ministère prenne enfin action dans cette terreur montante qui s’insinue sournoisement dans nos foyer telle une l’odeur âcre d’une coulée d’empestine, plusieurs interrogations quant aux allégations pesant contre l’émoustillant sorcier subsistent :  de quel crime est-il complice pour se faire arrêter par le Directeur de la Justice Magique en personne et une aurore? De quel redoutable crime peut-il bien être co-accusé pour requérir l’implication de ces acteurs au dépends d’une simple arrestation conduite par la Brigade de police magique?

« La dame au chapeau rose m’a dit que l’homme à la robe zébré verte et brune aurait entendu dire par des collègues de collègues de Graves – supposément de son directeur même, Roockwood,  que sa langue de plomb auraient des mœurs légères, si vous voyez ce que je veux dire. » - Un employé administratif de l’accueil du Département des mystères, dans la confidence.

M. Graves a donc colporté des informations ultra secrètes à Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Il s’agit là d’un crime grave, chers lecteurs. Qui sait la puissance des armes que renferme le Département des mystères ?  Vers où se dirige notre monde si l’on ne peut même plus confier nos secrets les plus lourds aux Langues-de-plombs? M. Grave croupira-t-il à Azkaban en compagnie des détraqueurs pour le restant de ses jours ou son doux visage sera-t-il innocenté pour le plus grand bonheur de la gent féminine?

Il paraitrait d’ailleurs que le trio ait été aperçu entrant une salle d’interrogation quelques étages plus haut et des collègues de Croupton m’ont affirmé que celui-ci n’avait pas l’intention d’en ressortir sans les réponses qu’il souhaitait entendre… Dirige-t-il d’un main de fer ou d’une main trop lourde, seul l’avenir nous le dira, mais une chose est certaine, en temps de guerre, tous les coups sont permis!

Mes chers lecteurs, mes chères lectrices, je vous invite à prendre votre plume et votre parchemin et à m’envoyer vos pensées et réactions au sujet de cette choquante arrestation ou du joli minois de son sujet.

Quant à moi, il ne fait aucun doute que je suivrai cette affaire de près et que je serai présente au procès : pour rien au monde manquerais-je l’opportunité de dévorer du regard le plus sexy des criminels.

Avec dévoumentet toujours vôtre, Rita Skeeter


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Wilda se tortillait d’une jambe à l’autre en observant attentivement son ami lire l’article qu’elle venait de lui glisser sous le nez, comme pour essayer de déchiffrer les moindre de ses pensées. Elle avait envie de lui déblatérer sans attendre le fond de sa pensée au sujet de l’arrestation de Kieràn Graves, un homme qu’elle ne connaissait pas, mais elle décida de se mordre la langue et de faire preuve d’une rare patience venant d’elle. Elle connaissait à présent suffisamment Saul Funestar pour savoir qu’elle avait tout à gagner à rester posée afin de tirer le maximum de sa compagnie.

« Ça ne te semble pas frivole comme article?» ne put-t-elle retenir. « Et je ne parle pas de la stupidité abrutissante de Skeeter et de son manque flagrant de rigueur journalistique, mais de l’arrestation de Graves. Skeeter est une vraie plaie qui répands la haine par ses mots enchaînés un à un dans un sordide article, alors qu’elle aurait simplement pu relater des faits objectivement! »  Wilda s’exprimait à présent avec véhémence. L’injustice lui tirait un sentiment tout aussi agréable que le doux bruit du grincement d’ongles contre un tableau vert. Et la désinformation additionnelle colportée par ce chiffon d’âneries était un bonus à cette délectable mélodie. La sorcière laissa échapper un soupir dépassé et s’assit lourdement sur la chaise libre en face de son ami. « Je me calme promis, mais plusieurs éléments me dérange dans cet article, Saul. Qu’est-ce qu’elle entend par ‘en temps de guerre tous les coups sont permis’ c’est à mon sens l’exact opposé de la tactique à entreprendre et puis ça signifie quoi, qu’ils sont prêts à tout pour lui tirer les verracrasses du nez…» Wilda se tue l’instant d’un bref silence et un frisson lui parcourut le long de l’échine à la pensée des techniques d’interrogatoires abusives dont pouvaient faire usage ces agents du Ministère. Elle devait se calmer pour mettre en ordre ses idées. Et elle en avait tellement. Tellement de questions, de doutes, d’inquiétudes même. Elle savait pertinemment qu’ils étaient en temps de guerre, et que certaines mesures devaient être prises, mais si l’arrestation de Graves s’était déroulée tel que le relatait la Gazette Poubelle, elle lui semblait bien arbitraire. Il avait été arrêté pour complicité, mais complicité de quoi? Si le crime qu’il avait commis était si grave qu’il nécessitait la présence d’une aurore et celle du Directeur de Département de la Justice magique alors pourquoi aucune information officielle n’était disponible? Avait-il eu droit à un représentant, un conseillé? Était-il déjà placé en détention arbitraire à Azkaban, cet endroit où aucune créature ni aucun humain ne devrait s’y retrouver sans avoir subi un procès en bonne et due forme…et même là, un tel endroit était-elle une juste solution? ‘En temps de guerre’, Kieràn Graves allait-il même avoir un procès? « Tu crois que c’est légitime ou que le Ministère perd la boule?» demanda finalement la Serdaigle, bien consciente qu’elle venait de bombarder son ami et de le tirer brutalement de son paisible moment de lecture.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : Eddie Redmayne (by delreys).
| SANG : Mêlé, lointaines origines moldues.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Les scolopendres
| PATRONUS : Un dalmatien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Ignorantia juris nocet - l'ignorance du droit porte préjudice - SAUL Lun 11 Juin - 22:01

Saul sursauta lorsque Wilda apparut dans son champ de vision, claquant d'un geste de la main un parchemin sur son grimoire d'arithmancie « La divination par les nombres » d'Isildur de Tolkin, tandis qu'elle fouettait de ses cheveux le visage du Serdaigle qui put tout à loisir humer le parfum de son shampoing. Il leva les mains et en lâcha sa plume sur la table tandis qu'elle lui demandait déjà ce qu'il pensait de l'article qu'elle lui désignait. Arquant les sourcils, il s'empara du parchemin et en parcourut son contenu tandis que sa camarade attendait dans le silence à côté de lui, silence seulement brisé par le ventre du garçon qui gronda, éprouvant quelques difficultés à digérer la raclette de ce soir.
— C'est du journalisme poubelle, en effet, dit-il à la fin de sa lecture en fronçant les sourcils, mais venant de Rita Skeeter, je ne suis pas surpris. Elle a tout de même déjà réussi à pondre un article sur la chatte de Batilda Tourdesac. Enfin... ajouta-t-il en rougissant, tu vois de quel article je parle.
Rita Skeeter était connue, dans le milieu du journalisme et tous était d'accord pour dire que personne ne comprenait ce qu'elle faisait à la Gazette du Sorcier tant son style d'écriture et son inspiration étaient plutôt dignes d'une presse telle que Sorcière Hebdo, sans vouloir dénigrer les lecteurs de ce genre de journaux, bien entendu.
Mais pour en revenir à l'article en lui-même...
— Je pense, commença Saul en pesant ses mots, les deux mains à plat sur la table et le regard rivé sur l'article, qu'en effet ils sont prêts à tout pour... lui tirer les veracrasses du nez, comme tu dis. Cependant, ça, c'est Skeeter qui le dit. L'article mentionne le fait que Graves a été conduit en salle d'interrogatoire, rien de plus. Personne ne sait ce qui s'est passé à l'intérieur de cette salle, et surtout pas la journaliste.
Dans leurs débats, Saul était souvent celui qui canalisait sa camarade qui démarrait toujours sur les Choixpeau de roues. Il était d'accord avec elle sur le fait que l'article était mauvais, qu'il spéculait plus qu'il n'informait mais on ne pouvait nier le fait qu'il n'apprenait rien du tout sur l'enquête en elle-même.
— Avant de juger si c'est légitime ou si le Ministère va trop loin, j'attendrais d'avoir la suite de l'histoire car il me semble aberrant -quoique plus rien ne m'étonne, en ce moment- que le Ministère laisse ses hommes se comporter comme les partisans du Mage Noir... Quand on voit de quoi ils sont capables...
Saul déglutit avec difficulté, les lèvres pincées, signe du malaise qui l'envahit tandis que les nombreux témoignages de tortures et autres assassinats lui revenaient en tête. Le sorcier était peut-être naïf mais il ne pouvait imaginer de telles actions au sein même du Ministère. Mais après tout, qu'en savait-il ?
D'un geste lent, il s'empara de l'article qu'il tendit en direction de sa camarade.
— Qu'en penses-tu, toi ? lui demanda-t-il d'un air grave.

Hors-Jeu :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ignorantia juris nocet - l'ignorance du droit porte préjudice - SAUL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Couloir du 1er étage
» Du Droit Canon et de l'Officialité Épiscopale
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Le droit d'objection du Président de la République

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Poudlard
-