GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

Santer à ces années que nous n’oublierons jamais ! - Darius Abbot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 155
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


MessageSujet: Santer à ces années que nous n’oublierons jamais ! - Darius Abbot Mar 22 Mai - 17:56

Cling! Clang! Wilda parcourait tranquillement les couloirs du château en direction de leur lieu de prédilection, à Darius et à elle. Cling ! Clang ! Son sac à dos était lourd et laissait échapper d’étrange sons pour un truc dont la fonction première était de porter plumes et grimoires. Cling ! Clang ! Tel un carillon qui valsait au rythme de ses pas. Les sons du verre qui s’entrechoquait dans son sac ne provenaient pas vielles fioles ou de contenants d’encre, mais bien des quatre bierreaubeurres qu’elle y avait subrepticement rangées. S’il n’en n’avait tenu qu’à elle, la sorcière aurait emprunté une bouteille d’hydromel de la réserve du Professeur Slugorn, mais Darius avait ses ASPICs à passer et ne semblait pas avoir le temps d’être accablé d’une gueule de bois. En fait, c’est-temps-ci, Darius ne semblait même pas avoir de temps pour profiter de sa joyeuse compagnie. T’es bien placé pour te plaindre Griffiths, toi qui à passé tes dernières fin de semaine dans les bras d’un étranger, illégalement hors des frontières du château. Il est vrai que depuis un mois, la présence de l’adolescente dans l’enceinte de l’école lors des fins de semaine se faisait rare et elle arrivait au fond de sa réserve d’excuses débiles pour justifier le calme ambiant laissé par ses absences répétées. C’est qu’elle avait rencontré un homme la petite, un vrai, de cinq ans son aîné et toute cette histoire semblait dégénérer vers la naissance de vrais sentiments. Ce qui était problématique. Elle nota mentalement d’ajouter le récit de cette rencontre à l’ordre du jour de la soirée.


Une fois arrivée au sommet de la tour d’astronomie, Wilda se dirigea vers l’extrémité la plus à l’ouest, là où elle savait que son meilleur ami la retrouverait, et sortit les boissons de son sac, en débouchant deux au passage. Elle prit position en tailleur et déposa son menton sur ses paumes en admirant le ciel étoilé du moi de mai. Rapidement, la chaleur de l’été naissante lui rappela que l’année scolaire tirait à sa fin, chose qui autrefois la rendait heureuse, mais qui en ce moment lui tirait un pincement au cœur : Darius allait la quitté, l’abandonner, pour aller vivre sa vie d’adulte, une brillante vie certainement. Elle était contente pour son grand ami, quel bel accomplissement d’avoir enfin terminé, avec brio, ses sept années d’étude. La jeune femme ne put retenir l’absurde pensée qu’elle perdrait peut-être tout contact avec son meilleur ami, qu’il la délaisserait pour ses fascinantes études supérieures et sa future carrière qui serait sans aucun doute couronnée de succès. Et puis, peut-être même allait-il se marier et devenir père d’une marmaille de morveux qui allait lui prendre tout son temps. Calmos Griffiths, il a même pas encore de copine, pensa-t-elle en se ressaisissant quelque peu. Le départ de son partenaire de jeunesse la rongeait plus qu’elle n’oserait jamais l’avouer et elle espérait de tout son cœur qu’elle conserverait la place de choix qu’elle avait dans son cœur.


Des pas précipités la firent sursauter et la tirèrent de son angoisse passagère, Darius était arrivé. La serdaigle se leva d’un bon et accueillie son ami d’une accolade ravie, chose rare, puisque la jeune femme n’était pas du genre très tactile. Une fois la distance reprise, son visage se fendit d’un sourire espiègle et d’une succession de gestes rapides elle lui passa la main dans les cheveux et lui pinça la joue, envahissant insolament son espace personnel, avant de le taquiner : « Eh ben dit donc, on dirait que t’as grandi, et que vois-je sur son joli menton, des poils t’ont poussé ?! » Bien sur qu’il était barbu, il était un homme maintenant, mais elle aimait bien lui rappeler qu’il en avait pas toujours été ainsi. Sans plus attendre, elle se pencha pour s’emparer des deux bouteilles de bierreaubeurre déjà ouverte et lui en tendit une avant de continuer : « aller dis-moi tout, t’étais disparu où c’est derniers temps, j’ai pleuré tous les soirs ton absence! » et sur ces paroles sensées elle avança sa bouteille pour trinquer au début d’une de leur dernière soirée de confidences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 312
| AVATARS / CRÉDITS : › Sam Claflin by moomins
| SANG : › Sang-pur, mais quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Santer à ces années que nous n’oublierons jamais ! - Darius Abbot Dim 27 Mai - 22:57

Voilà longtemps que tu n’avais pas vu Wilda. En même temps, avec les ASPICS qui se profilaient, tu restais la majeure partie de ton temps la tête plongée dans tes bouquins à relire et encore relire tes cours. Tu les savais déjà, pourtant. Toutes ces connaissances étaient intégrées dans ta tête, dans ton âme, limite même dans tes os et ta chair. Mais tu t’obstinais à vouloir réviser. Alala, tu n’étais pas un Serdaigle pour rien. Puis après tout, mieux valait trop que pas assez, non ? Tu préférais être prêt et avoir tout ton savoir en béton pour le jour J. J’étais sûre que, de toute l’histoire de Poudlard, personne ne s’était autant préparé que toi pour les ASPICS. Tu n’étais pas forcément très stressé. Tu ne stressais jamais pour les examens. Juste un peu… Exigeant par rapport aux notes que tu voulais. Optimal de partout. Tu visais haut, mais tu visais ce qui étais à ta hauteur. Tu allais l’avoir, cette mention. Les yeux fermés, les doigts dans le nez. Bon, peut-être pas les doigts dans le nez, mais tu auras compris mon expression.
Tu marchais les mains dans les poches de ton short – parce que la robe d’étudiante était beaucoup trop chaude pour cette saison – en te dirigeant vers la tour d’astronomie. Pourquoi la tour d’astronomie ? Pour être encore plus près des étoiles. Et aussi parce qu’il y avait Wilda. Ta petite Willy. Tu esquissas un sourire à cette idée. Elle n’était pas ta copine, pas le moins du monde. Simplement ta meilleure amie. Et quelle meilleure amie ! Même si elle était d’un an ta cadette, tu t’entendais mieux avec elle qu’avec personne. Excepté peut-être son cousin Powell, mais lui c’était la famille. C’était encore bien différent. Entre toi et Wilda, le courant était tout de suite bien passé. Des barres, des barres, encore des barres, et voilà que vous étiez devenus vites inséparables. Ce soir allait peut-être être l’un des derniers que vous alliez passer ensemble, là tout là-haut au dernier étage de la tour d’astronomie à contempler les étoiles. L’une de vos dernières soirées à passer à Poudlard ensemble. Parce que tu allais bientôt quitter l’école et que tu n’allais plus revoir la moitié de ces gens. Mais tu voulais garder contact avec ta Willy. C’était indéniable.
Tu arrivas enfin et aperçus la jeune Griffith assise. Elle entendit son approche, se leva d’un bon et te serra dans ses bras. Tout d’abord, tu eus une réaction étonnée. Ce n’était pas dans les habitudes de ton amie de se montrer aussi tactile. Mais tu compris qu’elle avait eu besoin de te voir, ces derniers temps. Alors tu lui rendis son câlin. Elle se décale de toi, te pince la joue et t’ébouriffe les cheveux. Tu ris en retour en te caressant le menton.
« Ça me donne un côté un peu trop adulte, tu trouves pas ? »
Tu attrapas avec grand plaisir la bouteille de bièraubeurre qu’elle te tendait. Bien fraîche en plus. Bien joué Willy. Tu trinquas avec elle avant de porter la bouteille à tes lèvres et te tourner la cime des arbres environnants. Ta main de dispo dans ta poche, tu haussas les épaules.
« Oh, dans les révisions. Ma vie n’est pas super palpitante, tu sais, tu fis avec un petit rire avant de reprendre. Et toi alors, Willy ? Quoi de neuf ? »
Nouvelle gorgée. Wilda avait toujours quelque chose à raconter. Toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 155
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


MessageSujet: Re: Santer à ces années que nous n’oublierons jamais ! - Darius Abbot Ven 1 Juin - 4:12

Wilda avait le sourire fendu jusqu’aux oreilles, elle était plus que ravie et ne pouvait le cacher. « Oh, j’adore, Monsieur Abbot » plaisanta-t-elle d’un clin d’œil joueur en relevant sa remarque. Un éclair du doux souvenir d’il y avait quelques semaines, lors duquel Holden lui avait fait pousser la barbichette, lui passa à l’esprit : quelle étrange sensation d’avoir des poils si piquant sur une peau autrefois si douce. La serdaigle, trop facilement distraite, reporta son attention sur son ami qui abordait à présent le sujet des études et elle lui prit doucement l’avant-bras. « Tu vas les éclater ces ASPICs tu sais ? » dit-elle d’un ton encourageant. « Tellement que McGo’ en aura des chaleurs » fini-t-elle en rigolant. À sa question, son sourire faiblis quelque peu. Quoi de neuf? Par où commencer? Wilda n’avait pas touché un mot à qui que ce soit de sa nouvelle rencontre et bien qu’elle brûlait d’envie de déballer le tout à Darius – qu’il lui donne deux trois tapes derrière la tête pour lui remettre le cerveau au bon endroit – elle hésita un bref instant. L’adolescente était consciente qu’elle s’était embarquée dans une histoire pas possible et que celle-ci ne pouvait pas durer. Elle savait que son ami était sage, ou du moins raisonné, et partager cette histoire à voix haute la rendrait réelle et ainsi il lui serait bien plus difficile d’ignorer le géant dans la pièce : le tissu de mensonges dans lequel elle s’enfonçait. Puis elle ne voulait pas l’assaillir et se mettre au centre des conversations de leur soirée. Oh, et puis zut, elle devait dire quelque chose, c’était son meilleur ami après tout.

L’adolescente s’avança jusqu’au rempare et y déposa ses coudes, avant de prendre une longue gorgée de sa bierreauberre. « Bah, tu sais … » commença-t-elle, je sors avec un mec de 22 ans « je suis pas autant dans les révisions que toi, mais quand même …» il pense que j’en ai 19 « puis avec la saison de Quidditch qui est terminée …» il me rend tellement heureuse, Darius.

Wilda leva soudainement un regard paniqué vers son meilleur ami. Elle venait de réaliser que cette rencontre n’était pas du tout anodine à ses yeux. Sans plus attendre, elle s’élança et déballa beaucoup trop rapidement : «jairencontréunhomme». Un ‘homme’ et c’était le cas de le dire ma petite Wilda. « et je ressens des… trucs, aaahhrg! » ajouta-t-elle en levant la tête vers les étoiles avant de venir l’écraser durement entre ses deux mains en signe de désespoir. Wilda Griffiths était dans la bouse de dragon jusqu’au cou pour deux raisons – et peut-être plus - : premièrement, rien dans la relation qu’elle vivait était honnête, ni même légal, à part peut-être les sentiments qu’elle ressentait, eux étaient bien réels; deuxièmement, elle développait des sentiments. La sorcière n’avait pas envie d’être amoureuse, ce n’était pas le plan, ce n’était pas ce qu’elle voulait. Elle avait 16 ans. Elle était trop jeune pour ça, trop complexe, trop risqué. Elle voulait simplement s’amuser, sans créer d’attentes, sans obligation. Vivre sa jeunesse librement, sans tracas. Elle ne voulait pas se sentir prise comme lorsqu’elle sortait avec Gabin, où tout était parfait depuis leur plus jeune âge, tellement parfait que leurs parents, leurs amis et Gabin parlaient ouvertement de leur mariage, alors qu’ils n’avaient que 13 ans, qu’ils n’avaient rien vécu. À la veille de ses 17 ans, Wilda n’avait pas l’impression d’avoir beaucoup plus vécu. La force et la rapidité avec laquelle ses sentiments se développaient l’effrayait. Un homme de son âge ne pouvait avoir les mêmes priorités qu’elle. Et puis, qu’allait-t-elle faire si Evan Talbott jouait avec son cœur tel son homonyme Rosier l’avait fait l’an dernier? Ce qu’elle avait ressenti pour ce troll ne se rapprochait même pas du bonheur qui l’emplissait au simple souvenir du timide sourire de son homme, de son odeur, de son toucher. Et pourtant, elle avait tout de même été blessée par sa manipulation. La sorcière laissa échapper un bref rire jaune, suivit d’un long soupir. Darius ne devait rien y comprendre, Wilda ne se mettait jamais dans de tels états pour un garçon. D’ailleurs, si les circonstances avaient été saines, ç’aurait été une merveilleuse nouvelle.

Dans quoi s’était-elle embarquée? Comment avait-elle pu se retrouver dans cette situation, elle qui était pourtant une sorcière brillante, dotée d’intelligence. Moins 50 points pour Serdaigle! pensa-t-elle en relevant finalement la tête pour prendre une si longue gorgée du liquide ambré qu’elle s’étouffa.

Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Santer à ces années que nous n’oublierons jamais ! - Darius Abbot

Revenir en haut Aller en bas

Santer à ces années que nous n’oublierons jamais ! - Darius Abbot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» nous n'oublierons jamais cette soirée (azrael&woody)
» LE TESTAMENT DES LIBÉRAUX (Important pour comprendre l'actualité du jour!)
» Minerva McGonagall ▬ Nous n'avons jamais recours à la métamorphose pour infliger des punitions !
» Rien ne nous séparera jamais [Elliott]
» Quand aurons- nous de vrais dirigeants a la tete du pays?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: La tour sud :: Les tours :: 
La tour d'astronomie
-