Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : josefine frida pettersen
| SANG : Pur


MessageSujet: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Ven 29 Juin - 20:44

Vacances, début juillet 76

Nina avait attendu les vacances d'été avec impatience. Elle n'avait voulu que ça, pour les mêmes raisons que tout le monde au début : le soleil, la chaleur, la fin des cours, le retour dans son pays d'origine. Mais depuis la fin de l'année, c'était surtout devenu un échappatoire. Elle ne supportait plus cette année qui était devenue encore plus catastrophique qu'elle ne l'était de base : déjà qu'elle n'avait pas trouvé moyen d'aller vers son frère, la jeune Lænsen avait vécu bien des tourments cause de son petit ami… Enfin, ex petit-ami maintenant qu'elle avait le fin mot de l'histoire. Décidément, cette fin d'année avait été un véritable fiasco, un moment douloureux qu'elle avait dû subir, sans oublier les évaluations de fin d'année. Elle se demandait presque comment elle avait réussit à s'en sortir, comment elle était parvenue à garder une très bonne moyenne avec tout ce qui a pu la tracasser.

Evidemment, rien n'était encore finit. Certes, elle était débarrassée d'Holden, n'avait plus besoin de le voir et se retenir pour ne pas lui sauter dessus et l'étrangler, mais elle devait à présent rester dans la même maison que son Njal, être proche sans l'être, tenter de ne rien montrer à ses parents afin qu'ils ne se posent pas de questions. Pas simple, pas simple du tout. Même chez elle, elle ne parvient pas à retrouver sa tranquillité… De toute façon, comment le pourrait-elle ? Elle se sentait mal, très mal. Alors, Nina avait profiter de cette journée de liberté et de beau temps pour sortir de chez elle, pour se changer les idées. Elle s'était levée tard, s'était contentée de prendre le repas de midi avant de s'habiller et se rendre au chemin de Traverse. Peut-être que cette petite virée allait lui changer les idées, la calmer un peu. De toute façon, quel tord cela pourrait-il lui poser ?

D'un pas nonchalant, la blonde parcourait la rue sans prêter trop attention aux gens qui l'entouraient. Peut-être pas assez vu qu'elle manqua de peu de se heurter à quelqu'un. Heureusement que ses yeux analysaient encore plus ou moins ce qu'elle croisait sur sa route. Accident évité de peu, Nina relève la tête, les yeux ronds, comme si elle venait de se rendre compte de ce qu'elle a faillit faire…Temps de réaction de son cerveau : nul. Pourtant, le réflex était là, donc pas si nul que ça. Mais aussitôt qu'elle se reconnait la personne dans laquelle elle avait faillit foncer, elle sent une sorte de malaise l'envahir, sans pouvoir expliquer pourquoi.


"Gabin. Bon sang je suis désolée !" décidément, quand elle ne lui tombait pas dessus, elle lui fonçait dedans. Toujours là pour amortir le choc. La jeune fille tourne une seconde la tête. Elle était déjà devant chez Ollivander ? "Tu venais voir ton père ? Comment tu vas ?". Il ne pouvait pas tomber mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 287
| AVATARS / CRÉDITS : Ansel Elgort
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nia décédée
| PATRONUS : Un chaton
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Sam 30 Juin - 18:42


Cela faisait déjà plusieurs jours que Gabin était revenu d'Ecosse et jamais il n'avait trouvé Londres son quotidien si morne. Il faisait beau sans que le ciel ne soit vraiment bleu, les passants marchaient rapidement, pressés, sans un sourire au livre. L'Ecosse avait été un vrai bol d'air frais qui lui avait fait un bien fou. Il s’imaginait ses amis heureux, occupés, alors que lui était seul. Moran était parti retrouver ses parents et ses cousins dans leur château familial, Nia était parti avec son père en voyage d’initiation, Svet devait être en grande discussion avec son père. Et Nina… Nina devait sûrement être en train de s'amuser avec Holden. Il n’avait jamais eu de problème avec le garçon. Mais le voir sortir avec elle alors qu'il en regardait une autre en permanence avait aiguisé le sentiment peu commun chez Gabin de detester quelqu’un. Il ne pouvait oas bien évidement expliquer ses doutes à Nina car Il ne voulait pas la blesser alors il essayait au mieux d’éviter ce dernier.

En se réveillant ce matin, il décida d'aller vérifier que tout allait bien dans la boutique familiale. Il ouvrir les fenêtres à l’arrière, depoussiera un peu tout ça et resta là un long moment. Il appréciait l'ambiance qui régnait dans le magasin où des milliers de baguettes s'entassaient mais son père connaissait chacune de celles-ci. Bien que ne voulant pas en faire son métier, il éprouvait un grand respect et un apaisement pour ce lieu et les personnes qui travaillaient dedans.

Enfin, il décida de rentrer chez lui, il fallait bien à un moment. Il referma à double tour les portes et sortit dans l’allée animée. Jusqu’à ce qu'une petite tête blonde lui fonce dessus. Il prit les épaules de cette dernière pour éviter la collision. Bon pour la courtoisie, il y avait mieux mais bon. Sauf que lorsqu’elle leva la tête, Nina… Pleins de sentiments se bousculaient dans sa tête, la joie, la tristesse, la frustration, le désir, la colère… "Nina" réussit-il simplement à dire face à cette introduction en laissant le A s’installer entre eux. "Non il est déjà parti avec Nia, je venais juste vérifier que tout allait bien dans la boutique. Ça va et toi ? Qu'est ce que tu dais la ? "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : josefine frida pettersen
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Dim 1 Juil - 23:03


Croiser un camarade durant les vacances, c'était toujours quelque chose de surprenant. Pourtant, chacun avait le droit de se promener où il voulait mais aller savoir pourquoi lorsque l'on croise une personne hors de l'école, alors que les vacances venaient à peine de débuter, on avait toujours l'impression que ça faisait une éternité qu'on avait plus vu personne. C'est exactement ce que ressentit Nina à l'instant présent, alors que les mains du jeune homme étaient encore posées sur les épaules de la jeune fille qui le regardait comme si elle venait de voir un fantôme. C'est vrai que ça faisait un petit moment qu'ils n'avaient pas eut l'occasion de beaucoup parler avec la fin de l'année et il faut dire que Nina n'avait pas vraiment trouver le courage de parler à énormément de personnes. Beaucoup en étaient même venus à dire qu'elle avait changé cette année, qu'elle avait beaucoup moins de dynamisme que les autres fois. En même temps, leurs pensées étaient légitimes…

Mais Gabin était la dernière personne sur laquelle Nina s'attendait à tomber en ce beau jour, alors qu'ironiquement, il était certainement l'une des personnes les plus aptes de son entourage à se trouver ici, au chemin de Traverse. Faut croire que le pauvre petit cerveau de la jeune Lænsen est déjà parti en Norvège.


"Oh, ok" dit-elle doucement tout en affichant un petit sourire "ça va, on fait comme on peut. J'avais décidé de prendre un peu l'air, c'est étouffant à la maison."

Après tout, avec tous les évènements, pas étonnant que l'ambiance ne soit pas à son maximum dans la petite famille norvégienne. Nina aurait au moins voulu arranger les choses avec Njal avant le début des vacances, mais c'était peine perdue… Pour le moment en tout cas. Elle espérait juste que leur petit voyage au pays du Nord allait lui donner le courage d'aller s'expliquer… Et à Njal la volonté de la laisser s'approcher de lui, ce qui serait déjà un bon début. Mais est-ce vraiment le temps de penser à son aîné ? Pas du tout. Elle était là pour se changer les idées, pour ne pas y penser et en plus, Gabin était là, juste devant elle. Elle n'allait pas commencer à tirer la tête alors qu'elle avait tout avec elle pour passer un bon moment et ne pas trop réfléchir à son cas familial.

"Tu restes avec moi ? Ce serait pas mal de profiter de cette journée de vacances ensemble vu qu'on est là. Enfin si tu n'es pas occupé ?!"

Elle ne le forcerait pas après tout mais Gabin avait toujours été d'une excellente compagnie. Et puis, elle avait envie de passer un moment en sa compagnie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 287
| AVATARS / CRÉDITS : Ansel Elgort
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nia décédée
| PATRONUS : Un chaton
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Lun 2 Juil - 18:52

En fin d’année scolaire, Gabin parlait de moins en moins à Nina et elle lui rendait bien. En effet, elle était souvent seule pour des raisons qu'il ignorait. Et lui l’évitait car cela devenait de plus en plus dur d’être a ses côtés. La savoir avec un autre pendant si longtemps l'avait ébranlé bien plus qu'il n’aurait osé l'admettre. Elle vivait une histoire d’amour avec Holden qui avait l’avantage d’être de la même année et la même maison que la demoiselle. Et lui, il la regardait encore et toujours, il n’arrivait plus à être à côté d'elle sans vouloir la prendre dans ses bras, l’embrasser ou simplement tout lui avouer ce qui serait injuste envers elle qui était en couple. Donc, il s’était mis à tout faire pour être le plus loin d'elle. Il sentait chacun de ses gestes faux, comme un robot mal réglé. Il savait que sa réaction était lâche mais il n'arrivait pas à agir autrement.

Donc lorsqu'il se retrouva en face d'elle en ce jour de vacances, il sentit son cœur exploser dans sa poitrine, elle était habillée avec des habits classiques et elle étincelait, était-ce la conséquence de ne pas l'avoir vu depuis si longtemps ? Il aurait été incapable de le dire mais se mit à la détailler pour se souvenir de chaque parcelle de sa peau. " Ah c'est vrai, tu quittes Poudlard mais t on quotidien ne doit pas être si différent, tu es avec tes frères mais tu as tes parents en plus pour toujours avoir quelque chose à faire" Ses mots sonnaient creux, non naturels, on aurait dit qu'il était prisonnier de son propre corps. Cette solitude lui faisait du bien et en même temps être si seul lui faisait perdre tous ses repères ce qui n’était pas si mal, il pouvait réfléchir à ce qu'il pouvait faire ou ne pas faire. Il n'avait même pas envie de faire la fête.

Cependant, lorsqu'elle lui proposa de rester avec elle, il eut envie de refuser et finalement il ne put pas, elle lui avait vraiment manqué, il était en quelque sorte accro, il avait besoin de la retrouver même s'il savait qu'il ne pourrait qu'en souffrir car il ne pourrait pas être sincère. "Oui bien sur" répondit-il donc tout simplement. Elle ne semblait pas si en forme que cela mais c’est à peine s’il le remarqua. Ah l'amour, c’était si compliqué…
HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : josefine frida pettersen
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Lun 2 Juil - 22:54


C'est vrai que Nina était souvent avec sa fratrie, enfin plus Sven que Njal, surtout cette année étant donné la dispute qu'ils avaient eus. Mais comme le signalait Gabin, dans tous les deux, la jeune fille retrouvait les deux jeunes hommes chez elle, mangeait avec eux, dormait dans une chambre voisine… Ils partageaient leur quotidien… Les parents en plus. Sauf que Nina était à un âge où l'on aime un peu se défaire de ses parents, un âge où l'on veut prendre son indépendance et fréquenter des personnes d'à peu près notre âge. Alors oui certes, elle adorait ses parents… Mais peut-être était-elle plus proche de son père que de sa mère. Elle avait beau être la seule fille avec cette dernière, elle ne pouvait pas discuter et s'amuser autant qu'elle le pouvait avec son père qui était certainement l'adulte le plus cool qu'elle connaisse. Un papa qui peut assumer son rôle comme être un sorte de meilleur ami quand c'est nécessaire. En revanche, l'épouse de cet homme si sympathique était bien plus exigeante et dure, bien qu'aimante et protectrice envers ses enfants. l'air de rien, cette différence de comportements chez les parents de Nina avait pas mal d'impact sur la façon dont elle les approchaient, parlaient avec eux, etc.


"Mes parents sont un peu surchargés avec les préparatifs de notre voyage en Norvège… Alors je ne veux pas prendre le risque de les déranger, surtout ma mère. se contente-t-elle se dire dans un soupire.


Madame Lænsen était suffisamment sur les nerfs comme ça, pas besoin d'e rajouter une couche et être dans ses pattes. Sortir était définitivement la meilleure option pour la jeune fille et visiblement, elle était bien tombée...Enfin, en quelque sorte. Elle avait l'impression qu'elle, elle tombait mal pour Gabin qui ne lui décrochait même pas son sourire quotidien… Même pas d'enthousiasme dans sa voix lorsqu'il lui répond, même pas un petit peu.


"T'as pas l'air très ravi…" elle grimace un peu. "C'est...De ma faute ?" demande-t-elle, bien hésitante.


C'est vrai qu'elle ne lui avait parlé que très peu ces derniers temps, entre les examens et sa rupture avec Holden… Mais lui non plus n'avait pas cherché à lui parler. Elle avait même parfois eut l'impression qu'il l'évitait sans qu'elle ne sache pourquoi. Et elle, elle n'avait pas voulu insister. Cercle vicieux. La jeune fille saisit alors les mains de son interlocuteur, cherchant à croiser son regard, même une fraction de seconde… Peut-être que ce n'était pas le meilleur geste à faire...Ou peut-être que si. Elle ne savait rien elle, genre, vraiment rien. Elle est tellement encore un peu bousculée dans son esprit, serrée dans son cœur, qu'elle ne se rend pas compte de ce qu'il lui dit…


"Gabin. T'as pas l'air bien… Tu veux m'en parler ? propose-t-elle d'une voix douce, parfait reflet de son ignorance vis-à-vis des sentiments du jeune homme.

Elle décroche alors un petit sourire, auquel elle n'attendait pas forcément de réponse. C'est juste pour être là et dire clairement qu'il peut lui faire confiance autant qu'elle, elle le ferait avec lui. Oui...Avec lui, elle peut être honnête. Peut-être qu'elle peut lui apprendre la nouvelle qui pèse sur son cœur à elle… A cette idée, son sourire disparait et l'une de ses mains lâcha celle de Gabin tendit que l'autre tenait toujours fermement la seconde. Et elle commença à tirer son ami, histoire qu'il la suive, le tout avec délicatesse.


"Je dois te dire un truc…Hm, autour d'un verre ? Ou d'une glace ? Qu'est-ce que tu préfères ?"


Autant se poser quelque part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 287
| AVATARS / CRÉDITS : Ansel Elgort
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nia décédée
| PATRONUS : Un chaton
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Mar 3 Juil - 9:05

La douleur, voici sûrement une de plus puissantes émotions car elle était souvent en lien avec un autre et étais souvent dû à une action que l'on regrette. Seul dans sa chambre cette semaine, il avait eu le temps de réfléchir à son comportement et ce qu'il regrettait et la liste concernant Nina était longue. Sa conduite avait été lâche, il avait préféré fuir sans se demander une seule seconde si elle avait besoin de lui. Après tout, ils étaient meilleurs amis, elle n'avait rien demandé, elle ignorait même qu'il était fou d'elle alors cela devait tout simplement ressembler à un abandon pur et simple sans qu'elle ne comprenne le pourquoi et lui était bien incapable de lui avouer la véritable cause de ses tourments. " Ah je comprend" il était tant pour lui de se remettre dans la peau d'un ami et de reléguer au fin fond de son cœur ce qu'il pensait car elle avait besoin de lui, cela se voyait. "Ça va tes frères ? Tout se passe bien entre vous ?" Il avait eu l’impression que lorsqu’ il avait abordé le sujet famille, elle s’était presque rentrée sur elle-même. C’était imperceptible mais lui le voyait car il la connaissait par cœur alors il eut peur qu'il se soit passé quelque chose de grave. Inquiet ? Il l’était en permanence en ce qui concerne la Gryffondor.

Elle remarqua son inconfort ce qui le gêna, il avait failli à tous ses principes en refusant de l’inquiéter et il était en plein dedans. Elle semblait triste, gênée et tout cela c’était à cause de lui. Il sentait de la culpabilité et de la tristesse dans son regard, il se détesta pour ça "Non Nina je suis désolée, j’étais juste encore un peu perdu dans mes pensées, je suis tout à toi à présent." Si elle savait à quel point c’était vrai... Son cœur et son corps lui appartenait jusqu'au plus profond de son âme.

Il se sentit soudain très bête, il avait préféré perdre plusieurs semaines à ses côtés ce qu’il regrettait profondément. Il avait fait en sorte de perdre son amitié ce qu'il n’aurait pas supporté. Il pouvait tout se dire et les deux avaient de toute évidence, besoin l'un de l'autre ce qu’elle confirma quelques secondes plus tard. "Je me sens bizarre, je vais entrer en dernière année à Poudlard, de nombreuses personnes vont me quitter et je n'ai pas pu m’empêcher de penser à tout ce que j’ai pu dire ou ne pas dire, mes regrets m'enserrent le cœur et plus j'y réfléchis, plus je me sens faible" confia-t-il tout simplement. Pourrait-elle comprendre, lui-même ne comprenait pas tout, il y avait seulement une grande mélancolie teintée de tristesse qui l'avait envahi depuis ces quelques jours de solitude qui avait eu le mérite de faire écho au fond de lui et de vraiment réfléchir à ce qu'il voulait. Il était proche de Moran, il le considérait au même titre que sa cousine mais entre garçons on ne se dit pas cela, ces quelques jours en duo avait permis au deux de se comprendre un peu plus et de se parler mais parfois il avait peur que cette relation s’arrête d'ici quelques mois. Il était possible que Svet rentre chez elle à l'autre bout de l'Europe. Et Nia, Nia qui avançait alors qu'il se sentait stagner, comment expliquer tout cela en quelques phrases, c’était impossible, c’était des sentiments puissants qui vous retournent le cœur et qui vous mette face à vos petites erreurs qui paraissent si grandes. Un mot qui ne conviendrait pas, un regard, tant de choses sans réussir à penser à toute la joie.

Et Nina enfin, il se sentait la perdre et il ne le voulait pas mais comment être objectif face à une personne que l'on aime tant. "J'ai parfois l'impression que tout ce que j'ai fait ou dit à été maladroit ou injuste, je me sens un peu perdu." Même après des semaines de silence, se confier à elle semblait si naturel, il se sentait à sa place alors il se promit d'essayer d'oublier tous ses sentiments et de redevenir simplement l'ami. L'ami auquel elle avait besoin car tant qu'il avait une place, même infime dans son cœur, cela devrait lui suffire. Il lui sourit, un sourire où il essaya de transmettre tout cela, une façon de lui prouver qu'il était toujours la.

Elle aussi avait besoin de parler. Il faisait une chaleur d'enfer et il avait besoin de toutes ses capacités pour être à l’écoute alors le choix ne fut pas long. " Glace évidement". Puis avec un petit sourire, ils se rendirent chez le marchand de glace ambulant. " Un sorbet passion mûre s'il vous plaît et toi Nina ?" il paya pour elle, cela lui sembla normal. Puis, il prit la direction d'un banc dans un petit parc où ils étaient tranquilles. "Je t’écoute, qu'y a-t-il ? Tu as un problème ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : josefine frida pettersen
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Mar 3 Juil - 13:01


Il y avait quelque chose d'étrange entre les deux sorciers. Une sorte de tensions régnait entre eux, le genre qui met mal à l'aise, comme s'ils ne savaient plus comment s'aborder soudainement alors qu'ils se connaissaient depuis bien longtemps déjà...Enfin, même la question du temps est assez subjective. Peut-être est-ce dû au fait que chacun s'était un peu éloigné pour une certaine raison, sans forcément le vouloir. Il n'y a pas que ça, même Nina le sent bien mais elle reste incapable d'en donner la cause exacte : il manque une partie du puzzle. Elle est comme une petit fille innocente, aveugle face à la réalité… Peut-être parce qu'elle n'est pas encore très apte à faire des suppositions, à chercher différentes raisons pouvant expliquer le comportement de Gabin face à elle.

"Oh ils vont bien. Avec Sven tout va bien, comme toujours. Mais avec Njal par contre, c'est loin d'être le top. Bref, rien d'important."  


Enfin si, ça l'était un peu d'une certaine façon. Mais le sujet était assez personnel alors amener des précisions ne ferait qu'envenimer les choses et ce n'est pas du tout ce que souhaite la jeune Lænsen qui préférait plutôt retrouver son aîné. Faut croire que tout le monde dans son entourage a quelque chose à cacher, quelque chose qui  prive Nina de leurs si beau sourire qu'elle aime tant… Et Gabin avait beau essayer de rassurer la jeune fille, cette dernière n'était pas prête à croire que tout allait bien. D'ailleurs, ne sent-elle pas un pincement au cœur, à le voir dans cet état. Pourquoi a-t-elle autant l'impression que c'est de sa faute, qu'elle y est pour quelque chose. Il  n'y a pas qu'elle évidement mais elle a sa part de responsabilité. C'est comme un présentiment. Mais elle ne voudrait pas forcer son ami à parler de tout ce qui le tracasse. C'est à lui de décidé si et quand il veut le faire.


"Hé, dis-toi qu'ils pourront toujours venir te voir à l'occasion. Et puis, la dernière année est censée être la plus mémorable… Alors tu vas te reprendre et je veux te voir en pleine forme à la rentrée et durant toute l'année !"  dit-elle avec un sourire qui se veut rassurant. "Ah ? Toi maladroit et injuste, tiens c'est nouveau ça. T'es le gars le  plus cool et sincère que je connaisse, alors abuse pas non plus.


Ouais, ça l'était. Beaucoup plus qu'un autre imbécile au final. Le visage de la jeune fille s'assombri d'ailleurs à cette idée, durant un bref moment. Mais elle se reprend aussitôt : hors de question d'être deux à tirer à la tête et déprimer, surtout avec Gabin. Il était l'une des premières personnes qui parvenait toujours à faire sourire Nina, à la faire rire et à la mettre de bonne humeur. Elle lui doit bien ça aujourd'hui. Alors elle se reprend totalement, l'entraine avec elle à travers le chemin de Traverse. Ce sera une glace alors. C'est vrai que ce serait l'idéal par cette chaleur.

"Fraise pour moi !" dit-elle tout se préparant à sortir son argent. Mais apparemment, le jeune Ollivander ne comptait pas la laisser payer. "Merci ! La prochaine fois c'est moi qui paye par contre."


Et il n'aura pas le choix, elle est plus têtue qu'une mule.
Glace en main, Nina suit cette fois son ami jusqu'au parc. Il sait décidément bien où elle aime trainer quand elle a envie de se changer les idées et être au calme. Il faut dire que le jour de leur rencontre, elle lui avait assez bien fait comprendre qu'elle aimait les lieux les plus naturels possibles. Peut-être à cause de ses origines. C'est qu'elle avait hâte de retrouver son petit cocon en Norvège !

La blonde ne se fait pas prier pour s'assoir sur le banc, dégustant au passage davantage sa glace. Ses yeux se perdent un instant dans le bleu du ciel suite  à la question de son interlocuteur… Bien-sûr, elle ne pouvait plus faire marche arrière. Elle pousse un petit soupire. Par où commencer…


"Déjà je… Je suis désolée d'avoir été si distante durant la fin de l'année. Ce n'était pas volontaire...Avec les tests, ma prise de tête avec Njal qui ne s'est pas arrangée et...Celle avec Holden,ça n'a pas été simple... Elle marque une pause, laissant le temps au jeune homme que c'est de ça dont elle parlait quand elle lui avait dit qu'elle avait quelque chose à lui dire. "On est plus ensemble. elle lâche un petit rire sec, bref. "J'ai été idiote, aveugle. Et je m'en suis tellement voulue en plus d'être mal que je me suis un peu éloignée de tout le monde et surtout des gens que j'aime le plus au monde. Alors, je suis désolée si cette distance à pu te faire un peu du mal d'une certaine façon. "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 287
| AVATARS / CRÉDITS : Ansel Elgort
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nia décédée
| PATRONUS : Un chaton
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Mar 3 Juil - 15:49

Il paraissait évident que Nina ressentait ce malaise mais elle ne disait rien, elle restait elle-même, droite, juste, sincère mais quelque chose n'allait pas chez elle également, elle avait une ombre dans le cœur qu’ Il pensait être le seul à avoir et cela anéantissait Gabin de ne pas tout savoir pour la réconforter.
Lorsque la jeune femme parla de ses frères, Gabin haussa un sourcil interrogateur. Il y avait un problème avec Njal ? Mais il les avait toujours vu si proche l'un de l'autre, c’était le grand frère qui veillait en permanence sur sa petite sœur même de loin. " Je pense que c'est important" dit-il d'une voix douce. "Que s’est-il passé ? Vous vous êtes disputes ?" Il ne releva pas sur Sven qui était presque toujours en forme. Si elle lui avait dit que lui aussi , c’était compliqué, il aurait cru à une épidémie chez la famille Laensen !
Nina ne semblait pas forcément avoir envie d'en parler mais il sentait qu'elle en avait besoin. Elle avait toujours été si proche de lui que s'il y a eu un problème, ça à dut être un déchirement pour elle. Bien sûr, elle avait Sven pour se confier mais ils étaient de la même famille alors ça devait être compliqué, il avait envie de pouvoir apaiser ses maux, même quelques instants.

Il avait prévu de la laisser parler et au final, c’était elle qui le réconfortait. Ses phrases lui firent du bien, il savait qu'elle pensait chaque mot qu'elle avait prononcé. Il avait la chance d’être ami avec une personne extraordinaire qui était tout pour lui ! "Tu dois sûrement avoir raison. Une année entière ! Mais je suis avec les gens en permanence, quand est ce que je vais pouvoir me taper une petite deprime moi ?" Il avait fait de l'humour ! Chose impossible depuis une semaine, elle lui était vraiment bénéfique, cette fille était son médicament vivant, et il ne comptait plus la lâcher de si tôt ! Les compliments qu'elle lui fit le touchèrent droit au cœur. C’était donc ça qu'elle pensait de lui ! "Merci, je peux te retourner le compliment" dit-il av3c un sourire sincère car après tout, c'est ainsi qu'il devait être.

Alors qu'ils récupèraient leurs glaces, Gabin ne put s’empêcher un petit commentaire. "Fraise, quel manque d’originalité dis donc. Alors ça on verra ça la prochaine fois mademoiselle Laensen" lui dit-il tout en lui tirant la langue !

Gabin s'assit sur le banc, la glace à la main, rapidement rejoint par la blonde et attendit pour la laisser parler. Il était content qu'elle passe cette journée en sa compagnie plutôt que celle d'Holden. Il attendit parlement qu'elle se décide à lui parler de ce qui la tourmentait tant. "Ne t’inquiètes pas" lui dit-il maladroitement "Tu n'as pas à te justifier, je n'ai pas vraiment été mieux." Avec Holden ? Elle s'était disputé avec lui ? La question le taraudait mais il n'osait pas la poser de peut de l'interrompre une nouvelle fois.

Et la, son cerveau lacha complètement, elle n'est plus avec Holden, plus avec lui se répétait en boucle en lui. Il voulut ouvrir la bouche mais resta figé ne sachant que dire. "Tu n'es ni idiote ni aveugle et tu n'as pas à t'en vouloir." Enfin il avait raison elle n'avait rien fait de mal, n'est ce pas ? Il n'osa pas demander. Il n'osait rien demander il ne comprenait plus rien, il était perdu. " Euh qu'est ce qu'il s'est passé ?" Alors la, il gagnait la palme du plus mauvais confident. Sa phrase était nulle mais c'est tout ce dont il était capable en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : josefine frida pettersen
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Mer 4 Juil - 15:20


La famille, c'est ce qu'il y a de plus important aux yeux de Nina. Alors oui, ce qu'il s'était passé avec Njal était important mais l'ennui, c'est qu'arranger le coup n'allait pas être simple à faire. La preuve étant que ça fait en réalité plusieurs mois que les deux Lænsen ne se sont plus vraiment, voir plus du tout parlé. Mais parallèlement, Nina avait essayé de ne pas trop faire remarquer ce changement… Et en plus, son frère était tellement solitaire, à part avec ses quelques rares amis proches, que ça simplifiait la chose.


"Ouais, ça fait une éternité qu'on ne s'est plus discuté. Mais je n'ai pas trop envie d'en parler, désolée. Disons juste qu'on s'est mal compris sur un sujet important et on a pas su s'expliquer depuis. Bref.

Bref, elle ne peut pas se laisser abattre. La fille qui se plaint tout le temps, qui tire la tête et qui montre ses faiblesses, ce n'est pas Nina et à ses yeux, elle avait bien été infidèle envers elle-même depuis sa dispute avec son Njal. Il était tant qu'elle remonte la pente, même avec l'histoire d'Holden qui ne fait que la motiver davantage à respecter sa décision. Elle ne pouvait pas se permettre de souffrir trop longtemps avec cette histoire, il n'en valait pas la peine… Plus maintenant. Et s'il y a une chose que Nina a l'habitude de faire, c'est d'être optimiste et sourire… Et vu ce que lui annonce son interlocuteur, c'était le moment idéal pour partager à nouveau cette facette d'elle-même.

"Ah ben oui j'ai raison ! T'as pas le droit de déprimer ou alors tu ne le fais pas devant moi …"

Ca sonnait presque comme un ordre. La blonde a tout simplement horreur de voir ceux qu'elle aime être déprimé. Elle est bien trop empathique avec eux et quand elle les sent mal dans leurs peaux, elle ne peut s'empêcher de se sentir mal elle aussi. C'est limite un devoir pour elle de les aider à se sentir mieux. Alors elle offre son plus beau sourire à son ami, le traine pour aller chercher cette glace comme une enfant pourrait tirer l'un de ses parents par le bras pour avoir quelque chose. Irrécupérable.


"Hé ! C'est mon parfum préféré ! Je ne te l'avais jamais dis ?"


Elle disait tellement de chose en même temps… Comment se souvenir de tout ? Quand elle s'y mettait, elle avait toujours quelque chose à dire, presque trop mais ça amusait toujours les autres. On savait qu'elle allait bien et qu'elle était en pleine forme dans ce genre de moment.


Quoi qu'il en soit, Nina n'en voulait clairement pas à Gabin de ne pas être venu vers elle durant la toute fin de l'année. Elle ne saurait même pas dire si elle aurait voulu bénéficier de sa compagnie sur une longue ou courte durée, à ce moment-là. Donc peut-être qu'au fond, c'était mieux ainsi. Elle avait besoin de respirer et ce n'est pas en ayant plein de personne autour d'elle qui lui demande un tas d'explication qu'elle allait pouvoir le faire.


"Un peu quand même…" elle soupire, laissant le silence d'installer jusqu'à ce que son interlocuteur reprenne la parole.

Visiblement, il était perdu et cette vision fit même un peu rire la jeune fille. Elle laissait alors un nouveau silence s'installer, le temps de réfléchir à la façon dont elle pouvait expliquer la chose. Elle ne voit pas pourquoi elle irait cacher tout ça à Gabin. Après ses frères, c'est la première personnes vers qui elle peut aller se confier sans craintes et hésitations. C'est juste que là, il fallait trouver un moyen d'être clair.

"Il aime Jane comme un fou. Je sais qu'il m'aime aussi de base, enfin dans le sens apprécier énormément, comme une amie quoi… Il se trouve qu'à un certain moment, une rumeur circulaient comme de quoi il était gay… C'était mauvais pour lui si Jane le pensait gay. Et évidement, j'étais un moyen parfait pour arranger les choses." dit-elle calmement. Ca ne vaut pas la peine de s'énerver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 287
| AVATARS / CRÉDITS : Ansel Elgort
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nia décédée
| PATRONUS : Un chaton
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Mer 4 Juil - 18:36

"Pas de problème, je comprend, j’espère pour toi que ça va s’arranger rapidement" dit-il tout simplement. Mais à bien y réfléchir, si ces derniers mois, elle n'avait pas Njal, ni Gabin, elle devait se sentit bien seul ! Car sans présumer de son importance, il devait sûrement être un des garçons les plus proches de Nina à Poudlard après ses deux frères. On dirait bien que les deux avaient perdus leur sourire ces derniers temps, ce qui était vraiment très triste, il avait envie de retourner la situation !

"Ok et bien dans ce cas là je vais choisir la deuxième option car être heureux tout le temps pendant un an, c'est un peu long même pour moi. "

Il faillit rajouter sauf si tu me donnes des raisons de l’être mais il ne se sentait pas de plaisanter sur ce sujet, il était bien trop sérieux pour en rire et bien trop douloureux. Il prit le temps de l'observer, après tout, il n'avait pas posé ses yeux sur elle en étant à ses côtés depuis quelques mois, bien sûr, il la suivait du regard comme toujours mais ce n’était pas suffisant à ses yeux. Ses cheveux avaient légèrement poussés, et ils avaient eclaicis à cause du soleil. Il la trouvait encore plus rayonnante qu’à son habitude, à présent il devait faire en sorte que son cœur aussi s'illumine car une petite mine ne lui convenait. Lorsqu'elle souriait, elle faisait ressortir toute sa beauté. Elle était sublime. Non pas à cause de litres de peinture mais elle avait quelque chose qui émanait d'elle et qui faisait que l'on était obligé de se retourner sur son passage. Une beauté brute et naturelle.

Son inspection fut interrompu par l’arrivée des glaces. "Non je l’ignorais" Il pensait pourtant tout savoir à son propos. Un parfum préféré de glace, c’était pourtant si commun, si normal, mais il l’ignorait jusqu’à maintenant. Une autre chose à retenir la prochaine fois qu'il souhaiterais lui faire plaisir.

Quoi que ça te convient assez bien, c'est frais léger fruité." il fallait bien admettre que c’était une description assez étrange de la Gryffondor mais après tout pourquoi pas.

"Nina s'il te plait ne dis pas pas ça" dit-il en la regardant droit dans les yeux. "Je ne sais pas ce qu'il ta fait mais ne te dénigre jamais ainsi. Tu es courageuse juste bienveillante. La seule chose que tu pourrais te reprocher à la rigueur c'est de toujours voir le meilleur chez les gens quitte à être déçu après coup mais ce n'est en rien une raison de te blâmer". Il ne savait pas encore ce que cet idiot lui avait fait mais il était très énervé après lui. Il avait fait douter Nina d'elle-même alors que lui avait toujours eu des intentions cachés. Il lui avait fait du mal. C’était un manipulateur égoïste et il lui en voulait énormément d’avoir fait du mal à la fleur la plus précieuse à ses yeux.

Mais lorsqu'elle lui expliqua les raisons de la rupture, une vague de culpabilité l'envahit. Il était au courant. Bien sûr qu'il était au courant. De un c’était assez évident de la part d'Holden. De deux, il passait ses journées à la suivre du regard. Et elle ne regardait qu'Holden qui ne regardait que Jane. Il se mordit la lèvre ne sachant que dire. Il voulait la réconforter mais d'une certaine façon il était autant responsable de sa tristesse que lui car il ne lui en avait pas parlé. Mais comment dire à quelqu'un que la personne avec qui elle sort ne le fais que pour attirer le regard d'une autre, il en avait été incapable. Nina fit un constat si froid de la situation que cela engendra en lui une nouvelle vague de culpabilité et de tristesse. "Je suis désolée, je ne sais pas quoi te dire." Il avait envie de la prendre dans ses bras mais il eut peur que son cerveau comprenne mal le message.

Une partie de lui voulait se ruer sur cette opportunité pour tout lui avouer mais l'autre ne pouvait s'y résoudre. D'une part, parce qu'il ne voulait pas profiter de sa fragilité émotionnelle et de deux parce qu'il ne se sentait pas près à essuyer un refus. Et pourtant…C’était comme si tous ses sentiments s’étaient accumulés et qu’ils étaient sur le point d’exploser. "Nina…" commença t-il sans savoir comment il allait conclure sa phrase.
HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : josefine frida pettersen
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Jeu 5 Juil - 4:18


"J'y compte bien !"

C'est vrai, elle était déterminée à discuter avec son frère et arranger les choses. Pour elle, il était hors de question que tout son séjour en Norvège soit un enfer juste parce qu'elle doit rester près de son frère alors que la tensions est à son comble. Ce n'était absolument pas dans ses projets : elle était bien décidée à arranger les choses chose entre eux, dès le départ. Et même si Njal ne lui pardonne pas, elle doit au moins lui dire ce qu'elle a sur le coeur.

" Eh bien soit..."

Nina ne pouvait pas empêcher Gabin de déprimer  de toute façon, logiquement. Mais on est jamais à l'abris de surprises. Elle imaginait déjà son grand ami être allongé sur son lit telle une carpette et ne même plus réagir à ce qui l'entoure, à ne même plus sourire. Mais c'est presque dur d'imaginer le jeune Ollivander qui ne sourit pas à cause d'une déprime...Même très dur. Hormis lorsqu'elle l'a croisé il y a de cela quelques minutes, Nina n'a jamais vu Gabin être spécialement mal mentalement parlant. Et elle ne le voudrait pas. Si tel devait être le cas, elle ferait tout pour le consoler, être présente, le voir sourire à nouveau. Elle l'aime tellement son sourire. Il avait quelque chose qui lui réchauffait le coeur, qui l'apaisait, qui lui donnait aussi envie de lui sourire.

" Ben maintenant tu le sais !" S'exclame-t-elle avant de l'écouter et  lui envoyer un sourire malicieux. "Je prends ça comme un immense compliment.

Elle lui fait un clin d'oeil.
Assise sur le banc, ses yeux plongés dans ceux  de son interlocuteur, sentant son coeur se serrer face aux mots qui lui sont prononcer. Elle reste là un moment, silencieuse, comme si elle cherchait une réponse mais tout ce qu'elle trouve à faire, c'est d'afficher un petit sourire.

" Je suis La seule à n'avoir rien vu hein ?" Elle s'en doutait à présent, comme si elle avait ressenti les sentiments de Gabin face à sa déclaration, comme si elle avait compris qu'il savait et se ne voulait de n'avoir rien dit. Elle n'attendit aucune réponse. "Ce n'est pas grave. Ne t'en veux pas." Ajoute-t-elle de façon sincère.

Après tout, comment dire une telle chose sans donner l'impression qu'on a une idée derrière la tête ou qu'on veut juste semer la zizanie ? Ce n'est pas du tout facile d'annoncer ce genre de nouvelle.

"T'es pas obligé de dire quelque chose...."
dit-elle d'une voix douce.

Après tout, le simple fait qu'il soit là , près d'elle, et qu'il cherche quoi dire lui suffit. Ça suffit pour lui permettre de rester calme, de se dire que lui, il sera toujours là. Elle le ressent, très fortement. Et son coeur de se met à battre, comme si ce sentiment lui était tout nouveau. Et, délicatement, Nina posa sa tête sur l'épaule de son camarade. C'était quasi instinctif sans qu'elle ne sache dire pourquoi.Mais c'est un contact dont elle avait besoin, c'est tout. Et quand elle entendit son nom, la jeune fille eut un étrange sentiment, comme si elle aimait entendre quelqu'un le prononcer de cette façon.

"Hm ?"

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 287
| AVATARS / CRÉDITS : Ansel Elgort
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nia décédée
| PATRONUS : Un chaton
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Jeu 5 Juil - 9:26

Ça c’était sa Nina, une personne toujours positive et persévérante. Son frère n'avait aucune chance pensa-t-il. "Je te souhaite bien du courage et de la force avec lui et puis lorsque vous serez en Norvège vous vous parlerez forcément" Et c’était vrai, il voyait qu'elle avait besoin de se défaire de son poids sur le cœur qui devait être du à la dispute avec son frère. En vérité, il ignorait s'ils allaient partir en Norvège mais ils partaient presque chaque année alors il y avait peu de chances que cela change. "Pas que j'insinue que Njal soit quelqu'un avec qui tu en as besoin. Je ne voulais pas insinuer qu'il était compliqué" Et voilà, il s’était repris ne voulant pas lui faire croire qu'il insultait d'une manière ou d'une autre l’aîné Laensen et finalement, son discours était tellement embrouillé que c’était l'effet inverse qu'il avait produit. Bien sûr, Gabin ne pouvait pas vraiment comprendre Njal qui était très secret et surtout un peu compliqué mais à force de fréquenter Nina, il avait pu déceler chez lui de nombreuses qualités qu'il cachait bien, il semblait avoir un cœur d’or, pouvoir tout faire pour que les jumeaux se sentent bien. Il savait toute l'importance qu'il avait pour Nina !

"Ne t’inquiètes pas Nina, je blaguais il y a peu de chances que je me mette à déprimer." Enfin, si il y en avait une qui se trouvait justement devant lui mais ça il ne pouvait pas lui dire.
" En effet, maintenant je sais" à noter, si un jour il devait avoir le courage de se déclarer à elle, il devrait lui emmener une rose qui sent la fraise ! Ça existe ça ? Oui sûrement, après tout ils étaient dans le monde sorcier ou tout était possible.

"Tant mieux" dit-il tout simplement avant de rajouter. "Vous êtes donc à présent la princesse des fjords à la fraise mademoiselle Laensen"

Le fait de parler d'Holden serrait le cœur du jaune pour plusieurs raisons assez évidentes. Elle s’était tu mais le regardait droit dans les yeux. Ce contact était intense fort, il avait l’impression qu'elle pouvait lire dans son âme, ce contact l'electrisait, il ne savait comment réagir alors il continuait de soutenir son regard même si c’était douloureux. Lorsqu'elle ouvrit enfin les yeux et qu'elle comprit, il ne sut pas les mots juste. Lesquels seraient sincères sans lui briser le cœur ? Il l'ignorait, il y en avait sûrement aucun. "Je suis désolé" dit il en baissant les yeux, après tout, qu'y avait-il d’autre à dire.
Elle lui dit qu’il n’était pas obligé de parler mais comment se taire et lui laisser toute cette culpabilité en elle, c’était impossible ! "Tu l’appréciais vraiment beaucoup, tu ne pouvais pas le voir, tu étais trop impliquée émotionnellement" Sa phrase était presque un murmure, il ne voulait pas la faire souffrir davantage. De plsu, prononcer ces mots étaient bien plus douloureux que prévu pour Gabin. Oui elle tenait à lui, très sincèrement, c’était lui l'objet de son affection et non lui. Elle le voyait sûrement comme un bon ami mais pas autrement, constata t-il tristement dans sa tête.

La jeune fille pencha la tête jusqu’à rejoindre l’épaule de Gabin. C’était sûrement un geste qui la réconfortait mais pour lui c’était bien différent, il se sentit frissonner, son cœur se mit à tambouriner dans sa poitrine. Elle était si proche de lui. Il pouvait la toucher s'il le souhaitait. Elle devait sûrement être triste à cause d'Holden mais c’était bien trop d’émotions contradictoires qui se bousculaient dans sa tête. Il se sentit disjoncter face à ce contact ce qui expliqua cette tentative de je ne sais quoi en prononçant son nom d'une telle façon. Il voulait se confesser mais il se dégonfler, il n'avait pas le droit de faire ça, il s'en voudrait toute sa vie, elle avait le cœur brisé et n’était pas prête à briser le cœur d’un autre à son tour. Et si elle acceptait pour ne pas lui faire de la peine, ça aurait été la pire des choses. Mais soyons francs, s'il ne disait rien, c’est surtout parce qu'il était mort de peur de mettre ainsi son cœur à nu face à celle qui avait le pouvoir de le détruire. "Rien" bon niveau délicatesse on avait vu mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : josefine frida pettersen
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Dim 5 Aoû - 3:49


Croiser Gabin était définitivement quelque chose de positif, l'impact l'était en tout cas. Les deux sorciers avaient toujours été proches, depuis le premier jour de leur rencontre et dans l'immédiat, Nina se demandait comment elle avait fait pour rester loin de lui durant si longtemps. Enfin, sur toute une vie, elle ne s'était pas isolée durant une longue période mais au fond, elle était tellement attachée au jeune poufsouffle qu'une journée sans le voir correspondait à une éternité. Alors plusieurs jours..semaines ? Il était un petit bol d'air frais, une personne sur laquelle elle pouvait de reposer et à sa manière, il le prouvait une fois de plus : peut importe les circonstances, Gabin parvenait quasi toujours à décrocher un sourire à la jeune Norvégienne . Ce n'était pas très compliqué en même temps.

Mais ces derniers jours scolaires lui avaient quelque peu ôté son sourire, et elle comprenait bien pourquoi : elle avait l'impression de n'avoir été qu'un jouet, un objet dont on s'est servi pour  avoir ce qu'on voulait. Elle se sentait idiote, elle n'avait rien vu. L'amour rend aveugle dit-on , c'est bien vrai. Heureusement,elle avait ouvert les yeux avant le pire mais tout de même , le choc n'en restait pas moins violent. Et quand Nina entendu son ami lui dire qu'il était désolé, elle ne pu retenir un bref rire, rempli de mépris.

"Sûrement..." se contente-t-elle de répondre.

A vrai dire, c'était même certain. Tête sur l'épaule du brun, la jeune fille profitait de la chaleur qui se dégageait du corps de son camarade, de sa voix apaisante, de sa simple présence si réconfortante. C'est à moment précis qu'elle de rendit compte à quel point il lui avait manqué ces derniers temps. Pourtant, cette façon qu'il avait eut de prononcer son nom avait quelque chose d'étrange. La blonde ne savait pas dire quoi mais il y avait quelque chose. Elle se sentait bien et pourtant, assez embarrassée d'une certaine façon,sans trop pouvoir expliquer pourquoi. Alors, quand après un moment qui sembla durer une éternité, Gabin finit par lui répondre par un simple «rien», la petite Lænsen fronça les sourcils d'incompréhension, brièvement.

"Sûr ? T'as pas l'air dans ton état... je n'aime pas te voir comme ça !"

Elle avait levé la tête vers son ami, avant de poser sa main sur sa joue comme pour lui montrer avec une grande tendresse qu'elle était bel et bien là, qu'elle le serait toujours pour lui. Et surtout, que non, elle ne lui en veut pas pour cette histoire avec Holden, qu'il n'a pas à s'en faire...Que tout va bien se passer pour elle car elle a sa famille, elle l'a lui aussi. Il était, avec son père et ses frères, le garçon le plus important de sa vie...Et c'est comme si , suite à cette pensée et à son geste, elle avait compris, durant quelque secondes,ce qu'il se tramait. Mais ça ne pouvait pas être ça... Elle ne pouvait pas aimer Gabin comme elle avait aimé Holden si ? Non, ça devait juste être une impression...Une impression causée par sa peine actuelle, par le simple fait qu'il était encore et toujours là pour elle. Oui ça devait être ça... C'est ce qu'elle croit. Alors, Nina finit par retirer sa main et poser à nouveau sa tête contre son ami, fermant les yeux, respirant l'odeur du parfum du brun.

"Je suis désolée"

De quoi s'excusait-elle au juste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 287
| AVATARS / CRÉDITS : Ansel Elgort
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nia décédée
| PATRONUS : Un chaton
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Mar 7 Aoû - 9:15

Gabin n'avait pas la moindre idée de comment résumer sa relation avec Nina. Elle comptais à ses yeux, à un point tel qu'il souffrait terriblement lorsqu'il était séparé d'elle. Les journées de cours lui paraissaient une éternité lorsqu'il savait qu'il devait voir sa belle norvégienne juste après. Sa vie lui paraissait moins belle lorsqu'elle n’était pas à ses côtés. C'est d'une certaine façon pour cela que leur petite pause sans se voir était presque bénéfique. Le Gabin conscient souffrait chaque instant de son absence et de son éloignement. Mais le Gabin inconscient comprenait que ses sentiments n’étaient pas à une sorte d'addiction à sa présence mais bien un amour fort et profond. Malgré la distance, il n’en restait pas moins fou amoureux d’elle depuis tant d’années. A bien y réfléchir, il devait déjà être tombé son son charme lors de leur première rencontre. Jamais il n’oublierait cette fois ou cette petite blonde lui était tombé dessus dans le parc du château et qu'une conversation ne lui avait jamais paru aussi facile. Elle était fraîche, brillante, magnifique.

Son petit "sûrement"lui brisa le cœur. Il savait qu'elle évaluait juste sa rancœur envers Holden mais il avait l'impression que d'une certaine façon, il se sentait responsable, sa voix était si dur, si amère ! Pourquoi n'avait-il pas réagi ? Pourquoi n’avait-il laissé souffrir à un tel point. Sûrement parce qu'il ne se trouvait pas légitime d’intervenir dans ses affaires de cœur car il n'en faisait pas parti à son plus grand regret ! Que répondre à une telle chose ? Il l’ignorait, alors il lui prit la main pour la réconforter. Il s'infligeait cette douce souffrance, la séparation avait achevé toutes ses barrières ou il ses forçait à ne pas la toucher pour son bien être mental. Àprès une légère pression, il retira sa main, il ne fallait pas jouer avec le feu tout de même. C'est tous ces contacts, cette proximité qui incite Gab in à parler mais il était incapable d'aller plus loin. Sa petite tête blonde sur son épaule était trop pour lui, trop de tout, il n’arrivait plus à voir les limites qu’il s’était imposé, il en était de moins en moins capable, il ne voulait qu’une chose, elle, il la voulait tout entière, il la voulait pour lui, il voulait qu'elle ressente pour lui ce qu'elle ressentait pour Holden. Il voulait qu'elle l'aime. Bien évidement, Nina ne se laissa pas berner par son rien qui n’était pas très convaincant il fallait l’admettre, mais que pouvait-il dire ? Tu as raison je ne vais pas bien parce que je suis fou de toi depuis tellement d’années que je ne les compte pas et que je veux te toucher et t'enlacer pas seulement comme un ami ? Non il ne pouvait pas dire ça. Il s’était séparés depuis bien trop longtemps et il ne voulait pas lui donner une raison supplémentaires de le faire. Et surtout, il vaut peur que son cœur ne s'en remette pas !

"Je suis désolée Nina, j'ai juste beaucoup de choses en tête dernièrement … et Wilda est venue me voir"

Apres tout, ce retour dans sa vie était également une des choses qui le faisait réfléchir, toutes ses habitudes étaient chamboulées. Et la jeune fille savait mieux que personne à quel point elle lui avait fait du mal mais aussi à quel point elle comptait pour lui. En la revoyant, il ne pensait plus du tout à l’amour car c’était a présent Nina qui avait capturé son cœur, mais il était indéniable que Wilda avait et aurait toujours une place spéciale pour lui car elle était sa meilleure amie, son amie d'enfance et son premier amour. Elle lui toucha la joue avec une infinie tendresse, il avait l'impression qu’elle essayait de transmettre ses sentiments à travers sa caresse. Mais quels étaient-ils ? C’était la grande question qui torturait Gabin depuis bien trop longtemps. Puis elle reposa sa tête sur lui et c’était comme s'il avait retenu sa respiration tout ce temps et qu'il avait à présent à nouveau son oxygène, il inspira de bonheur, et laissa échapper un soupir de bonheur. Mais lorsqu'elle s’excusa, il paniqua un peu, beaucoup, énormément. Pourquoi était-elle désolée ? Avait-il compris ses sentiments mais ils n’étaient pas réciproques ? Avait-il été rejeté avant de pouvoir dire quoi que ce soit. Il ne comprenait pas, etait-elle à nouveau amoureuse et elle allait l'abandonner à nouveau ? Il y avait tant de possibilités mais aucune qui ne lui convenait !

" Pourquoi es-tu désolée ?" osa-t-il demander d'une voix tremblante.

Il n'avait jamais eu aussi peur de la réponse à une question qu'il avait lui-même poser. Il voulait se boucher les oreilles, devenir hermétique à tout ce qu’il y avait autour. Il voulait voir uniquement Nina, Nina et ses cheveux d'or, Nina et ses yeux magnifiques. Nina et sa beauté insolente. Nina, son soleil, sa vie.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 126
| AVATARS / CRÉDITS : josefine frida pettersen
| SANG : Pur


MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander Sam 25 Aoû - 3:09


Nina se sentait bien avec Gabin. Chaque moment qu'elle pouvait passer avec lui était un moment dont elle profitait au maximum car avec lui, elle n'avait aucune crainte, aucune peur. Il avait tout pour la rassurer. Alors pourquoi ? Pourquoi sentit-elle soudainement son coeur accélérer lorsqu'elle entendu le nom de Wilda ? C'est comme s'il avait soudainement été prit d'une grande panique, pourtant assez injustifiée. Elle avait déjà entendu parlé de cette histoire , brièvement, mais ça lui avait suffit à bien saisir la situation. Elle savait qu'autant son ami avait pu souffrir, autant il tenait à elle sans avoir conservé des sentiments d'enfant...Elle devrait être heureuse pour le jeune homme, dans un sens, mais elle se sent étrangement plus inquiète qu'autre chose.

"Wilda ? Mais ça fait une éternité que vous ne vous parliez plus, non ? Qu'est ce qu'elle te voulait ?" Demanda-t-elle surprise.Mais

Bon après il n'était pas obligé de lui répondre : ce n'était pas des affaires après tout. Mais Nina a toujours été ainsi, à agir et parler avec impulsivité la plupart du temps. Elle ne pensait pas à mal. La preuve étant qu'elle s'était excusée pour quelque chose qu'elle ne comprenait pas elle-même. Visiblement, c'était au tour de Gabin d'être nerveux, presque même trop aux yeux de la blonde qui tenta d'adresser un sourire rassurant à son interlocuteur.

"Si je t'ai fait du mal sans le vouloir."


Au moins, ça avait le mérite d'être franc. Sur ces mots, la blonde se releva , tournant le dos au brun avant d'enfin se tourner vers lui.

"Je te demande juste...encore un peu de temps."

Oui, un peu de temps. C'est tout ce don elle avait besoin pour réfléchir, pour se remettre de toutes ses émotions de l'année. Pourquoi parle-t-elle comme si elle était si sûre de ses sentiments alors que même pas cinq minutes plus tôt, elle se demandait si ce qui lui arrivait n'était pas dû au choc de sa séparation avec Holden justement. Cela n'avait aucun sens. L'esprit rationnel et le coeur ne sont décidément pas toujours en accord. Et Nina a trop tendance à suivre le second.

" Je pense que... qu'il faut que je rentre."

Pas du tout contradictoire avec la raison de sa sortie... non, pas du tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander

Revenir en haut Aller en bas

Quand le coeur chante la souffrance | Feat. Gabin Ollivander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Quand mon coeur est aquarelle..
» Y'a des signes qui ne trompent pas, quand le coeur s'emballe parfois...| Vitaly
» Ginella - Quand les mots manquent, les larmes font le reste
» ☼ Quand le Cœur lâche, Rien ne va plus! ☼ {Pv Fenice Nakata!}
» Evénement #29 : Quand mon Coeur fait Boom Boom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Le chemin de traverse-