GRYFFONDOR : 677 pts | POUFSOUFFLE : 304 pts | SERDAIGLE : 666 pts | SERPENTARD : 278 pts
C'est l'été sur ATDM ! Pour l'occasion, le cirque Arcanus a planté sa tente à Londres, pour tout l'été (plus d'explications ici). La partie Poudlard sera de retour dès le 1e septembre. D'ici là, bonnes vacances à tous !
Félicitations aux Gryffondor pour la coupe des quatre maisons !
Les anciens élèves, nouveaux adultes, n'oubliez pas de demander votre changement de statut juste ici !

Partagez

Maman, parles-moi des femmes... || Elise ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Evan Talbott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 219
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyLun 16 Juil - 15:56

Evan, après une dure semaine au Ministère de la Magie, était venu sur les terres de sa famille pour se détendre. Le vent s’engouffrait dans ses cheveux, la boue venait s’écraser contre ses bottes, quelques gouttes de pluie venaient frapper son visage, les hennissements de son cher cheval troublait la quiétude des lieux… Monter était une des choses que le jeune homme préférait. Il se sentait libre, lancé à pleine vitesse dans les prairies verdoyantes et les forêts sombres d’Angleterre. Sa chère monture, nommée Gaspard, était son deuxième cheval, le premier, une jument, étant maintenant trop vieux pour suivre le rythme du jeune Talbott, aimant la vitesse. Bien que le nom de son cheval puisse sonner étrange aux yeux de certains, Evan l’adorait. Sa mère étant française et lui ayant raconté tant d’histoires sur ce beau pays, le jeune homme était devenu friand de noms originaires de ce pays. Gaspard était un cheval débordant d’énergie, il savait écouter Evan, qui l’avait bien dressé. Sa robe, noire et blanche, brillait presque tant c’était un beau cheval.
Ce jour-là, alors qu’Evan rentrait de sa balade et arrivait dans l’enclos de Gaspard, il vit que sa mère, Elise Lerouge, le regarder revenir. Il sourit, heureux de la voir là. Elise était une bonne mère : douce, attentionnée et aimante. Aujourd’hui, Evan n’était pas venu pour entendre des histoires sur la France, mais sur un tout autre sujet… Il descendit de sa monture, lui caressa doucement la tête, enleva sa selle et la laissa se reposer. Il rangea rapidement ses affaires dans le petit cabanon construit à côté de l’enclot et se dirigea vers sa chère mère. « Bonjour, mère » dit-il en arrivant devant elle et en déposant un baiser sur son front. « ll faudrait que l’on monte ensemble, bientôt » proposa-t-il. Evan avait besoin de partager des choses avec sa famille, que ce soit sa mère, son grand-frère ou même sa petite sœur. Bien sûr, cette vérité n’était pas valable pour son père, même lorsqu’il était encore en vie. Cet homme n’avait jamais rien partagé avec ses enfants, sauf des cris, des ordres et parfois de la violence. Evan ne l’avait jamais vraiment porté dans son cœur, alors, quand il était mort, il n’avait pas vraiment été triste. Oh, bien sûr, c’était dommage, car jamais il ne souhaiterait la mort de quelqu’un, mais cela ne l’avait pas dérangé plus que cela. Evan aimait profondément sa famille, sauf lui. En bref, il avait besoin de siens pour vivre, et il en avait totalement conscience, c’était d’ailleurs surement pour cela qui ne s’était jamais vraiment demandé de quel côté il voulait être…
« Tu voudrais bien me servir une tasse de ton fameux chocolat chaud ? » demanda alors le jeune Talbott comme lorsqu’il était enfant et qu’il revenait de ses leçons d’équitation à l’heure du goûter. « On pourrait passer un petit moment dans la cuisine, à discuter, comme avant. Qu’en dis-tu ? » proposa-t-il en offrant un petit sourire à sa chère mère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Lerouge



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 259
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyMar 17 Juil - 12:32

Quelle humiliation… Cette patte folle qu’elle trainait maintenant derrière elle, lui empêchant un certain nombre de mouvements… Que c’était diminuant… Elise faisait tout son possible pour préserver un minimum les apparences auprès de tous. Ce qui avait été particulièrement compliqué depuis cette soirée avec Evan Rosier. Elle tenait à peu près debout cela dit, ce qui n’avait pas été le cas les premiers jours. Une certaine déprime s’était installée chez elle. Malgré la présence bien plus régulière de sa fille auprès d’elle puisque les vacances étaient arrivées. Enfin, c’était comme ça, il faudrait qu’elle s’y fasse.

Heureusement une bonne nouvelle lui était arrivée. Son second fils, Evan, avait prévu de venir un peu chez elle. Il avait une vie bien remplie maintenant, avec son travail au Ministère. Elise était tellement fière… L’ironie était que durant son enfance, elle le voyait finir dans un tout autre endroit. Mais son poste actuel aurait rendu son père tellement fier… Enfin, cet homme n’était plus là depuis un moment et Evan avait choisi librement sa voie. Sa mère ne pouvait donc qu’en être ravie. Alors sachant qu’il venait, elle avait retrouvé un peu de sa bonne humeur.

Un elfe de maison l’avait prévenu qu’Evan était arrivé et qu’il avait été faire un tour à cheval. Alors prenant son courage et sa motivation à deux mains (enfin une puisque l’autre tenait sa canne…), elle avait décidé d’aller à sa rencontre. Elle n’avait heureusement pas eu à l’attendre longtemps sur place, de toute façon elle ne tenait pas longtemps debout. Mais dès qu’elle l’avait vu arriver, son visage s’était éclairé de ce petit sourire qui faisait remonter ses pommettes rondes. C’était bon de le revoir. Dans une robe plus austère qu’à son habitude mais non sans une certaine classe, quelques mèches de cheveux noués rapidement derrière sa tête pour dégager son visage, elle l’attendait dans ce léger vent qui faisait plier l’herbe autour d’elle, les deux mains en appuis sur cette canne qu’elle maudissait autant qu’elle chérissait.

-Bonjour, mère

Elise l’avait laissé déposer ce baiser sur son front qu’il dominait largement maintenant. Il avait plus de dix centimètres de plus qu’elle maintenant, chose qu’elle ne savait toujours comment prendre… Ses enfants étaient grands. Plus grands qu’elle. Alors elle avait simplement tendu une main douce vers lui pour caresser sa joue en réponse.

- ll faudrait que l’on monte ensemble, bientôt

Oh dans l’idée elle était totalement partante. Excellente cavalière, Elise avait toujours apprécié les cavalcades familiales. Cependant une partie bien spécifique de son corps risquait de lui compliquer la tâche.

-Oui, bientôt, je l’espère. Dès que je pourrais à nouveau tenir à peu près sur mon cheval!

La pauvre bête n’avait pas fait de sortie avec sa maîtresse depuis cette fameuse soirée. Lindsay l’avait un peu monté, Elise avait trouvé quelqu’un pour lui faire faire de l’exercice. Mais elle-même n’avait pas pu remonter à cheval, ce qui commençait à lui manquer aussi.

-Tu voudrais bien me servir une tasse de ton fameux chocolat chaud ?


Cette idée avait décroché un petit rire à la belle, celui qui lui faisait plisser les yeux et remonter le bout du nez. Le chocolat chaud, c’était ce qu’elle préparait pour ses enfants lorsqu’ils étaient petits. Une boisson de l’enfance que son grand garçon lui demandait avec le même regard qu’à l’époque. Comment lui refuser?

-Si tu veux mon chéri, je dois encore avoir quelques madeleines si ça t’intéresse…

Elise faisait souvent venir ce genre de petites choses, de ces produits français qui lui rappelaient un peu la maison. Petits, les enfants aimaient notamment ces madeleines, qui accompagnaient donc souvent les tasses de chocolat. Il pouvait arriver que les goûts changent, mais Evan aurait peut-être envie de replonger dans ce souvenir.

-On pourrait passer un petit moment dans la cuisine, à discuter, comme avant. Qu’en dis-tu ?

Elise eut un regard un peu surpris (agréablement cela dit). C’était le genre de propositions qu’elle ne refuserait pour rien au monde. Elle avait beau les laisser grandir et être fière de leurs réussites, ses enfants restaient ses bébés et passer ce genre de petits moments avec eux était toujours un plaisir qu’elle chérissait.

-Et bien, ça te manque de parler avec ta vieille maman? Toi tu as déjà quelque chose en tête. Mais d’accord, attendons d’avoir un chocolat pour en discuter.

La belle se permit de lui prendre le bras, déjà pour ce contact très agréable avec son fils, mais aussi, il faut bien l’avouer, pour tenter de conserver une certaine stabilité sur le chemin du retour.

Ils furent bientôt dans la grande cuisine du manoir où elle fit signe aux quelques elfes qui y étaient de quitter les lieux. Baguette en main, deux tasses se posent sur la grande table en bois au centre de la pièce alors qu’une casserole commence à chauffer du lait, bientôt agrémenté de morceaux de chocolat. Le mélange rapidement fait, les tasses se remplissent, un petit nuage de crème sur le dessus. Elise toujours dans un sourire pose sa baguette, plante un bâton de cannelle dans chaque tasse et ajoute une pincée de cacao en poudre sur le tout. Le temps de faire tout cela, un plat de madeleines était arrivé sur la table et ils n’avaient plus qu’à prendre place. Elise s’assit non sans une grimace et une certaine difficulté avant de reprendre son sourire et de poser les mains autour de la tasse qui dégageait une douce chaleur appréciable même en plein mois de juillet.

-Alors, de quoi veux-tu discuter mon chéri?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Talbott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 219
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyJeu 19 Juil - 17:01

La caresse douce de sa mère sur sa joue provoqua un sentiment de nostalgie chez Evan, qui se souvint des moments de son enfance passée auprès de celle qu’il admirait tant et qui, aujourd’hui, se retrouvait affublée d’une stupide canne sans qu’il ne sache vraiment pourquoi. La voir dans cet état lui faisait mal, même s’il ne l’avouerait pas, car, après tout, Elise représentait pour lui la force de caractère à l’état brut, et la force tout court, d’ailleurs. Le jeune homme se promit de lui demander comment cela était arrivé.
« Je ne m’en fais pas pour toi » dit-il lorsqu’elle lui promit de faire cette balade à cheval ensemble dès qu’elle serait de nouveau capable de tenir sur ses deux jambes, « tu te rétabliras vite, j’en suis sûr ! ». Il ne pouvait en être autrement. De toute façon, Elise ne pouvait pas rester en place, elle avait besoin de bouge, de monter, bref de vivre en bonne santé. Rien ne pouvait l’arrêter, alors Evan savait bien que cette situation ne durerait surement pas bien longtemps !
Le chocolat chaud était un des deux péchés mignons du jeune Langue-de-Plomb lorsqu’il était enfant, le second étant les madeleines françaises que sa mère leur donnait, à lui, son frère et sa sœur, lorsqu’il était l’heure pour eux d’avoir droit à leur goûter. Le fait que sa mère en proposa lui arracha un sourire gourmand. « Comment dire non à des madeleines ? » déclara-t-il en lançant un regard plein de souvenirs à Elise.
Vivre seul dans son appartement avait été choix que le cadet Talbott n’avait jamais regretté. Prendre son indépendance avait été une décision murement réfléchie et qui lui avait toujours donné satisfaction, il était vrai. Mais, parfois, Evan se sentait seul, dans cet appartement vide que personne n’occupait à part lui. Il n’y avait pas les cris de son frère quand on le réveillait trop tôt à son goût le matin, il n’y avait pas non plus les rires de sa sœur quand elle écoutait les histoires rocambolesques de ses deux aînés à Poudlard, et enfin il n’y avait pas les mots doux et gentils de leur mère qu’il aimait tant. Oui, bien sûr que les conversations avec celle-ci lui manquaient. « Tu sais bien que oui » déclara-t-il en levant les yeux au ciel. Quant à s’il avait quelque chose en tête… Elle était belle, jeune, drôle, têtue et s’appelait Wilda…
Evan donna le bras à sa mère avec plaisir, heureux d’être celui qui l’aidait à marcher, pensant que les enfants devaient aider leurs parents du mieux qu’il le pouvait. Le jeune homme regarda sa mère s’affairait en cuisine avec beaucoup de plaisir, comme s’il replongeait en enfance. Voir sa génitrice adorée préparer quelque chose pour lui le rendait toujours heureux. Lorsqu’elle s’assit, il but une grande gorgée de la boisson lactée, fermant les yeux quelques instants pour profiter de ce petit plaisir dont il n’oublierait jamais le goût. Il mangea une madeleine avant d’hausser les épaules. De quoi voulait-il parler ? De la blessure de sa mère ? De Wilda ? De Kierán Graves, à propos duquel il avait promis à Melody Fawkes de chercher des informations auprès des sang-purs ? Il lui sembla alors tout à fait normal de commencer par le sujet le plus important. « Que s’est-il passé ? » demanda-t-il en désignant sa jambe par un léger signe de tête.

HORS RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Lerouge



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 259
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptySam 21 Juil - 13:03

Ses enfants grandissaient mais Elise ne saurait sans doute jamais réellement s’y faire. C’était comme de voir sa nièce devenir mère. Elle avait toujours un peu de mal à en revenir, malgré le fait que la nouvelle avait été plus qu’heureuse. Elle gardait donc de ces gestes de tendresse qu’ils avaient plus ou moins toujours connu. La française ne pouvait pour ainsi dire pas s’en empêcher. Elle-même n’y avait pas eu droit enfant, ce n’était pas convenable aux yeux de ses parents. Des gens qu’elle n’avait pas revu depuis au moins quinze ans. En agissant ainsi, elle avait cet espoir que le lien entre elle et ses enfants aurait une chance de durer. A en croire le sourire d’Evan, sa méthode était probablement la bonne.

- Je ne m’en fais pas pour toi. Tu te rétabliras vite, j’en suis sûr !

Son optimisme faisait plaisir à voir et élargit le sourire attendri de sa mère. Elise ne pouvait pourtant pas s’empêcher d’avoir des doutes. Elle n’avait pas officiellement vu de médecin. Cela serait un peu risqué puisque cette blessure, ils étaient plusieurs Aurors à l’avoir vue sur cette femme blonde qu’ils avaient affronté il y a quelques temps. Cependant les quelques avis qu’elle avait pu avoir jusqu’à maintenant n’étaient pas toujours aussi favorables.

-Oh il m’en faudrait plus pour arrêter de monter, tu le sais!

La vérité était qu’elle n’était pas même parvenu à se hisser en selle. Mais elle trouverait bien un moyen plus tard, quand sa jambe serait plus forte, qu’elle aurait un peu mieux récupéré… En attendant il y avait du chocolat dans l’air. Et quoi de mieux pour l’accompagner que des madeleines? Evan semblait de son avis cette fois encore.

-Comment dire non à des madeleines ?

On voyait dans ses yeux qu’il était déjà emballé par l’idée. Alors prenant son bras Elise n’avait pas souhaité trainé sur place plus longtemps. Ils seraient sans doute mieux à l’intérieur de toute façon. Alors plaisantant sur le fait qu’il lui réclamait une conversation juste tous les deux, elle se doutait déjà qu’il avait quelque chose de précis en tête. Sa réaction à lui ne faisait que confirmer ses idées à elle…

-Tu sais bien que oui

Levant les yeux au ciel, il confirmait que ces petits moments particuliers juste entre eux deux lui manquaient. Elle n’en doutait pas, mais Elise pensait voir autre chose derrière son comportement qui loin d’être inhabituel était souvent révélateur. A son tour elle leva les yeux au ciel, l’air de dire qu’elle n’était pas non plus affaiblie au point de tomber dans le panneau. Mais sans perdre sa bonne humeur, elle ‘avait entrainé jusqu’au manoir. Elle s’était ensuite employé à préparer le fameux chocolat chaud avant de s’asseoir en lui demandant de quoi il voulait parler. Une madeleine déjà entamée dans la main, il ne semblait pas avoir envie d’aborder immédiatement le véritable objet de sa visite.

-Que s’est-il passé ?

Il avait désigné sa jambe d’un signe de tête, jambe qu’elle avait légèrement écarté de la table, ne pouvait la plier à son aise. Prenant une madeleine qu’elle coupa entre ses doigts, elle cherchait le meilleur moyen de lui dire sans trop en dire. Cela passait déjà par cet air détaché, comme si c’était sans importance. Sans perdre ce sourire qu’il savait lui donner par sa simple présence.

-Un petit contre temps… Tu sais, ce que nous faisons ton frère et moi n’est pas toujours des plus sécurisé. Alors quand on part avec quelqu’un en qui on ne peut placer sa confiance, cela peut vite laisser des traces.

Evan Rosier l’avait laissé seule dans cette situation plus que délicate. Elise avait insisté tant qu’elle l’avait pu pour qu’on le considère comme quelqu’un indigne de leur confiance. Évidemment, femme dans ce milieu d’hommes, sans doute déjà sur le déclin, l’idée de ce sang masculin frais pour leur cause avait eu raison de sa parole. Sans doute une façon plus ou moins claire de lui faire comprendre qu’il fallait qu’elle laisse la place. Chose qu’elle ne ferait évidemment pas. Elle massait nerveusement sa jambe pendant qu’elle parlait, ne soulageant qu’en pensé la douleur devenue incessante.

-Il vaut mieux pour toi que tu n’en sache pas plus. Mais ne t’en fais pas, j’ai de quoi soigner tout ça. Et puis ta soeur veille sur moi en ce moment.

Sa pauvre Lindsay, c’était bien lourd à porter sur ses jeunes épaules. Mais la jeune fille y mettait toute la bonne volonté du monde. Elise s’appliquait donc à lui laisser -comme aujourd’hui- le plus de temps libre et loin d’elle possible. Il fallait qu’elle puisse se détendre et s’amuser. C’était les vacances!

-Et toi mon ange? Quelles nouvelles au Ministère?

Non pas qu’elle s’inquiétait réellement de ce qui pouvait s’y passer. C’était plutôt ce que son fils y vivait qui était intéressant.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Talbott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 219
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyDim 22 Juil - 13:41

Elise avait transmis son goût pour l’équitation à ses trois enfants, qui pratiquait ce sport depuis leur plus tendre enfance. Evan avait toujours aimé faire des courses au galop avec son frère, jouer au polo à cheval avec sa sœur et se balader tranquillement avec sa mère. Oui, rien n’arrêterait Elise si elle désirait remonter son sa chère monture adorée, son fils le savait bien. « Evidemment ! » dit-il en souriant avec douceur, comme impatient de revoir Elise sur son cheval comme la fière cavalière qu’elle était.
Manger et boire comme quand il était enfant, des madeleines françaises et du chocolat, fut un vrai bonheur pour Evan, qui se nourrissait en ce moment exclusivement de pâte, de riz et de pommes de terre. Non pas qu’il n’avait pas d’argent, après tout c’était un Talbott, mais il économisait pour offrir à Wilda deux places pour la finale de la coupe du monde de Quidditch en loge, ce qui coûtait tout de même assez cher, il fallait bien l’avouer. Pourquoi faisait-il ça ? Le jeune sang-pur avait simplement envie de voir sourire la jeune femme, la voir évoluer dans ce monde qu’elle aimait tant, entrer dans celui-ci, qu’il ne connaissait finalement que très peu tant il se désintéressait de ce sport avant de la rencontrer.
Le travail des Mangemorts, bien qu’il ne sache pas vraiment à quoi cela correspondait, donnait des frissons à la Langue-de-Plomb qui n’osait pas imaginer Amaury et Elise en danger sans s’inquiéter plus que nécessaire. Il savait que c’était dangereux, et surtout illégal, mais rien de plus, les deux intéressés ne voulant jamais lui en dire plus. Depuis que les rumeurs sur le Mage Noir enflait, Evan scrutait chaque matin la une de la Gazette afin de s’assurer que rien de compromettant pour sa famille n’y apparaisse. Sa hantise était, qu’un jour, la photo de ceux qu’il aimait se retrouve dans ce journal, causant leur perte. Quand sa mère lui confia qu’elle était partie avec une personne en qui elle ne pouvait pas avoir confiance, le jeune homme arqua un sourcil. Quelqu’un avait mis sa chère mère en danger ? « Qui donc ? » demanda-t-il, piqué par la curiosité et, peut-être aussi un peu, par la rancune. « Je connais cette personne ? ». Sa mère lui dit pourtant qu’il n’avait pas besoin d’en savoir plus, ce qui le vexa quelque peu. Evan n’était plus un enfant. Bien sûr, connaître les détails de leur mission ne l’intéressait absolument pas, ne désirant pas éprouver une possible quelconque désapprobation envers les membres de sa famille à laquelle il tenait tant. Cependant, s’il s’agissait de savoir comment sa mère avait été mise en danger, là il désirait tout savoir, même les petits détails. « Lindsay a toujours été adorable… » murmura-t-il en pensant à sa petite sœur qui prenait soin de sa mère.
La française lui demanda ensuite quelles étaient les nouvelles au Ministère. Le jeune homme haussa les épaules. Cette institution n’était pas celle qui bougeait le plus, il fallait l’avouer. Quoi que, ces temps-ci, beaucoup de choses s’y passaient : Bartemius Croupton voulait réformer la justice, ce que beaucoup de juristes n’appréciaient pas trop, et il y avait l’affaire Graves. « Pas grand-chose », déclara-t-il avant de rajouter « Mon collègue, et ami, Kierán Graves a été arrêté ». Il croqua de nouveau dans son petit gâteau. « Pour trahison, apparemment. Toi qui travaille pour les mangemorts, tu sais si Kierán donnait vraiment des informations ? » demanda finalement Evan, impatient de savoir ce qu’il en était vraiment. Après tout, il avait promis à Melody de l’aider, alors il devait le faire, Evan était un homme de parole !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Lerouge



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 259
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyJeu 26 Juil - 23:07

Elise avait reçu une éducation assez conventionnelle pour le milieu dans lequel elle était née. L’équitation avait donc fait partie de cette éducation. Tout comme la musique. Alors elle avait été habituée aux folles cavalcades avec ses frères et soeurs. Puis elle avait prolongé la tradition avec ses enfants. Et la voilà coincée, incapable de remonter en selle. Evan semblait plus certain de sa réussite qu’elle-même. Ce qui il faut l’avouer avait le don de lui redonner un certain sourire.

Ils avaient ensuite profité tous les deux de quelques gourmandises qu’Elise pouvait offrir à son second fils venu passer un peu de temps avec elle. Un moment très apprécié chez elle, surtout en ce moment. Cependant le sujet de sa récente blessure était bien entendu arrivé dans la conversation. Elle n’avait pas souhaité rentrer dans les détails, sachant qu’elle le mettrait potentiellement dans une situation délicate. Certains lui avaient déjà reproché de ne pas encore avoir fait entrer son second fils dans le cercle fermé des Mangemorts. Elle estimait que c’était un choix qu’il devait faire seul. Mais en attendant, son choix à elle de ne pas lui en dire plus n’avait pas l’air de lui plaire.

-Qui donc ? Je connais cette personne ?

Visiblement agacé, il semblait très concerné par l’affaire. Ce que finalement, sa mère pouvait comprendre. Alors après avoir bu une nouvelle gorgé de chocolat elle finit par lui lâcher un peu plus d’informations.

-Le jeune Rosier manque encore cruellement de méthode et de calme… Mais visiblement mon avis sur la question n’a pas un grand impact…

Elise n’avait toujours pas digéré qu’il soit si vite accepté dans leur cercle après l’erreur qu’il avait commise. Mais elle devait bien faire avec maintenant.

-Lindsay a toujours été adorable…

La belle eut un sourire en repensant à sa douce fille qui tenait tant à prendre soin d’elle.

-Oui… Même si elle vous a parfois mené la vie dure à ton frère et toi.

Repenser à certains évènements donnèrent un léger rire à la mère de famille. La maison avait parfois été assez animée par les cris des uns et des autres, mais elle n’avait jamais regretté cette vie. La conversation s’était ensuite orientée vers le travail de son fils.

-Pas grand-chose. Mon collègue, et ami, Kierán Graves a été arrêté


Elise le laissa poursuivre après avoir marqué un très léger arrêt. Elle connaissait ce nom sans connaître la personne. Mais si il s’était fait arrêter, il était intéressant de savoir la suite des évènements.

-Pour trahison, apparemment. Toi qui travaille pour les mangemorts, tu sais si Kierán donnait vraiment des informations ?


D’un air un peu plus sérieux, Elise reposa sa tasse. Le sujet était délicat. Il travaillait au Ministère et parlait d’un ami. Elle était mangemort et se sentait donc forcément en danger par cette arrestation.

-Mon chéri, il faut bien savoir qu’entre ton Ministère et nous, l’entente n’est pas même cordiale. Si je te donne des informations sur nos relations avec Kieran, tu pourrais avoir des ennuis. Attends de voir les résultats de l’enquête, que la situation soit retombée.

Sa réponse donnait plus ou moins une indication. Si elle n’avait pas entendu parler de Kieran, nul besoin de préciser ces choses à Evan. Mais bon, confirmer directement lui poserait un problème de conscience…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Talbott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 219
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyMar 31 Juil - 22:23

Le cadet d’Elise Lerouge passait un excellent moment avec sa mère autour d’un bon chocolat chaud et de savoureuses madeleines, pourtant un mot, un seul, vint tout gâcher. Rosier. Ce nom, Evan le supportait de moins en moins, que ce soit à Poudlard, dans son cercle d’amis ou chez les sang-purs. Ils avaient le même prénom, appartenaient à la communauté et partageaient même certains amis. En bref, beaucoup de choses les rapprochaient, même leur enfance. En effet, les deux Evan avaient été très amis, plus tôt dans leur vie. Ils avaient fait tourner certains membres de l’équipe de Poudlard en bourrique ensemble, avait partagés des secrets et des sucreries, s’étaient amusés ensemble… Bref, ils avaient été des amis, comme des enfants ou des jeunes garçons peuvent l’être. Puis Rosier était devenu de plus en plus sombre, s’amusant à faire du mal à ceux ne partageant pas la pureté de son sang, ce qu’Evan Talbott n’avait jamais vraiment approuver. Il préféra s’éloigner de lui, quitte à se faire mal voir de certaines personnes proches de Rosier. Evan devait se protéger des gens dans son genre. Ce n’était par parce qu’il ne pouvait pas clairement s’opposer à ce genre d’agissement qu’il pouvait rester devant sans rien faire, alors il avait préféré fuir ce genre de choses. Et maintenant il découvrait que c’était de la faute de ce garçon que sa mère était blessée. La rage envahit le pourtant si doux cœur d’Evan qui serra les mains jusqu’à ce que ses phalanges blanchissent. Le jeune homme tenta de garder une voix calme, de maîtriser celle-ci avant de demander « A-t-il fait… ça… de manière involontaire ? Ou était-ce pleinement voulu ? ». Si jamais Rosier avait fait du mal à sa très chère mère de lui-même, sans que rien ne vienne l’y obliger, sans qu’une malencontreuse erreur se soit glissé dans la situation… Evan ne lui pardonnerait jamais, et il irait lui toucher deux mots là-dessus dans les plus brefs délais.
Malgré tout, la phrase de sa mère fit revenir un mince sourire sur ses lèvres. Ah, Lindsay ! Ça pour avoir fait subir un enfer à Amaury et Evan, elle l’avait en effet fait. L’aîné Talbott et sa petite sœur se disputaient très souvent, constamment même, l’un passant son temps à provoquer l’autre qui s’empressait de le remettre à sa place, ce qui crée des situations explosives et parfois très compliquées à gérer. En général, c’était Evan qui se chargeait de faire le médiateur et de gérer ses frères et sœurs. Le jeune homme n’avait jamais vraiment aimé ce rôle, mais c’était celui qu’il tenait au sein de la fratrie, alors il s’y été fait. Heureusement, maintenant qu’ils avaient tous grandis, l’ambiance était plus calme, même si certaines querelles continuaient d’exister. « En effet » approuva Evan. « Mais on l’aime quand même ! » dit-il, laissant presque transparaître un rire dans sa voix.
Evan écouta sa mère en haussant les épaules. Bien sûr, il savait très bien que les mangemorts et le Ministère se détestaient, se battant l’un contre l’autre, tout le monde le savait ! Le jeune homme saisit alors enfin que cette affaire pouvait mettre en danger sa mère et son frère, ce qu’il redoutait plus que tout. « Je comprends » déclara-t-il d’une voix douce. « J’ai promis à sa petite amie de l’aider à découvrir la vérité, c’est tout » expliqua-t-il.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Lerouge



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 259
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyJeu 2 Aoû - 18:46

Si Elise profitait de ce doux moment avec son second fils, il semblerait que le sujet choisi soit un peu trop délicat pour permettre d’être réellement calmes et sereins dans cette conversation. Evan avait toujours eu ce côté un peu protecteur avec sa famille depuis le décès de son père. Quoi que sans doute un peu avant déjà. Il était donc parfaitement logique une fois encore que le jeune homme se trouve assez peu heureux de la situation de sa mère. Surtout qu’elle était causée par quelqu’un qu’il connaissait bien. Même Elise savait que les deux Evan avaient eu une amitié pendant un temps avant de prendre quelques distances. Elle savait donc qu’il verrait immédiatement de qui elle parlait. Il était plus que clair lorsqu’elle avait donné cette information que son fils prenait assez mal la nouvelle. Les poings serrés, il était assez clair dans ses émotions. Elise restait calme, cela ne servirait à rien d’en rajouter avec ses propres envies de meurtre.

-A-t-il fait… ça… de manière involontaire ? Ou était-ce pleinement voulu ?

Difficile de clairement répondre à cette question. Elise eut un soupir en pleine réflexion et en mordant dans une madeleine. De toute façon, à ce niveau, il était déjà mouillé.

-Et bien… Disons que si il n’a pas lancé lui-même le sort… J’imagine que partir seul en pleine altercation avec des aurors n’était pas très sécuritaire pour moi.

Heureusement, un sujet bien plus doux vint rapidement leur redonner le sourire. Lindsay, sa petite dernière, était encore jeune. Elle était encore à l’école et n’avait pas encore quitté la maison familiale. Elle était encore un peu le bébé de la famille, même si elle grandissait vite malgré tout. Visiblement Evan voyait encore très clairement pas mal de souvenirs avec sa petite soeur.

-En effet. Mais on l’aime quand même !

Lindsay bien aidée par sa cousine Lyssa avaient souvent fait tourner leurs frères respectifs en bourrique. Cela leur redonnait le sourire de s’en rappeler. Il faut dire que c’était tellement drôle. Même si Elise ne devait pas toujours le montrer. Après tout, elle était l’autorité de sa maison. Mais il fallait bien le dire, c’était souvent très drôle…

-J’espère bien oui!

Elise riait à moitié elle aussi, ravie d’apprendre que toutes les petites malices qu’ils s’étaient tous fait n’avaient pas entamé le lien qui tenait sa famille.

Le sujet avait ensuite à nouveau changé. Kieran était effectivement quelqu’un dont elle avait entendu parler. Et il était assez inquiétant qu’il ait été pris par la Ministère. Même si en soi, ne l’ayant jamais rencontré, elle ne devrait pas être trop embêtée. En espérant qu’Amaury n’ait pas fait partie de ces quelques oreilles attentives aux paroles de cet homme.

-Je comprends. J’ai promis à sa petite amie de l’aider à découvrir la vérité, c’est tout

Elise arqua un sourcil en buvant une gorgé de chocolat. Sa petite amie s’inquiétait donc. Elle n’était pas fan de l’idée qu’Evan puisse être mêlé même d’aussi loin à cette histoire qui promettait de se compliquer.

-Mon chéri j’aimerais autant que tu ne t’approche pas trop d’elle non plus. C’est une situation visiblement délicate où je n’aimerais pas trop te retrouver…

Une certaine inquiétude s’entendait dans sa voix. Mais elle allait se débrouiller pour rapidement réorienter la conversation, histoire de limiter un peu ce malaise qui risquait de venir s’inviter dans leur petit moment. Alors en reprenant un regard malicieux, elle tenta de changer un peu de sujet.

-Mais dis-moi, honnêtement… Tu étais réellement venu me voir pour parler de toutes ces choses qui font la lutte entre moi et le Ministère de la magie? Tu sais que j’apprécie ta compagnie en toutes circonstances mais tout de même, j’espère que nous pouvons avoir des conversations plus légères!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Talbott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 219
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyVen 3 Aoû - 16:00

Evan Rosier était un lâche, voilà ce qu’Evan comprenait de toute cette histoire. Cette ordure avait laissé sa mère seule face à une menace, surement des Aurors, qui envoyait des sorts pouvant la blesser, ou pire, la tuer. Il avait donc abandonné son binôme, son compagnon de mission, en l’occurrence Elise Lerouge, pour prendre la fuite. Ce jeune homme avait décidemment un gros problème, qui s’appelait Evan Talbott. Il semblait pourtant au jeune homme que, chez les mangemorts, la loyauté envers leur compagnon était presque aussi importante que celle dirigée envers leurs compagnons, non ? A ce qu’il avait entendu, les serviteurs du nouveau Mage Noir fonctionnaient toujours par paire, voire en groupe, mais jamais seul. C’était d’ailleurs pour cela que leurs missions étaient très souvent une réussite, car ils pouvaient compter sur une autre personne. Pourtant, Evan Rosier avait rompu cette règle implicite, cette confiance que la mère de la Langue-de-Plomb lui avait donné. « Je vois… » murmura le jeune homme, « a-t-il été puni, ou au moins réprimandé ? » demanda ensuite Evan. Si la réponse de sa mère était négative, il s’occuperait lui-même de faire ce que les autres auraient dû faire. Même s’il n’était pas un mangemort, et qu’il n’en serait surement jamais un, il n’allait pas laisser Rosier faire ce qu’il voulait et risquer la vie de sa chère mère, peut-être aussi celle de son frère, il en était tout simplement hors de question.
Pour le jeune Talbott, la famille était ce qu’il y avait de plus important au monde. Qu’elle soit agaçante ou non, Lindsay restait sa petite sœur chérie, et il l’aimait bien plus qu’il n’aurait pu lui avouer. C’était une jeune femme douce et intelligente, il était persuadé qu’elle deviendrait une femme réfléchie et sûre d’elle. Quant à Amaury, même s’il pouvait parfois être têtu et brutal, il savait être un bon grand frère, protecteur et taquin. Enfin, Elise, leur mère, avait toujours été bonne envers eux, leur apportant tout ce dont des enfants avaient besoin. Il n’y avait finalement que leur père qui n’avait jamais vraiment trouvé grâce aux yeux, ou plutôt au cœur, d’Evan. C’était un homme violent, trop occupé par son travail pour prendre soin de sa famille. Sa mort n’avait que très peu touché son second fils. « Tu sais bien qu’il n’y a pas besoin d’espérer » répondit le fils à sa mère.
Lorsqu’Elise expliqua ne pas vraiment vouloir voir son fils trainer autour de la petite amie de son ami Kierán, celui-ci arqua un sourcil. Bien sûr, il comprenait parfaitement les craintes de sa mère. Cette affaire pouvait mettre la famille Talbott dans une position plus que délicate, et moins ils se montraient auprès des protagonistes de l’affaire, plus ils se protégeaient. Malheureusement, Evan avait promis à Melody de l’aider du mieux qu’il le pouvait, et il était un homme de parole. « Je sais bien, mère, mais j’ai fait une promesse à Melody. Je dois tenir parole » expliqua-t-il en posa sa main sur le bras d’Elise. « Je ferai attention, ne t’en fais pas pour moi » tenta-t-il ensuite de la rassurer.
Elise Lerouge était une femme intelligente dont l’instinct se trompait très rarement, voire jamais. Son fils ne fut donc pas étonné de voir qu’elle avait compris qu’il ne venait pas vraiment pour parler de Rosier, de Lindsay ou même de ce pauvre Kierán. Evan était venu chez sa mère pour discuter d’amour. Quel jeune homme venait parler à sa mère de sentiments ? Evan était décidemment bien différent des autres, plus sensibles, plus intelligent… « Comme souvent, tu as raison » chuchota-t-il avant de saisir sa tasse et de boire une gorgée de chocolat chaud. Comment pouvait-il aborder le sujet ? Sa relation avec Wilda était encore trop récente pour déjà en parler à sa mère, ou même à son frère ou sa sœur. « As-tu déjà été amoureuse ? » demanda-t-il de but en blanc. Evan n’était pas forcément l’homme le plus à l’aise du monde, comme cette abrupte question pouvait le montrer. La tournure des phrases qu’il avait l’habitude de maîtriser disparaissait quelque peu lorsque le sujet était gênant ou que ses émotions prenaient le dessus.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Lerouge



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 259
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyMar 7 Aoû - 19:44

A force cette histoire allait finir en vengeance familiale. En même temps, Elise elle-même était assez rancunière dès le départ. Il était sans doute quelque part assez logique qu’il en soit de même pour ses enfants à qui elle n’avait clairement pas transmis que de bons côtés ni même des caractères d’anges. Elle-même savait qu’elle était pleine de défauts. Tout comme elle savait que certains la rendaient plus forte dans bien des situations. Elle espérait qu’il en était de même pour ses trois enfants.

Quoi qu’il en soit, Evan semblait assez énervé par les nouvelles que lui donnaient sa mère. Ce qui pouvait se comprendre. Il était curieux en même temps, ce qui ne surprenait pas non plus sa mère. Elle lui avait donc raconté les grandes lignes de cette soirée en compagnie d’Evan Rosier.

- Je vois…  a-t-il été puni, ou au moins réprimandé ?

Puni? Si Elise n’avait pas tellement eu l’occasion de vérifier quoi que ce soit dans ce goût-là, elle savait en revanche très bien qu’il était désormais marqué. Ce qui n’allait pas tellement dans le sens de la punition. Plutôt même l’inverse. Passant une main douce sur son avant bras marqué sous sa manche en y pensant, Elise soupira un coup avant de répondre.

-Pas que je sache… Mais je doute que cela se fasse maintenant qu’il est marqué…

Pour la française c’était presque une trahison. Et en tout cas un bon signe de ce que la plupart pensaient de son avis dans cette histoire. Mais en tout cas, Elise saurait s’en souvenir, et il serait sans doute peu judicieux que le jeune Rosier se retrouve de nouveau en sa compagnie pour ce genre de sorties.

Le sourire lui était revenu lorsqu’un sujet bien plus doux était arrivé. Sa fille ou plus largement sa famille avaient toujours tenu une place particulière sa son coeur. Sa famille proche plus précisément, très proche. Si Daniel, l’un de ses frères, avait toujours été présent à ses côtés, ce n’était pas le cas de leurs deux autres frères ou de leur soeur. Leurs nouvelles ne venaient d’ailleurs plus que par des hiboux apportant un faire part de naissance ou de mariage. Des réceptions auxquelles elle ne se rendait généralement pas d’ailleurs. Avec tout cela, ses trois enfants grandissaient, et tout ce qu’elle pouvait espérer c’est qu’ils restent encore un moment à ses côtés. Même si ses deux fils étaient déjà assez grands pour avoir leur propre vie, elle pouvait encore profiter pour le moment de sa petite Lindsay, petite dernière et princesse de ces lieux depuis sa naissance.

- Tu sais bien qu’il n’y a pas besoin d’espérer

Cette forme de tendresse qui existait entre les quatre membres de cette petite famille était sans doute la chose la plus précieuse qu’Elise pouvait avoir. Beaucoup trouveraient sans doute à y redire, mais c’était ce qui provoquerait chez elle les réactions les plus virulentes.

Le sujet Kieran en revanche avait su réveiller une nouvelle fois ses inquiétudes. Evan semblait assez proche de sa petite amie, ce qui ne semblait pas être judicieux dans une telle position.

-Je sais bien, mère, mais j’ai fait une promesse à Melody. Je dois tenir parole  Je ferai attention, ne t’en fais pas pour moi

Evan avait posé sa main sur son bras, cherchant sans doute à la rassurer. Elise avait donc posé sa main sur la sienne dans un petit sourire. Si elle n’était pas tellement rassurée, elle compris assez vite que discuter à ce sujet était sans doute inutile.

-Tu sais que c’est sans effet de dire à une mère de ne pas s’en faire pour ses enfants…

Elise le savait, elle l’avait toujours su. Si elle avait tant l’air d’une lionne dès que l’on parlait d’eux, ce n’était pas pour rien. Elle aimait ses enfant, plus que de raison selon certain. Mais en même temps, c’était ce qui faisait qu’elle les connaissait si bien. La belle avait donc repéré que le sujet principal de conversation, ce que son fils voulait lui dire au départ, ce n’était pas encore sorti.

- Comme souvent, tu as raison


Bah voyons. Elise leva les yeux au ciel devant cette flatterie qui trahissait cependant un certain malaise chez son fils. Il avait l’air de réfléchir alors tout comme lui elle finit par porter sa tasse jusqu’à ses lèvres.

-As-tu déjà été amoureuse ?

La tasse toujours en l’air, Elise leva des yeux ronds vers son fils. Cette question était tellement inattendue. Sans doute l’une des rares auxquelles elle aurait aimé ne jamais avoir à répondre avec ses enfants. Il était toujours tellement plus agréable d’entendre que l’on était né dans une famille aimante et soudée, fruit de l’amour de ses parents. Chez les Talbott, on en était loin. Même si il savait sans doute très bien que ce n’était certainement pas de l’amour qu’il y avait eu entre ses parents, Evan semblait se poser des questions sur ce sentiment. Logique donc sans doute qu’il se tourne vers sa mère. Le seul problème de la belle française étant qu’elle n’avait jamais connu ce doux sentiment. A peine diplômée elle avait quitté sa famille et son pays pour rejoindre un homme qu’elle n’avait finalement jamais pu supporter, allant jusqu’à le tromper allègrement avec un certain nombre d’autres hommes. On faisait mieux comme histoire romantique. Et inutile de dire que ses années d’école n’avaient pas été propices  à ce genre de distractions. Si elle appréciait la compagnie de certains hommes et plus précisément dans une chambre, elle n’avait pas pour autant ressenti plus qu’une simple attirance. Ce n’était pas tellement ce qu’elle espérait pour son fils.

Alors qu’une légère teinte rosée saisissait ses joues, Elise eut un petit rire gêné. Elle cherchait ses mots mais au final il n’y avait sans doute pas beaucoup de façons de le dire. Et puis elle ne tenait pas à lui mentir. Alors nerveuse elle passa une main dans ses cheveux avant de retourner son regard vers celui de son fils.

- Euhm.. Non je… Je n’ai pas eu cette chance…

Au fond, elle n’aurait sans doute pas dit non à un peu d’affection. Ne serait-ce qu’une chance de pouvoir faire un choix dans ses plus jeunes années. Choix qu’elle tenait à offrir à ses enfants. Alors même si elle n’était toujours pas tout à fait à l’aise, elle ne comptait pas dévier le sujet de la conversation pour si peu.

-Pourquoi cette question d’un coup mon chéri?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Talbott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 219
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyJeu 30 Aoû - 14:20

Evan Rosier faisait maintenant partie des mangemorts. Il était marqué, le sceau des ténèbres était gravé à jamais sur son bras, rien ne pourrait jamais effacé ça. Devant cette révélation, Evan, Talbott cette fois, eut une réflexion que personne n'aurait jamais soupçonnée. En effet, cette réalité lui faisait dire qu'il y avait maintenant une raison de plus pour lui de ne pas faire partie de ce groupe de personnes. Le jeune Rosier avait donc causé la blessure de sa mère, n'en avait pas été inquiété et en plus avait été accepté parmi les mangemorts. Etait-ce normal ? Elise Lerouge était une femme forte, puissante et qui était depuis longtemps au service du mage noir, faisant partie surement des plus importants membres de cette congrégation. Son avis n'avait pourtant pas plus d'importance que cela ? Celui qui avait causé sa blessure n'avait aucun problème ? C'était impensable ! "Vu ton importance dans cette... dans ce groupe, j'aurais pensé qu'il aurait eu quelques remontrances au moins" déclara le fils de la sorcière en haussant les sourcils.
Evan leva les yeux au ciel en souriant lorsque sa mère lui fit remarquer que ne pas s’inquiéter n'était pas dans les capacités d'une femme ayant des enfants. Elise avait toujours pris soin de ses enfants, c'était bien vrai. Et même si elle s'en faisait toujours pour eux, ils appréciaient ça, ce côté protecteur qu'elle avait.
La nervosité de sa mère face au sujet des sentiments amoureux fit très légèrement sourire son plus jeune fils. Pourtant, ce petit rictus disparut très vite, lorsqu'elle lui confia ne jamais avoir été amoureuse. Pendant quelques secondes, il éprouva une sorte de tristesse pour elle. Sa mère méritait d'être heureuse auprès d'un homme qui la mériterait. Son père n'avait jamais été tendre avec elle, doux ou même romantique, il n'avait été que méchanceté et froideur. Dans ses jeunes années, Evan avait détesté son géniteur pour cela, pour ne pas faire sourire sa mère, ne pas faire que ses joues rosissent sous ses attentions... Elise était une femme très jolie, surtout quand elle était heureuse. Evan était-il trop sensible à ce genre de choses ? Ca n'avait rien à voir avec cela, seulement il estimait que sa mère, sa chère mère, méritait le bonheur, et que son incapable de père n'avait jamais réussi cette tâche. Le jeune Talbott fut soudain sorti de ses pensées par la question posée par Elise. Pourquoi lui parlait-il de ça ? Comment dire ce genre de choses sans trop dévoiler de sa vie privée ? Il avait envie de se confier à sa mère, mais il savait très bien que s'il dévoilait le nom de la jeune femme qui occupait ses pensées, Elise se précipiterait pour enquêter sur elle, et il y avait des choses qu'Evan n'avait pas envie de savoir, pas encore... "Je me demandais simplement ce que cela faisait, de ressentir ce genre de choses" déclara-t-il en prenant de nouveau une gorgée de liquide chocolatée. "J'aimerai savoir ce que je ressens, comprendre...". Ca y est, c'était lâché. C'était dit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elise Lerouge



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 259
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyLun 12 Nov - 18:34

Son fils encore jeune était déjà bien assez impliqué dans les histoires des mangemorts au goût de sa mère. Ou du moins assez puisqu'il ne semblait pas vouloir s'impliquer plus que cela. Mais il arrivait suivre relativement bien les grandes lignes de tout cela. Difficile de dire si Elise était sereine avec cette idée. Elle ne se voyait pas non plus tout lui cacher. Une position délicate et inconfortable. Bien qu'adoucie par les petits moments qu'ils passaient tous les deux, à l'image de celui-ci, attablés autour d'un chocolat et de madeleines.

-Vu ton importance dans cette... dans ce groupe, j'aurais pensé qu'il aurait eu quelques remontrances au moins

Evan avait l'air surpris... Et à raison d'après la belle. Bien qu'il ait tenté de rattraper son erreur, Rosier lui avait coûté cher. Elle n'avait donc pas épargné grand chose lorsqu'il avait fallu faire son rapport. Visiblement, son avis ne comptait pas autant qu'elle l'espérait. Elise savait que bien d'autres choses entraient en ligne de compte. Et puis elle n'était qu'une femme dans ce monde d'hommes. Pinçant les lèvres à cette idée qui l'agaçait toujours autant, elle répondit sans vraiment le regarder.

-Je pensais que ça serait le cas, mais il semblerait que l'avis de ta vieille mère ne compte pas tant que cela au final.

Encore une constatation assez vexante et décevante. Elise faisait partie des anciens, des premiers à avoir suivi le Lord, mais même si elle avait été redoutable, elle n'était plus au sommet de sa forme, surtout pas maintenant qu'elle marchait à peine droite. Une idée très difficile à admettre pour elle. Une femme si fière et si sûre d'elle.
Finalement son fils avait changé de sujet. Un sujet qu'elle ne maîtrisait pas du tout mais qui avait le mérite d'être plus léger. Elise n'avait jamais connu ce sentiment que beaucoup espéraient. L'amour, pour elle, cela ne valait pas grand chose. Même si au fond elle admirait ceux qui parvenaient à le vivre. Son couple à elle avait été dysfonctionnel, tordu, assez malsain par moment. Son défunt mari et elle s'étaient plusieurs fois blessé mutuellement, que ce soit verbalement ou physiquement. Ils ne s'étaient jamais réellement entendu, en désaccord sur tout ou presque, surtout lorsqu'il s'agissait des enfants. Ce n'était pas tellement son couple qui lui faisait penser à de doux souvenirs. Ce qui justifiait ce certain malaise face à ce sujet lorsque son fils l'abordait. Elle ne comptait pas pour autant se défiler et entendait apporter les réponses qu'elle pouvait à Evan. Même si pour le moment c'était elle qui avait une question.

-Je me demandais simplement ce que cela faisait, de ressentir ce genre de choses

Sa tasse entre les mains, un sourire curieux étirait ses lèvres, devinant ce que cela cachait sans pour autant vouloir en faire une certitude sans qu'il ne le dise.

-Pour ce genre de conseil il serait sans doute plus avisé d'en parler avec ton oncle ou ta tante...

Daniel et Ambre avaient fait un mariage d'amour, largement aidés par la petite sœur du marié. Elise avait été amie avec Ambre à l'époque, et il lui avait été très simple de voir que son frère était intéressé par cette dernière et inversement. Il était donc clair pour elle qu'ils étaient plus capable qu'elle de réellement conseiller son fils. Mais elle n'était pas contre un complément d'information...

-J'aimerai savoir ce que je ressens, comprendre...

Si ce n'était pas clair au mot près c'était déjà du bel indice ! Un sourire proche du rire qu'elle retenait illumina son visage. Elise avait presque un regard enfantin comme ça, s'allégeant du poids laissé par ses récents bouleversements, simplement heureuse et curieuse d'en savoir plus. Evan avait toujours été le plus sensible de ses deux fils. Quelque part, elle avait toujours un peu attendu le moment où ce genre de conversations viendrait avec lui. Elle avait toujours été plus ou moins sûre qu'à ce niveau, il s'en sortirait bien mieux qu'elle. C'était en tout cas tout ce qu'elle lui souhaitait.

-Oh mon chéri je suis contente. Non pas que veuille connaître tous les détails, ça ne me regarde pas, enfin j'imagine. A moins que tu ne veuille m'en parler. Mais je suis contente pour toi Evan !

Son rythme de parole d'un coup un peu plus rapide accompagna une tendre caresse sur la joue de son garçon.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evan Talbott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 219
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || EmptyMar 13 Nov - 21:54

Le fis d'Elise remarqua bien le léger pincement de lèvres de celles-ci, qui visiblement réprouvait totalement ce qu'il s'était passé et l'absence, vraisemblablement, de réaction et de punition envers ce crétin d'Evan Rosier. Surtout que, vu ce qu'il avait fait, mangemorts ou pas, le cadet des garçons Talbott avait franchement envie de lui en coller une, et pourtant il n'était absolument pas violent, c'était même le contraire, mais personne ne s'en prenait à sa chère mère impunément, enfin c'est ce qu'il croyait... Enfant, il aurait hurlé à l'injustice, aurait réclamé qu'une punition soit donnée, comme si c'était aussi simple et clair. Maintenant qu'il était adulte, il savait que les choses n'étaient pas blanches ou noires, que les méchants ne l'étaient parfois pas tant que ça, mais surtout que la justice n'était pas aussi tranchée qu'elle devrait l'être. Alors qu'Evan Rosier aurait dû payer pour ce qu'il avait fait, les mangemorts en avaient décidé autrement. Il n'en connaissait pas la raison, mais rien ne justifiait cela et, pour la première fois de sa vie, Evan se mit à détester ce groupe de personne... Alors qu'avant il n'avait pas particulièrement d'avis sur eux. Un fin sourire étira pourtant sur ses lèvres lorsque sa mère lui parla de sa vieillesse. "Tu n'es pas vieille, et tu le sais très bien. Tu es encore capable de botter le derrière de l'un de tes enfants s'il fait une bêtise..." dit-il en riant presque, lançant un regard tendre à sa mère. Depuis qu'il était gosse, jamais le jeune Talbott n'avait douté de la force de sa mère, autant physique que mentale. Elle était une femme exceptionnelle et, aujourd'hui encore, même blessée, il la respectait beaucoup pour ça.
Alors qu'un sujet bien plus doux était sur la table, Evan était gêné. Parler de cela avec sa mère n'était pas très naturel pour lui, mais il ne voyait pas à qui d'autre il pouvait en parler. Avec son frère ou sa sœur, cela aurait été beaucoup trop étrange, avec ses amis aussi, d'ailleurs, parce que Demetrius venai d'être père et avait d'autres choses à penser, que Christian était trop renfermé pour parler de sentiments... Bref, à part sa mère, il ne pensait à personne. Lorsque celle-ci lui parla de sa tante et son oncle, Evan secoua doucement la tête. "Je préfères largement en discuter avec toi" murmura-t-il avant de reprendre une gorgée de chocolat chaud.Elise poursuivit en disant qu'elle était heureuse pour son fils, qui passa une main dans ses cheveux, de nouveau gêné. "Attends, rien n'est sûr... Justement, j'aimerai savoir ce que c'est, si c'est de... l'amour, ou non" expliqua-t-il en évitant de regarder sa mère dans les yeux. Après tout, il n'avait jamais ressenti ça... Dans ce cas-là, comment savoir ce que c'était ? Comment comprendre ? C'était compliqué, et il fallait également ajoute à cela la peur d'être rejeté. Et si Wilda ne ressentait pas la même chose ? Il valait alors mieux se préserver, mais c'était trop tard pour Evan, qui était déjà bien attaché à la jolie jeune femme.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty
MessageSujet: Re: Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Maman, parles-moi des femmes... || Elise || Empty

Revenir en haut Aller en bas

Maman, parles-moi des femmes... || Elise ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les femmes noires au pouvoir ...
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» Femmes du Caire
» Visite médicale des femmes n° 2 infirmière Sate
» Les Femmes au Combat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Hors Londres :: 
Les lieux d'habitations
-