Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

John Dawlish, mesdames et messieurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 91
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


MessageSujet: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:19


ϟ la fiche de recensement




NOM Dawlish
PRENOMS John Aldrich
DATE DE NAISSANCE 13 octobre 1946
AGE – 31 ans
VILLE D'ORIGINE – Dans le ghetto de Birmingham
SANG – sang mêlé
ANCIENNE MAISON A POUDLARD - Gryffondor
ORIENTATION – Chez les gentils



ϟ Caractère…
.
.



Menaçant – Dangereux – Loyal – Juste – Courageux – Vrai – Froid – Intimidant – Vif – Perspicace – Intelligent - Aussi doux que violent – Détaché - Calme - Humour sarcastique - Généreux - Secret


Si vous aviez à pointer le criminel dans la salle, votre baguette s’arrêterait sans aucun doute sur le ténébreux minois de John Dawlish. Ses yeux bruns presque noirs, son regard indéchiffrable et hautement intimidant, l’angle droit de ses mâchoires et ses traits patibulaires biaiseront votre jugement habituellement aiguisé, pour certains. Cependant, John Dawlish n’a rien de menaçant. Faux. Si vous avez le pied du mauvais côté de la ligne, que vous prônez la suprématie sanguine, pratiquez l’art de la torture et de la barbarie ou toute autre ignobilité illicite, John Dawlish vous est une menace redoutable. Autrement, il ne vous ferait jamais aucun mal. Il donnerait même sa vie pour protéger la vôtre, insignifiants inconnus que vous êtes.

Graduant de l’école de sorcellerie couronnée exclusivement d’«Optimal», John Dawlish a sue transposer la théorie à la pratique avec encore plus de brio qu’au premier cycle pour devenir un redoutable aurore. Bien que respecté de ses collègues, certains doutes de ses méthodes, sans pourtant oser le confronter. En effet, John Dawlish est devenu aurore pour combler son obsession criante pour la justice, la morale. La sienne, bien entendue. Peu attendris par les lois et procédures sorcières, il n’est pas rare que l’aurore dépose l’orteil sur la limite afin d’arrêter vils et malfaiteurs. Violent, il laisse déferler une rage impressionnante lors de duels et attaques, laissant libre court à ses instincts les plus primitifs, à ces moments si près de ceux de ses opposants. Il en tire un plaisir dérangeant.

Méfiant et sceptique, gagner sa confiance est un défi de longue haleine dont seulement une poignée est parvenu à la remporter. John Dawlish est un d’un calme désarçonnant, ne connaissant pas l’angoisse. Son allure et son regard imposant donne l’impression qu’une simple égratignure suffirait à le faire exploser de colère à votre encontre. Pourtant, si vous n’êtes pas part à la grande criminalité, il est doux comme un chaton, il ne sait toute simplement pas quoi vous dire. Si John Dawlish est doté d’humour, il s’agit d’un humour pincé et extrêmement sarcastique, le genre d’humour qui fait rire les bons vivants, alors que lui-même n’a pas encore décidé s’il plaisantait ou non. Malgré l’importance qu’il accorde à la justice, il n’essaie pas de sauver le monde. Désillusionné, vous ne l’entendrez jamais philosopher sur la bonté des hommes ou essayer de raisonner avec un faible d’esprit consanguin : il a accepté qu’ils étaient perdus. Offrez lui quelques Pûr feu et vous aurez peut-être droit à sa vision du monde sorcier et à ses louables motivations les plus profondes.  

John Dawlish est définitivement l’homme que toutes tes amies, ton grand frère et ton père te supplient à genoux d’éviter. Autour de lui brille une aura de danger et de mystère qui pointent à l’évidence : fille, tu auras ton cœur brisé. John Dawlish est victime d’une myriade d’idées fausses à son sujet. Il n’est pas un salopard, ni un briseur de cœur. Il est seulement complètement indifférent. Il ne s’ouvre pas, il est réservé, voire renfermé, scellé. John Dawlish ne voit l’intérêt de s’amouracher d’une mignonette et surtout pas de se confier sur l’oreiller pendant d’interminables heures. De ce point de vue, ton père n’a peut-être pas tort lorsqu’il t’exhorte à t’en éloigner : cesses de croire aux contes de fées, tu n’auras jamais son cœur. Calme tes ardeurs, le contact de sa peau contre la tienne ne le fait même pas frissonner, tes incessant bavardages, il ne les écoute pas : il économise sa salive et attend simplement que tu récupères tes vêtements et quittes les lieux sans histoire. Si par la miraculeuse magie de Merlin vous êtes l’heureuse élue qui réussit à susciter son intérêt, vous irez dire à tout votre entourage que votre John Dawlish est l’homme le plus doux que vous n’avez jamais connu. Protecteur, il ne laissera personne toucher à la perle qu’il dénichera. Respectueux, il la placera tout en haut, l’écoutera comme il n’a jamais écouté personne. Amoureux, il sera prêt à tout pour assurer votre bonheur et votre sécurité. Malheureusement pour vous, mesdames, John Dawlish s’en bat la baguette de se trouver un trésor. Il en faudra donc une indépendante qui sorte sa pelle et s’auto-déterre de sa cachette.

Son sourire est une merveille que peu connaissent.

ϟ Ce qu'il faut savoir sur vous ….
.
.



VOTRE PATRONUS - Lion
VOTRE EPOUVANTARD – La marque des ténèbres sur son bras.
VOTRE COULEUR PRÉFÉRÉE – Noir
VOTRE ANIMAL PRÉFÉRÉ – Niffleur
VOTRE PARFUM DE BERTIE CROCHUE PRÉFÉRÉ – Réglisse
VOTRE SORTILÈGE PRÉFÉRÉ – Oubliette. Vous avez déjà rencontré un vieux mangemort cinglé à la mémoire gravement altérée? L’œuvre de John Dawlish. Il n’est pas assez sot pour laisser ces scélérats pleurnicher l’imperium devant le Magenmagot et ces corrompus sans cervelle les acquitter et leur donner un câlin. Dans le feu de l’action, les accidents semblent souvent arriver.
VOTRE BOUTIQUE PRÉFÉRÉE SUR LE CHEMIN DE TRAVERSE – Madame Guipure. Sa sincérité lui chatouille drôlement l’estomac. Les habits, eux lui passent cinq balais en haut de la tête.
VOTRE SORCIER CÉLÈBRE PRÉFÉRÉ – Binns.
AUTRE CHOSE A AJOUTER ?

John Dawlish a eu une enfance misérable. Il a grandi au milieu de malfrats, d’êtres ignobles, de mal aimés. Premier enfant de deux pauvres accidents, John Dawlish n’a jamais été aimé, ou très peu. Alors qu’il était un gamin au cœur gros comme le monde – il donnait son pain aux enfants mendiants alors qu’il n’avait bien souvent rien mangé depuis plus d’une journée – la vie lui fit bien comprendre que l’amour était une richesse qui n’était pas donnée à tout le monde. Sa mère était froide et absente, le frappant de sortilège de mutisme pour taire ses pleures au lieu de le consoler, l’ignorant du mieux qu’elle le pouvait. Son père, moldu, ne disait pas mot, n’offrait que très peu d’amour, ne faisait qu’être là, quelque part en arrière-plan. Le jeune gamin généreux, doux et optimiste qu’il était ne cessait de croire qu’un jour ses géniteurs remarquerait la grandeur de son cœur et la pureté de son rire. Malheureusement rien de tout cela n’arriva. Lorsqu’il fût âgé de six ans, les gens qui s’appelaient ses parents mirent au monde une petite merveille : Flora. Dès qu’il aperçut la délicatesse de sa petite sœur et la lumière dans ses grands yeux bleus, John Dawlish changea du tout au tout. C’est comme si, du haut de ses six ans et demi, il devint adulte. Il mit de côté ses espoirs naïfs de vie familiale et concentra toute son attention sur son petit bébé : cette enfant, se dit-il, allait être aimée, choyée, rassurée, câlinée, encouragée et bien plus encore. Lorsqu’il eut 10 ans, sa mère les quitta, sans un mot, sans un adieu. Son père ne se réveilla pas de ce départ, mais devint une tapisserie encore plus terne et inutile qu’auparavant. John fit tout ce qu’il pu pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa sœur : il vola régulièrement fruits et autres victuailles, vendit le peu de bijoux que sa mère avait laissé dernière elle et surtout, il mis chaque pièce qu’il trouvât de côté, bien en sécurité, bien déterminer à payer à sa sœur, non seulement une éducation, mais une éducation en pensionnat, loin du ghetto dans lequel ils avaient grandis. Lorsqu’il reçut sa lettre de Poudlard, John fut perplexe, n’ayant jamais trop réalisé que leur mère était différente, sorcière. Il se mit donc à amasser avec plus de fougue les pièces : ses semaines étaient comptées, sa sœur ne pouvait rester seule dès septembre. Cette lettre eut pour effet de faire sonner l’état d’urgence dans la tête de John, mais également de raviver une flamme d’espoir dans son cœur, l’espoir de posséder en lui-même le pouvoir de changer leur vie et celle d’autres, qui comme eux, étaient dans la misère.


ϟ La petite interview de Rita Skeeter
.
.



RITA : Bien, installons-nous ici. Vous me paraissez être un sacré personnage ! Parlez-moi de votre job ! Je suis sûre que vous faites un métier formidable ! Laissez-moi deviner : vous sauvez des vies ? Non ? Une place au ministère peut-être ? Balayeur ?

L’aurore prenait place devant l’infatigable sorcière, le sourcil gauche arqué en guise d’agacement. Il retenait ses soupirs. À peine avait-elle ouvert la bouche qu’il avait senti le poil de ses jambes se dressé de contrariété. Sa voix était aussi agréable qu’une main griffée sur un tableau vert. « Balayeur, c’est ça. » dit-il froidement avant de compléter sa réponse : « je sauve des vies ». John Dawlish ne put s’empêcher de penser qu’il y réfléchirait peut-être à deux fois avant de sauver la vie de Skeeter

RITA : Parlons d’amour. Une personne dans votre vie pour vous aider à avancer ? Vous avez la tête de quelqu'un qui a souffert en amour... Racontez-moi tout. Je veux des détails croustillants ! C'était qui, c'était quand ?

Il ne la sauverait définitivement pas. Qu’elle aile se pende avec ses questions indiscrètes. Qu’il lui raconte ses amours, quel être insipide était-elle. L’homme ne dit rien et se contenta de la fixer d’un regard sans émotion. De toute manière, qu’y avait-il à compter? Aucune femme n’avait su ravir son cœur et probablement aucune ne le saurait jamais, du moins, c’est ce qu’il espérait. Il était bien seul. Il n’avait pas besoin d’aimer, ni d’être aimé. Il avait très bien fait sans l’amour de sa mère : regardez-le, un des meilleurs aurores de sa cohorte et très certainement un des plus brillants élèves du château.
L’ombre d’un sourire dansa sur ses lèvres et il répondit : « C’est une belle histoire. Ma sœur. Depuis qu’elle est née. » Évidemment qu’il ne se tapait pas sa sœur, mais la Skeeter pouvait bien penser ce qu’elle voulait il en avait absolument rien à cirer. Elle voulait de quoi faire aller sa plume à papote, elle venait d’être servie. Sa petite sœur n’était pas sa compagne de cœur, mais elle était la seule personne qu’il aimait profondément, d’un amour fraternel, certes, mais oh combien puissant.


RITA : Quelle vie sentimentale trépidante ! On dit que nos choix futurs sont dictés par notre vie passée. Cela se confirme-t-il chez vous ? J’aimerais en savoir plus sur votre enfance et vos années Poudlard. Je veux du détail !

Quelle plaie. Ordinairement John Dawlish aurait répondu brièvement et directement aux questions de sa contrepartie en tentant d’adopter une voix chaude et grave, mais cette journaliste à gogo n’était définitivement pas le genre de femme qu’il voulait attirer dans sa couchette. Des histoires pour qu’elle écrive un article détaillé sur leurs galipettes et qu’elle ne cesse de revenir pour alimenter sa tribune. « C’est dommage, ma sœur est entrée à Poudlard qu’à ma toute dernière année. Ce fût un interminable six ans, croyez-moi…être loin de l’être cher » déclara-t-il le plus sérieusement du monde. Qui eût cru que l’aurore était doté d’un sens de l’humour aussi délicieux.  

RITA : Quelle vie peu commune ! J’espère que vous ne comptez pas vous contenter de cela. Parlez-moi de vos projets, de vos rêves.

Peu commune mes fesses ! Dégoûtante plutôt. Le sorcier se retint de tourner les yeux au ciel devant l’intelligence substantiellement défaillante de son intervieweuse. Des projets, il n’en avait pas particulièrement. Oh il aurait pu faire plein de choses, de grandes choses. Avec la cervelle qu’il avait il aurait pu devenir ministre, Ministre de la magie peut-être même, mais peu de chose l’intéressait vraiment. La gloire, l’accomplissement et les louages n’étaient pas pour lui. John Dawlish désirait une vie simple. Une vie qui lui permettrait de continuer à prendre soin de sa petite sœur, s’assurer qu’elle ait suffisamment à manger, qu’elle soit en sécurité, qu’elle s’épanouisse à son plein potentiel – contrairement à lui – et protéger son délicat cœur ses humains malveillants. Il voulait aussi éradiquer les malfaiteurs, les puristes et les grands criminels. Une chose était certaine, il n’avait pas l’intention de répondre franchement à Rita et était même curieux de voir jusqu’où il pouvait aller avant qu’elle réalise son idiotie. « Ma douce sœur et moi voudrions nous acheter quelques licornes et en faire l’élevage commerciale. Oh, et bien sûr, fonder une famille. » L’aurore ne voulait pas de famille. Peut-être quelque chose en lui, de bien bien bien enfoui, le voudrait, mais il ne le pouvait pas. Pas que sa baguette rencontre quelconque problème que ce soit, mais disons qu’il n’avait pas confiance en l’amour qu’il pourrait donner à un enfant. Et si John Dawlish savait quelque chose, c’était que les enfants étaient de petits êtres gluants faits pour être aimé d’un amour inconditionnel. Si sa mère avait pu se réveiller un bon matin et cesser de les aimer, sa soeur et lui, comment pouvait-il être certain qu’il n’était pas prédisposer à commettre l’abandon à son tour? Valait mieux ne pas risquer de faire subir à un gamin innocent ce qu’il avait vécu.  

RITA : Humhum. Quels projets étranges. Enfin, après tout c’est votre vie, vous en faites bien ce que vous voulez… Abordons le sujet qui fâche. Parlez-moi de politique. Quelles sont vos opinions, votre orientation ? Etes-vous plutôt magie blanche ou magie noire ? Oh ! N’ayez aucune crainte, tout ce que vous pourrez me dire concernant ce sujet restera entre nous, bien entendu. *tousse-tousse*.

« Magie blanche » répondit-il sèchement. Quoiqu’il ne soit pas contre l’idée d’user de magie noire pour servir le bien. Cependant, John Dawlish n’était pas stupide, bien au contraire. Il avait suffisamment lu au sujet de la magie noire pour savoir que même munit des meilleurs intentions, cette magie finissait toujours par servir ses sombres dessins et qu’elle devenait bien vite incontrôlable. Ainsi, le sorcier ne l’avait jamais manipulé, pas encore. Allait-il le faire un jour? Il n’avait pas pris de décision arrêté. Pour le moment, il se contentait de faire disparaître un doigt ou deux au passage. À sa manière, derrière sa façade froide et indifférente, John Dawlish voulait faire un peu de bien dans ce monde de fous. Protéger les plus faibles, leur permettre d'être heureux, d'être égaux. L'aurore n'était pas qu'un homme bouillant de rage, il était en quelque part un idéaliste, mais bien évidemment il s'agissait d'un secret tellement bien enfouie que lui-même ne le savait pas.

RITA : Bien, j’imagine que ce n’est pas si grave au final. Laissons désormais de côté toutes ces choses compliquées que sont le travail et la politique. Pour conclure enfin... Vous avez peut-être entendu parler de ce conte moldu, dans lequel un génie sort d'une lampe et propose d'exaucer trois vœux. Si un tel génie se présentait à vous, que demanderiez-vous ?

La bouche de John Dawlish s’étira en un sourire sarcastique. « Que cet entretient se termine, que votre plume à papote brûle et qu’il vous pousse un cerveau. » déclara-t-il d’un ton faussement aimable. Sans plus attendre, il se leva grand et droit, épousseta sa robe de sorcier et quitta la pièce. Il avait été bien peu délicat avec la pauvre sorcière, beaucoup moins qu’à son habitude. En éprouvait-il du regret? Pas du tout. Rita Skeeter était un phénomène à part. Il la savait vile et manipulatrice en plus d’être stupide et assommante. D’ailleurs, elle savait pertinemment ce qu’elle faisait, entre vous et moi, elle était probablement la moins respectueuse des deux.



ϟ et la partie hors-jeu
.
.




Avez-vous un personnage dans une autre maison ?    Perv on joue aux devinettes?
Où avez vous connu le forum ?  Dans mes rêves
Avez vous lu le règlement et vous engagez vous à le respecter : Chef, oui chef ! + mercredi-murlap
Vous avez la possibilité de reserver les droits de votre avatar (personne ne pourra le prendre), rendez-vous dans la galerie des avatars. N'oubliez pas non plus de faire votre biographie RPG.
BIENVENUE PARMI NOUS, ET BON RP !


Dernière édition par John Dawlish le Mer 25 Juil - 5:31, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 91
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:21

ϟ laissons parler votre imagination
.
.


Vous devez choisir un RP au choix parmi toutes ces propositions (300 mots minimum demandés) :

Sujet DESCRIPTION :
— Vous êtes dans le Poudlard Express en direction de Londres. C'est votre tout dernier voyage en train, Poudlard, c'est terminé pour vous. Décrivez vos impressions et vos sentiments au cours d'un RP.


« Emménages avec moi » déclara soudainement le jeune homme, sans détour, d’une voix calme en tournant le regard vers son amie. À plonger son regard attentivement dans le sien, un proche aurait pu y déceler la furtive ombre de panique qui y dansait tout au fond. Il avait passé les vingt premières minutes du voyage de retour à bord du Poudlard expresse, la tête appuyée contre la vitre de leur compartiment, sans dire un mot. Bien qu’il ait toujours été un garçon de peu de mots, il avait su, au fil des années, se laisser aller auprès de ses quelques amis et prenait plaisir à participer aux conversations et même à y assumer un rôle aux penchants humoristiques. Cependant, John Dawlish n’avait pas le cœur à la fête en ce moment. Ils étaient en train d’effectuer leur tout dernier voyage à bord du train. Ils avaient déjà quitté l’école de sorcellerie à tout jamais, pas que ça ne l’émeut plus que ça. Non. Il y avait passé de belles années, probablement les plus joviales et confortable de sa pauvre vie. Cette école lui avait offert une stabilité, un foyer, une éducation et un drôle de sentiment d’appartenance qu’il  n’avait jamais connu auparavant. Malgré tout, la quitter ne lui faisait pas un pli. Ce qui le tourmentait était de quitter sa grande amie, Audrey. Audrey n’était pas sa sœur, ni même de la famille éloignée – Merlin merci, car il ne voulait rien entendre de quelque famille que ce soit – elle était une des seules personnes à avoir frayé son chemin jusqu’à son cœur. Détrompez-vous, il n’en était aucunement amoureux, ne l’avait jamais été, et ne le serait jamais : leurs caractères étaient beaucoup trop similaire et puis, John, déjà à cet âge, était convaincu ne pas être habilité à aimer d’une telle manière.

Quoique de manière platonique, le jeune s’était attaché à un point inattendu à cette petite battante d’apparence frêle. Jamais il ne s’était demandé ce qu’il ferait une fois Poudlard terminé. Qu’adviendrait-il de leur amitié, de sa présence quasi-constante à ses côtés? Audrey avait su lui donner bien plus d’amour et de réconfort que quiconque dans ce monde, hormis sa sœur, mais son rôle à elle était de recevoir à sens unique le réconfort de son grand frère. Bien qu’il le sache maintenant depuis un moment, sans oser se l’avouer, John redoutait le moment de quitter son amie, elle qui avait été un appuie et une forme de famille pendant les sept dernières années. « Ce serait bien non? » ajouta-t-il en réponse au regard un peu confus de la jeune femme. « Allez, c’est comme si on a été colocataire pendant sept ans, sauf qu’on avait des chambres séparées… ce qui sera toujours le cas évidemment. » continua-t-il un peu maladroitement. Le Gryffondor – ou devait-on dire l’ex-Gryffondor – n’était pas habile pour discuter de ses sentiments et cette demande lui semblait être un aveu de la force de son attachement, de son besoin de la garder près de lui. Après tout, John Dawlish n’avait rien qui l’attendait hors des murs du château : sa petite sœur avait encore six longues années à étudier et sa famille… disons qu’il n’avait pas de famille. « Je dois prendre un appartement à Londres pour l’école d’Aurore…vu que tu y seras aussi…bah tu vois, je me disais que… ouais quoi. » fini-t-il en haussant les épaules d’un geste désinvolte pour tenter de masquer son inconfort. Peut-être que son amie ne tenait pas autant à lui qu’il tenait à elle. Ce serait bien normal, elle avait d’autres personnes importantes dans sa vie, des projets, une famille, elle. « Évidemment Flora habiterait avec nous huit semaines durant l’été, mais c’est un charme cette petite…» Flora, son bébé sœur. Le cœur serré d’angoisse, John Dawlish attendait la réponse de sa plus proche amie.






Dernière édition par John Dawlish le Mer 25 Juil - 5:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 318
| AVATARS / CRÉDITS : Natalie Portman
| SANG : Sang Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : une panthère noire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:23

OUAISSSSSSSSSS UN COLLEGUE !! Very Happy


Edit : même age, même maison à poudlard !! t'es trop mon alter ego Dude ! Wink


Edit 2 : Soyle, tu cherchais pas quelqu'un ?


Dernière édition par Audrey Worthington le Mar 24 Juil - 10:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 650
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:24

(Re ?)bienvenue jeune padawan Perv
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 335
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (lallybroch)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:28

ÉPATANT ! QUI ES-TU ? BIENVENUE !!! Firee Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 91
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:31

Ton plus grand fantasme Doc' Héhé

Audrey : ça va laaa je suis même pas débarquée depuis une minute et on veut me caser GOSH

Raven : merci ma mignonne collègue Caddie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 253
| AVATARS / CRÉDITS : © ana de armas
| SANG : moldu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : les lutins
| PATRONUS : un lévrier whippet
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:39

Rebienvenue ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 318
| AVATARS / CRÉDITS : Natalie Portman
| SANG : Sang Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : une panthère noire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:43

(Grillée avec le mail, Caradoc Wink)

Ben oui !! Bon en tout cas, hâte de voir la fin de ta fiche, que tu sois validé et que je ride ta fiche de liens !!
Franchement le caractère c'est tellement ce que j'aurais pu écrire pour Audrey ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 91
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:48

Bon alors maintenant elle veut me rider Drapeau blanc !
Mais c’est trop bien alors! J’ai hâte d’en apprendre plus sur mon alter ego Coeur

(Vous êtes sérieux que je suis grillée avec mon email GOSH mon plan machiavélique tombe à l’eau)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 682
| AVATARS / CRÉDITS : Matthew Hitt par Applestorm (bazzart)
| SANG : Pur. Mais c'est un accident !


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Professeur Binns
| PATRONUS : Une mangouste
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:51

AHAH en effet, je suis pas encore au point avec tous les outils d'espio... de modération de ce forum Redface je soupçonnais, personne ne dit "graduer" par ici Redface Redface Mdr

RE, ton Dawlish tue ! Coeur

______________________________

“Where do the ducks go in the winter?”
― J.D. Salinger, The Catcher in the Rye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 318
| AVATARS / CRÉDITS : Natalie Portman
| SANG : Sang Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : une panthère noire
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 10:54

(ouais ma poule sorry !! Smile )

Allez bon courage pour finir, je te laisse tranquille ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 192
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Holland (Eilyam)
| SANG : Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 13:14

(re)Bienvenue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 287
| AVATARS / CRÉDITS : Ansel Elgort
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nia décédée
| PATRONUS : Un chaton
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 13:17

Bienvenue Mouton
Ton vava est tellement canon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 270
| AVATARS / CRÉDITS : Simone Simons
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un gouffre, sans fond, sombre...
| PATRONUS : Un ocelot
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 14:39

Ah ouais ouais!!! Je cherche de ouf ouais!!! Loul
Merci de faire ma pub Audrey!!! Slurp !
Sinon Welcome you Héhé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 91
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs Mar 24 Juil - 14:52

Dow&Audrey : j’suis quand même triste je voulais vous mener en bateau un peu plus longtemps (sauf toi audrey tu étais dans la manigance)

Merci Barty, Greta et Gabinou Coeur

Soyle, viens que je te fasses danser Dance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: John Dawlish, mesdames et messieurs

Revenir en haut Aller en bas

John Dawlish, mesdames et messieurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, Lord Voldevie arrive.
» Mesdames et Messieurs, un tonnerre d'applaudissement pour Le Petit Dragon D'or BANINGU!
» Bonjour mesdames et messieurs , une petite présentation s'impose !
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Is Starvation Contagious? By John Maxwell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Nouveaux arrivants :: Les validations :: 
Le recensement des adultes
 :: 
Les fiches adultes terminées
-