C'est officiellement les vacances sur ATDM ! Poudlard ferme ses portes pendant deux mois pour laisser place à la Coupe du Monde de Quidditch qui se déroule cette année au Royaume-Uni, dans le petit village de Mimbulus-les-Bains !
GRYFFONDOR : 1040 pts | POUFSOUFFLE : 390 pts | SERDAIGLE : 735 pts | SERPENTARD : 880 pts

Partagez|

A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 928
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Sam 28 Juil - 2:12


Alexandre avait finalement passé sa première nuit à Bergen seul dans le lit particulièrement confortable de la chambre d'ami. Les nuits norvégiennes n'étaient pas des plus chaudes alors une couverture n'avait pas été de trop. Après être arrivé en début d'après-midi la veille, Njal lui avait fait visiter la demeure familiale ainsi que ses environs. Ils avaient aussi goûté le succulent gâteau au chocolat d'Inge qui était une femme adorable et un véritable cordon-bleu. Car faire en sorte à ce qu'Alexandre se resserve une part de quelque chose à base de chocolat -il n'en était pas très friand- sans pour autant le forcer, ne constituait pas une tâche facile. L'heure du repas était vite arrivée et ensuite l'heure de dormir après une conversation qui avait semblé durer des heures. Le jeune homme avait également eu quelques difficultés à régler la température de l'eau de la douche et avait dû faire appel à Njal sous peine de prendre sa douche soit gelée soit brûlante. Un premier soir normal dans une demeure inconnue, en somme.
Avec tout ça, les deux amis n'avaient pas vraiment eu l'occasion de se retrouver seul à seul, à la grande déception d'Alexandre qui cependant avait essayé toute la soirée de capter le regard de son ami. Il se passait quelque chose entre eux, il en était certain. Et ça le rendait dans une sorte d'état d'euphorie mais aussi de frustration car il n'y avait rien de véritablement concret. En ce deuxième jour, Njal lui avait proposé d'aller voir les fjords dans l'après-midi ce qu'il avait évidemment accepté. Il savait que c'était une chose qui importait beaucoup au norvégien qui apparemment était accoutumé à s'y baigner. Si ce dernier aurait pu affirmer que l'eau n'était pas si froide que cela, Alexandre en doutait sérieusement. Mais si Njal le voulait, il allait se baigner. Une bonne excuse pour demander à être enlacé.
Une petite demi-heure après le repas du midi, assis dans l'entrée, Alexandre enfilait ses chaussures pour sortir.
« Les fjords ça doit être super l'hiver pour patiner. » commenta-t-il en laçant ses chaussures. « T'as déjà essayé ? Ou tu ne fais que t'y baigner ? »
Cela n'aurait même pas étonné l'ancien préfet. La natation avait toujours été le truc de Njal. Alors pourquoi aurait-il pensé à expérimenter autre chose ? Une fois qu'il eut fini de lacer ses chaussures, il se leva, fin prêt à partir à la découverte des Fjords.

Citation :
Voilààà, j'espère que ce début un peu nul te convient. Je ne savais pas vraiment comment le commencer Coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 354
| AVATARS / CRÉDITS : ⊰ Martin Garrix • Mae ♥
| SANG : ⊰ Aussi pur que l'eau des fjords


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un épouvantard
| PATRONUS : Un macareu moine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Sam 28 Juil - 15:20


Tu n’avais pas véritablement très bien dormi cette nuit. Était-ce l’excitation d’être de retour chez toi ou bien la personne d’Alexandre, à une chambre à peine de la tienne, qui t’avait tenu éveillé, tu n’aurais su le dire. Néanmoins, lorsque tu trouvas le sommeil, tu fus bercé par de doux rêves. Ton esprit virevoltait au-dessus du bleu profond de l’eau des fjords de ta si chère Norvège, sinuait le long de sentiers séculaires à travers la forêt et se sentait pleinement heureux. Tu te sentais bienheureux car il te semblait sentir, dans ton rêve, la présence d’Alexandre à tes côtés.
A ton réveil, inspiré par ton songe, tu proposas à Alex une marche à travers la montagne norvégienne pour rejoindre un beau fjord non loin de Bergen. Si tu avais voulu partir dès le matin, tu t’étais retenu d’en faire la proposition à ton ami car tu savais qu’il trouverait rude de passer le premier repas de midi en pleine nature plutôt que les pieds sous une belle table à la nappe blanche. Même si c’était cela le mode de vie par chez toi, tu préféras ménager l’allemand. « On part en début d’après-midi pour être au fjord vers quinze heures, ça te va ? » lui avais-tu annoncé juste avant le repas. Néanmoins, voyant son visage se décomposer, tu rajoutas : « On transplanera pour rentrer, t’en fais pas ! » Marcher en pleine nature pendant des heures faisait partie de l’âme d’un norvégien. Pour toi qui avais été enfermé dans un château humide pendant des mois, cela s’imposait à présent comme une nécessité. Tu devais renouer avec la nature sauvage de ton pays. Mais si Alex n’était pas assez courageux pour faire le chemin du retour, tu accepterais d’écourter ton ressourcement.

« Les fjords ça doit être super l'hiver pour patiner. T'as déjà essayé ? Ou tu ne fais que t'y baigner ? » te demanda ton meilleur ami alors que vous étiez sur le point de partir. Ajustant ton sac sur le dos, tu lui adressas un petit sourire amusé. « Les fjords ne gèlent pas ici. Il ne fait pas assez froid pour que l’eau salée gèle. Donc oui, je m’y baigne juste. Mais y’a un petit lac plus haut dans la montagne. Sven m’y a déjà emmené pour me faire essayer le patin à glace. C’était pas très concluant … » Et ton frère, qui se trouvait dans le salon jouxtant l’entrée, renchérit : « Ça c’est certain ! Pas concluant du tout ! » Voulant faire comme si de rien n’était, tu coupas court et déclaras : « Bon ! On y va ? »
Vous quittâtes alors le vieux manoir et vous engageâtes dans la forêt en prenant un petit chemin qui longeait un faible court d’eau d’alpage que vous alliez remonter pendant quelques dizaines de minutes. La frondaison des arbres vous empêchait d’avoir vue sur un paysage magnifique mais tu ne doutais pas qu’à la prochaine éclaircie dans la forêt, vous auriez une vue imprenable sur le port bourdonnant de Bergen et l’île d’Askøy plus à l’ouest. « On fera une petite pause quand on sera arrivé au petit lac. Grand-mère nous a donné des parts de gâteaux pour le désert, si tu veux, » indiquas-tu sans te retourner vers Alexandre que tu précédais tel un guide de montagne, ce qui n’était pas totalement faux.

Citation :
T'inquiète, c'est parfait Coeur Et à toi de voir si tu veux manger le gâteau en dessert ou le garder pour le goûter lorsqu'ils seront au fjord Cute

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 928
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Sam 28 Juil - 20:58


Alexandre était un pur citadin. Un garçon des villes. Hormis les moments qu'il passait à Blankensee dans la campagne allemande (et encore, il arrivait à passer régulièrement à Berlin) et à Poudlard, il ne s'éloignait que très rarement d'un milieu urbain. Cependant, la randonnée ne lui déplaisait pas pour autant, il n'y était juste pas accoutumé. Et il comptait bien faire des efforts sur la marche pour mieux visiter le pays mais aussi pour faire plaisir à Njal. Il pouvait bien faire ça.
Le norvégien lui expliqua son peu d'expérience sur la glace, appuyé par la confirmation de son frère qui le fit sourire. Le concerné fit comme s'il n'avait rien entendu et invita Alexandre à se mettre en route. Ainsi, ils se mirent en marche.
« Si tu veux, un jour, je t'apprendrai à patiner. En fait c'est pas si difficile que ça, tu sais. » proposa-t-il en marchant. « Tu ne peux pas rester mon ami si tu ne sais pas patiner ! » plaisanta-t-il.
L'allemand était à peu près certain que si c'était lui qui apprenait à patiner à Njal, ce dernier risquait de manifester un tout petit plus d'implication. C'était toujours plus encourageant quand il y avait une récompense à la clef.

Ils entrèrent alors dans la forêt où les racines des arbres entravaient leur progression. Puis ils marchèrent une bonne dizaine de minutes sans parler -Alexandre était concentré à ne pas trébucher-. Au bout d'un moment, Njal lui expliqua qu'Inge leur avait laissé quelques parts de gâteau pour le dessert. La grand-mère Laensen, c'était quelque chose ! D'ici la fin du séjour, l'ancien préfet allait repartir avec quelques kilos en plus en dépit de tout les efforts physiques qu'il allait fournir. Avait-il l'air de mourir de faim pour qu'elle essaye de le gaver comme une oie ? Voulait-elle juste le mettre à l'aise ? Il espérait pouvoir encore rentrer dans ses jeans à la fin des vacances.
« Vraiment ? Encore ? Je risque pas de mourir de faim ici ! Plutôt pour le goûter, je suis calé là. » commenta-t-il en souriant.
Il continuait de suivre Njal jusqu'à qu'ils eurent une vue imprenable sur les lieux aux alentours. De là où ils étaient, on pouvait apercevoir un port ainsi qu'une île au loin. Alexandre s'arrêta volontairement particulièrement proche de son ami. Il se trouvait comme un enfant émerveillé face à ce somptueux paysage naturel et d'un calme reposant. Il voulut s'arrêter pour profiter du panorama unique au monde. Il avait l'impression d'être dans un lieu empli de magie.
« On t'a déjà dit que tes yeux avaient la même couleur que l'eau là-bas ? » demanda-t-il presque en murmurant à l'oreille de Njal en prenant doucement appui sur ses épaules, assez proche pour qu'il puisse sentir son souffle dans son cou.
De la même façon que les yeux de son ami quand il s'y noyait, il n'arrivait à détourner son regard du paysage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 354
| AVATARS / CRÉDITS : ⊰ Martin Garrix • Mae ♥
| SANG : ⊰ Aussi pur que l'eau des fjords


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un épouvantard
| PATRONUS : Un macareu moine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Dim 29 Juil - 22:35


Alex était bien différent de toi. Plutôt flemmard, citadin dans l’âme alors que tu étais organisé et résolument tourné vers la nature, il était difficile de croire que vous ayez pu, au fil des années, tisser une relation si forte. Même alors que l’eau semblait être un élément commun à vos deux êtres, vous aviez choisi d’évoluer d’une manière différente avec celle-ci, la préférant et ne faisant corps avec elle que dans deux états différents. Ce n’était guère étonnant que tu sois si gauche si la glace puisque tu ne reconnaissais pas cette eau si fluide dans laquelle tu avais l’habitude d’évoluer. Mais Alex ne voulait pas s’avouer vaincu, malgré les affirmations de Sven sur ton incapacité à tenir debout sur des patins, et, à l’image que votre amitié, se proposait pour t’apprendre. Contre toute attente.
« Si tu veux vraiment perdre ton temps avec moi, alors oui, je veux bien, » lui glissas-tu avec malice. « C’est perdu d’avance mais je veux bien faire un effort pour toi. »
« Tu ne peux pas rester mon ami si tu ne sais pas patiner ! »
« Moi je me demande surtout comme j’ai fait pour rester ton ami jusque là alors que je sais pas patiner ! » rétorquas-tu véritablement amusé de cette remarque.
Vous reprîtes alors la marche d’un pas plus soutenu, attaquant une partie de pente un peu plus raide qui allait vous mener à un petit plateau où la vue serait magnifique.

Ce n’est qu’après quelques minutes de marche que tu te décidas à mettre Alexandre au courant du petit encas que ta grand-mère avait fourré pensait-elle discrètement dans ton sac avant votre départ. Il était rare que son fondant au chocolat reste en vie plus d’une demi-journée. Il était donc impensable qu’il puisse rassir dans la cuisine quelques heures de plus. Mais comme tu t’en doutais, Alex n’en voulait pas pour le moment. Tu finissais par bien le connaître, ton meilleur ami, et tu avais appris au fil des années qu’il avait un faible appétit.
« On le prendra sur les rives du fjord alors. Espérons juste qu’il ne prenne pas un coup de chaud d’ici là. »
Ce serait dommage, en effet, que le fondant se transforme en fontaine de chocolat. Ce serait plus difficile et plus salissant encore de le manger ainsi et ce n’était pas sûr que tu veuilles prendre le risque de tacher tes habits.
Plusieurs minutes plus tard, vous arrivâtes enfin au plateau dégagé qui formait la première étape de votre randonnée. Comme lors de votre arrivée à Bergen, tu t’arrêtas au beau milieu de la clairière et apprécias le paysage magnifique qu’offrait le dégagement et surtout le temps radieux. Comme espéré, vous pouviez aisément voir l’île d’Askøy à l’ouest, là où le bleau du ciel se perdait avec celui de la mer de Norvège. Alexandre s’arrêta proche de toi. Tu ne tournas pas la tête pour l’observer mais le savait en extase devant la beauté du pays. Ton pays.
« On t'a déjà dit que tes yeux avaient la même couleur que l'eau là-bas ? » te glissa Alexandre en se rapprochant volontairement de toi et établissant une nouvelle fois le contact physique. Tu souris. Si, bien sûr qu’on te l’avait déjà dit. Tu te tournas légèrement pour apprécier son beau regard noisette. Ta bouche s’était parée d’un fin sourire malicieux.
« T’aurais bien aimé être le premier, hein ? » le taquinas-tu avec délectation. « Apparemment, ce serait ce qu’aurait dit ma grand-mère la première fois qu’elle m’a vu, le jour de ma naissance. »
Soit c’était un heureux hasard, soit ta grand-mère avait déjà, il y a dix-sept ans de cela, la vue qui baissait. Car il était bien rare que les iris d’un enfant restent de la même couleur de la naissance à l’âge adulte. « Mais faut pas être jaloux, tu sais. Toi aussi, tu as de beaux yeux. C’est juste plus difficile de faire une comparaison aussi poétique … » le charrias-tu avec toujours autant d’entrain. Tu étais pourtant véritablement sincère et Alex devait le sentir. La façon dont tu le regardais, intensément, te trahissait assurément. Jamais jusqu’alors tu ne l’avais regardé de cette façon. Et Merlin sait les nombreuses que tu avais pu passer à l’admirer !

Citation :
Si tu veux qu'on passe directement au fjord, tu peux dire dans ton prochain post qu'on le rejoint Perv

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 928
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Lun 30 Juil - 16:13


« Moi je me demande surtout comme j’ai fait pour rester ton ami jusque là alors que je sais pas patiner ! »
« Avant, j'avais des standards très bas, ok ! »
S'il y avait bien une amitié qu'il n'allait regretter pour rien au monde et qu'il n'avait jamais regretter, c'était bien celle qu'il partageait avec Njal. S'il venait à perdre ce dernier, Alexandre ne saurait quoi faire. Que deviendrait-il ? Il n'aurait changé leur relation pour rien au monde. Si cela n'était une relation encore plus forte.

Ils ne parlèrent plus pendant plusieurs minutes jusqu'à ce que Njal informe que sa grand-mère leur avait laissé quelques parts de gâteau au chocolat. Alexandre aimait beaucoup le gâteau au chocolat d'Inge. Là n'était pas le problème. Contrairement à son ami, l'ancien préfet son estomac avait une capacité limite de stockage. De ce fait, il mangeait peu en comparaison. Et en l'état actuel des choses, il ne pouvait pas avaler une part de gâteau supplémentaire sur le repas du midi. Mais il mangeait tout de même toutes les deux heures. Comme un bébé.
« Il fait pas si chaud que ça ici, je pense que ça devrait aller. »
En Norvège, ils ne devaient pas beaucoup souffrir de la canicule se disait Alexandre. Ils en avaient de la chance. Même s'il pensait qu'il allait faire plus froid que cela.
Ils arrivèrent ensuite à un plateau qui donnait sur une vue magnifique. Comme la veille, Alexandre se rapprocha particulièrement de Njal, de sorte à ce que ce dernier puisse encore sentir son souffle dans son cou. Il pouvait pleinement sentir l'odeur de la peau de son ami mêlé à l'odeur salée des fjords à proximité. Il se perdait un peu dans sa contemplation du paysage et ces océans qui lui évoquaient les yeux bleus du norvégien. Ce dernier, en entendant son commentaire, lui accorda un sourire malicieux en s'encrant dans le bronze de ses iris. Il le taquina. Alex aussi le regardait dans les yeux.
« Si je ne suis pas le premier à te le dire... Je tâcherai d'essayer d'être vraiment le premier à faire autre chose, alors... Et j'essayerai même d'en avoir l'exclusivité. »
Un message à peine dissimulé. Njal fit un compliment en retour sur les yeux noisettes d'Alexandre. Ce dernier ne pensait pas particulièrement qu'il avait de beaux yeux. Il les trouvait banals, sans grand intérêt mais pas repoussant non plus. Il avait hérité des yeux de son père qui lui-même les avait hérités de son propre père et on pouvait remonter à loin comme cela. Il aurait voulu hériter des yeux bleus de sa mère, de sa grand-mère et de son arrière-grand-mère voire au delà.
« Je te fais confiance pour trouver une façon poétique de le dire. Tu le feras bien pour mes beaux yeux. » répondit-il avec un sourire tout autant malicieux mais univoque.
Il maintint le contact visuel et physique une petite seconde avant de s'éloigner pour continuer sa route.
Très vite, ils arrivèrent à destination: le fjord. Alexandre s'assit alors sur le sol au bord de l'eau. Il en constata la clarté. Par curiosité, il se pencha pour tremper sa main dans l'eau pour en estimer la température. « Il y a des poissons dedans, non ? » demanda-t-il distraitement. « Je te préviens, t'y entres en premier ! J'suis encore sceptique quant à la température de l'eau. »
Njal lui aurait dit qu'elle n'était pas si froide que ça. Juste un peu fraîche quand on y entre mais qu'en bougeant, ça passait rapidement. Et l'ancien préfet se permettait d'en douter. Au niveau des températures pour estimer si quelque chose était froid ou chaud, il ne lui faisait pas confiance. Si Alexandre ne craignait pas particulièrement le froid, Njal y semblait immunisé par moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 354
| AVATARS / CRÉDITS : ⊰ Martin Garrix • Mae ♥
| SANG : ⊰ Aussi pur que l'eau des fjords


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un épouvantard
| PATRONUS : Un macareu moine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Mer 1 Aoû - 15:33


« Si je ne suis pas le premier à te le dire... Je tâcherai d'essayer d'être vraiment le premier à faire autre chose, alors... Et j'essayerai même d'en avoir l'exclusivité, » te lança malicieux Alexandre avec un sourire en coin et un regard de connivence. C’était plutôt explicite et lentement, tu sentais que la conversation allait reprendre le ton de celle de la veille, ce qui semblait bien moins te déranger que précédemment. « Tu peux essayer mais ça risque d’être compliqué, » répliquas-tu avec tout autant de malice que lui et un brin de mauvaise foi. Alexandre était un garçon inventif aussi lui faisais-tu confiance pour te surprendre, surtout quand la conversation ne se faisait plus tout à fait innocemment.
En parlant de confiance, Alex t’indiqua en faire de même avec toi pour trouver une comparaison à la hauteur de ses beaux yeux. Par Odin, il ne te rendait pas la tâche facile ! Les comparaisons étaient légions lorsqu’on parlait du bleu d’un iris mais lorsque celui était tout en nuance de brun, cela se compliquait franchement. « Tu me laisses un peu de temps de réflexion, alors ? » lui demandas-tu platement de peur qu’il n’attende une métaphore poétique dans la seconde, chose que tu aurais bien été incapable de lui offrir, quand bien même tu l’aurais ardemment voulu.

Alexandre ne répondit rien et rompit le contact physique quelques instants plus tard, te faisant craindre le pire. Non, tu ne pouvais pas l’avoir vexé en disant si peu, n’est-ce pas ? Ce n’était pas possible ! Empli de doutes, tu repris la tête de la marche pour vous mener à travers champ et forêt jusqu’au fjord à l’eau claire que tu avais promis à Alex. Les dernières minutes de marches furent plus rudes comme la pente que vous deviez descendre pour rejoindre le niveau de la mer est abrupte. Plusieurs fois, tu intimas à ton meilleur ami à faire attention où il mettait les pieds. Tu t’en serais voulu qu’il se rompe une cheville si près du but et que vous soyez obligé de rentrer en catastrophe au manoir.
Finalement, vous arrivâtes au bord de l’eau et alors qu’Alexandre trempait sa main dedans, appréhendant déjà le moment où il devrait y rentrer totalement, tu retiras ton sac à dos pour le lancer sur un gros rocher qui s’avançait dans le fjord. Une vieille légende disait que ce rocher avait dévalé la montagne suite à la colère terrifiante d’un géant dont le territoire avait été remporté par un rival bien moins imposant que lui. Aujourd’hui, ce bloc de granit servait de plongeoir naturel aux jeunes de la région qui voulaient se rafraichir dans l’eau pure du fjord. « Il y a des poissons dedans, non ? » te demanda Alex alors que tu étais en train de grimper sur le rocher. « Ouais, normalement. Mais je pense que même si tu lances ton gâteau au chocolat dans l’eau, ils ne vont pas s’approcher du bord. » Tu commenças alors à te déshabiller en commençant par te déchausser. Comme à son habitude, Alex émettait des doutes quant à la température de l’eau. Contrairement à lui, tu n’avais même pas eu besoin d’y tremper un doigt pour la savoir à la température parfaite. « Je te préviens, t'y entres en premier ! J'suis encore sceptique quant à la température de l'eau. »
« Faut savoir, » rétorquas-tu en te tournant vers lui au moment où tu retirais ton t-shirt. « Soit tu me fais confiance tout le temps, soit tu me fais pas confiance. Et moi je te dis qu’elle est parfaite. Un peu vivifiante mais parfaite. » L’instant d’après, ton short rejoignait le reste de tes habits aux côtés de ton sac. Tu te retrouvais en caleçon sur ton rocher, comme une statue des plus modernes sur son promontoire. Tu t’apprêtais à plonger mais te ravisas au dernier moment, te rappelant qu’il fallait préciser une chose à Alex. « Au fait, c’est mieux si on utilise pas la magie. Y’a souvent des moldus dans le coin et la CMS est tout aussi sévère que le Ministère sur les infractions au secret magique. » Précision faite, tu pus enfin plonger athlétiquement dans l’eau cristalline du fjord. Même si tu fus immédiatement saisi par sa fraicheur mais n’en laissas rien paraître. Vivifiant, c’était le mot. Tu l’avais parfaitement choisi. Faisant quelques brasses autour du gros rocher, tu finis par t’impatienter de par Alexandre si réticent à te rejoindre. « Aller viens ! Pose tes affaires avec les miennes et saute ! Tu vas pas le regretter ! »


Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 928
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Jeu 2 Aoû - 0:06


« Ne me sous-estime pas trop vite. » conseilla Alexandre avec un air confiant et espiègle.
L'allemand était un garçon qui se prêtait facilement à tout type de jeu s'il le voulait bien. Il mettait beaucoup de zèle à atteindre les objectifs qu'il se fixait. Que ce fut dans un cadre très ludique -impossible de le décrocher d'un puzzle qu'il n'aurait pas résolu- comme très sérieux en passant par les choses de la vie quotidienne. Il lui fallait juste la volonté. S'il échouait, c'était bien souvent juste parce qu'il avait la flemme et n'y accordait pas l'intérêt nécessaire ou à d'autres raisons bien moins simples.
Il s'éloigna, laissant volontairement Njal sans réponse à sa question concernant son défi de trouver une façon métaphorique de complimenter ses yeux. Au lieu de compter les moutons pour s'endormir le soir venu, il ne lui restait plus qu'à y réfléchir. Si l'ancien préfet ne hantait pas déjà les nuits du norvégien, la situation risquait d'évoluer. Au moins le temps qu'il trouve. A moins qu'Alexandre ne sous-estime les talents de poètes de son ami. Durant le reste du trajet jusqu'au fjord, Njal ne cessa de lui dire de faire attention car le chemin était semé d'obstacle et de pentes raides. Même si le concerné trouvait ça mignon, il s'estimait tout de même assez agile et ses chevilles assez renforcées pour ne pas se blesser. Et il n'avait pas failli tomber la veille, lui. Ce qu'il ne manqua pas de rappeler au norvégien d'une façon taquine.

En arrivant au bord du fjord, Alexandre s'assit près de l'eau et trempa sa main dedans, en manifestant son scepticisme quant à sa température en se tournant vers Njal qui retirait son T-shirt sous ses yeux indiscrets. De là où il était, l'allemand le percevait comme bien plus imposant qu'il ne l'était vraiment de part la vue qu'il avait d'en bas.
« Vivifiante ? Ce ne serait pas pour ne pas dire froide, par hasard ? » s'enquit-il, railleur et toujours aussi dubitatif.
Alexandre regardait toujours le norvégien en train de se déshabiller pour se retrouver en maillot de bain sans pour autant faire de même, restant résolument installé sur son petit rocher. Njal se préparait à plonger mais avant il avertit Alexandre concernant l'usage de la magie dans ces lieux. C'était bête ça ! Alors qu'il avait plongé, l'allemand le regardait nager dans l'eau comme un poisson.
« T'es un menteur ! Tu avais dit qu'il n'y avait pas de poissons au bord des rochers ! Alors que moi je vois un gros saumon ! » taquina ce dernier en retirant avec réticence ses chaussures.
Il prenait bien son temps pour se mettre en maillot de bain, retirant méticuleusement ses chaussettes, son T-shirt et son shirt en les pliant au fur et à mesure, provoquant l'impatience de Njal.
« Mais elle est froide ! » contesta-t-il en trempant une moitié de jambe dans l'eau.
Habituellement, Alexandre était toujours le premier à être complètement dans l'eau quand il s'agissait de se baigner quand la température était "normale". Il s'était rarement baigné dans une eau aussi froide. Cependant, il prit son courage à deux mains et rentra d'un coup dans l'eau non sans un petit juron dans la langue de Goethe. Pour être vivifiante, elle réveillait bien ! Il nagea alors en brasse jusqu'à Njal en espérant qu'en bougeant, il allait se réchauffer. Il se débrouillait plutôt bien dans l'eau. Peut-être pas autant que le norvégien mais ce dernier ne risquait pas de ne plus vouloir être son ami car il ne savait pas nager. Il fallait dire qu'on apprenait plus couramment à nager qu'à patiner.
« Si avec ça ma chair n'est pas tonifiée, je ne sais pas ce qu'il faut ! » dit-il en arrivant près de lui. « J'dois vraiment t'aimer beaucoup pour faire ça ! » rajouta-t-il, insondable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 354
| AVATARS / CRÉDITS : ⊰ Martin Garrix • Mae ♥
| SANG : ⊰ Aussi pur que l'eau des fjords


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un épouvantard
| PATRONUS : Un macareu moine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Ven 3 Aoû - 11:26


Tu faisais quelques brasses sur place en attendant avec impatience qu’Alexandre se décide enfin à te rejoindre dans l’eau vivifiante du fjord. Il était notoire que ton ami était un brin plus frileux que toi mais tu n’aurais pas imaginé qu’il se montre si réticent à plonger à son tour. Après tous les sous-entendus et regards appuyés qu’il avait déployé avec plus ou moins de subtilité depuis votre arrivée à Bergen, tu avais pensé que ton corps dénudé constituait un attrait de taille pour Alexandre mais ce dernier jouait à la petite fille. A se demander s’il ne le faisait pas exprès.
« T'es un menteur ! Tu avais dit qu'il n'y avait pas de poissons au bord des rochers ! Alors que moi je vois un gros saumon ! » lança-t-il en daignant enfin retirer ses chaussures.
« Ouais bah c’est peut-être bien le seul que tu verras ! Faut te dépêcher si tu veux l’attraper. Et surtout pas hésiter à se mouiller ! » répliquas-tu avec enthousiaste en espérant qu’il mette plus d’entrain à la tâche. Tu accompagnas même le geste à la parole en faisant mine de t’éloigner un peu plus du rivage de quelques coups de bras. Mais cela n’y changea rien. Alex prenait un malin plaisir à retirer ses habits d’une lenteur extrême et tu ne pouvais que l’attendre avec dépit, ne laissant dépasser de l’eau que la moitié de ta tête.

« Mais elle est froide ! » vociféra-t-il en trempant pas même une jambe entière dans l’eau.
Il jouait vraiment à la petite fille. Ce n’était pas possible d’être aussi sensible te dis-tu alors qu’il entrait péniblement dans l’eau. Sur ce point, tu n’étais certainement pas une référence. Tu te baignais ici depuis que tu avais six ou sept ans voire même moins. La température de l’eau d’ici était pour toi un standard qu’il était difficile de remettre en cause. Même pour les beaux yeux d’Alexandre.
« Aller, t’as fait le plus dur ! C’est bon là ! » l’encourageas-tu sans grande réussite. « J’suis sûr qu’à Blankensee, l’eau est à la même température. Et puis ça change de la chaleur londonienne, non ? »
Finalement, Alexandre se jeta à l’eau sans parvenir à réprimer un juron allemand, ce qui te fit sourire. Oui, elle était froide. Tu pouvais l’admettre à présent. Froide mais pas glaciale. Tu étais certain qu’il allait survivre à cette expérience. En quelques brasses plutôt bien exécutées, Alexandre arriva à ton niveau.
« Si avec ça ma chair n'est pas tonifiée, je ne sais pas ce qu'il faut ! »
« Bah pourquoi crois-tu que les scandinaves sont tous beaux ? » lui demandas-tu en parlant bien de tous les scandinaves et pas uniquement de ces grandes blondes aux yeux bleus que la plupart des gens admirait. « C’est la fraicheur de l’eau le secret. Et on dit même que c’est encore plus efficace à minuit. » Tu étais trop jeune lorsque tu avais quitté ton pays pour pouvoir expérimenter ces bains de minuit vivifiants. Néanmoins, il semblait que c’était monnaie courante chez les jeunes de votre âge qui passaient quelques soirées sur les plages des fjords. Et tu avais bien avouer que c’était une idée qui t’intéressait fortement.
« J'dois vraiment t'aimer beaucoup pour faire ça ! »
« T’es même complètement dingue, ouais. Tu fais tout ce que je te dis de faire, » rétorquas-tu en le gratifiant d’un regard équivoque.
C’était Ste-Mangouste qui se foutait de la charité car pour être tout à fait franc, c’était toi qui étais dingue de lui. L’inverse, tu n’en étais pas encore sûr. Pourtant, ce regard, cette façon qu’il avait d’apprécier chaque courbe de ton visage et de ton corps depuis que vous étiez arrivés, ses gestes et ses mots … Cela ne trompait pas, ne te trompait plus. Il se passait quelque chose entre lui et toi. Quelque chose que tu avais espéré depuis des mois, des années. Un miracle.

Vous étiez tout proche l’un de l’autre, Alex cherchant certainement un peu de ta chaleur. Vous vous perdiez dans le regard de l’autre. Pendant un instant, le tien dériva sur les lèvres de ton meilleur ami. Elles n’étaient plus si rosées, rendues violettes par le froid qui saisissait Alexandre. Pourtant, elles t’attiraient irrésistiblement. Sans vraiment t’en rendre compte, totalement obnubilé par la présence de ton meilleur ami à tes côtés, tu passas ta langue sur tes lèvres. Est-ce que ? Était-ce raisonnable ? Tu en mourrais d’envie. Est-ce que tu pouvais ? Tu relevas les yeux pour observer la réaction d’Alexandre. Il n’avait rien dit, n’avait pas bougé. C’était bien trop tentant et s’il n’avait pas voulu, il se serait déjà éloigné depuis longtemps.
Tu rapprochas ta tête de la sienne, lentement, ne le quittant du regard qu’au dernier moment pour fermer les yeux comme tu refermais tes lèvres sur les siennes en un baiser libérateur. A cet instant, tous les doutes, toutes les questions, toute l’intolérance qu’avait pu provoquer ton attirance pour Alexandre disparurent. Il n’y avait plus que lui et toi. Et ton amour pour lui.
Non, ce n’était pas mal d’embrasser un garçon.
Ce n’était pas mal d’aimer un garçon.

Citation :
Désolé, j'ai pas résisté Cute Coeur

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 928
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Dim 5 Aoû - 0:55


« A Blankensee, elle est plus chaude ! » protesta Alexandre avec un brin de mauvaise fois.
En vérité, l'eau du lac de Blankensee n'était plus chaude que celle de Bergen que de maximum quatre degrés. En Allemagne, les étés était traditionnellement bien plus chauds qu'en Norvège. Par conséquent, on observait une bien plus grande différence entre la température extérieure et celle de l'eau à Blankensee qu'à Bergen. Par conséquent, par rapport au ressenti que l'on avait en entrant dans l'eau, Blankensee valait Bergen.
Néanmoins, Alexandre parvint quand même à rentrer dans l'eau. Aussitôt, il nagea en direction de Njal. En bougeant, il allait certainement se réchauffer. Ou bien, il restait la chaleur corporelle. En arrivant près du norvégien, il fit un commentaire quant à la froideur de l'eau. Ce que lui répondit son ami en retour le fit sourire. Oui, les scandinaves étaient beaux. Un en particulier. Mais ce n'était pas tant la fermeté de sa chair qu'il aimait chez lui que la couleur bleu intense de ses yeux dans lequel il se perdait volontiers en ce moment même.
« On devrait essayer de faire un bain de minuit alors. Tout les deux. Je veux être beau comme un scandinave moi aussi. » proposa-t-il avec un petit sourire demandeur.

C'était vrai, ce que Njal disait. Alexandre aurait fait tout ce qu'il aurait demandé ou presque. Qu'est-ce qu'il n'aurait pas fait pour lui, au delà de plonger dans de l'eau froide ? Il aurait suffi au norvégien de battre des cils. L'ancien préfet était peut-être trop manipulable quand il aimait quelqu'un. Il vouait à ceux qu'il considérait comme ses véritables amis une confiance presque aveugle -hormis pour Njal et les estimations de température- et une grande attitude protectrice. Un Alexandre aimant était si facile à briser, à détruire. Il s'attachait trop facilement aux personnes qui lui étaient chers.
« Tu pourrais me mener par le bout du nez si tu le voulais. » confirma-t-il d'une façon mi-amusée mi-sincère.
Et il le savait parfaitement. Plus les secondes passaient, plus Alexandre s'arrangeait pour se rapprocher de lui sans quitter son regard une seule seconde. Il cherchait quelque chose, sans aucun doute. De la chaleur humaine. Et pas que. Il se mordait légèrement la lèvre inférieure. Il attendait quelque chose. Il demandait quelque chose. Qu'est-ce que Njal attendait ? La situation était parfaitement propice. Les signaux étaient là. Regard, langage corporel, proximité. Il aurait pu le faire lui-même, cela n'aurait pas été un problème. Mais il préférait que Njal vienne de lui-même à lui. Car cela signifierait tellement de choses. Il connaissait son meilleur ami. Il sait qu'il n'aurait pas fait ça à la légère, que cela cachait beaucoup plus. Il tenait trop à leur amitié pour faire ça à lui sans amour.
Lentement, Njal déposa ses lèvres doucement sur les siennes en fermant les yeux pour mieux percevoir les sensations. Il l'avait fait. Comblé, Alexandre répondit doucement à son baiser, fermant les yeux à son tour. Il faisait abstraction de tout ce qui avait autour de lui. Ce n'était plus que Njal et lui. Il en avait embrassé des gens. Mais aucun des baisers qu'il avait pu échanger dans sa vie ne ressemblait à ça. C'était au dessus de tout. Il paraissait presque irréel. C'était un sentiment enivrant, unique.
Délicatement, Alexandre vint enlacer Njal par le cou pour sentir encore d'avantage la chaleur de son corps en approfondissant le baiser. L'allemand sentait son coeur battre si fort et si vite. Il n'avait jamais autant aimé se sentir vivant. Quelques instants plus tard, il détacha ses lèvres de celles de Njal tout en les laissant proches de sorte à ce que ce dernier puisse le sentir sourire de joie ainsi que son souffle.
« Je n'ai plus froid. » dit tout innocemment Alexandre avec un regard pétillant, toujours aussi proche de lui avant de rire d'une façon délicieusement insouciante et enfantine.
Au final, ce n'était pas un problème que Njal soit un garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 354
| AVATARS / CRÉDITS : ⊰ Martin Garrix • Mae ♥
| SANG : ⊰ Aussi pur que l'eau des fjords


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un épouvantard
| PATRONUS : Un macareu moine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Dim 5 Aoû - 17:48


Ce n’était pas calculé, prévu, mûrement réfléchi.
C’était spontané. Spontané et terriblement grisant.
Pas un seul instant avant de refermer tes lèvres sur celles d’Alexandre, fermant les yeux pour t’abandonner plus encore dans ce geste lourd de sens et de sentiments, tu n’avais pensé aux conséquences. Et si ce n’était pas réciproque ? Cette question qui, si souvent durant les deux dernières années, avait tourné en boucle dans ta tête avait été éclipsée par la profondeur et la spontanéité de tes sentiments pour Alexandre. Effacée, disparue. Pour laisser place à une expression pure et véritable.
Pourtant, quand bien même ne te soucias-tu pas de ce qui pouvait advenir, un torrent d’émotions positives te submergea lorsque tu sentis Alexandre répondre à ton baiser. Ton cœur battait vite, très vite. Tu avais l’impression qu’il allait exploser et laisser se répandre tout l’amour et les sentiments que tu avais gardés enfouis en toi depuis si longtemps. Tu n’avais jamais embrassé quelqu’un. Et jamais quelqu’un ne t’avait fait ressentir autant de choses par le simple contact de ses lèvres. Tu étais fébrile. Ton cerveau, bouleversé par les effets de ce seul baiser amplifiés par l’amour que tu portais à Alexandre, laissa à ton corps le soin de réagir à chaque nouvelle sollicitation. Tu profitais de l’instant, uniquement de l’instant et de vos lèvres scellées en un baiser qui n’était ni langoureux ni exceptionnel mais qui représentait pourtant bien des choses.  

Tu sentis Alexandre te passer les bras autour du cou pour mieux se rapprocher de toi, sentir ton souffle tout contre son torse et ton odeur se mêlant à la fragrance iodée du fjord. Puis il retira ses lèvres et tu le regrettas aussitôt. Tu aurais voulu que cet instant magique dure éternellement.
Lorsque tu rouvris les yeux, à contre-cœur, et que tu trouvas le visage minaud d’Alex bien plus proche du tien que lorsque tu les avais fermés, tu réalisas ce qu’il venait de se passer. Et tu ne regrettas plus rien. Un sourire niais mais terriblement heureux naquit sur ton visage alors que tu posais tes mains au creux des hanches d’Alexandre.
« Je n'ai plus froid, » minauda-t-il en posant sur toi un regard pétillant, malicieux et si radieux.
« Je t’avais dit de me faire confiance, » murmuras-tu alors pour seule réponse avant que vous n’éclatiez en un rire clair, véritable et insouciant.

Il était là, tout contre toi, alors que quelques jours auparavant, tu n’aurais pas même voulu l’imaginer. Tu voulais à présent profiter de chaque instant, de regard, chaque sourire, chaque toucher subtil. Tu ne voulais rien manquer, tu ne le voulais que pour toi. Exerçant une légère pression sur ses hanches, tu le rapprochas de toi jusqu’à ce que vos nez se touchent presque. Tu ne le quittais plus des yeux, te noyais véritablement dans les siens. Plus rien ne comptait. Plus rien. Qu’un groupe de jeunes moldus passe sur la rive ! Qu’il passe, tu ne le remarquerais même pas.
Ton sourire niais ne t’avait pas quitté et il y avait fort à parier qu’il ne te quitterait pas de sitôt. Jamais Alexandre ne t’avait connu comme ça. Pourtant, c’était là le véritable toi et tu étais ô combien heureux qu’il puisse enfin faire sa connaissance. Puis, des plus naturellement, tu laissas ton cœur, en plus de ton corps parler. « Jeg elsker deg, » soupiras-tu sincèrement dans ta langue natale comme si tu avais oublié toute notion d’anglais. Ces trois mots, leur sens était universel. En anglais, en allemand, en norvégien, cela importait-il si la sincérité des sentiments était indéniable ? Alexandre savait à quel point ta langue paternelle te tenait à cœur et donc à quel point ces trois mots, prononcés dans celle-ci, avait du sens.
Tu ne dis plus rien, te contentant de sourire jusqu’à ce que tu fusses tiraillé par l’envie de recommencer l’expérience si intense et entière d’un baiser. Comme si cela était interdit, comme si tu eus peur que la réitérer en altèrerait les sensations, tu te mordis la lèvre mais ne tins pas longtemps et à nouveau tes lèvres recherchèrent la chaleur de celles d’Alexandre avec cette fois plus de fougue et de désir. Plus d’amour tout simplement.

Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 928
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Lun 6 Aoû - 23:59


Des années durant, Alexandre avait cherché où était sa place sans réellement la trouver. Où il pouvait se sentir bien tout en étant ce qu'il voulait être. Il avait le sentiment de l'avoir trouvé dans les bras de Njal. Il ne s'était jamais senti aussi bien dans les bras de quelqu'un depuis ceux de sa mère quand il était encore un enfant. Il se sentait comme un poisson dans l'eau. Comme si sa place était là depuis le début. Les mains du norvégien se posèrent sur ses hanches pour venir encore plus le serrer contre lui. Cela accentuait chez lui un sentiment d'appartenance. D'appartenance à Njal. Et ce sentiment semblait réciproque.
Alexandre ne l'avait jamais remarqué jusque là. Mais Njal avait un incroyablement beau sourire. Etait-ce ça l'amour ? Toujours redécouvrir les merveilles qui avaient pourtant été sous son nez depuis le début ? Tout aurait pu se passer autour d'eux. Une créature tentaculesque aurait pu surgir derrière eux des profondeurs du fjords, ils ne l'auraient même pas vue. Ou bien quelqu'un aurait pu se mettre à faire un barbecue à proximité répandant une vive odeur de merguez aux alentours, il ne l'aurait pas senti, trop enivré par l'odeur de Njal. Le rire franc de ce dernier sonnait comme une mélodie bien trop rare aux oreilles d'Alexandre.
« J'aime t'entendre rire. » fit-il remarquer, sincère.

Plus de contact, toujours plus de contact. Visuel et physique. Alexandre pouvait sentir le souffle de Njal sur son visage et son odeur mêlée à celle de l'eau. Il se perdait encore et encore dans la contemplation de ses yeux couleur océan. Il aurait pu rester des heures ainsi.
« Jeg elsker deg, »
Son coeur rata un battement avant de s'emballer comme jamais. Il ne parlait pas norvégien. Mais il comprenait les mots que Njal venait de prononcer. Pas besoin de mettre une traduction dessus pour en connaître la signification. Le sens était universel et peu importe la langue dans lequel il aurait pu le dire, que ce fut anglais ou coréen, le coeur d'Alexandre aurait su tout de même le comprendre. C'était instinctif. Il aurait voulu y répondre. Mais ces mots restaient bloqués dans sa gorge. Il essayait sans arriver à les déloger. Il voulait rendre à Njal le même bonheur qu'il lui avait donné. Il n'y arrivait pas et pourtant, son regard parlait de lui-même. Et c'était quelque chose de positif. Si Alexandre avait su lui répondre aussi facilement et spontanément, le norvégien aurait aisément pu douter de ses sentiments car cela ne ressemblait pas à son ami. En cet instant précis, le norvégien devenait peu à peu la puissance divine qui transformait progressivement son coeur en théocratie.
La tentation était grande de se ressaisir des lèvres de Njal. Ce fut ce dernier qui craqua le premier et avec d'avantage de fougue et de désir que précédemment. D'une manière fiévreuse, Alexandre répondit de nouveau à ce baiser avec bien plus d'assurance. Ses mains se mettaient à d'avantage explorer le corps de son petit-ami -l'était-ce déjà vraiment ?- en commençant par son torse musclé qui lui faisait envie depuis son petit strip-tease pour se mettre en maillot de bain. Après tout, il avait bien le droit, non ? Ce corps était à lui maintenant. Il rompit de nouveau le baiser après plusieurs secondes.
« C'est pas comme les matelas... J'aime quand c'est dur. » dit-il d'un air malicieux avant de se rendre compte du double sens à l'aspect concupiscent de sa phrase, ce qui le fit rougir. « Je parle des abdos... Pas de... Enfin non ! Enfin si...  Mais tu vois ce que je veux dire. » rectifia-t-il avant de bafouiller.
La confusion était facile à faire. De toute façon, peu importe le sujet de conversation qu'ils aurait aborder, même si ça aurait été l'horticulture ou l'art africain, au vu de la situation, il y aurait eu matière à dire quelque chose à double-sens. Alexandre lâcha un rire à la fois gêné et amusé. Finalement, face à Njal, il n'avait pas honte.
« Si tu trouves que je parle trop, tu peux m'embrasser et je me tairai. »
Et il n'allait pas s'en plaindre si jamais il faisait réellement ça. A chaque fois qu'il allait commencer à pousser trop loin ses réflexions à l'orale ou qu'il allait dire n'importe quoi -comme là- . Alexandre pouvait être incroyablement bavard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 354
| AVATARS / CRÉDITS : ⊰ Martin Garrix • Mae ♥
| SANG : ⊰ Aussi pur que l'eau des fjords


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un épouvantard
| PATRONUS : Un macareu moine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Mar 14 Aoû - 10:46


Jamais tu n’avais aimé quelqu’un de la sorte. Si pleinement, si entièrement. Tu n’avais jamais été réellement proche de ta mère et même si elle te portait un amour maternel, tu n’étais pas certain qu’on puisse le nommer ainsi. Au sujet de ton père, il y avait, par-delà l’amour d’un fils, la fierté et l’immense respect que tu nourrissais à son égard. Même Sven et Nina, qui pour toi étaient tout un monde, un système dont il était ton soleil et elle ta lune, venaient d’être éclipsés par ce sentiment ardent, irrépressible et puissant. Tu aimais tes frères et sœurs, ta famille intensément mais à cet instant précis, plus rien ne comptait pour toi que le regard malicieux d’Alexandre, ses lèvres et son odeur. Son être tout entier.
D’aucun aurait jugé inconscient de lui révéler tes sentiments dès à présent, lui révéler la flamme qui brûlait ardemment en toi depuis si longtemps, car cela aurait pu sembler un brin précipité. Pourtant, pour toi, ces trois petits, prononcés dans ta langue natale, sonnaient comme une évidence et comme une vérité qui n’avait plus à être réprimée. Tu voulais être sien, entièrement, maintenant. Et cet aveu aussi sincère que fou conférait à Alexandre un empire que jusqu’à présent, personne n’avait jamais eu sur toi.

En mettant des mots sur tes sentiments, tu ne t’étais pas attendu à quoique ce soit de la part de ce meilleur ami qui n’en était plus tellement un. Ni un mot ni une quelconque réponse. Rien. Pourtant, tu pouvais lire dans ses yeux noisette tout ce que tu n’aurais pas voulu imaginer, ne serait-ce que dans tes rêves les plus fous. Ce regard, pétillant, joueur et incitateur, était l’unique réponse qu’il t’offrait et pourtant, il n’aurait su t’offrir plus grande satisfaction que de voir cette expression de contentement sur son visage et cette incitation à lui prouver une fois de plus au moins tout l’amour dont tu débordais pour lui.
Une nouvelle fois, tes lèvres se refermèrent sur les siennes. Une nouvelle fois, une cascade d’émotions déferla dans ton corps, si forte, si incontrôlée que ton cœur s’emballa, incapable de contenir un tel raz-de-marée. Alors que ton cœur semblait avoir atteint ses limites, il fut pris d’une vigueur nouvelle comme tu sentais les doigts entreprenants d’Alexandre partir à la découverte de ton corps. Tu ne voulais pas que cela cesse, que ses doigts continuent de parcourir ton torse mais, hors d’haleine et le corps en ébullition, tu n’aurais pu continuer plus longtemps à profiter de cet être qui s’offrait à toi. Aussi, lorsqu’Alexandre brisa votre baiser, tu l’acceptas sans protester.
« C’est pas comme les matelas … J’aime quand c’est dur, » commenta-t-il avec malice comme s’il effectuait un contrôle qualité. Le double-sens de sa phrase n’était pas subtil et bien qu’il y eût de quoi, tu ne doutas pas qu’il parlât de tes abdominaux façonnés par de longs entrainements. Le voir s’engager dans des explications maladroites, bafouillant et s’empourprant légèrement, te tira un petit sourire à la fois attendri et moqueur. Au vu du moment, toute remarque aurait pu prêter à confusion. « Si tu trouves que je parle trop, tu peux m’embrasser et je me tairai, » conclut-il dans l’espoir vain que cela puisse dissimuler sa gêne. Mais tu n’avais pas envie de l’embrasser, pas du tout de suite. Tu voulais le taquiner, éprouver un peu plus ses défenses. N’était-ce pas lui qui, depuis votre arrivée sur le sol norvégien, se plaisait à sous-entendre et à glisser quelques regards en coin ? Voilà qu’il jouait le mijauré à présent ! « Si je trouvais que tu parlais trop, ça ferait bien longtemps que je t’aurais embrassé, tu sais, » lui glissas-tu d’un air malicieux en faisant glisser lentement et innocemment l’une de tes mains, que tu avais toujours posées au creux de ses reins, sous l’élastique de son short de bain. « Dommage pour toi, si tu veux que je t’embrasse encore, il va falloir me sortir une autre ânerie du genre. Sauf si tu veux m’embrasser en premier. » Tu le gratifias alors d’un regard de défi, certain qu’il allait préférer la seconde option. Jusqu’à présent, tu avais mené la danse. Peut-être Alexandre devrait-il te montrer de quoi il était capable ?

Citation :
Si tu veux dire que y'a du bruit qui se rapproche dans ton prochain post vas-y ! Sinon, j'enclencherai le reste dans le mien Coeur

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

PRÉFET SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 928
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan O'Brien
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule sans visage, l'inconnu
| PATRONUS : Le coyote
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Mer 15 Aoû - 11:53


Tout semblait si évident avec Njal, si naturel et si simple. Alexandre était de nature à beaucoup trop réfléchir sur trop de choses, prenant en compte trop d'éléments et d'hypothèses instaurant en lui un doute et un scepticisme quasi-constant. Car il prenait en compte l'idée que rien n'était impossible dans la limite des lois de la nature et de la physiques immuables. Mais là, le doute avait disparu et il ne voyait plus qu'une seule vérité qui s'imposait. Leur amour apparaissait comme une évidence aux yeux d'Alexandre. Il ne s'agissait pas d'une illusion ou d'un quelconque effet de filtre d'amour. C'était la vérité. Il ne le croyait pas: il le savait.
Il aimait sentir la chaleur du corps de Njal contre le sien ainsi que les mains du norvégien qui s'y promenaient librement lui faisant oublier la fraîcheur de l'eau. Tout contre lui, il pouvait sentir son coeur battre à vive allure tandis que le sien semblait synchroniser ses battements avec. Ce n'était pas comme avec Gardenia il y avait de cela un an. Alexandre ressentait certes aussi du désir -voire peut-être plus- mais aussi quelque chose qu'il n'aurait jamais su ressentir avec l'ancienne Serdaigle ni même Maïa ni aucune autre fille d'ailleurs, aussi belles, gracieuses et rayonnantes qu'elles furent. Et pourtant, Njal n'était qu'un garçon. Comme lui. Comme plein d'autres sur terre. Un garçon parmi tant d'autres. Cela aurait pu être n'importe qui. Même un autre norvégien avec les yeux tout aussi bleus Mais non. C'était lui et seulement lui qu'Alexandre voulait.
Alexandre rompit le baiser pour sortir quelques mots maladroits, s'attirant un sourire attendri et moqueur de la part de Njal. Tout pouvait porter à une double interprétation à ce moment là. L'allemand n'avait pas eu envie que son ami -s'il en était encore vraiment un- puisse penser qu'il disait cela exprès pour que ce soit équivoque. Ce n'était pas son intention, de lui envoyer ce message subliminal.
- C'est étonnant qu'en six ans, tu n'ais jamais songé à m'embrasser, alors, fit-il remarquer avec un petit sourire alors qu'il sentait la main de Njal s'aventurer de plus en plus bas dans son dos.
Alexandre écoutait la réponse du norvégien en se mordant la lèvre inférieure avec un sourire et regard malicieux. Non, il ne comptait pas lui remettre sa main à une place décente. Elle était bien là.
- Je pourrais essayer de trouver une ânerie à dire pour que tu m'embrasses. Je suis sûr que j'y arriverais.
Mais il n'allait pas avoir la patience de chercher. Et on était toujours mieux servi que par soi-même. Sans le quitter des yeux, il fit descendre ses mains sur le torse de Njal jusqu'à son élastique de maillot de bain avec lequel il jouait distraitement. Doucement, il approcha ses lèvres de celles de Njal pour lui donner un début de baiser lascif quand soudain, il entendit des voix au loin. Ces voix semblaient parler norvégien, elles étaient riantes. Il pouvait distinguer des voix masculines et des voix féminines qui s'approchaient de plus en plus. Aussitôt, Alexandre s'écarta de son ami, retirant ses mains de l'élastique du maillot de bain de ce dernier comme s'il avait été pris en flagrant délit -ce qui avait presque été le cas-. Très peu de temps après, quatre silhouettes humaines se discernèrent de celles des arbres. L'allemand jeta un regard paniqué à Njal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 354
| AVATARS / CRÉDITS : ⊰ Martin Garrix • Mae ♥
| SANG : ⊰ Aussi pur que l'eau des fjords


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un épouvantard
| PATRONUS : Un macareu moine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège] Jeu 16 Aoû - 16:25


Tu ne savais pas comment Alexandre allait réagir à la descente audacieuse de ta main au-delà de la limite de l’élastique de son short de bain. Tu ne le savais pas mais avais le sentiment exquis que tu ne regretterais pas ton geste ni tes avances. Peut-être allais-tu trop vite, peut-être brûlais-tu les étapes. Tu n’en avais pas la moindre idée. C’était la première que des sentiments aussi puissants et véritables que l’amour et le désir s’emparaient de toi et te contrôlaient. C’était comme si ton corps savait exactement comme agir, comment contenter la moindre volonté de ton être. Et de celui d’Alexandre. Tu avais imaginé, façonné ce moment tant de fois et pourtant, jamais tu n’aurais pu concevoir qu’il puisse d’emplir de tant de félicité. Aux côtés d’Alexandre, tu n’avais jamais agi de la même manière qu’avec d’autres. Tu étais toi-même. Néanmoins, tu n’avais jamais eu l’impression d’être aussi entier que ce jour-là, à cet instant précis, en sentant que ton petit-ami -car c’était ainsi qu’il fallait l’appeler à présent- appréciait l’audace dont tu faisais preuve. Non, tu ne brûlais pas les étapes. Tu avais attendu bien trop longtemps ce moment.
« C'est étonnant qu'en six ans, tu n'aies jamais songé à m'embrasser. » En réponse à ton geste lascif, les mains d’Alexandre quittèrent ta nuque pour le réconfort de tes pectoraux. Le passage de ses doigts sur ton corps fit naître un léger frisson de désir qui parcourut toute ton échine « Ça, tu ne le sauras jamais, » répondis-tu avec un air de défi tout en l’invitant à réitérer son lapsus tout à fait plaisant. Pendant ce temps, et alors que tu pensais qu’elles allaient en rester là, ses mains continuèrent leurs chemins, affolant tes sens comme elles effleuraient de la pulpe des doigts tes flancs. Elles finirent par rencontrer la barrière de ton propre short et cherchaient à présent à passer. Tu les aurais volontiers aidées seulement Alexandre, abandonnant toute idée de trouver une nouvelle ânerie, répondit à ton avance et t’embrassa pour la première fois de lui-même. Tu eus alors l’impression que tout ton être explosait. Cela voulait dire beaucoup pour toi. Se faire embrasser était une chose, embrasser en était une autre. Alexandre te prouvait dans ce geste décisif l’entièreté de ses sentiments.

Alors que tu faisais doucement descendre ta seconde main dans le dos de ton petit-ami, celui-ci rompit brusquement votre baiser. Encore. Et s’éloigna vivement de toi, libérant par la même occasion l’élastique de ton maillot. Choqué de cette réaction alors que tu le pensais véritablement sincère, tu lui jetas un dur regard d’incompréhension. Qu’avais-tu fait de mal ?
C’est alors que tu les entendis, les voix qui s’approchaient. Combien étaient-elles ? Trois ? Non, quatre. Et leur écho se répercutaient sur la surface d’argent de l’eau. Paniqué, tu osas à peine te retourner pour découvrir les quatre silhouettes, deux masculines et deux féminines, qui venaient d’apparaître derrière le massif rocher. Des adolescents. Alexandre te jeta un regard paniqué. Tu déglutis, la bouche sèche. Vous avaient-ils vus ? A en juger par leurs éclats de rire, non. Alexandre avait toutefois bien fait de s’éloigner de toi, même si cela te tuait de l’admettre. Tu vis le plus grand d’entre eux, un garçon à l’épaisse tignasse blonde grimper lestement sur le promontoire avant de marquer un temps d’arrêt lorsqu’il repéra vos affaires laissées négligemment sur le sol. Tu l’entendis clairement pousser un "Oh" de surprise avant que ses amis ne lui demandent ce qu’il se passait. Pendant un instant, tu espéras qu’il allait redescendre, comprenant qu’il venait de vous déranger mais ce ne fut pas le cas. Il se tourna vers vous et vous salua d’un geste de la main. « On vous dérange ?! D’habitude, il n’y a personne par ici, » fit-il en norvégien. Cela sonnait comme une demande explicite de déménagement. Tu eus envie de lui répondre sèchement mais préféras te taire et d’un signe de la tête, tu intimas à Alexandre de te suivre hors de l’eau. Génial ! Ils avaient tout gâché ! Maintenant, tu n’avais qu’une envie : rentrer. Alors que, tout dégoulinant, tu passais devant le reste du groupe, l’une des filles dut apercevoir ton air passablement énervé et s’affola. « Oh non ! On ne voulait pas vous déranger ni vous forcer à partir. Excusez Øle, il est un peu brusque. » Øle, ce devait être l’idiot sur son perchoir. Et brusque, il n’y avait pas d’autres mots. Néanmoins, ce ne semblait pas être un mauvais bougre puisqu’il redescendit tout aussi rapidement du rocher et se confondit en excuses, jusqu’à vous faire une drôle de proposition. « On voulait faire un barbecue après, sur la plage. Si vous voulez, vous pouvez rester. On a assez de viande pour six. » Un barbecue ? Réellement ? Après ce que tu venais de vivre, tu n’avais guère envie de partager un barbecue avec des moldus inconnus. Tu te retournas vers Alexandre qui n’avait rien saisi des plates excuses du groupe et lui traduisis la proposition du grand blond qui s’empressa de demander : « Vous êtes anglais ? » Ce à quoi tu répondis sèchement : « Nei. Norsk. Og tysk, » en désignant Alexandre d’un mouvement de tête, Alexandre qui, apparemment, ne semblait pas contre quelques grillades. Ça ne t’enchantait guère mais tu devais avouer qu’il serait dommage de gâcher plus encore cette journée. « Va pour le barbecue, » acceptas-tu avant de grimper sur le rocher pour t’assurer que vos baguettes étaient bien hors de vue. Tu enfilas rapidement ton short et descendis du rocher avant de prévenir Alexandre. « Je vais prévenir ma grand-mère qu’on rentre pas tout de suite. » Puis pour prévenir toute demande indiscrète, tu déclaras en norvégien à l’intention des quatre autres. « Je vais me soulager. »
Laissant Alexandre seul avec quatre inconnus qui ne semblaient pas très bien parler anglais, tu t’éloignas rapidement en direction de la forêt. Une fois passé la lisière, tu marchas encore une minute pour être certain que les moldus ne verraient rien. Tu sortis alors ta baguette et pensas très fort à ce décor surréaliste dans lequel vous vous trouviez présentement. C’était cela ton souvenir pour évoquer un patronus. Une lueur diaphane émergea alors du bout de ta baguette avant de se muer en un petit macareux qui vint se poser sur une souche en face de toi. « Dis à Grand-mère qu’on rentrera que demain matin et qu’elle ne s’inquiète pas, on passera la nuit au chaud. » Le pingouin s’envola alors à travers la forêt et disparut rapidement entre les arbres. Cela fait, tu retournas voir si Alexandre avait survécu à son stage intensif et forcé de norvégien.

Citation :
Désolé, c'est nul No sor Et je propose Øle, Eirik, Silje et Malin pour les quatre vikings !

  • Faire un post de plus de 1000 mots - 4 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège]

Revenir en haut Aller en bas

A la découverte des fjords • ft. Njal [Norvège]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» découverte d'un FNI: félin non identifié! (pv fely) sujet clos
» Une étrange découverte
» La découverte de l'équipe Aura (privé Trecko)
» Une découverte effrayante
» Découverte d'un nouveau sens...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres-