GRYFFONDOR : 195 pts | POUFSOUFFLE : 87 pts | SERDAIGLE : 236 pts | SERPENTARD : 245 pts
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !
Félicitations aux Serpentard qui remportent la victoire de ce deuxième match de l'année ! Les inscriptions pour les deux prochains matches sont d'ores et déjà ouvertes, retrouvez Poufsouffle VS Gryffondor et Serdaigle VS Serpentard !

Partagez|

MISSION : libérer délivrer Kierán Graves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wolfgang Bates



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 155
| AVATARS / CRÉDITS : Rami Malek par exordium.
| SANG : Pur lycanthrope, suis un héritier Nott.


MessageSujet: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Mar 7 Aoû 2018 - 13:33

Comment Wolfgang en était arrivé à se laisser entraîner par la fougueuse et dangereuse cracmolle qu'était Oona dans une mission préparée à l'arrache et qui mettrait probablement en péril la couverture de loup-garou du jeune homme s'ils venaient à se faire attraper ? Il n'en avait aucune idée. Un vague « oui » prononcé après beaucoup trop de pintes de bière, un plan dessiné sur une table humide et bancale sur lequel s'était déversé le contenu du godet d'hydromel d'un demi-géant maladroit, une nuit entière a essayer d'apprivoiser la toute nouvelle baguette de Wolfgang que Oona lui avait rapportée d'on ne sait où, et les voilà partis tous deux dans une épopée abracadabrantesque dans le seul but de délivrer le frangin de la cracmolle détenu par le Ministère de la Magie depuis beaucoup trop longtemps.
C'est ainsi qu'ils se retrouvèrent au petit matin devant la vieille cabine téléphonique rouge qui servait d'entrée des visiteurs pour qui voulait pénétrer dans le Ministère. Wolfgang était vêtu de noir, la capuche de son sweat remonté sur sa tête. Ainsi masqué, il espérait dissimuler à Oona l'inquiétude qui transformait ses traits. Ce plan était foireux, il s'en rendait compte à présent qu'il n'était plus alcoolisé et il espérait bien que la cracmolle s'en rendrait compte également. Mais elle était si tête brûlée qu'il était difficile d'espérer quoi que ce soit venant d'elle.
Ils pénétrèrent à l'intérieur de la cabine avec un peu de mal ; à deux, ils étaient à l'étroit.
— Tu as le code ? lui demanda Wolf en tirant sur la poignée de la porte de la cabine qui se referma sur eux dans un grincement.
L'héritier Nott n'avait jamais mis les pieds au Ministère avant ce jour, il était ignorant des us et coutumes de la maison. Quant à sa camarade de mission, si elle se repérait mieux que lui dans le monde des sorciers, elle n'avait jamais eu l'occasion d'avoir à retenir le code d'entrée de la cabine téléphonique. Par chance, un gobelin avait pu les renseigner contre l'affirmation haute et forte devant tout le Ragtag & Bobtail que la race gobeline était plus puissante que la race sorcière. Wolfgang s'était exécuté comme un bon petit toutou et la créature avait lâché son information.

______________________________
I think I'm pretty f*cking far from okay.
J'ai pris la poudre de cheminette, j'ai jamais dit où j'allais, j'ai pris goût à disparaître, je sais même pas où j'm'en vais. Ça peut pas être pire qu'ici, ici je meurs à petit cri. Ça peut pas être plus mauvais, j'irai là où il fait moins laid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oona B. Graves



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 208
| AVATARS / CRÉDITS : © Tag
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Mer 8 Aoû 2018 - 14:14

Le plan élaboré par Oona et Wolfgang pour libérer Kierán en était-il seulement un ? Il s’agissait en tout cas de tout ce qu’ils avaient. Il semblait à la cracmolle que le fier petit groupe des défenseurs de son grand frère parlait beaucoup mais ne remuait pas la baguette. Elle s’était retirée de la dernière réunion en les traitant de gros bourgeois hypocrites … pour se retrouver à descendre pinte sur pinte avec son ami lycanthrope. Ils étaient maintenant tous deux dans une petite ruelle menant au Ministère et même les chiens les regardaient bizarrement …

« Ouais, ouais j’ai le code - releva-t-elle la manche de sa robe en tournant la tête sur le côté pour déterminer si le premier chiffre était un six ou bien un huit - T’écris vraiment comme un troll ». Deux était en tout cas certainement la solution de l’équation de la cracmolle avec la gratitude. Ses doigts tremblants composèrent le code mais rien ne se passa. Et le téléphone vissé sur l’oreille, elle jeta un regard inquiet à son acolyte lorsqu’une voix les accueillit pour leur demander de décliner leur identité. « Euh … - hésita la jeune fille en guettant l’air à la recherche de la provenance de la voix - Rocky Balboa et Carrie White ? » tenta-t-elle en repensant aux derniers films du box office. « Bienvenue Rocky Balboa et Carrie White, pour quelle affaire vous rendez-vous au Ministère ? » « Putain mais je t’en pose des questions moi, tu me casses les boules ! » raccrocha-t-elle énervée le combiné inutile prête à s’enfuir pour trouver un autre accès. Mais la voix polie et chantante leur répondit alors. « Rendez-vous avec le club officiel de bavboules, c’est entendu ! ». Deux petites pièces tombèrent alors dans la machine, celles-ci se révélèrent être des badges portant leur nom et le but de leur visite. Alors ça avait vraiment marché ? Aussi simplement que cela ? La cabine se mit en branle et commença à descendre dans les entrailles du Ministère de la Magie.

« Tu sais quoi Rocky ? J’crois que ce Felix Felicis … c’est de la bonne  ! » et son sourire de s’élargir avant qu’elle ne se mette à glousser stupidement. Kierán serait ce soir planqué avec eux et rien ne pouvait plus la remplir de joie. La question de sa culpabilité et de son innocence ? Elle n’en avait rien à fichtre. La seule ligne qui avait toujours séparé leur communauté était celle des sorciers et des autres, son frère deviendrait simplement outcast comme eux. Les portes s’ouvrirent bientôt sur le vaste atrium. Rocky Balboa et Carrie White, club officiel de bavboules, étaient accueillis à bras ouverts dans le monde magique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfgang Bates



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 155
| AVATARS / CRÉDITS : Rami Malek par exordium.
| SANG : Pur lycanthrope, suis un héritier Nott.


MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Mar 28 Aoû 2018 - 21:11

Ainsi, Wolfgang était à présent Rocky Balboa, comme en témoignait le badge qu'il s'accrocha sur le sweat-shirt tandis que la cabine téléphonique s'enfonçait au coeur du Ministère. A la réflexion de Oona concernant le Felix Felicis qu'elle avait ingurgité, le garçon se contenta de pouffer alors que déjà les portes s'ouvraient sur l'atrium. Wolfie sortit le premier.
— 'Ne reste plus qu'à trouver le département de la justice magique... dit-il d'une voix grave. Viens.
Et il entraîna la cracmolle en direction des gigantesques portes d'or au fond de l'atrium, là où l'un des gobelins du Ragtag & Bobtail leur avait dit que se trouvaient les ascenseurs menant aux différents étages. Seulement, en arrivant devant les portes, le type de la sécurité les arrêta net d'une espèce de sortilège du bouclier, qui fit rebondir Wolf quelques centimètres en arrière.
— STOP, par ici, jeunes gens ! leur dit-il en leur intimant de le rejoindre d'un geste de l'index.
Le loup jeta un subtil regard à Oona avant de s'avancer jusqu'à la cabine de sécurité. L'homme derrière la vitre portait une robe de sorcier bleu foncé, le col brodé de bandes dorées. Sur sa tête, un chapeau pointu du même bleu que sa robe dont la pointe tombait sur la droite.
— Vos badges, je vous prie !
Wolfgang tira sur son sweat noir pour mettre en évidence le badge qu'il s'était épinglé quelques minutes plus tôt sur la poitrine. Oona présenta son propre badge et le gardien sembla satisfait. Pourtant...
— Vos baguettes ! ordonna-t-il. Déposez-les dans la boîte, juste ici.
Un nouveau regard à Oona et Wolfgang s'exécuta... Intérieurement, il pria pour que son Felix Felicis les sorte de là, de même qu'il pria pour que la baguette qu'elle lui avait fourni de provienne pas de l'un des membres du Ministère, car si une déposition avait été faite, correspondant aux caractéristiques de son tout nouvel instrument, ils étaient foutus...
Le gardien fit glisser la boîte sous la vitre de sa cabine et s'empara de l'arme de Wolf qui sentait les pulsations de son coeur s'accélérer. Il jouait beaucoup plus gros que la cracmolle, ce jour-là... Faites qu'elle leur sauve la mise à tous les deux avec sa potion de la chance, se dit-il.

______________________________
I think I'm pretty f*cking far from okay.
J'ai pris la poudre de cheminette, j'ai jamais dit où j'allais, j'ai pris goût à disparaître, je sais même pas où j'm'en vais. Ça peut pas être pire qu'ici, ici je meurs à petit cri. Ça peut pas être plus mauvais, j'irai là où il fait moins laid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oona B. Graves



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 208
| AVATARS / CRÉDITS : © Tag
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Ven 9 Nov 2018 - 15:56

Le faste de l’atrium impressionna la cracmolle plus qu’il ne l’émerveilla et elle emboîta le pas de son ami avant que son faible courage ne la fasse vaciller. « Trouver le département de la justice magique … » répéta-t-elle en regrettant soudainement de ne jamais avoir visité son père qui y avait eu son bureau de son vivant. Oona avait toujours été une fille décevante autant qu’une piètre sœur et, cette occasion de se rattraper, elle ne voulait pas la manquer, pas quand elle risquait de perdre le dernier membre de sa famille qui lui restait. « Qu’est-ce tu … ! » s’écrasa-t-elle le nez contre le dos de son acolyte lorsqu’il recula brusquement.

Ce fut d’un pas beaucoup moins empressé que les deux intrus se dirigèrent vers le sorcier à la robe bleu foncée. Un maigre sourire, masqué par la main portée sur son nez, s’esquissa néanmoins sur les lèvres de la jeune fille lorsqu’ils surpassèrent admirablement l’épreuve du contrôle des badges. Mais les montagnes russes reprirent vite leur cours. Elle était supposée présenter sa baguette ? « J’ai … euh … perdu la mienne » sortit-elle le premier mensonge évident qui lui traversa la caboche. « Volé ! » se reprit-elle soudainement. « Je veux dire qu’on m’a volé ma baguette, une agression terrible, on m’a même cassé le nez. C’est pour ça que je suis ici. Je veux déposer plainte contre ces fils de goule ! » « Vous vous êtes fait agresser par une goule ? » répéta interdit le sorcier qui n’y comprenait rien, la main tenant la baguette volée suspendue au-dessus du plateau de ce qui ressemblait, aux yeux de la cracmolle, à une drôle de balance. « Écoutez mademoiselle, je ne suis pas certain de tout comprendre … mais ce n’est pas le club officiel de bavboules qui réglera votre affaire » « Bien sur que si, l’agression a eu lieu en plein tournois alors que j’étais à deux doigt de gagner ! ». Et le sorcier de déposer la baguette magique qui tinta contre le plateau de cuivre. Lorsque l’instrument se mit à vibrer, la jeune fille sentit son coeur s’arrêter et saisit la main de son ami pour lui tirer dessus. N’était-ce pas le moment de fuir ? Mais seule une bande de parchemin fini par sortir de l’innocente machine, ouf ! « 37,8 cm, ventricule de coeur de dragon - lut simplement le sorcier - utilisé depuis 13 ans, est-ce que c’est bien … attendez, il est inscrit ici que la baguette appartient à Monsieur Macnair ! » se pourfendit-il en commençant à lever sa propre baguette. « Walden Macnair, membre officiel du club de bavboules oui, à qui nous venons justement la rendre ! Est-ce que vous m’écoutez seulement quand je parle ?! » couina la cracmolle d’une voix de plus en plus aigüe au fur et à mesure que les sourcils du gardien se rapprochaient. Les mots de l’une et les poils de l’autre ne formèrent bientôt qu’une seule ligne de confusion. Elle finit d’écraser les phalanges du lycanthrope entre ses doigts. Ne pouvait-il pas se transformer et arracher la tête du gardien ? Pourquoi le Felix Felicis ne marchait plus ?! La pression la fit exploser en des sanglots aussi déchirants que soudains et le gardien confus en baissa sa baguette ... au moins le temps d'une seconde.

dragées:
 


Dernière édition par Oona B. Graves le Ven 28 Déc 2018 - 16:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walden Macnair



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 230
| AVATARS / CRÉDITS : LUKE MITCHELL, chrysalis
| SANG : PUR


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Azkaban.
| PATRONUS : Un coyote.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Sam 17 Nov 2018 - 22:52

Dans le cadre d'une affaire visant à décider de l'avenir d'un elfe de maison, à qui son ancien maître avait rendu la liberté en lui offrant l'une des culottes de son épouse, avant que la créature ne l'agresse brutalement telle une bête sauvage car, à en croire ses dires, il était atrocement maltraité durant son embauche, Walden Macnair avait dû quitter son bureau de la Commission d’examen des créatures dangereuses du Niveau 4 pour descendre deux étages plus bas, au Département de la justice magique.
Drapé d'une austère robe de sorcier noire qui lui tombait jusqu'aux chevilles et lui enserrait la gorge dans un genre de col mao, rappelant étrangement son habit de Mangemort, il avait le front barré d'une ride de concentration et la mine sombre des jours sans. Marchant d'un pas rapide, le regard mauvais, il était absorbé par son dossier qu'il allait devoir défendre bec et ongles s'il ne voulait pas le voir revenir aux mains de ses collègues du Bureau de replacement des elfes de maison, mais également par ses activités de Serviteur du Lord et, plus récemment, par l'outrageux vol de sa baguette magique... Sur ce dernier point, néanmoins, il avait de solides intuitions quant à son origine.
Mais alors qu'il arrivait face à un ascenseur, dont les portes s'ouvrirent au moment où il se positionnait devant, un petit avion de papier s'arrêta net à hauteur de ses yeux, immobile dans l'air. Walden saisit la note de service d'un geste vif, et ce qu'il y lut accentua un peu plus la ride qui barrait son front. Froissant le papier, il le jeta hors de l'ascenseur lorsque les portes se refermèrent, et au lieu d'appuyer sur le 2, appuya sur le 8, niveau de l'Atrium.
Lorsque les portes se rouvrirent, le sorcier traversa le petit hall qui menait aux portes d'or qu'il franchit pour rejoindre le bureau de la sécurité. Il y découvrit trois protagonistes en proie à un mélange de surprise et de malaise qui lui arrachèrent un sourire jubilatoire. Croisant les mains doctement dans son dos, il salua avec complaisance le vigile, sans quitter des yeux les deux visiteurs. La lueur qui y brillait ne présageait rien de bon pour les Bonnie and Clyde du Ministère.
« — Merci de m'avoir si rapidement prévenu, Munch. Ainsi... Miss White et Mister Balboa sont ici pour me rendre ma baguette, c'est bien cela ? » Demanda-t-il rhétoriquement, lisant, non sans ironie, les noms épinglés aux poitrines de ses deux interlocuteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfgang Bates



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 155
| AVATARS / CRÉDITS : Rami Malek par exordium.
| SANG : Pur lycanthrope, suis un héritier Nott.


MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Ven 28 Déc 2018 - 11:13

Ainsi, la baguette que lui avait procuré Oona appartenait à un certain Macnair... Les sourcils froncés, Wolfgang se demanda un instant pourquoi ce nom lui était si familier, sans pour autant réussir à remettre un visage sur ce nom. Peu importe, se dit-il en secouant la tête de droite à gauche tandis que la cracmolle, d'apparence assez frêle, était en train de lui broyer les doigts avec une force telle qu'il n'aurait pu l'imaginer.
Les explications d'Oona était si brouillonnes qu'elles avaient au moins le chic de créer la confusion dans le cerveau du gardien. Pensant qu'ils pourraient s'en tirer grâce aux larmes de la jeune fille, Wolfgang tira doucement sur son bras en faisant un pas en arrière lorsqu'apparut derrière le gardien... ledit Walden Macnair. Mieux qu'un nom pour remettre un visage, une odeur. Une odeur forte et caractéristique qui ramena Wolfgang quelques années en arrière. Les yeux ronds comme des vifs d'or, l'héritier Nott tira plus fort sur le bras de Oona, sidéré qu'il lui soit venu à l'idée de lui donner la baguette du plus sanguinaire tueur de bêtes qu'ait connu le Ministère depuis des décennies ! C'était un peu la guerre entre Macnair et les loups. Dans la meute, il s'en racontait des histoires au sujet du bourreau qui souhaitait que les loups-garou soient classés au rang de bêtes pour pouvoir les faire arrêter et les passer sous sa lame... Il avait déjà fait quelques descentes dans les troupes de Fenrir Greyback, d'où l'odeur qui ramenait aux narines de Wolfgang les souvenirs de nuits de traques dans la forêt...
A présent, il restait à espérer que Macnair ne se souvienne pas du loup. Seul, sans Greyback ni sa meute, sans baguette et accompagné d'une cracmolle, il était aisé d'imaginer qui aurait le dessus si une bataille survenait. Désireux de rester anonyme depuis sa fuite de chez Fenrir Greyback, Wolfie se décida à battre en retraite.
— C'est ça, grogna-t-il en réponse au mangemort. De rien, bonne journée.
Alors il fit volte-face, serrant toujours la main d'Oona dans la sienne, et il l'entraîna d'un pas précipité en direction de... de où ? D'où était-il arrivé ? Par où était la sortie ?
La voix de l'agent de sécurité résonna alors dans l'atrium, leur intimant de rester là où ils se trouvaient s'ils ne voulaient pas finir à Azkaban dans les minutes qui suivraient. Même si cela leur assurait probablement de se rapprocher du frangin d'Oona, Wolfgang s'arrêta net à l'idée de se retrouver sous l'emprise des détraqueurs. Il jeta un coup d'oeil en direction de son acolyte, espérant qu'elle ait une idée pour les tirer de là. Car après tout, c'était son plan à elle qui était en train de foirer complètement.
Tout autour, les regards commençaient à converger dans leur direction. Dans un souci de discrétion, Wolfgang se couvrit la tête de la capuche de son sweat noir.

______________________________
I think I'm pretty f*cking far from okay.
J'ai pris la poudre de cheminette, j'ai jamais dit où j'allais, j'ai pris goût à disparaître, je sais même pas où j'm'en vais. Ça peut pas être pire qu'ici, ici je meurs à petit cri. Ça peut pas être plus mauvais, j'irai là où il fait moins laid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oona B. Graves



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 208
| AVATARS / CRÉDITS : © Tag
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Lun 7 Jan 2019 - 16:11

Le volcan irlandais s’éteint aussi brusquement qu’il s’était embrasé. Et la cracmolle, quoi que encore haletante, était déjà occupée à s’essuyer les larmes lorsqu’elle reconnut derrière le voile humide de ses yeux celui qu’elle avait dépossédé de sa baguette. Le peu qu’elle savait du dit sorcier ne la rassurait guère. Si l’une de ses spécialités était la raillerie des cracmols, quelle était celle qu’il mettait en œuvre contre les lycanthropes ? Walden Macnair était un bourreau du ministère et commença par lui couper la langue. La folle idée à laquelle elle se raccrochait encore - selon laquelle il ait pu l’oublier - se trouva contredite par le regard qu’il coula vers leur badge. Wolfgang battit le premier en retraite. Et pour cause, ce n’était pas elle mais lui qui risquait la fourrière. Il la traîna sans mal loin du danger, ses semelles glissant dans un long couinement contre le parquet vernis, malgré ses quelques protestations. Kierán se trouvait à seulement quelques mètres d’eux et la nouvelle direction qu’ils empruntaient n’était certes pas la bonne. Les risques étaient élevés mais elle ne pouvait se résoudre à abandonner son grand-frère quelque part de l’autre côté de cette barrière de sécurité. « Attend, deux minutes, ralentis et réfléchis … Wooooolf ! » tira-t-elle finalement d’un coup sur son bras en même temps que l’agent de sécurité leur ordonnait de ne pas aller plus loin. « On se rend ! » souffla-t-elle en guise de réponse au regard interrogateur de son acolyte avant de préciser en parlant encore plus bas sans desserrer les dents. « C’est forcément bon pour nous ! L’apothicaire nous a bien dit que le chemin menant à la chance pouvait parfois prendre une drôle de tournure … » enfonça-t-elle ses prunelles brillantes d’espoir dans celles du loup qui luisaient plutôt de peur. Oona ne se trouvait elle-même pas totalement rassurée et s’entortillait-les doigts autant que les neurones à la recherche de la solution qui sauverait son frère sans condamner son ami. Ce dernier ne lui paraissait pas particulièrement convaincu par son argumentaire et elle poussa un bref soupir … avant de finir de s’époumoner autrement en se tournant vers les deux fonctionnaires sorciers. « Nous avons en effet volé la baguette et désirons nous rendre aux mains de la justice ! » brandit-elle le bras de son acolyte récalcitrant en l’air comme s’il avait remporté un match de catch. « Fuir nos responsabilités est devenu tout à fait … hum … - qu’est-ce qu’une personne dotée d’une conscience fonctionnelle aurait-elle bien pu dire ? « ... chiant ? ». Son discours semblait suffisant pour les faire passer de l’autre côté de la barrière … mais revenir ? Le coup qu’elle s’était précédemment pris sur le nez ne l’avait pas aiguillé sur l’élément le plus foireux de leur plan : les effets du Felix Felicis se trouvaient inversés chez les cracmols !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Walden Macnair



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 230
| AVATARS / CRÉDITS : LUKE MITCHELL, chrysalis
| SANG : PUR


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Azkaban.
| PATRONUS : Un coyote.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Ven 8 Fév 2019 - 22:28

Walden n'eut même pas à le formuler à haute voix que, dans un excès de zèle, ou dans un désir de prouver ses compétences et, ou, sa loyauté au Ministère — qu'importe, ce pauvre Munch ne lui inspirait que du mépris —, le Gardien fit faire halte aux deux usurpateurs.
Le Mangemort jubilait. Sourire narquois aux lèvres, sourcils haussés en attendant la suite, il suivit des yeux les escrocs dans leur marche arrière jusqu'au poste de sécurité. Quelle satisfaction. Pour un homme aussi rancunier et haineux que Macnair, le chemin de pénitence — ou de croix ? — qu'effectuaient Miss White et Mister Balboa sonnait à ses oreilles d'homme déséquilibré comme le plus doux tintement de cloches divines.
Aussi feinta-t-il la magnanimité lorsque les deux protagonistes affirmèrent vouloir se rendre à la justice. Wally eut presque de la peine pour eux. Son sens de la justice n'était clairement pas le même que celui du Ministère qui, jusqu'alors, lui servait avant tout de couverture.
Car bien sûr, s'ils étaient livrés à la justice, ce serait uniquement à la sienne.
« — Je vous remercie, Munch, fit-il en posant une main qui se voulait amicale, mais qui était en réalité aussi rude qu'une chape de béton, à partir de maintenant, je prends le relais. Sa main glissa de l'épaule du Gardien pour récupérer son bien. Son précieux bout de bois, véritable extension de son âme, lui avait manqué. Il se décala d'un pas, pour ouvrir la voie sur les ascenseurs du fond, qu'il s'apprêtait à emprunter avec les deux magouilleurs. Suivez-moi, nous nous rendons au niveau deux, aux Services administratifs du Magenmagot. Il observa une courte pause. Pour prendre votre déposition », précisa-t-il à ses deux interlocuteurs, face à leurs regards de strangulots frits.

Une fois parvenus dans l'un des ascenseurs, dans lequel ils furent seuls, Walden appuya sur le quatre, et les portes se refermèrent. Alignés tous les trois comme une brochette, ils fixaient les portes, sans se regarder. Les minutes s'écoulaient. Un ange passa. Jusqu'à ce que le Mangemort ne brise l'insupportable silence.
« —Tentative de fuite... Atteinte à la vie privée... Abus de confiance... Recel... Non dénonciation de crime... Énumérait-il. Il émit un sifflement faussement admiratif entre ses dents. « Si je ne me trompe pas, on part sur une bonne trentaine d'années de réclusion à Azkaban... Il soupira, faussement peiné. Alors que dans sa tête, tous les démons des enfers riaient aux éclats. Ah ! J'oubliais... Usurpation d'identité. Il se tourna de moitié vers la jeune femme, qui était à côté de lui, et arracha d'un geste sec le badge de Carrie White, membre du club officiel de bavboules, qu'il observa avant de tourner la tête vers elle, sourire goguenard aux coins des lèvres. Il me semble que la dernière fois que tu as quitté mon lit, tu t'appelais encore Oona Graves, déclara-t-il le plus naturellement du monde, fallacieusement étonné. Du coup... Cela fait cinq ans de plus... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolfgang Bates



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 155
| AVATARS / CRÉDITS : Rami Malek par exordium.
| SANG : Pur lycanthrope, suis un héritier Nott.


MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Jeu 7 Mar 2019 - 11:07

— Qu...quoi ? bégaya Wolfgang lorsqu'Oona lui fit part de son envie de se rendre. Non, non ! Je refuse, je ne veux pas... Tu ne connais pas ce mec, c'est...
Le regard paniqué, le souffle court, le loup-garou laissa pourtant la cracmolle s'emparer de son poignet pour venir soulever son bras au-dessus de leurs têtes. Un lycanthrope en cavale, en face à face avec Walden Macnair. Félix Félicis ou pas, il était foutu car, après tout, c'était Oona qui avait ingurgité la potion, rien n'indiquait que si elle s'en sortait, ça serait également le cas pour lui.
Wolfgang, tête basse, sa capuche le dissimulant à la vue du mangemort et bourreau sanguinaire, se laissa conduire jusqu'aux ascenseurs, la mâchoire si crispée que d'épaisses veines ressortaient dans la pâleur de son cou. Ils pénétrèrent dans l'une des cabines et les grilles se refermèrent sur un silence angoissant. Le loup pouvait déceler la peur que ressentait Oona, mêlée à un autre sentiment qu'il ne déchiffra que lorsque Macnair mentionna le fait qu'ils avaient partagé le même lit. Non... Oona et... ? Était-ce après une bonne partie de baguettes en l'air que la cracmolle lui avait subtilisé son arme ? Mais Wolfgang n'eut qu'à peine le temps de s'imaginer la scène qu'il sentit ses entrailles se serrer à l'intérieur de son ventre. La haine et la violence qui s'extirpaient de l'aura de Macnair était en train de la réveiller...
« Tue-le avant qu'il ne te tue ! » Ferme-la. « C'est lui le monstre, pas toi ! Écrase-le ! » Je t'ai dit de te taire ! « C'en est assez de prendre la fuite, TUE-LE ! »
— STOP ! ne s'entendit-il pas crier dans la petite cage d'ascenseur.
Wolfgang, pris de vertiges, vacilla quelque peu sur ses jambes, comme une flamme à l'extrémité d'une bougie. Sa vision se brouilla, alors il ferma les paupières puis vint s'agripper à la grille de l'ascenseur devant lui pour maintenir un certain équilibre. La force qu'il exerça sur les barreaux en fer forgé jaunit ses phalanges abimées.
Il ne devait pas la laisser parler, il ne devait pas laisser la bête prendre le contrôle de son esprit. Elle avait été libre pendant quinze ans, il était temps à présent de la remettre à sa place.
Lorsqu'il rouvrit les yeux, il remarqua les regards d'Oona et de Macnair braqués sur lui. Il déglutit, peina à répondre :
— Claustrophobie...
Et DING ! l'ascenseur s'immobilisa et la grille s'ouvrit. D'un pas peu assuré, Wolfgang s'extirpa de la cabine avant de se passer une main moite sur le visage. Faire confiance au plan... Voilà tout ce qu'il avait à faire, rien de plus.

______________________________
I think I'm pretty f*cking far from okay.
J'ai pris la poudre de cheminette, j'ai jamais dit où j'allais, j'ai pris goût à disparaître, je sais même pas où j'm'en vais. Ça peut pas être pire qu'ici, ici je meurs à petit cri. Ça peut pas être plus mauvais, j'irai là où il fait moins laid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oona B. Graves



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 208
| AVATARS / CRÉDITS : © Tag
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves Mer 13 Mar 2019 - 11:51

Le deuxième niveau était le but final de leur plan défectueux et, même si ce dernier ne prévoyait aucune voie expresse sous l’escorte du dangereux sorcier, la folle naïveté de la cracmolle s’accommodait de ce détour (ou plutôt de cette absence de détour). Walden n’y prévoyait malheureusement qu’un bref arrêt et évoqua la terrible prison sorcière aussitôt les grilles refermées sur sa seule mine victorieuse, celle des chaperonnés se trouvait autrement plus blême. Le regard inquiet que Oona coula vers Wolfgang lui indiqua qu’il se trouvait dans un pire état encore. Ni l’un ni l’autre n’avait imaginé, en lançant le dé, finir en prison. L’aplomb du sorcier était tellement grand, sans doute comparable à sa peur des détraqueurs invisibles à ses yeux, qu’elle ne pensa pas à se dire que les cracmols n’étaient peut-être pas écroués à Azkaban. La justice sorcière lui paraissait de toute façon n’être qu’une atroce blague depuis qu’elle avait appris que son grand frère avait été soumis au doloris. Une sourde rage montait en elle tandis que l’ascenseur grinçant descendait dans les entrailles de l’institution honnie. « J’espère que mon frère est un mangemort - répondit-elle d’une voix blanche avant de se tourner perfide vers celui dont elle ne soupçonnait certes pas les allégeances - ne serait-ce que pour que ses confrères vous massacrent tous jusqu’au dernier et transforment en tombeau ce terrier dans lequel vous … ». Le puissant cri du lycanthrope la fit sursauter et, comme elle pensait qu’il s’adressait à son laïus haineux, la contraint au moins à se taire. Claustrophobie ou lycanthropie ? Ses yeux se révulsèrent sous la crainte que son ami, dépourvu de son alias, trahisse également sa nature la plus profonde.

Poussés par Macnair, ils commencèrent à avancer dans un couloir qu'elle aurait imaginé moins sombre et plus fastueux. Ses yeux guettaient furtivement toute indication qui aurait pu l’aiguiller sur la présence de Kierán tandis que son bras, enfoncé jusqu’à l’épaule au fond de son sac à mains aussi lourdement garni que l’étagère d’un apothicaire, cherchait la fuite. Felix Felicis ? Gaz étrangleur ? Potion explosive ? Le passage devant le gardien avait été si chaotique que personne n’avait pensé à les fouiller. Coup de chance ? Ses doigts tremblaient et glissaient sur les petites fioles qui tintèrent bientôt en attirant l’attention de la baguette armée. « Je dois peut-être avoir un remède contre la claustrophobie là-dedans » se justifia-t-elle bêtement d’une voix tremblante avant que la lanière de son sac ne la trahisse, CRAC, et renverse allégrement tout son contenu sur le sol. « Non mais c'est pas vrai ! » constata-t-elle sa poisse jusqu'au bout de ses souliers. Pas un seul flacon ne s'était ébréché dans la chute pour leur offrir une diversion. Pire encore, l'attention de tous les chapeaux pointus alentour était maintenant vissée sur leur curieux groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MISSION : libérer délivrer Kierán Graves

Revenir en haut Aller en bas

MISSION : libérer délivrer Kierán Graves

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Libéralisation agricole : éviter les erreurs du passé!
» Ordre de Mission
» Discours du PM lors de la Mission Economique Canada-Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Balade à Londres :: 
Le ministère de la magie
-