Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Le sens du devoir • ft.Benjy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 63
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Richard Madden • Dandelion
| SANG : ϟ Mêlé


MessageSujet: Le sens du devoir • ft.Benjy Ven 17 Aoû - 14:51

Le sens du devoir



Fin Novembre 1975

C’était une bien triste période que cet automne pour Edgar Bones. Le froid, la pluie, les jours qui déclinaient. Et la mort récente de ses parents, comme une plaie à vif, béante et saignante dans son cœur. Il n’était pas rare que l’automne marque une période de doutes et de fatigue chez le tireur d’élite mais la disparation, aussi brusque qu’injuste, de Christian et Meryl Bones avait laissé une empreinte indélébile dans le cœur de ce jeune papa qui se devait de nourrir un peu d’espoir pour son nouveau-né.
Depuis la tragédie, il n’était plus le même. Bien que son supérieur lui ait accordé quelques jours de repos pour faire le point, Edgar était revenu au Ministère avec autant de questions sans réponses et d’amertume que lorsque Harries, son collègue, était venu lui annoncer la terrible nouvelle. Il était devenu une sorte de fantôme, une âme en peine qui faisait ce qu’on lui disait sans vraiment y réfléchir. Grâce à Merlin, il n’y avait pas eu d’interventions graves durant le dernier mois aussi n’eut-il pas à prouver à tous ses collègues qu’il n’était pas au mieux de sa forme. Il ne discutait guère, souriait et riait encore moins. Il n’y avait que Benjy qui, au travail, se souciait de lui, même Edgar sentait bien que cela commençait lui peser. Néanmoins, son beau-frère persistait et ne s’avouait pas vaincu. Aussi, à quatre heures de l’après-midi, il vint proposer à Bones de passer chez lui après la débauche, pour partager un verre. Edgar n’avait pas le cœur à la discussion mais un verre ne se refusait pas, pas lorsque l’on ruminait sans cesse sa colère, sa peur et son désespoir depuis bientôt un mois.
Ainsi, lorsque sonna l’heure de rentrer chez soi, les deux amis quittèrent le bureau avec hâte pour emprunter le réseau de cheminette et, dans un flamboyant émeraude, apparaître dans l’âtre de l’appartement londonien de Benjy. Époussetant vivement le bas de sa cape de voyage qui traînait dans la suie, le grand Bones s’extirpa du conduit de cheminée et rejoignit son beau-frère dans la cuisine. Au-delà des carreaux, la pluie tombait drue. La nuit était déjà bien avancée et déjà les lampadaires éclairaient de leur lueur blafarde et impersonnelle les rues détrempées par l’averse. « Quel temps de troll, » jura Edgar avec lassitude, le regard happé par le temps maussade et la nuit noire. Il retira alors sa cape qu’il déposa avec grand soin sur le dossier de l’une des chaises de la cuisine. Contrairement à l’extérieur, l’appartement de Benjy avait le mérite d’être chaleureux et accueillant.

Citation :
J'espère que ça te convient comme début !

  • Ouvrir un sujet - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 276
| AVATARS / CRÉDITS : Riz Ahmed (par hershelves).
| SANG : Mêlé, métissé indien et anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Ysée
| PATRONUS : Un tigre du Bengale
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le sens du devoir • ft.Benjy Mer 22 Aoû - 14:15

Pour qu'Edgar en vienne à trouver l'appartement de Benjy chaleureux, il fallait que la tristesse qu'il ressentait au fond de lui ait atteint un certain stade au point d'en toucher considérablement ses organes de la perception. Certes, il y faisait meilleur que sous la pluie qui s'abattait sur Londres ce soir-là, mais pour autant, on ne pouvait pas dire qu'il était chaleureux, son chez lui. Il était sombre, la grisaille dans la rue s'insinuait par la fenêtre du salon et créait chez le brigadier d'élite une ambiance triste et morose. Benjy s'empressa d'allumer les lumières.
Dans la cuisine, il ouvrit le premier placard sur la droite et en sortit une bouteille de Wolfburn, un Whisky pur-feu écossais produit par une meute de loups-garous dans les Highlands ; cette bouteille lui avait été offerte à la suite d'une affaire. Dans le placard d'à côté, il extirpa deux verres dépareillés, les deux seuls de sa collection de vaisselle. Il ne recevait jamais. Sauf sa soeur. Et Ed, surtout quand il était dans cet état-là.
— Un petit cadeau de la meute à Baraek, fit Benjy en déposant sur la table les deux verres avant de dévisser le bouchon de la bouteille. Tu vas m'en dire des nouvelles.
Et il versa une double dose dans chaque verre avant de pousser celui d'Edgar devant lui. Il porta son Whisky au niveau de son visage et dans un hochement de tête, il dit avec philosophie :
— A ceux qui restent.
Puis il s'avala une longue gorgée d'alcool qui embrasa l'intérieur de sa gorge en passant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 63
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Richard Madden • Dandelion
| SANG : ϟ Mêlé


MessageSujet: Re: Le sens du devoir • ft.Benjy Jeu 23 Aoû - 17:15


Depuis l’assassinat de ses parents, Edgar peinait à trouver le sourire et avait cette drôle d’impression que toute sa vie se teintait de gris, comme si le voile automnal d’une nuit orageuse obscurcissait la moindre de ses pensées, le moindre des endroits qu’il visitait. Et cela n’était pas que le sentiment de quelqu’un guetté par la dépression et le surmenage, non. Il n’avait cessé de pleuvoir en ce mois de novembre et Edgar n’en pouvait plus. Les seuls rayons de soleil à atteindre encore sa mine renfrognée par le chagrin était la douceur de sa femme et le rire clair, enfantin, innocent de son fils. Pourtant, plus les jours passaient et plus Edgar s’enfonçait dans les ténèbres. Il avait peur. Pas pour lui, non. Mais pour eux, Vicky et Jasper. Et Amelia, Alfred, Benjy ; tous ceux qui lui étaient proches et qui, comme ses propres parents, pouvaient cesser d’exister par une froide nuit comme celle qui avait ceint Londres depuis presque une heure déjà.
Alors que le père de famille se perdait dans de noires pensées, le tintement de deux verres que l’on plaçait sur la table le fit revenir à la réalité, celle-là seule qui comptait : un moment avec son meilleur ami de toujours. « Un petit cadeau de la meute à Baraek, » lui expliqua Benjy en débouchant la bouteille de Pur Feu qui trônait, avec les deux verres dépareillés, au milieu de la table. « La meute de Baraek ? » s’étonna Edgar. « Ils offrent des bouteilles de scotch, maintenant ? Eh bien, si j’avais su ! » Benjy se mit alors à verser le liquide dans les verres et, sans en piper mot, Edgar espéra secrètement qu’il lui serve un peu plus qu’une lampée d’alcool. Ce que fit son beau-frère qui, visiblement, le connaissait assez bien pour savoir ce dont il avait besoin lors de jours comme celui-ci.
Bones attrapa le verre que venait de lui faire glisser Benjy et, sans trop savoir à quoi s’attendre, il l’imita pour porter un toast. « A ceux qui restent, » déclara le métis avant d’avaler d’un trait le contenu du verre. Edgar resta coi un instant, le verre au niveau du visage, l’air ahuri. A ceux qui restent. Cette phrase résonnait terriblement dans son esprit. Avec amertume, il murmura tout de même assez fort pour que Benjy l’entende : « Pourvu qu’ils restent. » Puis il s’enfila le volume de Pur Feu qui, en embrasant son œsophage, le remit légèrement d’aplomb.  Il plana alors un long silence durant lequel Edgar tenta de remettre ses idées et ses émotions en ordre. Ce n’est qu’après qu’il ouvrit à nouveau la bouche. « J’ai du mal à croire qu’ils ne sont plus là, » soupira-t-il d’un ton songeur en pensant à ses parents. C’était la première fois qu’il évoquait de lui-même leur disparition avec son meilleur ami. « Je sais pas si je m’y ferai. J’essaye pourtant. Mais tu sais, à chaque fois que je regarde Vicky, j’ai l’impression de lire une profonde tristesse dans ses yeux. C’est pas à elle d’être triste, merde ! C’est à moi et pourtant tout ce que je ressens, c’est de la colère. » Il déglutit difficilement, les mâchoires serrées. Une foule de questions se bousculaient dans sa tête et l’envie de se venger était aussi ardente qu’au premier jour. Cependant, que pouvait-il faire ? Qui pouvait-il faire payer ? Comment ?


Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 276
| AVATARS / CRÉDITS : Riz Ahmed (par hershelves).
| SANG : Mêlé, métissé indien et anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Ysée
| PATRONUS : Un tigre du Bengale
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le sens du devoir • ft.Benjy Mar 28 Aoû - 17:23

Pour la première fois depuis la mort de ses parents, Edgar s'épancha sur ses sentiments et Benjy le laissa parler sans l'interrompre. Il ne pouvait comprendre sa douleur mais il comprenait sa colère, cette même colère qui faisait se lever le brigadier chaque matin, qui le faisait utiliser des sortilèges impardonnables sur les mangemorts qu'il réussissait à attraper... Mais il avait trouvé un meilleur moyen pour se libérer de sa soif de vengeance et de justice : l'Ordre du Phénix. Portant son verre à ses lèvres, le métisse resta silencieux un moment, pesant le pour et le contre de la révélation qu'il s'apprêtait à faire à son beau-frère et ami. Sa soeur le tuerait si elle l'apprenait... Mais Ed en avait besoin...
— J'ai peut-être la solution à ton problème, dit-il à voix basse en reposant lentement son verre de Whisky sur la table. Seulement...
Le regard de Benjy se perdit dans le formica usé de sa table blanche. Il se mâchouillait la lèvre supérieure, en pleine réflexion intérieure.
— ...Seulement, ce que je vais te proposer est dangereux, plus dangereux encore que notre boulot à la brigade.
L'image du petit Jasper, confortablement blotti dans les bras de sa mère, apparut alors dans l'esprit de son oncle. C'est vrai qu'Edgar avait une famille, une épouse, un fils... Benjy ne pouvait pas lui proposer d'intégrer l'Ordre, de mettre sa vie en danger alors que chez lui l'attendaient femme et enfant. Benjy n'avait pas de vie en dehors de son travail, sa mort serait une perte bien moins considérable que celle de Ed, c'était certain.
— Mais crois-tu que le jeu en vaille la chandelle ? soupira le sorcier. Oublie ce que j'allais te dire... Concentre-toi sur Jasper, sur Vicky, remonte la pente pour eux, pour qu'il ne leur arrive pas la même chose qu'à... Je suis désolé.
Et Benjy l'était vraiment. Il était désolé pour Edgar, pour la mort de ses parents, il était désolé que personne n'ait pu arrêter les criminels avant qu'ils ne passent à l'acte. Mais par-dessus tout, il était désolé de se sentir si impuissant face à la détresse de son meilleur ami.


Dernière édition par Benjy Fenwick le Mar 4 Sep - 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 63
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Richard Madden • Dandelion
| SANG : ϟ Mêlé


MessageSujet: Re: Le sens du devoir • ft.Benjy Mer 29 Aoû - 11:15


« J'ai peut-être la solution à ton problème, » glissa Benjy sur un ton mystérieux. Ce n’était certainement pas la phrase à laquelle Edgar s’était attendu. Habituellement, lorsqu’un ami exprimait la douleur intense qui le brûlait depuis la perte d’un proche, on se sentait désolé pour lui, on l’exprimait, on se répandait en condoléances. On ne proposait pas une solution à un problème qui, Ed en était persuadé, n’en avait pas si ce n’était le temps et la douloureuse acceptation. Néanmoins, son ami venait de piquer sa curiosité et il posa à son tour son verre sur la table.
« Seulement... »
« Seulement ? » L’esprit aiguisé par la promesse de ce qui pouvait possiblement s’apparenter à une vengeance, Ed voulait en savoir plus et se languissait de la réserve dont faisait preuve Benjy.
« ...Seulement, ce que je vais te proposer est dangereux, plus dangereux encore que notre boulot à la brigade. »
Le jeune père de famille eut bien du mal à réprimer le rire jaune qui voulut s’échapper de ses lèvres. Plus dangereux que leur travail dans les forces de l’ordre ? Devait-il traduire cela par "suicide" car durant les derniers mois, ils avaient tous deux risqué leurs vies plus de fois qu’il n’en aurait fallu pour que Vicky meure d’inquiétude pour eux. Edgar pouvait-il seulement se permettre de risquer sa vie plus qu’il ne l’était nécessaire ? Par moments, alors qu’il n’arrivait à trouver le sommeil et qu’il se rendait au beau milieu de la nuit au berceau de son fils, il lui arrivait d’imaginer les pires scénarii. Il se demandait souvent ce qu’il adviendrait de sa famille s’il venait à tomber dans l’exercice de ses fonctions. Que deviendrait Vicky ? Comment pourrait grandir Jasper sans l’image de son père ? Il n’osait le concevoir mais c’étaient cependant des questions qui revenaient de plus en plus souvent depuis l’assassinat de ses propres parents. Benjy dut se rendre compte de tout ce que sa proposition, aussi obscure soit-elle, pouvait impliquer pour son beau-frère et se corrigea, appelant Edgar à la raison et à la réflexion. Mais déjà le père de famille ne l’écoutait plus. Son cœur et son âme réclamaient vengeance et les mots qu’avait pu avoir son ami résonnaient de cette promesse sanglante. Il devait savoir. Peut-être, après, aurait-il encore l’esprit assez clair pour aviser.
« Dis-moi, » déclara-t-il simplement mais avec détermination en plantant son regard azur dans celui de Benjy. Il ne s’était pas rendu compte que son rythme cardiaque venait de s’accélérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 276
| AVATARS / CRÉDITS : Riz Ahmed (par hershelves).
| SANG : Mêlé, métissé indien et anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Ysée
| PATRONUS : Un tigre du Bengale
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le sens du devoir • ft.Benjy Mar 4 Sep - 20:30

Benjy fixa un moment sans ciller les yeux d'Edgar plantés dans les siens, évaluant sa détermination. S'il était déjà impliqué dans la lutte contre Lord Voldemort, les récents événements faisaient qu'à présent, ce n'était plus qu'une simple histoire de boulot. Non, c'était devenu une affaire personnelle. Et Benjy ressentait dans le regard de son meilleur ami une soif de vengeance qu'il comprenait parfaitement. Bien canalisée, cette colère serait utile à l'Ordre du Phénix.
Le tireur d'élite se leva brusquement de table et fit quelques pas en direction de la fenêtre de la cuisine, tournant le dos à son ami. Appuyé sur le bord de son évier, il regardait au dehors la pluie qui s'abattait toujours sur la ville toute entière, plongeant Londres dans l'un de ses mythiques fogs.
— Il existe un groupe de rebelles... commença-t-il en baissant la tête sur ses mains agrippées fermement au rebord. Une société secrète fondée par Dumbledore en personne...
Benjy soupira et se retourna pour faire face à Edgar, les deux bras croisés contre sa poitrine.
— L'Ordre du Phénix. Son but : contrer et affronter Voldemort et ses mangemorts, annonça le sorcier. Dumbledore ne fait plus confiance au Ministre et à son Ministère. Il n'approuve pas ses méthodes et a choisi une poignée de sorciers en qui il croyait pour contrer le Seigneur des Ténèbres à sa manière. Si tu veux en être... tu dois savoir ce que cela implique.
Benjy fit un pas et se pencha en avant, les deux mains posées à plat sur la table. Il regardait Edgar, la mine grave.
— Cela implique que tu te mettes en danger, non seulement toi mais peut-être ta famille également. Cela implique que tu trahisses le Ministère et ton propre patron en divulguant ce que tu apprends à la brigade à Albus Dumbledore. Cela implique que tu passes du temps au QG de l'Ordre ou en mission, cela implique que tu sois disponible tout le temps, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Et cela implique... peut-être... que tu doives mentir à Vicky, conclut-il avant d'ajouter, après un silence : Le souafle est dans ton camp. A toi de décider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 63
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Richard Madden • Dandelion
| SANG : ϟ Mêlé


MessageSujet: Re: Le sens du devoir • ft.Benjy Dim 9 Sep - 12:08


Peut-être allait-il le regretter. Peut-être était-il en train de les embarquer, lui et sa famille, sur un chemin dangereux en pente glissante. Benjy avait raison de le prévenir des risques mais Edgar ne pouvait prendre une décision raisonnable s’il ne connaissait pas tous les détails de la chose. D’autant plus que la colère qui brûlait en lui le poussait à vouloir en savoir plus et à s’engager sur ce périlleux sentier que lui indiquait son ami.
Benjy se leva vivement, quittant sa chaise pour venir se poster contre l’évier de la cuisine et perdre son regard dans le brouillard et la nuit froide. Edgar le suivit des yeux, sans un mot. Il comprenait que son beau-frère pesait le pour et le contre. Ce n’était pas tant qu’il n’avait pas confiance en son coéquipier de toujours mais plutôt s’inquiétait pour la famille de ce dernier qui était aussi la sienne. « Il existe un groupe de rebelles... Une société secrète fondée par Dumbledore en personne... » déclara finalement le métisse. Un groupe créé par Dumbledore ? Voilà qui suscitait l’intérêt du jeune père de famille. Il avait toujours voué un profond respect mêlé à de l’admiration pour le vieux sorcier, et ce depuis ses années passées au château. Il savait que Dumbledore était un sorcier aussi sage que puissant. Toutefois, il était intrigué d’entendre que lui-même, le directeur de Poudlard, en était venu à se rebeller face à la politique du Ministre de la Magie. Lorsque Benjy se retourna pour le toiser avec sérieux, Edgar plissa les yeux d’intérêt. Le but de Dumbledore était simple : affronter les mangemorts de face, tenter d’arrêter leurs exactions au lieu d’agir après coup comme les forces du ministère ne le faisaient que trop souvent. Bones était un homme d’action auquel cas il ne se serait jamais engagé dans la brigade de tireurs l’élite. Néanmoins, les récents évènements, en plus de l’ébranler en personne, avaient prouvé l’incapacité des autorités à agir concrètement pour protéger la population. Ainsi, les mots de son beau-frère trouvèrent un écho tout particulier en lui. « Si tu veux en être... tu dois savoir ce que cela implique. Cela implique que tu te mettes en danger, non seulement toi mais peut-être ta famille également. Cela implique que tu trahisses le Ministère et ton propre patron en divulguant ce que tu apprends à la brigade à Albus Dumbledore. Cela implique que tu passes du temps au QG de l'Ordre ou en mission, cela implique que tu sois disponible tout le temps, à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Et cela implique... peut-être... que tu doives mentir à Vicky, » lui asséna Benjy d’une voix grave et impérieuse. « Le souafle est dans ton camp. A toi de décider. »
Benjy se tut pour laisser à son ami le temps de la réflexion et ce fut au tour d’Edgar de peser le pour et le contre. Mutique, il joua avec son verre vide pendant un temps, tiraillé entre son sens du devoir, son sens de la justice, l’amour qu’il portait à sa femme et à son fils et la colère sourde qui était tapie au fond de lui. Que devait-il privilégier ? Ne rien faire pour ne pas risquer de perdre Vicky et Jasper mais vivre constamment dans la peur qu’il leur arrive la même chose qu’à ses parents ? Ou bien intégrer cet ordre secret au risque de devoir mentir à sa femme mais surtout de perdre son emploi en étant toutefois certain de pouvoir essayer d’arranger la situation ? « Ne sommes-nous pas déjà disponibles à toute heure du jour et de la nuit ? » demanda-t-il rhétoriquement à son ami. Mentir à Vicky allait être un crève-cœur pour lui mais ce n’était pas insurmontable. Toutefois, il devait s’assurer que cela en vaille la peine. A nouveau, il regarda Benjy droit dans les yeux pour juger de sa réaction. « Est-ce que tu crois réellement que Dumbledore et cet Ordre du Phénix peuvent faire changer les choses ? Et penses-tu que je puisse vous apporter quelque chose ? » La réponse pouvait sembler évidente car sinon, pourquoi le métisse s’y serait engagé ? Toutefois, Edgar voulait entendre de sa bouche les convictions qui poussaient son beau-frère à risquer sa vie plus qu’il ne le faisait déjà. Benjy avait beau être une tête brûlée, il ne se jetait que rarement dans un combat dont l’issue pouvait être fatale.

Citation :

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 276
| AVATARS / CRÉDITS : Riz Ahmed (par hershelves).
| SANG : Mêlé, métissé indien et anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Ysée
| PATRONUS : Un tigre du Bengale
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le sens du devoir • ft.Benjy Jeu 15 Nov - 21:05

— N'importe quel Ordre, du moment qu'il est mené par Albus Dumbledore, peut faire changer les choses, répondit Benjy, ses pupilles sombres ancrées dans celles d'Edgar. On parle là du plus grand sorcier de tous les temps...
Les mains du tireur d'élite vinrent s'agripper au dossier de la chaise rangée entre lui et la table, les jointures blanchies par la crispation de ses doigts sur le bois.
Benjy éprouvait un profond respect pour le sorcier tel que celui-ci aurait pu lui demander n'importe quoi que le métisse aurait accepté les yeux fermés. Alors si Dumbledore estimait que le Ministère n'était pas assez fiable pour venir à bout de Lord Voldemort, s'il estimait qu'il était de leur devoir de pallier au manquement d'efficacité de ceux qui dirigeaient le monde magique, alors Benjy était sien.
— Mais la question est : crois-tu que le Ministère y arrive, lui ? demanda-t-il en se penchant un peu en avant par-dessus la table. J'ai l'impression qu'à la brigade on rame chaque jour un peu plus. Les ordres ne sont pas clairs, se contredisent même parfois. Le fait est que le Ministère est perdu, s'il n'est pas déjà corrompu comme semble le penser Dumbledore.
Benjy contourna la table de la cuisine, attrapa une chaise qu'il retourna pour venir s'asseoir à cheval dessus, les bras croisés sur le dossier, face à Edgar.
— Quant à si tu peux nous apporter quelque chose, veux-tu réellement que je réponde à cette question stupide ? sourit le sorcier en secouant la tête de droite à gauche. Réfléchis-y. Et si tu préfères... tu peux venir à l'une des réunions de l'Ordre et poser tes questions directement à Dumbledore. Mais réfléchis bien, à tout ce que cela implique, notamment.
A savoir Jasper et Vicky, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le sens du devoir • ft.Benjy

Revenir en haut Aller en bas

Le sens du devoir • ft.Benjy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le sens du devoir et de la justice [Kuchiki Tokiomi]
» Avoir le sens du devoir (Prio Shock)
» Il y a soixante-dix ans, 1937 : 70 ans après, un devoir de m
» Article paru dans le Devoir sur Haiti (10-11 fevrier 2007)
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres-