Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Le reflet de l'âme • ft. Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek • Elmyr
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Lun 27 Aoû - 15:41

Le reflet de l'âme



Début Octobre 1976

A mesure que l’automne s’avançait, le temps se dégradait et un voile de brume humide s’emparait chaque soir du château et de ses environs. Il était de plus en plus rare d’apercevoir le bleu du ciel, même au beau milieu de la journée et un vent glacial commençait à dénuder les arbres de leur parure cuivrée. Toutefois, malgré la météo exécrable, il n’était pas question d’annuler le moindre entraînement de Quidditch. Alors que le premier match approchait à grand pas, le capitaine de l’équipe ne ménageait personne. Avec les bourrasques venteuses, contrôler son balai demandait une grande maîtrise. La brume, quant à elle, réduisait grandement la visibilité. Anticiper la trajectoire d’un cognard était encore plus difficile qu’en temps normal mais Abe ne renonçait pas. A chaque entrainement, il mettait du cœur à l’ouvrage et armait son bras encore et encore jusqu’à ce que, transi de froid et l’épaule fatiguée par tant de coups de batte, il retrouve le sol humide du terrain au coup de sifflet sonnant la fin de l’entrainement car la nuit tombait.
Ce soir était l’un de ces soirs où, totalement harassé par l’entrainement, Abe s’était dépêché d’avaler son repas pour remonter fissa dans la salle commune de sorte à torcher rapidement ses devoirs et à aller se coucher. A cette heure-ci, alors que les dernières lueurs du jour ne pouvaient être aperçues que du haut de la tour d’astronomie, les couloirs étaient déserts et beaucoup d’entre eux n’étaient tout simplement pas éclairés, ce qui leur conféraient une atmosphère particulière, presque inquiétante, que beaucoup d’élèves cherchaient à éviter. Néanmoins, Abe n’y prêtait pas attention. Il aimait l’automne et les jours déclinants, quoique les entrainements à répétition jusqu’à la tombée de la nuit commençaient à avoir raison de lui. S’il ne trainait pas dans les couloirs à une heure pareille, ce n’était pas parce qu’il redoutait de croiser un fantôme au détour d’un passage mais bien parce que l’appel de son lit douillet était plus fort que tout. Néanmoins, alors qu’il passait par le troisième étage, dans une aile qui, même en temps normal, n’était guère fréquenté, il aperçut une ombre disparaître furtivement entre les colonnades qui bordaient le couloir. Surpris, le fils du Ministre se stoppa net. Ce fut si rapide qu’il n’était pas sûr que ce soit réel. Avait-il rêvé ? Il prit quelques instants pour remettre en ordre ses pensées. Si ce n’était pas un tour de son imagination, ce ne pouvait être un fantôme, même Peeves : la silhouette n’avait rien d’éthérée. Abe aurait pu le jurer même s’il ne l’avait aperçu qu’une fraction de secondes. Ce ne pouvait donc qu’être un élève. Mais qu’est-ce un élève pouvait bien fabriquer à une telle heure par ici ? Intrigué et surtout curieux de voir de qui il pouvait s’agir, Abe se remit en route et, au lieu de prendre à droite comme il aurait dû le faire pour remonter à la tour de Serdaigle, il prit à gauche. Le couloir était vide, comme il aurait pu s’y attendre. Devait-il s’avancer un peu plus ou passer son chemin ? Alors qu’il était certain de ne plus pouvoir retrouver l’inconnu, il entendit le grincement d’une porte en bois, provenant d’un couloir adjacent. Ni une ni deux, il suivit le bruit jusqu’à une porte miteuse dont la poignée de métal était un unique cercle de métal usé. Nul doute que la salle qu’elle fermait n’avait pas été utilisée depuis des lustres. Mais qu’est-ce qu’un élève pourrait bien y fabriquer ? Et si ce n’était pas un élève, justement ? Peut-être était-ce un professeur qui utilisait cette remise pour quelque affaire privée qui devait certainement être gardée secrète. Le cœur d’Abe se mit alors à battre fort. Devait-il ouvrir la porte ? Que se passerait-il s’il la faisait ? Allait-il avoir des ennuis ? Alors, s’armant d’autant de courage qu’un serdaigle pouvait, il empoigna l’année de fer et ouvrit doucement la porte qui, dans les premiers centimètres, ne grinça pas. D’un œil, il observait l’intérieur. Il y avait quelqu’un. De dos. Sa longue chevelure lui indiquait qu’il s’agissait d’une fille. Poussé par sa curiosité, il entrouvrit la porte plus que de nécessaire, jusqu’à ce que par malheur, elle grince sur ses gonds. Abe se figea mais la fille avait entendu. Elle se retourna vivement, le laissant apercevoir son visage. Un visage familier. Juliet ?! Mais que faisait-elle seule dans un tel endroit ?


Citation :


  • Ouvrir un sujet - 2 dragées
  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 213
| AVATARS / CRÉDITS : Kaya Scodelario
| SANG : Patrimoine génétique inconnu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des seringues
| PATRONUS : une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Mar 28 Aoû - 0:18

Depuis qu'elle était tombée tout à fait par hasard sur cette pièce du château l'année passée, Juliet s'y rendait régulièrement, attirée irrésistiblement par l'objet magique qu'elle renfermait. Ce miroir, au moment même où elle avait posé les yeux sur lui, accaparait toutes ses pensées, jour,  nuit. Son reflet, obsédant, hypnotisant, lui intimait de revenir une nouvelle fois, simplement pour vérifier que ce qu'elle voyait s'y trouvait toujours. Ses parents. Ou du moins leur image. Celle qu'elle se représentait. La première fois, la serpentard n'avait pas compris et avait été littéralement terrorisée en voyant l’inattendu. L'anglaise s'y était rendue une seconde fois, puis une troisième, avant de faire ses propres recherches. L'analyse du miroir, dans ses moindres détails, jusqu'à l'inscription en son sommet lui avait permis de trouver de quelle magie il s'agissait. Surprenant.
Depuis la fin de l'année scolaire, la jeune brune n'était pas venue ici, créant un manque bien distinct dans son esprit. Le couvre-feu, les rondes des préfets ne rendaient pas l'accès du troisième étage aisé passée une certaine heure. Surtout lorsqu'on venait des cachots. Le plus discrètement possible, la jeune fille s'était glissée hors de sa salle commune, arpentant d'un pas léger les couloirs et les escaliers déserts. Elle croisait parfois des bruits de pas, lui faisant modifier son parcours jusqu'à finalement arriver sur le palier de la fameuse salle. Juliet grimaça lorsque la porte grinça et se faufila à l'intérieur aussi vite qu'elle le put. Refermant derrière elle, l'orpheline se délesta de sa cape qui tomba au sol et se précipita vers le miroir. A peine fut-elle face à elle-même, qu'un bruit attira son attention. Se retournant vivement, elle aperçut dans l'encadrement un visage connu. Soulagée de ne pas voir un Professeur, ni même un préfet, elle souffla, puis prit l'initiative en tirant à l'intérieur l'intrus par le bras. - chut ! Lui intima-t-elle de se taire dans un murmure en refermant la porte derrière eux : - Tu vas nous faire prendre … A présent seuls, la serpentard jaugea un instant le sixième année et lui lança : - Tu m'as suivi ?


Dernière édition par Juliet Harlow le Mar 28 Aoû - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek • Elmyr
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Mar 28 Aoû - 10:55


Estomaqué par sa découverte, le fils du Ministre était resté dans l’embrasure de la porte bien après que celle-ci eut pourtant grincée horriblement, son crissement se répercutant dans tout le couloir et certainement plus loin encore. Affolée, Juliet le prit par le bras et le tira sans ménagement à l’intérieur de la pièce désaffectée en l’intimant de faire moins de bruit. Le serdaigle ne réagit pas franchement. Il se demandait toujours ce que son amie -si on pouvait l’appeler ainsi- pouvait bien trafiquer seule dans un tel endroit alors que les préfets avaient entamé leur ronde depuis plus d’une demi-heure au moins. Le sixième année n’avait pas encore eu le temps d’observer l’intérieur de la pièce que les rayons de lune paraient d’un voile argenté qui amplifiait l’aura de mystère dans laquelle Juliet se drapait. D’ailleurs, la jeune fille le toisait d’un regard circonspect. Certainement fut-elle un instant soulagée de voir ses cheveux blonds plutôt que le crâne à demi-chauve de Slughorn ou la chevelure tissée de fils d’argent de McGo. Néanmoins, elle devait à présent se demandait ce qu’il faisait là, interrogation qu’elle ne tarda pas à formuler. « Tu m'as suivi ? » demanda-t-elle, inquisitrice. La première réaction de Minchum fut de nier. « Quoi ?! Non ! C’est pas vrai ! » Puis il s’accorda un instant de réflexion et se rendit compte que la façon dont, curieux, il avait suivi d’abord l’ombre puis le bruit correspondait tout à fait à la définition de "suivre quelqu’un". Un peu penaud, il s’excusa. « En fait, si. Désolé, je sais que ça se fait pas. » Puis, comme son regard passait en revue l’intérieur de la salle où un seul objet, aussi massif que finement décoré, était entreposé, il ajouta : « Mais tu fais quoi, au juste ? Et c’est quoi ça ? » Il désigna alors du doigt l’objet, un imposant miroir dont la glace, plus grande qu’un homme, était surmontée d’une étrange inscription que le fils du Ministre tenta de lire. « Erised stra… ehruuuu- Ça veut dire quoi ce truc ? » demanda-t-il en se retournant, circonspect, vers Juliet.

Citation :


  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 213
| AVATARS / CRÉDITS : Kaya Scodelario
| SANG : Patrimoine génétique inconnu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des seringues
| PATRONUS : une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Mar 28 Aoû - 15:02

Le fils du Ministre afficha une mine d'enfant qui venait d'être pris en flagrant délit la main dans le tiroir à dragées. Monsieur commença par nier, puis s'excusa. Les sourcils froncés et l'air courroucé s'estompèrent bien vite, incapable de lui en vouloir : - Non ça ne se fait pas ! Répondit-elle simplement à son adresse. La jeune fille l'observa un moment tandis qu'il parcourait la pièce des yeux. - Je ne fais rien … Mentit-elle sur un ton neutre. Comme si elle allait lui révéler l'objet de sa visite ici, comme si elle allait lui se confier à lui sur ses désirs secrets. Ils n'étaient pas amis. Tout juste se connaissaient-il et partageaient-ils des soirées festives.. Et puis qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire de savoir ce qu'elle faisait là ? - Tu sais un jour ta curiosité te jouera des tours... L'avertit-elle avant qu'il ne désigne l'objet magique trônant dans la pièce. - « Riséd elrue ocnot edsi amega siv notsap ert nomen ej » Le corrigea-t-elle avant de se positionner à côté de lui de façon à le mener devant le miroir : - Viens … Tu vas découvrir par toi-même ce que cela signifie ! Juliet l'attira par le bras et le plaça à quelques centimètres de la surface réfléchissante : - Voyons ce que désire un garçon qui a déjà tout ? Lança-t-elle d'une voix légèrement envieuse sans chercher à le blesser. C'est avec avidité que la serpentard attendit sa réponse. Elle ne pouvait pas voir ce que le garçon découvrirait et elle trouva cela fort dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek • Elmyr
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Jeu 30 Aoû - 12:11


« Tu sais un jour ta curiosité te jouera des tours ... » prévint Juliet sur un ton qui rappelait bien trop les remontrances de McGo. Néanmoins, le fils du Ministre ne lui en tint pas rigueur car elle avait, d’une part, raison et d’autre part parce qu’il était bien trop obnubilé par l’imposante glace qui trônait seule dans la pièce. Avec la faible luminosité, il tenta de déchiffrer les inscriptions du linteau mais Juliet le corrigea en l’amenant bien en face du miroir. Ce que cela pouvait dire, le Serdaigle n’en savait rien. « C’est une formule magique ? » Face à un tel objet, il était opportun de penser que ces mots sans le moindre sens puissent servir à réveiller un antique sortilège enfermé à l’intérieur. Mais comme aucun visage fantomatique n’apparut à la surface de la glace lorsque Juliet prononça les quelques mots, Minchum en conclut que ce n’était pas des mots de pouvoirs, ce qui le laissa des plus perplexes. Mais Juliet semblait connaître le fonctionnement de l’objet et surtout, semblait désirer voir sa réaction face au curieux garçon. « Voyons ce que désire un garçon qui a déjà tout ? » fit-elle d’un ton mystérieux. Son camarade se retourna et lui jeta non pas un regard noir mais un regard rempli d’interrogations. Que voulait-elle dire ? Cependant, comme il n’eut aucune réponse en retour, il se reconcentra sur le miroir et son image qui s’y reflétait. Toutefois, le fils du Ministre crut rêver lorsqu’il ne vit pas Juliet à ses côtés mais une tout autre personne. « Papa ? » demanda-t-il incrédule en dévisageant l’image du Ministre qui le toisait d’un regard bienveillant dans la glace. Et à ses côtés, Madame Minchum, le même sourire radieux sur le visage. Leur fils était entre eux d’eux et chose étrange : il tenait un diplôme en main et souriait à pleines dents. L’on aurait dit que la famille Minchum posait pour une photographie, l’enfant fraichement diplômé entouré de ses deux parents dont la fierté transpirait nettement du tableau. Perplexe, Abe secoua la tête. Le miroir était magique, à n’en point douter, mais il ne comprenait pas le but de l’enchantement. Montrait-il l’avenir ? Sur le parchemin que brandissait fièrement Abe, on pouvait lire clairement "ASPICs". Peut-être était-ce donc ça. Le miroir donnait un aperçu de l’avenir ! N’en croyant pas ses yeux, Abraham se retourna vers Juliet avec un immense sourire sur les lèvres. « Il montre l’avenir, c’est ça ?! Je vais avoir mes ASPICs et mes parents seront fiers de moi ! » s’exclama-t-il avec enthousiasme et surtout le soulagement de voir, sur le visage de ses parents, la fierté immense qu’ils ressentaient à propos de la réussite de leur fils. Toutefois, la vérité était plus complexe et autrement plus décevante. Cela, Juliet n’allait pas tarder à le lui apprendre et Abe risquait de déchanter car s’il était évident qu’une telle vision était son rêve le plus cher, il espérait de tout cœur qu’elle puisse un jour se réaliser. Pourtant, ce n’était pas chose aisée.

Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 213
| AVATARS / CRÉDITS : Kaya Scodelario
| SANG : Patrimoine génétique inconnu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des seringues
| PATRONUS : une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Ven 31 Aoû - 14:05

Avant que le garçon ne tombe en contemplation devant son reflet, il lui adressa un dernier regard empli d’interrogations. D'un geste de la main elle l'encouragea alors à faire face à ses désirs. Sans le quitter des yeux pendant toute la durée de l'expérience, essayant d'analyser ses mimiques et ses paroles, la sixième année comprit qu'il voyait son père. Le garçon était aussi incrédule qu'elle l'avait été la première fois qu'elle s'était tenue debout devant le miroir. Mais, contrairement à elle, il avait déduit que le miroir montrait l'avenir. Pour sa part, Juliet n'avait jamais émis cette hypothèse, bien consciente que ses deux parents biologiques ne se rencontreraient jamais et pour cause... sa génitrice était morte. - Ce miroir ne prédit pas plus l'avenir que la rubrique astro de Sorcières hebdo ! Répondit-elle avec fatalisme effaçant probablement le sourire de son interlocuteur. - N'en déduis pas que tu n'auras pas tes ASPICs ! Si tu travailles assez, ce ne sera pas un problème pour toi. Compléta-t-elle un léger sourire aux lèvres, ne cherchant pas à le démoraliser. - Cette citation là ! Dit-elle en pointant son doigt vers le linteau. - Il suffit de la lire à l'envers : « Je ne montre pas ton visage mais de ton cœur le désir ». Ses yeux clairs se posèrent de nouveau sur elle et son propre désir, regardant tour à tour les silhouettes floues qui s'animaient doucement et se perdit un instant dans ses pensées : - Il te révèle tes vœux, tes espérances les plus intimes, ce que tu désires au plus profond de toi. On raconte que certains sorciers sont devenus fous à force de le contempler.  
Laissant le garçon devant l'immense objet, la vert et argent vint se positionner devant la grande fenêtre, de manière à lui tourner le dos et ajouta, pensive : -  Tes parents seront fiers de toi .. Quoi qu'il arrive …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek • Elmyr
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Sam 1 Sep - 12:58


Même s’il ne comprenait guère ce qu’il venait de se passer, Abe affichait un immense sourire à l’idée que ce miroir puisse montrer l’avenir et par conséquent, que ses parents puissent être aussi fiers de lui qu’il n’aurait oser le rêver. Toutefois, son enthousiasme s’éteignit aussi rapidement qu’un feu sous une pluie battante quand Juliet lui apprit que le sortilège qui habitait l’objet n’avait en aucun cas la vocation de prédire les évènements futurs. Abe ne comprenait pas. S’il ne montrait pas l’avenir, qu’est-ce qu’il montrait ? Pourquoi ses parents étaient là, derrière lui, si fiers et heureux ? Pourquoi tenait-il un diplôme des ASPICs en main alors ? La bouche entrouverte, la gorge sèche, le garçon affichait une mine déconfite même si la serpentard tenta de le réconforter avec une douce parole et un sourire bienveillant.
Elle finit par lui expliquer en pointant l’inscription illisible ornant le miroir. Il suffisait de la lire à l’envers ?! Abe tombait réellement des nus. Encore tout chamboulé par sa poussée d’enthousiasme qui venait de retomber comme un soufflet, il peina à déchiffrer le message que, finalement, Juliet lui énonça. « Je ne montre pas ton visage mais de ton cœur le désir. » C’est alors que, l’information faisant lentement son chemin dans la tête de l’adolescent, qu’il se remémora les paroles de son amie quelques instants avant qu’il ne découvre le visage souriant de son père dans la glace. "Voyons ce que désire un garçon qui a déjà tout."C’est alors qu’il comprit. Avant même que la vert et argent ne le lui explique plus clairement. Le miroir révélait à celui qui se mirait dedans les désirs les plus profondément enfouis dans son cœur. Et cette unique révélation suffit à faire chavirer le cœur du jeune Minchum qui n’avait plus du tout envie de sourire. Voilà que le miroir venait de révéler au grand jour une pensée qu’Abe savait nourrir sans pour autant vouloir l’accepter. Et Juliet avait été témoin de tout cela.
« Tes parents seront fiers de toi … Quoi qu'il arrive … » prophétisa-t-elle en lui tournant le dos, observant pensivement le paysage automnal baigné de la douce lueur lunaire par-delà la haute fenêtre. Abe la toisait d’un air blessé, à demi-caché dans l’ombre de la pièce. Il ne voulait plus regarder le miroir prodiguant de doux mensonges. « J’en suis pas aussi sûr, » lâcha-t-il brusquement. Son ton était amer, ses poings serrés d’impuissance. « Comment le Ministre de la Magie et sa femme pourraient être fiers d’un fils qui a dû faire des pieds et des mains pour pouvoir continuer la plupart des matières en ASPICs ? » demanda-t-il rhétoriquement avant de se rendre compte qu’il venait de dire cela tout haut. Il ne l’avait jamais dit à personne, pas même à ses plus proches amis. Pourtant c’était bien la réalité. Même si dans la plupart des matières, il s’en était sorti avec un acceptable aux BUSEs -ce qui était normalement suffisant pour continuer en sixième et septième années- son comportement déplorable en cours avait fait que certains de ses professeurs n’avaient pas voulu de lui dans leurs classes d’ASPICs. Il n’y eut bien que Slughorn qui fut plus que ravi de l’accueillir dans sa cave humide mais cela n’avait rien à voir avec son niveau scolaire mais plutôt avec la renommée de son père. De fait, Abe avait dû parlementer longuement avec ses professeurs pour qu’ils l’acceptent dans leurs classes de sixième année sans que Monsieur le Ministre et la Première Dame soient au courant de tels déboires. Et à dire vrai, Abe n’osait même pas imaginer leur réaction s’ils venaient à apprendre qu’il n’avait été accepté dans la plupart des cours qu’à force de promesses et de fausse bonne foi.

Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 213
| AVATARS / CRÉDITS : Kaya Scodelario
| SANG : Patrimoine génétique inconnu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des seringues
| PATRONUS : une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Dim 2 Sep - 1:47

Le ton employé par le garçon pour lui répondre la prit par surprise et la sortit littéralement de ses pensées. La serpentard se retourna aussi abruptement que ses paroles et dévisagea le fils du Ministre un peu surprise. Lui d'habitude si enjoué, si disposé à s'éclater, celui qui arborait un sourire inébranlable sembla manquer tout à coup cruellement d'assurance. Sa façade se craquelait et laissait entrapercevoir une faille. Juliet venait de comprendre : le désir intime du serdaigle était de rendre fier ses deux parents, de se sentir à la hauteur de leurs propres espérances. Elle l'avait pourtant toujours considéré comme un garçon qui avait tout, qui avait toujours obtenu ce qu'il voulait, grâce à son nom de famille ou grâce aux relations de son père. Mais ce n'est pas ce que révélaient ses dernières paroles. A mesure qu'il les délivrait à voix haute, caché dans l'ombre de la pièce, Juliet les reçut comme une confession jamais prononcée à voix haute. Elle amorça un mouvement vers lui et s’arrêta finalement à quelques pas de façon à davantage voir son visage blessé. Le sixième année n'avait plus rien du jeune homme arrogant arborant fièrement son étiquette de « fils de » et cette vision la toucha de plein fouet. « Tu es leur fils ! Ils seront fiers de toi malgré tout !! Pourquoi ne le seraient-il pas …. ? » Sa question à elle était aussi rhétorique car il venait bien de formuler une réponse. En revanche l'orpheline douta que des parents soient aussi attachés que cela à la réussite aux ASPICs. Bien sur les examens de fin de septième année étaient importants, mais de là à se sentir indigne de la fierté de sa famille. Abe semblait crouler sous le poids des opinions de son père et la jeune fille lui offrit un sourire compatissant. « Parfois on ne se sent pas à la hauteur de certaines attentes, mais ça ne veut pas dire qu'on ne l'est pas ».. Tenta-t-elle à l'adresse du garçon. Juliet et lui ne se parlaient jamais autrement que pour des banalités -et toujours sous substances- et cette nouvelle proximité lui sembla aussi soudaine que bienvenue. Sans doute les mystères de la nuit et du miroir magique étaient-ils responsables de ce virement soudain. Retrouveraient-ils cette distance ordinaire le jour venu, en quittant seulement cette pièce ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek • Elmyr
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Lun 3 Sep - 15:44


Oh il était loin le garçon plein d’assurance, toujours souriant et enjoué, jamais à court du bon mot pour rire. Très loin. Il n’en tirait pas large et pour Juliet qui n’avait de lui que cette vision faussée de garçon cool voire arrogant, c’était un choc. Minchum le comprit tout d’abord en la voyant faire volte-face après sa réplique fataliste, chose qui dut la frapper au plus haut point, puis lorsque, faisant quelques pas vers lui, il put voir son expression étrange de surprise et de compassion.
Toutefois, lui, ne fut pas surpris par les mots de la jeune fille. Elle soutenait qu’un parent était toujours fier de son enfant, quoiqu’il fasse. Peut-être était-ce vrai. Peut-être pas. A vrai dire, le préfet n’en savait rien et même si c’était le cas, même si un enfant ne pouvait qu’être la fierté de ses parents, il avait lui-même terriblement peur de ne pas les rendre aussi fiers qu’il le devrait. Néanmoins, malgré ses mots défaitistes, Juliet ne se laissa, contrairement à lui, pas abattre. « Parfois on ne se sent pas à la hauteur de certaines attentes, mais ça ne veut pas dire qu'on ne l'est pas. »  
Cette remarque amusa le fils du Ministre car il la trouvait futile. Il secoua la tête en signe de négation et, comme ses cheveux, poisseux de transpiration à cause de l’entrainement de Quidditch, lui étaient tombés devant les yeux, il passa une main dedans pour leur redonner un peu de consistance alors que lui-même en manquait cruellement. « C’est difficile d’être à la hauteur de son père quand il est ministre de la magie, » lâcha-t-il d’un ton catégorique. « Surtout quand on est aussi mauvais à l’école. » C’était une information que le serdaigle peinait à dévoiler mais qui, toutefois, n’était plus si secrète que cela. Néanmoins, Juliet ne le connaissait que par l’image assurée qu’il renvoyait et les quelques soirées qu’ils avaient passés ensembles. Il était évident qu’elle n’était pas au courant du désamour profond de son copain de fête avec l’école.

Citation :


  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparaît pas- 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 213
| AVATARS / CRÉDITS : Kaya Scodelario
| SANG : Patrimoine génétique inconnu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des seringues
| PATRONUS : une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Lun 3 Sep - 22:22

- Probablement ! Acquiesça-t-elle à sa première objection. - Je ne suis pas à ta place.. et je ne le serai jamais. Continua-t-elle d'un ton un peu fataliste sous-entendant que elle ne pouvait pas avoir ce problème, puisqu'elle ne connaissait pas son père. Le regard un peu dans le vide, la serpentard songea aux silhouettes vacillant autour d'elle dans ce miroir du désir. La jeune fille avait toujours évolué dans le monde en faisant ce qu'elle voulait, quand elle le voulait, sans l'ombre d'un adulte pour veiller sur elle. Personne n'avait d'attente pour elle, personne ne la projetait dans un avenir ou dans un autre. Cet océan des possibles pouvait offrir la liberté mais en réalité c'était pour la sixième année quelque chose de terriblement angoissant. Enfant, elle imaginait parfois être la fille d'une riche héritière cachée ou bien d'un criminel recherché, tous les fantasmes étaient permis puisque ses géniteurs étaient inconnus. Dans ce filet du diable de questions, la jeune fille sentit tout à coup comme un fossé entre eux. Lui se plaignait de ne pas être aussi « doué » que son père et elle, n'avait personne qui plaçait d'attentes en elle. Même si au fond elle enviait la pression familiale dont il était victime, Juliet ne pouvait pas nier le poids qui semblait l'accabler. - Je te proposerais bien mon aide... Mais je crois que je m'en sors guère mieux que toi ..Dit-elle avec un léger sourire pour le dérider un peu. - La vie ne s'arrête pas aux ASPICs. Reprit-elle plus sérieusement. Nombre de sorciers ont quitté Poudlard avec des résultats médiocres et ont fait de brillantes carrières. Certains même ont été expulsés... Newt Scamander par exemple ! Argumenta-t-elle le regard planté dans le sien. - Qu'aimerais-tu faire après l'école ? Demanda-t-elle sincèrement. Oui bon pour être langue de plomb ou auror c'était perdu d'avance, il fallait des résultats bien supérieurs à ceux du garçon, mais s'il décidait de suivre une autre voie, comme celle du journalisme ou bien aventurier, écrivain ou dresseur de dragons, on se moquait bien de connaître les résultats à ses examens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek • Elmyr
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Sam 8 Sep - 10:00


Abe ne comprit pas pourquoi Juliet lui répondit d’un ton aussi fataliste que le sien. Il semblait évident qu’elle ne connaîtrait jamais la même pression que lui car rares étaient les enfants dont un parent occupait une fonction aussi haute et prestigieuse que celle du Ministre Minchum. C’était un fait et le jeune serdaigle ne parvenait pas à comprendre pourquoi elle semblait si touchée de dire une telle chose. A vrai dire, il ne connaissait guère Juliet, ne savait pour ainsi rien sur sa vie ou sa famille. Toutefois, lorsque, l’observant dans l’ombre, il aperçut son regard perdu dans les méandres que seule elle pouvait contempler, il décida de ne pas l’importuner avec une question impertinente. Le sujet semblait particulièrement toucher la Verte et Argent et l’aborder pouvait s’avérer désastreux, d’autant plus qu’Abe n’était guère en état de confronter les problèmes d’une autre avec objectivité.

Juliet sembla alors se ressaisir, chose que son vis-à-vis était bien incapable de faire et lui offrit un sourire se voulant réconfortant. Si elle regrettait de ne pouvoir l’aider dans le domaine scolaire car elle n’était pas meilleure que lui, il tenta de lui faire comprendre que la vie ne se résumait pas à un bout de parchemin sanctionnant une réussite à un quelconque examen. Si Abe ne réussissait pas ses ASPICs, soit. Ce n’était pour autant pas la fin du monde et il pourrait toujours trouver une voie qui le rendrait heureux et dont ses parents seraient fiers. Voilà ce que Juliet tentait de lui faire admettre. Cependant, même s’il lui rendit son faible sourire lorsqu’elle fit naître en lui un faible espoir en lui parlant de tous ces grands sorciers qui, comme Newt Scamander, avaient réussi sans l’approbation d’un diplôme, il le perdit rapidement comme elle lui demandait : « Qu’aimerais-tu faire après l’école ? » Ça, pour perdre son sourire, il le perdit franchement. Il n’osa même plus la regarder dans les yeux ! Bien contrarié qu’on lui pose une telle question, il haussa les épaules de désarroi et fit volte-face comme pour mieux cacher son malaise. Silencieux, comme si on ne lui avait rien demandé, il s’approcha du miroir et, du bout des doigts, détailla les décors sculptés du bel objet. Finalement, il se décida à apporter une réponse que Juliet devait déjà avoir saisie. « J’en sais rien, » souffla-t-il sans se retourner. Et c’était bien là le problème. A en croire Juliet, ses parents seraient toujours fiers du chemin qu’il finirait par emprunter, que celui-ci dérive de prestigieuses études ou non. Mais quand était-il lorsqu’il n’avait d’appétence pour aucune voie, soit-elle toute tracée ou simplement un rêve embrumé ? Abe en avait bien un de rêve, un jour. Il voulait intégrer les Harpies de Holyhead. Jusqu’à ce que Wilda Griffith, qui maintenant était sa capitaine d’équipe, ne réduise ses espoirs enfantins à néant. Trop occupé à détester les cours auxquels il se rendait chaque jour, il n’avait jamais pensé à d’autres alternatives. Et peut-être était-ce pour cette raison que son mal-être était si profond : sans un phare à l’horizon pour être guidé, il n’avait guère de chance de trouver sa route dans une mer tumultueuse et craignait de finir son voyage sur des récifs acérés.
Un instant, la pensée qu’il ne soit bon à rien sur cette terre lui traversa l’esprit et fit naître au coin de ses yeux quelques larmes perlées qu’il chassa avec colère. Il se sentait faible, inutile et pitoyable. Il avait honte. Honte d’être lui. Pas le fils de Monsieur le Ministre mais lui, Abraham, un garçon bien compliqué, qui n’était pas celui qu’il prétendait être et qui, se faisant, se perdait totalement. « Je sais pas quoi faire … » gémit-il comme si l’image de son Ministre de père, là, dans la glace, allait pouvoir lui répondre. Cet aveu était double. Il ne savait ni quoi faire à l’instant présent ni dans le futur et une fois encore, il se retrouvait au pied du mur, face à la terrible vérité de son existence : vivre et errer, sans le moindre phare à l’horizon, sans la moindre lumière étoilée pour guider ses pas.

Citation :
Désolé je trouve ça un peu nul Laughing

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 213
| AVATARS / CRÉDITS : Kaya Scodelario
| SANG : Patrimoine génétique inconnu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des seringues
| PATRONUS : une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Sam 8 Sep - 15:40

Il lui sembla apercevoir brièvement un sourire qui s'évanouit aussi vite qu'il était apparu. Touchée, elle le chercha du regard mais le serdaigle se détourna pour se repositionner devant l'immense miroir. Son malaise communicatif se propagea en elle et pendant de longues secondes un silence lourd et pesant gagna la pièce où se trouvaient les deux élèves. Cette confidence nocturne qu'il lui délivrait lui semblait aussi soudaine qu'improbable. Pourquoi se confiait-il à elle ? Était-ce plus facile pour lui de s'ouvrir à une inconnue qu'à un ami ? Se sentait-il en confiance ou bien les mots sortaient-ils bien malgré lui porté par la nuit et le miroir du Risèd ? La sixième année le dévisagea tandis qu'il effleurait les volutes sculptées de bois, dans toute sa vulnérabilité, prononçant une réponse laconique. Que pouvait-elle bien lui répondre ? Étaient-ils assez proches pour lui apporter son réconfort ? En avait-il seulement besoin ? L'orpheline avança jusqu'à lui, face au miroir et glissa sa main dans la sienne en guise de consolation. Côte à côte, regardant dans la même direction et pourtant chacun murés dans leur désir silencieux, les deux élèves n'étaient reliés à la réalité que par ce simple enlacement de mains.
- Il y a plusieurs façons de réagir quand on n'arrive plus à faire face à ses problèmes... Prononça-t-elle enfin rompant le silence de mort, l'esprit aussi engourdi que son corps. Cela lui était adressé à lui, mais également à elle. - Les affronter .. Poursuivit-elle d'un ton neutre les pupilles toujours rivées droit devant elle.- Ou les fuir.... Juliet marqua une pause. Elle-même était spécialiste dans ce domaine, experte en fuite, se sentant incapable de s'y heurter. Faire la fête, braver les limites, absorber des substances modifiant sa perception, tout était bon à prendre tant que cela l'empêchait de trop penser. - En en finissant .. ou en s'anesthésiant. Conclut-elle dans un murmure en sortant de sa poche une petite bourse en cuir de sa main libre. Se positionnant face à lui, l'anglaise prit sa seconde main, paume tournée vers le plafond et y déposa le contenant à demi-ouvert. La serpentard ne se séparait jamais de ce petit récipient et le proposer ainsi au préfet était plutôt risqué. Mais après tout quelle importance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek • Elmyr
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Mer 12 Sep - 19:39


Abe était un garçon difficile à cerner. Il n’avait rien de l’image de jeune insouciant qu’il tentait de se donner. C’était même tout l’inverse. Difficile pour un autre élève de comprendre le sentiment d’insécurité qu’il nourrissait depuis bien trop longtemps parce que, justement, rares étaient ceux qui, à leur âge, ne gardaient pas encore une infime partie de l’insouciance enfantine. Abe avait grandi bien trop vite, avait gagné en maturité bien avant ses camarades et avait pris conscience de problèmes qui n’auraient dû le déranger qu’une fois entré dans la vie adulte. Cela aurait déjà bien suffisant, pour un adolescent comme lui, pour se sentir mal dans sa peau mais c’était sans compter sur ses problèmes scolaires et la pression qu’il s’imposait de lui-même à cause de la position prestigieuse de ses parents. Il n’avait guère de confiance en lui mais depuis quelques temps, il se sentait perdu dans sa vie, ne trouvant plus aucun goût dans les études ni aucun goût dans grand-chose. Il ne savait pas quoi faire de lui et cette idée tout simple, presque futile, suffisait à miner plus encore sa confiance en lui déjà extrêmement branlante. Et contrairement à ce que Dumbledore avait pu penser, lui attribuer un insigne de préfet n’allait guère servir à ce qu’il s’affirme, bien au contraire.
Néanmoins, et malgré son silence, Juliet semblait être de ces personnes à même de le comprendre. Le simple fait qu’elle ne lui demanda rien, ne montra pas sa stupéfaction de l’entendre exprimer son mal-être était une preuve qu’elle comprenait la situation dans laquelle il était voire même qu’elle la partageait.

Muré dans le silence et la contemplation maladive de ce miroir à l’étrange conception, Abe ne remarqua la présence de Juliet à ses côtés que lorsqu’elle lui prit la main avec douceur. Il leva alors vers elle des yeux à la fois surpris et touché d’une telle attention tandis qu’elle rompait le silence pesant qui s’était installé dans la salle poussiéreuse. « Il y a plusieurs façons de réagir quand on n'arrive plus à faire face à ses problèmes... » expliqua-t-elle à demi-mots d’une manière qui, pourtant, trahissait sa propre expérience. « Les affronter … Ou les fuir.. . » Abe déglutit. Que voulait-il dire par là ? Il était certain que lui-même passait son temps fuir. Fuir les cours, fuir les professeurs, fuir même la vérité et le dialogue avec ses parents. Pourtant le ton de Juliet laissait entendre autre chose. « Que veux-tu dire ? » demanda-t-il sans comprendre où elle voulait en venir. « En en finissant … ou en s'anesthésiant. » Qu’est-ce qu’elle lui proposait là ? Abe était totalement largué, comme lors des cours de Binns. Le suicide ? Ce serait faux de dire qu’il n’y avait jamais songé. Pas sérieusement voilà tout mais dans les moments les plus sombres, l’esprit humain était enclin à s’imaginer les pires scénarii. Toutefois, la serpentard ne semblait pas vouloir parler de cette solution définitive puisqu’elle sortit de sa poche un petit contenant dont elle versa le contenu dans sa main. « Qu’est-ce que c’est ? » murmura Abe, peu vif à saisir qu’il s’agissait d’une substance hallucinogène ou du moins euphorisante. Il fallait dire que dans la pénombre et l’esprit embrumé de noires pensées, il n’était guère enclin à réfléchir promptement. Au bout de quelques instants, il comprit que Juliet proposait là une solution temporaire à son mal-être. Toutefois, incrédule, il lui demanda en pointant du doigt l’ingrédient. « Tu veux que j’en prenne ? Ça fait quoi ? » Il avait déjà eu l’occasion de participer à une ou deux soirées avec la jeune fille mais c’était la première fois qu’elle ne lui proposait pas d’alcool. « C’est sans risque ? » Un risque, avec ce genre de substances, il y en avait toujours. Néanmoins, il voulait savoir par là si ce n’était pas un drôle de poison aux effets immédiats. Il serait regrettable que Juliet le pense à ce point au fond du trou.

Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 213
| AVATARS / CRÉDITS : Kaya Scodelario
| SANG : Patrimoine génétique inconnu


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : des seringues
| PATRONUS : une colombe
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Ven 14 Sep - 15:57

- Juste ce qu'il faut pour se sentir bien. Répondit-elle doucement en émiettant la fleur séchée d'hortensia dans sa main. Sceptique, le serdaigle la questionna davantage sur les effets du végétal. - Ne t’inquiètes pas, je ne prendrais pas le risque d'assassiner le fils du Ministre... du moins pas volontairement... Osa-t-elle plaisanter en partageant la ration en deux. Juliet ingurgita sa moitié, avalant sans mâcher la poudre grumeleuse. Elle grimaça tant la saveur et l'odeur étaient désagréables en bouche. Heureusement les effets étaient bien plus engageants que tout le reste concernant cette plante, passées les cinq premières minutes. Le parallèle entre cette dernière et le garçon la fit sourire. Il s'agissait de voir au delà des apparences, de passer outre les a priori – et un moment particulièrement déplaisant - pour découvrir quelque chose que l'on pouvait apprécier.
- Quant aux effets …. Je te laisse les découvrir par toi-même .. Ajouta-t-elle saisie alors par la vague de froid caractéristique du début des conséquences. La jeune fille devint alors blanche comme un fantôme et nauséeuse. Ses lèvres et ses pupilles se colorèrent d'un bleu blanchâtre. Grelottant, elle croisa ses bras machinalement comme pour se réchauffer en se frottant vigoureusement de l'épaule au poignet. Au bout de longues minutes d'une tristesse et d'une sensation intense de vide, elle reprit vie. Sa bouche et ses joues s'empourprèrent tandis qu'une auréole de chaleur l'enveloppa à nouveau. La sensation de bien-être qui s'empara d'elle lui fit afficher une sorte de sourire béat, une flamme étincelante dans son iris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 313
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek • Elmyr
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet Sam 22 Sep - 15:57


L’usage de substances stupéfiantes, quelles qu’elles soient, n’étaient jamais sans risques. Toutefois, incrédule tant la situation était irréaliste, Abe voulut tout de même s’assurer qu’il ne risquait pas grand-chose en prenant la fleur séchée que Juliet commençait déjà à émietter d’un geste connaisseur. Cette dernière le taquina légèrement à cause de la naïveté de la question, ce qui, étrangement, fit le fit sourire. L’idée que le fils du Ministre puisse être accepté à Ste-Mangouste après avoir pris de la drogue était cocasse. Pas drôle du tout mais assez saugrenue pour en rire. La Gazette et cette chère Miss Skeeter s’en donneraient à cœur joie pour propager l’information à travers toute la Grande-Bretagne sorcière. « Toi et moi faisant les Gros Titres de la Gazette, ce serait comique ! "Le fils unique du Ministre retrouvé mort d’overdose à Poudlard. Une camarade accusée d’être sa dealer" Ça donnerait presque envie d’essayer ! » s’amusa-t-il en tendant la main pour récupérer un peu de la précieuse poudre hallucinogène. Juliet ne voulut pas lui gâcher la surprise de ses effets avant qu’il n’ingère le psychotrope aussi l’avala-t-il en même temps qu’elle, pressé de découvrir les secrets de cette fleur.
D’abord il ne ressentit rien. Jusqu’à ce qu’un puissant frisson ne remonte le long de son dos et qu’il soit saisi par un froid intense qui semblait venir de nulle part. Abe se recroquevilla un peu pour tenter de garder sa chaleur et un coup d’œil vers Juliet lui apprit qu’elle était en proie à la même vague glaciale. C’était donc normal mais pour le bienêtre supposé de la poudre, on repassera !
Le jeune préfet commençait à regretter d’avoir ingérer le produit. Il avait l’impression que son anxiété et sa tristesse ne l’avaient pas quitté. Pire même ! Elles étaient amplifiées. Il était certain que s’il avait regardé le miroir à cet instant, il aurait craqué face à l’image de ses parents et de ce rêve idyllique que la glace lui offrait. Toutefois, le froid céda finalement la place à une sensation de chaleur douce et apaisante qui irradia dans tout son corps. Il se sentit revivre et se pousser des ailes. Alors qu’un sourire béat s’étirait sur son visage, il s’approcha de Juliet et lui prit les mains avant de commencer à danser au rythme d’une musique silencieuse que lui seul entendait. Tous ses doutes venaient de s’envoler et on ne pouvait voir à présent dans la glace du miroir du Rised que deux adolescents pour un temps heureux et apaisés. Abe commença à fredonner pour entrainer sa comparse dans sa danse. « If you don’t know me by now … You will never never never know me ouuuuuuh … » Cela n’avait rien de quelques pas de danse séducteurs. Juliet venait, en ce soir, d’apprendre à connaître une facette profondément enfouie du préfet et il était simplement heureux, rendu euphorique par le psychotrope, de pouvoir partager ce moment avec elle.

Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le reflet de l'âme • ft. Juliet

Revenir en haut Aller en bas

Le reflet de l'âme • ft. Juliet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le reflet du passé [Terminé]
» Fiche technique et news de Le reflet des Ombres
» Le reflet du miroir
» Dites moi pourquoi vois-je son reflet à chaque flaque d'eau que je croise ?
» Reflet d'une vie passé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: L'aile est :: Les vieilles salles inutilisées-