Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez|

❀ Don't you forget about me ❀ Roswann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 218
| AVATARS / CRÉDITS : Madelaine Petsch
| SANG : ⊰ La plus pure des traîtres.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un serpent
| PATRONUS : Un renard roux
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: ❀ Don't you forget about me ❀ Roswann Jeu 30 Aoû - 22:24




Rosalyn Victoria Weasley
2 impasse de Pengwen, Loutry Sainte-Chaspoule, Devonshire

Swann A. Jones
27 All Saint Road, Notting Hill, London

Dear Swannychou ,

J

e suis rentrée depuis déjà plus de deux semaines au Terrier, et je dois avouer que j'ai clairement envie de disparaître. Si l'ennui pouvait tuer, nul doute que je serais déjà six pieds sous-terre. Si tu veux tout savoir, c'est bientôt la récolte des citrouilles, et je commence déjà à aider mon père à préparer ses outils et sa baguette pour la moisson. Au moins, à force de rester dehors cet été, j'aurais un teint assez hâlé pour prétendre revenir des Bermudes à la rentrée !

Ce matin quand je suis allée à Loutry Sainte Chaspoule, j'ai croisé les Abbots de loin. Ils sont nos voisins depuis des siècles, mais ils sont assez sympathiques bien qu'assez inintéressants. Je ne sais pas si tu connais Xenophilius Lovegood ? Mais ce garçon fait assez peur, il se balade dans les collines en prétendant chercher des Joncheruines. Ces derniers temps, une fille l'accompagne, je pense qu'il a trouvé l'amour.

Pour ainsi dire, c'est les seules choses intéressantes que j'ai à dire, puisque mes vacances sont occupées à égales proportions à travailler dans ma maison, et à espionner le voisinage. Cela ne vend guère du rêve, je dois dire. Mais sinon, j'espère que tu as des vacances plus palpitantes à me raconter ? Car je dois avouer que ça ne pourrait que pimenter mon quotidien que de lire les aventures exaltantes d'un Jones ! Néanmoins, je crois que si tu étais avec moi à Loutry Sainte Chaspoule, les choses ne seraient pas si terribles. Mais es-tu seulement en Angleterre cet été ? J'espère que le hibou te trouvera malgré tout, et qu'il ne décédera pas en chemin. Si tu as ma lettre dans plus d'une semaine, au vue de la date, je pense que ça voudra dire qu'il est mort et qu'une chouette bénévole a récupéré la lettre !

Amman-ta Tegmaw !

PS : ça veut dire, je t'embrasse, beau-gosse.


Rosa.
 sobade.



Don't you forget about me



La jeune Weasley brossa ses cheveux d'un geste machinal, le regard dans le vide. Elle mordilla ses lèvres songeusement, fronçant ses sourcils en plongeant dans ses pensées. Elle avait reçu au repas du midi une petite note de Swann lui donnant rendez-vous dans le parc dans l'après-midi. Rosalyn avait élaboré des milliers de scénarii pour s'expliquer les raisons de ce petit papier qui s'était posé devant elle entre son jus de citrouille et ses œufs brouillés. Si cela n'avait été que pour se parler, Jones n'aurait pas eu juste à lui en parler au détours d'un couloir ? C'était louche, passablement louche. La rousse reposa sa brosse sur son lit et passa une main dans sa longue chevelure. Elle n'avait pas cours l'après-midi du mardi, aussi était-elle plongée dans le plus désespérant des désœuvrement.

Le bout de parchemin qui lui avait envoyé par les airs mentionnait qu'ils se retrouvent sur les coups de 16h à côté du Gromlech. Cela se trouvait sur le chemin de la volière, et Rosalyn décida d'envoyer plusieurs lettres à sa famille, ainsi que le paiement de son abonnement à Sorcière Hedbo avant de retrouver Swann. Elle vida les tiroirs de sa table de chevet pour en extraire le montant exact en regroupant un petit tas de mornilles. La jeune Weasley prit le chemin de la volière, attachant ses cheveux en un haut chignon d'un roux flamboyant. Sur le chemin, elle adressa un signe de main à Adrian, et un clin d'oeil à Ludovic qui parlait avec Marlène. En traversant le viaduc, elle laissa son regard dériver vers le précipice, y distinguant d'étranges brumes cotonneuses, d'une moue blasée elle poursuivit son chemin pour remplir les poches de Sorcière hebdo. Autant dire que pour cette tâche, elle ne comptait certainement pas utiliser le vieux hibou déplumé que son oncle lui avait refourgué. Rosalyn avait toujours craint que le volatile ne décède durant les trajets de plus de quelques mètres, et l’Écosse et Londres étaient distante de plusieurs centaines de kilomètres.

Alors qu'elle observait s'envoler la chouette pleine vitalité qu'elle avait empruntée à l'école, elle vérifia d'un regard l'heure qu'indiquait sa vieille montre cabossée, qui fut un temps était en or mais qui désormais ressemblait plus à une vieille antiquité en bronze. Il était bientôt seize heure, et la jeune fille n'aimait pas être en retard aux rendez-vous qu'on lui donnait. Rosalyn chassa d'un geste de main impérieux une grosse buse qui s'était placée devant l'entrée de la volière et en sortit juste ensuite. Lorsqu'elle arriva au Gromlech, elle constata que Swann n'était pas encore là, et qu'elle avait quelques minutes à peine de d'avance. Elle s'adossa à un des menhirs, et d'un geste nonchalant elle sortit d'une poche de sa jupe d'uniforme une lime à ongle, et entreprit d'inspecter sa manucure plus qu'imparfaite. Deux mois dans les champs l'avaient obligée à garder des ongles très courts, à son plus grand regret. Du coin de l'oeil, car la jeune fille restait toujours sur ses gardes, elle aperçut un jeune garçon qui ne pouvait être que Swann. Discrètement, elle rangea sa lime et lui adressa un petit signe de main pour signaler sa présence. « Heeey Trésor ! » l'interpella-t-elle de sa voix la plus enjouée, attendant bien sagement qu'il la rejoigne près du menhir contre lequel elle se tenait. Revoir Swann Jones lui avait fait terriblement plaisir lors de la rentrée, mais la situation était trouble, et elle ne savait pas vraiment sur quel pied danser avec lui.


©️ GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 149
| AVATARS / CRÉDITS : Colin O'Donoghue - myself (Elmyr)
| SANG : Sang mêlé | mi moldu - mi sorcier - mi rhum cannelle


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, invisible au milieu de la foule
| PATRONUS : Un paon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: ❀ Don't you forget about me ❀ Roswann Mar 4 Sep - 15:19




Swann Arthur Jones
27 All Saint Road, Notting Hill, London

Rosalyn Victoria Weasley
2 impasse de Pengwen, Loutry Sainte-Chaspoule, Devonshire

Dear Rosa,

T

'imaginer armée d'une bêche plus grande que toi m'a fait sourire, j'espère que tu as réussi à dompter les féroces citrouilles de ton jardin. En même temps, y'a t-il quelque chose que tu ne sais pas faire ? Concernant ton teint, je crois que les Bermudes ne sont plus trop en vogue cet été, à tu déjà entendu parler de l’Amérique ? Mes parents y ont emmenés Cordelia, ils sont partis il y a deux semaines. Ils pensent rouler en décapotable le long de la côte ouest et finir par faire escale à New York. Je crois que ma mère veut saluer notre cousine qui travaille au MACUSA. C'est leur ministère de la magie à eux, mais en encore plus barbant. Tu savais qu'ils exigeaient un permis pour le port d'une baguette ? En bref, pour te répondre je suis bien en Angleterre cet été, je n'ai pas suivi le grand pèlerinage des Jones cette année. Mon père m'a collé un stage au bureau du maire de Londres pour le mois d’Août. Je crois qu'il espère toujours que je suive ses pas moldus en politique et en affaire.

Si tu savais comme il est difficile de jongler entre deux mondes Rosa. J'ai l'impression d'avoir une double responsabilité. Ma mère aimerai que je continue la ou elle c'est arrêté pour pouvoir nous élever ma sœur et moi, elle travaillait au ministère de la magie au département de la coopération magique internationale. Sérieusement, est-ce que tu m'imagine avec un costume et une mallette ? Et bien c'est exactement ce que je porterai le mois prochain pour ce stupide stage moldu. Alors je profite autant que possible du temps qu'il me reste, je retrouve mes plus vieux amis; ceux de l'école moldue. Passer mon temps à fabuler sur mes mois passés dans mon sois-disant pensionnat pour riches deviens fatiguant. Ce monde manque cruellement de magie, mais pas d'alcool. Est-tu déjà allée à une fête moldue ? Surement pas, mais c'est à peu près pareil qu'une fête pour sorciers en moins exotique et avec des heures de ménages en plus.

J'espère ne pas t'ennuyer, mais je n'ai malheureusement rien de plus passionnant à t'écrire. Envoie moi un peu de magie cet été s'il te plait ! Déjà, ton hibou est bien arrivé. Il à brisé la fenêtre du salon et mis une sacrée pagaille, mais la majorité sorcière offre quelques avantages dont j'ai profité pour réparer cette pagaille. J'adorerai voir ta maison, peut-être un jour ? Navré de ne pas avoir de folles aventures à te raconter. Peut-être dans ma prochaine lettre ? Je pense aller faire un séjour dans un camping nudiste en Ecosse avec une amie la semaine prochaine.
Je t'embrasse aussi, là ou tu veux.


P-s: Je t'ai mis quelques choses à lire pour quand tu en auras marre d'espionner tes voisins. Il y a un bouquin barbant de métamorphoses que tu voulais et un livre sur le MACUSA que je suis allé chercher à la librairie du voyage il y a quelques jours, j'espère que ça te plaira.
P-p-s : Je plaisantais pour le camping nudiste, j'y vais seul, haha.


Ton admirateur secret.
 sobade.



Don't you forget about me



La rentrée s'était faite attendre, retrouver Poudlard n'avait jamais été aussi agréable. C'est avec un certain pincement que Swann réalisa qu'il était entrain de vivre sa toute dernière rentrée des classes à Poudlard. A moins qu'il ne parvienne l'exploit de redoubler, ce qui n'était vraiment pas dans ses plans. Il avait même passé ses derniers jours d'été à préparer ses ASPIC. Même s'il n'avait aucune idée de ce qu'il voulait faire à l'avenir, il préférait essayer de s'accorder le luxe de pouvoir choisir. Ses révisions avaient été troublée par ses pensées pour une sorcière à la chevelure flamboyante: Rosa. Ils s'étaient tellement écrit cet été que Swann avait presque l'impression d'avoir passer ces deux derniers mois en sa compagnie. Et l'un de ses projets de la rentrée consistait à éclaircir sa relation avec la jolie rousse, maintenant que l'été semblait avoir pansé la blessure que lui avait laissé sa rupture avec Svetlana. Il n'avait par chance presque pas pensé à Vassiliev, comme si vider son sac à la soirée de Wilda avait exorcisé son esprit. Alors, au lendemain de la rentrée; Swann envoya une missive à Rosalyn durant le déjeuner, d'un coup de baguette magique. Il lui donnait rendez vous en fin d'après midi au parc à proximité du Gromlech, un endroit ou il aimait venir se détendre à la fin des cours.

Sa journée terminait à 15h30 par un cours de potion. Il comptait sur sa maîtrise dans cette matière pour terminer à l'heure et pouvoir se changer. Malheureusement, son binôme du jour semblait avoir eu sa mémoire effacée durant les vacances au point de saboter leur potion d'Amortentia, pourtant apprise et maîtrisée l'année dernière. Swann s'affaira à sauver cette dernière et ce n'est que lorsqu'il senti une douce odeur de fleur de dictame, de foin frais et de citrouille qu'il ferma son chaudron, nota ses résultats sur une feuille et quitta la salle de classe près de vingt minutes en retard, ses cours sous le bras. Agacé, il marmonna quelques jurons en prenant la route du parc d'un pas décidé, tout en ce persuadant qu'il était de bon genre de ce faire désirer. Il salua ses amis sortis de cours depuis un moment et évacua sa rage envers son binôme du jour en décrivant brièvement ses exploits du jours à Dowey. N'ayant pas le temps d'écouter ses railleries, il lui tapa un coup dans le dos avant de se sauver en direction du parc.

S'affairer de la sorte à retrouver une élève de cinquième année n'était pas quelque chose qu'il avait tenu à exposer à ses potes. Il n'avait finalement jamais parlé à qui que ce soit de sa petite aventure avec Rosalyn à Pré au lard en fin d'année, contrairement à ce qu'elle devait penser. Comme si cette nouvelle idylle était interdite et terriblement excitante. habituellement, Swann Jones était plutôt du genre à fanfaronner à propos de ses conquêtes, mais pas cette fois. Comme-çi sa mésaventure avec Svetlana Vassiliev l'avait vacciné. Ou peut-être avait-il enfin mûri ? Un stage au bureau du maire coincé dans un costume trois pièces aidait-il à faire de vous un adulte ?

Enfin arrivé au parc, il dévala les petites marches de pierres en direction du Gromlech ou Rosa était déjà arrivée, adossée à un menhir. Il passa machinalement sa main dans ses cheveux pour les remettre en place, ce qui eu l'effet inverse tant-ils étaient anormalement longs. L'absence estivale de maman Jones avait fait des miracles. Il soupira vint à la rencontre de Rosalyn avec un sourire, elle lui adressa un signe de la main et une salutation chaleureuse à laquelle il ne su comment réagir. L'embrasser ? Oui mais où ? Lui faire une bise ? Ne rien faire du tout ? L’ambiguïté de leur relation ne laissait de place qu'aux doutes. Aussi fut-il maladroitement obligé de rester prostré la, face à elle à ne savoir quoi répondre à son bonjour. Il se contenta dans un premier temps de lui sourire presque bêtement avant de se reprendre pour venir amicalement la serrer dans ses bras. " Salut Rosa, tu m'as manqué. " Échappa-t-il machinalement. Ses mots suivirent ses pensées; elle lui avait vraiment manqué. Et comme un enfant pris en flagrant délit, il se mordilla la lèvre en esquissant un sourire un peu gêné. " Bien, maintenant au moins c'est dit. " Fut-il forcé d'admettre. Il souria à pleines dents, amusé en imaginant sa tête coupable. Foutu pour foutu, il attrapa doucement la main de Rosa pour l'inviter à venir s’asseoir à ses côtés sur un rocher non loin de là tout en ajoutant " C'est le moment ou tu es censée me répondre que je t'ai manqué aussi, sinon je vais devoir m'enfuir en courant et je n'ai pas envie d'être encore loin de toi. " Ajouta-t-il en plaisantant, plongeant son regard bleuté dans le sien.

©️ GASMASK


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 218
| AVATARS / CRÉDITS : Madelaine Petsch
| SANG : ⊰ La plus pure des traîtres.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un serpent
| PATRONUS : Un renard roux
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: ❀ Don't you forget about me ❀ Roswann Mar 11 Sep - 1:25




Rosalyn Victoria Weasley
2 impasse de Pengwen, Loutry Sainte-Chaspoule, Devonshire

Swann Arthur Jones
27 All Saint Road, Notting Hill, London

Dear Swannychou ,

J

'ai rarement autant attendu une lettre que la tienne ! Je te confirme que les bêches que mon père utilise me dépassent, même si certaines sont exactement de ma taille. Mais de toute façon, je laisse le loisir de l'utilisation de ces outils à mon paternel, je m'occupe surtout du désherbage et du stockage des citrouilles. Je pense que nous les vendrons à Zonko cette année, ils nous en proposent un bon prix. Si jamais les bermudes ne sont plus en vogue, je n'aurais qu'à dire que je lance une nouvelle mode en allant à Brigthon, ça me permettra de m'expliquer si jamais je suis restée toujours aussi pâle. Je ne sais pas du tout à quoi ressemble l'Amérique, que ça soit la côte ouest ou New-York, mais je suis certaine que ta sœur aimera, elle est aventureuse. Ils exigent un permis pour le port de baguette ? Mais ils font ça pour discriminer des gens en particulier ? Finalement la Grande-Bretagne est très humaniste comparée à eux. En tout cas je vois que je ne suis pas la seule à souffrir en travaillant cet été, ton stage n'est pas trop barbant ?

Je pense que l'important est que tu fasses ce qui te plaise, que ça soit dans le monde moldu ou dans le monde sorcier, je ne crois pas qu'il existe de sous-métier. On fait ce qui nous plaît, et quand on fait ce qui nous plaît, on est heureux et on y excelle.Je ne sais pas si je te verrais avec un costume et une mallette, néanmoins … J'avoue être un peu dubitative pour ça ! Tu devrais me présenter tes vieux amis ! Ça me ferait plaisir de les rencontrer ! Ce n'est pas juste que tu sois forcée de traverser ces deux mondes seul. Si tu avais des gens entre les deux sociétés avec toi, peut être que cela te serait plus simple ? Je ressens un peu la même chose quand je viens à Poudlard ou à Londres. Loutry-Sainte-Chaspoule est un monde à part, tellement différent des grands villes et des conventions du sang et des politiques. C'est toujours déroutant de passer de l'un à l'autre. Et sinon, je ne suis jamais allée dans une soirée moldu, mais j'adorerais juger de mes yeux les différences et les avantages en comparaison.

Je t'aurais bien glissé une photo magique de moi sur le bord de la Tamar, mais je pense que ma grand mère m'aurait tuée pour ça, du coup je t'ai juste rajouté une photo de l'abbaye Loutry-Sainte-Chaspoule avec mes trois sœurs, mon père et ma mère. Je sais que ce n'est pas très vendeur, mais tu n'auras qu'à découper l'endroit où j'apparais ! Sinon, je me doutais que cette vielle volaille me causerait des ennuis. Figure toi que sur le retour, il a fait un malaise dans le poulailler. Il aurait été agressé par le coq si je n'étais pas intervenue pour le sauver … Du coup j'ai emprunté le hibou de mon oncle pour t'envoyer cette lettre-ci, en espérant que le destin lui soit plus favorable ! Un camping nudiste ? Je dois dire qu'avant de lire le PS, j'étais passablement jalouse, mais maintenant j'aurais plutôt envie de mandater un photographe de Sorcière Hebdo pour obtenir des clichés sous le manteau d'un certain Jones en bord de mer.

Je t'embrasse très pudiquement et chastement sur ta joue rose de cupidon concupiscent.


PS. Je ne sais pas si j'étais censée les lire aussi vite, mais j'ai déjà terminé les deux livres... Du coup je fais des fiches sur le livre de métamorphoses, que je ne trouve pas du tout « barbant ». le livre sur le MACUSA était tout bonnement fascinant, je ne suis pas sûre d'apprécier leurs méthodes et organisation, mais c'était très instructif, et j'ai terriblement envie de rentrer dans la valise de ta sœur pour observer de mes propres yeux ce que j'ai lu.

PPS. J'ai réussi à rajouter une photo de moi sur le bord de la Tamar, mais je porte une grande robe blanche. Ce n'est pas le même effet qu'en maillot de bain, mais c'est joli.

PPPS. Tu voudras que je t'envoie un pot de marmelade de citrouille avec la prochaine lettre ? Je suis en train d'en faire.




Rosa.
 sobade.




Don't you forget about me



Rosalyn avait passé un été similaire à tout les autres qu'elle avait passé dans sa vie, récolter des citrouilles et s'occuper d'un taudis qui tenait debout par magie. Dire qu'elle était heureuse de rentrer de nouveau à Poudlard était un euphémisme, elle était si réjouie qu'elle saluait d'un sourire les personnes qu'elle croisait. Et dans cette joie euphorique, elle se fichait que quelqu'un l’aperçoive batifoler avec Swann. Elle se savait bien assez forte et affirmée pour faire rabattre le caquet de l'imprudent jaloux ou de l'idiote envieuse qui viendrait lui chercher des noises. La jeune rousse connaissait sa valeur et refusait de se faire marcher sur les pieds, aussi elle ne pouvait pas craindre les attaques bien trop prévisibles de certains élèves. Les craindre aurait été leur donner de la valeur. Elle les ignorait, où les détruisait, mais elle n'avait certainement pas peur. Néanmoins, elle n'avait parlé à personne des baisers qu'elle avait échangés avec le jeune Jones. Ce n'était néanmoins que par précaution, car rien ne lui assurait que ce qu'elle avait entrevu avec Swann se concrétiserait d'une façon ou d'une autre.
A peine arrivé, le jeune Jones la salua, presque mal à l'aise. Alors que Rosalyn commençait presque à se demander si il ne la détestait pas un peu au fond de lui, il s'approcha d'elle et la serra dans ses bras. Surprise, la jeune rousse resta bouche bée durant un battement de cils, avant de répondre à son étreinte en le serrant contre elle. Elle glissa ses mains et tapota doucement son dos avec un petit sourire avant de se détacher de lui. « Salut Swann- … » commença-t-elle à répondre, avant que la fin de la phrase de Jones ne franchise ses lèvres. Elle rosie, heureuse de lui avoir manqué, et elle resta stoïque, ne sachant comment réagir. La Weasley ne put retenir un sourire éblouissant de fleurir sur ses lèvres à la suite du sourire de Swann. Ses sourires étaient contaminateurs. Son air adorablement coupable de révéler ce qu'il ressentait ne le rendait que plus tendre aux yeux de Rosalyn.

Elle serra sa main dans la sienne alors qu'illa saisissait pour l'enjoindre à s'asseoir avec lui sur un rocher plus petit et rond que les autres. Il plongea son regard bleuté dans ses prunelles en relevant avec humour qu'elle n'avait toujours pas répondu. La jeune rousse suivit son rire, avant de poser sa main sur la sienne et de lui répondre affectueusement en prenant son temps pour formuler ses mots : « Toi aussi tu m'as manqué Tegmaw » murmura-t-elle enfin, après ses quelques secondes d'hésitations. « J'ai beaucoup pensé à toi durant l'été. » avoua-t-elle sans honte et sans gêne en soutenant son regard. Rosalyn pencha son visage sur le côté, en rangeant un mèche rousse qui s'était échappée de son haut chignon derrière son oreille. Elle garda le silence quelques secondes avant de demander d'un ton net : « Et toi ? Je t'ai manqué ? »

©️ GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 149
| AVATARS / CRÉDITS : Colin O'Donoghue - myself (Elmyr)
| SANG : Sang mêlé | mi moldu - mi sorcier - mi rhum cannelle


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, invisible au milieu de la foule
| PATRONUS : Un paon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: ❀ Don't you forget about me ❀ Roswann Mer 12 Sep - 2:01




Swann Arthur Jones
27 All Saint Road, Notting Hill, London

Rosalyn Victoria Weasley
2 impasse de Pengwen, Loutry Sainte-Chaspoule, Devonshire

Dear Rosa,

C

'est déjà ma deuxième lettre, je ne sais pas quel sort tu m'as lancé pour me rendre aussi romantique, mais il est très réussi. En bientôt sept ans, je n'ai jamais maintenu une correspondance écrite durant l'été. Une carte postale tout au plus. Tu me connais depuis un petit moment toi aussi, je suis sur que tu n'avais pas grand espoir me concernant lorsque tu as noté ton adresse sur ma main. Et pourtant voici encore de mes nouvelles. La semaine dernière en attendant ta réponse, j'ai beaucoup pensé à ton allure durant le ramassage des citrouilles. Je t'ai imaginée seule dans un immense champ doré, armée d'une bêche et d'une tenue courte; tes longs cheveux relevés dans ta nuque dégoulinante de sueur. Et tu as brisé mes rêves en me parlant de ton père, l'effet n'est pas le même, assurément. Blagues à part j'espère que votre récolte sera assez bonne pour vous aider à subvenir à vos besoins, le prix de tes fournitures scolaires va augmenter pour ta cinquième année à cause du nombre impressionnant de livres qu'il va te falloir acheter. Et si la Grande Bretagne est plus humaniste et souple concernant ses lois, elle n'en reste pas moins capitaliste et j'ai peur que les prix augmentent encore pour cette rentrée. Fort heureusement Cordelia n'a plus besoin de mes anciennes affaires, alors considère toi chanceuse de pouvoir économiser un petit paquet de mornilles si tu es d'accord pour récupérer les miennes. Je vois sur ta charmante photo de famille que tu es l’aînée ? C'est déjà fatiguant avec une seule petite sœur, tu m'impressionneras toujours Rosa.

A l'heure ou je t'écris cette lettre, je suis seul dans un pub en face du bureau où je viens de passer ma très longue première journée de stage. J'espère rester lisible, on trouve du rhum cannelle même chez les moldus, je crois que tu me connais. Tes paroles me rassurent, mais je dois bien reconnaître que je ne sais pas ce que je veux devenir. Pour le moment étudier est le seule chose que j'aime et que je sache faire, l'idée d'entamer ma dernière année me terrifie ... Pour bien des raisons. J'aimerai réussir à trouver ma voie parmi vous, le monde moldu est tellement ennuyeux, on dois porter nos courrier d'un bureau à l'autre nous même, personne n'utilise de plume à papote et tout est figé. Tes photos m'ont fait tellement de bien ne serai-ce que pour le plaisir de les voir s'animer encore et encore. Mais tu sais, je doute pouvoir te présenter un jour à mes amis moldus. Tu devrais cacher tellement de choses de ta vie toi aussi pour rester la plus banale possible. Mais tu n'es pas banale Rosalyn, même tes yeux semblent fait de pure magie, et tu ne pourrais rien y faire. Autrement, dans un autre registre je te confirme que le costume n'est pas une réussite, pourtant j'ai l'habitude de porter des chemises mais je ne les avais encore jamais boutonnées aussi haut. Fort heureusement, j'ai moi aussi une photo pour toi. Du maire et de son nouveau stagiaire. Je te laisse savourer la monotonie d'une photo non animée, mal prise et représentant un éminent homme politique moldu et son disciple incroyablement sexy et mal à l'aise dans un costume trop bien ajusté. J'espère que tu t'amusera.

De mon côté je n'ai pas découpé ta photo, je suis touché que tu me fasse assez confiance pour me montrer un peu plus de choses concernant ta vie. Ta famille à l'air si charmante, et même si tu n'es pas toujours en harmonie avec vos conditions de vie je crois que tu as grandi bien entourée et avec beaucoup d'amour, n'est-ce pas le plus important ? J'ai plusieurs photos de famille moi aussi, mais aucune de récente avec mon père. Il n'est pas souvent la, encore moins l'été et la plus récente date d'un Noël - c'est une fête moldue, est-ce que vous la fêtez chez vous ? - où j'étais ravagé par un acné sévère. Du coup je te joins un photo de ma mère, ma sœur, ma cousine Hestia et moi devant la piscine de notre maison de vacances à Torquay. Et comme tu peu voir, nous sommes tous en maillots de bain j'ai bien choisi. Concernant ton hibou, ses aventures me font rire et la fenêtre de ma maison c'est déjà remise de ses émotions. L'oiseau de ton oncle est arrivé sans encombre et dans les temps, à moins que tu ne m'ai répondu moins d'une journée après ma première lettre ?  

Concernant le camping nudiste, je n'y suis finalement pas allé de peur que toutes mes fans ne mandatent un photographe pour prendre des photos de moi dans le plus simple appareil, je suis pudique et je ne réserve cette vue que pour ma copine. Mais je crois que le rhum commence à me monter au crâne et à me faire écrire des bêtises alors je vais peut-être changer de sujet. En plus je n'ai pas de copine cet été, mais je pense pas mal à quelqu'un qui ne peu pas être avec moi à Londres. Sa Ta robe blanche est très jolie, c'est dommage que tu ne portes pas ce genre de chose quand je te croise dans les couloirs du château. J'ai mal à la tête alors je vais m'arrêter bientôt d'écrire. J'adorerai que tu m'envoies un pot de ta marmelade de citrouilles, ça me donnerai l'impression que tu es la tout les matins au petit déjeuner, et Cordelia n'est pas la pour boulotter le pot en douce. Prend soin de toi ma belle mon amie. Ta peau pâle te va à ravir alors essaie de ne pas brûler au soleil.

Est-ce que tu je suis censé te rendre un bisou tout aussi chaste ? Je sais pas si j'en suis capable, mais si c'est ce que tu veux je vais faire des efforts. Alors...Bisou chaste.


P-s: Content que les livres t'aient plu, je t'envoie un livre de contes moldus cette fois-çi, en plus des photos avec le stage je n'ai rien pu acheter de nouveau. Tu verras c'est un peu niais ça termine toujours pas un mariage et beaucoup d'enfants.
P-p-s : Ne lis pas sous les ratures s'il te plait, je suis dans un bar je ne peu pas les faire disparaître avec un sort.
P-p-p-s : Je viens de trinquer à ta santé avec un inconnu qui me demandais si j'écrivais à ma copine, j'ai dit que non mais j'ai peut-être pas été très persuasif alors si tu croises un jour un moldu brun un peu bossu dit lui qu'on est ensemble, merci !



Swann.
 sobade.



Don't you forget about me


Il faisait encore doux pour un mois de septembre Écossais. Et Swann avait un peu trop chaud sous son épaisse robe de sorcier. Cette dernière était prévue pour tenir chaud une année durant sous le climat morose des Highlands. Mais elle était difficilement supportable en Septembre et à la fin du printemps. Elle n'était aussi pas adaptée au contact humain. Ainsi, Swann eu coup de chaud lorsque la jeune Weasley se retrouva blottie contre lui dans une étreinte un peu trop intense pour être qualifiée de simplement amicale. Il s'en suivi un petit moment de gênée partagée entre sourires et battements de cils rougissants.Puis elle l'accompagna et pris place à ses côtés sur le rocher en serrant doucement sa main dans la sienne. Il profita de l'instant pour retirer sa robe pour la laisser à terre, desserrant au passage sa cravate bien trop ajustée à son goût, il parvint enfin à respirer de nouveau. « Toi aussi tu m'as manqué Tegmaw ... J'ai beaucoup pensé à toi durant l'été. » Il poussa un immense soupir interne, rassuré d'entendre qu'elle partageait son émotion. Puis il réalisa ne pas avoir saisi le dernier mot prononcé par son amie, il passa outre en préférant croire à un mot tendre plutôt qu'à une de ses railleries habituelles.

Ils étaient amis depuis plusieurs années, ils faisaient partie d'un cercle qui se réunissait régulièrement en dehors des cours, mais aussi loin qu'il s'en souvenait, il n'avait jamais passé un moment particulier aux côtés de l’aînée des Weasley dans l'enceinte du château. Et s'il ne distinguait personne les observer, il était le premier à savoir que Poudlard avait des yeux et des oreilles cachées jusque dans le plus petit des feuillages. Il réalisa alors avoir réussi l'exploit de préméditer un rendez vous sans vraiment l'avoir calculé, ce qui n'était pas dans ses habitudes, lui qui calculait toujours méticuleusement ses journées. Sa correspondance estivale était aussi quelque chose qu'il n'avait pas vu venir. Il resta prostré un moment, assis face à elle à fixer ses longs cils et sa peau pâle, descendant son regard sur ses lèvres; ensorcelé. « Et toi ? Je t'ai manqué ? » Demanda-t-elle. Il laissa échapper un petit rire moqueur « Je t'ai déjà répondu que tu m'avais manquée, mais je te le redirai autant de fois qu'il te faudra pour me croire. » Il s’efforça de rester concentré sur les yeux de sa plus-qu'amie et de cesser d'égarer son regard. Il passa une nouvelle fois sa main dans ses cheveux pour les replacer en arrière, puis il tira de nouveau sur son col, manquant cruellement d'air. « Ecoute Rosa, cet été on s'est écris beaucoup de choses. » Il inspira profondément et s'interrompit quelques secondes, cherchant ses mots en contemplant le parc  « Et j'y ai pas mal pensé. Je t'ai écris plein de choses assez personnelles sur ma vie, ma famille et pas mal de futilités aussi je dois reconnaître mais... » Il continua de chercher ses mots, détournant son regard du parc pour croiser à nouveau le regard de l’intéressée. « J'ai pas envie que ça s'arrête. » Il approcha sa main de son visage, effleurant sa joue pour remettre sa mèche rebelle une nouvelle fois derrière son oreille dans un geste spontanément affectueux. « Parce que je crois que les choses ne sont plus tout à fait les même entre nous, depuis cette fin de journée à Pré-au-Lard. » Et il resta planté la, face à elle, attendant une réponse à un monologue bien trop long à son goût. Conscient d'en demander peut-être trop il garda son regard planté dans le sien en se rappelant de toutes ces lettres échangées, de tout ces cadeaux envoyés. Jamais il n'avait entretenu quelque chose d'aussi romantique de sa vie, surtout pas avec une fille qui n'était même pas sa copine. Il avait longtemps pensé que la septième et dernière année à Poudlard était une toute dernière marche avant le monde adulte. Et plus que jamais il pensait à devenir enfin mature, prendre des décisions sages et longuement réfléchies. Ces deux mois et demi de correspondance lui avaient donné l'impression de quelque chose d'incroyablement sérieux que la jeune Weasley pouvait encore décider de balayer d'un coup de cape magique. Il se pinça les lèvres, conscient des enjeux; conscient qu'elle pouvait encore faire le choix de fuir face à la réputation de bourreau des cœurs de l'ainé des Jones. Mais il savait aussi que Rosalyn Weasley n'était pas sorcière à se laisser impressioner d'aucune façon. Comme il savait aussi qu'il était dangereux de prendre le risque de se lier avec une élève de deux ans sa cadette, qui resterai à Poudlard quand lui en serai exilé.   

©️ GASMASK


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 218
| AVATARS / CRÉDITS : Madelaine Petsch
| SANG : ⊰ La plus pure des traîtres.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un serpent
| PATRONUS : Un renard roux
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: ❀ Don't you forget about me ❀ Roswann Mar 18 Sep - 15:37




Rosalyn Victoria Weasley
2 impasse de Pengwen, Loutry Sainte-Chaspoule, Devonshire

Swann Arthur Jones
27 All Saint Road, Notting Hill, London

Dear Swannychou ,

J

e ne saurais me vanter exactement du sort ou charme que j'ai pu utiliser sur toi, car je ne me souviens pas avoir fait comme les autres filles de Poudlard et avoir versé de l'amortentia dans tes céréales du matin. Sans doute mon charme réside dans de lointaines origines vélanes ? Mais je ne crois pas en avoir, du coup c'est sans doute que tu as dû tomber tout bonnement amoureux de moi ? Par ailleurs, je n'ai jamais douté de tes qualités et du fait que tu me ferais l'honneur de me répondre. Je suis très heureuse d'avoir fasciné ton imagination et ton admiration en m'imaginant récolter des citrouilles, aussi je ne vais peut être pas révéler trop la réalité, j'aurais trop peur de te pousser à la désillusion ! Mon père va essayer de vendre la récolte au meilleure prix pour pouvoir couvrir les frais de mes fournitures, et prévoir aussi celles d'Edith, qui rentrera à Poudlard d'ici trois ans. Je ne connais pas les termes moldus pour qualifier les régimes inégalitaire économiquement, mais je ne peux qu'être d'accord sur le fait que l'Angleterre ne me paraît guère mieux sur ce point. Je suis l'aînée de quatre filles, ça en fait du monde ! Après, entre mes cousins, mes oncles, mes grands-parents, j'ai toujours été habituée à être entourée. Et puis, même si mes trois sœurs ne sont pas toujours faciles à vivre, elles sont encore petites, donc je suis un peu plus leur deuxième maman que leur grande sœur pour l'instant. Après, je suis très contente de susciter ton admiration … Je ne dirais pas le contraire ! Cordelia a-t-elle été une sœur facile à vivre ?

A l'heure où je t'y réponds, je suis penchée sur une petite feuille éclairée par une bougie à demi-consumée, avec ma plume dans la main, et des biscuits pas très loin au cas où j'ai faim avant de dormir. Je ne m'étonne pas que tu aies trouvé du réconfort dans de l'alcool, et encore moins dans du rhum cannelle. Après, je pense qu'il est parfaitement normal que tu ne saches pas ce que tu veuilles faire de ta vie, je n'ai pour ma part pas la moindre idée pour la mienne. Il n'y a que les gens ennuyeux et barbants pour savoir déjà leur avenir et leur plan de carrière alors qu'ils ne sont pas encore sortis de l'école. Je trouve que c'est un peu l'intérêt de vivre que de faire des expériences et d'avancer à tâtons. Je ne connais pas assez le monde moldu pour le critiquer ou le juger, alors que Merlin sait que j'ai pourtant un avis sur tout, mais je pense que la question est de savoir où tu te sens le mieux, et où tu penses trouver ta place. Après, je reconnais que j'aurais bien du mal à cacher mes origines sorcières avec tes amis moldus. Je suis par ailleurs très heureuse de savoir que tu aimes mes yeux, tu pourras remercier ma mère, je les tiens d'elle ! Je trouve que les chemises ne te vont pas si mal, et tu es très beau sur la photo ! Après, il est vrai que tu fais très père de famille dans la trentaine qui laisse sa femme s'occuper de ses trois enfants, mais ça doit être la veste qui fait cet effet là. Je t'avouerai que le « maire » m'a l'air un peu patibulaire et avec un visage fourbe, mais ça doit être le fait que c'est une photo inanimée, ou peut être sa calvitie ? Sans doute un peu des deux. Je dois avouer que je l'ai gardé précieusement dans mon carnet de souvenir, à côté d'autres photos sorcières, et je reviens souvent la regarder dans la journée.

C'est vrai que même si ma famille est pauvre, je n'ai pas manqué d'amour. Je ne renie pas mes origines, mais parfois j'aimerais juste avoir plus que le peu que la vie m'a donné. Je crois que la puberté nous a tous plus ou moins frappé physiquement à un moment ou un autre, heureusement pour moi je crois bien qu'il n'existe aucunes traces de cette époque, et ce qu'on ne voit pas ne peut pas nous faire de tord !
Vous semblez être une jolie famille ! Je ne suis pas habituée aux parentèles peu-nombreuses, mais vous avez tous l'air très heureux sur cette photo, quel dommage que ton père n'ait pas pu y figurer ! Et pour te répondre, Noël est aussi fêté chez nous, mais c'est un peu bizarre vu que c'est une fête moldu à l'origine … Comme quoi, il n'y a pas tant de différences qu'on voudrait y voir ! Joli photo sinon ! Joli maison et joli piscine, et puis toi tu es mignon aussi dans ton genre, même si je préfère très nettement ta piscine. Tu as bien choisi la photo, elle est désormais juste à côté de celle de ton stage dans mon carnet ! Bien au chaud et bien en sécurité. Je suis contente que le hibou soit plus robuste que l'autre, car je ne t'ai répondu que deux jours après ta lettre, c'est dire ma lenteur. J'ai très honte.

Je comptais payer une armée de journaliste pour obtenir un maximum de clichés, c'est donc avec une grande déception que j'apprends que tu ne comptais plus y aller ! Je trouverais peut être un moyen détourné d'obtenir ce que je souhaite plus tard …  Concernant la fameuse robe, je ne demande qu'à la porter à Poudlard, mais à part le weekend, on est forcé de porter cet uniforme hideux ! Du coup je l'emporterai, je pourrais peut être la porter durant les premières semaines de Septembre, lorsqu'il ne fera pas encore trop froid !Car vu le climat écossais, ça serait bien le meilleur moyen pour tomber malade dès Octobre. J'espère que ma marmelade de citrouille était bonne ! J'ai fait particulièrement attention à te fournir la plus parfaite de celles que j'ai faite. Si tu as adoré, j'ai encore une bonne dizaine de pot chez moi, je peux encore t'en fournir pour quelques semaines ! Et si tu commences à avoir mal à la tête, c'est sans doute que tu as peut être trop bu de rhum cannelle, je crains ? En tout cas, j'aime ce que tu ratures quand tu es alcoolisé ! Même si je ne suis pas supposée les lire … Tu sais que je ne suis pas du genre à suivre les conseils.

Tu n'étais pas obligé de me rendre ce bisou tout chaste, surtout que finalement je crois que c'est fort peu satisfaisant comme bisou ! Mais c'était pour donner une fausse apparence d'innocence à une lettre bien chaude ! Du coup, pour cette fois, ce sera bisou dans ton cou, tendrement.

P.s Mon dieu, on dirait l'histoire de chaque femmes de ma famille, casée à vingt ans et une douzaine d'enfants au bout de dix ans de mariage, je suis sûre que ma mère va adorer les lire, ça lui rappelera sa vie ! Sinon, c'est peut être niais, mais c'est plutôt mignon, sauf lorsqu'on regarde comment toutes les princesses semblent incapable de prendre leur vie en main sans leur prince … Mais c'est une autre question ça !

P.p.s Trop tard.

P.p.s Message reçu, je suis officiellement ta copine dans tout les bars d'Irlande, d'Ecosse, d'Angleterre et du Pays de Galles.



Rosa.
 sobade.





Don't you forget about me



Le rocher de granite sur lesquels ils étaient assis semblaient tout à fait banal, mais au vu de sa forme, Rosalyn aurait mis sa main au feu qu'il était un ancien menhir qui avait dû chuter des années auparavant. Si sa main droite était dans celle de Swann, sa main gauche se posa sur la surface rêche de la pierre, sa paume contre la surface chaude du granite chauffé au soleil durant toute l'après-midi. Le Serdaigle lâcha sa main lorsqu'il enleva sa robe de sorcier trop chaude pour cette journée, et la jeune Weasley resta silencieusement admiratrice de la scène. Moins l'oignon avait de couche, plus on pouvait discerner son corps. Juste après sa question, elle cilla, surprise qu'il lâche un rire moqueur. Elle n'avait pas l'impression d'avoir dit quelque chose d'amusant, jusqu'à qu'il lui explique qu'il avait déjà répondu à cette question moins de quelques secondes avant. La jeune fille baissa ses yeux, gênée de montrer qu'elle était totalement obsédée par le fait de savoir à quel point elle pouvait lui manquer, alors qu'elle n'avait pour sa part pas cessé de regarder les photos qu'il lui avait envoyées dans ses lettres pour combler son absence. « Oh, excuse moi, je me répète sans m'en rendre compte … C'est sans doute que ça devait me tenir à cœur. » murmura-t-elle, relevant ses prunelles, un petit sourire accroché aux lèvres. Autant reconnaître la vérité. « Tu veux continuer à m'écrire des lettres …? » murmura-t-elle, un instant idiote et totalement évaporée suite à ses phrases décousues, n'arrivant pas tout à fait à croire les mots que prononçaient Swann. Bêtement, elle revenait sur le sens premier de sa phrase, sans en relever le sens profond. Pourtant, alors même qu'il le disait, il était on ne peut plus vrai que tout était différent depuis cet après-midi à Pré-au-Lard. Parler d'amitié entre eux aurait été un doux euphémisme. Elle acquiesça doucement du chef à sa phrase « Oui … Je crois aussi ... » Murmura-t-elle, tétanisée. Rosalyn n'arrivait pas à vraiment à savoir si elle avait bien compris les propos de Swann. Mais y avait-il seulement un autre sens à ceux ci ? Probablement pas.

Elle n'avait pas eu de grandes espérances sur la conclusion de leur correspondance, ou même pour ce rendez-vous. Mais avait-elle eu tord ? Car finalement, tout les indices semblaient montrer la même direction, qu'elle semblait encore refuser de voir. Cela ne lui ressemblait pas de voir le verre à moitié-vide. La jeune rousse ne semblait se découvrir une facette précautionneuse que parce qu'elle craignait trop de perdre Swann, ou de s'être illusionné. S'il avait été un gars banal qui n'aurait pas été aussi proche d'elle, elle n'aurait pas eu cette peur. Mais le fait est qu'elle ne pouvait plus nier ses sentiments, quelque soit sa crainte de le perdre. Rosalyn Weasley se faisait forte de ne jamais se laisser commander par sa peur, par ses craintes. Jamais ses choix, ou ses absences de choix, ne devaient être commandités par une couardise face à l'avenir. Car malgré tout le pessimisme du monde, seuls Merlin et Trelawney savaient vaguement ce que le destin serait, alors à quoi bon s'en soucier ? « Je crois que nous ne sommes plus seulement des amis. Je crois que nous sommes autre chose ... » répondit-elle en gardant son regard dans les beaux yeux de Jones. Elle avait découverte en elle la force et le courage d'assumer son affection, et elle comptait bien ne pas la cacher à Swann. « Je pense que toi comme moi, nous voulons autre chose que de l'amitié entre nous. » continua-t-elle, en relevant sa main pour caresser la joue du garçon du bout des doigts. « Qu'en penses-tu ? »


©️ GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 149
| AVATARS / CRÉDITS : Colin O'Donoghue - myself (Elmyr)
| SANG : Sang mêlé | mi moldu - mi sorcier - mi rhum cannelle


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui, invisible au milieu de la foule
| PATRONUS : Un paon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: ❀ Don't you forget about me ❀ Roswann Mar 2 Oct - 3:17




Swann Arthur Jones
27 All Saint Road, Notting Hill, London

Rosalyn Victoria Weasley
2 impasse de Pengwen, Loutry Sainte-Chaspoule, Devonshire

Dear Rosa,

J

e sais, cette fois j'ai tardé à te répondre. Je te prie de m'en excuser, mais crois le ou non: le travail en bureau chez les moldus est réellement éreintant. Je ne suis que stagiaire, et même si je dois reconnaitre avoir été pistonné par mon père, je me fais exploiter en bonne et due forme. Je bois pas mal de café pour tenir la cadence, et je te laisse deviner qu'hormis du sucre; on ne trouve rien de plus fantasque à ajouter dans cette triste boisson pour se donner du courage. Je n'arrive pas à m'adapter au bon fonctionnement de cet univers, et j'ai manqué de faire une énorme bourde ce midi. Le genre d'erreur qui aurai pu me faire prendre la porte de Poudlard avant d'avoir la chance de passer mes ASPICS. Pour t'épargner cette triste histoire, imagine simplement que j'ai décidé de me séparer de ma baguette le temps que ce stage se termine. Mais n'aie pas peur pour moi, si un mage noir venait à en vouloir à ma petite personne, je maitrise quelques sortilèges informulés et suis capable de me défendre ! Je suis déçu d'apprendre que tu n'as jamais versé d'Amortentia dans mes petits déjeuners. Je dois reconnaitre avoir été piégé de nombreuses fois par ce satané philtre, et ne pas toujours avoir démasqué l'auteur de cette comédie. J'aurai aimé être une de tes victimes, je suis sans doutes un peu masochiste. Et pour te répondre, je pense que Cordelia n'est pas innocente quant à mon attrait à la douleur, elle m'en à fait baver de nombreuses fois et continue dans cette voie. Te souviens tu l'avoir vue moulée dans une robe rose bien trop courte à la soirée de Wilda ? Remarque, après l'incident de la piscine, je ne suis pas sûr que tu y ai fait véritablement attention. Je ne crois d'ailleurs pas me souvenir d'avoir été remercié comme il ce doit pour t'avoir sauvé, j'espère que tu remédiera à cela quand nous nous reverrons, il me tarde !

Pardonne moi si je m'aventure à t'écrire quelques fantaisies, mais je suis ivre après une longue journée de travail tristement ennuyeux, j'ai trouvé réconfort dans le mini-bar du bureau de mon père. Et tu connais mes mauvaises habitudes depuis toute ses années ! Alors je dois t'avouer t'avoir imaginée vêtue d'une jolie nuisette, rédigeant ta lettre dans la pénombre animée par la flamme d'une bougie pratiquement consumée. Est-ce indécent de dire que tu me fais tourner la tête ? Je n'aimerai pas prendre le risque de te froisser, mais j'ai du mal à contenir mes propos. Mais tu as raison, pour trouver ma place je dois vivre des expériences et m'entourer des personnes qui m'aident à me sentir bien. Je suis sur la bonne voie car je correspond depuis peu avec la seule personne qui suscite mon intérêt ces derniers temps. Je me languis de la revoir, peut-être la connait-tu ? Elle m'épate par sa maturité et sa force de caractère et je me sent devenir une bonne personne en sa compagnie. Elle pardonne mes erreurs et ma maladresse, possède une chevelure rousse à rendre fou le plus calme des érudits et un sourire dont je ne saurai me lasser. Mais j'essayerai de ne pas penser à sa mère lorsque je complimenterai à nouveaux ses yeux, c'est gênant. Je crois que ta présence commence à réellement me manquer Rosa. Ensorcèle-tu tes baisers ?  

Peut-être un jour rencontrera-tu les Jones au grand complet. Tu connais déjà Cordelia et Hestia de Poudlard, tu as reçu une photo ou l'on aperçois ma mère, je ne crois pas m'être déjà autant livré concernant ma famille. Je suis l'un des premiers à l'ouvrir en criant haut et fort assumer mes origines mêlées, mais je ne dors pas toujours sur mes deux oreilles sachant que mon père risque sa vie en partageant nos secrets. J'ai aussi du mal à comprendre l'aversion de certains de nos camarades pour ta famille, comme quoi la sois disant pureté du sang n'apporte pas que des avantages. J'aimerai que les choses changent. Mais soit, je préfère fermer cette parenthèse étonnamment sérieuse. Je vais essayer d'imaginer que tes critiques vis-à-vis de mon look de sois disant trentenaire père de famille cachent en réalité une passion secrète pour ... Les costumes trois pièces ? Je ne suis moi même pas certain du sens de ce que j'écris, en a t-il un ? Dire que tu as attendu plus d'une semaine pour une lettre aussi confuse, je réitère mes excuses mais je ne suis pas un grand littéraire. Cet exercice me plait, je me surprend à me confier bien plus qu'habituellement, dévoile-t-ont plus facilement ses faiblesses sur le papier ?

J'ai la solution à tes soucis concernant les photos du camp naturiste, que dirai-tu de m'y accompagner l'été prochain ? Quoique nous risquons de devoir fuir une véritable armée de photographes voulant s'arracher des photos de nos corps, dans le plus simple appareil ! Et j'oublie souvent être plus âgé que toi, tu n'es pas encore majeure. Alors je crains de devoir abandonner cette idée, hélas. Nous sommes condamnés à nous côtoyer vêtus de nos éternelles robes de sorcier, c'est bien l'une des choses dont j'ai hâte de pouvoir me débarrasser lorsque je serai venu à bout de ma septième année. Et le climat Écossais ne nous laisse pas vraiment le loisir de nous découvrir vêtus plus légèrement, même si je me rappelle parfaitement de la tenue que tu portais lors de notre tête à tête, à Pré-au-Lard.

Je commence à véritablement fatiguer, mes yeux peinent à rester ouverts tandis que je t'imagine assise sur ton lit, répondant à cette lettre. Il nous reste encore un petit mois à tenir sans nous voir, et je ne sais pas si tu partages ma hâte de te revoir. Heureusement pour moi, mon stage se termine dans un peu moins de deux semaines, j'ai réussi à obtenir un peu plus d'une semaine de liberté avant de retrouver Poudlard, avant de te retrouver. Seule ta confiture de citrouille me rappelle les petits déjeuner du château, je n'ai malheureusement pas le temps d'en profiter le matin. Je reconnais ne pas prendre le temps d'avaler quoi que ce soit au réveil. Alors j'en badigeonne des tartines en pleine nuit, lors de mes insomnies répétées. Comme c'est présentement le cas. Garde en pour ta famille et pour toi, mais si vraiment tu venais à ne pas savoir quoi en faire, n'hésite pas à en glisser un nouveau pot.

De mon côté, je t'envoie cette fois çi un baiser bien moins chaste, j'ai cru comprendre que ce n'était pas ceux çi que tu attendais. Alors je te laisse choisir et imaginer ce qui te plairai concernant celui çi, mais il est proportionnel au manque que je ressent.

P-s: J'ai trouvé une photo de mon père et moi dans la chambre de ma soeur. Prise l'été dernier lors d'une très ennuyeuse partie de golf, c'est un sport moldu. Comme du Quidditch mais au sol sans équipe et avec un caddie. En fait c'est très loin du Quidditch, mais je n'avais aucun autre sport magique en tête pour comparer. J'ai choisi celle la parce que je suis particulièrement bien mis en valeur avec un pantalon de golf, c'est assez moulant.
P-p-s : Je devrai perdre l'habitude de t'écrire en pleine nuit après quelques verres, ou peut-être devrai-je perdre l'habitude de boire ?
P-p-p-s : Je crois avoir parlé de toi à quelques autres personnes dans ce bar l'autre soir, ils semblent te trouver chanceuse de m'avoir dans ta vie, alors que je pense le contraire. Enfin non, c'est moi qui suis chanceux de te connaitre, c'est ce que je voulais dire.



Swann.
 sobade.



Don't you forget about me


Il avait passé la moitié de l'été à penser à une seule et même personne: Rosalyn. Jamais il ne lui était arrivé de rester aussi solidement envouté par une personne, sans pouvoir la voir. La puissance des mots qu'elle lui avait écrit, les secrets qu'ils avaient partagés, la complicité qu'ils avaient développé, tout avait été si fort à mesure que les lettres s'accumulaient. Ils avaient partagés plus en un été qu'en plusieurs années, s'étaient découverts sous un jour nouveau. Ces retrouvailles, Swann les avait imaginées de nombreuses fois. Au point d'avoir redouté le moment ou il reverrai Rosalyn pour de vrai, comme si la complicité qu'ils avaient créée craignait de devenir réelle et physique. Jamais il ne s'était prêté à un tel exercice et n'avait envisager une voir relation progresser de cette façon. Alors lui qui était habituellement si sûr de lui se surpris à douter. Il percevait la gêne qui émanaient d'eux, perturbés et ébranlés de se retrouver. « Oh, excuse moi, je me répète sans m'en rendre compte … C'est sans doute que ça devait me tenir à cœur. » Son air gêné avait rosi ses joues, lui donnant une mine encore plus adorable à laquelle il succombait. Il esquissa un sourire sans pour autant sourciller lorsqu'elle lui demanda s'il souhaitait continuer de lui écrire des lettres, plaisantant en prenant au sens premier ses mots, surement par gêne.

Swann Jones n'était généralement pas garçon à prendre son temps ou à réfléchir aux conséquences de ses actes en ce qui concernait ses relations sentimentales. La était toute la complexité de sa personnalité. Tantôt méticuleux et réfléchi, tantôt téméraire et imprévisible il était avant tout un sorcier guidé par ses sentiments et profondément spontané, doué d'une grande sensibilité qu'il prenait soin de dissimuler sous une couche de superficialité. Alors ce comportement tâtonnant et prudent était inhabituel et surprenant venant de lui, ce qui ne devait pas échapper à la jeune Gryffonne. Mais elle qui était habituellement cachée sous une épaisse et solide carapace semblait tout aussi désarçonnée que son camarade bleu et bronze. Ils ne pouvaient maintenant plus se cacher derrière des mots écris à l'encre sur parchemin. « Je crois que nous ne sommes plus seulement des amis. Je crois que nous sommes autre chose ... Je pense que toi comme moi, nous voulons autre chose que de l'amitié entre nous. » L'espace d'une seconde, il peinât à croire que ces mots lui étaient véritablement adressés. Néanmoins l'absence d'âme qui vive à proximité des deux sorciers prouvait qu'elle ne pouvait adresser ses mots qu'à lui seul. Il ne pu retenir un sourire, gardant ses yeux plongés dans les siens.

Lorsqu'elle caressa sa joue, il fut pris d'un élan de courage, comme-çi elle confirmait par ce geste sa volonté d'être plus qu'une simple amie. « Qu'en penses-tu ? » À cette question, il ne pu répondre oralement. Et guidé par son instinct, il passa doucement une main derrière l'oreille de la sorcière et l'égara dans ses boucles rousses, la déposant dans sa nuque avant d'approcher un peu plus son visage du sien, pour chuchoter à son oreille « Je pense qu'il est tant d'arrêter de nous cacher et d'agir. » Puis, il recula légèrement pour chercher son regard, avant de coller ses lèvres contre les siennes pour lui offrir le baiser passionné et sincère dont il avait de nombreuses fois rêvé. Maintenant le contact un bref instant dans une douce étreinte, il passa sa main le long de la nuque de la jeune Weasley. Et lorsqu'il croisa à nouveau son regard, il ne pu dissimuler un sourire plein d'espoir quant au futur. « Est-ce la réponse à laquelle tu t'attendais ? » Lui demanda-t-il, un brin de malice brillant dans les yeux, et d'espoir brûlant au coeur.
  

©️ GASMASK


Dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ❀ Don't you forget about me ❀ Roswann

Revenir en haut Aller en bas

❀ Don't you forget about me ❀ Roswann

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past
» || Come save me, unbreak me, cause I just can't forget you ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: L'extérieur :: Le parc du château et son Saule Cogneur-