Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Une thérapie artistique - Hestia | Alexander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 47
| AVATARS / CRÉDITS : Ezra Miller by Sacha
| SANG : De sang mélé


MessageSujet: Une thérapie artistique - Hestia | Alexander Mar 2 Oct - 22:55

La rentrée à Poudlard ne s’était jamais autant bien déroulée pour Alexander. Il avait entamer les cours avec une certaine réussite, avait participé à toute sortes d’événements symphatiques, sans oublier qu’il avait retrouvé ses petites habitudes de rat de bibliothèque. Pourtant il avait de quoi regretter ses vacances. En effet, il avait passé un mois en Grèce, dans la région natale de sa mère avec son paternel. Le romancier voulait être au plus proche de sa défunte bien aimée pour la rédaction de son nouveau roman. Une biographie romancée de cette beauté grecque. Alexander en avait profité afin de prendre du temps pour lui : écrire, faire le plein d’inspiration, mais surtout, s’ouvrir plus au monde qui l’entoure. A son sens il n’utilisait pas assez bien son potentiel, et surtout dans le cadre social… Il voulait marquer Poudlard de sa présence, et que les élèves se souviennent de lui ! Même si le jeune homme avait des amis fidèles, et qu’il ne passait pas inaperçu dans les couloirs de l’école avec son charme d’Appolon, il décida qu’à l’avenir il ferait le premier pas avec les autres.


Comme le voulait sa petite tradition, chaque week-end, Alexander exploitait quelques heures à la rédaction d’un écrit dont il n’avait parler à personne, pas même à son père. Mais c’était un moment particulier, il se remémorait ses réflexions de vacancier, lorsqu’il aperçu la préfète jaune, Hestia Jones. Le jeune serpentard était un habitué (on pourrait même lui reproché d’en faire sa deuxième chambre) de la bibliothèque et des salles d’études. Et il connaissait bien les gens qui la fréquentait, Hestia avait pris l’habitude de venir à partir de la rentrée, et ça, Alexander l’avait bien remarqué. Hestia avait l’air d’une certaine douceur, on aurait dit qu’elle marchait sur du velours, une attitude légère et agréable. Cependant, on aurait dit qu’elle était soucieuse, qu’elle pensait beaucoup trop à des choses négatives, ce qui déteignait sur sa teint, et sur son apparence angélique. Elle traînait dans les rayons de poésie française, un pêché mignon d’Alex. Et puisque l’inspiration n’était pas véritablement au rendez-vous pour son projet secret, il prit l’initiative d’aller chuchoter quelques vers à Hestia : Je pourrai lui réciter quelques rimes de Baudelaire, elle doit forcément en connaître, ou peut-être de Rimbaud ? Je ne sais même pas quoi lui dire, c’est déprimant. Je devrai lui dire des mots réconfortants, elle à l’aire soucieuse. Et puis peut-être voudrait-elle se mettre à la poésie, ses vacances ont dû être inspirantes pour qu’elle commence à passer du temps ici.
Elle qui avait choisi un recueil de Baudelaire, s’était avancer dans la direction d’Alexander. Il ne fit pas attention, avec ses réflexions à ne plus en finir et rentra maladroitement dans l’épaule de la jeune femme. Super premier pas Alexander ! C’est même un plaquage à ce niveau là, pensa le bougre.
« Excuse moi Hestia, je crois bien avoir été perdu dans mes pensées.. je.. je venais justement dans ta direction afin de te conseiller un recueil. Et non pas pour te déboîter l’épaule, crois moi ! Ricana le serpy. Je vois que tu as fais le bon choix, mais tu sais Baudelaire fait déprimer parfois, tu es sur de te lancer dans son spleen légendaire ? » Finalement la jeune pouffy se mit à sourire, il en était fière.

Spoiler:
 


Dernière édition par Alexander A. Major le Ven 5 Oct - 22:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : Elizabeth Olsen - Bazzart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La mort de son petit frère
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une thérapie artistique - Hestia | Alexander Jeu 4 Oct - 10:49

Ce week-end, au lieu d'aller à Pré-au-Lard avec ses amies Luzia et Marlène, la jeune Jones avait décidé de se rendre à la bibliothèque. Aujourd'hui, elle avait besoin de s'évader de son quotidien, de ses cauchemars qui étaient de retour depuis qu'elle était de nouveau à Poudlard. En effert lorsqu'elle avait quitté la maison de ses parents pour retourner en cours après que son père lui ait annoncé se sentir enfin prêt à repartir sur des lieux de fouilles, les cauchemars dans lesquels elle le revoyait se faire attaquer par des mangemorts, parfois même tué, hantaient de nouveau toutes ses nuits, la réveillant en plein sommeil en criant ou avec le visage perlé de sueur. L'enfer d'Hestia avait recommencé.
Hestia Jones venait très souvent à la bibliothèque et ce depuis de nombreuses années, pourtant et restait souvent cachée dans un coin sombre de la grande pièce afin de rester bien tranquille avec son livre ou son manuel. Pourtant, malgré cette connaissance des lieux, elle allait très rarement dans le rayon de la poésie. C'était là où elle avait décidé de se rentre aujourd'hui, cherchant un livre bien précis, celui qui renfermait son poème préféré, qu'elle avait très envie de relire, espérant qu'il pourrait la faire s'évader un peu de son quotidien qui devenait de plus en plus pesant, celui-là même qui faisait disparaître son éternel sourire de plus en plus... Hestia avait pourtant toujours été une jeune fille pleine de vie, douce, souriante, aimante et positive. Mais, depuis cette attaque qui avait eut l'année dernière devant ses propres yeux, elle n'était plus que l'ombre d'elle-même. Heureusement, il avait tout de même des moments pendant lesquels elle allait bien, notamment lorsqu'elle était avec ses amis comme Ludo, Swann, Luzia, Bertha, ou encore avec Dowey... Mais ils ne pouvaient pas toujours être auprès d'elle, et elle le savait bien. Se réfugier dans la bibliothèque aujourd'hui était donc sa solution pour espérer aller mieux.
Une fois les Fleurs du Mal dans les mains, Hestia se dirigea vers une table, mais elle fut stoppée net par une ombre venant se percuter violemment contre son épaule. Le choc fut tellement violent que le recueil de poésie de Baudelaire quitta les mains de la Poufsouffle et vint s'écraser au sol. Hestia releva doucement les yeux vers celui qui venait de la percuter et crut reconnaître un certain Alexander, qu'elle avait déjà croisé dans ce lieu. C'était un jeune Serpentard de deux ans de moins qu'elle. Son visage était doux et plaisant à regarde. Il s'excusa et promit ne pas avoir pour objectif de lui déboîter l'épaule, ce qui la fit doucement sourire. Il parla ensuite de Baudelaire et de son côté assez déprimant. Hestia se pencha pour ramasser le livre puis lui sourit. "Mon épaule va bien, ne t'en fais pas" le rassura-t-elle. Elle jeta un œil au livre afin de vérifier que lui aussi allait bien, pour répondit "Mon poème préféré est dans ce recueil, et j'avais envie de le lire... J'aime beaucoup Baudelaire, sa manière de décrire l'horreur d'une manière aussi belle me touche.". Elle releva ses yeux vers le jeune homme et lui fit un léger sourire. "Tu m'aurais proposé quoi alors ?" lui demanda-t-elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 47
| AVATARS / CRÉDITS : Ezra Miller by Sacha
| SANG : De sang mélé


MessageSujet: Re: Une thérapie artistique - Hestia | Alexander Dim 7 Oct - 18:04

Après son entrée fracassante, Alexander était rassuré : Hestia ne lui en voulait pas et elle prit par à la conversation concernant la poésie. Comme quoi on en apprend tout les jours, et même dans ce genre de circonstances, la prefette aimait beaucoup Baudelaire. Un point commun avec le jeune serpy puisque c’était son écrivain préféré. Alors, certes il avait le talent de transformer tout ce qu’il y a de plus obscure, en lumière étincelante. Mais vu le teint d’Hestia elle n’avait pas l’air d’être d’humeur joyeuse. Suite, à la question de la jeune femme, Alexander acquiesçait la description qu’elle avait faite de Baudelaire, et réfléchi à de la poésie « joyeuse ». Elle pourrait s’illuminer d’avantage si de la poésie positive lui réchaufferait le coeur. D’ailleurs, il pensait à lui demander comment elle allait, mais il hésita, histoire de ne pas être trop intrusif. Et puis bon, ils étaient quasi seuls à la bibliothèque alors il s’engagea à lui demander : « Comment tu vas sinon ? Tu as l’air d’avoir mauvaise mine… Je réfléchis à de la poésie un peu plus... joyeuse. D’ailleurs tu parlais de ton poème préféré, quel est-il ? Je me dois de te le demander, étant un grand fan de Charles. »
Les auteurs de la pléïade étaient assez joyeux, tout comme les épicuriens, mais il y avait tout de même des côtés sombres dans leurs poésie. Et puis si Alex commençait avec ça, Hestia le trouverai sûrement barbant avec ses cours. Il opta pour des poésies plus simples, ou disons, plus classiques, sans double sens. Il aurait pu proposé Ronsard mais ce n’était peut-être pas la bonne idée, d’expliquer à la jolie Hestia que sa beauté allait s’envoler avec le temps, et qu’elle fanerait sans qu’elle ne le désire. « Il y a des poèmes de Victor Hugo qui sont très beaux, Les Trop Heureux par exemple. Tout comme ceux de René-François Sully Prudhomme. Malgré ses poèmes célèbres un peu déprimants, L’étoile au coeur est magnifique. »
En y réfléchissant, la poésie pouvait traduire tout type de sentiment, et beaucoup d’auteurs peignaient la souffrance avec beauté. Hestia n’avait peut-être pas tord d’une certaine manière ? Dévorer de la poésie triste, sublimant la douleur et la tristesse avec de belles rimes, c’était peut-être un moyen d’aller mieux. Alexander gardait cette idée au chaud, pour la réutilisé plus tard dans ses écrits. Et en fit partagé Hestia. Elle était là, avec son doux regard, et ceci encourageait Alexander à se confier. « J’y pense, arrête moi si mon idée est trop farfelue, mais peut-être que lire de la poésie triste ou dû moins douloureuse, à un effet bénéfique. C’est vrai ! Baudelaire arrive à transformer la noirceur de l’homme en rayon de soleil. Alors, il arrive à sublimer la douleur pour la rendre acceptable, moins dévastatrice. Et faire de la laideur, une réelle splendeur. » Le jeune artiste n’en revenait pas, il venait de confier l’une de ses réflexions à quelqu’un qu’il ne connaissait presque pas, et pour sûr, la jeune femme n’avait pas l’air d’être embêtée. Au contraire, elle avait l’air d’être contente de partager, avec lui, des réflexions artistiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : Elizabeth Olsen - Bazzart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La mort de son petit frère
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Une thérapie artistique - Hestia | Alexander Jeu 11 Oct - 11:18

La question du jeune homme désarçonna un peut Hestia, qui le regarda quelques secondes sans savoir quoi dire. Elle et Alexander n'étaient pas amis, ne se connaissaient pas non plus tant que ça et n'avaient jamais vraiment parlé. Comment quelqu'un qu'elle ne connaissait pas pouvait s’inquiéter pour elle ? Parce que oui, clairement, cela ressemblait à de l’inquiétude. Même si elle fut surprise, elle fut aussi touchée et haussa doucement les épaules. "Ca peut aller" mentit-elle. Non, ça n'allait pas vraiment. Mais à quoi cela servait d'en parler, de radoter, encore et encore ? A rien. Enfin, selon elle. Elle sourit doucement quand le jeune serpentard lui demanda quel était le poème dont elle parlait. "Le Revenant" dit-elle simplement, comme s'il allait savoir lequel c'était. De toute façon, s'il ne le connaissait pas, elle pouvait lui réciter. Elle le connaissait pas cœur depuis bien longtemps et adorait déclamait ces vers. Cette histoire de fantôme revenant hanté une femme, surement sa bien aimée, après sa mort pour ne jamais être oublié par elle était fascinante. C'était, évidemment, poétique, mais surtout très tèrs beau. "Il est vraiment beau" déclara-t-elle avec une petite voix.
Hestia sorti un petit carnet de sa poche et prit en note les noms de poèmes et de poètes qu'Alexander lui donnait, se promettant d'y jeter un coup d’œil rapidement. "Je n'en connais aucun" avoua-t-elle. Sa culture littéraire était assez bonne, mais pas pour les poèmes. Elle n'en lisait pas souvent, préférant les romans à la poésie, mais tentait de s'y mettre, espérant de trouver un échappatoire puissant dans les vers. "Je les lirai, promis !" dit-elle en souriant à Alexander. "J'aime beaucoup Victor Hugo aussi" dit-il en notant. "Et toi" demanda-t-elle, "C'est quoi ton poème préféré ?".
L'aînée Fawkes écouta la théorie du jeune homme en tentant de tout saisir. En soit, il n'avait pas faux, il avait peut-être même tout à fait bon. Lire quelque chose parlant d'une souffrance sublimée permettait en effet de prendre du recul sur ses propres sentiments et de chercher comment les sublimer eux aussi. "Je pense que ton résonnement est bon, vraiment." dit Hestia après y avoir réfléchit. "Peut-être que lire de la douleur devenue belle m'aide à gérer la mienne, au final" expliqua-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 47
| AVATARS / CRÉDITS : Ezra Miller by Sacha
| SANG : De sang mélé


MessageSujet: Re: Une thérapie artistique - Hestia | Alexander Ven 12 Oct - 13:12

Après avoir philosophé à propos de la souffrance dans l’Art, Alexander se calmait un peu. Il ne voulait pas non plus trop en faire. D’autant plus que la jeune fille avait peut-être plus besoin de soutien que de débattre sur l’Art, bien que ça pourrait éventuellement l’aider à aller mieux ? Le petit serpy avait bien devine qu’elle mentait lorsqu’elle disait que ça allait. Elle ne savait pas mentir, et Alex le savait bien puisque c’était un expert en la matière. Longtemps, il disait aux gens qu’il allait bien après le drame, concernant le tragique destin de sa mère. Et Hestia avait l’air de prendre le même ton qu’il employait autrefois.
Elle parlait de son poème préféré, et Alexander le connaissait très bien : « Un pur chef d’œuvre de notre cher Charles, tu as raison, il est beau. D’ailleurs il irait bien à ma maison, ...Et des caresses de serpent, Autour d’une fosse rampant…, déclara le jeune artiste avec un peu d’humour. »
Les deux adolescents partageaient leurs goûts pour la poésie, et s’échangeaient leurs préférences. Hestia nota les poèmes recommandés par Alex, ce qu’il le fit sourire, ce n’était pas tout les jours que quelqu’un s’intéressait à son Art. Elle lui promit qu’elle les lirait et lui demanda son poème préféré. C’était une question difficile pour lui. Choisir un seul poème, parmi la multitude de trésor artistique. Il avait étudié beaucoup de courants, de mouvements, d’auteur, de style.. alors il lui était difficile de donner à la jeune fille, un seul titre. « Tu me poses là une question bien compliquée. Je vais te parler de ceux que j’aime. Baudelaire est pour moi le plus grand sans doute. Ma toute première lecture a été cele de La Chevelure, autant te dire que c’est l’un de mes favoris.Rimbaud fait de ses poèmes des histoires d’un lyrisme à couper le souffle : Soleil et Chair, est grandiose par exemple. Il est bien plus connu pour ses pièces, mais les poèmes de Racine sont tout aussi beau, j’adore A Laudes. Sully Prudhomme est bien plus moderne en revanche, et la fraîcheur de ses poèmes m’inspire étonnamment, puisque je préfère la poésie plus classique. Mais comme je te l’ai dis Étoile au cœur est somptueux. Je m’arrête là, sinon on ne n’en finira jamais, rigola Alexander. »
Hestia commenta sa réflexion sur la souffrance et la douleur dans la poésie, et ceci éclaira Alex sur les sentiments de la jeune fille. Elle lui avoua que lire des poèmes de ce genre lui faisait du bien finalement. Qu’elle se sentait sans doute un peu mieux du fait qu’elle gérer un peu mieux ses songes grâce à ça. C’est là qu’Alexander, comprit qu’elle pouvait sans doute aller mieux à l’aide de l’Art. Que c’était bénéfique, comme une thérapie. Une petit idée s’immisça dans un petit coin de sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une thérapie artistique - Hestia | Alexander

Revenir en haut Aller en bas

Une thérapie artistique - Hestia | Alexander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» Hestia (Solitaire)
» F.T. d'Alexander Blake
» Alexander Caldin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Le premier étage :: La bibliothèque, sa salle d'étude et sa réserve-