Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

(Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Sam 6 Oct - 16:23

Le soleil se levait doucement, ses rayons venant réchauffer le visage du jeune Evan Talbott alors qu’il était encore endormi. Cette douceur chaleur le sorti de ses rêves. Il ouvrit doucement les yeux, leur laissant le temps de s’habituer à la luminosité, puis posa le regard sur la personne endormie à ses côtés. Hier soir, il avait emmené une jeune femme au restaurant. La soirée avait été agréable, ponctuée d’éclat de rire et de moments étranges pendant lesquels ils avaient l’impression d’être seuls au monde, dans leur petite bulle de bonheur. Evidemment, la soirée s’était terminée chez lui. Après un moment passionné et passionnant, la jeune et jolie Wilda Griffiths s’était endormie dans les bras du fils Talbott, pour son plus grand bonheur. Il l’avait regardée s’assoupir et s’était rapidement endormi après elle, seulement vêtu de son caleçon. Maintenant que ses yeux s’étaient habitués à la lumière du jour, il distinguait le visage encore endormis de sa douce, qui ressemblait à un ange. N’ayons pas peur des mots, pour la première fois de sa courte vie, Evan était amoureux. La jeune Griffiths avait réussi à ensorceler son cœur grâce à son sourire, ses blagues, sa répartie plus que mordante et son regard si démonstratif. Alors qu’il était un garçon réservé et effacé, Evan réussissait à sortir peu à peu de sa coquille en présence de la jeune fille, ce qui était une grande victoire. Pour preuve de cette réussite, Wilda était la première femme, sans parler d’Elise Lerouge et de Lindsay Talbott, à pénétrer dans l’antre du second fils Talbott. Aucune femme n’avait mis les pieds ici, et encore moins pour y passer la nuit. La décoration des lieux était assez inexistante. Il y avait de très nombreuses étagères sur lesquels se trouvaient de très nombreux livres, plus ou moins anciens et plus ou moins abîmés. Sur la table de cheveux du jeune homme, sur une pile de livre, se trouvait également une belle photo de famille. Il y en avait une autre sur le mur, et encore une sur une commode. Un des tiroirs du jeune homme était plein de mouchoirs brodés à ses initiales quand un autre était rempli de chemises blanches parfaitement pliées et repassées, par l’elfe de maison de sa mère évidemment. Tout dans son appartement rappelait sa famille, qui était omniprésente dans sa vie.
Ne réussissant pas à résister, le jeune Langue-de-Plomb passa sa grande main dans les cheveux de la jeune femme encore endormie. Cette nuit, comme toutes les autres, avait été exceptionnelle. Evan n’était pas forcément porté sur la chose, mais avec Wilda, c’était si… Si… Il n’y avait pas de mots, en fait. Il était incapable de décrire ce qui se passait entre eux, sans forcément parler de ce qui se passait une fois dans la chambre à coucher. Il y avait une espèce d’alchimie, de sentiment de plénitude quand le jeune homme était aux côtés de l’étudiante. Jamais encore il n’avait ressenti ce genre de choses. Evan déposa alors un tendre baiser sur le front de sa dulcinée, qui visiblement était en train de s’éveiller…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 348
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Mar 9 Oct - 4:42

La lueur du soleil qui filtrait au travers des rideaux chatouillait paisiblement les paupières de la jeune femme, endormie. Une main forte et douce s’était tendrement glissée dans la masse brune et désordonnée qu’était ses cheveux, ceux-ci s’étiraient et s’enroulaient à leur guise sur son visage, son cou et ses épaules nues. Cette caresse généra un léger gémissement chez la belle endormie et fut accompagnée d’un plissement de nez qui lui était bien à elle. Alors que la logique voulait qu’elle quitte peu à peu le monde de rêves, la sorcière s’y réveillait en faits. Le baiser déposé sur son front lui confirma qu’elle était de retour dans son paradis à elle, son rêve le plus enivrant et probablement le plus vacillant, quelque part en équilibre précaire sur la mince ligne qui séparait les rêves des cauchemars : de ses mensonges. Wilda savait qu’elle devait faire une femme d’elle et annoncer courageusement la vérité sur son âge à son partenaire, mais n’y pensons pas tout de suite, pas si tôt, pas avant l’heure du café. Profitons de ce moment de plénitude, encore une fois. « Mmmmm » gémit-elle de contentement alors qu’un petit sourire étirait ses lèvres et que son corps se dégourdit légèrement. « Bon matin » murmura-t-elle en gardant les yeux fermés et en recollant son front sur les lèvres du jeune homme à la recherche d’un deuxième baiser. Lorsqu’elle eut ce qu’elle quémandait, ses yeux papillonnèrent et s’ouvrirent enfin pour venir se poser sur le beau visage de l’homme qui partageait son lit – ou plutôt de l’homme à qui appartenait le lit qu’elle occupait.

Ce n’était pas la première fois que Wilda visitait les draps de celui-ci et elle ne s’en lasserait probablement jamais. Pas seulement parce que leurs ébats lui coupaient le souffle à chaque fois, bien que ce fut le cas, mais parce que de simplement y être, ainsi, peau contre peau, le regard dans le sien faisait défaillir ses poumons et l’emplissait d’un bonheur particulier qui lui était auparavant inconnu. Jamais la jeune femme n’avait rencontré un homme qui la stimule autant sur tant de facette. Bien qu’il fût un ancien serpentard, Evan avait l’âme d’un serdaigle : passionné par les découvertes, l’apprentissage constant et l’approfondissement de toute connaissance. Elle adorait l’écouter parler de sa dernière lecture, pour laquelle elle portait un réel intérêt. Elle le considérait comme un homme profond, complexe et énormément réfléchi, ce qui s’harmonisait à sa personnalité parfois plus spontanée. Espiègle à souhait, elle aimait aussi tenter avec humour de le déstabiliser, de le faire sortir de sa coquille et de son formalisme inculqué à la perfection par ses parents. Lorsqu’il lui souriait ou même éclatait de rire, la jeune femme sentait son cœur bondir contre sa cage thoracique. Wilda Griffiths était, bien malgré elle, complètement amoureuse de lui.

Ils se voyaient beaucoup plus, maintenant que l’année scolaire était enfin terminée, sans oublié qu’elle avait passé son permis de transplanage il y avait exactement 12 jours de cela. La fin du semestre d’hiver de l’École supérieure de magie tombant dans la même semaine que la fin des cours à Poudlard, il lui avait été aisée de justifié ses quelques visites en semaine…c’est qu’il devenait bien difficile d’attendre cinq longs jours avant de le retrouver. La sorcière bascula doucement sur son ventre et se hissa sur ses coudes tout en tentant de conserver la couverture bien haute dans son dos – ainsi, sous la clarté matinale, elle éprouvait une once de timidité à être seulement vêtue de sa culotte. « Bien dormi? » lui demanda-t-il avant d’aller cueillir un baiser sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Jeu 11 Oct - 15:18

Wilda colla son front aux lèvres d'Evan, ce qui le fit sourire de toutes ses dents. "Bon matin à toi aussi" murmura-t-il en la regardant avec douceur et en lui donnant ce qu'elle voulait. Le jeune homme la trouvait adorablement attachante. Il regarda la jeune femme basculer sur le ventre et se hisser sur ses coudes tout en détaillant son dos nus, qui par chance n'était pas entièrement recouvert pas le drap. Sa peau était blanche, douce, parfait, et il adorait y déposer des baisers. Ne pouvant pas se retenir, il s'approcha du corps de Wilda et embrassa son dos, longeant sa colonne vertébrale de bas en haut, avant de revenir dans la position qu'il avait à l'origine. Wilda était une femme magnifique, et elle le savait, ce qui la rendait encore plus belle. Elle connaissait les meilleurs moyens pour se mettre en valeur et cela faisait craquer Evan, il fallait bien l'admettre. Après sa question, la jeune femme vint chercher un baiser, et Evan lui offrit avec grand plaisir, lui cédant bien volonté ses lèvres, ou tout de lui d'ailleurs..."Très bien dormi, et toi ?" demanda-t-il en chuchotant.
Evan s'assit dans son lit, le corps tourné vers sa compagne pour pouvoir continuer à la regarder. Voulant lui faire comprendre qu'elle comptait pour lui et qu'elle n'était pas juste un passe-temps, il avoua "Tu es la première fille que j'amène ici" et il désigna du menton son petit appartement londonien. Oui, Wilda était importante pour lui, plus qu'une simple fille. Evan avait déjà été amoureux, une fois ou deux, mais jamais comme ça, jamais à ce point là. Quand elle était avec lui, il se sentait fort. Il avait l'impression d'être hors du temps dès qu'il passait des moments avec elle, et toutes ces mimiques réussissait à lui arracher à sourire, ce qui n'était pas vraiment la spécialité du jeune Langue-de-Plomb à la base. Avec elle, il avait envie de se lâcher, de profiter plus de la vie, de sa jeunesse, d'elle. C'était quelque chose d'incroyable, que jamais il n'aurait pensé vivre un jour, et pourtant elle était arrivée. Alors oui, elle était la première femme à pénétrer ces lieux, oui elle était la première à lui faire ressentir ça, et oui, elle était la première à lui donner autant envie de son corps, mais il espérait surtout qu'elle serait la dernière. Ils étaient jeunes, il le savait. L'avenir était loin d'être certain, à cause des mangemorts. Et peut-être voudrait-elle profiter de sa vie, avoir des conquêtes, goûter à d'autres hommes... C'était un risque, et Evan le savait, mais c'était trop tard, il était déjà beaucoup trop attachée à elle pour imaginer autre chose. Lui dirait-il un jour ? Peut-être, surement même. Mais, pour l'instant, il préférait simplement lui montrer, et il savait y faire pour ça. Il allait d'ailleurs lui préparer son petit déjeuné et lui apporter au lit, c'était déjà un bon début. Il déposa un baiser sur ses lèvres et se leva du lit, toujours seulement vêtu de son caleçon, et lui demanda "Tu prends quoi le matin ?".

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 348
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Ven 12 Oct - 6:15

« oui, beaucoup bien » murmura-t-elle en un souffle lorsqu’il lui demanda, en rompant leur baisé, si elle aussi avait bien dormi. La vérité était qu’elle avait terriblement bien dormi. La première nuit qu’ils avaient passé ensemble la jeune femme n’avait presque pas fermée l’œil : elle n’était pas habituée de partager un lit avec un homme et chacun de ses mouvements l’avait sorti de son sommeil, mais elle avait également stressé un peu. Stressé d’avoir enfreint cent cinquante mille règles de l’école et d’être naïvement inexpérimentée. Ce matin par contre elle était complètement à l’aise. Évidemment, ses mensonges lui poquaient le coin de l’esprit, mais son bonheur extatique les gardaient bien isolés.  Lorsqu’Evan lui avoua qu’elle était la seule femme a avoir pénétré non antre, Wilda sentie son ventre bondir. Elle était flattée, mais surprise. Elle aurait cru qu’un homme à la carrure aussi délectable  que lui aurait ramené maintes conquêtes sous ses draps, mais visiblement elle s’était trompée et pour une raison qu’elle ne pouvait clairement expliquée, elle eut l’impression de l’aimer encore plus. Sa relation avec Evan était nouvelle, mais pourtant, elle avait l’impression qu’elle le connaissait et le comprenait sur plusieurs points. Par exemple, il ne lui avait pas fallu beaucoup de temps pour comprendre qu’il n’était pas l’homme le plus communicatif qu’il soit et qu’un aveu de la sorte ne devait pas être pris à la légère. En fait, en termes de communication, Wilda s’attardait sur les détails. Elle l’observait longuement, tentant même de l’étudier. Elle savait maintenant que ses silences n’étaient pas signe de malaise, mais, au contraire, représentaient le confort. Elle savait que chacun de ses touchés étaient pensés, calculés et à l’écoute de ses réponses, complètement dénué d’égoïsme. Il était d’une générosité presque sans égal qui dépassait la bienséance avec laquelle il tentait de justifier ses actions. Sans se l’avouer, Wilda savait qu’elle n’était pas qu’une simple conquête. Elle savait qu’elle se creusait rapidement une place spéciale dans sa vie, mais une partie d’elle avait également peur de se tromper et de n’être, en faits, qu’une simple passante dans sa vie, car Evan Talbott n’était définitivement pas n’importe qui. À son aveu, Wilda ne sut que répondre, mais elle ne put empêcher un grand sourire de s’étirer sur ses lèvres, elle était heureuse et elle tenta, par son sourire pétillant, de le lui faire comprendre. Il était trop tôt pour lui dire qu'elle l'aimait, pas vrai? Une partie d’elle fut tenté de blaguer et de soulever qu’il était impensable qu’un homme tel que lui n’eut jamais ramener de femme dans ses draps, mais elle se retint, car elle savait que ce n’était ni humour de bon goût,  ni une information qu’elle désirait avoir.

Evan vint lui voler un autre baisé et elle en dégusta chaque seconde, beaucoup trop brève à son goût. À son avis, les matins étaient faits pour être passés au lit, à profiter de toute sorte de choses. C’était un mensonge, en faits, pour Wilda les matins étaient réservés à se lever à 5h30 pour aller s’entrainer avant les cours, mais elle savait tout de même apprécier la grasse matinée, surtout en compagnie d’Evan. « Mmm, un café et… des céréales? » lui répondit-elle. En toute honnêteté, Wilda avait l’habitude de manger comme un troll le matin, ou plutôt comme la grande sportive qu’elle était, soit deux ou trois œufs, un bout de pain, des fruits et, si possible, un morceau de jambon. Évidemment, la sorcière ne voulait pas imposer son appétit au jeune Talbott et lui offrit un mensonge pieux alors qu’il l’abandonnait seule dans son lit. Ce n’était pas bien grave, elle allait survivre et ferait le plein de protéines lorsqu’elle mettrait le pied à la maison. Bien qu’elle ne refuse jamais de la nourriture, Wilda aurait bien aimé qu’il reste à ses côtés, collés dans son lit, toute la journée, et même la journée qui suivait, pourquoi pas. Patiemment, elle attendit son retour, en se remémorant la chaleur de sa peau, sa définition de ses biceps et la fermeté de ses abdominaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Sam 13 Oct - 17:12

Evan n'attendait pas de réponse lorsqu'il lui avait avoué qu'elle était la seule femme à avoir pénétré ses lieux et, plus implicitement, son cœur. Ce n'était pas une déclaration à laquelle on pouvait répondre naturellement, et le visage de Wilda en disant suffisamment long pour qu'Evan comprenne que ça lui faisait plaisir et qu'elle comprenait ce qu'il voulait dire. De toute façon, le jeune Talbott n'était pas du genre à se confier sur ses sentiments, du moins pas clairement. Dire je t'aime n'était pas une chose qu'il faisait, déja parce qu'il ne savait pas le faire, mais surtout parce qu'il ne savait pas ce qu'il en était du côté de Wilda. C'était une jeune femme qui voulait profiter de la vie, et il le savait. Comptait-il pour elle ? L'aimait-elle comme lui l'aimait ? Parce que oui, il était tout simplement amoureux de la jeune et jolie brunette. Les deux tourtereaux ne se fréquentaient pas depuis assez longtemps pour parler de sentiment et pour tout mettre sur la table, même si Evan en avait de plus en plus envie... Alors qu'il aurait du penser à s'amuser, à draguer et à passer de filles en filles, il commençait à s'imaginer se poser, avec Wilda bien sûr. Au départ, il ne s'intéressait pas vraiment eux femmes, parce qu'il ne savait pas draguer et que ses peu nombreuses expériences lui avaient laissés de mauvais souvenirs, mais surtout parce qu'aucune d'elle ne lui donnait envie de passer un moment avec. Puis Wilda était arrivée, et tout avait changé, même ce qui n'aurait jamais dû changer...
Quand Wilda commanda son petit déjeuné, Evan la regarda, un peu mal à l'aise. "Pour le café il y a pas de problème" commença-t-il. C'était le reste, le problème. Les enfants Talbott n'avaient jamais, au grand jamais, pris de céréales au petit déjeuner chez eux. Dans la demeure du patriarche Talbott, les elfes de maisons servaient des fruits, des œufs brouillés, du bacon, des pan cakes et ce genre de choses le matin, mais jamais une nourriture aussi populaire que les céréales. D'ailleurs, Evan n'en avait encore jamais mangé, mais il fallait avouer que ça ne l'intéressait pas trop. "J'ai pas de céréales" avoua-t-il, "mais si tu me décris ce qu'il y a dedans je peux tenter de te trouver quelque chose de ressemblant" proposa-t-il, sans pour autant savoir si c'était possible puisqu'il ne connaissait pas vraiment la composition d'un paquet de céréales... Evan regardait Wilda depuis l'extérieur du lit, détaillant son visage, son corps, avec délectation mais un peu d'appréhension. Allait-elle se moquer de lui parce qu'il ne connaissait pas ce plat basique pour le commun des sorciers, et des moldus ? Après tout, on ne mangeait pas ça, chez les sang-purs, et ce détail sauta d'un coup aux yeux d'Evan. Qu'est-ce qu'était Wilda ? Sans s'être inquiété de ça, il s'était attaché à elle, en tombant même amoureux, alors que sa famille était très fermé sur le sujet. S'était-il embarqué dans une histoire que sa très chère mère condamnerait ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 348
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Sam 20 Oct - 22:55

Wilda ne fut pas surprise lorsque son partenaire lui avoua ne pas avoir de céréales. Elle imaginait déjà très bien la vie d’un jeune professionnel célibataire qui n’était pas assidu sur l’épicerie et la diversité alimentaire et qui ouvrait avec espoir les portes de son garde-manger pour se rendre compte qu’il avait, une fois de plus, oublié d’aller acheter de quoi à se mettre sous la dent. Du moins, ce serait définitivement son cas. Alors qu’elle adorait mangé, la sorcière n’était très certainement pas suffisamment organisée pour intégrer à sa routine des courses qui considèrent qu’un humain normalement constitué devait manger trois fois par jour, voir quatre. Un sourire charmée s’étira sur ses lèvres - elle se sentait fondre à tous ses propos, pertinents ou non, c'était dire combien elle était affectée - pour mieux se transformer en une expression incrédule lorsqu’il lui demanda qu’est-ce qu’il y avait dans des céréales. « Tu ne sais pas ce qu’est des céréales? » demanda-t-elle avec curiosité en s’asseyant en tailleur sur son lit et en tirant le drap juste en haut de sa poitrine. Comment quelqu’un pouvait-il ne pas savoir ce qu’était des céréales? C’était probablement le déjeuné le plus commun au monde! Wilda n’en mangeait pas souvent, car c’était très peu nutritif, mais elle se rappelait encore ses crisettes de jeunesse alors qu’elle suppliait son athlète de mère de bien vouloir lui laisser manger ces flocons sucrés pour faire changement des œufs. En détaillant les traits nobles du visage de son homme, la serdaigle eut soudain l’image de sa bonne amie Lindsay et de sa posture droite et coincée – qui ressemblait tant à son frère – et elle n’eut aucun mal à s’imaginer la voir refuser un bol de céréales avec dédain. Elle oubliait parfois comment son amie pouvait être hautaine, un comportement auquel elle ne portait pas grande attention, car elle avait compris avec les années qu’il découlait d’une éducation stricte et bourgeoise, et non de convictions profondes. Du moins c’est ce qu’elle pensait. Wilda venait sans aucun doute d’une famille dont la fortune de se comptait plus – financée par tous ces fanatiques sportifs – mais aux valeurs probablement bien plus libertines que celles d’Evan. Ne jamais avoir manger de céréales, non mais vraiment? « Mon pauvre enfant » dit-elle en se levant d’un bon pour se rapprocher de lui, « c’est d’une tristesse indescriptible, tu n’as jamais eu la chance de goûter à ces morceaux croustillants et bien sucrés…» ajoute-t-elle théâtralement.  « Il faudra donc qu’on parte à l’aventure, toi et moi…à la conquête des délicieuses céréales ! Même que les moldus en vendent de couleurs…On dira bien ce qu’on veut, mais ils sont ingénieux ces sans baguettes pour inventer tant de petites merveilles! » finit-elle à la blague. La jeune femme adorait le taquiner et l’idée de le faire sortir de sa zone de confort de temps à autre l’exaltait. Elle vint ponctuer ses paroles d’un joyeux bisou sur sa joue. « Alors qu’est-ce que tu manges le matin, dit-moi? Je n’ai pas été complètement franche… je n’ai pas l’habitude de manger des céréales, mais j’ai pensé que c’était ce qu’il y avait de plus simple…je veux dire, je ne veux pas que tu te mettre à cuisiner une douzaine d’œufs pour combler mon appétit » scanda-t-elle.  

Wilda était excitée comme une gamine, probablement propulsée par la sensation de bonheur qui l’animait à l’idée de passer cette matinée à ses côtés. Si elle ne se retenait pas, elle serait probablement en train de bondir de joie dans la chambre de son amant, simplement couverte par le drap qu’elle tenait toujours serré sur son torse. La sorcière était tellement comblée qu’elle n’avait aucunement perçu le malaise et les doutes qui semblaient avoir rampés sous la porte et remplissaient tranquillement l’atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Mer 7 Nov - 11:32

Presque déçu, Evan regarda Wilda se mettre en tailleur sur son lit en pensant à reprendre le drap afin de cacher son magnifique corps... Tant pis pour lui ! L’expression incrédule que son visage refléta arracha un sourire au jeune-homme. Était-ce si étrange qu'il n'ait jamais vraiment mangé de céréales ? En vingt et un an d'existence, cela ne lui avait jamais manqué en tout cas ! "Pas vraiment" se contenta-t-il de réponse en haussant les épaules. Il savait vaguement ce que c'était, des trucs qu'on mangeait au petit déjeuné, mais de là à en savoir exactement la composition... Non. Clairement pas. D'un coup, après l'avoir observé quelques instants, la jeune femme se leva d'un bond et se rapprocha de lui en le plaignant, ce qui était loin de l'incommoder puisqu'il pouvait presque sentir la chaleur qui émanait du corps de sa... sa quoi ? Petite amie ? Il sourit, avant d'ajouter "Ma vie n'a aucun sens alors !". Autant entrer dans le jeu de la jeune femme, c'était plus amusant comme ça, même si ce n'était pas vraiment dans les habitude de cadet Talbott. Wilda continua sa représentation, pour le plus grand bonheur d'Evan, qui la regardait avec un sourire et parfois quelques petits rires. Lorsqu'elle déposa un baiser sur sa joue, il ne put s'empêcher d'enserrer sa taille fine afin qu'elle ne s'éloigne pas de nouveau.
Wilda fit l'aveux de son petit mensonge, qui parfait d'une bonne et gentille attention. "Cuisiner pour toi ne me gêne pas du tout" avoua son compagnon au creux de son oreille. Pour tout avouer, la cuisine n'était pas forcément un moment de plaisir pour le fils d'Elise Lerouge. Les elfes de maison l'avaient toujours fait pour lui, avant qu'il ne vienne s'installer seul à Londres, alors il n'était pas encore très à l'aise avec cela. Pourtant, faire un petit déjeuné à l'élue de son cœur était une perspective qui lui plaisait presque... "'Le matin je mange comme à peu près tout les sang-purs je présume...". Les habitudes alimentaires des gens de même classe sociale étant sensiblement les mêmes, Evan supposait que tous ses camarades sang-purs avaient à peu près la même chose dans leur assiette le matin. "Des oeufs, du bacon, du pudding... Ce genre de choses qui nourrit bien !" énuméra-t-il, la faim lui tiraillant de plus en plus le ventre à mesure qu'il y pensait. "Parce que tu mangeais quoi, toi ?" demanda-t-il enfin. Ne mangeait-elle pas comme lui ? Après tout, les sangs-purs... Et là, quelque chose traversa l'esprit du normalement perspicace Evan, à laquelle il n'avait pas encore réfléchi. Wilda et lui n'avait encore jamais évoqué la nature de leur sang... Pour le jeune homme, seul son nom de famille, bien connu, suffisait à faire comprendre qu'il faisait partie des sangs-purs, mais pour elle ? Une légère angoisse s'insinua alors dans son esprit, et, comme par réflexe, il resserra sa prise autour des hanches de la brune. Et si elle n'était pas comme lui ? Pourrait-il encore la fréquenter ? Comment avait-il pu tomber amoureux d'une femme avant même de vérifier qu'il le pouvait, qu'il en avait le droit ? C'était idiot et totalement inconscient de sa part.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 348
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Ven 9 Nov - 19:43

Manger comme les sang-purs. Manger comme les sang-purs. Mais qui parlait ainsi? Particulièrement dans le climat actuel qui régnait dans la communauté sorcière. Comme si le statut du sang était relié d’une quelconque manière à des habitudes de vie, autre que celle d’avoir un manche à balai enfoncé quelque part. Le sourire de Wilda se figea et les avertissements de son meilleur ami au sujet de la famille Talbott lui revint en tête. Ce pouvait-il réellement que sa relation avec Evan puisse la mettre en danger? À la douceur évidente de l’homme dont elle était amoureuse, la jeune femme avait décidé que les avertissements de Darius étaient gonflés par le sentiment de protection qu’il avait à son égard. D’ailleurs, ils se voyaient depuis un moment déjà et jamais il n’avait soulevé la question de son groupe sanguin. Il s’agissait d’une évidence qu’il ne s’en souciait guère, pas vrai? Probablement. C’est pourquoi la sorcière repris contrôle de son sourire et vint enrouler courageusement ses bras autour du cou d’Evan, le drap seulement retenu par la prise crispé de celui-ci et la proximité de leur corps. Elle ne pouvait lui sauter à la gorge pour le simple emploi d’un terme valorisé par un groupe d’extrémistes violents et inconscients, ce n’était pas sa faute. Wilda se leva même sur le bout des orteils pour l’embrasser longuement, tentant d’ignorer les battements nerveux de son cœur.

Elle se détacha enfin et lui répondit, « Oh, j’imagine que je mange comme les autres – les impures - un verre d’eau et un bout de pain sec » affirma-t-elle d’un air mi-espiègle, mi-défi, comme si les sang-impurs n’avaient aucune ressources. Elle n’avait pas l’intention de se fâcher de sa remarque, mais elle n’allait pas pour autant la laisser passer comme dans du beurre. Après tout, il ne faisait pas mal de faire comprendre aux richissimes familles que le reste du monde n’était pas partie de la plèbe et qu’ils devraient penser à descendre un peu de leur piédestal. C’est donc ce qu’elle fit avec une touche d’humour. « Mais non, je mange exactement comme toi, à l’exception que chez nous, on prône le jambon et non le bacon, un choix bien plus santé et porteur en protéines. Si tu veux mon avis, je pense qu’on mange un peu trop le matin à la maison…mon père se pli en quatre pour nous cuisiner des œufs brouillés, tournés, à la coque, du fromage blanc, du jambon… en fait je pense que si ma mère avait le dernier mot on mangerait du steak et du poulet pour déjeuner… Mais bon, c’est une athlète et une athlète accomplie, alors j’imagine qu’on a intérêt à se gaver autant qu’elle! » termina-t-elle avec un léger rire. Sa mère était plutôt intense dans tout ce qui avait trait au sport, à l’entrainement, à la nutrition, mais bien que Wilda ronchonnait parfois dans sa barbe, elle admirait la discipline de Glynnis et tentait d’adhérer à ses standards élevés pour optimiser ses propres performances. « Tu veux bien me prêter un chandail pour qu’on aille cuisiner ces œufs? Ce draps est un peu encombrant, tu ne trouves pas…» lui souffla-t-elle d’un ton coquin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Dim 11 Nov - 15:46

Evan remarqua bien que le sourire de sa bien-aimée se figea quelque peu, ce qui n'annonçait rien de bon. Visiblement, le sujet du la pureté du sang n'était pas particulièrement apprécié de la jeune fille qui se couvrait tant bien que mal avec un drap. Celle-ci passa tout de même ses bras autour de la nuque du jeune homme et l'embrassa avec beaucoup de douceur. Wilda se détacha néanmoins de lui, avant de lâcher une phrase qui mettait le jeune Talbott devant une vérité qu'il aurait mieux fait de ne pas chercher à connaître : son sang était impur. Ce qui faisait donc de lui un traire à son sang, ainsi qu'à sa famille. La Langue-de-Plomb se raidit donc et passa une main dans ses cheveux, gêné de savoir qu'il était en train de faire une erreur que sa famille ne lui pardonnerait surement jamais, mais quelle belle erreur que c'était... S'il ne l'aimait pas, il la quitterait sans en parler à personne, et sa vie resterait aussi tranquille qu'elle l'était, sans que sa famille ne le flagelle pour trahison de son sang. Mais il ne pouvait pas, parce qu'il était amoureux. Il était vraiment dans une situation compliquée, et il comprenait bien que rien ne serait plus jamais pareil et qu'il risquait de perdre beaucoup... "Les impures..." répéta-t-il bêtement en faisant quelques pas. Il la regarda soudain, pris d'une peur sans borne. "Tu es une née-moldue ?" demanda-t-il alors, tentant de garder son calme. Si ses parents étaient moldus, il pouvait être sûr de se faire rejeter par toute la communauté sang-pur. Mais ce n'était pas ce qui lui faisait le plus peur... A vrai dire, il s’inquiétait surtout de la réaction de sa mère, de Lindsay et d'Amaury... Il ne pouvait pas risquer de les perdre, pas eux. Mais il ne pouvait pas non plus perdre Wilda, c'était quelque chose d'inimaginable pour lui maintenant qu'elle prenait autant de place dans sa vie, mais surtout dans son cœur. Il l'aimait, et rien ne pourrait changer ça, il en avait bien conscience. Il passa une nouvelle fois la main dans ses cheveux, agacé par sa propre bêtise. "Ma famille est... Comment dire..." commença-t-il sans savoir quoi dire, sans savoir comment expliquer les choses à Wilda.
Le jeune Talbott écouta Wilda parler de ses parents et de leur petit déjeuné d'une oreille distraite, trop secoué pour vraiment être attentif. Il se contenta d'hocher la tête. Pourtant, lorsqu'elle parla d'un chandail et du drap qui n'était pas forcément le plus efficace pour cacher les formes qu'Evan désirer pourtant ardemment voir, il sembla de retour avec elle, son attention revenant comme par miracle. "Tu n'es pas obligée de te couvrir pour cuisiner, tu sais..." murmura-t-il alors, sur le même temps que la brunette.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 348
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Mer 14 Nov - 4:19

Wilda sentit Evan se raidir et son cœur à elle tomber au fond de son estomac. L’homme qu’elle aimait faisait partie de ceux qui discriminaient sur la base du sang. Elle avait tant voulu se convaincre qu’il était bien trop intelligent pour croire à de telles sornettes, qu’elle avait en quelque sorte fait preuve d’aveuglement volontaire à son égard. Darius l’avait prévenu. La jeune femme connaissait particulièrement bien le statut des Talbott, elle partageait son dortoir avec une et bien qu’elle affectionnait Lindsay, il était vrai qu’elle évitait particulièrement toute discussion qui avait pour sujet la pureté du sang, l’arbre généalogique ou les coutumes familiales archaïques. Aurait-elle du le confronter plus tôt? Comme quoi en temps de guerre valait mieux parler politique comme préliminaire à l’arrachage de vêtements.

Lorsqu’il se détacha froidement d’elle, le drap tomba et ses yeux s’embuèrent. Elle le ramassa vivement et le serra autour de ses épaules, ne laissant qu’à découvert que son visage. L’historique sexuel de sa famille le dégoûtait-il autant? La repoussait-il pour si peu? La sorcière senti son cœur s’égrainer dans sa poitrine, puis s’enflammer. Rapidement, la vague de tristesse qui venait de la submerger se transforma en colère. Une colère qui lui donna envie de se révolter, de confronter et surtout, de tenir tête à ces convictions dénuées de sens. « Si je te dis que je suis née-moldu tu vas courir désinfecter ta baguette pendant des heures? » répondit-elle d’un ton claquant, mais calme. Wilda n’était pas née-moldu, mais elle n’allait certainement pas lui faire le plaisir de le rassurer d’une quelconque manière sur la mixité de son sang et l’éducation uniquement sorcière de ses deux parents. Ces choses-là ne devraient avoir aucune incidence sur la sincérité et la profondeur d’une relation entre deux êtres humains et si Evan était trop borné pour le réaliser, alors il n’avait pas sa place dans sa vie. Malheureusement, toute aussi fière et déterminée était-elle de cette affirmation, la jeune femme ne pouvait faire la sourde oreille à son cœur qui lui hurlait que cet homme avait bel et bien sa place dans sa vie. « ‘Ta famille’ quoi Evan? » insista la sorcière pour le pousser à cracher le morceau. « Ta famille est partisane des mariages entre cousins et est tellement insécure qu’elle a adhéré à un discours bourré de sophismes et aux prétentions toutes plus illogiques les unes que les autres? » clama-t-elle la voix vibrante de colère, les sourcils bien hauts. « Je m’en fou de ta famille Evan, ce n’est pas d’elle dont je suis amoureuse » ajouta-t-elle en soutenant bravement son regard. À ses paroles intransigeantes, la jeune femme y joignit un tendre aveu. La serdaigle venait probablement de déranger son amant avec ses propos secs au sujet de sa famille, mais elle voulait qu’il comprenne que ses hésitations la blessaient. La discussion était entamée et elle ne passerait pas par quatre cheminées pour faire valoir sa position. Ainsi, elle crut bon mettre cartes sur table et admettre pour la première fois ses sentiments à son égard, d’autant plus qu’il s’agissait peut-être de la dernière occasion où elle pouvait le faire.

Lorsqu’il reporta son attention sur son corps et lui fit comprendre qu’il ne souhaitait pas qu’elle le recouvre, Wilda laissa échapper un bref rire jaune. Il était sérieux à penser qu’il la verra nu après être devenu si froid à la simple pensé que ses parents n’étaient pas consanguins? Les mecs! « Je vais me couvrir. Il ne faudrait pas que ta famille brûle ces jolis yeux pour avoir osé s’être posés sur mon sale corps d’impure. » répliqua-t-elle durement, en empoignant son pantalon et tentant de l’enfiler sans que le drap glisse et ne dévoile quoique ce soit…cette manœuvre n’était ni élégante, ni concluante. Eh puis merde !Excédée, elle envoya balader son pantalon d’un coup de pied, puis rapporta son regard dans celui de l’élu de son cœur. « Alors Evan, toi tu en penses quoi de la pureté de mon sang? » lui demanda-t-elle d’un ton neutre en laissant complètement tomber le drap au sol, se mettant ainsi à nu. Wilda sentait ses joues brûler sous son audace, mais elle n'allait certainement pas détourner le regard. Après tout, la sang-mêlé n’avait pas à se sentir gênée de quoi que ce soit. Elle n’était pas souillée, ni inférieure, ni même imbécile de s’être faite charmer jusque dans son lit. Non, s’il y avait un idiot dans la pièce, ce serait lui et elle ne le laisserait pas la convaincre autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Ven 16 Nov - 22:08

Evan, qui tournait comme un lion en cage, remarqua bien les yeux embués de Wilda, mais il était bien trop préoccupé pour réagir. Beaucoup de pensées se mélangeait dans sa tête, beaucoup de question, de peur, de problème. Il imaginait déjà sa famille lui tourner le dos, les sang-purs le renier comme on avait renié Andromeda lorsqu’elle avait décidé de se marier avec Ted… Bon sang mais dans qui il s’était encore fourré ? Il était normalement assez observateur pour éviter les problèmes, et, loin de penser que Wilda était un problème, il savait très bien qu’il en aurait quand même, à cause des pensées archaïques des Talbott. Les préoccupations ainsi que les pas du jeune homme furent couper par le ton sec de Wilda qui insinua qu’elle était née-moldue, lui demandant s’il allait maintenant courir se nettoyer la… baguette. Le brun braqua des yeux ronds de surprise et d’agacement vers elle. « Ne dis pas n’importe quoi ! » cracha-t-il presque alors qu’il recommençait à faire les cents pas. Pensait-elle ça de lui, vraiment ? Etait-elle en train de penser que son sang avait une quelconque incidence sur la façon dont il la voyait, dont il l’aimait ? Elle ne comprenait pas, elle ne pouvait pas comprendre. Elle n’avait pas grandi dans cette famille, dans cette ambiance, dans ces règles. Que pouvait-elle imaginer à propos d’eux ? Qu’ils étaient des monstres ? C’était loin d’être le cas… A ce moment précis, elle fit ce qu’elle n’aurait jamais dû faire : parler de la famille d’Evan. « Ne parles pas de ce que tu ne connais pas ! » dit-il en rivant son regard noir à celui de Wilda, une pointe de rage étant maintenant apparue dans sa voix. Ce n’était pas lui, Evan était quelqu’un de calme et réfléchi, mais là elle dépassait les bornes. C’était une des règles les plus précieuses et sacrées concernant le jeune homme : ne pas parler en mal de sa famille…  Pourtant, la colère du brun laissa rapidement place à autre chose, à un mélange d’émotions contradictoires et très différentes, lorsque sa belle lui avoua être amoureuse de lui. Son regard redevint clair, il passa une main dans ses cheveux et cessa de faire des ronds dans sa chambre. Evidemment, il l’aimait aussi, de tout son être, que son sang soit pur ou non, mais il aimait également sa famille, et jamais les siens n’accepterait Wilda, il le savait très bien. Il s’approcha d’elle, tendit sa main vers la joue de sa joueuse de quidditch préférée avant d’arrêter son geste, cherchant ses mots et, pour une fois, ne les trouvant pas. Il la regarda quelques secondes dans les yeux avant de les baisser, en faisant de même pour son bras. « Tu ne sais pas de quoi tu parles, Wilda. Tu ne sais rien de ma famille… » déclara-t-il le visage baissé.
Son regard se porta ensuite sur son corps, presque tendrement, car celui-ci était à se damner, qu’il soit rempli de sang de moldu ou non. Il allait lui dire, mais elle ouvrit la bouche pour reparler de ce qu’elle appelait maintenant de son corps d’impure. Il leva les yeux au ciel. Elle n’allait pas lâcher l’affaire, et il en était conscient. Il la regarda tenter de s’habiller, en vain, puis laisser tomber le drap. Elle se mit à nu devant lui, et lui demanda ce qu’il pensait réellement. « Tu veux savoir, vraiment ? » murmura-t-il en faisant un pas vers elle et en continuant de soutenir son regard sans baisser les yeux sur sa belle peau blanche. « Je me fiche de ton sang, mais ma famille non » commença-t-il, s’arrêtant à un petit pas de sa belle. « Qu’on soit bien clair, qu’ils l’acceptent ou non ne serait pas important pour moi si tu n’étais qu’une fille de passage. Mais je t’aime, et je veux donc un futur avec toi. Tu sais ce que ça veut dire ? » demanda-t-il alors, presque avec douceur. « Ca veut dire que je vais devoir faire un choix entre toi et ma famille, parce que jamais ils ne t’accepteront et que jamais je ne pourrais cesser de t’aimer » murmura-t-il, comme si le fait de le dire bas réduisait les chances que l’inévitable se produise.
Wilda s’était mis à nu, et Evan en avait fait de même. Il ne savait pas comment ça finirait, mais elle avait le droit de connaître la vérité.  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 348
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Dim 18 Nov - 1:01

Wilda avait les deux pieds cloués au sol, elle ne bougeait pas d’un poil, du moins en apparence. Son for intérieur était déchiré par une violente tempête d’émotions toutes plus intenses les unes que les autres. Elle était révoltée, blessée, amoureuse, mais surtout elle était terrifiée. Non seulement terrifiée par la bulle de colère qui animait Evan, mais terrifiée qu’il prenne la décision de ne plus jamais la revoir. Son ton autoritaire lui donna envie de déguerpir, mais sa fougue la garda fermement en place, les yeux encrés dans les siens, sans ciller. Soudainement, son ton changea, se calma et il se mit à avancer vers elle, doucement. Lorsqu’il lui avoua ses sentiments, de cette manière si franche et profonde, la sorcière sentie ses jambes ramollir et sa colère disparaître en un clin d’œil. Sans s’en rendre compte, elle cessa de respirer et eu envie de s’accrocher au torse nu de son homme pour s’empêcher de vaciller. Il ne lui avait pas dit un simple je t’aime, il avait déclaré ne jamais pouvoir cesser de l’aimer. Ce n’était pas des choses qu’on prononçait à la légère. De nouvelles émotions assaillirent son estomac qui se gonfla d’une bulle de bonheur et d’angoisse, cette dernière qu’elle s’empressa de repousser dans un coin de sa tête, ce n’était pas le moment de lui avouer ses mensonges.

Elle se remit à respirer, et son regard s’adoucie, exprimant maintenant un mélange de tristesse et d’empathie. « Je ne veux pas que tu fasses un choix entre ta famille et moi…» murmura-t-elle d’une voix à peine audible. Évidemment, elle ne voulait pas qu’il la quitte, mais fermer la porte sur sa famille, qu’il aimait visiblement très fort, n’était pas envisageable. Cela lui causerait de la tristesse, et la dernière chose qu’elle souhaitait était de le voir malheureux. Une pointe de révolte se pointa une fois de plus dans son estomac à la penser qu’on puisse être si cruel que de refuser à son enfant, à son frère qu’il soit heureux avec la femme qu’il aimait. Comment pouvait-on dire aimer, lorsqu’on ne souhaitait pas sincèrement le bonheur de la personne aimé? À ses yeux, ce n’était pas cela, l’amour. Faire passer des convictions anarchiques et complètement infondées avant le réel bonheur de ses enfants…Wilda ne pourrait jamais comprendre comment une famille pouvait être aussi insensible. Elle ne pouvait pas lui dire franchement le fond de sa pensée – elle avait bien vu comment il n’aimait pas qu’on parle en mal de sa famille, qu’il aimait inconditionnellement, lui – mais elle ne pouvait pas non plus garder le silence. Avec diplomatie, elle formula donc la pensée qui lui brûlait le bout des lèvres : « Evan, c’est ta famille, ton bonheur doit leur être bien plus important que mon arbre généalogique. Aimer c’est vouloir le bonheur de l’autre…je ne peux pas croire que ta famille souhaite te faire souffrir. » dit-elle tout doucement. Elle eut envie de poser une main compatissante sur son avant-bras, mais elle n’osa pas, l’atmosphère était encore trop incertaine. « Le contraire serait complètement illogique Evan… d’autant plus que les théories du sang ne sont pas fondées en faits et outre un désir de pouvoir et de domination, je ne peux pas croire qu’ils y croient vraiment…suffisamment pour en constituer les assises d’une décision si drastique et cruel que de… que de te forcer à faire un choix.» ne put-t-elle s’empêcher d’ajouter, une once de défi brillant dans ses iris. Elle ne souhaitait pas le fâcher encore, mais elle se devait d’avoir l’heure juste sur sa pensée réelle au sujet de la pureté du sang. Jamais elle ne lui demanderait de renier sa famille, aussi ignoble pourrait-elle s'avérer être, de cesser de l'aimer ou même parlerait-elle franchement en mal d'elle, mais elle ne pouvait donner son coeur à un homme qui défendrait les idéaux de sa famille. Les enjeux étaient grands pour elle aussi : la guerre ne faisait que se tramer, le moment viendrait où les positions devront devenir plus drastiques, Wilda avait déjà fait son choix, qu’en serait-il de l’homme qu’elle aimait? D’ailleurs, une telle relation mettrait-elle en danger sa sécurité et celle de sa famille? À quel point celle d’Evan pouvait mal réagir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Dim 18 Nov - 20:34

Evan n’était pas naïf au point de croire que tout allait bien se passer sous prétexte que l’amour triomphait toujours. Non, il savait très bien qu’il était probable que rien ne finisse bien pour Wilda et lui, ou en tout cas pas pour lui…
Le ravissant regard de Wilda s’adoucit, et elle murmura qu’elle ne souhaitait pas qu’il choisisse entre sa famille et elle. Pourtant, il le faudrait, c’était certain. Les Talbott n’accepterait pas qu’un des leur ait une relation avec une impur, pas aux yeux de tous en tout cas, et Evan ne voulait pas se cacher. Il aimait Wilda, il voulait, un jour peut-être, en faire sa femme, puis, plus tard encore, la mère de ses enfants. Au fond de lui, il savait très bien qu’elle était celle qu’il lui fallait, alors il était hors de question de ne pas assumer au grand jour cette relation. Il l’annoncerait à sa mère, à son frère ainsi qu’à sa sœur, et ils ne réagiraient pas bien, c’était certain. La jeune femme, toujours nue, continua ensuite, parlant du fait qu’une famille voulait le bonheur de ses membres, que c’était ça qu’on appelait l’amour. Evan passa une main dans ses cheveux, gêné et perturbé par tout ce qui se produisait. Il ne s’attendait pas à vivre une situation pareille. « Ils ne souhaitent pas me faire souffrir, ne mélange pas tout, s’il te plait… » murmura le jeune homme, la tête baissée, le visage crispé. Elise Lerouge ne voudrait jamais du mal à ses enfants, c’était une mère beaucoup trop aimante et attentionnée pour cela. Amaury et Lindsay non plus n’étaient pas comme ça, même si tous les trois se chamaillaient souvent étant enfants, ils s’aimaient d’un amour profond et indéfectible. Mais Wilda ne comprenait pas, elle ne pouvait pas comprendre. Ce genre de choses, il fallait le vivre pour en saisir tout les tenants et les aboutissants. La jeune femme, belle et douce, parla ensuite de la théorie du sang, dont la famille d’Evan était, bien sûr, partisane. Selon la demoiselle, cette théorie, fausse, n’était pas suffisante pour qu’ils le forcent à faire un choix entre celle qu’il aimait et sa famille, ce qui fit arquer un sourcil au jeune homme. Il lui aurait bien répondu que sa mère et son frère faisaient des choses bien plus cruelles, puisqu’ils étaient mangemorts et que, pour eux, un choix était nécessaire, mais absolument pas quelque chose de cruelle, simplement d’obligatoire. « Un choix n’est en rien cruel à leurs yeux, Wilda. Les gens doivent faire un choix, et quand tu es un sang-pur il n’y en a qu’un qui soit justifié et justifiable selon eux, l’autre te menant à la répudiation simple et définitive » expliqua-t-il d’une voix étonnement rauque, presque douloureuse. Le jeune homme marcha jusqu’à son armoire, en sorti un sweat-shirt qu’il glissa sur le corps de son amante. « Tu n’es pas née là-dedans, tu ne peux pas comprendre que ce choix ne nous est pas donné, il est déjà fait pour nous ». Dans ce genre de famille, personne ne vous demandait jamais ce que vous vouliez, le chemin que vous aviez envie de suivre, puisqu’il était déjà tracé. De toute façon, quand on vous expliquait depuis la plus entendre enfance que, par votre sang, vous étiez supérieur aux autres et qu’ils ne méritaient pas d’être traités comme votre égal, vous finissiez par le penser aussi, parce que vous étiez conditionnés pour cela. Evan était un des rares cas qui montrait l’inverse. En effet, le jeune homme ne pensait pas que les sang-mêlés et les né-moldus étaient inférieurs à lui sous prétexte qu’il était un sang-pur. Même s’il pensait ça, il ne l’avait jamais dit, préférant faire comme si de rien n’était, afin de ne pas risquer de perdre sa famille comme Andromeda Black… Evan les aimait trop pour leur avouer sa façon de penser, alors il se laissait porter, sans jamais faire quoi que ce soit contre les sang-mêlés ou les né-moldus. Sa famille n’avait jamais demandé de preuve de son alliance à cette théorie, alors tout se passait très bien comme ça. « Chez les sang-purs comme nous, tout est différent de ce que tu connais… » finit-il par dire, la mâchoire crispée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



CAPITAINE SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

CAPITAINE SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 348
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Mer 21 Nov - 23:55

Wilda regardait l’homme qui avait ravi son cœur lui expliquer que, dans son monde, c’était tout à fait normal que des parents renient leurs enfants chéris pour la simple raison qu’ils avaient choisi partager leur vie avec la personne qu’ils aimaient, qui les rendaient heureux, et qui n’était pas inscrite au registre des Nott. La sorcière eu un élan d’amour envers son père. Elle avait toujours su que les familles fières d’être de sang dit pur étaient dérangées, mais elle en prenait pour la première fois pleine conscience. Elle comprenait également qu’Evan avait été endoctriné pour respecter la fatalité de cette mentalité. La jeune femme eut envie de s’entêter et de répéter que tout cela était cinglé, anormal et cruel et que si sa famille coupait les ponts avec lui pour si peu, c’était parce qu’il ne l’aimait pas. Du moins, elle ne méritait pas son amour et son dévouement à lui. Elle se mordit la langue et le laissa parler, bien décider à ramener un jour le sujet sur la table. Pour le moment, elle avait trop de questions et d’inquiétude pour argumenter sa position jusqu’à ce qu’il abdique. D’ailleurs, il n’avait plus du tout l’air en colère, mais plutôt désemparé et mal et elle ne souhaitait pas le forcer à rester dans cet état d’esprit. Elle voyait bien qu’il appréhendait les évènements et qu’il n’était pas heureux de son possible destin. La souffrance se dénotait dans chacune de ses paroles et le cœur de la brunette se serra encore plus. Elle le laissa lui enfiler son pull sans protester, puis, écoutant ses sentiments, lui pris la main gauche en signe de réconfort et posa brièvement sa main sur sa mâchoire crispée, comme pour lui faire comprendre qu'elle était là, de son côté. Quelques secondes plus tard, elle brisa le contact et vint s’asseoir en tailleur dans le lit, rassemblant ses esprits pour replonger dans cette discussion très peu agréable, d’autant plus que son ventre grondait et que son crâne quémandait une tasse de café.

« Alors, si tu continues avec moi… ta famille…ils vont couper tout contact avec toi? » demanda-t-elle la gorge serrée en jouant nerveusement avec un bout de couette. Elle ne voulait pas lui faire vivre une telle séparation. La serdaigle se mordilla la langue avant de décider de mettre sa révolte de côté et de lui avouer la nature de son sang. « Et si je te dis que mes deux parents viennent de familles sorcières, ça change quelque chose aux yeux des tiens? » lui demanda-t-elle en cherchant à trouver une solution à ce cette réalité déchirante. Peut-être que sa famille distinguait entre né-moldus et sang-mêlés. Wilda faisait partie de cette dernière catégorie : sa mère était née au sein d’une famille bien sorcière, mais néanmoins d’une lignée qui ne se qualifiait pas sous les critères des Sang-Pûrs. Son père, à ce qu’elle savait – et elle en savait très peu – venait d’une  grande famille de Sang-Pûrs, une de celle que la famille d’Evan respectait tant. « Hmm… alors les parents de ma mère sont sorciers, je ne sais pas trop quel ancêtre à fricoté avec un moldu, mais Griffiths n’est pas un nom de Sang-Pûrs, tu dois le savoir de toute manière.  Papa, eh bien, papa est Sang-Pûr… ou plutôt j’imagine qu’il est ce que vous qualifié de ‘traite-à-son-sang’…je ne connais même pas son nom de famille, il a pris celui de maman lorsqu’ils se sont mariés. Il ne parle jamais de sa famille, je crois qu’il s’est fâché contre leurs idéaux et leur incapacité à aimer et les a quitté sans jamais revenir sur sa décision, du moins c’est ce que ma mère m’a dit. Et puis, tu sais mon père passe 90% de sa vie à défendre les droits des créatures magiques, à se soulever contre l’esclavage des elfes, à militer pour la reconnaissance du statut des Gobelins et à s’opposer à l’utilisation outrageuse des créatures pour la vanité des sorciers…il a pour dire que tout être doté de raison ressent les mêmes émotions que nous et qu’ils méritent le même degré de respect et de liberté. Je l’admire beaucoup…» termina-t-elle avec des étoiles brillant dans ses yeux. Roderic Griffiths était l’homme de sa vie, la personne qui l’impressionnait le plus sur cette terre de par sa bonté, sa générosité et surtout son intelligence. Le père de Wilda était un érudit très respecté parmi la communauté magique qui acceptait ses idéologies avant-gardistes. Il donnait de nombreuses conférences, rédigeait des avis pour répondre à des consultations du Ministère et parfois donnait des cours à la faculté de droit. Son géniteur était en fait Roderic Nott, fils d'Achilles Nott, mais ça, elle l'ignorait. « Je concède que je ne suis pas née dans ton monde… mais j’ai cru comprendre que les gens comme papa y sont pas très appréciés…» La jeune femme soupira, un peu découragée par la complexité que prenait sa relation avec le beau Talbott…sans compté le tissu de mensonge qu’elle devrait bien lui révéler un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 235
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda || Lun 10 Déc - 14:28

Evan regarda Wilda allait s’asseoir en tailleur sur son lit sans rien dire pendant quelques secondes. Lorsque la jeune femme lui demanda si sa famille allait couper tout contact avec lui s’il choisissait de continuer avec elle, il secoua la tête avant de venir s’asseoir à ses côtés. Il passa sa grande main dans les cheveux de Wilda en la regardant avec douceur. « Je n’en sais rien… » murmura-t-il. « On s’aime tous beaucoup, chez moi, alors j’ose espérer que cet amour l’emportera sur tout, mais rien n’est moins sûr » expliqua-t-il avec beaucoup de douceur, même si son cœur le faisait quelque peu souffrir. Evan n’osait pas imaginer sa vie sans sa mère ou sans son frère et sa sœur. Il tenait beaucoup trop à eux, mais il tenait aussi beaucoup trop à Wilda, qui avait réussit à gagner son cœur en un rien de temps. Lorsqu’elle lui révéla que ses deux parents étaient sorciers, le jeune Talbott haussa les épaules. Allait-ce changer quoi que ce soit ? Il n’en était pas sûr. Si son sang était mêlé, et ce même si cela remontait à de nombreuses générations, ça ne changeait rien. « A moins que tu sois une sang-pur, ça ne changera rien… » dit-il en déposant un petit baiser sur le front de la jeune femme, désirant la rassurer sur ses sentiments à lui. Il ne comptait pas la laisser. Il n’arriverait pas à la sortir de sa vie, de sa tête et surtout de son cœur maintenant qu’elle y prenait toute la place. Il pouvait bien renoncer à tout, sauf à elle…
Le jeune Talbott écouta Wilda parler de ses parents avec un air tendre. L’amour qu’elle portait à son père était tout simplement adorable. « Ça se voit… » murmura-t-il avec un petit sourire. « Et ne dis pas vous, s’il te plait. Moi, je ne le qualifie pas de traître à son sang » ajouta-t-il en secouant légèrement la tête. « Je trouve l’histoire de famille touchante, et je suis même heureux que ton père ait trouvé ta mère, sinon je ne t’aurai jamais trouvée » dit-il en souriant. « Mais oui, dans mon monde, les gens comme ton père ne sont guère appréciés, par la majorité du moins, parce qu’il n’a pas fait d’enfant sang-pur, il n’a pas perpétué sa lignée, selon les autres évidemment » expliqua-t-il en tentant de faire passer les choses avec douceur. Bien sûr, ces idées ne le touchaient pas, Evan n’étant pas du genre à croire à de telles stupidités. Son sang était peut-être pur, mais ce n’était pas pour ça qu’il était meilleur que les autres, encore moins en sorcellerie. « Mais toutes ces idées stupides… Je n’y crois pas, Wilda. Je ne suis pas de ceux qui pensent que seuls les sorciers au sang-pur méritent d’utiliser la magie et sont supérieurs… J’espère au moins que tu me croies » dit-il en baissant les yeux, en espérant qu’elle ne pensait pas de choses aussi monstrueuses que ça sur lui. Elle le connaissait, non ? Un minimum au moins…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda ||

Revenir en haut Aller en bas

(Flashback) Confidences sur l'oreiller... || Wilda ||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» /!\ Grosse Quête ! Besoin de personnes [ FlashBack HRP ]
» Sur l'oreiller [Killian & Juliet]
» RP flashback en 1623

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres-