Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 106
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


MessageSujet: The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes Mar 23 Oct - 21:08

The Sweet Sweet Life of
The Dawlishes
Under co'

Parce qu'ils ne sont pas nés avec la cuillère en or ces enfants;
Parce qu'ils sont terriblement chanceux de s'avoir l'un et l'autre
UC
UC
Petit texte culculcool
Johnnyboy et Floflo
Bro&Sis
UC
UC
UC
UC
UC
UC
UC
UC

J’ai vu tes peurs se cacher près de notre passé.
Pando


Dernière édition par John Dawlish le Mar 23 Oct - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 106
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


MessageSujet: Re: The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes Mar 23 Oct - 21:45



Le Départ de la Génitrice


Par John Dawlish – 8-9 ans


Ça devait faire maintenant près de 15 jours que maman – ce qualificatif me laissait à chaque fois un goût acide en bouche, mais c’était mieux qu’une gifle de la dite maman qui n’acceptait que de se faire appeler par un terme qu’elle ne méritait pas – était partie. Elle n’était toujours pas revenue et j’en étais bien heureux. L’homme qui me servait de géniteur quant à lui semblait au bord de la crise de nerfs. L’absence prolongée de sa conjointe ne semblait pas avoir déclenché quelconque instinct paternel en lui : les cents pas qu’il effectuait dans la pièce commune comme un animal en cage rendaient sa présence plus bruyante, mais tout aussi inutile. Contrairement à la matriarche, il n’était pas un être violent, simplement absent et dénué de toute compétence parentale et intérêt envers ses mioches. Il n’était pas un danger pour nous, bien qu’il fut une nuisance à mon avis : je peinais à voir Flora lui faire inlassablement les beaux yeux, jours après jours, dans l’espoir d’une quelconque marque d’affection qui ne venait jamais. Je tolérais donc sa présence, tant qu’il ne se serve pas dans nos minces réserves de nourriture. À mon avis, ma petite soeur et moi étions bien mieux sans eux, mais je savais que je devais en garder un pas trop loin pour éviter que les services sociaux nous ramassent et nous placent dans des familles différentes, Aldrich était de loin mon premier choix.

Celestia était partie et j’espérais ne plus jamais la revoir. Une partie de moi lui en voulait d’avoir vraisemblablement quitté sa famille, car je voyais bien que Flora commençait à se poser des questions, avec son regard toujours aussi pure et naïf, si caractéristique des enfants de son âge. Cependant, je savais que c’était mieux ainsi : notre mère était violente, intolérante, colérique et méchante, et bien qu’elle rapportait parfois des habits et de quoi manger, sa présence était malsaine. D’ailleurs, Flora commençait à rouspéter et je craignais qu’elle ne lève la main sur elle comme elle le faisait sur moi.

Je terminai de laver le chaudron dans lequel j’avais réchauffé la sauce tomate qui avait agrémenté nos pâtes, pour la cinquième journée cette semaine, et jetai un coup d’œil à ma gauche pour confirmer que mon géniteur dormait à point fermé sur le divan, une bouteille d’alcool fort trainant au sol. Je quittai enfin la pièce commune pour rejoindre sans un bruit notre chambre, où j’y avait bordé Flora une heure plus tôt.



by FRIMELDA


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 577
| AVATARS / CRÉDITS : Gal Gadot | Schizophrenic
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, menottée
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes Lun 29 Oct - 16:32




enfance

Dawlish 2.0

"L'enfance est pleine de désillusions"
Bill Watterson

Les siestes et nuits de Flora Dawlish n’étaient pas aussi paisible que son visage rond d’enfant le laissait supposer. Ses paupières avaient beau être closes, un air calme avait beau s’imposer sur son visage, elle ne dormait pas bien. Elle rêvait toujours de la même chose sans pourtant être capable de s’en souvenir au réveil, et la petite fille s’éveillait souvent avec les joues mouillées de ses larmes salées. Elle venait d’ailleurs d’ouvrir les yeux sans bouger, ses iris posés sur le pied d’une chaise vide, et sale. Les mains sous son visage, elle essaya tant bien que mal les dernières traces de larmes de la nuit dernière. Flora entendit quelques bruits de pas étouffés, et sans doute fut-ce un incorrigible espoir d’enfant qui la fit se relever dans le lit pour fixer la porte dans l’encadrement de laquelle apparu son frère. Une déception intense parcouru le corps de la petite fille qui vouta ses épaules avant d’esquisser malgré tout un sourire. “J’ai faaaaaaaim” brailla-t-elle avant de s’étirer comme une limace.
(c) DΛNDELION


Dernière édition par Flora Dawlish le Jeu 15 Nov - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 106
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


MessageSujet: Re: The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes Lun 5 Nov - 16:08



Le Départ de la Génitrice


Par John Dawlish – 8-9 ans



Alors que je tentais de refermer la porte en faisant le moins de bruit possible, j’entendis les draps se froisser et le lit craquer sous les mouvements de ma petite sœur, qui s’était mise à grouiller. J’entretins tout de même, quelques secondes supplémentaires, cet espoir naïf que Flora soit endormie et que je puisse enfin m’écraser dans mon lit comme une vieille grosse crêpe, mais le son de sa voix cristalline fit voler cet espoir en éclats. « T’as faim?! Mais Flora, on a mangé y’a même pas deux heures! » m’indignais-je, sans pour autant la gronder. Elle mangeait tout le temps cette gamine. Le sourire qui maquillait sa bouille trop souvent espiègle et ses grands yeux pleins d’étoiles me poussèrent à faire un inventaire mental de nos denrées, avant même qu’elle ne re-commende à manger. Je ne savais pas trop quoi lui proposer, mais je savais que je n’arrivais pas à lui refuser grand-chose. Nous avions encore quelques cannes de thon, de tomates et de poulet, mais je doutais que ces options conviennent à son estomac endormie. Il y avait une boite de céréales et un pot de flocons d’avoine pour le déjeuner, mais pas lait. Je me souvins alors qu’il y avait quelques biscuits au thé dans l’armoire de gauche et un léger sourire flotta sur mes lèvres. Je m’assis au bord de son lit et déposai une main rassurante sur son tibia, « Flora, il est 21h30, c’est pas encore l’heure du petit déjeuner…si je te donne un biscuit au thé et un verre d’eau tu veux bien dire à ton ventre d’arrêter de grogner? » demandais-je en lui chatouillant le bide.



by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 577
| AVATARS / CRÉDITS : Gal Gadot | Schizophrenic
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, menottée
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes Jeu 15 Nov - 14:58




enfance

Dawlish 2.0

"L'enfance est pleine de désillusions"
Bill Watterson

Flora, bien réveillée par l’appel lancé par son estomac en dernier recours, observait son frère avec une lueur d’adoration que l’on adressait qu’à ceux qui nous nourrissaient. La petite fille s’étira encore, se frotta les yeux comme s’il était l’heure pour elle de se lever pour attaquer sa journée. Seulement vingt et une heure trente ? Dans quel monde vivait-elle ? Un monde de princesses, de paillettes et tout rose, en plus. “Mais c’est dans longtemps le petit-dé…j-j-jeuuuné ?” articula-t-elle difficilement comme elle dû se concentrer pour faire sortir correctement la syllabe. La petite fille, en effet, avait pour l’instant quelques petits problèmes d’articulation. Mais elle n’eut pas le temps de penser à la proposition de son grand-frère, qui se mit à lui chatouiller le ventre ▬ et elle était très très chatouilleuse ! ▬ ce qui eut le don de la faire hurler de rire : “Arrêêêêêêêêteeeeee John ! J’ai faa- arrêêêêêteuh !” Et la voilà en train d’essayer de se défendre mollement contre son immature grand-frère qui, à n’en point douter, se trouvait drôle.  
(c) DΛNDELION


Dernière édition par Flora Dawlish le Ven 16 Nov - 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 106
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


MessageSujet: Re: The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes Jeu 15 Nov - 17:04



Le Départ de la Génitrice


Par John Dawlish – 8-9 ans



Les hurlements de rire de ma petite sœur était tellement haut perchés que j’en avais mal aux oreilles, mais jamais je n’aurais souhaité qu’elle cesse de rigoler. Ça me faisait tellement plaisir de la voir amusée, insouciante des difficultés de notre quotidien, des déceptions et des enjeux. Je ne voulais pas qu’elle ait à se soucier de tout ce que j’avais, moi à penser. Alors, je la chatouillai de plus belle. Elle gigotait dans tous les sens et son fou rire me gagna rapidement, je joignis donc le miens au siens. « Je vais arrêter que si tu acceptes de troquer le déjeuner pour le biscuit! » tentais-je sans cesser de la torturer. Je devais la convaincre de changer d'idée où nous aurions rien à nous mettre sur la dent à l'heure du petit déjeuner. Puis, j'entendis mon propre ventre lâcher un grognement. Peut-être que les pâtes à la sauce tomate n’étaient pas le repas le plus nourrissant après tout. « Je peux négocier pour deux ou trois biscuits, c’est ma dernière offre! » proposais-je à ma pauvre victime. Soudainement, le bruit d’une bouteille de verre qui tomba au sol raisonna dans l’appartement et je stoppai pour tendre l’oreille… est-ce que notre alcoolique de père s’était réveillé de son sommeil comateux? Je porta mon doigt à ma bouche en tentant de retenir mon rire « chuuuuuuuuut, tu crois qu’on a réveillé réveillé Aldrich ? » demandais-je malicieusement. Lorsque le bruit de ses ronflements vint chatouiller mes oreilles, je pouffai de rire.



by FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 577
| AVATARS / CRÉDITS : Gal Gadot | Schizophrenic
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, menottée
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes Ven 16 Nov - 12:07




enfance

Dawlish 2.0

"L'enfance est pleine de désillusions"
Bill Watterson

Flora était, comme tous les enfants, une petite créature très enjouée et ayant à coeur de rire. Peut-être que son expression des sentiments cependant, était un peu plus excessive. Ses hurlements raisonnaient contre les murs de la chambre tandis qu’elle se tortillait comme un petit ver. “Naah !” se mit-elle à rire lorsqu’il lui proposa de troquer le petit-déjeuné contre les biscuits. Elle n’était pas folle non plus ! Eh oh ! Lorsque, cependant, John lui proposa un troisième biscuit, c’en fut trop pour la petite vorace qu’elle était et elle écarquilla les yeux en considérant son offre. “Mmh. Je sais pas” répondit-elle, parce qu’elle avait la vague impression que c’était une arnaque, “mais tu en prends autant que moi ? J’ai un euh… une proposition à te proposer aussi !” s’écria-t-elle en se grattant la tête, mélangeant ses mots : “deux pour moi et un pour toi !”. Mais le bruit de la bouteille qui roule interrompit ses petits calculs et elle s’aplatit sur le lit comme un chat qui guette sa proie : “CHUUUUUUUT” fit-elle en mettant un doigt devant sa bouche, “je crois qu’on la très réveillé !”.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes

Revenir en haut Aller en bas

The greatest - and only - gift our parents ever gave us was each other | The Dawlishes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» A gift to Haiti from the White House: right-wing dictators for you!
» Les nounous Sarthoises site d'assmat et de parents ...
» The Imperial Gift FREE L5R Cards!‏
» Quand les beaux-parents débarquent....
» "Life is a ticket to the greatest show on earth."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: Ecrivez votre histoire :: 
Vos biographies
-