Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1139
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | spleen.ocean
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Lun 12 Nov - 21:37

Décembre, 1976



Depuis que Moran était sorti de Poudlard, il avait l'impression que sa vie lui jouait un mauvais tour, et que tel Peeves, l'esprit frappeur du château, elle veillait à lui en faire voir de toutes les couleurs, et à lui en faire baver. Rien ne se passait comme prévu, si ce n'était ses études. Et encore. Avec ce qui se préparait, Moran craignait d'avoir bien du mal à suivre et à s'en sortir. Il avait plus peur qu'il n'osait l'admettre, et le jeune homme n'avait personne à qui confier ses sentiments. Car après tout, personne ne savait qu'il s'était marié le mois d'avant et qu'il attendait un "heureux" événement. Le seul indice se trouvant être l'alliance à sa main droite, le futur journaliste en herbe ne s'étendait pas dessus, et mentait à ce qui le questionnaient avec curiosité. Il ne souhaitait pas devenir le fameux modèle à ne pas reproduire. Moran, qui avait tant voulu quitter l'école pour grandir et être libre, regrettait amèrement ce temps où il était justement surveillé en permanence. La vie, cruelle et mauvaise, venait de lui prouver que contrairement à tout ce qu'il s'était imaginé, il n'était pas prêt. Il n'était ni prêt à être un adulte, ni prêt à être un père. Comme pour penser à autre chose, et se rappeler que l'année d'avant à la même période, il était encore un jeune homme aux joues fraîches et non pas creusées par les nuits blanches qu'il passait, il allait rencontrer Hestia Jones à Pré-Au-Lard. La jolie Poufsouffle avait encore cette innocence que lui ne portait plus depuis quelques mois, elle n'était pas encore confrontée aux froids dangers du dehors, que l'on savait présent sans savoir s'ils allaient néanmoins sortir. L'écossais ne savait pas s'il allait se faire tuer dans une attaque sur le Chemin de Traverse, ou s'il allait se faire assassiner plus tard, ou bien s'il allait passer le reste de sa vie à chérir un enfant qu'il n'avait jamais désiré. Le jeune homme vivait dans un flou qui l'interloquait mais qui semblait s'épaissir. Sa vie aurait dû être plus claire, et plus logique, mais il lui était absolument impossible de voir le droit chemin. Il tâtonnait, marchait les yeux clos sans savoir s'il se dirigeait vers la sortie ou vers le mur. A seize heures trente, il transplana. Les mains dans ses poches, à un endroit où l'on ne pouvait pas voir une bague qu'il aurait aimé ne pas porter depuis longtemps, il s'approcha des Trois Balais pour y attendre Hestia.
Il s'était, depuis la cérémonie, promis de ne plus boire. Cette cuite humiliante et pitoyable devait être la dernière de sa vie, s'était-il promis. Il ne referait jamais l'affront à Gardenia d'être suffisamment saoul pour n'être capable de lui parler que dans sa langue. La tête rentrée dans ses épaules, il paraissait avoir pris dix ans, et ressemblait brusquement plus à son père qu'il ne lui avait jamais ressemblé auparavant. La ressemblance était si frappante qu'un gobelin le fixa longtemps d'un air mi-suspect, mi-surprit. Monsieur Powell n'avait cependant pas tout à fait le même caractère que son fils, et la morosité dans laquelle celui-ci s'enfonçait résolument, les séparait un peu plus de tout ce qui les rapprochait antérieurement. Moran venait de grandir, de mûrir, et il restait pourtant l'enfant qui n'osait pas dire à son père qu'il avait fais une bêtise. Il vit Hestia assise dans un coin reculé du pub et mis quelques secondes avant de s'avancer vers elle. Il hésita, en effet, à rebrousser chemin pour ne plus jamais la revoir, parce qu'il était bien conscient qu'il avait l'air d'avoir été enfermé dans une cage à dragon. Cependant, il peignit une joie joliment feinte sur ses traits lorsqu'il la salua : "Bonjour Hestia !". Il n'était pas triste de la voir, après tout...



(697)


Dernière édition par Moran J. Powell le Mar 11 Déc - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 380
| AVATARS / CRÉDITS : Elizabeth Olsen - Bazzart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La mort de son petit frère
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Mer 14 Nov - 15:26

Les vacances d’été étaient passées très vite, la rentrée était arrivée, apportant avec elle les devoirs mais aussi de nouvelles responsabilités liées au rôle de préfet. En effet, contre toute attente, Hestia Jones avait été désignée comme préfète de Poufsouffle, évinçant ainsi sa grande amie Luzia, qui pourtant toujours fait du bon travail. Assez mal à l’aise à propos de ça et n’aimant pas particulièrement avoir de nouvelles responsabilités du jour au lendemain, l’aînée Jones avait passé son début d’année à courir partout : il fallait gérer les fresques de Gabin qui, même préfet, continuait de faire n’importe quoi, mais il fallait aussi faire des rondes, le soir, alors que le besoin de sommeil se faisait sentir, puis s’occuper des problèmes des autres, enfin surtout celui de Wilda en fait, qu’elle avait un jour surprise en train de boire et de pleurer sur le balcon de la salle d’astronomie… En bref, en plus de ses problèmes à elle, Hestia avait beaucoup de choses à faire. Beaucoup trop de choses à faire, en fait. Attention, être préfète était bien sûr un honneur, elle était touchée d’avoir été désignée comme telle et prenait cette tâche très au sérieux, simplement elle ne s’attendait pas à ce que ce soit aussi prenant. Aussi était-elle très heureuse de pouvoir faire une pause, de mettre ses responsabilités de côté et de revoir, enfin, un de ses plus grands et importants amis, Moran Powell, avec qui elle avait rendez-vous pour prendre de ses nouvelles, parler de tout et de rien, mais surtout profiter de ces retrouvailles et du temps loin de Poudlard…
Hestia Jones était donc installée seule à une table, dans un coin un peu reculé de l’entrée, au pub les Trois Balais pour attendre son ancien serpentard d’ami, Moran Powell. Elle le vit soudain entrer, et elle retint sa respiration quelques secondes. Son visage était marché, fatigué, cerné, ses épaules quelque peu voutées, comme s’il venait de prendre une bonne dizaine d’année d’un coup, en plein dans la figures. Les vacances d’été de l’écossais avait dû être particulièrement bien mouvementées, ou alors était-ce un reste de soirée arrosée, comme ils avaient fait ensemble pour la nouvelle année de 1976 ? Ou était-ce autre chose ? Hestia se reprit et sourit de toutes ses dents, plus heureuse de le voir qu’interrogative, voire inquiète, quant à son physique. « Bonjour Moran » dit-elle joyeusement en se levant et en se penchant pour planter un doux baiser sur la joue de son ami. « Ca fait tellement longtemps… » murmura-t-elle en reposant ses fesses sur la chaise, l’invitant à en faire de même en face d’elle. « Qu’est-ce que tu prends ? » demanda-t-elle ensuite à l’ancien serpentard une fois installé. La jeune fille se leva, claironnant « Aujourd’hui, c’est moi qui offre ! C’est ma tournée ! ». Hestia fit même un clin d’œil à Moran, ce qui n’arrivait jamais habituellement, mais là, elle était heureuse, de le revoir, d’être loin de Poudlard, de profiter de son ami…  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1139
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | spleen.ocean
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Jeu 15 Nov - 14:02

Moran ne s'était jamais vraiment mis en danger. Il avait toujours été un petit garçon calme, et décalé, qui ne restait collé qu'à Darius lorsqu'il était présent. Sinon, il restait tout seul. Le jeune homme avait été un enfant solitaire, avant d'être un adolescent qui se cherchait, qui désirait trouver sa véritable identité. Mais tout cela, il l'avait fais sans jamais vraiment se faire remarquer. Pourquoi donc avait-il l'impression qu'aller voir Hestia ▬ qui pourtant était son amie ! ▬ le mettait en danger ? Cela mettait surtout en danger le secret de sa récente union avec sa meilleure amie. Et d'ailleurs, si son sourire s'approfondit lorsque la jaune et noir lui colla un bisou sur sa joue, à l'inverse, la main qui portait son alliance s'enfonça dans sa propre poche. Tant qu'elle restait-là, la jeune femme ne verrait rien. Et s'il était tout décontracté en plus, ça ne serait même pas suspect. Il pouvait le faire. "Une bierraubeurre pour moi sera suffisante !" claironna-t-il joyeusement. A dire vrai, il en avait marre de ne boire que cela. Mais il était fier : il avait réussi son premier mois d'abstinence. En fait, s'il était vicieux ▬ et il l'était en règle générale ▬ il dirait que cela valait bien un petit verre de scotch. Mais il craignait de retomber dans les méandres de l'alcool qui coule à flots et qui l'asservit un peu plus à chaque lampée. Il posa sur la table la main qui ne portait pas de trace de son mariage. "Te voilà généreuse, Hestia Jones !" s'exclama-t-il, un grand sourire sur le visage, "ça vaut bien toutes les bières que je t'ai payé, je suppose ?". Il s'enfonça dans son siège pour observer plus attentivement la jeune femme. Hestia, comme toujours, avait l'air d'une humeur radieuse, son teint était frais comme les fleurs des champs et sa bonne humeur, décapante. Ils contrastaient, malgré les efforts du jeune étudiant pour se montrer sous un meilleur jour. Moran avait hésité, mais n'avait pas poussé le vice à utiliser la magie pour cacher ses cernes. "Tu m'as l'air de bien bonne humeur" commenta-t-il distraitement en voyant le serveur revenir avec leur commande, "verrais-tu Dowey, à tout hasard ?". Il étira un sourire vicieux sur ses traits, totalement sincère celui-là, et attendit ▬ ou redouta ▬ la réponse. C'est qu'il n'était pas aveugle, quand même, et pas fou. Puis, elle lui en avait parlé un an auparavant. Les choses avaient-elles évolué pour elle ? Il l'espérait. A dire vrai, il venait, non seulement pour prendre des nouvelles d'elle, mais aussi finalement pour se rapprocher de ce Poudlard qui lui semblait si près, et si loin. Trois cent soixante quinze jours auparavant, il arpentait encore les couloirs sans avoir passé ses Aspics, se demandant ce qu'il allait faire de sa vie... Et maintenant, il était marié, en ménage et allait devenir père. Comme pour traduire ses pensées par un geste, il porta sa pinte à ses lèvres et en bu une large lampée qui ne pouvait pas faire s'étouffer un tel buveur de comptoir. "A la tienne !" ajouta-t-il bien tardivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 380
| AVATARS / CRÉDITS : Elizabeth Olsen - Bazzart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La mort de son petit frère
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Ven 16 Nov - 22:22

Hestia était plus qu’heureuse de revoir Moran et, vu son sourire lorsqu’elle lui fit un bisou sur la joue, visiblement lui aussi, ce qui la rassura quelque peu. Le jeune homme commanda une bierraubeurre, ce qui surpris quelque peu son amie, mais elle ne dit rien. « Deux alors, s’il vous plait ! » s’exclama Hestia en souriant au serveur. Elle s’installa ensuite bien dans son siège et regardait son ami. Ses traits étaient tirés, son visage marqué, ses yeux cernés et le regard vide… Son sourire s’effaça quelques instants, mais réapparut lorsque Moran remarqua qu’elle était généreuse. « Je l’ai toujours été, Powell, simplement avant je n’avais pas l’argent pour le montrer ! » répondit-elle en riant et en lançant un regard entendu au jeune étudiant. « En effet, c’est aussi parce que tu m’en as payées pas mal… » avoua-t-elle plus bas. Après tout, il était vrai que Moran avait toujours été très généreux avec la jeune femme, l’invitant chez lui, en Ecosse, l’invitant dans des pubs quand ils étaient encore tous les deux à Poudlard… Bref, il avait le cœur sur la main et n’avait jamais rechigné à la mettre au porte mornilles. Aujourd’hui, c’était au tour de la jeune Jones de rendre la pareille, et elle comptait ne pas s’arrêter à une bierraubeurre, mais ce serait des surprises…
L’étudiant Powell la bonne humeur de son ancienne camarade de Poufsouffle et lui demanda si elle voyait le jeune et beau Dowey Spencer, ce qui la fit quelque peu rougir. « Déjà, saches que je suis heureuse parce que je te vois ! » déclara-t-elle, presque vexée qu’il ne se rende pas compte que c’était aussi grâce à lui qu’elle était aussi contente. Elle s’approcha alors de son ami et, sur le ton de la confiance, avoua « Quant à Dowey, on peut dire qu’on se voit, un peu, enfin on se fréquente je crois… ». Depuis l’anniversaire du jeune homme, couplé à celui de Wilda Griffiths, Hestia et lui s’était rapprochés, grâce notamment à l’alcool qu’avait ingéré le rouquin et qui avait quelque peu délié sa langue. Enfin, même si rien n’était très précis entre eux et qu’elle cherchait encore à comprendre ce qu’ils étaient l’un pour l’autre, on pouvait déjà dire qu’ils n’étaient plus simplement amis et, évidemment, cela la rendait très très heureuse. Hestia failli demander à Moran ce qu’il en était de son côté, du côté amoureux, mais la dernière fois qu’ils en avaient parlé, celui-ci avait été triste et elle ne souhaitait pas le voir comme ça alors qu’ils se retrouvaient après autant de temps séparés ! Ce sujet viendrait bien à un moment ou un autre, de toute façon…
« Eh bien dis-donc, tu dois être assoiffé toi pour oublier de trinquer » dit-elle en riant avant de répondre à son toast et de boire à son tour une gorgée ou deux de son verre. « Comment se passent les études alors ? » demanda-t-elle ensuite, impatiente de savoir ce qui l’attendait dans quelques mois.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1139
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | spleen.ocean
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Sam 17 Nov - 11:55

Dire que revoir Hestia ne lui faisait pas plaisir serait un horrible mensonge que même Moran n’oserait pas prononcer. Il avait eu tant de choses à faire ces derniers temps, temps d’événements à organiser, tant de problèmes auxquels penser, que malheureusement, il avait bien peu songé à ses amis, ceux sortis de Poudlard et ceux qui étaient encore dedans. Ce n’était pas lui qui envoyait les lettres pour prendre des nouvelles, c’étaient les autres, lui se contentait de répondre, et de longs jours plus tard, en plus de cela. Pas le temps, pas l’envie, il lui fallait faire semblant d’être miraculeusement heureux de sa jeune vie d’étudiant. Aussi devait-il souvent mentir dans ses quelques phrases rédigées à la va-vite à une heure quarante du matin.
Mais maintenant qu’il était là, il n’avait pas le droit de montrer à la Poufsouffle sa fatigue psychologique et physique. Il éclata de rire à la remarque de la jeune femme et fit un geste inutile de la seule main qu’il montrait à la jeune femme : “Ça me fait plaisir de t’inviter, tu sais”. Il aimait bien payer les consommations de ses amis ou même de tout le pub s’il était bien luné. Il avait eu la chance de ne pas avoir trop de restrictions sur son porte-feuille, alors il en profitait aisément. Mais qu’elle paie ou non Hestia semblait surtout heureuse de passer du temps avec lui, et cette constatation lui fit plaisir. Il avait eut bien peu de temps à s’accorder, et faire une pause dans son quotidien lui faisait du bien… Quand bien même il allait devoir se dépêcher en rentrant chez lui. “Oh !” s’écria-t-il lorsqu’elle admit qu’il y avait quelque chose entre Dowey et elle, “c’est super ça !”. Et il était sincère. Hestia méritait de se trouver quelqu’un de bien, et Dowey était cette personne, à n’en point douter. Ils allaient bien ensemble aussi, Moran s’en était fait la réflexion au dernier Noël. Leur bière était enfin arrivée et oubliant de trinquer, il avala une grosse gorgée pour ignorer qu’il n’allait pouvoir commander que cela pendant cette petite sauterie improvisée aux Trois Balais. “T’as pas idée !” répondit-il lorsqu’elle lui fit remarquer qu’il était assoiffé. Il mit plus de temps à répondre à sa deuxième invective. C’était, en réalité, du pain béni pour lui. Il pourrait expliquer son état, ses cernes, sa fatigue… Et il décida de ne pas lésiner sur les détails : “C’est éprouvant” répondit-il tout d’abord en lâchant sa chope pour montrer son visage, “je crois que ça se voit”. Il accompagna sa brève explication d’un rire éteint. “Mais ça va, juste que j’ai tellement de travail que je ne dors pas beaucoup” préféra-t-il la rassurer davantage. C’est vrai quoi, ce n’est pas comme s’il était marié, en ménage et bientôt papa en plus de cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 380
| AVATARS / CRÉDITS : Elizabeth Olsen - Bazzart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La mort de son petit frère
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Sam 17 Nov - 15:07

Hestia sourit à Moran lorsque celui-ci rappela que ça lui avait toujours fait plaisir de l’inviter. « Je sais bien, tu es du genre généreux avec tes amis » souffla-t-elle, se souvenant de tous les moments passés avec le serpentard. « C’est une de tes grandes qualités » déclara-t-elle en lui faisant un clin d’œil. Moran avait toujours été un garçon plein de bonté, drôle et intelligent, qui avait mille et une qualités sans s’en rendre compte… Après tout, la jeune Jones en était tombée amoureuse, plus jeune, et ce n’était surement pas pour rien.
La réaction de Moran à l’annonce d’Hestia concernant elle et Dowey fit doucement rire la jeune femme, qui se souvint la première fois qu’elle avait parlé de l’attirance qu’elle avec pour son camarade Poufsouffle, lorsqu’ils étaient en Ecosse, chez Moran, pour fêter le nouvel an. Ce soir là, les deux amis avaient fini complétement saouls et s’étaient endormis sur le grand canapé des Powell. Ensuite, Hestia repris son sérieux et se penchant doucement vers son ami avant de murmurer, sur le ton de la confidence « Je crois que je suis tombée amoureuse de lui… ». Un brin de peur pouvait se lire dans ses beaux yeux verts. La dernière fois qu’elle était tombée amoureuse et qu’elle avait avoué ses sentiments à celui qu’elle aimait, il avait accepté ses sentiments et ils étaient sortis ensemble, mais il l’avait évité pour finir par lui avouer qu’il ne l’avait jamais aimé et qu’il ne savait simplement pas dire non… Autant dire que le cœur de la Poufsouffle avait été en miettes et que le recoller avait été quelque peu compliqué après cette épreuve. Puis, les sentiments pour Spencer s’étaient peu à peu insinués en elle, lui faisait presque oublier sa mauvaise expérience, mais pas totalement. Et, aujourd’hui, elle devait admettre qu’elle avait peur, même si elle avait une très grande confiance en Dowey.
Moran expliqua ensuite sa mauvaise, ou plutôt très mauvaise, mine, par ses études, qui étaient visiblement éprouvantes et demandaient beaucoup de travail. Hestia le détaille doucement avant de déclarer, avec un regard malicieux et taquin « Eh bien laisse moi te dire que tu n’es pas une publicité pour les études ! ».  Elle but ensuite une gorgée de sa pinte de bierraubeurre avant de demander, plus sérieusement « Non, c’est vraiment aussi difficile que ça ? ». Il était l’ombre de lui-même, et jamais elle ne l’avait vu comme ça, même quand il lui avait parlé de sa relation avec la jeune Blackstone, qui avait une date de péremption… « Tu as vraiment l’air mal, tu sais. Si jamais il y a quelque chose qui ne va pas, tu sais que tu peux m’en parler Moran, je crois l’avoir déjà prouvé par le passé » murmura-t-elle ensuite, l’inquiétude qu’elle ressentait pour son ami pouvant se lira dans son doux regard. Hestia Jones était bien quelqu’un de confiance : elle n’avait jamais parlé de la relation entre Moran et Daisy, elle n’avait jamais vendu que sa meilleure amie Bertha avait embrassé Gabin à la soirée d’anniversaire de Wilda et de Dowey, n’avait non plus jamais révélé l’amourette de Luzia pour Evan Rosier… En bref, elle était une bonne amie, capable de garder les secrets et de conseiller ses amis sans jamais leur dire quoi faire. Elle espérait que Moran en était conscient et qu’il croyait assez en elle pour lui donner sa confiance, si bien sûr il avait des problèmes…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1139
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | spleen.ocean
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Sam 17 Nov - 17:43

Les mots “grandes qualités” n’étaient pas forcément des mots que le jeune Écossais avait souvent entendu de la part des gens qui étaient ses amis. On lui disait plutôt volontiers qu’il avait de gros défauts ▬ ce qui était tout à fait vrai par ailleurs ▬ mais il était prêt à accepter le compliment. Il esquissa un petit sourire qui laissait apparaître ses fossettes sans rien dire. C’est qu’il avait en effet quelques traits de caractère qui n’étaient pas très agréables pour certains, et Hestia semblait en faire délibérément abstraction. Sans doute était-ce à cela que l’on reconnaissait les plus brillantes et fortes amitiés. Celle avec la Poufsouffle n’avait jamais vraiment été entaché de dispute, leur relation était moins explosive que celle qu’il entretenait avec Gardenia par exemple. Il leur arrivait de se prendre le chignon, mais le pire avait été le jour où elle l’avait par deux fois giflé dans la même soirée, alors qu’elle était saoule et qu’il allait tout aussi mal qu’elle. Pendant un an, ils s’étaient ignorés, ne s’étaient pas parlés, et ne s’étaient même pas regardé un seul instant. Il l’avait rayé de sa vie, et elle aussi. Tout ça pour quoi ? Tout ça pour qu’ils soient finalement mariés ensemble désormais et bientôt parents. Ils auraient mieux fais de continuer à s’ignorer.
Mais Hestia, et heureusement pour elle, ne semblait pas vivre le même type d’histoire et toute l’affection qu’elle portait à Dowey, Moran la capta dans ses yeux verts. Elle y semblait profondément attachée, et il ne pouvait que reconnaître cette qualité à son ami : Spencer avait toujours su se faire aimer. Il eut un sourire attendrit devant cette réaction peut-être un peu naïve.  Car lui aussi avait été amoureux de quelqu’un et l’était toujours. Cela ne voulait malheureusement pas dire qu’ils étaient fais pour être ensemble. Mais il n’était pas ici pour mettre un coup de pied dans le château de carte de son amie. Hestia vivait sur un petit nuage et l’ancien Serpentard lui souhaitait de rester longtemps perché dessus : “Je suis content pour toi, sincèrement” lui avoua-t-il en lui prenant la main, “Dowey est quelqu’un de bien”. C’était vrai, et ce n’était certainement pas le cas de tous les garçons à Poudlard. Il lâcha sa main pour empoigner sa chope et la porter à ses lèvres. Pouvait-il, lui, se considérer comme quelqu’un de bien ? Il était sincèrement sceptique.

Outre sa lâcheté pitoyable envers Daisy, qu’il avait abandonné ▬ sinon vendue ▬ aux bras d’un homme plus âgé qu’elle, il était aussi un manipulateur, et un rancunier. Evan Rosier, après sept ans à lui pourrir la vie, l’avait appris à ses dépends lorsque l’Écossais avait eu la merveilleuse occasion de lui gâcher son avenir. Non, Moran ne faisait jamais dans la demi-mesure et il ne regrettait pas d’avoir gâché la vie d’un garçon aussi insupportable. “Ahahah, tu me connais, je n’ai jamais vraiment aimé étudier” répondit-il en dévoilant ses dents blanches. Pourtant, et malgré ce frein, il était non-seulement à l’université mais également un animagus non-déclaré. Comme quoi, les miracles existent. Il se racla la gorge : “Ce n’est pas que c’est difficile, mais j’ai beaucoup de choses à faire à côté de mon travail pour l’école supérieure de magie” préféra-t-il cette voie de recours-ci. Il ne mentait pas. Il ne précisait juste pas ses activités et si Hestia venait à lui demander, Moran comptait bien lui répondre avec un clin d’oeil bien placé que c’était top secret. Cependant, la jeune femme restait fidèle à elle-même, et se proposa de l’aider à soulager sa conscience, ou tout autre chose qui s’en rapprocherait. Le jeune homme, précautionneux, accrocha un sourire de circonstances sur son visage et se contenta de répondre : “Je vais très bien Hestia, vraiment !”. A nouveau, il approfondit son sourire pour que ses fossettes apparaissent, gage de sa sincérité. “Et je n’ai jamais remis en cause ta loyauté” ajouta-t-il avant de boire une nouvelle gorgée.
Il suivit du regard deux hommes entrer dans le pub, sa main toujours dans sa poche. Avec son pouce, il fit tourner son alliance autour de son annulaire, et ses yeux finirent par s’accrocher à un moucheron volant qui lui tournait autour. Brusquement et sans prévenir, il sortit sa main et aplatit la bestiole entre ses deux paumes. PAF.


(712)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 380
| AVATARS / CRÉDITS : Elizabeth Olsen - Bazzart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La mort de son petit frère
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Dim 18 Nov - 20:29

Hestia regardait Moran en souriant, heureuse d’entendre qu’il était content pour elle. La jeune femme avait encore du mal à réaliser que les choses commençaient à être sérieuses, même si rien n’était encore dit clairement. Elle hocha ensuite vivement la tête lorsque son ami affirma que Dowey était quelqu’un de bien. « Oui, c’est vrai. ». Après tout, elle n’avait jamais douté de ça. Il était drôle, tendre, attentionné, gentil, sérieux… Bref, il avait tout pour plaire, et même si elle avait beaucoup hésité à se lancer avec lui à cause de ses anciennes relations avec Luzia et Delilah, elle ne regrettait pas du tout son choix. C’était sûr et certain, Dowey était quelqu’un de très bien pour Hestia, qui était déjà clairement amoureuse de lui, finalement, même si elle avait encore du mal à le dire simplement.
La Poufsouffle savait bien que son ami n’avait jamais vraiment apprécié d’étudier, que ce soit à Poudlard ou à l’école supérieur, visiblement. Et ça, elle pouvait le comprendre. Certaines personnes ne supportaient pas d’être assis toute la journée à une table, à écouter quelqu’un leur parler de choses qu’ils ne pouvaient pas vérifier ou tester, ce qui était clairement le déroulé d’un cours d’histoire de la magie… Moran faisait partie de ceux-là, et même si Hestia n’était pas du tout de ce genre-là, elle pouvait comprendre. Si en plus il avait beaucoup de travail, forcément cela justifié ses cernes aussi visibles. « Je comprends, ça doit être dur de tout gérer ». Malgré cela, Hestia restait une jeune femme inquiète pour ses amis, et elle sentait bien qu’il y avait quelque chose d’autre, sans savoir vraiment expliquer quoi. Pourtant, lorsque l’ancien Serpentard lui assura qu’il allait très bien, elle tenta de le croire, sincèrement. « Heureusement Moran, je l’aurai très très mal pris ! » lâcha-t-elle, comme si elle était vexée, puis elle lâcha ensuite un petit rire accompagné d’un sourire.
Moran garda ensuite le silence, se concentrant sur un moucheron qui voulait autour de lui. D’un coup, il l’écrasa entre ses grandes mains d’écossais. Outre le bruit et la violence de l’action qu’elle n’avait pas venir, quelque chose d’inattendu attira l’attention de la demoiselle. Une bague. A l’annulaire gauche. Une bague qui ressemblait beaucoup à une alliance, à la place de l’alliance… « Moran, c’est quoi ça ? » demanda alors Hestia d’une voix rauque sans quitter des yeux cette foutue alliance, parce que oui, clairement, c’en était bien une. Elle en avait vu assez pour savoir reconnaître ce type de symbole. « Ne me dis pas que c’est ce que je crois » déclara-t-elle alors. Non, c’était forcément une blague, parce que Daisy et lui n’étaient plus ensemble, et il semblait à Hestia avoir entendu parlé du mariage de la blonde avec un sang-pur. Puis, si Moran s’était marié… En fait non, il ne pouvait clairement pas s’être marié ! Avec qui ? Pourquoi ne lui aurait-il rien dit ? Non, c’était forcément une erreur, ce n’était pas possible, si ?  

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1139
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | spleen.ocean
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Mar 20 Nov - 18:44

Certains avaient de la chance en amour, d'autres non. Moran avait fini par laisser tomber l'idée de trouver la personne parfaite, celle qu'il jugeait idéale pour ce poste étant désormais mariée, tout comme lui-même, à quelqu'un qu'elle n'aimait pas. Mais qu'Hestia se sente bien dans les bras de Dowey Spencer, cela suffisait à le rendre joyeux. Car après tout, il était un garçon bien qui, comme elle, méritait d'être heureux. Ils allaient bien ensemble, après tout, se fit-il la réflexion en la regardant attentivement, peut-être était-ce leur destin, alors ? Quel serait le sien ? Le jeune homme allait être père dans le plus grand des secrets ▬ car même sa famille n'était au courant de rien ▬ et il s'était marié dans la même intimité, seulement entouré de deux témoins rencontrés au hasard et d'un prêtre aussi alcoolique que le marié. Quelle ironie de voir comme la vie de ses amis, hormis celle de Gardenia, était différente de la sienne. Lui était le marin qui avait malencontreusement lâché la barre qui maintenait le bateau correctement à flot. Et maintenant, le navire coulait, avec à son bord Gardenia, leur embryon et lui-même, prêts à rejoindre les profondeurs de l'océan. Mais il y avait, semblait-il une éclaircie à l'horizon, ce petit quelque chose qui lui donnait l'espoir des jours heureux. Il ne savait pas s'il avait simplement un optimisme débordant, ou s'il était simplement fou.

Ses parents le pensaient déjà bien assez fou de ne pas aimer les études, et privilégier un cursus court. Lui au contraire, se trouvait brave d'aller à l'école supérieure de magie au lieux de trouver un travail au Chaudron Baveur. Après tout, il aurait pu se mettre à travailler dès cet été, et il ne serait jamais tombé sur Gardenia Ollivander, aussi saoule que lui, dans un bar perdu en Écosse. Que faisait-elle là-bas, par ailleurs ? La probabilité pour qu'ils s'y croisent était ridicule. Et ainsi, utilisant sa réputation de garçon qui n'aimait pas le système scolaire, le jeune Écossais se retrouvait à prétendre que l'École Supérieure de Magie lui drainait toute son énergie. Mais la jolie Poufsouffle ne lui demanda pas plus que cela de se justifier et il en était ravi. Sans le savoir, elle lui évitait de devoir s'expliquer sur ce qui pouvait bien l'épuiser hors des cours. Pendant les trois premiers mois, il y avait l'après-coup, la fin du choc, la dépression et l'alcoolisme cumulé. Toutes ces choses l'avaient épuisé mentalement davantage que physiquement. Sans parler de l'Équipe de Quidditch dans laquelle il participait pour les matchs du week-end. Une petite équipe du sud de Londres avec des joueurs sympathique. L'atmosphère de celle-ci le changeait de celle anxiogène des Serpentards, qui voyait des clivages idéologiques pourrir l'équipe et leurs parties. Décidant que justement, il pouvait expliquer sa fatigue sans quelle ne se pose plus de questions, il ajouta : "Oui, je joue comme Batteur dans une petite équipe du Soho à Londres, ils sont très brusques et violents, ça me prend du temps de m'entraîner avec eux". La précision valait la peine d'être donnée.

Malheureusement, il fallait toujours compter sur Moran pour se compromettre lorsqu'il ne le fallait pas, et lorsqu'il s'était sortit d'affaire. C'est ainsi qu'un moucheron eut raison de ses mensonges ou semi-mensonges. La voix rauque de la jeune femme fit blanchir le jeune étudiant qui cacha ses mains sous la table, avec l'air d'un enfant renfrogné car pris en faute. "C'est rien !" s'écria-t-il, "de quoi tu me parlais, d'ailleurs ?". Bien piètre tentative, de toute évidence, puisqu'elle ajouta une assertion qui lui donnait l'impression qu'il s'agissait d'une accusation. "C'est une plaisanterie avec Darius, Hestia, t'inquiète" préféra-t-il jouer la carte de la bonne blague entre cousin plutôt que d'admettre la réalité. Hélas, le bout de ses oreilles étaient si rouges qu'il n'était pas bien compliqué de voir que Monsieur Powell venait de dire un bien gros mensonge. Il se réfugia dans sa chope, la main fautive - et qui était celle avec laquelle il écrivait et utilisait sa baguette en plus - sous la table, comme si l'absence d'alliance du champ de vision de la jeune fille lui fasse oublier son existence. Mais elle n'était pas un nourrisson, et de ce fait, elle n'avait pas oublié ce qu'elle avait vu. Par ailleurs, elle n'était pas non plus une enfant pour croire à un si grossier mensonge. Son regard appuyé finit de le faire mariner : "Bon, d'accord, Hestia oké. Je me suis marié il y a deux semaines" avoua-t-il son curieux pêché. Il accompagna sa phrase d'une large gorgée de bierraubeurre en détournant le regard.


(835)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 380
| AVATARS / CRÉDITS : Elizabeth Olsen - Bazzart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La mort de son petit frère
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Jeu 6 Déc - 12:35

Hestia sourit lorsque Moran lui expliqua qu'il jouait dans une équipe de quidditch quelque peu violente et que l'entraînement lui prenait pas mal de temps. Le jeune homme avait toujours aimé ce sport sorcier, et son amie était contente de savoir qu'il pouvait continuer même en dehors de Poudlard. "Je pourrai venir voir un de tes matchs ?" demanda-t-elle, toute excitée par la possibilité de revoir le grand Moran Powell jouer, car, il fallait bien l'admettre, il avait toujours été assez doué. Si en plus elle pouvait avoir une excuse pour passer de nouveau du temps avec lui, elle ne dirait clairement pas non. Depuis qu'il était étudiant, Hestia sentait bien qu'il manquait quelque chose au château : une présence, des regards... Bref, Moran lui manquait. Toutes les occasions étaient donc bonnes à prendre, même un macth de quidditch !
L'écossais planqua ses mains sous la table comme un enfant, ce qui énerva d'autant plus Hestia, avant de dire que ce n'était rien et de demandais de quoi elle parlait. "Moran !" gronda-t-elle presque, se laissant emporter par une petite colère. Et en plus, il continuait de se foutre d'elle en inventant une blague avec Darius Abott. Il la prenait clairement pour une conne, et elle avait horreur de ça. "Darius, hein ?" répéta-t-elle. "Je ne savais pas que votre humour commun consistait à mettre une alliance !" ironisa-t-elle, agacée. Hestia faisait partie de ces personnes très ouvertes et compréhensives, alors il n'avait ni besoin de lui mentir ni besoin de la prendre pour une débile en inventant des excuses idiotes. Soudain, la vérité fut dite : Moran s'était marié il y avait deux semaines de cela. La jeune Poufsouffle le regarda quelques secondes sans rien dire avant de finir sa choppe cul-sec. Son ami s'était marié sans même lui en parler, à dix-huit ans seulement, alors qu'il était encore étudiant. Était-elle une si mauvaise amie que ça pour n'avoir rien vu venir ? ou alors était-ce simplement Moran qui, en quittant Poudlard, avait décidé de ne plus être proche de ceux qui y étaient encore ? "Avec qui ?" murmura-t-elle, les yeux dans le vague. C'était cette question qui était venue la première dans son esprit. Avec qui Moran Powell avait-il bien pu se marier ? par Daisy, car elle était devenue une Rookwood, c'était sûr et certain. Mais alors, qui ? Avait-il eu un coup de foudre pour une autre fille entre temps ? Etait-ce une sorte de mariage arrangé comme ce qui se faisait dans beaucoup de famille de sorciers au sang-purs ? Non, toutes ces options lui paraissaient aussi invraisemblables les unes que les autres. Moran était du genre sérieux et constant, pas le genre à se marier sur un coup de tête ou pour faire plaisir à sa famille. Alors, pourquoi ? Hestia ne comprenait pas et attendait des explications, elle pensait avoir le droit d'en avoir, parce qu'elle était son amie et qu'elle s’inquiétait pour lui.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1139
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | spleen.ocean
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Ven 7 Déc - 12:33

Moran avait toujours eu une grande passion pour le Quidditch. Ses parties endiablées avec ses cousins lorsqu'il était plus jeune, avec pour cadre les magnifiques Highlands de son pays, avaient sans aucun doute conditionné sa farouche passion pour le sport préféré des sorciers. Le jeune homme, en effet, préférait largement jouer pour une équipe de son pays, que pour équipe anglaise. Malheureusement, il vivait à Londres pour ses études, et il ne pouvait pas se permettre de faire le trajet toutes les semaines entre le club d'Inverness, par exemple, et la capitale anglaise. Mais il ne désespérait pas de convaincre Gardenia de partir pour les terres plus au nord dès qu'ils auraient tous les deux finis leurs études. Il doutait, hélas, de parvenir à la convaincre un jour. "Bien sûr" claironna-t-il joyeusement, "l'équipe est douée, ça change beaucoup des matchs de Poudlard, en plus. Je t'enverrai une lettre pour te donner les coordonnées, la date et l'heure d'un match pendant les vacances de noël. Deal ?". s'il n'avait jamais envisagé d'être joueur professionnel - parce que sa seule et unique passion résidait dans le journalisme - il ne pouvait pas nier avoir déjà rêvé de jouer pour son équipe nationale. Dans ses rêves les plus fous, il assommait même le capitaine actuel de l'équipe d'Angleterre qu'il voyait comme un crétin finit. Toutefois, ce n'était sans doute pas son destin, et être journaliste lui suffisait amplement. Comment satisfaire sa curiosité maladive s'il était lui-même l'objet de rumeurs, et de journalistes ? Ce serait bien difficile.

Et comme Moran aurait aimé continuer sur cette joyeuse et légère conversation au lieux de retrouver sur le visage de sa jeune amie un air austère qui lui rappelait celui de la directrice de maison des Gryffondors ! Il déglutit largement devant la remarque de la jeune femme - qui cependant, se trompait largement. Comme pour retourner le couteau dans la plaie, car l'Écossais avait toujours été un garçon particulièrement provocateur, il répondit : "Ça se voit que tu n'as jamais eu à faire à l'humour douteux que je partage avec mon cousin...". Car en effet, les deux jeunes hommes n'étaient pas en reste pour provoquer des scandales qui auraient fais s'évanouir de honte leurs parents. Ici, cependant, Hestia avait raison. Ce n'était pas une vulgaire plaisanterie avec Darius - ce qui aurait pu être possible néanmoins ! - c'était un engagement réel, qui les engageait sur le long terme, définitivement. Il était lié à Gardenia par les liens sacrés du mariage et lui avouer qu'il était bel et bien marié lui faisait mal. Tout était arrivé trop vite pour l'ancien Serpentard, qui, pas encore tout à fait mature, était maintenant marié et futur papa. Comment avouer à une amie qui lui était chère, qu'il s'était planté sur toute la ligne, qu'il avait échoué, et qu'il était, désormais, pathétique ? Comment admettre cela avec la fierté qui était la sienne ? Aussi préféra-t-il se murer dans un outrageux silence lorsqu'elle lui demanda qui était sa femme. Il haussa les épaules de manière fataliste et porta à sa bouche sa chope de bière. Hestia avait le regard vague et il craignait que lui avouer cette scandaleuse vérité, la choque et la mette en colère. Il préféra baisser les yeux un moment. Comment lui avouer qu'il avait passé l'été à être tellement ivre qu'il n'en gardait qu'un souvenir affreusement vague ? Comment lui avouer que pendant une énième soirée ivresse, il avait couché avec sa meilleure amie et qu'ils se retrouvaient maintenant face à un problème, communément appelé "enfant" ? Comment avouer tout cela sans être particulièrement pathétique ? Moran ne voulait pas de sa pitié ni même de sa gentillesse. Qu'on le juge et qu'on se moque de lui, lui ferait moins de mal. Mais surtout, il ne voulait pas que la nouvelle s'ébruite. La pire chose qui pourrait arriver étant que ses amis restés à Poudlard n'apprennent sa terrible déchéance... Sans parler du fait que Gardenia allait travailler avec le Professeur McGonnagall. Il se racla la gorge. Le silence assourdissant qui s'était répendu à leur table lui donnait l'impression que tout le pub était silencieux pour écouter leur conversations aux tons sévères. Il lui semblait même, à sa grande tristesse que la belle Madame Rosmerta était elle-même déçue de lui. Il soupira, leva ses yeux verts sur Hestia, et finit par lui répondre : "Gardenia Ollivander". Sa voix rauque s'éteignit aussi vite qu'elle se fit entendre. Il haussa à nouveau les épaules : "C'est comme ça".



(731)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 380
| AVATARS / CRÉDITS : Elizabeth Olsen - Bazzart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La mort de son petit frère
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Mar 11 Déc - 15:19

Moran accepta tout de suite, et avec beaucoup d’entrain, la demande d’Hestia. La jeune fille lui sourit alors de toutes ses dents, impatiente de recevoir ce fameux hibou qui sonnerait l’heure pour elle d’avoir voir un vrai match de quidditch, sans que ce soit un des équipes des élèves de Poudlard. Non pas qu’elle n’appréciait pas les matchs, après tout elle était dans l’équipe des petits blaireaux, mais elle se doutait que tout devait être très différent : l’ambiance, l’intensité, les stratégies, le jeu en lui-même peut-être bien ! Elle avait donc hâte de voir Moran enfourcher un balai en dehors du château et de son équipe de serpents. « Deal ! » s’empressa-t-elle de dire en levant sa main, ayant envie de sceller cette promesse par un check. Parce que oui, Hestia Jones savait être branchée !
La deuxième partie de conversation était carrément moins plaisante et rendait la jeune femme beaucoup moins joyeuse : Moran venait de lui annoncer s’être marié. Enfin non, disons plutôt qu’elle l’avait découvert par elle-même et qu’il n’avait pas eu d’autres choix que d’admettre la vérité. Parce que oui, son ami, qu’elle considérait faire partie des plus important dans sa vie, n’avait pas pris la peine ni de l’informer de cet événement ni même de l’y inviter, et c’était ça qui faisait le plus de peine à la jeune femme, la mettant par la même occasion en colère. Elle s’en fichait qu’il épouse une fille, enfin non pas vraiment, mais de voir qu’il ne lui avait rien dit… Elle était profondément blessée. Et triste. Et énervée. Très bon cocktail d’émotions pour une discussion calme et sereine, donc. Et en plus, le jeune homme se fichait d’elle en disant que l’humour qu’il partageait avec son beau cousin Darius pouvait se révéler aussi douteux que de porter une alliance pour rire. Sauf que ce n’était pas drôle, pas drôle du tout même. Hestia fulminait, mais tentait de ne pas le montrer. Elle dut attendre un petit moment, qui lui parut être des heures, avant d’avoir enfin le nom de l’heureuse élue, parce que oui, quand même, se marier avec un mec comme Moran Powell devait être un bonheur. Il y avait de cela quelques années, la jeune Jones rêvait d’être à la place de… Elle ne parvint pas à comprendre le nom de la Madame Powell tout de suite. Les sons mirent quelques secondes de plus que normalement pour atteindre son cerveau. Quand elle compris enfin, son sang ne fit qu’un tour. Gardiena Ollivander. Gardiena. Ollivander. La meilleure amie de Moran. Celle avec qui il n’avait pas parlé pendant des mois pour une broutille. Gardenia. Il n’y avait rien à faire, le cerveau de la Poufsouffle avait du mal à imprimer. Elle réussit néanmoins à articuler, à voix basse toujours « Mais… Tu l’aimes, Gardenia ? ». Jamais elle ne l’avait soupçonné d’être amoureux de la jolie blonde, parce que oui, elle était vraiment très jolie. Plus que ne le serait jamais Hestia, et en plus elle était très intelligente, et douce, et gentille…. Oui, on pouvait aisément en tomber amoureux. Mais Moran n’avait jamais montré ce genre de sentiment envers elle, en tout cas pas devant Hestia.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1139
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | spleen.ocean
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Jeu 13 Déc - 11:54

« C'est la maison qui paie ! » s'exclama un serveur à un groupe de Gryffondor que Moran ne prit pas la peine d'identifier depuis sa place. Il préféra, au contraire, se réfugier dans sa boisson pour ne pas avoir à affronter le regard sévère que son amie posait sur lui. Il sentait une pointe de colère ou de déception dans les iris clairs d'Hestia Jones, et il ne savait pas quel sentiment le mettait le plus à mal. De son côté, il ressentait toute la honte de ces derniers mois s'accumuler sur ses épaules, alors qu'il ne s'agissait que d'Hestia et non pas de ses parents. Quel horrible sentiment allait s'insinuer dans son cœur lorsque, à table, il allait leur annoncer de but en blanc qu'il était non seulement marié, mais aussi bientôt père ? Faire attention à son alliance n'était point suffisant comme il avait parfois un déficit de l'attention, la preuve étant que son amie était maintenant au courant de la partie émergée de l'iceberg. En relevant ses yeux vers la Poufsouffle, Moran regretta brusquement d'être venu et il décida de le signifier platement : « Je n'aurai pas dû venir ». Il n'osa pas, par la suite, poser immédiatement ses yeux sur elle. En effet, il n'aurait pas dû venir, prendre ainsi le risque de mettre à mal un secret qu'il gardait avec sa femme depuis trois mois, c'était idiot. N'était-ce pas, au fond, laisser tomber Gardenia ? Elle ne dirait jamais rien à personne, même sous la torture, pensait-il franchement, et le voilà en train de confier ses ressentiments et ses erreurs à une amie qui n'en était pas forcément une de l'héritière Ollivander ? C'était stupide. Et immature. Le jeune homme avait l'impression de faire toutes les erreurs à ne pas faire, et le brouhaha du pub ne parvenait cependant pas à le dérider une seule seconde.

Il avait passé bien des soirées aux trois balais à boire et à fréquenter de pimpantes jeunes sorcières pour se réveiller le matin dans un lit qui n'était pas le sien. Rosmerta avait aussi été témoin de sa décadence, de sa déchéance, et de son alcoolisme galopant. Hestia devait-elle être une nouvelle spectatrice de tout ce foutoir ? La vie n'était certes pas un long fleuve tranquille, il le concédait assez facilement, mais il ne s'imaginait toutefois pas que ce serait aussi bordélique. Marié, bientôt père, en ménage. Il n'avait même pas dix-neuf ans et en plus de cela, il était devenu alcoolique pendant l'été. Il soupira devant le mausolée qu'était devenu sa vie. C'est Hestia, une fois encore, qui le tira véritablement de ses pensées, l'air ennuyée, ou étonnée il ne saurait le dire. Mal-à-l'aise, il se passa une main dans les cheveux qu'il ébouriffa un peu plus ▬ et autant dire qu'ils n'en avaient déjà pas besoin. « Non » répondit-il de but en blanc avant de déglutir pour faire bouger le fond de son verre d'un air pensif, « pas de la manière dont tu sembles le penser, en tout cas ». Moran n'avait jamais ressenti d'amour pour Gardenia bien qu'il eut pu se dire, à quelques rares occasions, qu'elle devait être une compagne bien agréable. Il ne s'était pas trompé, la jeune femme avait fais preuve de beaucoup plus de patience qu'il n'en méritait vraiment. « J'aime Daisy » ajouta-t-il comme si ce n'était pas déjà évident. Il ne s'était pas confié à Hestia sur ses problèmes de couples avec la Blackstone un an auparavant pour l'oublier aussi facilement maintenant qu'elle ne portait plus ce nom là. Si oublier la fille aimée était si simple, les tragédies grecques n'auraient plus aucun sens, les légendes écossaises seraient bien fades, et toutes les jolies histoires que se racontaient les jeunes filles en mal d'amour serait immensément ridicules. Il sentait, néanmoins, que la conversation n'allait pas s'arrêter là. Hestia semblait fulminer sous son air calme, et Moran n'avait pas très envie de se prendre une gifle. Mais il ne savait pas ce qui agaçait autant la Poufsouffle. Était-ce d'apprendre qu'il avait épousé quelqu'un qu'il n'aimait pas ? Était-ce d'apprendre qu'il s'était marié sans l'avoir invité ? Était-ce d'apprendre qu'il gâchait avec autant de facilité sa vie ? Oui, toutes ces raisons pouvaient la rendre folle de rage, en effet. Comme pour prévenir la jeune femme d'une explosion soudaine, il compléta : « Gardenia est enceinte et disons que j'ai ma part de responsabilité ». Pour ne pas dire qu'il était entièrement responsable. Blasé, il avala la fin de son verre de bierraubeurre en grimaçant. Il aurait bien eu besoin d'un alcool plus fort.

Coeur
(757)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PRÉFET POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

PRÉFET POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 380
| AVATARS / CRÉDITS : Elizabeth Olsen - Bazzart
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La mort de son petit frère
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Jeu 13 Déc - 16:02

Moran Powell osa ajouter qu'il n'aurait pas dû venir, ce qui fini carrément d'agacer Hestia. Pourquoi n'aurait-il pas du venir ? Parce qu'il ne voulait pas avouer tout cela à la jeune femme ? Il fallait y penser avant de se marier en secret sans prévenir personne ! Enfin, personne, elle n'en savait rien en fait. Peut-être que les deux jeunes mariés avaient prévenu quelqu'un, peut-être que, finalement, Hestia était la seule à ne pas être au courant. En fait non, ce n'était pas très plausible. Il n'empêche que Moran regrettait d'être là, avec elle, et cette vérité la blessa de nouveau. "Eh bah merci" murmura-t-elle d'une voix sèche. Il n'avait qu'à partir, après tout, puisque visiblement il ne l'appréciait pas assez pour se confier à elle et qu'en plus il disait ouvertement qu'il ne voulait pas être là, eh bien soit, il pouvait s'en aller. Hestia étai vexée, et Merlin savait à quel point elle pouvait être très chiante lorsque quelqu'un qu'elle aimait profondément la blessait. "Tu n'as qu'à partir si tu ne veux pas être ici avec moi" lâcha-t-elle, les dent serrées, la tristesse palpable. Sa réaction était stupide, mais ça elle ne le savait ni ne le comprenait. La jeune Jones était à fleur de peau quand il s'agissait de l'amitié, qui était sacrée pour elle.
La jeune femme se raidit lorsque son ami, enfin celle que elle considérait comme son ami, lui dit clairement que non, il n'aimait pas Gardenia. L'ancien Serpentard était encore fou amoureux de la blonde qui s'était mariée cet été avec un autre sang-pur... Donc, il aimait encore son ex-petite amie, alors, pourquoi épouser sa meilleure amie ? Hestia n'y comprenait rien. On n'épousait pas une personne juste parce qu'on était bien avec elle, sans sentiment amoureux, surtout aussi jeune ! C'était totalement incompréhensible. "Mais... Pourquoi alors ?" murmura-t-elle, complètement perdue. Elle voulait le meilleur pour ses amis : la réussite, l'amour, le bonheur, la joie de vivre... Et un mariage devait bien sûr faire partie de ce qu'elle considérait être le meilleur, mais Moran avait loin d'être heureux ou encore épanoui...
C'est alors que le jeune écossais révéla la vraie raison de cette union, car en effet c'était loin d'être l'amour, en tout cas pas celui venant du cœur. Hestia resta bouche-bée quelques secondes. Gardenia allait être maman. Moran allait être papa. Moran Powell attendait un bébé. Enfin non, Gardenia Ollivander, enfin Powell, attendait le bébé de Moran. Ils avaient couché ensemble, mais ça, Hestia s'en fichait. Par contre, ils ne s'étaient pas protégés, et ça, c'était bien plus problématique. "Je... Tu..." balbutia la jeune femme, ne savant pas quoi dire. Un bébé changeait tout, autant dans la vie des deux jeunes gens que sur l'avis de l'aînée Jones. Moran prenait ses responsabilités envers la blondinette, ce qui était admirable et courageux. Il aurait pu fuir, il aurait pu chercher à se dédouaner, mais il avait choisi d'assumer, et Hestia était très admirative. La colère avait disparue, laissant place à une forme de fierté. Moran était un mec bien, son ami était un mec bien. "Je vais devoir te réserver des soirées pour le baby-sitting" souffla-t-elle en laissant enfin son sourire, un trait fin sourire par contre, retrouver le chemin de ses lèvres. Bien sûr, elle était toujours blessée, et elle ne se priverait pas de lui dire, mais elle imaginait déjà un mini Powell...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1139
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | spleen.ocean
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier, hélas.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA Jeu 13 Déc - 21:11

Moran était un garçon qui savait prendre du recul sur certaines choses tout comme il savait être totalement franc et dénué de tact, des fois. Dire à la pauvre Hestia qu'il regrettait d'être venu ▬ ce qui était vrai lorsqu'il l'avait dis mais qui ne l'était plus une fois la phrase lâchée ▬ n'était ni très fin, ni très intelligent. Mais le jeune homme n'était pas de ceux qui se plaisaient à parler d'eux-même, de leurs peurs et de leurs angoisses, de leurs joies et de leurs amours. Lui parler de Daisy Blackstone avait été douloureux, lui avouer aujourd'hui l'erreur qui allait déterminer sa vie l'était encore plus. Comme il avait honte d'être marié, d'être ce qu'il était ! Et Hestia ne semblait pas le remarquer. Qu'elle le force à en parler, cela lui faisait mal, bien qu'il la comprenait. Après tout, n'avait-elle pas elle-même été un jour une triste victime de la curiosité dévorante du jeune garçon ? N'avait-elle pas dû faire face à ses attaques répétées avant d'obtenir gain de cause ? Bien sûr que si, mais ils étaient plus jeunes, pas encore complètement amis. Maintenant qu'elle le voyait ainsi, ne voulait-elle pas comprendre qu'il n'était pas en état d'en parler ? Oh, Moran était totalement sobre, totalement sain d'esprit ce jour-là. Il avait les pensées nettes, les idées ordonnées, il ne voulait simplement pas parler. L'attitude maussade qu'il avait maintenant adopté depuis la fin du mois de septembre semblait dévorer la joie naturelle qui habitait toujours ses traits marqués d'Écossais. Telle le croque-mitaine, sa tristesse avait avalé son sourire, et sa bonne humeur, bien qu'il soit désormais capable d'en voir le bout depuis le mariage. L'angoisse de l'événement avait sans doute aidé à l'enfoncer dans sa dépression. Maintenant que le terrible événement était passé, il allait mieux, il se reconstruisait. Il apprenait à accepter ce qui s'était passé, et commençait à se dire qu'ainsi allait la vie. La réaction sèche d'Hestia finit de l'achever et il déglutit. Il préféra détourner le regard, honteux garçon qui dit tout haut ses pensées, plutôt que de continuer à fixer ses jolis traits.

Il était plus facile, plus honnête, de parler sans la regarder. Hestia n'était pas une fille à juger, et il savait qu'elle ne le faisait pas. Mais il préférait encore, le moment venu de lui annoncer qu'il n'aimait pas Gardenia mais Daisy, ne pas voir ses traits s'assombrir. Les décisions qu'il avait prises ces derniers mois n'étaient pas glorieuses et ne valaient rien. Elles avaient saccagées sur leur passage la vie de l'ancienne Serdaigle, la sienne, et avait crucifié leurs bonnes humeurs respectives, bien que son amie soit toujours plus joyeuse que lui. Pourtant, c'était elle qui allait accoucher dans quelques mois, et pas lui. Le poids de la fatalité et du regret, pesait sans aucun doute bien plus sur ses épaules à lui. Sa future paternité, il ne l'avait pas envisagé avant des années. Moran toutefois, ne savait pas encore combien il devrait se réjouir d'être père si jeune. « Oui » dit-il d'un ton presque sec lorsqu'elle balbutia de surprise. Ce n'était pas quelque chose qui se disait facilement. Il retourna sur elle ses yeux lorsqu'il entendit le léger sourire dans sa voix, mais cela n'arracha pas le sien. Il était venu la voir pour oublier, mais comme un boomerang, ses idioties semblaient revenir à la vie tout le temps. « Ne l'ébruite pas, s'il-te-plaît » demanda-t-il sincèrement en posant ses mains sur la table. Il ne servait plus à rien de cacher la vérité qui tenait à son annulaire. Le jeune homme l'avait épousé parce qu'elle était son amie et qu'il ne voulait pas l'abandonner. Mais aussi, et cela pourrait paraître curieux aux oreilles d'Hestia qui n'avait pas tout à fait grandi dans une famille similaire à la sienne, par tradition. Bien que moderne, l'étudiant journaliste restait un garçon aux mœurs traditionnelles, n'en déplaisent aux verres de scotch qu'il s'enfilait auparavant. « Gardenia va venir travailler avec le Professeur McGonnagall pendant quelques temps, je ne veux pas qu'elle soit ennuyée » préféra-t-il clarifier encore la situation. Ce ne serait pas sympathique pour la jeune femme qui avait troqué si gentiment son nom pour le sien, d'être raillée à longueur de temps par des petits idiots. Il se leva, pour inviter soit Hestia à l'accompagner dehors, soit à la laisser prendre congé de lui, et continua de parler : « Ne m'en veux pas, pour le mariage... Il n'y avait personne ». Et c'était par ailleurs bien heureux, car les deux mariés étaient dans un état bien pitoyable. Même le curé avait pris part, à sa sauce, à cet absurde événement qui s'était déroulé dans une minuscule ville côtière. Lui-même ne se rappelait même plus du cadre, il ne visualisait même que quelques images vagues de la cérémonie. Il n'avait pas été à la hauteur pour Gardenia, à aucun moment. Ni le jour où ils s'étaient perdus ensemble, ni lorsqu'il lui avait maladroitement passé la bague au doigt. Elle, pourtant, elle avait encaissé et avait été le bateau qui ne sombre pas malgré sa coque abîmée par les vents et marées.

(855)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA

Revenir en haut Aller en bas

Laisse moi perdre mon alliance dans ton verre | HESTIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quoi de mieux que de noyer son chagrin dans un verre de whisky?[Valentin]
» [X] Aphrodisiac. [Max] [X]
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» C'est un charnier sentimental que je laisse derrière moi [Livre 1 - Terminé]
» Corps de verre et coeur de pierre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Pré-au-Lard :: La rue commerçante :: 
Aux trois balais
-