GRYFFONDOR : 195 pts | POUFSOUFFLE : 247 pts | SERDAIGLE : 386 pts | SERPENTARD : 245 pts
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !
Les inscriptions pour les deux prochains matches sont d'ores et déjà ouvertes, retrouvez Serpentard VS Gryffondor et Poufsouffle VS Serdaigle !

Partagez|

Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Marlene McKinnon



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 916
| AVATARS / CRÉDITS : © noralchemist
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE Jeu 29 Nov 2018 - 13:12

Marlene avait abandonné à contre coeur le feu ronflant de la salle commune pour enfiler sa cape fourrée et prendre la direction des cachots en usant du précieux raccourci que Sirius lui avait fait découvrir lors de leur première sortie nocturne en cinquième année. Cette année, elle s’était de nouveau essayée au rôle de justicière masquée en suivant après le couvre-feu un groupe de serpentards qui lui avaient tout l’air de préparer un mauvais coup. Il faut dire que, de son point de vue, Avery, Mulciber et Wilkes avaient toujours cet air-là inscrit sur leur figure. Mais dans sa noble quête, elle s’était heurtée - bien littéralement lui rappelait la bosse qu’elle avait toujours sur le front - au nouveau préfet des bleus. Abraham Isaac Minchum lequel avait décidé de se la jouer autrement justicier en lui demandant de rejoindre sa salle commune. Et face à son refus d’obtempérer, le garçon n’avait eu nul autre choix que de punir sa camarade. La griffonne se trouvait encore diablement vexée par cet incident et fronça les sourcils en trouvant le préfet planté devant la porte des cachots de potions ce soir-là. « Qu'est-ce que tu fais là ? » croisa-t-elle des bras farouches en le toisant. Elle redoutait que le préfet un peu trop zélé ne soit présent que pour la surveiller.

Le Professeur Slughorn s’éclaircit la gorge depuis son bureau mal éclairé et fit sursauter la jeune fille en répondant d'une autre manière à sa question. « Miss McKinnon et Monsieur Minchum, je suis ravi de vous trouver tous les deux ponctuels pour notre punition » leur sourit-il comme si c’était à l’une des ridicules séances de son petit club qu’il les invitait. « Miss McKinnon, vous trouverez à votre droite tout un tonneau de crapauds cornus à éviscérer - et la jeune fille de tourner blanche à cette simple mention - et dans celui d’à côté des rats morts, je vous demanderais de mettre précautionneusement leur cerveau dans du saumure - puis de virer au vert - Commencez par la tâche que vous préférez ! ». Le ton du professeur de trouva bien plus doucereux lorsqu’il s’adressa à son camarade masculin. « Monsieur Minchum, quelle tâche puis-je vous confier ? - se gratta-t-il le menton avec le bout de sa plume - Peut-être récurer le fond de mes chaudrons ? Oui c’est une bonne idée … mais sans baguette et à la seule huile de votre coude  ». Et le Professeur Slughorn de lui adresser un clin d’oeil avant de se reporter son attention sur la montagne de parchemins qu’il était en train de corriger. La griffonne qui n’était certes pas dans les bons petits papiers ne put s’empêcher de lancer un regard noir à son camarade. Il se trouvait sur son chemin vers les tonneaux et plutôt que le contourner sagement - « Monsieur le fils du Ministre accepterait-il de bouger son royal séant ? » - elle préféra naturellement le provoquer avec un prétendu sourire.

dragées:
 

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abe I. Minchum



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 391
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE Sam 1 Déc 2018 - 10:55


Forcément, cela devait arriver un jour.
A trop jouer avec les règles, on finissait toujours par se faire prendre. Et c’était en ce jour le tour d’Abe. A ne pas aller en cours, voilà tout ce qu’il méritait : une bonne heure de colle dans les cachots les plus froids de Poudlard. Il fallait dire que depuis le début de l’année, son assiduité et surtout sa motivation à se rendre en salle de classe n’avait fait que faiblir jusqu’à ce que même il ne se donne plus la peine à se rendre à tous les enseignements dispensés à l’école. Mais qu’espérait-il ? Que McGonagall et co. le laisse faire bien gentiment ? A vrai dire, il ne s’était soucié des conséquences que lorsque la patience légendaire du Professeur Slughorn pour les élèves qu’il appréciait particulièrement -et dont Abe faisait bien entendu partie du simple fait de son patronyme- avait atteint ses bornes. Le fils du Ministre avait alors écopé d’une punition juste mais ô combien comique car rares devaient être les préfets à avoir été collé durant l’exercice de leurs fonctions !

Ce soir-là, c’est en traînant les pieds qu’Abraham se rendit jusqu’aux cachots où, pensait-il, ne l’attendait que Slughorn et son sempiternel air guilleret. Toutefois, une autre tête blonde patientait devant les portes de la salle de classe : Marlene McKinnon. A sa vue, Abe devint blanc comme un linge et s’il espéra qu’elle n’engage pas la conversation, ce fut peine perdue.
« Qu'est-ce que tu fais là ? » Lui savait pertinemment ce qui l’amenait dans cette partie du château à une heure si tardive. Et pour cause ! il en était la raison-même ! Il l’avait surprise, il y a plusieurs de cela, en train de rôder dans les couloirs à la tombée de la nuit pendant qu’il faisait sa ronde. S’il lui avait d’abord demandé cordialement de regagner sa salle commune au plus vite, le refus d’obtempérer de la rouge et or l’avait forcé à adopter des mesures plus sévères, c’est-à-dire en référer aux professeurs qui avaient décidé de la coller pour son escapade nocturne.
« Heu rien … Je dois parler au Professeur Slughorn, » tenta-t-il de se justifier d’une manière peu convaincante. Il était hors de question de lui révéler qu’il était là pour la même chose qu’elle, à savoir une punition pour mauvais comportement. Il le savait, McKinnon se serait gaussée de lui pendant des années.
« Miss McKinnon et Monsieur Minchum, je suis ravi de vous trouver tous les deux ponctuels pour notre punition, » les accueillit alors le maître des potions en réduisant tout espoir vain d’Abe de ne pas ébruiter cette affaire dérangeante. Toutefois, McKinnon fut aussitôt assaillie par le nombre de tâches dégoûtantes que lui donnait Slughorn sans sourciller. Aussi ne put-elle faire aucune réflexion déplaisante à l’irréprochable fils du Ministre. Du moins pour le moment … « Monsieur Minchum, quelle tâche puis-je vous confier ?  Peut-être récurer le fond de mes chaudrons ? Oui c’est une bonne idée … mais sans baguette et à la seule huile de votre coude. » En entendant sa sentence, Abe fut pour une fois heureux d’être le fils de son père et d’être ainsi dans les bonnes grâces de Slughorn. Récurer les chaudrons à la main valait bien mieux que de disséquer des animaux morts ! Déjà Marlene se mettait au travail alors qu’Abe cherchait du regard, sans la moindre conviction, les éponges, grattoirs et autres goupillons pour accomplir sa tâche, restant au beau milieu du passage.
« Monsieur le fils du Ministre accepterait-il de bouger son royal séant ? » siffla McKinnon sur un ton aigre. Abe ne devait pas s’attendre à mieux de sa part car après tout, c’était de sa faute à lui si elle passait sa soirée les mains plongées dans des entrailles de crapauds. Toutefois, il n’apprécia pas du tout la façon dont elle lui adressa la parole et se défendit avec autant de verve.
« Et si je ne le bouge pas, tu vas faire quoi ? T’insurger et manifester comme tu as tellement l’habitude de le faire ? Mes chaudrons sont là, tu peux faire le tour pour aller t’occuper des tiens … » répliqua-t-il les dents serrées. Il n’avait clairement pas envie de discuter avec une telle insurgée du quotidien aussi décida-t-il de l’ignorer en remontant ses manches, attrapant une éponge et commençant à récurer un chaudron dont la couleur cuivrée n’était guère plus visible.

Citation :

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlene McKinnon



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 916
| AVATARS / CRÉDITS : © noralchemist
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE Ven 21 Déc 2018 - 19:31

La rencontre de Abe et Marlene semblait avoir donné le ton à chacun de leurs futurs échanges et présageait de nombreuses autres punitions. La jeune fille contrariée par le tour d’autorité du préfet passa de aigre à hargneuse en un claquement de doigts. « Pour que tu me punisses une seconde fois ? - persifla-t-elle bras croisés et yeux plissés - Parce que la domination est la seule réponse que tu connaisses ? » suggéra-t-elle encore. Mais comme le Professeur Slughorn quoi que fort occupé à ses propres affaires ne se trouvait pas loin d’eux, sa volonté fut pour une rare fois celle qui plia la première. Elle contourna son camarade et lâcha encore un soupir quand il la frôla avec une dégoûtante éponge à récurer le fond des chaudrons. Il ne fournirait donc pas le moindre effort ? « Le pouvoir aux côtés de la défense de la liberté est plus grand que celui aux côtés de la tyrannie et de l’oppression ! » cita-t-elle finalement un très célèbre militant pour conserver sa tête haute. Elle ne pouvait s’empêcher de juger son camarade à la lumière de son nom de famille et de la récente politique qui y était attachée.

Plus aucun sourire ne planait sur les lèvres de la gryffondore lorsqu’elle arriva face aux deux petits tonneaux. Elle ouvrit le premier doucement mais le referma d’un coup sec dès qu’elle aperçut la première cuisse d’une grenouille visqueuse. L’aversion farouche que la sorcière entretenait pour les animaux morts ne l’avait jamais aidé à briller en potions. Il lui fallut quelques secondes, mains tremblantes agrippées au couvercle, pour reprendre contenance et ne pas défaillir. « Les rats seront moins pires, les rats seront moins pires … » murmura-t-elle comme une litanie entre les lèvres dans un évident but d’auto-persuasion. Mais le contenu du second tonneau n’était pas plus séduisant. « Professeur … » gémit-elle maintenant plus verte que rose. « Je ne vous punis pas pour le plaisir d’entendre vos jacasseries, Miss McKinnon ! » la mit-il en garde avant de lui désigner deux bouchons qu’il glissa délicatement dans chacune de ses oreilles. Son dernier résidu de fierté l’empêchait de lancer un appel au secours à son camarade bleu lequel paraissait pourtant avoir le coeur mieux accrocher. Elle grimaça en attrapant un premier rat par le bout de sa queue et leva les yeux vers le plafond en essayant de se dire qu’il ne s’agissait de rien d’autre que d’un spaghetti tout froid. « Tu peux me passer un scalpel ? » couina-t-elle finalement à l’adresse du fils du ministre en tendant une main dans sa direction. « Vite, vite, vite ! » sentait-elle sa meilleure volonté l'abandonner trop rapidement.

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abe I. Minchum



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 391
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE Jeu 3 Jan 2019 - 8:42


S’il y avait bien une chose qu’Abe détestait c’était qu’on le considère uniquement comme le fils de son père et à en juger par son comportement, McKinnon ne savait pas dissocier responsabilités du père de responsabilités du fils et comme Abe l’avait prédit, elle s’insurgea qu’il s’opposât à son passage sur un ton acide.
« Pour que tu me punisses une seconde fois ? »
« Si j’y suis encore contraint, oui, » répliqua-t-il sur un ton las.
Il n’espérait même pas qu’elle puisse comprendre qu’il n’avait pas eu le choix et que cette punition était méritée. Qu’importe ses convictions personnelles, Marlene devait comprendre qu’il y avait des règles à respecter, quant bien même on les trouvait aussi inutiles que limitantes. Mais ça, Abe doutait que même après avoir baigné ses mains dans la saumure et le sang de rats, elle puisse le comprendre.
La militante persiffla encore quelques remarques acerbes avant de s’avouer vaincue et de rejoindre sa place. Abe ne lui répondit rien, levant simplement les yeux au ciel. L’idée que Marlene puisse si mal considérer la politique de son père et faire de pareils amalgames le désolait. Il ne la connaissait pas vraiment mais n’était-ce pas elle qui militait pour le droit de tous, pour leur liberté d’expression dans toutes ses formes ? N’était-elle pas en première ligne lorsqu’il s’agissait, justement, de militer contre les amalgames ? Son erreur de jugement était bien la preuve qu’elle ne valait guère mieux que n’importe qui, même malgré les grands combats qu’elle s’arrogeait.

Non content de s’être débarrassé d’elle -pour un moment du moins- Abe entreprit de récurer son premier chaudron. L’élève qui avait dû l’utiliser pour la dernière fois avait dû rater sa potion, sans aucun doute car le fond du chaudron était d’un noir de charbon et dégager une odeur nauséabonde. Le fils du Ministre aurait pu mettre sa main à couper que l’élève avait laissé trop longtemps la décoction sur le feu jusqu’à en brûler une bonne partie. Malheureusement, ça n’avait pas fait de caramel !
Ayant remonté alors avec précaution ses manches pour qu’elles ne trempent pas dans le jus dégoûtant, il commença à frotter énergiquement le fond du chaudron uniquement à l’huile de son coude. Heureusement, ses longs entrainements de Quidditch à battre des cognards lui conféraient une résistance et une vigueur bienvenue. Bientôt, il pût observer la réapparition de la belle couleur cuivrée du chaudron alors que, de son côté, McKinnon ne semblait pas même encore avoir commencé, trop occuper à -comme le disait si bien le Professeur Slughorn- jacasser. Voyant le bon professeur enfiler une paire de bouchons d’oreilles, Abe ne put s’empêcher de sourire largement. Marlene ne récoltait que ce qu’elle semait et même si, au début, Abe avait été peiné de devoir la punir, il ne regrettait plus rien à présent, bien content de participer, à sa manière, à lui donner une leçon bien méritée.

Alors qu’il attaquait les dernières taches de graisse brûlées de son premier chaudron, Abe fut interpelé par McKinnon. Encore.
« Tu peux me passer un scalpel ? » demanda-t-elle piteusement.
Le regard du garçon passa du rat mort qu’elle tenait par la queue à la table où était déposé un beau scalpel à la lame luisante, à portée de sa main tremblante. Il allait ouvrir la bouche pour lui répondre qu’elle l’avait sous la main mais elle le pressa d’autant plus.
« Vite, vite, vite ! »  
Abe soupira une énième fois et, les mains encore dégoulinantes, attrapa le scalpel qui était juste devant Marlene et le lui tendit.
« Tu feras gaffe à pas te couper, hein. Ces trucs, c’est rempli de saloperies, » la prévint-il en désignant du menton le gros rat qui se balançait au bout de sa propre queue. « A moins que tu veuilles que je m’en occupe ? » proposa-t-il tout aussi bien innocemment qu’ironiquement. « J’m’en voudrais que tu te blesses par ma faute … »

Citation :

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlene McKinnon



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 916
| AVATARS / CRÉDITS : © noralchemist
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE Mar 8 Jan 2019 - 10:34

Marlene adorait les classes de soins aux créatures magiques et il n’y avait aucun animal ou créature qui lui faisait peur ou la répugnait … au moins sous sa forme vivante. Elle était même toujours la première à se porter volontaire pour aider ce bon Professeur Brûlopot à ramasser des crottins de veaudelunes pour en faire de l’engrais. Mais devoir retirer le cerveau de rats de leur boîte crânienne, cela lui paraissait en comparaison tout à fait contre nature. Son camarade trouva même bon d’en rajouter une couche et, si elle ne s’était pas attachée à regarder le plafond pour éviter de défaillir, nul doute qu’elle lui aurait lancé un regard assassin. Au moins lui avait-il donné le scalpel et, de moins en moins à l’aise, elle se lança à l’aveugle dans son opération. « Je sais très bien me débrouiller toute seule ! » lui répondit-elle farouche et contre tout ce que pouvait bien indiquer sa posture. Elle repéra au toucher les oreilles du rat et débuta son scalpe les mains de plus en plus tremblantes. Son estomac se contracta lorsqu’elle entendit le petit bruit de succion en retirant le haut du crâne. « Oh Merlin ! Je crois que je vais … ! ». Sa fierté l’empêchait pourtant d’abandonner et à l’aide d’une espèce de cuillère elle commença à retirer le cerveau qui, écrasé par son mauvais scalp, lui coula sur le bout des doigts. « Je vais vomir ! » affirma-t-elle cette fois-ci d’une voix blanche avant de se pencher vers le chaudron joliment nettoyé par son camarade. A peine eut-il le temps d’en retirer les doigts et la brosse. « BWAAARGH ! » recracha-t-elle tout son dîner sous une forme beaucoup moins appétissante. Et, relevant uniquement la tête pour reprendre son souffle, elle s’admit défaite. « Okay, je veux bien qu’on échange ! ». C’est que s’ils devaient continuer à ce rythme, leur travail d’équipe ressemblerait au mythe de sisyphe. Le pauvre préfet se trouverait condamné à nettoyer le même fond de chaudron entre chaque animal disséqué.

Il y avait fort à parier que cet exercice n’améliorerait pas les risibles compétences de la griffonne en potions. Ces classes faisaient pour elle, et depuis sa première année, figure de véritable torture. Elle s’y rendait toujours la boule au ventre et seule la bienveillance de ses amis - qui acceptaient de lui laisser couper leurs racines de mandragores en échange de broyer à sa place des yeux de crapauds - lui permettait d’y survivre. Elle avait d’ailleurs eu un piètre résultat à ses derniers examens.

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abe I. Minchum



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 391
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE Lun 14 Jan 2019 - 16:28


Pour être tout à fait franc, Abe ne compatissait pas le moins du monde au sort que Slughorn avait réservé à sa camarade de retenue. S’il avait tout d’abord regretté de devoir la coller, après la véhémence de ses propos vis-à-vis de son père, Abe n’avait pas la moindre compassion pour la révoltée miss McKinnon. Et lorsqu’il lui proposa de la remplacer pour l’empêcher de se couper avec les scalpels douteux du maître des potions, ce n’était que pour la narguer et aussitôt refuser catégoriquement d’échanger leurs rôles. Aussi, lorsqu’elle assura pouvoir se débrouiller toute seule, il afficha une petite moue contrariée, remplacée immédiatement par une expression d’indifférence feinte.
« Ah ? Bon, très bien. Comme tu veux, » répondit-il en faisant mine de retourner à ses chaudrons.
Abe était loin d’être un méchant garçon et il prenait rarement du plaisir à se moquer des autres. Mais là, il était véritablement déçu que McKinnon ne le supplie pas d’inverser. Il se croyait plus malin qu’elle et pourtant, dans son obstination, c’est elle qui avait gagné ce combat. Ah ! C’était rageant !

Passablement contrarié, le fils du Ministre se mit en tête de l’ignorer royalement et récura son chaudron avec une ardeur renouvelée et réussit finalement à faire réapparaître son éclat cuivré d’antan. Fier de son labeur, il s’apprêta à vider le contenu du chaudron lorsqu’un bruit dégoûtant, venu de la table d’à-côté et aussitôt suivi des plaintes de McKinnon, attira son attention.
« Oh Merlin ! Je crois que je vais … ! » Abe eut à peine le temps de relever le nez qu’il aperçut Marlene se jeter sur son chaudron tout propre. « Je vais vomir ! »
Dans un réflexe surhumain, comme si sa vie en dépendait, le serdaigle retira vivement ses mains et s’écarta alors que sa camarade diluait le contenu de son estomac avec le peu d’eau crasseuse qui restait au fond du chaudron. Pas assez éloigné, Abe sentit un relent fétide et eut un haut-le-cœur, le forçant à prendre considérablement ses distances tant et si bien que l’odeur âcre de bile fut supplantée par celle, suave et entêtante, du bain de conservation dans lequel baignaient les amphibiens morts.
« Aaaah mais t’es sérieuse ! » s’exclama-t-il avec une grimace de dégoût. « Tu le fais exprès, c’est pas possible autrement ! » Et comme la lionne proposait d’échanger les rôles, Abe fut cette fois bien obligé d’accepter. « Ouais, » lâcha-t-il brusquement. « Compte pas sur moi pour patauger dans ton vomi, ça c’est sûr ! »
Voilà, là, elle l’avait énervé ! Mais Abe n’était pas du genre à extérioriser ses émotions et, ruminant comme jamais, il les garda pour lui. Un coup d’eau pour se laver les mains et voilà qu’il attrapait déjà fermement un rat mort et le plaqua sans ménagement sur la table. Il se saisit du scalpel et en quelques gestes précis, trépana la bête en marmonnant.
« C’est pour pas bien compliqué, par Merlin … » grognait-il en joignant le geste à la parole. « ‘Sont déjà morts, t’façon … ‘Vraiment une incapable, celle-là … »
Il ne lui restait déjà plus qu’à récupérer le minuscule cerveau du rat pour le mettre dans la saumure. Mais la chose était gluante et lorsqu’il voulut l’attraper, celle-ci lui glissa des mains. Dans une série de gestes plus ou moins maîtrisés, Abe chercha à rattraper l’organe avant qu’il ne tombe par terre. Oh, il ne tomba pas par terre, ça non ! Car il le fit plutôt voltiger tout droit dans le chaudron souillé de McKinnon.
Plouf !

Citation :

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlene McKinnon



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 916
| AVATARS / CRÉDITS : © noralchemist
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE Lun 25 Fév 2019 - 10:12

Marlene reprenait doucement son souffle au-dessus de son chaudron au fond lustré duquel se trouvait maintenant les restes de son dîner mal digéré. Elle aurait été rouge d’embarras si elle n’avait pas été blanche de souffrance. Ce fut d’une voix pâteuse et dans un souffle acide qu’elle répondit à son camarade en conservant son regard vitreux fixé droit devant elle. « Bien sûr tête de troll, je fais souvent exprès de régurgiter mon haggis parce que ça me rend tellement sexy ! ». La cancre en potions reprit doucement du poil de la bête pour redresser son échine et, après avoir triché en lançant un recurvit sur sa bêtise, toisa son camarade qui s’était réfugié aussi loin que si elle avait été contaminée par la dragoncelle. « C’est ton père qui a payé le choixpeau pour t’envoyer chez les bleus ? Tu ne sembles pas vraiment tirer ce privilège de la rapidité de tes réflexions » l’enchaîna-t-elle encore.

Et tandis que Abe rongeait le frein de son balai du côté des lavabos, Marlene regrettait de ne pas avoir de pastilles à la menthe en testant son haleine contre la paume de sa main. Elle s’était attendue à passer une désagréable soirée mais la réalité dépassait encore ses attentes. Récupérant la brosse à poils durs abandonnée par le vilain petit aiglon des serdaigles, elle reprit son ingrate tâche là où il l’avait abandonnée. Une partie d’elle était malgré tout reconnaissante qu’il ait accepté d’inverser leurs rôles. Et comme cela la dérangeait tout à fait de ressentir l’once d’un sentiment positif à l’égard d’un adolescent qu’elle s’employait à détester, elle s’appliqua consciencieusement à ignorer sa présence. Elle entendait bien adopter ce comportement aussi longtemps que durerait leur punition. Jusqu’à ce que la matière visqueuse d’une cervelle - oh elle n’oublierait jamais cette sensation - lui glisse de nouveau sur les mains. La griffonne se fendit d’un cri aigu de surprise et de dégoût en reculant de trois pas loin du chaudron. « Toi ! - pointa-t-elle le préfet du doigt car l’air ahuri qu’il portait sur le visage le dénonçait tout à fait - TOI TU AS FAIT EXPRÈS ! ». Ce malotru lui avait lancé un cerveau de rat mort dessus et elle ne savait pas bien ce qui la retenait de le recouvrir de viscères de crapauds en retour ! « Tu me punis, puis tu me lances des rats morts dessus ? Oh tu vas voir ce que tu vas voir espèce de sale tordu de … » gémissait-elle et criait-elle à moitié d’une voix suraigüe de contrariété en agitant sa brosse dans sa direction. Le reste de ses vulgaires propos ne se trouva plus perceptible que par l’ouïe des chiens et hiboux.

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abe I. Minchum



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 391
| AVATARS / CRÉDITS : ϟ Florian Macek
| SANG : ϟ Mêlé • Ce qui devrait n'avoir aucune importance


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une armée de rats
| PATRONUS : Un lièvre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE Dim 3 Mar 2019 - 15:35


« En tout cas, une chose est sûre, c’est que t’as pas volé ta place chez les bouffondors ! » cracha Abe sur un ton plus corrosif que le venin d’un Serpentard. « Et sache que Serdaigle ne représente justement pas uniquement l’intelligence, » rajouta-t-il en bougonnant alors qu’il quittait vivement sa place pour venir prendre celle, tout aussi dégoûtante, de Marlene. Maintenant qu’ils avaient échangés de rôles, le préfet espérait ne plus avoir à entendre les suppliques désespérantes de sa camarade, ni sa voix de crécerelle lorsqu’elle tentait de lui faire la morale. Sans pour autant qu’il s’arrête de bougonner dans son coin.

Malheureusement, le destin -ou peut-être le karma ?- semblait s’acharner sur l’un comme sur l’autre. Si ce fut Marlene qui débuta les hostilités en vomissant de tout son saoul dans le chaudron, presque propre, d’Abe, ce fut lui qui déclencha la guerre. Dans un plouf magistral, une cervelle de rat atterrit droit dans le chaudron souillé que Marlene s’échignait à récurer.
« Toi ! TOI TU AS FAIT EXPRES ! » piailla-t-elle en le pointant d’un doigt accusateur.  « Tu me punis, puis tu me lancer des rats morts dessus ? Oh tu vas voir ce que tu vas voir espèce de sale tordu de … » Elle monta si haut dans les aigus que le reste de sa phrase se transforma en ultrasons inaudibles. Toutefois, Abe qui, jusqu’alors, n’avait pas réagi tant il était surpris de sa maladresse et des accusations honteuses de sa camarade, vit rouge.
« Sale tordu de QUOI ? REPETE UN PEU POUR VOIR ! » la défia-t-il en vociférant -c’était d’ailleurs un miracle que Slughorn n’était pas encore intervenu. Puis il afficha un rictus aussi mauvais que suffisant et déclara avec satisfaction : « Crois-moi, si j’avais voulu te viser, c’est pas dans le chaudron que cette cervelle aurait atterri ! Je suis peut-être pas poursuiveur mais je tire plutôt bien. » Il empoigna un autre rat mort qu’il fit sauter dans sa main comme l’aurait fait un joueur de baseball. « Tu veux voir ? » Il n’eût cependant pas le loisir d’aller plus loin car la voix de Slughorn retentit -enfin !- dans tout le cachot.
« MONSIEUR MINCHUM ! Que croyez-vous faire avec ce rat ?! Moins dix points pour Serdaigle ! Et vous, Mademoiselle McKinnon, je ne veux plus vous entendre, est-ce bien clair ? » L’effort qu’il dût déployer pour faire preuve d’autant de fermeté laissa le maître des potions rougeot. Et sans plus de paroles vaines, il s’en retourna à sa correction de copies, laissant Abe la bouche en cœur devant l’injustice de la situation.

Les deux élèves retournèrent alors à leurs tâches respectives dans un silence tendu. Néanmoins, Slughorn avait intimé à Marlene de se taire. Et non à Abe qui brûlait d’une humeur vengeresse. Jetant un regard en coin à sa codétenue, il lui glissa sans desserrer les dents : « Si j’avais voulu t’humilier, j’aurai pas eu besoin de faire tout ça. Tu le fais déjà très bien toute seule. Comme une grande. »

Citation :

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlene McKinnon



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 916
| AVATARS / CRÉDITS : © noralchemist
| SANG : ⊰ Mère moldue et père sorcier.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE Ven 8 Mar 2019 - 11:02

Serdaigle ne brillait en effet pas d’intelligence dans les cachots ce soir-là et la renommée bouffondor avait tout un tas de noms d’oiseaux - justement - qui lui montait à la tête pour qualifier le piètre représentant de Rowena. Mais elle laissa pour une fois le dernier mot impertinent de la conversation à son interlocuteur et employa plutôt son regain d’ardeur à frotter aussi fort son chaudron que s’il s’agissait de la sale tronche du préfet. La patience de la septième année ne tenait malheureusement pas à grand chose et, ne recevant qu’une cervelle de rat en remerciement de sa rare retenue, elle explosa enfin.

Et alors que Abe la provoquait en jonglant avec un nouveau rat, elle s’apprêtait à dégainer sa baguette prête à parier qu’un sortilège fusait plus rapidement que l’enveloppe corporelle d’un rongeur. Professeur Slughorn intervint heureusement avant que cette théorie ne soit testée et, délestant le sablier de la maison bleue de dix points, décrocha un large sourire à Marlene. « Oui professeur » agréa-t-elle sans mal à sa moindre peine. L’autre réagissait comme s’il faisait face à une injustice. Bien évidemment, se dit-elle, pour ce que ce gros crétin privilégié connaissait des injustices …

Chacun retourna à sa tâche mais l’incident ne semblait pas se trouver réglé pour le fils du ministre qui la provoqua encore de son meilleur verbe. La blonde profita que leur professeur ait de nouveau le nez penché sur ses parchemins pour lever, hors de son chaudron qu’elle s’employait encore à récurer, un doigt d’honneur recouvert de mousse accompagné d’un large sourire à Abe. C’est que Marlene savait très bien se passer du bout de sa lange pour rembarrer les inopportuns.

hors-jeu:
 

______________________________
Act your age, not your shoe size
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE

Revenir en haut Aller en bas

Deux mesures différentes et une lichette d'injustice pour une punition explosive | ABE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les différentes fourrures d'Ariena
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Bonjour dans toutes les langues
» II. Pays d'Autremonde
» Gratte quelques cordes {- Feat Ulysse}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Les sous-sol
 :: Les couloirs des cachots
-