GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt

Partagez

I wish you a merry christmas | CLÔT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1240
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | lux aeterna.
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, ivre mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyLun 10 Déc 2018 - 23:17

Les fêtes de fin d'années amenaient généralement leur lot de chaleur, de bonne humeur, de retrouvailles et de sourires. Pourtant, pour ces fêtes de l'année 1976, Moran se demandait sincèrement si la chaleur, la bonne humeur, les retrouvailles et les sourires, seraient au rendez-vous. Il ne doutait pas de la bonne humeur passagère, éteinte comme une bougie soufflée par le vent, avec l'annonce qu'il comptait faire. Il ne doutait pas non plus des retrouvailles, la présence de la famille de sa mère en témoignait largement.Il ne doutait pas, également, des sourires qui allaient s'évanouir comme celui qu'il ne parvenait pas à faire tenir aux coins de ses lèvres. Enfin, il ne doutait pas de la chaleur, qui fort heureusement se répandait largement à travers toutes les pièces de la maison par les cheminées aménagées. Moran, cependant, avait pris la décision d'attendre de beaux moments afin d'annoncer à ses parents qu'ils allaient être plus tôt que prévus, grand-parents. Toutefois, le temps s'avançait et l'échéance se prononçait, et il commençait à perdre ce courage qu'il avait pourtant miraculeusement trouvé. Moran réfléchissait tous les soirs au moment fatidique où ses simples mots allaient franchir ses lèvres. Et chaque soirs, il faisait face aux mêmes réactions, aux mêmes exclamations, et la fameuse soirée du vingt-cinq décembre se finissait sous des lueurs bien sombres dans la demeure des Powell. Il ne parvenait pas à imaginer de scénario différent, et il s'endormait avec la honte pour se réveiller avec la peur d'avoir déçu ses deux parents. Pourraient-ils le soutenir, ne pourraient-ils pas lui pardonner ses impairs ? Il avait été un piètre modèle ces derniers mois et le jeune homme devait vivre maintenant avec le poids de ses fardeaux qui se faisaient plus lourds sur ses épaules de batteur. L'angoisse qu'il ressentait, à l'idée de tout dévoiler à ses géniteurs, il la ressentait maintenant qu'il avait pris la décision d'en parler d'abord avec Darius.

Les Abbot étaient en visite en Écosse pour une semaine jusqu'au vingt-sept décembre, et de ce fait, ils dînaient en famille tous les soirs. Les parents étant sortis pour finaliser leurs achats de noël - que Moran, grâce à ses maigres revenus de barman avait déjà finalisé une semaine plus tôt - les deux cousins restaient ensemble. Il y avait une atmosphère étrange, trouvait-il, dans la maison écossaise ce jour-là. Comme si une douce chaleur étonnante planait dans les pièces et combattait le froid intense qui essayait de s'infiltrer par toutes les fenêtres, et toutes les fissures. La maison avait du vécu, c'était le moins que l'on puisse dire, et l'ancien Serpentard, assit par terre devant l'âtre d'une cheminée bouillonnante, préférait se brûler les yeux plutôt que d'appeler son cousin pour qu'ils puissent discuter. Darius était il ne savait trop où, il avait disparu quelques minutes auparavant sans que Moran ne le suive, pour une fois. Comme ramené à la réalité par une angoisse bizarre, qui était néanmoins davantage liée à ce qu'il devait annoncer à l'ancien Serdaigle, il se leva et traversa le grand salon pour partir à la recherche de son cousin : "Darius ?" l'appela-t-il une première fois sans retirer aucune réponse. Les sourcils froncés, il continua de s'avancer à travers les couloirs, tel un fantôme déguisé en homme pour mettre la main sur l'héritier Abbot qui se faisait désirer. "Darius ?" recommença-t-il son appel, sans, une fois encore, entendre sa réponse. Après avoir vérifié le grenier, sa chambre - dans laquelle ils devaient dormir tous les deux faute de place - et les toilettes - il le soupçonna un instant d'être coincé pour des motifs tout à fait légitimes ! - il fit demi-tour avant d'entendre un sifflement de vitre qui lui fila un frisson dans le dos. Après avoir trouvé la fenêtre fautive, il refit le chemin inverse, sans toute fois parvenir à mettre la main sur l'étrange Darius Abbot.


(630)

______________________________
I leatsa m'anam gus an criochmaich ar saoghal. Is tu fuil o' mo chuislean, is tu cnaimh de mo chnaimh.
   ♛ by wiise


Dernière édition par Moran J. Powell le Dim 13 Jan 2019 - 23:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darius O. Abbot

Darius O. Abbot


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : › Sam Claflin by soapflaws
| SANG : › Sang-pur, mais quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptySam 15 Déc 2018 - 22:02

Tu adorais les fêtes de fin d’année. Cela te permettait non seulement de te reposer un peu l’esprit, mais aussi de voir ta famille. Et cette année était très spéciale pour toi puisque cela faisait bientôt quatre mois que tu n’avais pas vu ton cousin Moran. Vous vous étiez échangés quelques lettres pour vous donner un peu des nouvelles, mais se voir avec les études supérieures n’était pas une chose aisée. Tu t’étais laissé prendre par ton nouveau quotidien qui t’apportait beaucoup de satisfaction, et il faut s’avouer entre nous que lorsque tu rentrais chez toi, tu n’avais qu’une idée en tête, étudier encore et encore. Tu n’avais donc pas changé depuis Poudlard, mais ce que tu apprenais dorénavant était tellement plus intéressant car plus spécialisé dans ce qui te passionnait. Une chose était sûr, à la fin de tes trois années à l’ESM, tu allais ouvrir ta propre boutique. Ton projet avait mûri depuis la fin de l’année précédente et tu avais des idées un peu plus concrètes que de simples rêvasseries. Il était à présent temps de se nourrir un maximum de connaissances – enfin… plus que ce que tu avais déjà – pour espérer faire un chemin sans faute.
Pour les vacances, vous aviez décidé avec tes parents de vous rendre en Écosse pour rendre visite à ton cousin.  Une semaine, c’était terriblement peu et tes derniers jours de cours t’avaient semblé interminables. La raison était pourtant évidente, savoir que tu allais voir ton cousin t’avait fait prendre conscience à quel point il t’avait manqué. Lorsque tu avais posé le pied sur le palier de sa porte, celle-ci s’était ouverte et Moran t’avait sauté dans les bras avant de te donner une bonne accolade. Comme au bon vieux temps.
Et voilà que, quelques jours après vos retrouvailles, vos parents étaient partis finaliser leurs achats de Noël, vous laissant seuls tous les deux. Mais aujourd’hui était un jour un peu spécial. Car depuis août, même si les études avaient été prenantes, un visage n’avait pas quitté ton esprit.
Celui de Luzia.
Depuis l’anniversaire de Wilda, vous ne vous étiez pas reparlé. Tu n’arrivais pas à oublier ce baiser que vous aviez échangé, et même si l’alcool avait aidé, tu espérais qu’elle avait un petit peu ressenti quelque chose. Car durant ces quatre mois, tu avais finalement compris que tu tenais à elle plus que comme une simple amie. Cela avait été dur à admettre mais… Tu en étais à présent convaincu. Et ne pas la voir était tout simplement un sentiment horrible, une douleur que tu comblais par tes études intensives. Car allais-tu la revoir un jour ? Elle était toujours à Poudlard, tu étais à l’ESM, et elle ne pensait sans doute plus à toi. Tant de questions que tu te posais. Alors, pour ce jour de réveillon, tu avais joué la carte de l’audace et avait décidé de lui envoyer un petit présent. Depuis quelques semaines, tu avais mis au point un nouveau croisement entre deux plantes et cela avait plutôt bien marché. Tu la savais également passionnée de botanique et souhaitais lui partager cette fabuleuse découverte en lui souhaitant de joyeuses fêtes. Ainsi, lorsque tu avais vu que ton cousin Moran avait le regard perdu dans le feu de la cheminée, tu t’étais silencieusement levé, avais pris ta veste et t’étais éclipsé dehors le temps d’envoyer ta lettre grâce à ton hibou grand-duc qui te suivait depuis ta première année à Poudlard. Alors que tu suivais des yeux l’envolée de ton fidèle compagnon de toujours, tu entendis la voix de Moran crier – que dis-je – hurler ton prénom. Tu tournas la tête en direction de la maison, souris, et rentras vite à l’intérieur – aussi parce que ça caillait, dehors.
— Je suis là, je suis là ! répondis-tu sur le même ton en t’essuyant les pieds sur le paillasson.
Tu enlevas rapidement ta veste et la posa sur le dossier d’une chaise tandis que ton cousin déboulait en trombe dans le salon.
— Et bien qu’est-ce qu’il se passe, cousin ? Tu m’as l’air paniqué, remarquas-tu, un tantinet taquin.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1240
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | lux aeterna.
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, ivre mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyMar 18 Déc 2018 - 14:08

Les fêtes de fin d'année, c'était un moment joyeux pour beaucoup de monde. Et pour Moran qui était un garçon particulièrement famille, ça l'était tout autant. Il aimait passer du temps avec ses proches, s'amuser et sourire. Pourtant cette année, une chape en béton était tombée dans son ventre, et s'il restait souriant, plaisantin et s'intégrait aux discussions partagées lors des repas, il n'en demeurait pas moins très préoccupé par ce qu'il devait annoncer à ses parents, et à plus forte raison, au reste de sa famille. De ce fait, que les adultes plus âgés soient partis finaliser leurs cadeaux de noël, cela l'arrangeait. S'il y avait bien quelqu'un, en effet, à qui il désirait tout particulièrement parler avant, c'était Darius. Moran savait que si son cousin allait être surpris, étonné et peut-être même, en colère, il ne le jugerait pas. Il n'en était pourtant pas aussi certain en ce qui concernait ses parents. Son père, peut-être, se contenterait de lui dire qu'il était définitivement bien stupide. Mais sa mère. Oh Moran craignait le courroux d'Honora Powell comme celui du Professeur McGonnagall. C'était à cela qu'il pensait lorsqu'il se brûlait les yeux dans l'âtre de la cheminée, en attendant que son cousin revienne pour qu'il prenne son courage à deux mains. Depuis qu'il était là, il avait plusieurs fois hésité à lui en parler, le soir avant d'aller se coucher, le matin alors qu'ils sortaient se balader en forêt. Mais le jeune homme n'avait jamais trouvé le courage de se livrer ainsi, parce qu'il n'avait pas le courage d'admettre sa honte. Hestia était au courant, et elle avait dû lui arracher l'information. Et comme il avait appris de ses erreurs, il avait rangé sa bague dans la poche arrière de son jean, là où personne n'irait mettre les mains. Avec Gardenia, il se contentait de correspondre par lettre, davantage pour avoir une ancre qui partage sa situation que pour autre chose. Elle allait bien, mieux que lui.

En sortant du salon pour chercher son cousin, Moran avait eu un sursaut de courage, qui s'évanouit comme un soufflé lorsqu'il revînt dans le salon pour se trouver face à son Darius. Le soupir qu'il lâcha bien malgré lui, ne témoignait pas de son effort lorsqu'il était monté et avait dévalé tout aussi vite les marches de l'escalier, mais bien de cette angoisse qu'il avait : « J'ai cru que t'étais tombé dans les toilettes » lui répondit-il d'un ton pourtant narquois, bien différent de ses pensées. « T'étais où ? Tu admirais les écureuils peut-être ? Tu fréquentes une sauvageonne des bois ? » s'amusa-t-il à le taquiner en retour. Le jeune homme préférait toujours plaisanter pour ne pas montrer son malaise, tout comme il n'aimait pas montrer que quelque chose le préoccupait. Il avait, par ailleurs, fait miraculeusement illusion depuis que les Abbot étaient arrivés, et il n'en était pas peu fier. Dix-huit ans de pratique, ça valait quelque chose après tout. Toutefois, le problème restait le même, il ne voyait pas très bien comment aborder le sujet sans paraître suspect. De ce fait, il s'affala dans le fauteuil en face de la cheminée comme une veracrasse au fond de son pot avant de se taper les cuisses frénétiquement : « Y'a un truc dont je voulais te parler » fit-il d'un ton léger. Ce n'était malheureusement que d'apparence, car Moran stressait bien plus qu'il n'aurait pu l'imaginer. Ce n'était pas simplement annoncer qu'il allait avoir un enfant avec sa compagne, c'était plutôt annoncer qu'il allait avoir un enfant imprévu avec sa meilleure amie. Deux poids, deux mesures semblait-il.


(650)

______________________________
I leatsa m'anam gus an criochmaich ar saoghal. Is tu fuil o' mo chuislean, is tu cnaimh de mo chnaimh.
   ♛ by wiise


Dernière édition par Moran J. Powell le Mer 26 Déc 2018 - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darius O. Abbot

Darius O. Abbot


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : › Sam Claflin by soapflaws
| SANG : › Sang-pur, mais quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyMar 18 Déc 2018 - 21:27

— J'ai cru que t'étais tombé dans les toilettes.
Tu levas les yeux au ciel en pouffant. Alors là, même pas en rêve ! Ce n’est pas parce que cela t’étais arrivé quand tu étais petit qu’il était obligé de te lancer la perche… Événement plutôt traumatisant pour un enfant d’ailleurs.
— J’étais juste allé prendre l’air pendant que tu te réchauffais devant la cheminée, prétextas-tu.
Bon, cela sonnait très faux, mais il fallait bien trouver quelque chose, non ? Oui Moran, j’ai envoyé un hibou à Luzia pour lui souhaiter de bonnes fêtes et pour lui partager mes récentes découvertes ? Non, ça ne le faisait pas et tu le savais très bien. Alors autant camoufler un peu les choses, même si tu faisais amplement confiance à ton cousin, là n’était pas la question. Juste que… Tu ne savais pas pourquoi, mais tu voulais garder tout cela secret pour le moment. Tu n’étais pas de ceux qui se confiaient le plus, aussi parce que tu n’avais pas trop de problèmes dans ta vie – heureusement pour toi. Mais plus le temps passait depuis cette fête chez Wilda, plus ce que tu ressentais pour Luzia devenait un problème. Pourquoi un problème d’ailleurs ? Fin bon, les relations avec les filles, c’était bien compliqué, tu en avais eu la preuve avec Moran et Daisy, et honnêtement tu ne voulais pas t’engager dans quelque chose de similaire.
Pendant qu’il s’affala sur le fauteuil tel un cachalot échoué sur la plage, tu t’avanças vers la cheminée et attrapas dans ta main une photo de famille Powell en souriant. Moran n’était qu’un môme dessus, c’était marrant de le voir aussi petit et aussi frêle, comparé à ses épaules actuelles de batteur. Tu reposas cependant le cadre et te tournas vers lui, toujours aussi souriant.
— Je t’écoute ?
Merlin qu’il avait l’air d’un vieux papi, assis de la sorte…
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1240
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | lux aeterna.
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, ivre mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyJeu 20 Déc 2018 - 10:54

Moran se faisait souvent la réflexion que s'il avait été moins couard, toute cette situation n'existerait pas. En dépit des gentilles et réconfortantes paroles que lui avait dit son cousin Darius lorsqu'ils avaient fais trempette une dernière fois dans le lac de Poudlard, le jeune homme ne pouvait s'empêcher de se repasser en boucle sa dernière conversation avec l'héritière Blackstone. Le jour de son anniversaire à lui, elle lui avait offert une délicate attention et il avait répliqué, presque sèchement, à son cadeau par une rupture. Le regard désemparé que la jeune femme avait posé sur lui, le hantait chaque jours un peu plus lorsqu'il se l'imaginait avec son nouvel époux. Il avait une certaine prestance, avait-il noté lorsque, métamorphosé en pie, il avait épié l'échange de leurs voeux. Il était ironique de savoir que si tous les deux étaient ensemble un an auparavant, ils étaient maintenant mariés à quelqu'un... Qu'ils n'aimaient pas. Toutefois, Moran souhaitait sincèrement à Daisy de se remettre de cette rupture, mais il doutait que ce soit possible. Tel qu'elle le lui avait signifié lors de cette triste soirée, il y avait quelque chose de particulier qu'il avait réussi à faire : il lui avait donné de l'espoir, pour maintenant le souffler. Le pire n'était peut-être pas la rupture, le pire, c'était qu'il lui avait dit de ne pas s'inquiéter du futur et de vivre au jour le jour. Et le temps s'était effondré sur eux, les avait retenu par la cape, et les avait séparé. De cela, l'Écossais n'en retirait que du malheur et de la tristesse. Jamais, avant de se mettre curieusement avec elle, il n'aurait pu imaginer ressentir autant d'attachement pour une fille... Et jamais il n'avait été aussi proche d'abandonner tout ce qui lui tenait à coeur pour elle. Les remords qui s'insinuaient dans ses veines le mettaient dans un état léthargique, si bien qu'il n'avait jamais passé autant de temps à avoir un regard si pensif. Assit sur le fauteuil, il avait à sa hanche le porte baguette justement, qu'elle lui avait offert lors de cette soirée du premier février mille neuf cent soixante seize. Une jolie attention pour que jamais il ne détourne ses pensées d'elle. Il lui semblait qu'elle l'avait ensorcelé avec un philtre, autrement qu'avec ses yeux clairs, et cette asservissement lui semblait inoubliable, et insurmontable. Il accrocha ses yeux sur Darius qui regardait la photo de famille.

Moran se rappelait lorsqu'elle avait été prise. Il s'était fait coursé par son oncle Abass pour lui avoir volé sa baguette alors qu'il roupillait dans la chambre d'amis... Le pauvre homme avait poursuivi son neveu pendant une heure avant que ce dernier, trop fatigué, ne s'arrête de courir et lui rende son dû. Machinalement, le jeune étudiant croisa ses bras, comme pour masquer la respiration rapide qu'il commençait à avoir. Que dire ? « J'ai fais une énorme connerie » commença-t-il à introduire l'histoire de la plus maladroite des manières. Car le jeune étudiant n'était pas, lorsqu'il s'agissait de parler de ses sentiments, très doué pour les expliciter de la meilleure des façons. En cela, Darius et Moran se ressemblaient beaucoup. Le premier parlait bien peu de ses problèmes et son cousin devait souvent lui tirer les vers du nez en le harcelant... Alors même qu'il était souvent pareil. Moran cachait ses craintes et sa tristesse sous une couche de joie de vivre, saine mais parfois feinte. « Je ne te l'ai pas dis, parce que je ne voulais pas que tu me fasses la morale, mais j'ai passé un été difficile. Et... » et il n'eut pas le courage d'aller plus loin. L'Écossais se pinça les lèvres, il devait prendre son courage à deux mains. Il ne préféra pas dire à son cousin germain qu'il avait passé un été à être tellement ivre qu'il ne gardait de souvenir que des matchs de la coupe du monde, seuls moments où presque où il n'avait pas d'alcool à la main. L'alcoolisme dans lequel il s'était réfugié pour oublier sa peine, le rendait pathétique et il avait honte. « Et un soir que j'étais dans un pub, ivre, Gardenia m'a rejointe. Maintenant elle est enceinte, et... » s'arrêta-t-il de nouveau. Un mariage, ce n'était pas pire qu'un enfant. Quoique. « On s'est marié début novembre ». Moran se tut, et fixa son cousin d'un air interdit en attendant l'explosion qu'il craignait de subir.

(792)

______________________________
I leatsa m'anam gus an criochmaich ar saoghal. Is tu fuil o' mo chuislean, is tu cnaimh de mo chnaimh.
   ♛ by wiise


Dernière édition par Moran J. Powell le Mer 26 Déc 2018 - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darius O. Abbot

Darius O. Abbot


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : › Sam Claflin by soapflaws
| SANG : › Sang-pur, mais quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyJeu 20 Déc 2018 - 23:42

Alors que tu étais là, face à lui, mains dans les poches avec une allure détendue, tu remarquas dans les yeux de ton cousin un air préoccupé qui ne te présageas rien de très bon. La dernière fois qu’il avait eu ce regard, ç’avait été pour t’annoncer sa rupture avec Daisy. Ce qui n’était pas une très bonne chose. Alors lorsque Moran te répondit par cette phrase vague, tu fronças les sourcils avant de toi aussi croiser tes bras sur ton torse. Tu étais assez grand pour caler ton dos sur le manteau de la cheminée sans pour autant te brûler. Clairement, tu t’attendais au pire, mais d’un autre côté c’était Moran alors… tu ne savais pas trop. En revanche, ce que tu savais c’était que ton cousin avait une sorte de don pour faire durer le suspens et pour tourner autour du chaudron. Ça, c’était pour quand c’était vraiment urgent et important. Alors tu ne prenais pas ses simples paroles à la légère. Y’avait du sérieux, là.
Un été difficile ? Pourtant tu l’avais vu lors de la Coupe du Monde et tout t’avait semblé normal… Bon, en même temps tu n’étais pas très étonné, Moran avait toujours été doué pour dissimuler tout ce qu’il ressentait en brandissant son masque de « monsieur tout va bien ». Tu le connaissais bien. Mais tu ne savais pas vraiment jusqu’à quel point pouvait aller son mal-être. Et tu étais tellement désolé de ne pas pouvoir lui venir en aide plus que ça.
— Et un soir que j'étais dans un pub, ivre, Gardenia m'a rejointe. Maintenant elle est enceinte, et...
Alors là.
C’était le choc.
La douche froide.
Venait-il vraiment de prononcer ces mots ? Ivre ? Gardenia ? Enceinte ? Il te semblait que ses mots résonnaient dans ton crâne en un assourdissant écho. Tu tentais d’avoir les idées nettes, et malgré ta grande clairvoyance tu avais l’impression que la révélation de Moran était tout droit sortie d’un rêve. Ou d’un cauchemar. Enfin, ni l’un ni l’autre, mais vraiment quelque chose d’irréel. Dans un premier temps, tu pensas à une blague. C’est vrai quoi, il ne pouvait en être autrement. Mais ton cousin était-il vraiment du genre à plaisanter sur ce sujet ? Pas vraiment. Tu aurais voulu t’en convaincre mais tu le connaissais suffisamment pour savoir que non. Ce n’était donc pas une blague. Dans un second temps, tu analysas la situation. Gardenia et Moran avaient le même que toi. À savoir dix-sept ans. Par Merlin, l’ancien Serpentard allait être père à dix-sept ans. C’était juste… Les mots manquaient, mais sa phrase par contre n’était pas finie. Et quoi ?
— On s'est marié début novembre.
Alors là.
Alors là.
Alors. Là.
Tu décroisas lentement tes bras et clignas plusieurs fois des yeux. Ce n’était pas un rêve. Tu étais bien dans le monde réel, la chaleur du feu dans ton dos, tes pieds posés bien à plat sur le seul. Ok. Premier bilan. Sans un mot, tu allas t’asseoir sur le fauteuil non loin du canapé et te tins la mâchoire d’une main, les yeux perdus dans les flammes. De l’autre main, tu levas ton pouce.
— Tu vas être père, répétas-tu avant de lever ton index, et tu t’es marié.
Un long silence plana un instant dans la salle et tu inspiras en secouant la tête de droite à gauche. Tu ne savais vraiment pas quoi dire. C’était si soudain, si… Inattendu ?
— Cet enfant n’était pas voulu, pas vrai ? demandas-tu même si tu connaissais déjà la réponse. Tout comme ce mariage… tu ajoutas un ton plus bas. Oui, tu connaissais tellement Moran que tu savais que le visage de la belle Serpentard n’avait nullement quitté ton esprit. Alors se marier avec Gardenia… Seul l’enfant aurait pu être le facteur décisif. Qu’est-ce que tu comptes faire ? C’était une question un peu bateau et très large, mais cette situation te prenait réellement au dépourvu.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1240
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | lux aeterna.
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, ivre mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptySam 22 Déc 2018 - 12:01

Moran ressentait un désagréable sentiment de mise à nu. Il avait l'impression que ce qu'il venait de dire, outre le fait que cela lui donnait un air triste, et pathétique, changeait aussi la perception qu'avait son cousin de lui. Et Darius, pourtant, ne savait pas tout. Si son cousin avait admis, bien qu'à demi-mot, avoir passé un été compliqué, il ne lui avait pas expliqué en quoi consistait ce "compliqué". Et cela, par contre, il ne comptait pas le faire. L'Écossais avait suffisamment honte de lui-même, pour tout, qu'il ne pouvait pas en plus parler de ses problèmes de dépendance à l'alcool. A quel moment une simple rupture pouvait faire autant de ravages ? Était-il aussi fragile que cela ? Il se passa une main sur le visage comme s'il allait se débarrasser de ses pêchés par la même occasion. Le silence lourd qui venait de s'installer le rendait terriblement mal-à-l'aise. Darius semblait sous le choc, et il était évident que lui, n'aurait jamais su se mettre dans pareille situation. Il était plus mature, plus droit qu'il ne le sera jamais. Son cousin valait mieux que lui, et Moran se mit à craindre, l'espace de quelques instants que ses propres parents ne regrettent de l'avoir lui, comme fils - un idiot qui engrosse sa meilleure amie et qui se marie dans leur dos ! - plutôt que l'honnête et droit Darius Abbot. Le jeune homme n'avait jamais été jaloux de son cousin parce qu'ils se complétaient bien, et il n'était pas jaloux de lui. Il mourrait simplement de honte d'admettre ses erreurs, ses pas de côté... Tout en omettant qu'il ne pouvait plus boire sous peine de retomber dans ses travers. Il suivit du regard l'ancien Serdaigle qui s'assit sur le fauteuil, non loin du canapé sur lequel Moran était lui-même assit. C'était là une triste métaphore de ce qui les séparait désormais : un mariage, et u gosse. Ce dernier redoutait ses paroles, comme celles d'un jugement prononcé par le juge d'un tribunal, et le voyant si pensif, le jeune homme était sur le point de se lever pour quitter la pièce et le laisser réfléchir. Mais il le devança. « Oui » confirma-t-il d'une petite voix en faisant claquer par terre son pied gauche. La suite des paroles de Darius le laissèrent un peu coi. Il fronça les sourcils et lui répondit brusquement : « Bien sûr que non, je n'en veux pas » prit-il soin de mettre au présent le terme parce qu'il ne se faisait toujours pas à l'idée qu'il passait son dernier noël comme une personne sans enfant, « je n'aime pas, et n'ai jamais aimé Gardenia ». Peut-être que cela valait la peine d'être précisé. Comme il l'avait précisé à Hestia Jones à Poudlard. Il n'était pas du genre à avoir un cœur d'artichaut et à ressentir des choses pour n'importe quelle fille. Gardenia, il ne l'avait considéré que comme une sœur - avec qui il avait couché pourtant, et plutôt deux fois qu'une ! - jamais comme sa femme. Pourtant, c'était en ces termes qu'il devait maintenant l'appeler, et il ne s'y faisait pas. Il ne se voyait pas se marier avant au moins ses vingt-sept ou vingt-huit ans. Au final, il s'était marié à dix-huit ans et allait être père à dix-neuf. C'était précoce. « Je réfléchis au meilleur moyen d'en parler à mes parents sans me prendre une gifle » avoua-t-il en déglutissant, « le seul au courant est mon oncle, et sa lettre était si incendiaire que même son hibou m'a pincé ». Moran ne se rappelait pas s'être déjà fait crier dessus par son oncle, et pourtant, il ne s'était pas gêné cette fois-ci. Sa missive lui avait fait l'effet d'un coup de poignard, et il avait ressentit encore plus de honte. Les épaules basses, il se sentait encore plus ridicule que jamais sous le poids des yeux bleus de son cousin.

(701)

______________________________
I leatsa m'anam gus an criochmaich ar saoghal. Is tu fuil o' mo chuislean, is tu cnaimh de mo chnaimh.
   ♛ by wiise


Dernière édition par Moran J. Powell le Mer 26 Déc 2018 - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darius O. Abbot

Darius O. Abbot


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : › Sam Claflin by soapflaws
| SANG : › Sang-pur, mais quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyLun 24 Déc 2018 - 14:09

La révélation que te faisait Moran te laissait un peu pantois. Vous aviez le même âge, et pourtant ton cousin était celui qui, de vous deux, allait être mari et père. C'était plutôt effrayant, à vrai dire. Tu aurais bien voulu vivre vos insouciance encore un peu jusqu'à ce que les vraies responsabilités vous rattrapent. Puis surtout, tu imaginais la tête que ton oncle et ta tante allaient faire en apprenant la nouvelle. Car ce moment allait bien arriver un jour ou l'autre. Être grands-parents à cet âge-là, c'était... Inédit. Avoir un jugement objectif sur la question était assez compliqué, mais tu voulais être là pour Moran. Quoi qu'il arrive, tu étais à ses côtés. Et c'était sûrement le plus important là-dedans. Qu'il se sente soutenu par ses proches.
Sa réponse ne te trompa quant à son positionnement. Tu fus vraiment triste pour lui, triste de savoir qu'il avait conçu cet enfant sans le vouloir, triste aussi parce que cet enfant ne venait pas de Daisy mais bien de Gardenia et que tu savais que ton cousin n'avait que la première personne en tête. Sans parler du mariage... Cela avait dû se faire dans la plus grande discrétion sans beaucoup d'invités. Encore une fois, tu fus un peu attristé. Tu aurais bien voulu être son témoin ou quelque chose de ce genre. Mais tu te rendais compte à présent que ce moment n'allait jamais avoir lieu à cause de cet aléa de la vie. Tu eus également une pensée pour Gardenia. A 17 ans, porter et engendrer la vie, ce n'était pas du tout évident. Une grossesse et un accouchement se préparaient, ce n'était pas censé être un événement soudain comme ce qui se passait exactement en ce moment. Les deux jeunes adultes s'étaient mis dans de beaux draps, tu n'allais pas pouvoir dire le contraire.
Tu te grattas la tête. D'habitude tu avais toujours de bonnes idées, mais là... C'était beaucoup trop complexe. Et c'était un sujet sérieux, qui plus est. Cela rendait l'affaire encore plus coriace.
- Ça ne sert à rien de te disputer, dis-tu finalement en posant tes mains à plat sur tes cuisses et en le regardant d'un air compréhensif. Ce qui est fait est fait, tu ne peux rien y changer. Il va falloir faire avec.  Pour tes parents... Tu soupiras et ta passas ta main dans tes cheveux. Tu les connais. Ils vont commencer par s'énerver, puis les responsabilités prendront le dessus. Eux aussi devront se faire à leur rôle de grands-parents. Et je suis sûre que le coeur de ton père fondrait aussitôt qu'il verrait le visage de son petit-fils... Ou petit-fils, d'ailleurs ? t'enquis-tu.
Tu voulais un peu dédramatiser la situation, aussi pour qu'il se sente plus à l'aise et pas qu'il voit cela comme une fatalité - quand bien même ça en était une... Ils allaient faire face à tous ces changements ensemble, main dans la main, comme la famille soudée qu'ils étaient.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1240
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | lux aeterna.
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, ivre mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyMar 25 Déc 2018 - 18:31

Moran avait l'impression d'avoir vieilli de dix ans, tant mentalement que physiquement. Si de grosses cernes influençaient l'air triste qui habitait son visage, celui-ci semblait marqué de plus de rides qu'il n'en avait réellement. Sans doute était-ce dû aux mauvaises nuits qu'il passait ou ne passait pas depuis quatre mois. Le mariage l'avait certes quelques peu calmé. Toutefois, rien ne semblait pouvoir balayer l'intense chagrin qui avait envahit son cœur. Il était marié à une femme qu'il n'aimait pas, à qui il avait fait un gosse. Il avait réussi à faire d'une pierre deux coups, en gâchant leurs vies à tous les deux. Tout ça pourquoi ? Parce qu'il avait subitement choisi de noyer son chagrin dans ce pub particulier, en Écosse. Et que Gardenia avait choisi le même endroit... Mais qu'avait-elle à noyer ? se demanda-t-il brusquement. Moran ne lui avait à aucun moment posé la question, que ce soit le lendemain matin, ou les jours qui suivirent et qui se ressemblaient entre eux. Il ne le lui avait pas non plus demandé lorsqu'ils avaient appris la nouvelle et lorsqu'il lui avait proposé de l'épouser, un soir, à Godric's Hollow. Comme s'il ne s'intéressait pas à elle, ou qu'elle n'était qu'un simple fantôme de son présent, il ne s'était pas plus que cela inquiété pour elle. Et il lui avait fallu quatre mois pour entendre raison... Il se sentait affreux. Ne pas, par ailleurs, lui parler plus que cela par lettre - comme si c'était de sa faute à elle, alors que c'était sa faute à lui ! - était inadmissible. Bien qu'il se fut excusé le lendemain de leur mariage, pour son comportement d'alcoolique dépressif, il ne s'était pas excusé pour son manque d'intérêt envers la jeune femme, qui méritait pourtant qu'il soit auprès d'elle. Cela, toutefois, l'Écossais n'en parla point à Darius. Son cousin devait être suffisamment déçu de son comportement général, s'il devait en plus lui avouer qu'il laissait Gardenia gérer tout de A à Z sauf en ce qui concernait l'argent, il se frapperait la tête dans ses mains. Mais il avait autre chose à penser que la potentielle réaction de son cousin à une autre de ses frasques. La réaction de ses parents - et plus particulièrement de sa mère ! - l'inquiétait autrement plus sérieusement, hélas. Gardenia, pauvre chose, n'avait plus ce problème-là. Cela dit, il se demandait bien qu'elle serait la réaction de son cousin à elle, mais ce n'était pas son problème. Non, Monsieur et Madame Powell par contre... La réaction de Darius n'arracha aucun sourire à Moran qui s'enfonça un peu plus dans son siège. Il lui lui répondit que par un grommellement de prime abord. « Petit-fils » souffla-t-il en secouant sa tête, « prions pour qu'il soit moins con que son père, et moins porté sur l'alcool ». Moran le pensait. Il n'avait fait que regretter, que s'insulter et que s'en vouloir ces derniers mois et cela allait probablement durer un moment. « Je leur en parlerai lorsque vous serez partis... Je peux compter sur toi pour en glisser mot à tes parents ? Je me vois mal lâcher ça à table et avoir deux parents furieux et deux oncle et tante mal-à-l'aise ». Car les Abbot ne méritait pas de voir une telle souffrance familiale. Cependant, le jeune homme voulait bien donner raison à son cousin concernant son père. Sa mère était plus froide, mais elle s'y ferait sans doute. Après lui avoir collé une gifle.

Moran eut un frisson et il se leva en sortant sa baguette pour réajuster quelques braises dans la cheminée sans ce rasseoir. Il préféra s'accouder à la cheminée tandis que l'âtre lui chauffait le dos. « Comment m'expliquer pour le mariage ? » demanda-t-il brusquement. Car s'il avait une famille un poil moins traditionaliste, ses parents pensaient sincèrement qu'avec un enfant inattendu, le meilleur était de se marier. Mais ne pas les avoir invité au mariage ? Ils allaient le tuer ! « Honnêtement, je suis soulagé qu'ils ne soient pas venus... Même moi je n'en ai pas grand souvenir » avoua-t-il sans dire à voix haute qu'il était si ivre qu'il ne marchait même pas droit. Et qu'il ne parlait même pas anglais, en plus de cela. Légère déformation écossaise, malheureusement, qui s'était en plus de cela, trouvé un cousin d'Irlande.


(720)

______________________________
I leatsa m'anam gus an criochmaich ar saoghal. Is tu fuil o' mo chuislean, is tu cnaimh de mo chnaimh.
   ♛ by wiise


Dernière édition par Moran J. Powell le Mer 26 Déc 2018 - 20:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darius O. Abbot

Darius O. Abbot


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : › Sam Claflin by soapflaws
| SANG : › Sang-pur, mais quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyMer 26 Déc 2018 - 15:21

Petit-fils. Ok, Moran allait être d'un petit garçon. La nouvelle aurait pu te réjouir si cet enfant avait été conçu autrement. En fait, tu ne savais pas vraiment comment prendre la chose. D'accord, ton cousin avait complètement perdu la tête à ce moment-là. Tu le savais partisan des tournées de bière dans les bars pour oublier certains aspects négatifs de sa vie - vous étiez de la même famille après tout, tu pouvais bien comprendre ça - mais de la à coucher avec celle qu'il considérait comme sa propre soeur... Tu savais bien qu'il ne voulait pas de cet enfant, Gardenia aussi ne voulait probablement pas de lui. Mais... Il allait bientôt venir au monde, alors autant qu'il soit accueilli dans les meilleures conditions possibles non ? Tu avais toujours tendance à positiver les choses, peut-être trop. Tu ne voulais pas tomber dans le mélodrame et te disais que quand bien même ce petit bout n'avait pas été désiré, il fallait qu'il reçoive de l'amour comme tous les enfants. Parce que se dire qu'on était là mais pas parce que nos parents nous avait voulu... C'était assez triste et démoralisant. Il fallait que Moran se reprenne en main - arrête ou au moins diminue ses tournées au bar - et prenne un peu en charge ses reponsabilités, même si tu savais que des deux, tu étais sans doute le plus responsable. Mais la question n'était pas là.
— Oh, pour l'alcool c'est de famille, tu le sais bien, lanças-tu en guise d'avertissement, le regard qui en disait long.
Tous les hommes de leur famille avaient ou avaient eu un gros penchant pour l'alcool. Vous n'étiez que quelques-uns à boire de façon, disons... modérée ? Mais oui, je me charge d'en parler à mes parents lorsque nous serons partis, ne t'inquiète pas.
Prendre point par point, problème par problème. Prioriser ce qui était important, s'occuper ultérieurement ce qui l'était moins. Moran devait redonner de l'ordre dans ses affaires, autrement il allait finir par succomber à cette masse de responsabilités.
Ton cousin se leva pour raviver la flamme de la cheminée en restant accoudée au manteau de la cheminée. Vint alors la question du mariage. Effectivement, sujet compliqué. Le premier choc pour les parents Powell allait être l'annonce de la grossesse de Gardenia. Le deuxième choc allait être celle du mariage. En terme de surprise, les deux se valaient, non ? Il fallait bien tenter l'humour pour dédramatiser la situation...
— Tu trouves un prétexte, arguas-tu, pour appuyer sur le fait qu'il fallait que ça se fasse le plus tôt possible, que la situation urgente le demandait, et qu'à ce moment-là tu n'avais pas pu leur en parler...
C'était vraiment compliqué, parce que tu sentais que quoi que dise ton cousin, ton oncle et ta tante allaient être à la fois furieux, à la fois tristes, à la fois inquiets vis à vis à de leur fils. Décidément, Moran s'était mis dans un beau pétrin...
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1240
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | lux aeterna.
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, ivre mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyMer 26 Déc 2018 - 22:12

L'alcool c'est de famille, lui répondit Darius. Si cette phrase aurait pu sonner légère à l'oreille de n'importe quel interlocuteur, Moran l'entendit étrangement comme une prophétie qui le rendait mal-à-l'aise. N'y avait-il donc aucune échappatoire, aucun moyen de ne pas transmettre ces gènes ? Tout était-il écrit dans son propre ADN, son alcoolisme précoce était-il une fatalité que tous ceux de sa lignée devaient aussi endurer ? Moran, qui n'était pas encore père, ne ressentait pas cet élan paternel qu'il allait ressentir à la naissance de son fils. De ce fait, il ne se rendait pas encore compte de ce besoin viscéral de protéger son enfant, que ce soit contre les autres ou contre ses propres démons. S'il avait bien entendu saisit qu'il devait se reprendre en main - et cela commençait par bouder l'alcool sous quelque forme que ce soit - il ne prenait pas encore conscience que ses efforts ne pouvaient qu'être bons que ce soit pour lui, pour Gardenia, et pour leur futur enfant. Darius savait que l'alcool était un fléau qui se répandait plus vite qu'un incendie allumé avec de la poudre. Ils étaient presque à moitié pareil, après tout. Si l'ancien Serdaigle avait des vices moins prononcés que les siens, ils étaient présents et il devait y faire attention. Mais la grande différence entre les deux cousins résidaient dans le fait que Darius savait prendre ses responsabilités et agir en adulte. Il serait capable de gérer un môme, même à dix-huit ans. Mais Moran ?! Qui arrivait difficilement à se détourner de quelques misérables bouteilles et qui avait été incapable de ne pas coucher avec sa meilleure amie ? Il avait des flashs de cette soirée-là, et il savait qu'il avait très largement provoqué ce qui s'était passé, de tel sorte que ses remords devenaient insurmontables. Toutefois, sa peine se trouva bandée pour quelques minutes lorsque son cousin, qui était définitivement quelqu'un de bien, lui confia qu'il se chargerait d'en parler à ses parents lui-même. Un poids lourd sembla soulager son coeur, car s'il devait toujours en parler à ses propres géniteurs, il n'avait plus besoin d'en parler aux Abbot. « Merci » souffla-t-il sincèrement. Darius ne s'en rendait peut-être pas compte, mais cela comptait énormément pour son cousin.

Là, debout contre la cheminée qui lui réchauffait agréablement le dos, il écouta attentivement les paroles de l'ancien Serdaigle, qui, malheureusement, ne lui furent pas d'un grand secours. « Oh, ne t'en fais pas qu'ils ne m'en voudront pas pour m'être marié parce que je l'ai mise enceinte. Ils m'en voudront de ne pas les avoir invité » répliqua-t-il, pensif, « et je n'ai, à dire vrai, aucune excuse. Comme pour tout le reste ». Il soupira, fatigué de toute cette situation. Moran espérait qu'une fois la surprise et le choc passés, ses parents apprendraient à ne plus lui en vouloir... Et surtout, il espérait arriver à faire de nouveau une nuit complète. Car la révélation de tout ce qui lui arrivait ces derniers mois lui prenait la tête vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. Il lui avait fallut très exactement trois mois pour merder après être sorti de Poudlard. Trois petits mois. « J'ai aussi quelque chose d'autre à te demander... » commença-t-il avant d'être interrompu par le bruit du transplanage des parents dans l'entrée. Le jeune homme se redressa et accrocha un sourire éblouissant sur son visage, comme si toute cette conversation n'avait pas eu lieux, lorsque son père et son oncle entrèrent dans le salon. « Oh ! Nous ne nous attendions pas à vous voir ici tous les deux » s'exclama-t-il en retirant ses lunettes pour les nettoyer, « montez dans votre chambre, nous avons beaucoup trop de paquets à emballer ». Arthur se détourna pour s'adresser à sa femme qui peinait à se retirer sa cape et ce fut le père de Darius qui ajouta : « Nous vous appelerons pour le dîner, filez ! ». Il ne fallut pas une invitation supplémentaire à Moran pour s'enfuir dans les escaliers et retirer de fait, de son visage, le charmant sourire qu'il avait appris à afficher.

(723)

______________________________
I leatsa m'anam gus an criochmaich ar saoghal. Is tu fuil o' mo chuislean, is tu cnaimh de mo chnaimh.
   ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Darius O. Abbot

Darius O. Abbot


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : › Sam Claflin by soapflaws
| SANG : › Sang-pur, mais quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyVen 4 Jan 2019 - 11:37

Il fallait que tu te mettes à la place de ton cousin. Tu étais un être doté de grande empathie et ne pouvais dire ou faire quoi que ce soit qui puisse nuire à autrui. Tu étais comme cela, à un peu te soucier de comment telle ou telle chose allait être perçue. Mais le plus important selon toi était de comprendre la situation dans laquelle Moran s’était fourrée et faire en sorte qu’il ne le vive pas mal. Ou du moins, qu’il relativise et tente de positiver. Ce n’était pas facile cependant, et tu le savais bien. Avoir un enfant à venir plus un mariage qui avait déjà lieu, c’était beaucoup pour les frêles épaules de batteur et de jeune adulte qu’était encore ton cousin. Personne n’avait à grandir aussi vite que ça. Ces étapes-là de la vie devaient venir graduellement, en progressant, pas d’un coup comme ça. Mais parfois, la vie en décidait autrement. Elle avait décidé que Moran allait tomber amoureux d’une personne qu’il n’avait pas le droit d’aimer, elle avait décidé qu’il irait se perdre dans l’alcool avant de franchir le point non-retour. Tu étais réellement triste pour lui car tu connaissais sa sensibilité qu’il cachait derrière ses sourires joyeux et savais qu’il méritait tout, sauf ce qui lui arrivait en ce moment. Alors tout ce que Moran te demandait, tu l’acceptais sans rechigner. Parce que tu étais conscient que cela pouvait le soulager. La priorité en ce moment-même était de le soutenir. Coûte que coûte. Ils étaient une famille, comme des frères.
Tu fis une petite moue. Ton idée n’avait pas été brillante, mais cette situation était tellement compliquée… Comment prévoir la réaction de ton oncle et ta tante sur ce sujet-là ? Vous n’en aviez jamais parlé auparavant, impossible de savoir quelle proportion leur colère allait prendre. Enfin, tu ne te faisais pas trop de soucis concernant ton oncle. Arthur était un être compréhensif. Mais ta tante… Rien n’était moins garanti. Alors que tu réfléchissais tête baissée, tu la relevas lorsqu’il voulut te demander une nouvelle chose. Mais il n’eut pas le temps de finir sa phrase que des bruits de transplanage se firent entendre, et tu fus frappé de voir à quelle vitesse le visage de ton cousin se transforma. Cela te rendit encore plus triste pour lui. Tu n’aimais pas le voir ainsi…
Vos parents arrivèrent dans le salon et ton oncle exprima sa surprise de vous trouver ici. Avant que tu ne puisses répondre quoi que ce soit, ton père vous indiqua qu’il allait vous appeler pour le dîner. Ni une ni deux, tu suivis Moran dans les escaliers et vous allèrent dans sa chambre que tu partageais, un matelas à terre. Tu t’assis sur son lit et le regardas.
— Dis-moi tout, fis-tu dans un regard qui se voulait compréhensif.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1240
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | lux aeterna.
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, ivre mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyVen 4 Jan 2019 - 19:36

Passer un noël dans ces conditions, ce n'était pas vraiment ce qu'espérait Moran. Il aurait tant voulu seulement des rires et de la joie, quelques confidences certes, devant le feu de cheminée, mais rien de si dramatiquement noir. Il admettrait volontiers si on le lui demandait, qu'il noircissait un peu le tableau. Mais il ne pouvait s'empêcher de le voir ainsi, pour l'instant. Sa vie avait prit un tournant qu'il n'avait pas prévu, ni même voulu. Ses perspectives d'avenir s'étaient détournées de lui, ou en tout cas, l'évitaient-elles pour l'instant. Son échéance, c'était la grossesse de Gardenia qui allait ouvrir un nouveau chapitre de sa vie, un chapitre où il ne serait plus seulement mari, mais aussi père. Il pensa un instant au sien, à ce qu'il avait peut-être ressenti lorsque sa propre mère lui avait confié être enceinte. Moran savait que ses parents étaient mariés depuis longtemps lorsqu'il avait pointé le bout de son nez, et il savait qu'ils s'aimaient. Il l'espérait. Car c'était un sentiment terrible que de savoir que ses parents vous avaient conçu en étant bourrés, et sans vouloir de vous. Jamais son fils ne devait l'apprendre. Dès le jour de sa naissance, il faudrait jouer la pièce de théâtre de la parfaite famille heureuse, celle qui dîne ensemble, qui plaisante et qui envisage un réel futur à plusieurs. Il soupira lorsque leurs parents entrèrent, accrocha un resplendissant sourire sur ses lèvres et quitta la pièce lorsque Arthur et Greagoir le leur demandèrent, suivit de près par son cousin.

Moran alla machinalement se poster sur le rebord de sa fenêtre, depuis laquelle il pouvait admirer la forêt de cèdres non loin de sa maison. L'humidité de son pays, autant que le brouillard qui le ravageait toujours en hiver, lui donnait, plus que jamais, un sentiment puissant de mélancolie qui le rongeait. Cette mélancolie lui rappelait durement combien il était heureux, l'année précédente, à ne s'inquiéter que de Daisy. Maintenant, non seulement il s'inquiétait toujours pour elle - il la savait marié mais n'avait plus aucune nouvelle depuis qu'ils avaient quitté Poudlard - mais également pour Gardenia, sa femme, leur fils mais également pour lui. Il revînt à la réalité lorsque son cousin lui signifiât qu'il l'écoutait. Ah. Oui. « Eh bien » fit-il, mal-à-l'aise devant le regard inquisiteur de Darius, « Je... On... ». Bon sang, ce n'était qu'une demande banale, pas un aveu d'une tentative de suicide ! Il se passa une main lasse dans les cheveux avant de demander tout bonnement : « Tu accepterais d'être le parrain ? ». Moran serait terriblement vexé s'il lui disait non. Aussi baissa-t-il les yeux au sol avant de se détourner de lui pour replonger son regard dans la forêt. Il avait envie de sortir... De courir et de se défouler. « Tu n'es pas obligé d'accepter, hein » ajouta le jeune homme dans un soupir lassé, « je pense juste que tu serais parfait pour ce rôle ». Le dos contre son mur, le regard perdu, et les jambes ramenées contre lui, il devait sans doute paraître soit beaucoup plus vieux, soit beaucoup plus jeune. L'Écossais avait surtout l'impression qu'il avait beaucoup vieillit ces derniers mois. Il avait remarqué que son visage avait changé, imperceptiblement, peut-être, mais il avait changé. Des rides soucieuses étaient apparues, il se tenait moins droit qu'avant, ses épaules s'étaient développées au gré des entraînements de Quidditch pour l'équipe de Soho... Il avait changé, indéniablement. Sa façon de penser, également. Moran avait même renoncé à l'alcool, et ce n'était pas rien lorsque l'on connaissait ses dangereux penchants. Elliot McLane lui-même, le lui faisait toujours remarquer lorsqu'ils se croisaient en été. « Bref » haussa-t-il les épaules en se retournant vers lui, « je t'ai tout dis. On se fait une partie de cartes explosives ? » proposa-t-il pour qu'ils se changent les idées.


(641)

______________________________
I leatsa m'anam gus an criochmaich ar saoghal. Is tu fuil o' mo chuislean, is tu cnaimh de mo chnaimh.
   ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Darius O. Abbot

Darius O. Abbot


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 353
| AVATARS / CRÉDITS : › Sam Claflin by soapflaws
| SANG : › Sang-pur, mais quelle importance ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT EmptyMer 9 Jan 2019 - 17:39

— Tu accepterais d'être le parrain ?
Tu le regardas pendant quelques secondes d’un air interloqué, secondes durant lesquelles Moran tenta de se justifier alors qu’il n’en avait vraiment pas besoin. Cette attention prouvait qu’il avait pensé à toi, et cela suffisait pour te réchauffer le cœur. Bien sûr que tu acceptais, bien sûr que tu voulais affronter ces responsabilités avec lui ! La question ne se posait même pas. Si cela pouvait lui permettre de se soulager un peu et de prendre cette vie de père sans que cela soit un fardeau… Ou du moins, en amoindrir les conséquences… Tu savais que tu pouvais accepter tout ce qu’il allait te demander. Parce que Moran, c’était la famille. D’un bond, tu te levas du lit et vins lui attraper les épaules, tout sourire.
— Evidemment que j’accepte, vieux frère ! Avant de le prendre dans tes bras en geste de réconfort. Je lui offrirai tellement de cartes de Chocogrenouilles que tu ne sauras plus où les mettre, rajoutas-tu en chuchotant, un brin moqueur.
Tu te séparas de lui, la larme à l’œil. Décidément, les révélations du jour allaient chambouler la vie de beaucoup, et dans le bon sens, tu voulais y croire.
— Allez, répondis-tu positivement à sa proposition en allant choper un tas de cartes, tu es prêt à perdre comme la dernière fois ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




I wish you a merry christmas | CLÔT Empty
MessageSujet: Re: I wish you a merry christmas | CLÔT I wish you a merry christmas | CLÔT Empty

Revenir en haut Aller en bas

I wish you a merry christmas | CLÔT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Merry Christmas or not ♦ Roxanne
» We wish you a merry christmas [PV] [FINI]
» [Teach VS Mr.4 & Miss Merry Christmas]
» Merry Christmas - sujet commun Groupe 3
» We wish you a merry christmas ! [EVENT]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres :: 
Les lieux d'habitations
-