GRYFFONDOR : 677 pts | POUFSOUFFLE : 304 pts | SERDAIGLE : 666 pts | SERPENTARD : 278 pts
C'est l'été sur ATDM ! Pour l'occasion, le cirque Arcanus a planté sa tente à Londres, pour tout l'été (plus d'explications ici). La partie Poudlard sera de retour dès le 1e septembre. D'ici là, bonnes vacances à tous !
Félicitations aux Gryffondor pour la coupe des quatre maisons !
Les anciens élèves, nouveaux adultes, n'oubliez pas de demander votre changement de statut juste ici !

Partagez

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Wilda Griffiths



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 419
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptySam 22 Déc - 22:40






C'est Noël !


JOYEUX NOËL JEANNE (humour) !

Je te souhaite de passer un super moment avec toute ta famille! Profites en pour manger des millions de petits gâteaux (oui je sais y’a les elfes qui en font à tous les jours à Poudlard, mais entre toi et moi y’a rien de mieux que des pâtisseries faites avec amour à la maisonnée). Je t’imagine déjà dans ton sweatshirt de lutin à faire une guerre de farine en aidant tes parents à cuisiner et en chantant des superbes chansons moldues de Noël…c’est tout à fait toi pas vrai?

Maman fait dire que tu passes à la maison quand tu veux (on peut même aller te chercher – je sais pas encore trop comment, mais tout est possible), si jamais tu t’ennuies!
Je voulais prendre un moment pour te souhaiter de joyeuses fêtes remplie d’amour et de rigolade – parce que oui, là c’est Noël Jyn Dawkins alors t’as intérêt à montrer tes dents et à plisser tes p’tits yeux! Embrasse ta famille pour moi et partage leur mes vœux! Et te donner un ptit truc de rien du tout Wink Parait que c’est une édition spéciale (papa a des contacts aux bons endroits) et parait même que certaines plantes poussent pas trop loin dans la Forêt interdite…(petite rebelle va)

D’ailleurs, le 4 janvier toi et moi on va prendre un chocolat chaud! (note que ma ponctuation n’est pas un point d’interrogation). Je me disais que tu pourrais me faire découvrir un petit café moldu dans ton coin…Aller s’il-te-plait dit oui, tu ne peux pas refuser du chocolat non? En ma douce compagnie….S’IL-TE-PLAIT laisse toi charmer par l’esprit des fêtes et dit OUIIIIIII!

Donc voilà, le 4 janvier, 14h je sonne à ta porte! (ce serait plus facile si tu voudrais bien me donner ton adresse, mais sinon compte sur moi pour te trouver quand même…tu me connais, je suis pleine de ressources…et de détermination!

JOYEUX NOËL ENCORE ! Pleins de bisous (fait pas cet expression dégoutée aller…! Ne me déteste pas trop)
Wilda

(PS. T’as intérêt à me répondre)
(PPS. Non sérieux prend ta plume (ou le truc avec quoi vous écrivez) et répond moi!)
(PPPS. Si tu préfères faire un autre truc je suis partante… genre une petite randonnée dans les bois, je peux préparer le chocolat chaud d’avance et le garder au chaud! )
(PPPPS. Désolée pour le courrier sorcier, je sais que t’es pas fan…mais je sais pas comment la voie moldue fonctionne et j’avais peur que tu ne le reçoit pas…mais tu pourras m’apprendre le 4 !)

©️ Jawilsia sur Never Utopia





HJ ::  joint à la lettre un cadeau : une édition limité Les propriétés méconnues des herbes et racines vertes magiques et un tout petit pot contenant une pousse de Mimbulus Mimbletonia

______________________________

HEART BROKEN I miss you and it's killing me... but I need to start living again

WILDA GRIFFITHS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jyn S. Dawkins



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | bltmr
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptyDim 23 Déc - 11:01

Jyn ne se sentait jamais aussi bien que lorsqu'elle était de retour dans la maison de ses parents adoptifs dans les tréfonds du Pays de Galles. Si les sourires se faisaient plus fréquents, mais restaient tout de même relativement rares pour une jeune femme de son âge, son humeur se trouvait moins massacrante qu'à Poudlard. Cela dit, elle restait toujours, la plupart du temps, muette comme une carpe. Madame et Monsieur Dawkins étaient affairés en cuisine tandis qu'elle les observait faire, perchée sur un meuble, sans rien dire. Jyn n'était pas très douée de ses doigts en ce qui concernait la cuisine ou les potions, mais ses parents avaient tout de même pris le risque de lui laisser l'économe pour qu'elle épluche une quinzaine de patates... Ce qu'elle avait fait sans se blesser, miraculeusement ! Ils avaient d'ailleurs pris soin de lui faire remarquer qu'elle s'améliorait en la matière, et elle s'était contenté de leur lancer un petit sourire en levant les yeux au ciel. L'orpheline, quoiqu'il arrive, préférait largement les regarder faire, obnubilée par leurs gestes sûrs et décidés. Ses grands yeux bleus suivaient les mains de sa mère qui réglait le four, lorsqu'on toqua à la vitre... Ou plutôt qu'un hibou toqua à la vitre, une lettre accrochée à la pâte : « Tient donc ! » claironna Monsieur Dawkins d'un ton joyeux, « un de tes amis t'envoie une lettre ? ». L'adolescente, cependant, ne bougea pas d'un poil et se contenta de fixer le piaf d'un air mauvais. Pourquoi la magie devait-elle la rattraper même lorsqu'elle était dans la plus moldue des maisons ? Sa baguette était rangée dans un tiroir de sa table de chevet sans qu'elle n'y ai touché une seule fois depuis son retour. Elle boudait vraiment sa baguette et la voix de sa mère cette fois-ci, la ramena à la raison : « Allons Jyn, va récupérer ta lettre... ». A contre-coeur parce qu'elle aurait pu ignorer le hibou toute la journée s'il l'avait fallu, elle ouvrit la vitre et il s'engouffra en tendant sa patte à la sorcière qui prit la lettre en faisant la grimace. Ses parents s'étaient arrêtés de travailler, car il était miraculeux que leur fille reçoive enfin une lettre qui n'en soit pas un d'avertissement du directeur ou du Ministère. Ils ne savaient pas qu'elle était à peu près aussi solitaire à Poudlard qu'au Pays de Galles.

Le 4 janvier, Jyn attendait nerveusement l'arrivée de Wilda Griffiths dans sa chambre. Elle avait envisagé de faire la morte, mais les multiples avertissements de la Serdaigle avaient eu raison d'elle, et elle avait finalement accepté de passer la journée en sa compagnie. Vers les neuf heures du matin, elle entendit sonner, mais loin de se presser, la Poufsouffle resta la pied vissés au milieux de sa chambre, un sac à dos pendouillant à sa main, l'oreille toute tendue vers la conversation d'en bas jusqu'à ce que... : « Jyyyyn ! Ton amie est là ! ». Comme si elle ne le savait pas. L'adolescente, descendit les escaliers pour se retrouver devant... Elle était quoi au juste, Wilda ? Son amie ? Une connaissance ? « B'jour... » marmonna-t-elle en s'approchant d'elle. L'orpheline s'était sentie tout à fait mal-à-l'aise à cause du cadeau que lui avait offert la jeune femme et qui lui avait plu plus que de raison : « Jyn a dévoré le livre que tu lui as envoyé ! » claironna encore sa mère, ce qui finit de la mettre dans l'embarras. Wilda était une fille sportive, alors Jyn avait décidé d'aller dans une librairie moldue pour lui offrir, en tout bien tout honneur, un livre de sport sur une discipline moldue. Maladroitement et les joues en feu, elle sortit de son sac un livre de volley ball emballé de manière bien plus délicate que ce qu'elle était réellement capable de faire.

(673)


Dernière édition par Jyn S. Dawkins le Dim 17 Mar - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilda Griffiths



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 419
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptySam 19 Jan - 16:44

C’était le jour J. Le jour où elle allait transplaner dans une compté moldue pour faire une activité avec la personne la plus farouche de tout Poudlard : Jyn Dawkins. Elle était nerveuse, mais heureuse. Nerveuse, car maintenant qu’elle connaissait Jyn, elle savait que leur expédition pourrait se transformer en fiasco à tout moment. Néanmoins, la jeune femme était déterminée à se lier d’amitié avec sa cadette, qui lui semblait avoir bien besoin d’une amie. Wilda avait compris que derrière sa violence se cachait un petit être ayant un vécu bien trop chargé pour son âge. La brune jeta un coup d’œil à son reflet dans la glace : elle était vêtue d’un manteau moldu jaune criard qu’elle s’était procuré quelques jours auparavant. C’était une pièce de vêtement bien étrange, épaisse, bouffante et pas très discrète, mais il lui semblait que ce ferait l’affaire pour la garder au chaud dans ce froid mordant de janvier. Sans plus tarder, elle dévala les marches quatre à quatre et vint coller un bisous sur la joue de son père, « merci papa tu es vraiment le meilleur ! Je reviendrai pas trop tard, byyyyye ! » lui dit-elle en s’emparant du thermos de chocolat chaud qu’il lui avait si gentiment préparé. Elle l’engouffra dans son sac à dos, avec deux tasses, puis franchis le pas de la maison et transplana à l’adresse que Jyn lui avait transmise.

DING DONG ! fit la clochette alors qu’elle signalait sa présence. « Bonne année Madame Dawkins » fanfaronna la serdaigle en entrant sans gêne dans la maison. « C’est vraiment joli chez vous! Je suis contente que Jyn ait aimé le livre, quelque chose me disait qu’il pourrait bien l’intéresser. » Son attention se porta sur la quatrième année, qui se dirigeait vers elle avec un paquet à la main. « Allo Jyn! Oh, mais non t’aurais pas dû! » lui dit-elle en acceptant tout de même le présent alors que ses joues tournaient doucement au rouge. La sorcière n’aurait pas pensé que la poufsouffle lui ferait cadeau de quoique ce soit et elle en était étrangement touchée. Elle déballa rapidement le paquet et en sortit un bouquin. Il y avait une image colorée sur la couverture – et complètement immobile…ces moldus! – qui illustrait des hommes et des femmes en shorts, les bras levés en direction d’un ballon dans l’air. « Le Volley-ball » lu-t-elle en fronçant les sourcils, « ohhh ils se lancent le souaffle? C’est quoi exactement? » demanda-t-elle super intéressée. Après tout, tout ce qui touchait de près ou de loin les ballons l’excitait au plus haut point. « Merci beaucoup Jyn, c’est super gentil » s’exclama-t-elle en s’approchant de Jyn pour lui faire un câlin, mais elle s’arrêta à la dernière minute, se rappelant que la petite n’était pas friande des démonstrations d’affection. Wilda lui sera donc brièvement et maladroitement l’avant-bras en guise de remerciement.

______________________________

HEART BROKEN I miss you and it's killing me... but I need to start living again

WILDA GRIFFITHS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jyn S. Dawkins



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | bltmr
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptySam 2 Fév - 23:57

Depuis sa chambre, Jyn attendait nerveusement l'arrivée de Wilda Griffiths. Elle ne savait pas très bien quoi penser de cette journée. Avait-elle bien fait d'accepter ? Qu'est-ce qu'elles allaient faire ? Qu'est-ce qu'elles allaient bien pouvoir se dire ? Pourquoi Wilda désirait-elle la voir ? Cette dernière question était celle qui hantait le plus la petite orpheline qui ne comprenait pas, vu son comportement général, comment on pouvait vouloir la voir pendant les vacances. Elle était un répulsif à Hommes autant qu'à éruptifs et l'attitude de la Serdaigle n'entrait donc pas dans les cases dans lesquelles tous les individus que connaissait Jyn entraient. La jeune fille ne voulait pas d'amis, elle n'en avait besoin. Sa solitude ne la dérangeait pas, c'était même sa force, dira-t-elle toujours à ses parents adoptifs qui se voyaient tristes de voir que leur fille ne recevait jamais de lettres ou de cadeaux d'amis pour Noël. La Poufsouffle avait beau leur affirmer que cela lui allait très bien ▬ et c'était le cas ▬ cela ne leur convenait pas. Ils craignaient, sans doute à raison, qu'elle ne s'habitue trop à cela et qu'elle soit incapable de vivre véritablement par elle-même plus tard, lorsqu'ils ne seraient plus là. Car elle était totalement dépendante de ses parents, Jyn, elle restait toujours collée à eux, ne voulait pas aller à quelque endroit que ce soit où ils n'étaient pas. Pourtant cette après-midi, les parents Dawkins allaient avoir du répit puisque leur fille était de sortie, malgré elle, avec une camarade qu'elle se refusait à qualifier d'amie. Leur seule conversation, ou tout du moins, une des rares qu'elles avaient eu ensemble, c'était soldée de manière étrange sur un terrain de Quidditch après un aveu désolant de la petite poufsouffle sur ses envies particulières à bord d'un balai volant. Quand Wilda arriva, le sang de Jyn ne fit qu'un tour et elle sortit de sa chambre avec son sac et son cadeau, difficilement trouvé comme elle ne connaissait pas encore assez bien la jeune femme. Elle se disait, de manière tout à fait rationnelle, que plus vite elle partirait, et plus vite elle rentrerait, comme la Serdaigle allait finir par s'ennuyer de sa compagnie mutique.
Sa mère semblait enchantée de discuter avec Wilda et elle la complimenta : « Oh, tu es adorable, Wilda, merci » lui répondit-elle en étendant son cou de cygne pour voir arriver sa fille, avant d'ajouter plus bas : « Oui, mais elle ne te l'avouera pas ». En effet, si Jyn lui disait bien volontiers merci, elle ne se laissera jamais aller à un aveu aussi exceptionnel que celui de lui avouer que le livre l'avait intéressé. C'était là un ressenti personnel qu'elle espérait qu'il le reste. Fort heureusement, la jaune et noir n'entendit pas les paroles de sa mère et se contenta de saluer sa camarade de sa manière gauche de jeune fille qui ne sait pas où se mettre, les joues cramoisies de lui tendre son cadeau. Bien entendu, la capitaine de Quidditch répondit à son présent par un entrain qui rattrapait largement la timidité de la Dawkins. « C'est un sport moldu » précisa-t-elle alors que c'était inutile parce que le volley-ball était tout, sauf un sport sorcier, « et oui, c'est une espèce de souaffle. Le but étant de ne pas le faire tomber par terre pour ne pas perdre de points... » lui expliqua-t-elle en s'essayant difficilement à un vocabulaire sorcier qui lui tranchait les lèvres. Jyn ne saisit heureusement pas la tentative de la Serdaigle de lui faire câlin, sinon elle aurait fait un bon en arrière et aurait considérablement embarrassée sa mère. Cette dernière lui passa gentiment la main sur la tête pour replacer ses cheveux et lui fit un bisou sur le crâne : « passez une excellente journée les filles ! Et au plaisir de te revoir Wilda, reviens quand tu le souhaites ! ». L'entrain de sa mère fit rougir un peu plus la Poufsouffle qui se trouvait incapable de telles démonstrations d'émotions si joyeuses. Elle sortit la première et préféra ne pas se retourner vers la porte qui se fermait pour ne pas changer d'avis et planter sa camarade sur le pas de leur porte. Jyn fourra ses mains dans ses poches et l'observa d'un air mal-à-l'aise, les lèvres pincées : « Alors euh... Tu veux faire quoi ? Hum, tu vas bien aussi ? » demanda-t-elle en s'emmêlant les pinceaux. Elle commença à marcher sur le sentier sans vraiment prendre de direction particulière, retournée vers Wilda comme si elle seule avait la science infuse sur ce qu'elle devait faire de leur journée ensemble.


(807)


Dernière édition par Jyn S. Dawkins le Dim 17 Mar - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilda Griffiths



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 419
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptySam 16 Fév - 17:27

Les yeux de Wilda s’arrondirent d’intérêt lorsque la jaune lui décrit brièvement ce qu’était que ce Volley-Ball et elle dû se mordiller la pour éviter d’assaillir sa compagnie de questions visant à étancher sa soif de curiosité, après tout, elle venait de lui offrir un manuel entier sur le sujet, autant bien le lire que de submerger de paroles la non-bavarde qu’était Miss Dawkins. « Oh ! Tu peux être certaine que je vais le lire…tout ce qui touche à un souaffle me passionne…un peu trop! » fit-elle avec un clin d’œil comique. La capitaine des bleus savait pertinemment qu’elle n’était pas fan de Quidditch, mais bien folle de Quidditch. La sorcière était sincèrement heureuse de ce présent. Premièrement, elle était touché que Jyn lui aie offert, leur relation n’était pas facile et fonctionnait majoritairement à sens unique – soit par Wilda qui poussait encore et encore pour se rapprocher de sa cadette. En envoyant cette lettre et ce cadeau, la serdaigle s’attendait à se butter à un silence de marbre, mais, probablement dû à un miracle des Fêtes, elle avait reçu une réponse ainsi qu’un cadeau! Qui l’eut cru! Deuxièmement, la jeune femme était curieuse d’en apprendre plus sur le monde non magique qui l’entourait. Elle n’y connaissait absolument rien, ses parents étant tout deux sorciers aux ascendances sorcières et ses meilleurs amis tout aussi sorciers, elle n’avait jamais été mise en contact avec la réalité moldue, autant omniprésente soit-elle. L’idée de s’inscrire au cours d’Études Moldues lui avait toujours tiraillé l’esprit, mais sa volonté de performer à son sport favoris avait pris le dessus : après tout, une case pleine de plus à son horaire rimait avec moins d’heures disponibles pour l’entrainement.

« Merci Madame Dawkins! Bonne journée à vous aussi! » fanfaronna la brunette en suivant la poufsouffle à l’extérieur de sa demeure. C’était spécial de voir Jyn ainsi maternée par une femme aussi chaleureuse. Wilda ne connaissait pas grand-chose de la vie personnelle de son amie, mais elle avait vite compris qu’elle était une enfant qui n’avait pas eu une vie facile, voir qui avait manqué d’amour…et pourtant sa mère semblait aussi affectueuse que la sienne. Bien que confuse de la situation, la sorcière ne pipa mot et garda le silence un moment. « Oui, ça va bien, j’ai passé un merveilleux temps des Fêtes » menti-t-elle. Oh, tout avait été magnifique, ses cadeaux, sa famille, la générosité de tous, mais les temps libres et les doux moments familiaux avaient fait ressortir la peine de Wilda : comme elle aurait aimé passer ces moments en compagnie d’Evan. « Ce sentier, ça s’enfonce dans la fôret? » demanda-t-elle, « il fait beau soleil on pourrait marcher un peu, que tu me fasses visiter ton boisé…et toi, tu as passé un bon temps des Fêtes? »

______________________________

HEART BROKEN I miss you and it's killing me... but I need to start living again

WILDA GRIFFITHS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jyn S. Dawkins



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | bltmr
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptyLun 18 Fév - 18:51

Bien entendu, Wilda était déterminée à avaler ce livre. Jyn espérait, contre toute attente, que cela déclenche une nouvelle passion chez la demoiselle qui se désintéresserait éventuellement d'un sport aussi trivial que le sport préféré des sorciers. Le volley-ball était quand même franchement moins dangereux, et la meilleure représentante du monde moldu chez les sorciers aimait bien y jouer. Elle l'aimait façon Jyn. Elle bougonnait en rattrapant le ballon et en râlant sur ses fautes de mains. Toutefois la jeune fille espérait que la Serdaigle ne lui propose pas un jour une partie. Elle n'était pas certaine d'être capable de le supporter. Accepter de jouer au Quidditch était déjà suffisamment difficile, il était inutile qu'elle se lance dans un autre sport - certes moldu - mais qui nécessitait un travail d'équipe. Le simple fait de parler pour dire qu'elle avait la balle l'ennuyait profondément. L'enthousiasme débordant de son aînée laissa Jyn de marbre qui ne dit pas au revoir à sa mère et qui se contenta de fuir la maison dans un silence de plomb, suivie de près par Wilda. Elles allaient sans doute passer la journée à bavarder et cela lui donnait déjà des sueurs froides. En réalité, la jeune fille avait déjà tout prévu : elle allait la laisser bavasser seule et répondre par de simples "Oui" ; "Mmh" et "Non". Elle dû cependant lui demander si elle avait passé de bonnes fêtes, de manière tout à fait maladroite bien entendu, du made in Jyn, pour que Wilda lui réponde sans qu'elle ne s'aperçoive de son mensonge. La gamine n'était pas assez familière avec son aînée pour comprendre que non, elle n'avait pas passé de bonnes fêtes. Alors elle se contenta du silence, conformément à son fameux plan de s'en tenir au strict minimum pour éviter de passer une journée absolument affreuse en compagnie d'une fille, certes sympathique, mais beaucoup trop bavarde pour la petite sauvageonne du Pays de Galles.
Elles marchaient ensemble, Jyn prenant la direction habituelle - celle de la forêt dans laquelle elle adorait se perdre - lorsque son petit plan bien fomenté connu un premier éboulement. Wilda lui demanda si le sentier s'enfonçait dans la forêt et la Poufsouffle tourna vers elle ses yeux lagons en se mordant la lèvre pour ne pas lui répondre que si elle voyait une touffe d'arbre en face, c'était parce que c'était une forêt. « Oui » fit-elle d'un ton qu'elle voulu affable. Elle allait se replonger dans le silence et son plan connu un deuxième ébranlement : Wilda lui retournait sa question, et Jyn, qui venait de lui répondre par un "oui" ne pouvait pas dégainer à nouveau cette carte sous peine de placer leur après-midi sous des augures bien sinistres. Elle mit quelques secondes avant de décider de son attitude. Soit elle mentait et lui répondait par un "non" abrupt mais clair, soit elle faisait l'effort de conjuguer ses verbes et d'agencer correctement ses mots pour former une phrase Ô combien intelligible mais qu'elle ne voulait pas formuler. La jeune fille adorait les fêtes de noël, non pas parce qu'elles étaient porteuses de joie et de bonheur, mais bien parce qu'elle était avec sa famille. Famille qui était si loin lorsqu'elle était à l'école et dont l'absence lui déchirait le cœur. Elle était bien consciente de sa totale dépendance émotionnelle pour ses parents et ce n'était pas bon. Sans doute était-ce l'héritage de cette blessure que son père avait ouverte en l'amenant chez les Dawkins de manière définitive. De ce souvenir ne restaient que les deux yeux bleus de l'individu, similaires aux siens, qui la regardaient une dernière fois avant de s'éloigner dans cette même forêt dans laquelle elles s'enfonçaient toutes les deux. « Je passe toujours de bonnes fêtes » répondit-elle dans sa barbe comme si c'était la question la plus stupide de l'univers. En fait, comme Wilda ne la connaissait pas, elle ne pouvait pas réaliser l'idiotie de sa question mais Jyn ne lui en voulait pas. C'est que personne à Poudlard n'était assez proche d'elle pour comprendre tous ces étranges ressentiments, mais elle ne comptait pas lui en parler maintenant. Son aînée, si elle était sympathique et gentille, restait pour le moment une fille qu'elle ne connaissait pas.


(741)


Dernière édition par Jyn S. Dawkins le Dim 17 Mar - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilda Griffiths



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 419
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptyJeu 7 Mar - 1:36

Excellent, excellent, sa toute première question recevait une réponse, et positive qui-plus-est! Il serait mentir que d’affirmer que Wilda n’angoissait pas un tout petit peu à l’idée que sa cadette ne pipe pas mot et lui fasse une crise, comme lors de leur première rencontre. Elle espérait sincèrement que Jyn arriverait à apprécier subtilement sa compagnie. La sorcière avait envie de connaître sa collègue, de lui offrir une présence et une amitié, mais elle ne voulait pas représenter une présence achalante et désagréable. Bon alors va pour marcher en forêt, c’était une belle activité que la serdaigle ne faisait pas suffisamment souvent. Elle entreprit donc leur excursion en silence, en attendant une prochaine réponse de la blonde. Celle-ci ne se fit pas trop attendre, ce qui ravi la jeune femme, et son ton brusque lui tira un sourire discret. « Ça fait plaisir à entendre! » commenta-t-elle doucement, avant d’enchaîner quelques enjambées en silence. LA brunette savait maintenant qu’il ne servait à rien d’attaquer sa comparse d’une avalanche de questions et de blabla, cela avait pour effet que de l’agacer et elle ne faisait que se renfermer encore plus. Le truc était : une phrase, 20 pas en silence, une phrase, 20 pas en silence et ainsi de suite. Du moins, c’était l’approche qu’elle tenterait aujourd’hui. « C’est bon de rentrer à la maison durant les Fêtes…c’est ressourçant et plus reposant qu’une centaine d’élèves jacassant » continua-t-elle toujours calmement, sans regarder la petite. En faits, son regard était tourné vers la cime des arbres, admirant les branches alourdies des conifères et celles dégarnies des feuillus. Elle prenait de longue respiration, emplissant ses narines des odeurs subtiles et pures du boisé, ses oreilles aux aguets des sons pouvant appartenir aux animaux, au travers du crissement que leurs bottes faisait dans la neige. Wilda n’avait jamais vraiment exploré la forêt : elle venait de la ville et bien qu’elle ne suivait pas religieusement les règles de l’école, elle n’avait jamais ressentie le besoin de partir en randonné dans la Forêt interdite. Cependant, la sensation de calme qui imprégnait la forêt dans laquelle elles s’aventuraient à présent, ne lui était pas complètement inconnu. Elle s’apparentait, dans une certaine mesure, au bruyant silence qu’on entendait lorsqu’on volait bien haut, suffisamment pour que les bruits terrestre s’assourdissent. Très haut dans les airs, les sons humains n’existaient pas, seul le sifflement du vent vous bourdonnait aux oreilles. C’était similaire dans cette forêt, silencieuse, mais remplie de sons puissants, comme le vent, les branches craquantes et les cris de ses habitants. « Ta mère me semble tellement gentille, un charme. » commenta-t-elle encore, évoquant l’impression de chaleur qu’elle avait ressenti lorsqu’elle était entrée dans la demeure Dawkins.

______________________________

HEART BROKEN I miss you and it's killing me... but I need to start living again

WILDA GRIFFITHS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jyn S. Dawkins



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | bltmr
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptyMer 13 Mar - 19:19

Wilda ne se rendait sans doute pas compte du bien-être que ressentait la minuscule petite sorcière qui marchait à côté d'elle en direction de l'attroupement touffus de branches qui se situait devant elles. La nature avait toujours été cet élément qui permettait à Jyn de se calmer lorsque tout allait mal, de chercher du réconfort même lors des journées les plus douloureuses, et sombres. La cime des arbres laissait entrevoir de charmantes ombres déjà sur le sol caillouteux que les deux étudiantes foulaient, et la plus jeune ne pouvait s'empêcher d'y voir une profonde poésie et de ressentir une profonde mélancolie. La Poufsouffle avait toujours eu une sensibilité exagérément développée - pour sa propre santé personnelle - pour tout ce qui touchait à la nature des choses et de chaque êtres. Elle était certes vindicative avec le commun des mortels, et Wilda en avait, malheureusement pour elle, fait plus d'une fois l'expérience douloureuse - la plus fameuse étant le violent crache-limace qu'elle avait reçu sur un mauvais mal-entendu -  Jyn n'en demeurait pas moins excessivement douce et tendre avec les animaux et les plantes. Les êtres vivants qui ne pouvaient pas s'exprimer avaient plus de mérite à son sens, que tous les sorciers belliqueux qui s'amusaient de quelques tours de magie pour transformer un matelas en tapis de bain. Wilda se contenta d'une réponse évasive et son accompagnatrice poussa un léger soupir. Peut-être avait-elle comprit - enfin ! - que sa cadette ne supportait pas les discussions pour ne rien dire ?
Elles continuèrent d'avancer paisiblement et Jyn réajusta son sac sur son dos en accélérant un peu le rythme. Elle avait bien envie de courir, mais elle doutait que la Serdaigle soit en jambe si tôt dans la matinée. « Poudlard est trop bruyant » formula-t-elle dans ce qui s'apparentait le plus à une parole humaine. A dire vrai, pour qui n'aurait pas été formé à la comprendre, on pourrait penser qu'elle avait grogné et non pas parlé. C'est que la jeune fille ne faisait absolument aucun effort pour se rendre audible et compréhensible. Après tout, si personne la comprenait, personne ne viendrait lui parler, non ? Il n'y avait guère qu'un seul individu sur Terre qui pouvait la forcer à prononcer correctement ses mots et à parler avec une voix autrement moins basse que celle qu'elle prenait souvent pour s'exprimer, et cet individu, c'était Ambrosius. Ce dernier sans doute ne se figurait pas combien sa camarade faisait des efforts pour être moins sauvage et plus sympathique avec lui. Mais pourtant, ces efforts étaient réels et sincères. Jyn, en fait, désirait lui plaire, et bien incapable de le séduire, elle se forçait au moins à paraître normale. C'était le strict minimum.

Personne n'était au courant de cette considérable admiration de la Poufsouffle pour ce garçon, pas même sa mère. A dire vrai, elle n'était pas franchement au courant de grand chose, bien qu'elle posât fréquemment des questions à sa fille sur sa vie à Poudlard sans que cette dernière ne se force réellement à répondre. Elle était évasive, et Madame Dawkins, douce et gentille, ne souhaitait jamais la brusquer. En fait, en quelques mots, l'on comprenait assez aisément que cette gentille personne n'avait en réalité aucun lien de parenté avec la jeune fille sauvageonne qui accompagnait malgré elle une camarade de Poudlard. La remarque de cette dernière dérangea déraisonnablement sa camarade, qui se perdit longtemps dans le silence. En fait, Jyn pesait le pour, du contre. Cela valait-il la peine d'être vindicative en lui répondant simplement, ou était-ce préférable de dire la vérité platement ? Elle décida, contre toute attente et avec la logique particulière qui la définissait tant, de mélanger les deux : « Ouais. Mais c'est pas ma mère. Enfin, pas vraiment ». Elle n'avait pas réellement formulé cela d'un ton tranchant. Il n'était pas plus glacial. Simplement incroyablement neutre et indicatif, comme si elle parlait de la cuisson du dernier steak qu'elle avait avalé la veille. Le problème étant qu'elle n'avait jamais vraiment réussi à considérer Monsieur et Madame Dawkins comme ses parents. La frontière biologique entre eux lui paraissait beaucoup trop haute pour être franchie. Cela ne signifiait pas qu'elle ne les aimait pas comme tel. Il lui semblait simplement que quelque chose d'indéfinissable l'empêchait de les appeler "parents". Peut-être était-ce à cause d'un vague souvenir de son père biologique, qui avait tendance à s'effacer avec le temps de manière dramatique, ou était-ce peut-être à cause de l'âge de son arrivée chez les Dawkins. Jyn ne le savait pas, ou elle refusait de l'admettre. Cela importait peu au final. Bien peu de choses semblaient importantes pour elle de toute manière, elle était une sorte d'être humain à part et c'était comme ça. Point.

(787)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilda Griffiths



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 419
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptyDim 24 Mar - 16:45

Lorsque la petite affirma que Poudlard était trop bruyant, l’ainée esquissa un large sourire entendu : évidemment que le château grouillaient de bruits en tout genre, humains, animales, et autres origines nébuleuses. Toute cette activité ne la dérangeait pas particulièrement, en faits, le croyait-elle par moment, ça alimentait même sa propre énergie et lui apportait peut-être un sentiment de sécurité. Le sentiment d’avoir des centaines d’âmes présentes au cas où. Certes, certaines étaient plus hostiles que d’autres, mais dans une naïveté propre à elle, qui reposait sur la thèse que les êtres vivants étaient fondamentalement bons, Wilda voyait en Poudlard un genre de communauté capable d’une certaine unisson en cas de nécessité. D’ailleurs, la sorcière avait le meilleur des deux mondes : lorsque le brouhaha lui devenait écrasant, elle s’enfuyait sur sa fidèle monture et laissait le lourdement du vent la rendre sourde à tout le reste.

Le silence se prolongeait entre elles, mais étrangement, la serdaigle ne le trouvait pas particulièrement inconfortable. C’était probablement dû au calme caractéristique qui habitait la forêt. Oh, certes, elle avait envie de dégoubiller de nombreuses phrases, mais sa retenue ne la rendait pas mal à l’aise, du moins jusqu’à ce que Jyn lui avoue sans prévenir que Madame Dawkins n’était pas sa mère biologique. Elle ne l’avait précisément formulé de la sorte, mais c’était ce qu’on devait en comprendre, pas vrai? Wilda se fit violence pour éviter de lâcher toute exclamation, ou d’afficher une expression de franche surprise. La poufsouffle venait de lui ouvrir une porte privilégiée, voire de lui faire un début de confidence et l’aiglonne ne voulais en aucun cas la brusquer d’une manière telle qu’elle se refermerait comme une huitre. La poursuiveuse ouvrit la bouche pour répondre quelque chose, mais la referma, ne sachant trop que dire. Elle avait l’impression d’être autant en contrôle que si elle avait été debout sur une jambe, les yeux bandés, les mains attachées dans le dos, sur son balai. Supposer que Jyn était adoptée faisait tellement de sens. Wilda ne savait pas grand-chose sur la psychologie des adoptés, mais elle pouvait s’imaginer qu’ils puissent ressentir l’abandon, la colère, le rejet ainsi que la crainte de l’attachement, ce qui, appliqué à la jaune, expliquait bien des comportements. « C’est ta mère adoptive ? » tenta-t-elle prudemment en se sentant légèrement bête de souligner l’évidence, mais en n’osant pas assumer quoique ce soit. C’était un sujet délicat, tout l’était avec Jyn. La jeune femme ne savait pas trop quoi lui dire, mais pourtant, elle voulait tellement lui parler, l’amener à s’exprimer, peut-être que ça lui ferait du bien, peut-être qu’elle en avait besoin dans le fond. Cependant, il lui était impossible de savoir comment débuter la conversation sans la faire éclater. C’était comme marcher sur un champ de bombabouses. « Elle t’aime beaucoup, ça se voit, ça se sent. » ajouta-t-elle sans demander la permission de s’engager sur cette avenue probablement trop intime. D’ailleurs, elle n’en savait rien, elle n’avait que rencontrer la dame l’instant de quelques minutes. Peut-être aurait-elle dû lui demander comment elle se sentait, au lieu de lui affirmer quelque chose qu’elle ne pouvait pas savoir. Wilda se mordilla donc la lèvre inférieure avec regret. Elle venait de tout bousiller.

______________________________

HEART BROKEN I miss you and it's killing me... but I need to start living again

WILDA GRIFFITHS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jyn S. Dawkins



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | bltmr
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptyJeu 28 Mar - 10:16

Jyn n'avait pas vraiment manqué de grand chose. En fait, dire qu'il lui avait manqué quelque chose serait absolument faux. La jeune femme était particulièrement lucide sur sa situation anormale. Monsieur et Madame Dawkins - qu'elle n'appelait jamais ni papa ni maman - avaient tout fait - vraiment tout - pour qu'elle ait une enfance normale, enrichie des joies simples qui faisaient celles des enfants. Ils s'étaient donnés du mal pour composer avec son caractère hautement lunatique, ils avaient fait des efforts pour ne pas la contrarier et lui apporter de l'amour. Ils ne l'avaient jamais pourris gâtés, mais ils avaient trouvé un excellent équilibre pour qu'elle s'épanouisse correctement. Sans doute que tous leurs efforts auraient été récompensés s'ils l'avaient eu dès la naissance. Malheureusement, l'abandon si tardif par ses géniteurs - qui donnait tristement à Jyn l'espoir que ce ne soit que par dépit qu'ils se soient séparés d'elle... - avait fait plus de ravages qu'ils n'avaient pu le prévoir. Leigh Dawkins, son père, avait été très paternel et compréhensif avec elle, sans que toutefois, cela n'efface le dernier souvenir de son géniteur naturel. Anwen  Dawkins, tout comme son mari, avait fait de son mieux, mais rien n'y faisait. Une étrange barrière des gènes empêchait Jyn de se sentir comme un véritable membre de cette famille, ancré dans son histoire et dans leurs traditions. Était-elle seulement galloise ? Aucune idée. Elle se sentait certes bien dans ces contrées sauvages, mais était-elle d'ici ? Rien n'était moins sûr. Son histoire n'était qu'un gros point d'interrogation qui la torturait jusque tard le soir sans que personne n'en sache jamais rien. Les tentatives désespérées de ses parents adoptifs pour qu'elle se confie à eux semblaient pathétiques tellement elles ne fonctionnaient pas. Tôt, Jyn avait préféré le silence au déballage de sentiments et démunis, ils n'avaient rien pu faire d'autre que d'accepter ce penchant. La révélation que la Poufsouffe venait de faire à son aînée lui avait coupé le sifflet, mais elle ne lui jeta pas un regard. La forêt avait toujours eu la capacité de calmer le bouillonnant sang qui courait dans ses veines et c'était une chance pour la Serdaigle. Une telle conversation à Poudlard l'aurait sans doute faite hurler à la mort. « Oué » répondit-elle simplement à la question de savoir si c'était sa mère adoptive. Jyn aurait voulu se frapper la tête contre un arbre, de honte de s'être confiée comme par dépit pour une question dont la réponse était si évidente. Mais comme pour se prévenir d'une autre question limite, elle ajouta d'elle même : « Monsieur Dawkins aussi ». Le détachement avec lequel elle désignait ceux qui étaient légalement ses parents était sans doute effroyable. La blessure dans la tête de la jeune fille était plus profonde que ne le laissaient paraître ses yeux.
Elle sentait bien que Wilda avait tiré le frein à main pour ne pas lui sauter dessus et en un sens, elle lui en était reconnaissante. Cela signifiait beaucoup pour elle que son aînée se restreigne ainsi, pour contrôler son tempérament qui pourrait blesser la petite sorcière plus que de raison. Cependant, cet instant de paix ne dura pas longtemps, puisque la Serdaigle se permit comme une bravade, en lui disant que sa mère, Madame Dawkins, bien entendu, l'aimait beaucoup. Cette constatation lui fit l'étrange effet d'une gifle, comme si elle n'avait jamais vraiment réalisé combien cette femme l'aimait. Jyn resta longtemps interdite devant cette vérité générale, et finit par conclure qu'il valait bien mieux être nonchalante. Elle haussa donc les épaules : « Sans doute que c'est mieux pour elle ». Cela n'avait pas grand sens si l'on avait pas la suite de la phrase, mais celle-ci planait dans la tête de Jyn sans qu'elle n'ose la formuler vraiment. Un lapin traversa le sentier à quelques pas d'eux et cette démonstration de la nature sembla lui donner plus de courage : « Ce serait bête d'adopter un enfant alors qu'on ne va pas l'aimer ». La jeune fille s'enferma dans le silence tout en faisant traîner ses pieds au sol alors qu'elle marchait. De la poussière s'élevait doucement du sol pour s'évaporer dans les airs, et elle espérait sincèrement que cette conversation avec Wilda prenne le même chemin.

(708)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilda Griffiths



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 419
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptyMer 8 Mai - 3:24

Les respirations que prenait la jeune femme étaient courtes et contrôlées, exactement comme si elle espérait que personne de l’entende respirer, ou même ne remarque sa présence. En faits, c’était comme si, inconsciemment, Wilda pensait qu’en respirant tout bas elle éviterait de froisser un cheveu de la blondinette et de déclencher une fâcheuse explosion. Disons qu’affirmer que le terrain était glissant serait un euphémisme. C’était boueux, coulant, instable, calant, carrément dangereux, mais ça méritait d’être exploré et désherbé afin de faire de la place aux nouvelles fleures pour s’épanouir. À présent, la serdaigle savait que son amie était farouche et avare, tant de mots que d’émotions. Néanmoins, ses propos froids et distants lui froissèrent le cœur. Personne ne parlait ainsi de ses parents, adoptifs ou non, sans souffrir de maux qui dépassaient l’entendement. Une boule démangeait la gorge de la capitaine et lui bloquait douloureusement et momentanément la parole. « Oui » commença-t-elle, ne sachant pas trop à quoi elle assentissait tellement ce que Jyn avait dit faisait peu de sens ou la choquait d’une certaine manière, « elle est chanceuse, tu l’aimes aussi. Beaucoup. » confirma-t-elle en faisant preuve d’une hardiesse digne de Godric Gryffondor. Ce n’était pas un point à discuter, mais une affirmation à faire à voix haute, voire un aveu. Wilda aurait pu lui faire un monologue sur l’amour maternelle et la chance, mais ç’aurait été malvenue pour au moins deux raisons. Premièrement, elle savait déjà tout cela, au sujet de l’amour. Deuxièmement, bien qu’on puisse argumenter qu’elle était chanceuse d’être tombé sur deux parents aussi généreux, la vérité était que Jyn n’était chanceuse que dans sa malchance. Elle n’avait pas gagné le galion d’or, mais s’était vu versé une bonne prime d’assurance en guise de dédommagement. La serdaigle était plus intelligente que de prétendre que la poufsouffle était chanceuse.

En gardant son silence, et en se sentant incroyablement mal à l’aise, mais également profondément empathique, Wilda compta ses pas, jusqu’à vingt, une fois de plus, puis décida de chatouiller la corne de l’éruptif encore un peu. De son meilleur ton nonchalant, pour refléter celui de sa comparse, et tentativement créer un climat propice à la discussion, elle s’élança : « tu connais tes parents biologiques? ». Commençant à connaître la personnalité de la jaune, la sorcière doutait qu’elle se soit déjà ouvert sur le sujet, voire en ait discuté platement. Elle avait peu d’amis, et la bleue avait la forte impression que la petite n’oserait jamais en discuter avec ses parents adoptifs, de peur de les blesser. Cependant, ce n’était pas quelque chose qu’on pouvait garder pour soi, bien étanche, sans éclater, à moins bien entendu, de faire partie de ceux qui vivent le tout à merveille. Visiblement, Jyn Dawkins n’entrait pas cette dernière catégorie. Wilda n’avait pas l’intention de la brusquer, de la forcer à s’exprimer, mais ici, dans le calme apaisant de la forêt, elle entrouvrait une porte, une invitation à discuter, peut-être, selon sa volonté, ou un jour, lorsqu’elle se sentirait prête, ou alors sans être prête, mais avec le support et la présence qu’elle lui offrirait, même si la réponse de l’enfant adoptée serait violente.

Bref, les dés étaient lancés, reviendraient-elles toutes deux de leur excursion en forêt?

______________________________

HEART BROKEN I miss you and it's killing me... but I need to start living again

WILDA GRIFFITHS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jyn S. Dawkins



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : Saoirse Ronan | bltmr
| SANG : Mêlé, père cracmol, mère sorcière


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : La foudre
| PATRONUS : Une loutre
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptyDim 12 Mai - 21:28

Wilda Griffiths et Jyn Dawkins étaient semblables à deux astres en parfaits opposés. Wilda était assurément l'astre le plus lumineux, faisait office de soleil sur la vie des gens. Sa personnalité lumineuse éclatait au visage de quiconque croisait son sourire enjoué et sincère, comme si rien ne pouvait jamais éteindre cette flamme étrange qui semblait brûler en elle. Oh Jyn l'avait bien aperçu une fois sans son joli sourire, mais elle avait vite oublié cette vision bizarre de la sorcière, celle-ci étant balayée par la personnalité joyeuse de la Serdaigle. Comme une jumelle opposée, la petite Poufsouffle semblait au contraire être l'astre de la mélancolie, plus sombre et sauvage. Comme la lune qui surgit le soir une fois que toutes les âmes ne sont plus là pour la regarder. Cela définissait bien sa personnalité. Cette envie de course effrénée loin de toute forme de vie ou de civilisation contrastait furieusement avec son activité du moment. Et cela allait de mal en pis. Les propos maladroits de Wilda ne trouvèrent même pas le moyen de l'agacer, ou de l'énerver tant ils l'étonnaient. Jyn aurait pu l'insulter et l'abandonner en fuyant dans le bois. Mais elle marchait toujours à côté d'elle de cet air nonchalant d'enfant qui ne ressent rien, alors qu'elle ressent tout. L'orpheline vivait dans une bulle pour ne pas laisser les autres voir ses failles. Aucun de ses camarades ne l'avaient jamais vu pleurer. Hurler, insulter, devenir rouge, oui, c'était même fréquent. Mais pleurer, non. La faille était trop grande, trop dangereuse à exposer à la face du monde. Pourtant, comme tous les êtres vivants, Jyn avait parfois envie de pleurer. Comme aujourd'hui. Jamais elle n'avait été aussi proche de fondre en larmes, mais elle fit tout pour les ravaler. Déglutissante, elle se contenta d'un « humpf ! » à l'attention de son accompagnatrice pour lui comprendre qu'elle ne comptait pas lui répondre.
Il n'y avait rien à dire, de toute manière. Bien sûr qu'elle aimait sa mère adoptive. Sinon, elle ne haïrait pas viscéralement l'école de sorcellerie. La vie de la sorcière lui paraissait prendre un chemin qui avait été tracé par un homme ivre. Si ses parents ne l'avaient pas abandonnés, sans doute serait-elle plus sociable et aurait-elle plus facilement confiance aux autres. Si ses parents ne l'avaient pas abandonnés, sans doute que Jyn ne ressentirait pas cette étrange peur lui enserrer la poitrine à chaque fois qu'elle disait au revoir à ses parents restés sur le quais. L'enfant terrible aurait pu refaire tout son univers avec des "si". Mais cela ne se passait pas comme cela, et elle devait composer avec. Composer avec son abandon, ses problèmes psychologiques et sa haine viscérale de la magie. Il y avait ce quelque chose de compréhensif dans la voix de Wilda Griffiths qui donnait l'impression à Jyn qu'elle pouvait lui faire confiance. Elle luttait contre cette envie de se confier à elle, parce qu'une voix dans sa tête lui hurlait qu'elle ne la connaissait pas. Mais une force invisible semblait la pousser vers son aînée, et pour une jeune fille telle qu'elle, désireuse de tenir sa vie en main sans être dictée par son destin, cela était dérangeant. Pourtant, elle ne pouvait lutter contre. Et la question qui suivit la fit s'arrêter brusquement. Jyn regarda Wilda partir et tourna la tête vers le chemin à droite dans l'idée de fuir. Fuir la vérité du souvenir était très alléchant pour elle qui connaissait ces bois par coeur. Mais ce ne serait pas très gentil de l'abandonner... Surtout qu'elle se ferait disputer. Cela dit, elle n'avança pas pour autant et attendit que la Serdaigle réalise son absence. « Juste mon père, vaguement. Il av... » commença-t-elle sans être capable de continuer sa phrase, la gorge nouée. Jyn avait l'impression que ses yeux n'allaient pas tenir bien longtemps ses larmes. L'abandon de ses parents l'avaient marqué et son impossibilité de se souvenir parfaitement du visage de son père et au moins des traits du visage de sa mère, la hantait particulièrement. « Il a les yeux bleus » articula la jeune fille comme si sa langue la brûlait, « comme moi » expia-t-elle difficilement. Un soupir. Jyn avait l'impression d'avoir effectué les douze travaux d'Hercule. Elle guetta la réaction de Wilda comme si elle allait influencer le cours de son destin. Pourtant, c'était stupide. Ce n'était pas comme si elle allait les rencontrer grâce à elle.


(734)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wilda Griffiths



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 419
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN EmptyMar 2 Juil - 0:43

Quelqu’un aurait pu dire qu’elle marchait sur des œufs, mais le sentiment qu’avait la serdaigle était plutôt celui de se tenir debout sur l’anneau central, tout en haut à une centaine de mètres dans les airs, alors qu’il pleuvait des torrents, que le vent se déchaînait et qu’elle n’avait pas sa baguette. En d’autres mots, il lui semblait que la chute était inévitable. Néanmoins, Wilda ne se sentait pas nécessairement mal à l’aise, incertaine certes, envahissante peut-être, mais pas mal à l’aise. Cela faisait bientôt un an que la jeune femme avait formellement rencontrée sa cadette et il ne lui avait pas fallu plus qu’un après-midi pour réaliser que Jyn était troublée, tourmentée et qu’elle était loin d’avoir eu la chance de naître dans une famille aimante comme la sienne. Wilda s’était imaginée toute sorte de choses quant à la réalité de la poufsouffle et dès l’instant où elle fit la rencontre de Mme Dawkins elle eut rayé pas loin de 95% de sa liste. Savoir que l’enfant avait été abandonnée, et pas à la naissance, expliquait plus d’une facette de la personnalité de la gamine. N’étant pas du tout psychomage, la bleue n’était pas en mesure de comprendre toutes les répercussions qu’un tel abandon pouvait avoir sur un enfant, cependant, être humaine et dotée d’empathie était amplement suffisant pour allumer un feu au creux de son ventre. Un mélange particulier de colère, de tristesse, d’incompréhension et de défi lui brulait les poumons et lui creusait un pli sur le front. L’inquiétude qu’elle ressentait à l’égard de la jaune n’aidait guère à raffermir cette partie de son visage.

Il était particulier de tenter de converser sur un sujet si intime avec la personne la moins bavarde qu’elle connaisse, mais il lui était impensable de la laissé intérioriser le tout plus longtemps. D’ailleurs, la corne d’éruptif n’avait pas encore explosée, c’était bon signe non?

Wilda eu conscience que sa compagne cessa d’avancer, probablement choqué par ses questions intrusives, mais elle continua d’enchainer les pas, lui laissant l’espace dont elle avait besoin. Lorsque la voix de la blondinette flancha, le cœur de la brunette tomba dans ses talons et elle dû lutter pour ne pas se retourner et la prendre dans ses bras. À la place, elle la laissa terminer, puis cessa à son tour d’avancer. On dénotait dans le timbre de voix de Jyn une affectation certaine envers cet homme qu’elle ne connaissait pas et de l’envie. Étrangement, Wilda n’entendit pas la colère qui y était si souvent présente. La jeune femme serra les dents et ferma les yeux, pour ramasser toute l’audace qui l’habitait et poser sa prochaine question. « Tu aimerais le retrouver? » laissa-t-elle tomber sans se retourner. Puis soudainement, la serdaigle décida que c’était bien trop peu de mots pour un tel sujet, et que de toute manière elle avait déjà dépassée les limites de la prudence. Ce fut-elle qui explosa. « Je veux dire, je sais pas comment tu te sens et je prétendrai jamais le savoir, mais je peux imaginer que ça suce grave et que c’est un fouillis de contradictions pas possible à gérer, mais bon, si jamais tu veux le retrouver, ou les retrouver, et pas nécessairement pour faire genre ‘ouhh on est une famille et on s’aime’, mais bref, pour toute sorte de choses, ben à deux c’est moins chiant. Je peux t’aider, ou ben, comme tu veux et si tu préfères les haïr, ben je vais leur lancer des bombabouses avec toi, et euh, tu peux vaciller entre les deux options à chaque jour, ça me dérange pas, ça me fait rien, vraiment, je suis disponible. » . Cette tirade était bordélique, incohérente, mais fidèle à elle-même et chargée d’une promesse crue, vraie et inviolable. Elle était aussi claire qu’un adolescent qui avouait maladroitement ses sentiments à son béguin des trois dernières années. Autant bien être vraie.

En gros, ce que Wilda voulait exprimer, c’était : je suis là pour toi, tu n’as pas à vivre ça seule et je ne jugerai pas, ni te dicterai ce qu’il doit être fait. Amie? Non seulement y trouvait-on une offre, mais un attachement sentimental venait de se cristalliser dans le coeur de la jeune femme et un refus catégorique ne la laisserait pas de marbre.

La serdaigle se mordit la lèvre inférieure pour mieux réfréner son envie brulante de préciser ses propos, sachant qu’elle ne ferait que les mélanger un peu plus.

______________________________

HEART BROKEN I miss you and it's killing me... but I need to start living again

WILDA GRIFFITHS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty
MessageSujet: Re: Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN Empty

Revenir en haut Aller en bas

Avoue que tu voulais de mes nouvelles | JYN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Des nouvelles de Fuveau !
» Nouvelles d'Haiti; ce que les journalistes ne disent pas !
» Les nouvelles armes légendaires...
» T'as fini de me laisser sans nouvelles !
» Des nouvelles d'Aristide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Hors Londres :: 
Maison Griffiths
 :: 
La maison
-