Poudlard est officiellement de retour ! Bonne rentrée à tous !
Vous pouvez retrouver la liste des préfets et des capitaines en cliquant juste ici. Espérons qu'ils fassent mieux que les précédents ! Félicitations à eux !
GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !

Partagez|

[INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 265
| AVATARS / CRÉDITS : Tarja Turunen
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : L'un de ses enfants essayant de l'attaquer
| PATRONUS : Un loup
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Dim 6 Jan - 18:28

Ajustant sa robe de satin bleu au corsage bien serré, ses cheveux attachés de façon stricte, Elise s’estimait prête pour la soirée prévue au Ministère. Loin d’être sa première soirée de ce type, elle y était conviée dès son mariage avec son défunt mari qui y occupée une place confortable. Aujourd’hui c’était aux bras de ses fils qu’elle s’y rendrait. En effet Amaury avait déjà prévu de s’y rendre, mais Evan semblait avoir eu envie du contraire. Dans une petite forme ces derniers temps, c’était donc sa mère qui avait insisté pour qu’il sorte, voit un peu de monde, se change les idées… Il semblerait qu’elle avait fini par avoir gain de cause puisqu’il l’avait rejoint chez elle, point de rendez-vous convenu afin d’y aller tous les trois.

Amaury s’étant finalement présenté, Elise avait boité jusqu’à la porte pour lui ouvrir, envoyant un elfe prévenir son frère afin de pouvoir partir. La belle avait d’ailleurs pris le bras de son second fils dans un sourire au moment de se rendre jusqu’au Ministère.

Une fois sur place, c’est sans surprise qu’elle retrouva beaucoup de membres de ces grandes familles qu’elle était habituée à fréquenter. Beaucoup de ses collègues mangemorts aussi. Les deux informations se recoupaient d’ailleurs souvent…

Le Ministre prononça son discours et Elise qui avait déjà imprimé sur son visage cet air fermé et froid qui lui était habituel en société. La politesse lui fit taper ses mains avec les autres sans grande conviction.

Du coin de l’oeil elle remarqua Morfin Carrow qui semblait s’ennuyer ou être énervé par quelque chose. Ne voulant pas pour autant quitter ses fils aussi abruptement elle ne bougea pas pour le moment, mais elle irait sans doute lui glisser un mot plus tard. Et il n’était bien entendu pas important pour elle que sa femme soit présente. Au contraire le jeu n’en était que plus amusant encore…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 266
| AVATARS / CRÉDITS : Matthew Goode ϟ praimfaya (bazzart)
| SANG : Lestrange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Se retrouver Cracmol
| PATRONUS : Un Lycaon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Lun 7 Jan - 12:37

En guise d'assentiment au discours déployé par cet auguste Minchum, Rodolphus descendit d'une traite le fond de son verre et jeta un regard à la ronde, croisant ainsi plusieurs regards qui craintifs, qui hostiles, que certains invités posaient sur lui, l'héritier Lestrange posté seul près du bar. Bellatrix avait tout de go refusé de se prêter à cette mascarade et était restée au manoir, quant à Rabastan il avait disparu dans la foule. Rodolphus pourtant était contre toute attente satisfait d'être ici ce soir, et de constater que malgré la réputation plus épouvantable que jamais de sa famille, et les rumeurs qui circulaient sur ses agissements, il restait de ces personnes auxquelles on ne pouvait décemment refuser un accès aux plus hautes sphères du pouvoir sorcier. Sans doute son statut de beau-frère de deux des trois conseillers les plus influents du Ministre de la Magie suffisait-elle à lui assurer une certaine immunité... Quand bien même il n'était véritablement en bons termes ni avec Fawley, ni avec Malefoy. Il y avait en revanche bien une personne ce soir avec laquelle il était en bons termes, et cette dernière se trouvait justement à quelques encablures de lui, si bien que Rodolphus décida de se joindre à son parent Morfin Carrow.
— Danaé, mes hommages, salua-t-il la charmante épouse de Carrow en s'emparant de sa main dans un simulacre de baiser, Morfin, tu as l'air en grande forme. Cela fait partie de tes résolutions de la nouvelle année que d'échanger avec des individus à la parenté louche ? s'enquit-il d'une voix légère en suivant du regard la rejetonne Ollivander qui fendait la foule, accompagnée d'un illustre inconnu qui lui tenait le bras. Si Rodolphus était bien sûr d'une chose, c'est que s'il ne connaissait pas ce garçon, c'est qu'il ne faisait pas partie de ce qui représentait selon lui la bonne catégorie de familles !

______________________________

l'ouvrier de la mort
Je ne ferai grâce à personne. Ni pape ni cardinal je n'épargnerai. Pas un roi, pas une reine. Ni leurs princes ou princesses. Je n'épargnerai ni prêtres, bourgeois, juges, médecins ou marchands, ni pareillement les mendiants. J. Teulé.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 195
| AVATARS / CRÉDITS : © Tag
| SANG : ⊰ Mêlé mais il faut remonter à loin pour trouver la moldue de la famille.


MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Lun 7 Jan - 16:25

La seule chose qui était sûr, pour qui dardait un oeil curieux en direction de Oona Barbra Graves, était qu’elle n’attendrait pas la fin du bal - ni même n'avait attendu le début - pour picoler comme un farfadet. La cracmolle se trouvait imprévisible ce soir-là et il était raisonnable de s’interroger sur la raison même de sa présence à l’évènement qui rassemblait tout le gratin d’une communauté magique qu’elle exécrait. Elle était vêtue selon sa définition de la classe soit de manière bien vulgaire ... encore que cela demeurât conforme au goût anglais. C'était son preux cavalier, le bienheureux Caradoc Dearborn (aimait-elle parfois fantasmer leur relation platement platonique !) qui avait daigné lui offrir sa veste pour tenter de cacher le désastre ambulant qu’elle était. La jeune fille était tant et si bien avachie contre le buffet qu’on aurait pu penser qu’elle s’y était assise et elle enfournait dans son gosier, non pas uniquement le contenu de la table, mais tout ce qui avait le malheur de passer sur un plateau à hauteur de son nez : ces crevettes qui avaient la taille de bras de bébé, avait-elle dit bien une dizaine de fois, étaient une véritable tuerie. Mais voilà qu’elle avait de la mayonnaise plein les doigts. « Oups ! » s’essuya-t-elle sans diligence les doigts dans la cape d’un vieux sorcier heureusement gâteux. « J’essaie simplement de faire partir votre tâche ! » s’expliqua-t-elle lorsqu’il se retourna d’un oeil bougon avant de s’adoucir en entendant l’explication. « Miss, vous êtes bien aimable ! ». Et la cracmolle de pouffer de rire en lançant un regard complice à son cavalier dans l'embarras.

Les lumières baissèrent enfin dans l’atrium pour se concentrer uniquement sur Harold Minchum. La jeune fille se tut enfin - cessa même de se restaurer - pour darder son regard le plus assassin sur le sorcier. Elle avait encore coincé dans sa joue un petit-four qu’elle avait gobé mais pas avalé. Les mots qui lui irritaient l’oreille étaient bien nombreux : concitoyens, succès, réussite, joie, paix, prospérité … et solidarité. De quelle solidarité le ministère faisait-il preuve quand il écrouait les sorciers de sa propre communauté en compagnie de détraqueurs ? La vérité - avez-vous sans doute déjà deviné - était que la jeune soeur de Kierán Graves ne s’était arrangée pour se faire inviter avec aucune intention louable. Et, si elle faisait encore preuve de retenue pour le moment, il ne faisait aucun doute que le volcan finirait par exploser. « Super, il l n’y a pas que le ministre qui pue du cul - salua-t-elle la fin du discours avec ironie en levant bien haut sa coupe - … la musique aussi ! ». Elle ouvrit de grands yeux en reconnaissant, parmi les regards importunés que son commentaire avait su attirer, celui du gardien du ministère qui ne l'avait pas oublié depuis leur dernière rencontre musclée. Elle se fit finalement plus discrète et recula d’un pas pour se cacher derrière la silhouette diablement moins frêle que la sienne de son galant sorcier.

dragées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 224
| AVATARS / CRÉDITS : Jensen Ackles- Crédits: Tearsflight
| SANG : Aussi pur que la pureté elle même


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Mar 8 Jan - 0:56

Morfin passait ses soirées à feuilleter Noble Par Nature, une généalogie des sorciers. La véritable bible du parfait sang pur. Vous y apprendrez tout ce que vous voulez connaître sur les grandes familles de sang pur. La spécificité de ce livre était qu'il s'actualisait automatiquement. C'est comme ça, qu'il avait appris le mariage de sa jeune nièce avec ce Powell. Quand à sa grossesse, il l'avait deviné lors du diner de famille. Alors qu'il "félicitait" le jeune marié, l'héritière Ollivander fît son apparition. Les mots qui sortirent de sa bouche allaient lui couter très chers. Qui était-elle pour oser parler à Morfin Carrow sur ce ton. Elle se permettait de telle liberté parce qu'elle était en public et qu'elle savait qu'ici, il ne pourrait rien lui faire. Mais, elle a lui le payer. Elle allait le lui payer très cher. Croyez-vous qu'un doloris puisse déclencher un avortement spontané? L'avenir nous le dira. Morfin restait là sans rien dire mais son regard jetait le sortilège de la mort. Il n'écouta pas les salutations du jeune homme. Comme s'il en avait quelque chose à faire. Tandis que les jeunes mariés s'écartèrent, il saisit sa nièce par le bras. Il le serrait si fort, qu'il pouvait presque lui casser le poignet.
"Ne joue pas avec moi petite trainée! Tu ne fais pas le poids." lança-t-il avant de s'écarter de quelques centimètres. Oh, elle allait le lui payer. Elle allait le payer si cher. Il s’apprêtait à aller voir Vicky Bones lorsque entendit celui qu'il considérait comme son petit frère saluer son épouse avant de s'adresser à lui. Enfin quelqu'un qu'il avait réellement envie de voir. " J'aime apprivoiser mes victimes avant de les détruire mon cher Rodolphus. Je suis content de te voir mon frère. Cela fait longtemps." Pour une fois, un véritable sourire apparue sur le visage de l'héritier des Carrow. Il n'avait pas encore remarquer la présence d'Elise et encore moins celle du fils de sa traitresse de cousine dont il ignorait la présence en Angleterre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 722
| AVATARS / CRÉDITS : Emily Bett Rickards ღ Lux Aeterna
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Mar 8 Jan - 10:27

Oups ?
Elle avait peut-être trop parlé ?

Ce ne fut malheureusement qu’après avoir déblatéré des mots plus violents que ceux qu’elle s’était répétés maintes fois intérieurement et que la main de son époux se serra plus fortement sur ses hanches, qu’elle se rendit compte qu’elle aurait dû être hypocrite, beaucoup plus hypocrite et non franche. Mais en soit, qu’il y avait-il de mieux que des retrouvailles familiales pour exprimer sa joie immense de revoir l’autre ? Et ce bal au ministère était au final un rassemblement familial si l’on prenait en compte le fait que toutes ces familles au sang fichetrement pur étaient toutes liées entre elles. Preuve étant qu’elle était peut-être elle-même liée à Moran ? Qui pouvait bien savoir ? Si ce n’etait Noble par Nature et ses inventeurs plus risibles que n’importe qui d’autre dans l’atrium.
L’Atrium, parlons-en ! Heureusement qu’elle avait dit ça ici et non pas lors du repas partagé chez les Carrow, elle ne doutait plus à présent de la justification de l’inquiétude de Moran lorsqu’elle était rentrée : si elle lui avait dit la même chose à ce moment-là, son époux serait soit veuf, soit de nouveau alcoolique puisque marié sans l’enfant qui leur avait fait commencer toutes ces histoires. Elle fut d’aileurs assez surprise de le voir expédier ainsi celui qui était son oncle tout en se plaçant entre eux, Merlin ce que le regard qu’il venait de lui lancer pouvait être diaboliquement séduisant, bien qu’entre nous : elle doutait que ce soit l’effet recherché. Leur tentative de fuite fut néanmoins suspendue dans le temps lorsque le contraste fut violent entre la main douce mais ferme de son époux et celle de son oncle qui lui broyait les os à en laisser la trace sur son poignet. Il sembla malheureusement que si certaines femmes avaient des envies de fraises, que celles-ci étaient plus virulentes chez Gardenia qui avait apparemment un besoin sucidaire de jouer avec le feu. Sans un frisson, la jeune fille se retourna vers son oncle, un immense sourire sur le visage. « Moi ? Comment oserais-je être votre égal, mon oncle ! Sur ce, je vous souhaite une agréable soirée. » fit elle avant de se laisser entraîner par Moran, croisant au passage Rodolphus Lestrange. « Monsieur Lestrange. » termina-t-elle d’un coup de théâtre en redevenant en une fraction de seconde la parfaite épouse sang-pure et se dirigeant au bras de son mari en direction du buffet.
La jeune mariée attendit un certain temps avant d’ouvrir la bouche, un silence s’étant quelque peu abattu entre les époux, et alors qu’elle redoutait de croiser le regard furibond de Moran, elle vit un énorme sourire s’etendre sur son visage. Était-il malade ? Un rire s’échappa des lèvres de la demoiselle tandis qu’elle attrapa le petit four avec joie. « On risque de littéralement disparaître de la surface de la Terre et tu souris en disant que ça le donne un truc en plus ? C’est moi qui suis folle ? » dit-elle moqueuse et mangeant son petit four au fromage. Délicieux. « On devrait en ramener à la maison. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 684
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Mar 8 Jan - 13:56

Un bal.
Quelle idée d’organiser un bal. Décidément, plus son mandat passait, et plus Raven croyait de moins en moins aux promesses faites par le Ministre. Faire confiance à nouveau à ses supérieurs avait été difficile après ce que Jenkins leur avait fait subir, et cette confiance-là avait été une nouvelle fois trahie par Bartemius lors de l’interrogatoire de Graves. C’était cela, être en guerre. L’estime et la confiance ne s’accordaient plus aussi facilement, et ces dernières années avaient servi de leçon à la sous-chef des aurors.
Bon, il était l’heure. La sorcière referma d’un geste vif le dossier n°41613 sur lequel elle travaillait depuis un peu moins d’une heure. La liste des suspects était longue, mais le Bureau ne possédait pas assez de preuves pour autoriser une quelconque perquisition et la sorcière en avait un peu marre de n’avoir que de simples témoignages. Il leur fallait des choses concrètes. Elle aurait aimé sortir ces arguments-là face à son Directeur, avant d’envoyer Graves en prison sur un aveu. Malheureusement, il n’y avait plus de retour en arrière possible. Rangeant le dossier dans un de ses innombrables tiroirs, l’élégante auror se leva. Son ventre était noué sans qu’elle sache pourquoi. En fait si, elle le savait. Ce soir allaient être présents les fonctionnaires de plus grandes institutions de la communauté sorcière britannique. Y compris Ste Mangouste. Caradoc allait sûrement être présent. Raven ferma les yeux un instant pour tenter de ralentir son rythme cardiaque. Leur dernière entrevue au QG de l’Ordre avait été… Délicat. Elle ne voulait pas être confrontée à son regard encore une fois.
En un coup de baguette, la voilà qui était vêtue d’une charmante robe noire qui laissait ses épaules nues et son cou dégagé. A l’instar de sa sœur Melody, Raven avait toujours aimé s’habiller de la façon la plus élégante qui soit, avec un maquillage discret mais qui lui allait à ravir. Si jamais quoi que ce soit arrivait pendant la soirée – on était jamais trop prudent et son métier lui avait appris à se méfier – un autre geste du poignet et sa tenue se changeait immédiatement en quelque chose de plus pratique pour se battre. Une robe et des talons n’étaient pas forcément la tenue la plus adéquate pour ce métier. Il était temps.
Elle sortit de son bureau en verrouillant la porte d’un sort avant de se diriger vers les ascenseurs. Cinq minutes plus tard, elle était dans l’Atrium et le discours du Ministre Minchum commençait. Il fut court et bref, et bien que la sorcière pouvait sans conteste admettre qu’il était taillé pour la politique, elle ne pouvait s’empêcher de se dire qu’elle n’y croyait plus. Raven applaudit sans expression comme tous les autres et se mit à la recherche de quelqu’un qu’elle connaissait. En tournant la tête, elle put reconnaître son filleul qui était de dos. Cela faisait très longtemps qu’ils ne s’étaient pas vus, et après une récente lettre qu’elle avait reçu de la mère de Moran, l’auror tenait à être présente pour lui, bien mieux que ces dernières années. Alors qu’une personne se décalait, l’auror pu voir qu’il se trouvait en compagnie de Gardenia. Elle semblait aller mieux depuis la perte de ses parents. Sans plus attendre, elle se dirigea vers les deux anciens étudiants.
— Je ne m’attendais pas à vous voir ici, monsieur Powell, fit la sorcière d’un air taquin pendant que son filleul se retournait. Moran. Gardenia, salua-t-elle à l’adresse de la jeune femme. Comment allez-vous ? Du champagne s’il vous plaît, demanda-t-elle soudainement à un serveur qui passait par là. Deux secondes après, elle tenait son verre à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 285
| AVATARS / CRÉDITS : Riz Ahmed (par flotsam).
| SANG : Mêlé, métissé indien et anglais.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Ysée
| PATRONUS : Un tigre du Bengale
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Mer 9 Jan - 11:45

— Déjà à la valse, les Bones ?
Benjy venait d'apparaître aux côtés d'Edgar et de Vicky -avec qui il avait enterré la baguette de guerre-, vêtu d'une veste en cuir bordeaux sur une chemise à motif paisley. Aujourd'hui, exceptionnellement, il ne travaillait pas et assistait à ce bal de la nouvelle année en simple civil. Enfin... officiellement. Car officieusement, il avait été réquisitionné par Dumbledore pour garder un oeil sur la soirée -sans quoi il serait probablement resté chez lui au lieu d'assister à un bal aussi pompeux un soir de repos. D'ailleurs, il ne portait guère d'attention au couple dont il venait d'interrompre un début de danse, son regard avisé de tireur d'élite traînant plutôt tout autour de lui en quête d'une possible situation suspecte qui nécessiterait son intervention. C'est ainsi qu'il repéra Ysée, dans la foule. Accompagnée de son fiancé. Benjy eut un temps d'arrêt, et si sa soeur ou son beau-frère lui adressèrent la parole durant ce laps de temps, il n'en entendit rien.
— Si vous me cherchez, je suis au bar, leur dit-il sans quitter des yeux la brune à l'autre bout de l'atrium.
Il administra une tape amicale dans le dos de son ami et collègue avant de jouer des coudes en faisant profil bas pour se frayer un chemin en direction du buffet et des boissons alcoolisées. Cette fille commençait sérieusement à le rendre dingue, ce qui était franchement loin de lui plaire. Désireux de s'enlever l'héritière Selwyn de la tête, il s'enfila, dès son arrivée au comptoir, un godet de fée verte d'une traite. La chaleur qui se répandit dans son corps lui remit un peu les idées en place et il se retourna vers la foule, bien décidé à se concentrer sur son taf. C'est alors qu'il remarqua le sorcier inconnu au bras de la môme Nott. D'où sortait-il ? Benjy se promit de garder un oeil sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 187
| AVATARS / CRÉDITS : © étangs noirs.
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Mer 9 Jan - 14:31

Bartemius applaudit mécaniquement le discours de son ami et ministre. Vicky, quelque part à sa droite, y mettait davantage de coeur. La foule s’amassait sensiblement autour de l’homme du jour pour le féliciter et, peu soucieux de se retrouver coincé, le directeur s’éloigna sobrement au bras de son épouse. Tout au contraire d’elle, resplendissante pour l’occasion, le visage naturellement peu accorte de Senior paraissait particulièrement renfrogné ce soir. Il refusa le petit-four qui lui fut proposé d’un signe de main expéditif comme s’il avait redouté que son coeur ne puisse se voir contaminé par la frivolité ambiante. La foule était heureuse de se précipiter sur le buffet, insouciante de constituer elle-même un buffet pour d’autres. Les mesures de sécurité étaient évidemment à la hauteur de l’évènement et notre homme se trouvait d’une humeur plus austère que inquiète. Il n’était pas né avec le goût de la fête et ne voyait tout simplement aucun intérêt à un pareil rassemblement. Les invités n’avaient pas été triés sur le volet et nombreux étaient ceux que les aurors avaient dans leur petit papier. L’esclandre provoquée par la nièce de son épouse - aussi remarquable que sa tenue toute rose - attira naturellement son attention vers un sorcier dont la présence l’irrita absolument. « C’est pas vrai - murmura-t-il à l’adresse de son épouse qu’il n’avait pas même pris le temps de complimenter - On est vraiment en train d’offrir le dîner aux pires raclures ». Et il s’empara finalement d’une première coupe de champagne.

Les frères Lestrange - dont il n’avait remarqué que l’aîné - étaient particulièrement mal placés dans ses amitiés. Il se rapprocha discrètement de lui avec un tout autre intérêt que l’art de converser car il lui trouvait les mots plus misérables qu'un troll. « Louche est un terme à manier avec précaution tout comme celui de frère » intervint-il avec froideur en rechignant pourtant à prendre une place dans leur cercle. « Monsieur Carrow » salua-t-il sommairement son adversaire politique en retirant son chapeau d’inspiration fédora. « Le vocabulaire des gobelins était nettement plus précis pour définir les biens de votre aïeule Isadora ». Le dos et la moustache droite, son regard ne lâchait plus Rodolphus. Il n’était pas le bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 155
| AVATARS / CRÉDITS : Rami Malek par merenwen.
| SANG : Pur lycanthrope, suis un héritier Nott.


MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Mer 9 Jan - 15:35

Drôlement fagoté dans une tenue de soirée que son ami Caradoc lui avait gentiment prêté pour l'occasion, Wolfgang semblait loin du loup-garou qu'il était encore quelques semaines plus tôt, les vêtements sales et déchirés, la mine sombre et fatiguée. Ce soir, il était beau et propre, presque méconnaissable. Il avait fait un effort sur son apparence car il devait apparaître au bras de sa soeur et il ne souhaitait pas lui faire honte. Déjà que tous les regards seraient rivés sur elle s'il s'avérait qu'on le reconnaisse...
Par quel concours de circonstance Wolfie en était venu à participer à ce bal de la nouvelle année ? Eh bien lui-même n'en savait rien. Voilà presque un an à présent qu'il avait quitté la meute de Fenrir Greyback. Il avait d'abord erré de caves humides en chambres miteuses avant de rencontrer Caradoc par le biais de Milly, lequel lui avait aimablement proposé d'emménager avec lui. Dès lors, un changement s'était opéré chez Wolfgang qui avait pu peu à peu se réhabituer à la vie réelle. Quoi de plus logique, donc, qu'après des mois passés à se rendre invisible, il décide à présent de faire son grand retour dans la société sorcière ? Il se sentait prêt, et ce malgré la boule dans sa gorge qui tentait de lui faire croire le contraire.
— Tu es sublime, glissa-t-il à Mildred tandis qu'elle le rejoignait avec quelques minutes de retard.
Il fut tenté de lui demander si elle était toujours prête à s'exposer en sa compagnie, mais il n'en eut pas le temps. Milly les fit transplaner jusqu'au Ministère où une foule de sorciers s'amassait déjà dans l'atrium. Wolf déglutit tandis que sa soeur s'accrochait à son bras comme à un portoloin.
Son regard fit le tour de la pièce et lorsque Mildred lui demanda s'il reconnaissait des têtes, les yeux du loup se posèrent justement sur Oona Graves en compagnie -quoi ?!- de son coloc' qui ne l'avait pas prévenu que sa cavalière était la cracmolle. Les emmerdes ne faisaient que commencer...
— Vite fait, répondit-il évasivement à sa soeur tandis que le Ministre faisait son apparition sur une estrade pour entamer son discours.
Quelle sensation étrange que de réapparaître à la surface de la terre après tant d'années passées dans l'ombre... Wolfgang ne réussit pas à s'intéresser au speech de Minchum. Il cherchait des têtes familières dans la foule, notamment deux...
— Est-ce qu'ils sont là ? demanda-t-il en se penchant pour venir murmurer à l'oreille de sa soeur. Ouranos, Gaea... Tu les as vu ?

______________________________
I think I'm pretty f*cking far from okay.
J'ai pris la poudre de cheminette, j'ai jamais dit où j'allais, j'ai pris goût à disparaître, je sais même pas où j'm'en vais. Ça peut pas être pire qu'ici, ici je meurs à petit cri. Ça peut pas être plus mauvais, j'irai là où il fait moins laid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 360
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (babine.)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Mer 9 Jan - 15:36

Caradoc se posait la même question depuis un bon moment maintenant : avait-il bien fait d'inviter Oona à aller au bal du Ministère avec lui ? Il se la posait, pour être honnête, depuis l'instant même où ce léger « Ouais je pense y aller, et toi ? », bien inoffensif en apparence, lui avait échappé après que la jeune Graves, nonchalamment juchée sur l'accoudoir du canapé du salon qu'il partageait désormais avec son nouveau colocataire Wolfgang, lui avait innocemment demandé si c'était bien vrai que le personnel de Sainte-Mangouste était invité. Ni une ni deux, Oona avait trouvé l'idée de l'accompagner fort séduisante, et le Médicomage n'avait pas trouvé à y redire : il fallait bien reconnaître qu'Oona avait passé une bien mauvaise année 1976, et que Caradoc ne pouvait pas refuser à la jeune femme ce petit plaisir. D'autant plus, avait-il fort égoïstement réalisé quasiment sur le coup, que ramener avec lui une jeune et charmante (en apparence, du moins !) cavalière était de nature à servir ses intérêts auprès de Raven Fawkes, qui ne manquerait probablement pas d'être là. Enfin, servir ses intérêts... Du moins, susciter une réaction, et avec un peu de chance une prise de conscience. Toutefois, les jours avaient passé et la date s'était approchée, et Caradoc n'était pas parvenu à s'ôter de la tête ses craintes et ses doutes, sans toutefois oser annuler son invitation de peur de passer pour un goujat... Ce qu'il regrettait amèrement à présent, alors que la jeune Graves, dont la tenue vestimentaire lui avait arraché un hoquet de stupeur quand il l'avait retrouvée, et qu'il avait à grand-peine convaincue de se couvrir de sa veste, essuyait ses mains crasseuses dans la cape de soirée d'un brave sorcier, et dévalisait méthodiquement le buffet. A ses côtés, Caradoc s'acharnait à regarder ailleurs pour ne pas risquer d'être associé à sa furieuse compagne, et finit par localiser dans la foule la chevelure de jais de l'Auror Fawkes, malheureusement au moment où le Ministre prenait la parole. A contre-cœur, le jeune homme s'intéressa au discours de Minchum, et même Oona cessa de s'agiter pour le fusiller du regard. Ils n'apprirent toutefois rien de nouveau, car la situation du monde sorcier avait beau se détériorer à vue d'oeil, les discours politiques ne variaient pas d'un iota... Près de lui, son amie semblait nourrir une pensée similaire, qu'elle ne se priva pas de partager avec tous en levant son verre... Avant de donner tous les signes de la panique et se réfugier soudainement derrière lui. Caradoc, surpris par ce brusque revirement de situation, chercha immédiatement du regard la silhouette de celui ou celle qui avait le pouvoir d'impressionner Oona Graves de la sorte, mais ne discerna aucun visage connu. Un léger coup d'oeil en arrière lui enseigna toutefois que sa cavalière était toujours là, et le Médicomage ne se priva pas de l'interroger : « Dis-moi tout, je cherche quoi là, un ex, un créancier, une victime de ton revers légendaire ? » s'enquit-il d'une voix légère en sondant la foule du regard à la recherche de cette personne qu'il brûlait de rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 45
| AVATARS / CRÉDITS : Marilyn Monroe
| SANG : Mêlé


MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Jeu 10 Jan - 0:39

Tu es chaude comme un feudeymon Rosie. 1977 c’est ton année, l’année où tu mets ton pied à terre, où tu les mènes tous par le nez et pas l’inverse. Ça suffit d’attendre que l’homme parfait tombe dans ta soupe, y’a pas que Flora qui peut faire du shopping. pensa la dite Rosie à l’intention de son reflet dans la glace. Le jour de l’an était sans contredit le moment où la majorité des sorciers s’ordonnaient l’adoption de nouveaux comportements dans l’optique de créer un changement concret dans leur vie. Tout comme eux, Rosmerta s’était levée ce matin, animée de résolutions drastiquement opposées à sa personne : la veille, en état d’ébriété avancé, la sorcière avait pris la ferme décision qu’en 1977, elle marquerait une croix sur le scénario de la parfaite histoire d’amour qu’elle chérissait depuis toute petite. Tout ce que cela lui avait apporté avait été souffrances et désappointement, seule, au sommet de sa tour de crystal à espérer qu’on vienne l’enlever à dos de licorne. Cette année elle serait une croqueuse d’hommes, rien de moins, elle les choisirait elle-même, sans attendre quoique ce soit, et demanderait un remboursement s’ils étaient défectueux. La veille, elle avait bien vu les jolis yeux que sa brunette de meilleure amie avait offerts au Professeur d’arithmancie, l’homme pour qui Rosie se coupait en quatre dans l’espoir qu’il réalise un jour qu’elle était tout ce dont il rêvait. Ce soir, c’était à son tour de passer de passive à active, l’arc à la main.

La jolie blonde quitta la salle de bain du Ministère et fit son entrée dans la salle de bal, les épaules dégagée et le menton relevé, fière et plein d’assurance. Pour l’occasion, la belle avec revêtue une ravissante robe blanche, prête à détonner parmi une masse habituellement sombre. À peine eut-t-elle fait quelques pas que son cœur fit un énorme bond dans sa poitrine et une bouffée de panique lui monta à la tête : Rabastan Lestrange, vêtue d’un habit gris pâle, se tenait bien droit dans la pièce. Il n’était pas tout près et il lui faisait dos, mais elle reconnaîtrait ses fesses n’importe où. Au tout début de sa vingtaine, il avait fait battre son cœur pendant de longs mois, l’avait fait rêver avec ses lettres, son charme et surtout, ses promesses d’avenir. D’un avenir dans lequel il s’enfuirait avec elle, loin de sa famille traditionnelle, se rebellerait pour qu’enfin, ils puissent consommer leur amour interdit. Évidemment ce n’était qu’un ramassis de foutaises, le vil sorcier avait cruellement joué avec sa naïveté et Rosie en était restée avec le cœur, la confiance et l’estime mutilé.

Bouse de Magyar à pointes puante! La blondinette enchaina les petits pas précipités – sa robe ne lui permettait pas les enjambés – en direction du bar en amont de la salle, à l’opposé de l’endroit où se tenait l’indésirable #1 et où se trouvait une quantité non négligeable de courage liquide. Dans sa presse et du haut de ses escarpins, la belle perdit pied et s’évita une humiliante chute en agrippant la première chose qui se trouva à sa portée : le biceps musclé et fort d’un homme (Benjy Fenwick). Ses yeux papillonnèrent pour venir rencontrer les siens, il était beau, exotique. Cette poigne lui suffit pour qu’elle retrouve l’équilibre, mais la jeune femme joua sa première carte et déposa stratégiquement sa main libre sur son coeur sur son pectoraux gauche comme s’il le lui était nécessaire pour se stabiliser complètement. « Oh! Pardonnez-moi…les escarpins – fit-elle en pointa ses pieds – une relation amour-haine! N’aurai été de votre présence sur mon chemin et je finissais tête première dans les coupes d’alcool » finit-elle de s’excuser avec un petit rire charmant – deuxième carte – les pommettes légèrement rougies par l’embarras. « Parlant de boisson…» claironna-t-elle en s’emparant gracieusement de deux verres de souffle du dragon – whisky pur feu, rhum des Andes et une touche de cannelle – ses années de barmaid lui avait appris que les hommes trouvaient quelque chose d’excitant chez une femme qui buvait son alcool fort. Riddicule. « Un verre pour la nouvelle année ?» l’invita-t-elle en lui tendant, le visage tout souriant – troisième carte. BIM! BAM! Rosie tu viens d’offrir un verre à un homme… Pop’ et Flo’ tomberaient en bas de leur balai!

HJ:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 312
| AVATARS / CRÉDITS : Jessica Chastain | Schizophrenic
| SANG : Pur. Potter d'origine.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : De la fumée qui l'étouffe.
| PATRONUS : Un renard des neiges.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Jeu 10 Jan - 17:35

Artemis s'était faite un devoir de venir au bal du Ministère, pour la simple et bonne raison que cela lui permettrait de prendre l'air. La psychomage avait l'étouffante impression de suffoquer au sein même de sa propre maison, allant jusqu'à se demander, parfois, si une étrange claustrophobie ne la rattrapait pas. Seule, accompagnée seulement de Winky qui pleurait son propriétaire absent en époussetant une cheminée bouillonnante, la rouquine se contentait souvent de perdre son regard à travers une brume qui envahissait le dehors et qui semblait être infranchissable. Elle l'était, à dire vrai, autant que l'elfe des Croupton était inconsolable. Cet événement tombait donc à pique pour que la femme du Directeur de la Justice Magique ne se morfonde pas un peu plus ce soir. Elle en avait par ailleurs profité pour sortir de sa garde-robe, une tenue qu'elle n'avait plus mise pendant des années.
Artemis écouta avec attention le discours de son ami, le Ministre. Elle y trouva les mots justes d'un homme optimiste qui était cependant conscient du temps des troubles qui attendait le monde des sorciers, et peut-être plus encore, ceux qui étaient présents au Ministère. La psychomage n'avait pas décidé si ses paroles pouvaient s'avérer prophétiques, ou non, tandis qu'elle s'éloignait au bras de son époux, qu'elle écoutait distraitement. « Oui » fit-elle en suivant sa nièce des yeux, pendue au bras d'un garçon qu'elle n'avait jamais vu, avant de chercher Tempearance. Elle la remarqua non loin de son époux, duquel la foule commençait à s'éclipser. Elle se pencha vers son mari pour lui intimer : « Évite de provoquer un esclandre, d'accord ? » l'intima-t-elle avant de lui presser le bras. Oh, elle voyait bien le regard sombre qu'il avait revêtu, et elle ne sentait pas prête à devoir séparer le bouledogue du chihuahua. Artemis se sépara bien vite de lui pour aller rejoindre son amie et s'emparer, par la même occasion, d'une coupe de champagne. Elle en profita pour glisser quelques mots au phénomène de la soirée : « Discours d'une sobriété incroyable, Harold ! » le félicita-t-elle en souriant de toutes ses dents, « mais dont les mots justes ont sans nul doute touché les coeurs des gens ici présents ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1207
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | money honey.
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, ivre mort.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Jeu 10 Jan - 23:52

Dire que Moran était devenu plus impulsif que jamais en cassant avec Daisy, serait beaucoup trop léger pour décrire la réalité. Le jeune homme, qui s'était toujours démarqué par un tempérament froid, capable d'analyser toutes les situations, se trouvait désormais surprit de certains de ses agissements. De ce fait, il était fréquent de le voir exploser comme une cocotte minute oubliée sur le feu de la cuisine. L'arrivée impromptue de l'oncle à Gardenia - quel était son nom de famille ? Il ne saurait le dire - l'avait prit à revers. Il aurait pu en rester là et s'en serait sans nul doute satisfait, car le jeune homme abhorrait les disputes, et les insultes, qu'il ne connaissait désormais que trop souvent, maintenant qu'il était marié. C'est qu'il était le seul, d'après sa logique implacable d'Écossais élevé au scotch, a avoir le droit d'insulter Gardenia, toujours pour plaisanter, bien entendu. L'entendre de ce fait, de la bouche d'un homme qui avait l'âge d'être arrière grand-père et qui en plus de cela, était un misogyne, passait de travers. « Ravalez votre langage, vous n'êtes pas dans la rue, Monsieur » lui lança-t-il en se plaçant cette fois-ci totalement devant sa femme, qui en rajouta une couche en feintant la niaiserie. Le jeune homme était à deux doigts d'en rajouter une couche en lui disant que ce n'était pas de cette façon que l'on s'adressait à quelqu'un - surtout pas sa nièce qui n'avait fait que dire la vérité, ajouterons-nous encore ! - mais il tenait encore à la vie, et doutait déjà de la maintenir longtemps si cette situation avec l'oncle de la jeune femme s'éternisait. Il la saisit par la main, et préféra partir avant de ne se faire tuer ou de se battre en plein milieux de l'Atrium. On ne pouvait pas reprocher à Moran de ne pas avoir essayé la solution diplomatique. Il ne supportait pas les gens qui se permettaient tout et n'importe quoi, à cause de leur nom. Et il ne supporterait pas non plus de devoir sortir ses poings devant tout le monde. Car dès lors, il pouvait être sûr que son père ferait la sourde oreille pour d'autres événement organisés par le Ministère. De ce fait, l'ancien Serpentard préféra ravaler sa mauvaise humeur plutôt que d'en faire subir les conséquences à Gardenia, qui méritait pourtant de se faire redresser les bretelles, après ce qu'elle venait de faire. Il se saisit d'une tranche de pain tartiné de quelque chose d'absolument curieux et se contenta de l'avaler tout rond. « On vit un sursis dès notre naissance, Gardy » lui répondit-il sagement en attrapant deux coupes de champibulle au vol pour en tendre une à sa femme, avant de réaliser qu'elle ne pouvait pas en boire « merde, c'est pas pour toi, ça. Enfin bref, inutile de s'en faire pour un sursis de plus ». Il bu une gorgée - il siffla la première flûte, en fait - lorsque sa marraine apparue à ses côtés.
Un intense sourire éclaira le visage du garçon. Il avait toujours adoré Raven, et il lui devait tout. C'était grâce à elle, et non pas grâce au professeur McGonnagall, qu'il était maintenant un animagus. C'était elle, qui l'avait aidé, et soutenu. Épaulée. Il devait tout. « Tu es définitivement super chic » la complimenta-t-il gentiment. Il se retourna vers le buffet pour se saisir d'un petit-four au fromage, à propos duquel il entendait des exclamations d'admiration - tout ça pour du cheddar ! - mais son mouvement se raidit lorsqu'elle lui demanda comment ils allaient. Il en attrapa deux comme pour faire une référence à la dernière phrase de sa femme avant que Raven n'arrive, et en fit glisser un dans sa poche, ni vu, ni connu. « Ça allait avant que ce grossier personnage, qui se prend pour le roi du monde, ne nous cherche des ennuis » l'informa-t-il en désignant l'oncle de Gardenia d'un geste désinvolte de tête. Il ponctua sa phrase d'un juron dans sa langue qu'il valait mieux que ni sa femme, ni sa tante, ne comprennent.

(720)
yuhuu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 224
| AVATARS / CRÉDITS : Jensen Ackles- Crédits: Tearsflight
| SANG : Aussi pur que la pureté elle même


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Ven 11 Jan - 7:31

Les hormones rendait la petite potter-ollivander bien trop féroce. Elle se sentait invincible et semblait oublier à qui elle avait affaire. Il était certains qu'elle allait le payer très cher, mais pour l'heure, Morfin avait d'autres sombrals à fouetter. Il était prêt à retourner en campagne lorsqu'il fut interrompu par son "cousin" qui était pour lui plutôt un frère. Une compagnie agréable qui fut vite gâchée par celle de son plus grand rival. C'est à croire que ce soir, ils s'étaient donner le mot pour énerver celui qui se voyait déjà futur directeur du département des accidents et catastrophes magiques. "Bartemius, mon cher ami." retorqua-t-il avec une pointe de sarcasme alors que le chef de la justice magique lui donnait "du Monsieur Carrow". Jamais, Morfin, ne lui ferait l'honneur de l'appeler par son nom. L'appeler par son nom, ce serait lui donner de l'importance. Un nom, qu'il ne méritait pas. La famille Croupton avait été par le passé une des plus grandes familles de sangs purs. Avec Bartemius, elle était devenue une famille ridicule, une famille de traites. " J'imagine que tu es venu me voir pour me féliciter pour mon futur poste de directeur du département des accidents et catastrophes magiques." Non seulement Morfin était convaincu qu'il aurait ce poste, signe de son arrogance Mais il voulait surtout signifier à son rival qu'il ne serait bientôt plus le seul à jouer dans la cour des grands directeurs et qu'il devait donc se méfier pour la prochaine course au poste de Ministre de la Magie. "T'inquiète pas. Lorsque je serai Ministre de la Magie, je te trouvais bien une petite place. Je n'oublie jamais mes amis". Le Ministre était en position de faiblesse, a tout moment, il pouvait être écarté et à tout moment, un nouveau ministre pouvait être nommé. Cela ne faisait qu'augmenter la rivalité entre nos deux sorciers. Bartemius, finit par parler de la précision du vocabulaire des gobelins dans l'identification des biens d'Isadora Parkinson. Morfin fronça les sourcils. Que voulait-il dire par là. D'ailleurs à qui s'adressait-il. Isadora Parkison-Lestrange était la grand-mère de Rodolphus et l'arrière-grand-mère de Morfin. Curiosité, lorsqu'on sait que Morfin est le plus âgé des deux sorciers. " Un vocabulaire également bien plus précis que le tien, à ce que je vois. Oh....et au fait...."ajouta-t-il, revenant en arrière au sujet de l'emploi avec précaution des termes "louche" et " frère" "Je ne crois pas avoir de leçon à recevoir, de la part d'un homme qui, au nom d'une prétendue justice, oserait utiliser des sortilèges impardonnables sur des innocents." Grâce à Morfin qui avait laisser l'information du doloris lancé à Kieran Graves, cela avait fait la une de la gazette. "Comment pouvons nous avoir foi dans la Justice lorsque celui qui la rend devrait déjà être à Azkaban? Voilà donc où je te ferais une place lorsque je serai Ministre." Le match de quidditch avait donc bien commencé. Après un échange de cognards... qui finirait par attraper le vif d'or?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 722
| AVATARS / CRÉDITS : Emily Bett Rickards ღ Lux Aeterna
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes) Ven 11 Jan - 9:27

Gardenia n'était malheureusement plus l'enfant excentrique et naïve qu'elle avait été dans le passé, mais bel et bien une femme qui avait fait muter son excentrique en une langue acérée et une tendance à se mettre dans un certain nombre de situation dangereuse pour elle ou pour les autres. Mais si combiner les deux n'était pas la meilleure des choses, combiner son caractère à celui de Moran ne l'était pas non plus. Preuve était qu'elle sentait celui-ci s'emporter et que le regard de Morfin ne prévoyait rien de bon, elle le savait rancunier et se demandait encore ce qui lui avait pris de s'attirer ainsi des ennuis. Elle posa une main sur le bras de son mari, tentant d'apaiser quelque peu ses envies de sauter à la gorge de son oncle. Si Morfin Carrow était un homme dont il fallait se méfier, elle ne doutait que peu du fait que Moran soit quelqu'un qui ne fallait pas énerver surtout avec les derniers évènements se déroulant dans leurs vies.
Si le fait que son époux l'ai clairement affichée comme folle, il n'était pas en reste, mais il semblait clair à présent qu'il était définitivement sur la même longueur d'onde qu'elle lorsqu'il ajouta que son tempérament irréfléchi lui donnait un truc en plus. « Je suis censée le prendre comment ? » rit-elle doucement, prenant en compte ce qu'il avait dit. Ils vivaient un sursis, alors pourquoi rester dramatique alors qu'elle pouvait rire ? « Vous avez clairement quelque chose de diablement séduisant ce soir, cher époux. » dit-elle moqueusement sincère. Elle n'eut néanmoins pas le temps de refuser la coupe qu'il venait de lui faire passer sous le nez comme si elle était un Zouwu que l'on appâtait avec un plumeau pour le faire rentrer dans une valise qu'une voix s'éleva derrière eux.
Une voix qu'elle pouvait reconnaître entre mille par l'habileté et l'élégance que celle-ci dégageait. « Mrs. Fawkes ! » la salua-t-elle, ravie de voir un visage familier, aux connotations plus positives cette fois-ci. La Powell s'accrocha de nouveau au dos de son mari via son bras droit. La première fois qu'elle avait réellement croisé l'Auror s'avérait être avant le bal de leur sixième année, celui où les choses avaient... dégénérées. Elle l'avait croisée chez Madame Guipure et lui avait si généreusement offerte la robe qu'elle portait aujourd'hui et qui lui avait néanmoins permis de danser comme elle ne l'avait jamais fait avec Ewan. Nostalgique, elle retînt un soupire, préférant se demander comment diable Moran pouvait connaître Raven Fawkes. Elle sourit à la réplique de son petit-ami concernant son oncle finissant par un mot bien placé dans la langue des Highlands. « Je doute qu'il s'agisse de la réponse attendue. » fit-elle sceptique avant d'attraper un verre posé sur un plateau qui lui semblait être de l'eau. Cela en avait l'odeur, mais elle n'était pas à l'aise avec l'idée de boire quelque chose dont elle doutait. Elle n'osa néanmoins pas demander à son mari de goûter et se contenta de le garder en main. « Et vous ? Comment allez-vous ? » s'enquit-elle. « Nous ne nous sommes pas vu depuis l'enterrement de ma mère. » finit-elle par dire comme si rien n'était tandis que sa prise ne se resserrait légèrement sur la hanche de l'Écossais. Peut-être qu'elle n'avait finalement pas dépasser le stade du deuil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes)

Revenir en haut Aller en bas

[INTRIGUE] Bal de la nouvelle année 1977 (Adultes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Sujets similaires

-
» Nouvelle année 2011
» Ma resolution pour la nouvelle année
» une nouvelle année-libre a tous-
» Noël et nouvel an 2012-2013!
» Une nouvelle année...et une! (PV Zabini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Balade à Londres :: 
Le ministère de la magie
-