GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt

Partagez

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Flora Dawlish

Flora Dawlish


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 626
| AVATARS / CRÉDITS : Emilia Clarke | savage.
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, abandonnée, seule.
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyMar 12 Fév 2019 - 16:10

Flora n'avait pas mit des heures à trouver sa robe rouge sang qui lui moulait incroyablement bien les hanches, mais seulement quelques minutes. C'était une robe qu'elle avait chipé dans un magasin moldu, la technique avait été bien simple : aller dans la cabine d'essayage et transplaner avec. Ni vue, ni connue. Elle s'admirait dans le miroir, Tipiak sautillant joyeusement sur l'épaule. Ils formaient sans aucun double, un couple improbable. La petite boule de poil changeait d'épaule toutes les trente secondes et c'était sa manière à lui de lui dire qu'elle était parfaite - ou moche, mais Flora préférait interpréter comme elle le voulait les expressions de son petit ami poilu - de ce fait, elle se contenta de passer sa main dans ses cheveux pour les faire tomber correctement dans son dos... Avant de soupirer. Décidément, elle s'adorait !  Elle attrapa sa cape et ensevelit son boursouf dessous. Tipiak se lova dans un pli, prêt à partir à l'aventure avec elle. La jolie Dawlish avait envie de se promener ce soir, de rencontrer du monde, peut-être même un garçon... Et quoi de mieux que de mettre la plus belle robe de son placard ? D'un même mouvement et après avoir saisi sa bourse et sa baguette, elle transplana.
Il n'y avait pas forcément foule sur le Chemin de Traverse à dix-sept heures trente. L'après-midi commençait à peine à se finir, mais c'était le moment préféré de la journée de la jeune femme. Le soleil tapait délicatement contre sa peau et la plaçait dans un rayon de chaleur très agréable. Son boursouf, au vu du ronronnement qu'il fit, aimait cela à peu près autant qu'elle. Elle fit un tour par le magasin de Quidditch, et devant la devanture, elle soupira bruyamment en s'adressant à son compagnon poilu : « Ce balai est incroyable » chuchota-t-elle, « j'ai pu faire un tour avec en allant voir Elizabeth la semaine dernière... Mais tu n'aimerais pas ça toi, hein ? ». Elle lui caressa le crâne en l'écrasant à moitié et il s'enfonça dans sa cape. Papillonnant et bouillonnante d'énergie, Flora Dawlish fit un grand pas de côté pour s'aventurer plus profondément dans le Chemin de Traverse mais marcha sur le pied de quelqu'un : « Haaaaaan oops je suis si désolée ! » exagéra-t-elle l'incident comme si elle lui avait fait perdre son dentier, « je vous ai mit un sacré coup de talon ahah ! ». Elle regarda son pied comme s'il y avait un trou dedans avant de relever ses yeux sur un jeune homme d'à peu près son âge. Très blond... Et très charmant en plus. Héhé, quelle merveilleuse fin d'après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 394
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyMar 12 Fév 2019 - 23:33

Octavius était présentement bien embêté. Suite à une maladresse de sa part, il avait par mégarde fait tomber sa vieille machine à écrire. Ne demandez pas comme était-ce possible vu l'engin, lui-même ne le savait pas. Il avait juste lancé un sortilège de lévitation mais celui-ci avait lâché à mi-chemin. Bien qu'un peu agacé, il ne s'était pas fait de souci. Un petit reparo et tout allait s'arranger. Quel idiot ! Une pièce de la machine s'était égarée quelque part dans son salon. Sans elle, par de réparation possible. Et impossible de remettre la main dessus ! Il avait pourtant cherché partout. Sous et sur le canapé, sous le tapis, sous les meubles... Après une bonne demi-heure de recherche, il dût s'avouer vaincu et aller la faire réparer. Wilhelm lui avait un jour écrit qu'il avait également eu un problème de machine à écrire et que, par conséquent, il était aller voir un excellent papetier sur le Chemin de Traverse qui avait pu lui arranger le problème.
Il regarda sa montre. Il était déjà relativement tard dans l'après-midi, alors s'il voulait régler ce désagrément au plus vite, il ne devait pas tarder pour aller au Chemin de Traverse; Résolu, il mit rapidement sa machine à écrire dans une sacoche bien vieillie qui avait eu le droit à un petit sortilège d'extension. Il vérifia rapidement s'il était présentable dans le miroir en pied du salon avant de transplaner jusqu'à la célèbre avenue sorcière. Celle-ci habituellement toujours grouillant de monde, semblait avoir déjà commencé à se désengorger. Au bout d'à peine cinq minutes, Octavius comprit qu'il allait avoir du mal à trouver cette papeterie : il n'avait aucune idée d'où elle se situait. Il n'en connaissait que le nom. Il s'arrêta alors au milieu de l'allée pour regarder une devanture quand tout à coup il ressentit un écrasement douloureux sur son pied. La raison ? Quelqu'un venait tout juste de lui marcher sur le pied avec certainement un talon qui s'apparentait d'avantage à une épée. Il se tourna vers cette femme — car il s'agissait à coup sûr d'une femme.
Celle-ci se confondit en excès d'excuse sous le regard impuissant du jeune homme face à un tel comportement.
« Oh non, ne vous excusez pas. Ce n'est pas grave. C'est ma faute, je bloquais le passage. J'en suis vraiment navré. » répondit-il avec une grande politesse en secouant la tête, le regard presque fuyant.
Cela faisait mal quand même mais il passait nettement au dessus. Il osa poser ses yeux sur cette femme. Elle lui sembla jeune, certainement dans la vingtaine. Une belle demoiselle qui semblait néanmoins presque aussi grande que lui, si cela n'était plus — grâce aux échasses qui s'apparentaient à des sabres.
« Je cherche juste une boutique mais je n'ai aucune idée d'où elle se trouve. J'aurais juste dû m'arrêter sur le côté pour réfléchir. »
Il affichait un sourire de circonstance: aimable et embarrassé. Il tenait fermement la anse de son sac, une main derrière son dos bien droit.

Citation :
Post 1
500 mots (502)
Revenir en haut Aller en bas
Flora Dawlish

Flora Dawlish


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 626
| AVATARS / CRÉDITS : Emilia Clarke | savage.
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, abandonnée, seule.
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyMer 13 Fév 2019 - 16:21

Flora se confondait théâtralement en excuses tout en profitant pour admirer l'apparition soudaine qui venait d'illuminer le chemin de Traverse. Les cheveux de ce garçon étaient si blonds qu'ils lui paraissaient faire un soleil. Il était aussi clair qu'elle était brune et ce contraste lui sauta aux yeux avec tant de virulence qu'elle accrocha un joyeux sourire sur ses lèvres, tandis qu'il s'excusait à son tour. Tipiak sorti la tête de sa cape pour regarder l’intrus d'un air suspicieux. Il se dandina sur son épaule avant de frissonner et de retourner dans sa cape. « Torts partagés ! » claironna-t-elle tout à fait joyeusement et avec excentricité en balançant ses cheveux en arrière.  Le jeune homme se justifia et justement, la Dawlish se décala pour laisser passer une autre personne. Elle fit un geste inutile de la main sans cesser de sourire et lui dit : « Y'a pas de mal vous savez ! Je peux peut-être vous aider ? Tipiak est doté d'un sens de l'orientation exceptionnel ! » vanta-t-elle les mérites de son boursoufs comme elle-même n'avait certainement pas une boussole dans le crâne. Tous les moyens étaient bons pour parler à ce garçon. Ah ! Il était si charmant que la romantique aspirante Auror se voyait déjà avoir trouvé l'Amour de sa vie - avec un grand "A", eh oui ! - alors qu'elle était bien incapable d'avoir une relation plus longue de plus de quelques semaines. Un mois où deux avec un moldu, un mois ou deux avec un homme qui avait fait d'elle sa fiancée avant de partir avec une danoise - elle avait fait fondre l'or de sa bague, la vilaine - , deux mois et demi avec un écrivain sensible. Papillonner partout était la spécialité de la demoiselle qui voulait absolument profiter de sa vie tant que c'était possible. Elle tendit tout naturellement sa main en guise de salutation, et se présenta : « Flora Dawlish ! Et voici Tipiak, mon boursouf ». Elle récupéra la petite chose qui sautilla avec enthousiasme dans sa main, ravie d'être ainsi présentée en si bonne et due forme. La jeune femme l'approcha du jeune homme, ravie.  Elle adorait vraiment présenter son boursouf à tout le monde. Il fallait dire qu'elle se promenait beaucoup avec, sauf si elle était invitée à une réception particulière. Ces pauvres bêtes étaient parfois discriminées et cela lui donnait tristement envie de pleurer !
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 394
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyJeu 14 Fév 2019 - 22:51

Octavius avait reçu une excellente éducation de la part de ses grand-parents qui, étant de la vieille école, étaient très à cheval sur la politesse. Ainsi, il souriait naturellement en s'adressant aux gens. Il restait toujours très courtois. Il ne disait pas de gros mots. Et il s'excusait TOUT. LE. TEMPS. Même quand il n'était absolument pas en tort. Le premier mot qu'il apprenait quand il découvrait une nouvelle langue, c'était toujours « désolé ». Son éducation anglaise profondément ancrée en lui — à tel point qu'elle semblait s'être gravée dans sa mémoire génétique — avait rendu difficile son adaptation à de nouvelles normes au fil de ses voyages. Il avait été tellement outré qu'on ne lui tienne pas la porte au Japon et très mal à l'aise quand on le dévisageait quand il tenait la porte aux gens. Et extrêmement outré quand on l'avait bousculé pour la première fois dans le métro parisien.
Ils se décalèrent pour ne pas gêner le passage. Le regard d'Octavius se posa sur la petite bête poilue qui s'était posée sur l'épaule de la jeune femme. Très aimablement, celle-ci se proposa pour l'aider à trouver la boutique qu'il cherchait, expliquant que Tipiak (?) avait un excellent sens de l'orientation. Il leva son regard vers les yeux de son interlocutrice. Pour tout dire, il tiqua un peu. Tipiak ? C'était son prénom ? Elle parlait d'elle-même... A la troisième personne ? C'était un concept.
« Oh si cela ne vous dérange pas, vous m'aideriez beaucoup. Mais je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps. » répondit-il, avec un sourire reconnaissant. « Je cherche une boutique, une papeterie magique qui s'appelle: "Scribus' Palace". Vous connaissez ? »
Il pouvait passer des heures à chercher cette boutique et n'y arriver qu'après qu'elle soit fermée. La jeune femme se présenta alors, elle et son boursouf. Ce qui arracha un petit rire à Octavius en se rendant compte que ce n'était pas elle qui s'appelait Tipiak mais la boule de poils. Pourquoi se sentait-il aussi stupide ? En tout cas, la créature était juste adorable. Plus jeune, il avait toujours voulu avoir un boursouf. Mais voyant comment ses poissons rouges mouraient tous un par un si quelqu'un d'autre ne s'en occupait pas, la grand-mère du jeune homme avait toujours refusé. Et il était allergique à leurs poils par dessus le marché. Néanmoins aujourd'hui, son organisme semblait d'avantage le supporter. Ce qui ravissait le blond qui trouvait ces choses là tellement adorables.
« Octavius Martens. Votre Tipiak... » Nouveau petit rire en plaçant sa main devant sa bouche. « ... Est très mignon. Je peux le caresser ? »
Tandis que Flora, qui ne s'appelait donc pas Tipiak, approchait son boursouf de lui, il le caressait délicatement avec le dos de la main avec le sourire d'un enfant.
« J'ai peut-être aussi quelqu'un à vous présenter. Ce n'est pas un boursouf mais ce n'est pas mal non plus. »
De sa main libre, il sortit de la poche arrière de son pantalon un morceau de papier vert plié. Puis de ses deux mains, il mit un peu en forme ce bout de papier, dévoilant alors une grenouille en origami qu'il tint ensuite au creux de ses mains. Elle avait l'air vivante !
« Je vous présente Kaeru-chan. Mais elle préférerait que vous l'appeliez Kaeru-san. »
Kaeru-chan croassa avant d'essayer de sauter des mains d'Octavius. Mais celui-ci la rattrapa assez rapidement, la réceptionnant avant qu'elle n'accède au sol pavé du Chemin de Traverse. « Elle a un peu besoin de prendre l'air. Elle est toute chiffonnée. »

Citation :
Post 2
500 mots


Dernière édition par Octavius Martens le Lun 18 Fév 2019 - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Flora Dawlish

Flora Dawlish


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 626
| AVATARS / CRÉDITS : Emilia Clarke | savage.
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, abandonnée, seule.
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyVen 15 Fév 2019 - 23:16

Flora n'avait pas eu la chance de grandir dans le luxe, et l'amour qu'elle aurait dû recevoir de ses parents. John seul l'avait élevé au lieu de s'élever lui-même et la jeune femme pensait sincèrement lui en être reconnaissante jusqu'à la fin de ses jours. Son frère l'avait aidé à s'en sortir et c'était grâce à lui qu'elle avait pu faire carrière dans le Quidditch - carrière courte, mais éprouvante tout de même. Son talent, aussi, y était pour beaucoup. Mais il l'avait aidé lorsqu'elle n'était qu'une enfant, et il l'avait aidé à se payer son premier balai. Elle lui devait tout. Le garçon devant elle était infiniment plus distingué qu'elle ne le sera jamais. Oh, Flora était délicate, et gracieuse, bien sûr. Mais elle était si heureuse, si joyeuse, si épanouie qu'elle passait réellement pour excitée hyperactive. Alors qu'elle n'était que hyperactive. Il évoqua le nom de la boutique qu'il cherchait et bien entendu, Flora la connaissait. Un immense sourire sur le visage - on ne pouvait pas faire plus grand, vraiment - elle lui répondit spontanément : « OH mais oui je connais, j'y vais chercher des plumes ! ». Elle eut l'incroyable présence d'esprit de ne pas préciser qu'elle les volait les trois quarts du temps, sans que le vendeur ne le remarque. Il louchait beaucoup trop sur ses hanches, pauvre homme ! Or c'était une chance décidément qu'elle ait enfilé cette robe. Bien heureuse avait été l'idée... Surtout vu la rencontre qu'elle venait de faire.
Elle se présenta enfin à lui, car terrible ce serait de faire le chemin sans qu'il n'ait une idée de son délicat prénom, et en entendant le sien, elle se mit à lui roucouler : « Oh, c'est beau. Décidément, j'ai rencontré un Romeus et un Octavius, je commence à croire qu'une mode est passée à votre époque ». Flora lui présenta la petite boule de poil en dardant sur lui un regard brillant. Les hommes utilisaient les chats pour draguer, mais elle ! Ah ! Elle utilisait Tipiak à volonté. Et cela lui plaisait, gentille créature, il adorait se faire gratouiller le dos. Il se mit à faire des bruits que l'on pourrait rapprocher à des ronrons de chat et elle eut un sourire attendrie : « Il aime rencontrer de nouvelles personnes et... OH PAR MERLIN J'ADOOOOORE ! » s'écria-t-elle, les yeux qui sortaient de ses orbites devant la petite grenouille "chiffonnée" selon les termes du garçon, qui désirait prendre la poudre d'escampette. Devant la petite chose, Tipiak voulu sauter de sa main pour aller le voir, mais Flora le rattrapa au dernier moment. Il avait un faible pour le papier et elle se doutait que s'il la grignotait, elle pouvait dire adieu à son plan drague. « Qu'est-ce que ça veut dire, son prénom ? » demanda-t-elle en tenant son boursouf bien entre ses doigts alors qu'il louchait dangereusement dessus. Elle louchait sur la grenouille de la même manière et sans doute que le vieil adage "tel boursouf tel maître" était réel. Elle était adorable. Un enfant qui cri la ramena à la réalité : « Nous devrions nous dépêcher » conseilla-t-elle à Octavius en remettant Tipiak sur son épaule, « par ici ! ». Un sourire, un clin d'oeil, et c'est dans la boîte !


(571)
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 394
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyLun 18 Fév 2019 - 20:12

Octavius n'avait jamais vraiment eu le loisir d'explorer les rues sinueuses du Londres sorcier. Il avait d'avantage foulé les pavés de Pré-Au-Lard qui se trouvait proche de Poudlard. Bien qu'il allait chaque été sur le Chemin de Traverse pour faire ses achats scolaires, il n'avait pas la curiosité de s'éloigner de la rue principale. Par commodité, il préférait se tourner vers les commerces moldus à proximité de la maison de sa grand-mère pour la plupart de ses achats. Néanmoins, en ayant grandi, il se rendait compte que Londres était véritablement le centre de la vie sociale sorcière du Royaume Uni. C'était quasiment impossible pour un sorcier de vivre sans y mettre les pieds assez régulièrement. Si l'on voulait trouver quelque chose à coup sûr, il fallait s'y rendre.
« Vraiment ? » dit-il, une lueur d'espoir dans le regard. « Ce serait très aimable à vous si vous pouviez m'y conduire... »
Il était véritablement ravi que cette jeune femme sache précisément où était cette boutique. Wilhelm lui avait dit que c'était le neck plus ultra de la plume, là-bas. Il y avait même des plumes de colombe. Sans parler de l'énorme nuancier d'encre colorée ! De quoi mettre des étoiles plein les yeux aux plus grands amateurs de papeterie. Et Octavius faisait parti de ceux qui estimaient que l'on n'avait jamais assez de plumes — principalement parce que toutes les siennes finissaient par mystérieusement disparaître ou cassée en deux. Le nombre d'oiseaux qu'il a dû plumer !

Octavius fondit complètement pour le petit boursouf ronronnant. Il n'avait d'yeux que pour lui à ce moment là. Il répondit à peine à la remarque de Flora concernant son prénom. Y avait-il prêté attention au moins ? Il eut soudain l'idée de lui présenter sa petite Kaeru-chan. Il avait reçu la petite grenouille en papier lors de son voyage au Japon par un vieil homme qu'il avait beaucoup côtoyé. Depuis, elle ne l'avait pas quitté. Flora s'extasia complètement face à cette petite dame alors que son boursouf louchait dangereusement sur elle. Heureusement que sa maîtresse la tint fermement après qu'il ait essayé de la dévorer. Octavius était toujours ravie de présenter Kaeru-chan. Cette créature n'était pas vraiment un être vivant. Pourtant, elle était dotée d'une conscience et d'émotions en plus de la capacité à produire des « croâ » et de se mouvoir. L'avantage était qu'on avait pas besoin de la nourrir.
« Kaeru, ça veut dire grenouille en japonais. Je trouvais que c'était mignon. » expliqua-t-il avec un sourire tout content.
Il était très fier de sa grenouille en origami.
Octavius posa sa grenouille sur le sol pour lui donner l'occasion de gambader en les suivant. Enfin, ils se mirent en route pour aller au Scribus' Palace. Flora lui adressa un sourire et un clin. Il répondit par un léger sourire. Il ne savait à vrai dire pas vraiment comment interpréter ces signes. Enfin si. Il le savait. Mais il préférait l'ignorer pour l'instant.
« C'est vraiment stupide, en lançant un Wingardium, j'ai lâché et j'ai cassé ma machine à écrire. Et impossible de la réparer avec la magie. Mais je me suis souvenu que mon meilleur ami m'avait parlé dans une lettre de cette boutique quand il avait rencontré un problème similaire. Je me dis qu'autant tenter d'aller voir là-bas ! »
En repensant à son meilleur ami, Octavius fronça imperceptiblement les sourcils... Flora Dawlish... Cela lui disait quelque chose. Mais il n'arrivait pas à mettre la main dessus. Fichtre !

Citation :
Post 3
500 mots
Revenir en haut Aller en bas
Flora Dawlish

Flora Dawlish


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 626
| AVATARS / CRÉDITS : Emilia Clarke | savage.
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, abandonnée, seule.
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyMar 19 Fév 2019 - 21:57

Flora aimait certes flâner dehors, mais ce qu'elle aimait encore plus, c'était flâner en bonne compagnie. Ce garçon avait un visage absolument radieux et pourtant, si elle jurait que pareil visage n'avait jamais été vu de ses yeux, il lui disait quelque chose. Par Merlin, qui était ce garçon ? « Cela me fait trèèèès plaisir ! » n'exagéra-t-elle pas du tout sa joie d'accompagner un si beau spécimen sur le Chemin de Traverse. Car ce n'était pas tous les jours, pensait-elle théâtralement, que l'Amour venait ainsi frapper à sa porte. Elle avait provoqué cette rencontre sans le vouloir en lui écrasant le pied avec son échasse et elle n'en était plus du tout désolée, maintenant qu'elle constatait que ce jeune homme avait une attitude apparemment honorable et distinguée. Elle n'était jamais sortie avec un petit noble et elle en était toute excitée. Et quoi de mieux que de voir la sensibilité d'un homme qu'en lui présentant Tipiak ? La petite boule de poil était parfaitement complémentaire de la sorcière, et elle avait les mêmes goûts qu'elle. Ou en tout cas, elle identifiait très bien ceux de sa maîtresse et s'arrangeait toujours pour l'aider dans ses petites affaires. Octavius sembla adorer le petit animal - plus qu'elle humhum - et lui présenta un autre type de créature. Pas vraiment animale, pas vraiment papier. Devant les yeux de Tipiak qui avaient triplé de volume, Flora le reposa sur son épaule. Mais la petite créature avait les yeux plus gros que le ventre et en louchant sur la grenouille, il glissa de son épaule pour atterir dans son décolleté. « Oui c'est très mignon » roucoula-t-elle sans penser une seule minute à s'occuper de son boursouf qui se cachait à moitié pour qu'on ne puisse voir que ses gros yeux. La petite grenouille se retrouva bien vite par terre et gambada derrière eux. Soucieuse, elle demanda à son accompagnateur : « Vous n'avez pas peur qu'on l'écrase ? Je mourrais de laisser Tipiak sautiller à côté de moi ». Comme pour appuyer ses propos, le boursouf ronronna. Mais Octavius ne semblait pas s'en préoccuper plus que cela et il lui raconta pourquoi il voulait aller là-bas. Bien que très intéressée par ses propos, la future Auror fronça les sourcils d'incompréhension : « Une machine à écrire ? Pourquoi ne pas utiliser une plume à papote ? » avant d'ajouter : « Mais oui, ils en vendent, et tout plein d'accessoires ». Malgré tout cela, elle connaissait cette boutique parce que Wilhelm l'y avait amené un beau jour. Et d'ailleurs, repenser à lui ne lui faisait pas grand chose, en fait. Par contre, Octavius vraiment... « Vous me rappelez quelqu'un, je n'arrive pas à vous situer et ça me frustre vraiment » lança-t-elle de but en blanc. Ce faisant, ils tournèrent à gauche, puis à droite et elle pointa du doigt une devanture très colorée en face d'eux : « Nous y voilààààà ». Toujours dans l'hyperbole, Flora.

(509)
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 394
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyVen 22 Fév 2019 - 0:12

Dès que Tipiak logea son petit corps velu entre les seins de Flora, Octave détourna le regard afin de le diriger vers une chose d'avantage décente: le visage de la jeune femme. Il lui présenta alors Kaeru-chan avant de la poser au sol pour qu'elle se défoule. Son interlocutrice s'inquiéta qu'il ne laissât la petite grenouille livrée à elle-même au sol. Elle risquait de se faire écraser !
« Oh, non, elle a l'habitude, vous savez. Elle se débrouille comme une cheffe. » balaya-t-il toutes les inquiétudes de Flora comme d'un revers de la main.
Mine de rien, il fallait les éduquer ces choses là. Il fallait leur apprendre à ne pas s'éloigner, à obéir, à ne pas crôasser à tout bout de champs. Le plus difficile avec Kaeru avait été de lui apprendre à rester près de lui à l'extérieur. Néanmoins, elle suivit sagement son maître alors que celui-ci se mettait en route avec son interlocutrice en lui expliquant pourquoi il avait besoin d'appeler à la papeterie. Octavius avait toujours préféré la machine à écrire à la plume à papote même s'il prenait ses notes à la main. Cela avait plus de charme, sûrement.
« En fait, je trouve la machine à écrire plus pratique. Et vous ne trouvez pas cette idée perturbante le fait qu'une plume écrive tout ce que vous dites ? »
Avec une plume à papote, on avait moins de contrôle sur ses mots. Il semblait au blond qu'alors, ils ne lui appartenaient plus vraiment. Il avait cet amour pour les vieilles choses... Il appréciait la sensation d'utiliser un objet qui avait vécu bien avant nous. Cela leur donnait une âme. Et il se les appropriait.
Au bout d'un moment, Flora lui fit remarquer que son visage lui disait quelque chose. Au même instant durant lequel il commençait à se dire que le nom de la jeune femme ne lui était pas totalement inconnu. Sacré coïncidence ! S'étaient-ils alors déjà rencontrés auparavant ? Cela lui semblait improbable ! Il s'en serait souvenu.
« Vraiment ? Vous devez me confondre avec quelqu'un d'autre ! Cela fait longtemps que je ne suis pas venue au Royaume Uni. » lui répondit-il avec un sourire courtois.
En arrivant devant cette papeterie à la devanture colorée, Octavius se baissa pour que Kaeru montât sur sa main avant de la remettre dans sa poche alors que Flora lui présenta la boutique avec énergie. Il la remercia très chaleureusement de l'avoir menée jusqu'ici, s'excusant encore de lui avoir pris de son temps et répétant qu'il appréciait beaucoup le geste.
« Oh, vous n'êtes pas obligée de m'accompagner. Si vous avez d'autres choses à faire, je ne veux pas vous retarder dans votre programme. »
Toutefois, la jeune femme insista pour l'accompagner dans la papeterie. Quand ils furent entrés, Octavius se dirigea vers le comptoir où se trouvait le propriétaire des lieux. C'était un homme entre deux âges doté d'une chevelures touffues et grisonnantes et d'un minuscule monocle.
« Bonjour Monsieur... »
« Bonjour Monsieur... Bonjour Mademoiselle... » les salua le papetier, insistant sur ses paroles et appuyant le regard sur Flora.
« Euh... Voilà. Je viens car aujourd'hui j'ai rencontré un problème avec ma machine à écrire. Et un ami à moi m'a recommandé votre boutique... » commença Octavius en posant son sac sur le comptoir pour en extirper sa très vieille machine à écrire tandis que le vieil homme posait un œil lubrique sur la jeune femme. « En fait je l'ai fait tombé. Et quand j'ai voulu la réparer, il manquait une pièce. »
Le papetier détourna le regard de Flora pour replacer correctement son monocle afin d'observer la machine d'un œil expert.
« C'est un bien bel engin que vous avez là... C'est un très vieux modèle mais je dois avoir quelque part de quoi rectifier tout cela... »
L'objet était en effet très vieux. En souriant, Octavius expliqua brièvement qu'il avait appartenu à son arrière-grand-père qui l'avait acheté au cours de l'entre-deux-guerre. Lorsqu'ils avaient emménagé, ses grands-parents n'avaient pas eu la force de se débarrasser de cette vieillerie qui avait alors passée plus de vingt ans à dormir dans le grenier.
« Monsieur est collectionneur à ce que je vois ! » commenta le commerçant avec un petit rictus. « Ecoutez, je vais aller à l'arrière, voir ce que je trouve. En attendant, je vous demanderai de patienter s'il-vous-plait. »
Très reconnaissant, le blond le remercia poliment avant que le Monsieur n'allât dans l'arrière boutique. Il se retourna vers Flora en souriant.
« Il est cool, non ? » commenta-t-il naïvement.

Citation :
Post 4
500 mots
Revenir en haut Aller en bas
Flora Dawlish

Flora Dawlish


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 626
| AVATARS / CRÉDITS : Emilia Clarke | savage.
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, abandonnée, seule.
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyJeu 28 Fév 2019 - 15:15

Flora était stupéfaite de la politesse dont faisait preuve le jeune perdu devant elle. Il semblait aimable, et digne. Et elle n'avait pas forcément l'habitude, soyons honnête. D'autant plus qu'il s'était prit d'affection pour une grenouille en papier dont elle avait déjà oublié le nom, ce qui lui donnait, notons-le, un charme certain. La jeune femme ne lui répondit rien d'autre qu'un brillant sourire digne d'une affiche et film, et ils marchèrent ensemble pour se rendre à la boutique. Il lui posa une question qui pour lui, devait être rhétorique. Mais la future Auror était bien trop speed pour se permettre de perdre du temps avec une plume pour écrire, ou pire, pour taper sur des touches. Elle bénissait toujours les plumes à papotes qui ne lui faisaient pas perdre son temps. De ce fait, elle décida de répondre tout simplement : « Les machines à écrire demandent d'avoir du temps à passer pour écrire. Avec les plumes à papotes, je peux faire plusieurs choses en même temps ! ». Et qui connaissait un peu l'hyperactive Dawlish savait combien elle avait souvent besoin de faire plusieurs choses en même temps, ou même simplement bouger pour marcher. Constamment en mouvement, ce n'était pas pour rien qu'elle s'était tournée vers le Quidditch pour commencer une carrière sans doute brillante. Mais elle s'était lassée. Flora, malheureusement, se lassait de tout le monde, ou presque. Mais ce garçon avait l'air beaucoup plus paisible qu'elle, et si elle ne comprenait pas, elle acceptait bien. Et plus elle le regardait plus elle était... « HAN MAIS NON ! » s'écria-t-elle en s'arrêtant net dans la rue, « l'Italie ! C'était vous ! Dîtes donc j'ai passé la soirée dans une prison c'était vraiment pas sympa ». Mais Flora, ce faisant, avait un immense sourire car elle s'était énormément amusée ce jour-là. Elle adorait qu'on l'enferme pour ensuite transplaner quand les geôliers partaient aux toilettes, grâce à sa baguette coincée dans sa chaussette. Ils étaient tous les deux arrivés devant la boutique, et Flora serait sans doute partie voyant qu'il n'était pas intéressé par elle, s'ils n'avaient pas passé du temps en ensemble dans le pays du Sud... Le pays de l'Amour, justement ! Quel merveilleux signe ! « Oh sisi, j'ai toujours des emplettes à faire, hm » fit-elle en le suivant. Elle afficha un délicieux sourire à l'homme qui était à la caisse. Il la suivait du regard et elle priait pour qu'il ne la reconnaisse pas... C'est qu'elle lui avait justement volé une plume à papote trois semaines plus tôt. Elle fit mine d'essayer des plumes comme si elle allait les utiliser, sans guère écouter leur conversation. La jeune femme manqua de casser celle qu'elle essayait, et elle la reposa, l'air de rien. « Il a ce qu'il vous faut ? » demanda-t-elle distraitement, en regardant les encres. Elle pourrait bien en voler une que personne ne remarquerait rien... « Oui oui, bien cool... » admit-elle en priant silencieusement pour qu'il ne remarque pas l'air tendu qu'elle avait sur le visage.

(535)
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 394
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyDim 3 Mar 2019 - 2:39

Octavius était un homme qui aimait prendre son temps. Prendre le temps de flâner, de s'arrêter à un café, d'écrire, d'apprendre à connaître une personne... La tranquillité était une chose merveilleuse. Une plume à papote, c'était bon pour les sorciers qui n'avaient aucune patience ou qui aimaient faire plusieurs choses en même temps, comme le soulevait Flora. Elle semblait être une femme assez agitée comme un lutin de Cornouailles. Cela avait un charme certain bien qu'il avait du mal à comprendre cet empressement constant.
« Certes, mais parfois c'est bien de se concentrer sur une seule chose à la fois. C'est assez reposant, à vrai dire. »
D'un coup, la jeune femme s'arrêta en plein milieu de la rue en criant presque. Octavius lui lança un regard interrogatif en s'arrêtant également. Il ne comprenait pas très bien, fronçant légèrement les sourcils le temps de se souvenir.
« Comment ça l'Italie ? » Puis cela fit tilt dans son esprit. « Ah mais oui je me souviens ! Vous avez été en prison à cause de moi ? Oh, je suis vraiment désolé. Je ne voulais pas vous déranger de la sorte. Sur le moment, je ne comprenais pas du tout ce qu'il se passait. » s'excusa-t-il en amenant ses mains à sa bouche avec un sourire nerveux, l'air d'avoir fait une bêtise, véritablement confus face au grand sourire de la demoiselle.
C'était un anecdote fortement cocasse. Dans les rues étroites de Rome, il était en train de marcher dans une ruelle pour rentrer chez lui en fin d'après-midi après le travail quand soudain la jeune femme arriva en trombe dans la rue très étroite. Malgré lui, il lui bloqua le passage ! A ce moment précis, des policiers étaient venus l'arrêter. Toute la scène s'était déroulée si vite qu'Octavius n'avait pas eu le temps de réaliser la situation. C'était un grand hasard que, des années après, ils se retrouvassent dans les rues du Londres sorcier !

Arrivés à destination, ils entrèrent dans la boutique. Octavius se dirigea vers le comptoir et présenta sa machine à écrire au vieil homme qui tenait ce commerce — et qui laissait des regards lubriques à Flora sans même que le blond ne le remarquât. Après quelques échanges, celui-ci alla dans l'arrière boutique. L'anthropomage se tourna alors vers la jeune femme en souriant. D'une curiosité certainement feinte, elle lui demanda se le papetier avait ce qu'il cherchait.
« Là il est allé voir à l'arrière. J'espère vraiment qu'il a de quoi remplacer la pièce manquante. Cela m'embêterait de devoir changer de machine à écrire. » répondit-il en souriant.
Il trouvait ce commerçant assez sympathique. Et il semblait connaître son métier. Touchant du bout des doigts une plume, il regardait Flora. Elle avait de beaux traits.
« Cela ne vous dérange pas que je vous tutoie ? Au point où on en est... » commença-t-il. « Mais... Vous avez l'air tendue. Vous allez bien ? » s'inquiéta-t-il en cours de route.
Il lui adressa un léger sourire rassurant. C'était en regardant plus en détail son visage qu'il avait remarqué son air tendu. En posant cette question, il ne pensait absolument pas mettre la jeune femme dans l'embarras. Avait-il fait quelque chose qu'il ne fallait pas ? En toute bonne foi, il ne pensait pas.

Citation :
Post 5
500 mots
Revenir en haut Aller en bas
Flora Dawlish

Flora Dawlish


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 626
| AVATARS / CRÉDITS : Emilia Clarke | savage.
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, abandonnée, seule.
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptySam 9 Mar 2019 - 14:00

Flora était une jeune femme qui vivait la vie intensément et qui avait besoin d'être toujours en mouvement. Elle n'était pas de ces individus oisifs qui dormaient toute la sainte journée et qui ne faisaient rien d'autre que de manger, boire avant de redormir encore. La jeune femme n'aimait pas perdre son temps, et c'était sans doute tout naturellement qu'elle s'était tournée vers le Quidditch en première carrière. Une carrière éphémère qu'elle avait volontairement abrégée pour se tourner vers les autres, et vers la justice. Devenir Auror la rendait encore plus joyeuse - si c'était possible - et elle avait envie de crier au monde entier qu'elle allait chasser des mages noirs et sauver des gens. Vraiment, elle en était très fière, bien qu'elle craignait un peu la réaction de son frère. Fort heureusement, Octavius ne lui donnait pas trop envie de penser à John, et au contraire, il lui parlait de la vie paisible qu'il se plaisait à mener... Sans que Flora ne comprenne trop cela. Elle préféra donc laisser tomber et haussa les épaules, alors qu'ils s'aventuraient tous les deux dans les rues du chemin de Traverse. En fait, il s'avérait que lui et elle se connaissaient déjà. Et si elle relevait très justement leur impromptue rencontre en Italie, elle le connaissait encore d'ailleurs, sans s'en rendre vraiment compte pour l'instant. Elle fit un geste inutile de la main tout en se mettant à rire : « Mais non voyons c'était bien drôle ! J'adoooore transplaner depuis une cellule moldue, c'est très excitant ! » expliqua-t-elle en sautillant dans tous les sens. Un miracle qu'elle ne se torde pas la cheville avec les échasses qui lui servaient de talons. « En fait, j'avais volé quelque chose d'assez précieux... C'est pour ça qu'on me coursait ahahahahah ! » lui donna-t-elle la véritable raison de la course-poursuite dans les petites rues italiennes de Rome.
Les rues de Londres n'offraient pas la même chance, surtout pas celles du chemin de Traverse. Flora avait un souvenir bien mauvais de la dernière fois qu'elle était entrée dans la boutique qu'Octave convoitait. Elle avait encore chapardé quelque chose et elle craignait que le vieil homme - qui lui lançait des regards bizarres qu'elle faisait mine de ne pas voir - ne se rappelle que peu après sa visite, il avait bien la moitié de ses plumes qui avaient mystérieusement disparues... Mais aujourd'hui ! Elle avait besoin d'encre et comptait payer, oui oui ! « Oh non moi ça m'arrange ! » roucoula-t-elle lorsqu'il lui demanda s'il pouvait la tutoyer. Il pouvait faire tout ce qu'elle voulait qu'elle répondrait par la positive. Elle se saisit de deux flacons d'encre et se rapprocha du comptoir, en sortant sa bourse. Quand l'homme revînt avec la pièce manquante, le regard toujours focalisé sur elle, la jeune femme commença à se dire que ça sentait un peu le roussi.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 394
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  EmptyVen 26 Avr 2019 - 22:52

Octavius venait d'apprendre que Flora était allée en prison moldue à cause de lui. Cela l'embarrassait vraiment quand bien même cela remontait à plusieurs années déjà. Mais la concernée s'empressa de le rassurer : cela l'avait amusé, qu'elle disait ! En y pensant, transplaner d'une cellule moldue était ridiculement facile pour un sorcier. L'anthropomage n'avait pas eu cette chance en Roumanie alors qu'il avait été mis en garde à vue pour bagarre dans un lieu public. Avec son partenaire d'infortune, il avait dû faire preuve d'ingéniosité pour ne pas passer l'intégralité de la nuit là.
« Ah, vraiment ? » fit-il en apprenant que la raison de cette péripétie était un vol.
Il ne savait pas quoi faire de cette information. Ce vol était-il occasionnel ou l'un parmi tant d'autres ? Enfin. Ce n'était pas son problème jusqu'à preuve du contraire.

Les deux entrèrent dans la boutique. Octavius discuta quelques minutes avec le papetier pour formuler sa demande concernant sa machine avant de retourner vers sa nouvelle connaissance quand le commerçant alla à l'arrière-boutique. Il lui demanda l'autorisation de la tutoyer qu'il obtint sans mal. Puis, il s'inquiéta de sa mine tout en enseignant une plume sur un bout de parchemin. Elle avait l'air tendue. Elle n'eut pas le temps de répondre à sa question : le papetier revint. Intéressé, le jeune homme se rapprocha du comptoir. Il afficha un sourire en constatant qu'il avait cette fameuse pièce !
« Vous êtes chanceux ! J'ai la pièce qu'il convient. La seule que j'ai retrouvée au fond d'un tiroir ! » dit le vieil homme en dirigeant son regard vers le blond pour ensuite directement le rediriger vers Flora.
Il baissa ensuite les yeux vers les deux encriers posés sur le comptoir d'un air suspicieux. Puis encore de nouveau, il le leva vers Octavius. Ce dernier se retrouvait un peu gêné par ces échanges.
« C'est vraiment aimable de votre part. Je vous dois combien ? » Il commença à sortir son porte-monnaie tandis que le vieil homme annonçait le prix — un peu cher étant donné l'ancienneté et la rareté de la pièce.
« Et cette demoiselle prendra ces deux là ? » demanda-t-il en encaissant l'anthropomage, en se tournant avec insistance vers Flora et désignant les encriers.

Quand celle-ci eut payé, ils sortirent enfin de la boutique. Face à la devanture, Octavius adressa un sourire à la jeune femme.
« Merci encore de m'avoir aider à trouver la boutique. Sans toi, je ne l'aurais jamais trouvé je crois ! » la remercia-t-il encore une fois.
Il prit le temps de détailler une dernière fois les traits de l'ancienne joueuse de quidditch. Elle était vraiment belle. Mais il était déjà temps qu'ils se quittent. Il avait encore des choses à faire.
« Je crois qu'il est temps qu'on se sépare. J'étais ravi de faire ta connaissance en tout cas. J'espère que l'on sera amené à se revoir prochainement. »
Il s'approcha d'elle pour lui serrer cordialement la main, laissant au passage un morceau de parchemin avec son adresse écrite dessus, avec un petit sourire.
« Au revoir, passe une bonne fin de journée. »
Après un dernier signe, il s'éloigna en direction du Chaudron Baveur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty
MessageSujet: Re: Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Mon joyeux crépuscule | OCTAVIUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Joyeux noel à tous!
» L'auberge du Joyeux luron (PV)
» La beauté d'un Crépuscule en attire plus d'un... | PV Hivernou ♥ |
» Amitié, ô amitié, où te caches-tu ? [PV Crépuscule d'Orage]
» Sombre Crépuscule qui enivre mes Songes d'une douloureuse tristesse |P.V ma Crêp|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Le chemin de traverse-