GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt

Partagez

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alice Londubat

Alice Londubat


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 117
| AVATARS / CRÉDITS : › Carey Mulligan
| SANG : › Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS EmptyLun 25 Fév 2019 - 22:50

Début février 1977

– Dépêche-toi Frank, on va être en retard !
– Chérie, soupira le sorcier, la réunion est dans une demie-heure, et en transplanant nous pouvons…
– Les autres fois on était en retard, essayons de ne pas les faire regretter de nous avoir fait rentrer dans l’Ordre. S’il te plaît ? ajouta-t-elle en lui faisant les yeux doux.
L’auror soupira derechef et se leva du canapé, son manteau se posant sur ses épaules sur un geste du sorcier. Peu importe ce qu’on pouvait lui dire, les femmes gagnaient toujours. C’est donc avec un sourire malicieux pour l’un et un air plus rabougri pour l’autre que le couple Londubat quitta son lieu d’habitation.
Ils réapparurent dans une petite ruelle à l’abri des regards. Ce n’était pas la première fois qu’ils venaient ici, mais prudence était mère de sûreté comme on disait. Les temps craignaient de plus en plus et chaque membre de l’Ordre devait veiller à ne pas être pris en filature, que ce soit par le Ministère ou les Mangemorts. L’un comme l’autre, cela était dangereux pour chacun d’entre eux. Mais tous ceux qui allaient être là ce soir étaient conscients des risques à prendre. Pour gagner cette guerre, il fallait faire des sacrifices.
Après avoir vérifié derrière eux qu’il n’y avait personne, les deux sorciers pénétrèrent dans le bâtiment secret et se dévêtirent de leur manteau en les accrochant à l’entrée. Ils devaient faire partie des premiers à arriver ici. Frank lui lança un regard l’air de dire que ça n’avait servi à rien d’arriver aussi tôt et sa femme lui répondit d’un haussement d’épaules en s’avançant dans le couloir, suivi de près par son mari. Son visage s’éclaircit d’un sourire lumineux lorsqu’elle vit Minerva McGonagall au milieu de la pièce principale. Elle avait été son professeur préféré pendant sa scolarité à Poudlard et il était à présent assez émouvant de savoir qu’elles travaillaient secrètement ensemble pour le bien de la communauté.
– Professeur ! s’exclama-t-elle, rayonnante.
– Bonsoir miss Londubat, salua la Directrice de Gryffondor avec un sourire. Comment allez…
Sa phrase fut soudainement interrompue par des coups à la porte. Tous trois se retournèrent face au couloir, sourcils froncés, se demandant qui pouvait bien être devant le bâtiment. Tous les membres ayant déjà participé à une réunion ici savaient comment rentrer.
– Je m’en occupe, annonça l’auror en sortant sa baguette par mesure de précaution.
Et pendant que Minerva prenait des nouvelles de Frank, Alice s’aventura jusqu’à la porte et l’ouvrit brusquement en pointant sa baguette face à elle.
Et là, elle tomba des nues. Littéralement. Sa bouche se fendit en un « o » de surprise et des souvenirs l’assaillirent. Son premier baiser. Sa première fois. Son premier amour.
Octavius.
Celui qu’elle avait cru mort, celui dont elle n’avait reçu aucune nouvelle, aucune lettre, aucun mot d’excuse, ni de pardon, ni d’adieu. Celui qu’elle avait mis si longtemps à oublier avant que Frank ne la convainque qu’elle pouvait tomber amoureuse à nouveau. Mais en ce moment, elle ne se contrôlait plus. Alice abaissa sa baguette, l’attrapa par le col et l’attira à l’intérieur du bâtiment en claquant la porte. Ses yeux reflétaient bien l’état dans lequel elle était. De la fureur. La sorcière lui asséna une gifle magistrale qui résonna dans tout le couloir, ce qui eut le don d’alerter son mari qui passa la tête dans l’encadrement de la porte.
– Chérie ? Tout va bi…
– Reste en-dehors de ça ! répliqua durement Alice en fixant le nouveau venu. Toi, enchaîna-t-elle en pointant un doigt dans sa direction. Qu’est-ce que tu fous ici ? Et cette question n’avait rien d’amical.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 480
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: Re: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS EmptyMar 26 Fév 2019 - 17:10

La meilleure façon de passer inaperçue était bien celle de ne faire comme si de rien n'était. Sans se retourner, Octavius avançait dans la rue comme l'aurait fait n'importe quelle personne. Avec son trench coat beige, il se fondait dans le décor. Ce ne fut que lorsqu'il approcha du quartier général de l'Ordre du Phœnix qu'il prit garde à regarder autour de lui, à la façon d'un homme qui vérifiait qu'il se trouvait au bon endroit et qu'il ne s'apprêtait pas à toquer à la mauvaise porte. Personne en vue. Après avoir passé sa main dans ses cheveux, il cogna trois coups légers sur la porte.
C'était la première fois qu'il se rendait là. Jamais il n'avait assisté à une réunion de l'organisation secrète bien qu'il en eût été membre depuis 1975. Repéré par le Albus Dumbledore lors de son bref retour cette année là, celui-ci lui avait proposé d'en faire parti. Le vieux sorcier avait toujours apprécié le jeune homme lors de sa scolarité à Poudlard. Un élève brillant à qui il ne manquait que la confiance en soi qui aurait pu aller loin s'il n'avait pas eu l'audace de réaliser son rêve. Octavius avait été réticent. Quoi ? Il n'était qu'un simple anthropomage, pas un héros. Mais le directeur de Poudlard savait se montrer persuasif. A peine eut-il rejoint l'Ordre qu'il lui fallut repartir à l'étranger.
Il attendit de longue seconde sur le pas de la porte avant qu'elle ne s'ouvrît brusquement. Et quelle ne fut pas la surprise d'Octavius qui esquissa un sursaut ! Devant ses yeux bleus se présentait nul autre qu'Alice, le menaçant avec sa baguette. Il eut l'impression que son cœur s'arrêtait en même temps que son teint devenait livide. Alice. Elle baissait son arme, apparemment aussi choquée que lui. « S-salut... » bredouilla-t-il maladroitement avant de se faire violemment saisir par le col et attirer à l'intérieur par la jeune femme. Là, son cœur battit à plein régime tandis qu'il se laissait brutalement plaquer au mur du couloir. Elle était en furie. Il n'eut pas le temps de lever son regard vers elle qu'elle lui asséna rien d'autre que la plus énorme gifle qu'il eut connu. Sa tête se tourna sous l'impact de ce coup dont le bruit devait résonner dans tout le bâtiment au point d'alerter les personnes qui étaient dans la pièce d'à côté. Il n'osait plus la regarder. Il ressentit un douloureux pincement au cœur quand il entendit qu'on appelait Alice « chérie ». Celle-ci envoya bouler cette personne, qui de toute évidence devait être son compagnon, sans détacher une seule seconde son regard de lui. Il gardait la tête tournée et n'osait toujours pas affronter son regard qui lui brûlait la peau. Fidèle à lui-même, il restait incroyablement calme et acceptait son sort. Il la méritait cette gifle. Il le savait parfaitement.
« Je suis rentré... » répondit-t-il à la question menaçante de l'auror d'une toute petite voix.
Du haut de ses vingt-huit ans et de son mètre soixante-dix-huit, il avait l'air d'un enfant face à elle.
« Je viens pour la réunion de l'Ordre... »
Il fuyait toujours du regard. Là tout de suite, cela ne se voyait pas particulièrement. Mais en dix ans, il avait tellement changé. C'était devenu un très beau jeune homme qui devait avoir énormément de succès auprès de la gente féminine, lui qui auparavant était en quelque sorte le vilain petit canard. Alice avait été son premier amour — et le dernier. Et il avait quitté le Royaume Uni sans rien lui dire. Affronter une rupture et le regard de la fille qu'il aimait l'avait effrayé. Il avait peur d'être incapable de partir après ça. La jeune femme pouvait avoir un tempérament explosif — la gifle pouvait en témoigner — et c'était ça qu'il avait aimé chez elle et qu'il craignait en même temps.

Citation :
Post 1
500 mots
Se faire gifler par un autre personnage


Dernière édition par Octavius Martens le Lun 1 Avr 2019 - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alice Londubat

Alice Londubat


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 117
| AVATARS / CRÉDITS : › Carey Mulligan
| SANG : › Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: Re: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS EmptyMer 27 Fév 2019 - 22:56

S’il y avait bien une personne qu’Alice n’avait pas été prête à revoir, c’était bien Octave. Ce lâche ne lui avait adressé aucune lettre, aucun mot, absolument rien qui puisse justifier son départ. Elle l’avait cru mort pendant des mois, avait pleuré tous les soirs en tentant tant bien que mal de recoller les morceaux de son petit cœur brisé, mais rien n’avait fait. Alice, à cette époque, avait été réellement amoureuse d’Octave et elle avait finalement pensé qu’il s’était simplement foutu d’elle, qu’il ne l’avait jamais aimée et qu’il l’avait juste jetée comme un vieux chaudron lorsqu’elle était devenue de trop. Car finalement, la jeune sorcière de l’époque avait appris qu’il n’était pas mort mais qu’il était simplement parti en voyage. Parti. En. Voyage. Apprendre cette information de Kieran, un de ses amis, et non pas par le concerné l’avait mise encore plus en hargne. Ce n’était pourtant pas compliqué d’envoyer un hibou ou de laisser une lettre. Il avait joué avec elle, tout simplement. Tous ces mots durant ces années, ces douces attentions… ça n’avait été que pure imagination que de penser qu’il l’avait vraiment aimée un jour. Si elle lui en voulait toujours ? A vrai dire, Frank avait réussi à la faire passer à autre-chose et le faire oublier. Mais le revoir, là maintenant… Tout ressurgissait.
– Tu… Tu viens pour la réunion de l’Ordre ? répéta-t-elle, réellement choquée.
Comment un homme tel qu’Albus Dumbledore pouvait-il faire confiance en un homme aussi… Lâche ? Comment le pouvait-il ? Si tel était le cas, hors de question qu’elle participe à des missions en sa compagnie. Plutôt mourir. Après ce qu’Octave lui avait fait traverser, le pardon n’allait pas être facile. Bien sûr qu’elle voyait qu’il avait physiquement changé. Même étant adolescent, la jeune Alice lui avait toujours quelque chose, peut-être un petit truc que personne n’avait remarqué auparavant. Mais l’auror était actuellement trop aveuglée par sa colère qu’elle n’était pas en état de charmée par quoi que ce soit. Très clairement, le jeune homme n’était pas le bienvenue ici.
– Quoi, 9 ans, 10 ans sans nouvelles, et tu te repointes ici comme une fleur ? Sois certain que ça ne passera pas, Octavius, cracha-t-elle les dents serrés, le regard toujours noir d’une colère qui n’avait pas l’air de s’apaiser.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 480
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: Re: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS EmptyJeu 28 Fév 2019 - 0:29

Il avait véritablement aimé Alice. De tout son cœur. De toute son âme. Pendant des mois et des mois, elle avait été l'une des seules personnes qui lui donnaient envie de vivre. Quand elle était à ses côté, il se sentait bien. Elle l'avait rendu heureux lors de ses jours à Poudlard. Après son départ, elle était la chose qui lui manquait le plus au monde. Oui. Il avait beaucoup pleuré son absence au fond de son lit la nuit, à l'abris des regards, durant les premières semaines. Chaque jour, il avait lutté contre l'envie de lui envoyer un hibou, n'aurait-ce été pour dire que tout allait bien. Il avait peur qu'envoyer ce hibou l'eût fait changer d'avis et s'eût dressé comme un obstacle entre lui et ce qu'il avait toujours rêvé.
Alice fut réellement choquée qu'il pût faire parti de l'Ordre du Phœnix. Elle le prenait pour un lâche. Octavius le savait au fond de lui. Elle avait peut-être raison. Il n'avait rien pour intégrer l'Ordre si ce n'était la volonté sincère de voir naître un jour meilleur et de ne pas voir l'humanité défaite de ses droits fondamentaux. Pour toute réponse, il hocha la tête. Il déglutit péniblement. « Depuis novembre soixante-cinq... » précisa-t-il, la gorge nouée. Il se sentait trembler en entendant la noirceur de la voix d'Alice. Quel pathétique. Il n'avait même pas le courage de la regarder dans les yeux. Cette femme qu'il avait aimé ! Cette femme qu'il avait pris dans ses bras et embrassé pendant des années. Il se souvenait encore des longs moments qu'il passait à brosser délicatement ses cheveux, profitant de leur douce odeur fruitée. Comment elle l'appela le percuta. Octavius. Elle ne l'avait, durant tout le temps où ils avaient été au moins amis, jamais appelé par ce patronyme si ce n'était pour manifester son énervement à son égard.
« Je suis désolé Alice. » dit-il finalement en osant enfin lever son regard vers elle. « Je ne voulais pas te faire de mal. Je te le promets. J'avais besoin de partir. Je ne pouvais plus faire autrement. »
Il était sincèrement persuadé que s'il était resté au Royaume-Uni, il aurait eu une vie pitoyable. Il se serait détruit de l'intérieur. Bien sûr, la jeune femme n'allait pas l'entendre de cette oreille. C'était une décision égoïste qu'il avait prise. Une décision qu'il n'avait pris que pour son propre bien-être. Il en avait parfaitement conscience. Et à vrai dire, il ne voyait même pas le problème à être égoïste dans ces situations là. Il ne regrettait pas sa décision. Toutes le peines qu'elle avait pu engendrer en valait la peine pour ce qu'il était devenu.
Il inspirait un grand coup.
« E-écoute... Je ne te demande pas de me pardonner. Je te connais. Mais je te demande juste de comprendre... »
Toujours aussi calme face à la furie. Il essayait de l'apaiser. Que pouvait-il faire d'autre ? Il lui devait des explications et si elle ne parvenait pas à se calmer, alors autant parler à un mur. Il osa poser doucement sa main sur son avant-bras. A l'époque, il se serait fait tout petit jusqu'à ce qu'elle ne se calme complètement...

Citation :
Post 2
500 mots


Dernière édition par Octavius Martens le Lun 1 Avr 2019 - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alice Londubat

Alice Londubat


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 117
| AVATARS / CRÉDITS : › Carey Mulligan
| SANG : › Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: Re: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS EmptyVen 1 Mar 2019 - 23:38

Et il avait encore le culot de lui préciser la date exacte. Il ne pouvait s’en empêcher hein, de lui rappeler ô combien elle avait souffert, combien de temps elle l’avait attendu pour finalement abandonner toute lueur d’espoir ? Un premier amour, ça ne s’oubliait pas aussi facilement. Même si leur histoire avait dû se finir un jour ou l’autre, Alice aurait voulu que cela se fasse normalement, comme n’importe couple qui décide de s’arrêter. Par une dispute. Par une discussion calme et posée. Par un mot, peu importe, mais par un échange, par Merlin. Pas par une disparition. Au lieu de cela, Octave n’avait pas assumé sa décision de partir face à son ancienne petite-amie et avait préféré faire profil bas. Si on appelait pas cela de la lâcheté et de la couardise… Il revenait dans sa vie aussi brutalement qu’il en était sorti. Enfin, revenait… L’auror n’était pas prête de laisser rentrer de nouveau. L’ancienne lionne avait une certaine fierté et n’oubliait les coups et blessures qu’on lui infligeait. Celles psychologiques étaient les plus virulentes et les moins pardonnables. Ce n’était pas comme s’ils ne se connaissaient pas, à l’époque. Ils étaient sortis ensemble 3 ans, et en 3 ans Alice estimait qu’ils se connaissaient l’un l’autre. Visiblement, elle l’avait surestimée à l’époque. Et elle ne voulait pas faire la même erreur une deuxième fois.
Le sorcier osa finalement lever les yeux vers elle, mais c’est toujours du même air qu’Alice le regardait : furieux. Elle ne pouvait tout simplement pas y croire, et tout ce qu’il allait pouvoir dire n’allait rien changer. Cela n’allait pas changer ce qui avait été fait, cela n’allait pas enlever ses années de souffrance et d’inquiétude. Ce qui suivit confirma bien ses pensées. Tout ce qu’il allait pouvoir dire n’allait rien changer. Même pire, cela augmentait son niveau de colère. Comme si ça n’était pas différent.
– Tu ne pouvais plus faire autrement ? répéta-t-elle comme si elle ne comprenait pas. Elle ferma les yeux, expira bruyamment et les rouvrit, le regard noir. Tu ne. Pouvais. Pas faire. Autrement ? Mais par Merlin, je ne te demandais rien de si compliqué ! Une lettre ! Un hibou ! Un mot ! Une explication ! Je voulais juste que tu ne me laisses pas dans cette incompréhension que j’ai subi pendant 2 ans. Tu n’as vraiment rien compris.
Venait la déception à présent. En à peine dix minutes, Octave faisait face à toutes les émotions du dragon Alice qui ne parvenait pas à savoir si elle le détestait ou pas. Et le pire dans tout ça, c’était qu’il lui demandait de le comprendre. De le comprendre lui. S’était-il mis un instant à sa place ? Savait-il à quel point elle avait souffert de son absence ? Combien ça avait été difficile ?
– Et dis-moi comment je pourrais comprendre un homme qui a juste abandonné sa copine du jour au lendemain ? lui répondit la sorcière du tac au tac, les yeux plissés guettant la lueur d’une réponse intelligente.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 480
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: Re: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS EmptyDim 3 Mar 2019 - 17:23

Alice accablait Octavius de reproches bien mérités. Il avait l'impression que peu importe ce qu'il pouvait dire, cela n'allait pas convenir à la jeune femme. Elle parvenait à le faire culpabiliser encore plus qu'avant. Pourtant, au fond de lui, il sentait qu'il avait fait le bon choix pour lui. Mais comment expliquer ça alors qu'elle avait juste envie de lui exploser la tête contre le mur ?
« Je suis parti sur un coup de tête... Je veux dire... C'était le moment. J'avais enfin eu le courage de faire ça. J'avais peur que ça n'arrive plus jamais. Plus rien d'autre ne comptait. Dès que je suis parti en mer j'ai pensé à toi. Je voulais t'envoyer un hibou mais j'avais peur ! »
Il savait qu'il parlait à un mur mais cela ne l'empêchait pas de tenter de s'expliquer, de justifier ses actes. Il appelait à sa compréhension. Octavius comprenait bien tout le mal que cela avait pu faire à Alice. Il s'en voulait de l'avoir fait autant souffrir. Est-ce qu'elle se rendait compte que cela lui avait aussi fait du mal ? Quand il était parti, il traversait une très sale période. Un peu plus d'un an auparavant, il avait perdu son grand-père. Il se sentait mal dans son corps et dans sa tête. Il était loin d'Alice. Il venait de commencer des études qui ne lui plaisaient absolument pas. Il se sentait véritablement seul. Il avait peur d'affronter la vie d'adulte ainsi. Trop de sentiments qu'il avait intériorisés pendant des années. Il fallait bien qu'un jour, ça ai des conséquences.
La regarder lui était très difficile. Son regard lui faisait froid dans le dos. Mais il s'efforçait de le maintenir. Il ne voulait pas s'écraser sous ses reproches. Il voulait faire valoir son point de vue. Il la comprenait, elle. Pourquoi ne faisait-elle pas l'effort de le comprendre lui ? Il ne lui demandait même pas de le pardonner parce que c'était sans doute impardonnable. La formulation de la question d'Alice lui fit très mal au cœur. C'était comme si elle effaçait le lien qui les unissait autrefois en se distinguant de la jeune fille qu'elle avait été.
« Tu pourrais comprendre cet homme parce que peut-être un jour, j'ose espérer, tu l'as aimé. »
Elle n'avait certainement plus aucun sentiment pour lui. Il ne se faisait pas d'idée. Aimer voulait dire essayer de comprendre l'autre. Il espérait qu'il restait en elle juste assez d'amour pour faire cet effort.
« Ce qui est fait est fait, Alice. Tu peux me faire tous les reproches du monde, on ne peut pas revenir en arrière de toute façon. »
C'était assez ironique de la bouche d'Octavius, étant donné sa relation assez particulière ce qui appartenait au passé. Il semblait parfois vivre à une autre époque tout en ayant une pensée presque avant-gardiste. Il évoquait autant qu'il évitait le passé. Il le fantasmait aussi parfois. Chez lui, faire un deuil pouvait prendre des mois voire des années. Il voulait aller de l'avant sans pour autant réussir à se détacher du passé.

Citation :
Post 3
500 mots


Dernière édition par Octavius Martens le Lun 1 Avr 2019 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alice Londubat

Alice Londubat


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 117
| AVATARS / CRÉDITS : › Carey Mulligan
| SANG : › Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: Re: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS EmptyMar 5 Mar 2019 - 22:46

C’était le moment, hein ? S’il y avait bien une phrase qu’Alice ne pouvait pas comprendre, c’était celle-ci. En quoi partir du jour au lendemain sans prévenir avait été le moment ? Ils étaient heureux ensemble, qui sait si leur histoire aurait pu durer, mais si la sorcière était sûre d’une chose, c’est qu’ils étaient bien ensemble à l’époque. A moins qu’Octave lui ai fait croire ce qu’il voulait. Dans ce cas, c’était encore autre-chose. Mais la seule raison pour laquelle son ancien copain ne lui avait pas donnée de nouvelles, c’était à cause de la peur. Sérieusement. Elle aurait compris s’il lui avait donné les bonnes explications. Elle aurait compris, lui qui rêvait de voyages déjà depuis Poudlard. Et ils seraient restés en de bons termes. Il n’avait agi qu’en pur égoïsme sans penser aux conséquences. Comme souvent quand, plus jeune, il faisait des choses sans lui en parler alors que cela avait parfois des impacts sur leur couple. Octave n’avait donc pas changé.
– Tu te rends quand-même compte que je t’ai cru mort pendant des mois ? Des mois, Octave ? siffla-t-elle. Il a fallu que ce soit Kieran qui finalement m’a révélée que oui, monsieur Martens était bien vivant, parce qu’il avait pitié de moi, continua l’auror presqu’en crachant ces derniers mots.
La sorcière était en train de lui dire tout ce qu’elle avait sur le cœur. Peut-être que son feu intérieur allait finir par s’éteindre et qu’Alice allait enfin pouvoir faire la paix avec le passé, mais pour le moment elle avait sûrement besoin de lancer sa haine sur la source de ses souffrances adolescentes pour vider ce qu’elle cumulait depuis des années. Elle avait besoin qu’il l’entende de sa propre personne et non pas des propos rapportés.
Elle ne releva pas le fait que oui, un jour elle l’avait aimé. Un jour. Lointain. Ses sentiments avaient disparu pour prendre encore plus d’ampleur avec Frank. Avec lui, c’était comme une nouvelle naissance. Alice ne s’était jamais sentie aussi bien. Mais à Poudlard, même si elle avait aimé Octave, elle avait bien niaise de penser à un quelque futur que ce soit en compagnie du jeune homme. L’amour rendait aveugle comme on disait.
– Comme c’est facile de dire ça, contrecarra sans attendre la fougueuse et jeune auror. Tu fais ce que tu veux à présent Octave, je n’en ai rien à faire. J’espère juste que tu ne feras pas souffrir quelqu’un d’autre autant que tu m’as fait souffrir à l’époque.
Peut-être avait-il vécu milles et unes histoires dans les contrées lointaines, qu’il avait découvert d’autres cultures très certainement intéressantes et des peuples aux traditions enrichissantes. Mais ce n’était pas vraiment la préoccupation du moment.
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Martens

Professeur Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 480
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( .sparkle )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: Re: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS EmptyMar 19 Mar 2019 - 14:38

Octavius inspira un grand coup quand elle révéla que c'était son ami Kieran qui lui avait tout dit. Non pas que cette idée lui déplaisait... Enfin si, sur le moment, elle lui parut parfaitement importune. Il aurait préféré lui dire lui-même plutôt que son ami l'eût fait à sa place. Cela lui faisait de la peine. Mais il ne pouvait pas lui en vouloir. Peut-être qu'Alice ne l'aurait jamais su autrement.
« Si je te l'avais dit, tu m'aurais quitté de toute manière. Je ne sais pas... J'espérais qu'un jour j'allais rentré, peut-être quelques mois à peine après mon départ, que j'allais te retrouver... Qu'on allait pouvoir reprendre notre vie d'avant et que je me serai sentie mieux... »
Il ne pensait pas qu'il allait partir aussi longtemps en prenant le bateau à Bristol. D'expérience en expérience, de voyage en voyage, il n'avait littéralement pas vu le temps passer. Au début, il pensait énormément à Alice. Puis de moins en moins. C'était trop intense. Cela lui avait semblé être comme un long moment d'absence pendant lequel on s'évadait au cours d'une leçon rébarbative qui en fait se révélait ne même pas durer cinq minutes. Comme un livre dont les pages se tournaient à une vitesse hallucinante sans qu'on pût voir les heures s'écouler. Ou un rêve. Dans tous les cas, on finissait par revenir à la réalité et rien n'avait bougé.
Octavius ne voulait pas faire du mal à Alice. Il ne l'avait jamais voulu. Mais elle se montrait si cruelle avec lui. Il était véritablement dans le mal. Il ne savait quoi penser de ce retour en Angleterre. Sa grand-mère était morte. Un de ses meilleur ami était en prison. Il avait assisté à un attentat. On avait essayé de le tuer. Et il sentait qu'il perdait la seule femme qu'il avait jamais aimé. Non, rien n'allait plus être comme avant. Il sentait les larmes monter mais les contenait aussi fort qu'il le pouvait.
« Oui ! J'ai été égoïste ! Si c'est ça que tu veux entendre. Avais-je le droit de l'être ou c'est ton droit exclusif ? »
Pendant leur relation, il aurait tout fait pour elle. Il l'avait toujours fait passer en priorité. Non, il n'était pas parfait. Il en avait fait des erreurs. On pouvait les compter à la pelle ! Comme ne pas dire si l'un des comportements de la jeune femme lui avait déplu, laissant s'envenimer les choses en ne disant rien pour ne pas la contrarier — par lâcheté en somme. Contenir la jalousie qu'il entretenait à l'égard des autres garçons qu'elle fréquentait. Il ne lui parlait pas non plus de ses problèmes de santé non plus. En général, Alice se doutait quand il y avait quelque chose qui n'allait pas. C'était la démarche de vouloir le dissimuler ou de ne pas le dire qui posait problème. La plupart du temps, ce n'était pas par pur égoïsme mais pour le « bien » de leur couple ou par simple pudeur. Il pensait bien faire.
« Parce qu'en attendant, toi tu sembles avoir fait ta vie. Avec un autre homme, de toute évidence. Tu dois avoir tout pour être heureuse. Rien que pour ça, tu penses pas que c'est une raison suffisante pour arrêter de me cracher tous tes ressentiments à mon égard ? »
Sans qu'il ne pût le contrôler, ses yeux avaient commencé à s'humidifier.

Citation :
Post 4
500 mots


Dernière édition par Octavius Martens le Lun 1 Avr 2019 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alice Londubat

Alice Londubat


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 117
| AVATARS / CRÉDITS : › Carey Mulligan
| SANG : › Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: Re: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS EmptyVen 29 Mar 2019 - 20:21

S’il y avait bien une personne qu’Alice n’avait pas été prête à revoir, c’était bien Octave. Ce lâche ne lui avait adressé aucune lettre, aucun mot, absolument rien qui puisse justifier son départ. Elle l’avait cru mort pendant des mois, avait pleuré tous les soirs en tentant tant bien que mal de recoller les morceaux de son petit cœur brisé, mais rien n’avait fait. Alice, à cette époque, avait été réellement amoureuse d’Octave et elle avait finalement pensé qu’il s’était simplement foutu d’elle, qu’il ne l’avait jamais aimée et qu’il l’avait juste jetée comme un vieux chaudron lorsqu’elle était devenue de trop. Car finalement, la jeune sorcière de l’époque avait appris qu’il n’était pas mort mais qu’il était simplement parti en voyage. Parti. En. Voyage. Apprendre cette information de Kieran, un de ses amis, et non pas par le concerné l’avait mise encore plus en hargne. Ce n’était pourtant pas compliqué d’écrire quelques mots sur un bout de papier, si ? C’était visiblement le cas pour lui.
– Je ne t’aurai pas quitté abruti, parce que je savais à quel point voyager était important pour toi, répondit la sorcière sur la défensive, les dents serrés. L’avait-il vraiment prise pour une personne aussi égoïste ?
Il faisait franchement peine à voir. Ou peut-être Alice était-elle un peu trop rude avec lui ? Il y avait aussi de ça, mais l’auror était si franche qu’elle en oubliait parfois de se retenir un peu. Avec Octave, il n’y avait jamais eu de filtre. Enfin, de son côté en tout cas. Elle lui avait toujours tout dit, aucun secret. A l’époque, elle lui avait fait totalement confiance. Mais on ne pouvait pas en dire de même  aujourd’hui. De l’eau avait coulé sous les ponts depuis et la différence entre ces deux êtres s’était accentuée. Alice n’était pas sûre de pouvoir lui accorder sa confiance à présent. Elle savait qu’ils allaient sûrement devoir partager des missions ensemble et elle n’allait rien faire pour contredire les ordres de Dumbledore, mais ce n’était pas avec joie. Il fallait faire passer les intérêts de la communauté avant les siens.
Etrangement, qu’il assume son égoïsme ne la fit pas se sentir mieux. Peut-être qu’elle s’en fichait, en fin de compte. Il vivait à présent sa vie, elle avait la sienne. Il avait juste fallu qu’il sache ce qu’elle avait ressenti suite à son départ.
– Je suis heureuse, oui, lança-t-elle abruptement. Et je n’avais pas l’intention de te cracher infiniment dessus. J’ai d’autres priorités. Et il n’en faisait clairement pas partie. Sans le quitter des yeux, elle fit quelques pas en arrière avec un air de défi. A présent, tu sais tout. Prends ça comme une erreur à ne pas répéter.
Et Alice rejoint son mari qui la questionna du regard. L’auror lui fit clairement comprendre qu’ils allaient parler de tout cela à la maison après la réunion. Chaque chose en son temps.

Citation :
Désolée pour le retard ! J'ai conclu, mais si tu veux rajouter quelque chose, je peux éditer Wink
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty
MessageSujet: Re: D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS Empty

Revenir en haut Aller en bas

D'heureuses retrouvailles ! Ou pas... ft. OCTAVIUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres :: 
Le quartier général de l'OP
-