GRYFFONDOR : 620 pts | POUFSOUFFLE : 283 pts | SERDAIGLE : 612 pts | SERPENTARD : 245 pts
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !
Les inscriptions pour les deux prochains matches sont d'ores et déjà ouvertes, retrouvez Serpentard VS Gryffondor et Poufsouffle VS Serdaigle !

Partagez

Sous les étoiles filantes // Farell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Svetlana Vassiliev



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 329
| AVATARS / CRÉDITS : Amanda Seyfried
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le noir
| PATRONUS : Renard des neiges
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sous les étoiles filantes // Farell Empty
MessageSujet: Sous les étoiles filantes // Farell Sous les étoiles filantes // Farell EmptyVen 1 Mar 2019 - 9:59

Une enfance gâchée par la dictature Vassiliev. Oui, la jeunesse de Svetlana n’avait été qu’un orage sombre et ténébreux, traversé parfois par des brillants soleils. Heureuse ? Elle l’avait été, ou elle croyait l’avoir été. Tout se mélangeait dans sa tête. L’annonce de cette malédiction avait résonné tel le tonnerre et l’averse orageuse avait fait de tel ravage qu’il ne restait en son jardin spirituel bien peu de fruits vermeils. Parfois, elle l’oubliait et alors elle profitait pleinement de sa journée, et parfois elle s’enfermait dans sa triste, l’angoisse et la mélancolie, souvent le soir lorsqu’elle se retrouvait seule derrière les rideaux de son lit à baldaquin.

Ce soir là, elle était dans un bon mood. Un autre souvenir la faisait souvent relativiser : celui du banquet de la nouvel année, tenu à Poudlard lors de leur rentrée (Sujet ici). Elle s’était vue, adulte, dans un appartement londonien, resplendissante et pleine de vie. Et puis elle avait couru à l’extérieur en entendant la chute de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom. Et puis, elle avait vu une voiture, plein phares, fonçant dans sa direction, prête à la percuter. Puis elle s’était réveillée. Est-ce que c’était une vision du futur ? Rien n’était sûr mais Svetlana s’attachait à cette idée. Cela l’aidait beaucoup.

La nuit était bien avancée. Il devait être plus ou moins deux heures du matin. Dans la salle commune des Serdaigle, elle observait le parc de Poudlard depuis une grande fenêtre. Elle avait besoin d’air frais, aussi l’ouvrit-elle en grand. Svetlana lâcha un soupir de plaisir en sentant le vent glacial s’engouffrer. Heureusement, elle était seule. Combien de fois ses camarades l’avait maudis pour avoir ouvert la fenêtre en plein hiver. Mais elle aimait ça, le froid. Elle s’avança sur le petit balcon puis, curieuse, elle se pencha, appuyé contre la balustrade. On y voyait à peine. C’était la nuit, la nuit noire, assoupie et profonde. Seul un mince croissant de lune éclairait faiblement les lieux. Son regard se porta sur la gauche. Le château se déployait, masse sombre et inquiétante.

Alors, Svetlana sentit grandir en elle en envie, comme une poussée d’adrénaline. Appuyée contre la balustrade, elle l’agrippa, fermement puis passa une jambe par dessus. Elle était à califourchon sur le petit muret de pierre, puis elle passa l’autre jambe. Ses pieds reposaient sur un petit bout de toit qu’elle longea jusqu’à atteindre une autre partie de toit. Il était un peu plus bas, aussi fallait-il faire un petit saut pour l’atteindre. Mais étrangement, elle n’avait pas peur. Si vraiment cette vision était réelle, alors elle ne mourra pas aujourd’hui. Alors elle sauta. Parfaite réception.

Commença une belle aventure sur les hauteurs de Poudlard. Sans peur, elle se baladait de toit en tour, contournant les majestueuses tours. Elle atteignit alors un point du château , non loin de la tour des Gryffondor qui était légèrement en contrebas. D’ailleurs, elle pouvait voir les multiples fenêtres des dortoirs. L’une d’elle était encore allumé. Un insomniaque ? Mais son regard se détourna bien rapidement et alors le spectacle la laissa sans voix. Elle avait le monde à ses pieds. « Qui peut voir ce spectacle en dehors des oiseaux et des étoiles. » murmura-t-elle pour elle même, émerveillée. Le toit n’était point trop en pente, la belle put s’assoir et se perdre dans sa contemplation du splendide empyrée, de ses constellations, hydres étoilées, astres de diamant. La nuit avait beau être noire, elle n’était que lumière.

Une étoile fila. Elle se sentait seule. Seule avec sa malédiction. Cette nuit, elle aurait tant voulu que quelqu’un l’accompagne et rêve avec elle sous le firmament. Elle sourit… voila que son imagination lui jouait des tours. Elle entendait son nom. Quand il résonna une deuxième fois, elle se surpris à trouver cela étrange. Troisième fois, elle se redressa et embrassa les environs. Une forme se détachait près de la tour de Gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farell MacFusty



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 36
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan Sprouse - Cranberry
| SANG : MacFusty


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un noir des Hébrides
| PATRONUS : Un caméléon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sous les étoiles filantes // Farell Empty
MessageSujet: Re: Sous les étoiles filantes // Farell Sous les étoiles filantes // Farell EmptyMar 5 Mar 2019 - 20:58

Il faisait nuit. Nuit noire. Éclaboussée d'étoiles.
Et Farell ne dormait pas, loin de là. Depuis de nombreuses heures, les rideaux de son lit à baldaquin étaient tirés afin que la lueur de sa baguette ne dérange pas ses autres camarades de chambre, qui dormaient tous profondément. Le Gryffondor entendait d'ici leur souffle profond, leurs légers ronflements, malgré les épaisses tentures qui l'isolait du reste du dortoir.
Farell était absorbé par le livre dans lequel il était plongé. C'était pour cela qu'il ne dormait pas à cette heure pourtant tardive, et qu'il en avait même oublié d'aller manger son dîner dans la Grande Salle.
Oublié de manger.
Pour un jeune homme de quinze ans en pleine croissance, il fallait admettre que c'était là un oubli assez inhabituel.
Mais Farell se rattrapait désormais, seul dans son lit et dans la nuit silencieuse, en piochant machinalement dans l'énorme paquet de Chocogrenouilles qu'il avait acheté lors de sa dernière visite à Pré-au-Lard. Le faible éclat de sa baguette diffusait juste assez de luminosité pour qu'il puisse distinguer les runes qui noircissaient les pages de l'énorme ouvrage qu'il avait emprunté à la Bibliothèque sans qu'il ne se fasse mal aux yeux.
Farell aimait cet atmosphère. Calme, paisible. Il se sentait à sa place ici, en sécurité. D'ailleurs, la totale absence des dragons Noir des Hébrides du sein de l'école devait y être pour quelque chose... Il n'était pas étonnant que Farell se sente plus en sécurité alors qu'il avait enfin la chance de pouvoir être éloigné de la créature qu'il craignait le plus au monde et qui, de surcroît, avait failli lui ôter la vie. Encore devait-il s'estimer heureux de n'y avoir laissé que son bras. C'était là du moins ce que ne cessait de répéter Beolagh, son père, depuis que l'accident s'était produit. Pourtant, Farell savait que sa mort n'aurait certainement pas dérangé son géniteur outre-mesure. Et, pour cause, quel chef de Clan pourrait se vanter d'être le père d'un fils handicapé, incapable de prendre le pouvoir, incapable de dresser un dragon – incapable, même, de monter sur un balai ? Aucun. Et certainement pas un MacFusty. D'une certaine façon, Farell savait qu'il était mort aux yeux de son père dès lors que son bras avait été calciné ; dès lors que tous les espoirs de son père avaient été réduits en cendres par sa faute. Avait-il été heureux avec les MacFusty ? Sans nul doute. Il y avait grandi, et vécu des choses que personne d'autre ne vivrait jamais. Il y avait été plus proche que jamais de son jumeau, Elmyr, et du reste de sa famille. Mais, désormais, Farell ne songeait plus à l'île où il avait grandi qu'avec un pincement au cœur. Un pincement au cœur à l'idée qu'il lui faudrait y retourner, qu'il lui faudrait peut être y passer le restant de ses jours alors que le monde qui s'ouvrait à lui lui offrait tant de choses à voir, tant de choses à découvrir...
Farell soupira.
Sans s'en rendre compte, il avait laissé ses pensées dériver jusqu'à le détourner de son ouvrage de runes. Il n'avait plus faim maintenant : sa gorge était sèche. Farell rassembla ses paquets de Chocogrenouilles en un tas informe qu'il glissa sous son lit, puis, il se leva et se saisit de la cruche d'argent posée près de la fenêtre pour se servir un verre d'eau, qu'il vida d'une traite. Au dehors, le ciel s'étendait face à lui, immense et sombre, tapissé d'étoiles. Une étoile filante passa. Farell songea aux nuits qu'il passait à dormir dehors avec Elmyr, alors qu'il était encore un enfant. Aux nuits passées à faire des vœux qui, il le savait pertinemment qu'aucun d'entre eux ne se réaliserait jamais. Mais, alors qu'il était occupé à scruter le ciel nocturne, Farell plissa les yeux. Il lui semblait avoir aperçu un mouvement, certes furtif, mais un mouvement tout de même, près de la tour de Gryffondor. Il colla presque son nez au carreau de la fenêtre du dortoir et, avec un sursaut, il se rendit compte qu'il y avait quelqu'un sur le sommet de la tour. Une jeune fille, d'autant qu'il pouvait en juger. Que faisait-elle là, à cette heure tardive ? Peut être, pour une raison X ou Y, s'était-elle retrouvée là par hasard, et qu'elle n'arrivait maintenant plus à redescendre ? Peut être même était-elle en danger ?
Farell frémit à cette idée. Ni une, ni deux, il enfila un pull-over rouge par dessus son tee-shirt trop large et son pantalon de pyjama à rayures, et, tout en s'efforçant de faire le moins de bruit possible pour ne pas réveiller ses camarades, il ouvrit la fenêtre. La bise glacée de la nuit le fit frissoner à nouveau, alors qu'il tentait de trouver un équilibre sur le toit en pente du château. Une fois stabilisé, il entreprit d'avancer lentement.
- Eh !
Il avait essayé d'attirer l'attention de la fille, mais celle-ci ne paraissait pas l'avoir entendu. C'est alors que le clair de lune illumina son visage. Ou, plutôt, ses cheveux blonds.
- Svetlana ?
Farell fut si surpris qu'il manqua de relâcher sa prise et de glisser le long des ardoises. Heureusement, ses réflexes de MacFusty, malgré son bras endommagé, restaient intacts, et il lui fallait bien plus que la simple escalade du toit de Poudlard pour le mettre en danger. Quoique...
- Lana !
Il avait crié plus fort cette fois-ci, et elle tourna la tête vers lui, visiblement aussi surprise de le voir là que lui l'était de la trouver perchée sur le toit.
- Qu'est ce que tu fais ici ? C'est dangereux ! Tu pourrais glisser ! Tu veux que je t'aide à descendre ?
Il était suffisamment loin de la fenêtre du dortoir pour s'exprimer sans avoir peur d'être entendu par les autres Gryffondor, à présent. Alors qu'il s'approchait lentement de la jeune fille tout en lui parlant, une vive douleur transperça son bras brûlé, sur lequel il avait pris appui, et il glissa brusquement, en se retrouvant les pieds dans le vide. Heureusement, sa main valide agrippa fermement le rebord du toit, l'empêchant de justesse de vaciller davantage. Et dire que c'était lui qui craignait pour la sécurité de Svetlana alors que lui venait de mettre stupidement la sienne en danger...
Farell leva les yeux vers le ciel et, en voyant une étoile filante passer, il pria de toutes ses forces pour que quelqu'un, quelque part, puisse au moins exaucer ce vœu là, parmi tous ceux qui ne l'avaient pas été.
J'ai survécu aux Noirs des Hébrides, j'ai survécu aux MacFusty, s'il vous plaît faites encore que je survive à ce stupide toit et qu'on sorte vivant de ce merdier.

Rp :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Svetlana Vassiliev



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 329
| AVATARS / CRÉDITS : Amanda Seyfried
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le noir
| PATRONUS : Renard des neiges
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sous les étoiles filantes // Farell Empty
MessageSujet: Re: Sous les étoiles filantes // Farell Sous les étoiles filantes // Farell EmptyMer 6 Mar 2019 - 20:41

Une forme sombre mais qui se rapprochait, petit à petit. Tout en fronçant les sourcils, Svetlana se redressa, avec prudence. Il venait de la tour des Gryffondor, il devait être de la maison, forcément. Et puis, elle comprit. Ces cheveux, cette taille, cette stature. « Farell », souffla-t-elle, surprise. Il avançait avec une prudente lenteur. « Qu'est ce que tu fais ici ? C'est dangereux ! Tu pourrais glisser ! Tu veux que je t'aide à descendre ? »  L’aider, dangereux. Pour elle non… mais pour lui… « Farell ! Ne bouge pas je… » cria-t-elle avant de s’interrompre brusquement. Et pour cause, le garçon venait de glisser brusquement. D’horreur, la tsarevna poussa un cri, aigu, horrifié, les mains sur la bouche comme si ce simple geste aurait pu retenir cette voix effrayée.

Son souffle se coupa lorsqu’il parvint à accrocher le rebord du toit. Il était là, à se balancer au-dessus du vide. Ni une ni deux, elle se mit à courir sur les ardoises vieillies. Toute peur s’était envolée, pour elle en tout cas. Elle ne craignait pas de mourir maintenant. Elle s’était vue. Elle en était certaine. Elle se revoyait encore et encore, dans cet appartement, adulte. Non, elle ne mourrait pas ce soir, cependant s’il arrivait quelque chose à Farell, jamais elle ne pourrait se le pardonner. Dans sa course, elle sortit sa baguette et lança un Leviosa afin de faire retrouver à son ami non pas la terre ferme mais tout au moins le toit de Poudlard.

La magie opérant, Farell vola un instant avant de toucher les tuiles et aussitôt Svetlana le prit par les épaules, ancrant son regard  aux reflets changeants du spleen et de l'azur des cieux. Cet océan, habituellement calme et glacé, était à présent agité, tumultueux, submergeant celui qu’elle fixait d’une colère due à la frayeur qu’il venait de lui causer. « Tu es fou, ma parole. » Ou peut être, était-ce elle, la folle ? Jamais il ne se serait aventuré sur ces toit s’il ne l’avait pas vu. Cette idée fit redescendre sa ire, instantanément. Il était venu pour elle et cette attention, aussi insouciante fut-elle, lui donna du baume au coeur. Elle eut alors un petit rire, légèrement encore tendu suite à cette glissade. « M’aider à descendre ? De cette façon ? » Elle indiqua le vide d’un mouvement de la tête et sur la courbure de sa lèvre se dessinait un sourire moqueur, léger mais bien présent. Elle ne le lâchait pas, gardant ses mains sur ses épaules. Ses doigts s’étaient crispés et encore maintenant, ils restaient bien accrochés, comme si Svetlana avait peur qu’il ne tombe, qu’il lui échappe… qu’il s’en aille, tout simplement.

Puis, dans le ciel, une nouvelle étoile filante. La russe rejeta la tête en arrière, contemplant le manteau obscure parsemé de diamants. Une passait encore, mais deux ? Son visage s’éclaira. « Viens », dit-elle à l’enfant de dragon, mais sans réellement lui laisser le choix puisque la frêle menotte de la blonde vint agripper la main de Farell, l’emportant dans sa fugue sur les hauteurs Poudlarienne. Avec aisance, sans peur, elle grimpait. Elle voulait atteindre le plus haut point. Et lorsqu’il fut atteint, le spectacle commença.

Ce fut un trait de lumière, puis cinq, puis vingt. Un essai d’étoiles tombait sur eux, eux seul spectateur d’une pluie étonnante. Svetlana ne pouvait détourner le regard de cette pluie de lumière. Et alors, peut être à cause du froid, de la fatigue, elle aimerait tant s’en convaincre, son regard se voila. En ses yeux nagèrent une ondine légère qui s’écoula doucement sur ses joues pâles. Depuis qu’elle savait pour la malédiction, pas une seule fois elle n’avait pleuré. D’abord, la colère avait éclaté, puis le déni, puis l’espoir à travers ses nombreuses recherches et aussi sa nouvelle liberté, mais ce soir, sa tristesse enfin éclatait. « Farell… » Sa voix était chevrotante, semblant aux sanglots long du violon. « Je n’ai pas envie de mourir. » Enfin, c’était sorti. Enfin, elle l’avait dit. Le poids qui pesait sur ses épaules se retira et les larmes coulèrent de plus belle sans qu’elle ne puisse en arrêter de flot.

RP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farell MacFusty



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 36
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan Sprouse - Cranberry
| SANG : MacFusty


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un noir des Hébrides
| PATRONUS : Un caméléon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sous les étoiles filantes // Farell Empty
MessageSujet: Re: Sous les étoiles filantes // Farell Sous les étoiles filantes // Farell EmptySam 23 Mar 2019 - 18:42

Par Merlin, par Merlin, par Merlin...
Si Farell n'avait pas passé autant de temps à chevaucher des dragons et à devoir exécuter toutes les sortes de tâches qui lui avaient permis de développer sa musculature, il serait déjà tombé bien bas ce soir. Son bras droit le faisait horriblement souffrir, mais il parvint tout de même à serrer les dents jusqu'à les entendre crisser au fond de sa mâchoire pour éviter de hurler. Il avait peur que quelqu'un ne l'entende. Et puis, à supposer qu'il crie vraiment, qu'est ce que que cela aurait pu changer à la situation actuelle ?
Soudain, sans qu'il comprenne trop ce qu'il se passe et alors que des minuscules étoiles colorées commençaient à danser devant ses yeux du fait de la douleur, Farell se trouva légèrement soulevé, comme si une brise légère l'enveloppait, le portait, et le reposait doucement sur le toit d'ardoise.
Le jeune homme était encore tellement désorienté qu'il ne se rendit pas immédiatement compte qu'il devait ce sauvetage miraculeux à Svetlana, qui avait désormais ses yeux d'azur plantés dans les siens. Visiblement, elle avait eu aussi peur que lui - si ce n'est plus.
- Tu es fou, ma parole.
Farell ne répondit pas tout de suite, le cœur battant, toujours haletant après ce qu'il venait de se passer. Mais il ne lui fallut pas longtemps pour se ressaisir, irrité notamment par l'élancement qui continuait de lui vriller le bras droit.
- Moi, fou ? Attends qui est ce qui est montée toute seule ici en pleine nuit ? Je n'aurais jamais eu l'idée de venir me tordre le coup ici !
Conscient de son ton agressif, Farell soupira en se passant la main dans les cheveux, repoussant ainsi les mèches humides de sueur qui tombaient sur son front. Il détestait cette sensation. Il détestait perdre le contrôle, et se montrer odieux alors que la souffrance prenait le dessus sur lui. Mais, surtout, il détestait avoir l'air ridicule.
- M’aider à descendre ? De cette façon ?
Svetlana eut un signe du menton discret en direction du vide qui s'étalait sous leurs pieds, tandis qu'un léger sourire moqueur étirait ses lèvres, et qu'un rire cristallin résonnait doucement dans l'air. Le Gryffondor rougit légèrement, soudain honteux.
- Je voulais juste t'aider...
Il avait marmonné ces mots de façon à peine audible, conscient qu'il avait agi sans réfléchir. Ce n'était certes pas son aide qui aurait pu permettre à la jeune fille de descendre saine et sauve, et, plutôt que d'être la seule en danger, Farell les avait mis, inutilement, à deux dans le même pétrin. Peut être aurait-il dû aller chercher de l'aide ? Il chassa rapidement cette idée néanmoins. Leur escapade nocturne, peu importe ses raisons, se retrouverait sévèrement sanctionnée si elle venait à être découverte. Et Farell, et bon élève soucieux de la réussite de sa Maison, ne tenait pas à faire perdre de points aux Rouges et Or.
- Comment est-ce qu'on va faire pour descendre tous les deux, maintenant ? Et puis, qu'est ce que tu es montée faire ici ? À cette heure ci, en plus ! Tu imagines si c'était toi qui étais tombée et que personne n'ait été là pour te rattraper ?
Farell était habitué aux "bêtises" et par le fait de prendre des risques. Toute sa vie, avant son arrivée à Poudlard, n'avait été qu'une prise de risques perpétuelles. Et, d'ailleurs, elle l'était toujours aujourd'hui, lorsqu'Elmyr lui soumettait quelques unes de ses brillantes idées pour pimenter leur quotidien. Farell n'avait, de toute façon, jamais su dire non à son frère. En revanche, il était surpris que Svetlana, habituellement si réservée, si respectueuse des règles et de sa réputation familiale, puisse être à l'origine d'une telle initiative.
La Serdaigle ne lui répondit pas tout de suite. Elle se contentait de le dévorer des yeux, à croire qu'elle cherchait presque à lire en lui. Puis, tout à coup, elle lui agrippa fermement le poignet.
- Viens.
- Où tu...
Mais Farell n'eut pas le temps de finir sa phrase. Déjà, Svetlana avait commencé sa folle ascension sur les toits, se mouvant avec des gestes sûrs, experts, sans jamais lâcher le jeune homme, probablement de peur qu'il ne tombe encore une fois. À croire qu'elle savait exactement où elle se rendait, et qu'elle avait fait cela toute sa vie.
Ce n'est qu'une fois arrivé au sommet que Farell comprit. Là, au dessus de lui, dans le noir du ciel, une explosion de lumière provoquait des gerbes argentées dans l'obscurité. Une myriades d'étoiles filantes cascadaient, filaient, illuminaient les ténèbres. Il n'en avait jamais vu autant.
Avec une pensée un peu puérile, Farell se dit qu'avec autant d'étoiles, il y aurait là de quoi réaliser le vœu le plus cher de toutes les personnes du monde réunies.
- Waouh... Le jeune homme avait lâché un souffle à peine audible. Son visage brillait de mille feux dans l'obscurité, à présent, en fragmentant ses traits entre ombres et lumières. Je comprends mieux pourquoi tu voulais venir ici. On n'aurait sûrement même pas pu voir ça du haut de la tour d'astronomie... Lana, c'est magnifique !
Il se tourna, émerveillé, un sourire béat lui étirant les lèvres, vers la jeune Serdaigle qui se tenait à ses côtés. Ce n'est que là, avec un sentiment proche de surprise extrême, qu'il remarqua les larmes qui roulaient sur ses joues rosées par le froid nocturne.
- Farell…Je n’ai pas envie de mourir.
- Euh...
Ce fut tout ce que le Gryffondor trouva à répondre. Il était totalement perdu, pris au dépourvu. Que lui arrivait-il ?
Un court instant, il fut tenté, pour détendre l'atmosphère, de lui répliquer que lui non plus n'avait aucune envie de mourir, qu'il avait bien failli y passer tout à l'heure et que cela lui avait suffi pour la journée.
Mais il se doutait que la réponse n'aurait guère été appropriée à la circonstance.
À la place, il se rapprocha maladroitement de la jeune fille, et passa une main autour de ses épaules tout en lui tapotant légèrement le dos.
N'était-ce pas ce qu'on était sensé faire, dans les cas comme celui-ci ? Farell n'en avait aucune idée. Même s'il lui été arrivé de pleurer à de nombreuses reprises, personne, dans sa famille, ne l'avait jamais consolé, les MacFusty jugeant des larmes comme une marque de faiblesse. Depuis lors, Farell s'était bien gardé de pleurer devant qui que ce soit.
- Tu sais, tout le monde doit mourir un jour...
Farell se gifla mentalement. Par Merlin, mais quelle remarque de Troll ! C'était sûrement là la dernière chose qu'avait besoin d'entendre la jeune fille pour être consolée !
- Enfin je veux dire... Il tenta tant bien que mal de se rattraper. Il n'y a aucune raison pour que tu meures maintenant. Tu es jeune, intelligente, en bonne santé. Tu as toute la vie devant toi ! Et en plus, tu sais que si un jour, tu venais à te trouver en danger, je serais toujours quelque part pour essayer de te tirer d'affaire.
Il espéra lui tirer un sourire en faisant indirectement référence à son arrivée impromptue sur les toits, qui s'était d'ailleurs révélée pire qu'inefficace. Mais, en voyant que le flot de larmes de Svetlana ne s'arrêtait pas, et semblait même s'accentuer, Farell s'adoucit, soudain véritablement inquiet.
- Lana, qu'est ce qui ne va pas ? Pourquoi est ce que tu penses à ça, maintenant ? Tu sais que tu peux me dire tout ce que tu veux, s'il y a quoique ce soit que je puisse faire pour t'aider...
Il n'acheva pas sa phrase. C'était inutile. À la place, il resserra doucement son étreinte autour des frêles épaules de la jeune fille, tout en lui laissant le temps de se calmer, de s'apaiser et de reprendre son souffle. Il voulait simplement lui montrer qu'il était là, qu'il était et resterait présent pour elle. Toujours.
Au dessus d'eux, la voûte céleste continuait à les illuminer d'une pluie d'étoiles argentées.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Svetlana Vassiliev



PRÉFET SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

PRÉFET SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 329
| AVATARS / CRÉDITS : Amanda Seyfried
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le noir
| PATRONUS : Renard des neiges
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sous les étoiles filantes // Farell Empty
MessageSujet: Re: Sous les étoiles filantes // Farell Sous les étoiles filantes // Farell EmptyJeu 25 Avr 2019 - 11:58

Oui, peut être était-elle folle. Tout cela n’était que le fruit de son imagination, comme une petite voix dans sa tête qui lui murmurait sournoisement dans le creux de l’oreille ‘condamnée’. Quelle sotte idée de venir ici sur les toits mais elle n’allait pas mourir maintenant de toute façon. Comment descendre ? Non, elle n’avait pas envie de partir de ces hauteurs, elle voulait restait là, encore un peu. Juste un peu. Encore… vivre encore.

Oui c’était magnifique. Cette myriade d’étoile filant sous leurs regards émerveillés. Malgré les larmes, elle les voyait. Elles coulaient, sans qu’elle ne puisse les arrêter. Et ces mots, qui s’étaient échappés de ses lèvres.Elle n’avait pu les retenir. Toute cette angoisse, cette tristesse, ce sentiment d’être abandonné, tout cela surgissait du plus profond de son être.

Farell essaya de la rassurer. Son regard ne quittait pas la voute céleste. « Et en plus, tu sais que si un jour, tu venais à te trouver en danger, je serais toujours quelque part pour essayer de te tirer d’affaire. » Svetlana eut un rire étranglé tandis que les larmes redoublèrent d’intensité. Elle sentit la main de son ami se poser dans son dos, rassurante, chaleureuse, sincère. Et l’étreinte se resserra et Svetlana se laissa porter doucement. Elle cala son front contre son épaule et laissa ses yeux se vider de toutes ces larmes accumulées depuis tant d’année. Ces perles translucides avaient un goût d’amertume, de rancoeur, de question et de désespoir. Lentement, elle se laissa bercer par le bras de Farell, le vent qui soufflait doucement et les chants des oiseaux nocturnes.

Combien de temps resta-t-elle ainsi ? Elle ne saurait le dire mais à un moment, le flot de ses larmes se tarit. Toujours contre son épaule, le visage caché par ses cheveux blonds, tombant de part et d’autre de son visage, Svetlana s’attacha à essayer les sillons creusés par ce torrent. Aussi discrètement que possible, trace de son éducation mais aussi honteuse de s’être ainsi livrée à une aussi pathétique scène. La soviétique était digne des tragédies grecques, la nouvelle Phèdre des temps modernes.

Le visage à présent sec, Lana releva la tête mais en évitant soigneusement le regard du fils de dragons. Seuls ses traits tirés et son regard rougis attestés de cet élan de tristesse, soudaine panique incontrôlable. « Désolée, je… » Un soupir lasse. « ridicule. » Elle releva le regard et plongea son regard dans le sien. Farell… oui elle pouvait lui dire tellement de chose. Il avait une certaine douceur chez lui mais aussi une douleur, sourde et muette. Il ressemblait tellement à Elmyr, trait pour trait. Seul différait chez eux cette étincelle au fond des yeux.

« Quelque chose que tu puisses faire ? » répéta la slave doucement, pensive. « Être là, avec moi ce soir, c’est déjà bien non ? » dit-elle avec un demi sourire. Il n’y avait que lui pour venir la rejoindre sur les hauteurs, malgré la peur, malgré son bras. Devait-elle lui dire ? Longuement elle le contempla en se mordillant les lèvres, nerveuse. Elle n’avait pas envie de lui inspirer de la pitié, qu’il la plaigne ou autre. Mais… « Mais si tu sais rompre une malédiction, je ne dis pas non. » Sa voix était teintée d’ironie. Après tout, elle connaissait la réponse. Personne ici, étudiant à Poudlard n’était capable d’une telle chose. Et si sa famille n’avait pas réussi en un siècle de temps à rompre cette épée de Damoclès…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Farell MacFusty



GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 36
| AVATARS / CRÉDITS : Dylan Sprouse - Cranberry
| SANG : MacFusty


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un noir des Hébrides
| PATRONUS : Un caméléon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Sous les étoiles filantes // Farell Empty
MessageSujet: Re: Sous les étoiles filantes // Farell Sous les étoiles filantes // Farell EmptySam 4 Mai 2019 - 21:38

Svetlana pleurait tellement que Farell sentait les larmes tremper son épaule et la laine de son pull. Il avait un peu froid désormais, assis là, complètement immobile, dans la nuit glacée. La seule source de chaleur un tant soit peu réconfortante émanait du corps de Svetlana.
Il resserra doucement son étreinte, en lui laissant le temps de sa calmer, sans savoir qu'ajouter de plus. De toute façon, Farell était bien placé pour savoir que, dans certaines situations, les mots manquaient aux émotions. À la place, il laissa la brise nocturne, le chant des oiseaux - le hululement des chouettes et des hiboux - combler le silence environnant.
Son souffle chaud formait un nuage blanc dans l'air froid, qui s'élevait si haut qu'il allait jusqu'à se perdre dans les étoiles.
Enfin, après un moment, Svetlana se calma, et les larmes se tarirent. D'un mouvement qu'elle espérait discret, mais que Farell remarque néanmoins, elle essuya ses joues de ses doigts fins, essayant de masquer ses yeux rougis sous son rideau de cheveux blonds.
- Désolée, je...
Elle évitait soigneusement le regard de Farell, prenant soin de tâcher de reprendre une contenance, de chasser toute trace de faiblesse de son visage.
- Ridicule.
Le Gryffondor tourna brusquement la tête.
- Eh ! Tu n'es pas ridicule ! Il n'y a pas de quoi s'excuser. Tu n'as pas à être désolée. Vraiment.
Difficile de la réconforter avec des mots plus bateau... Il le pensait réellement, pourtant. Combien de fois lui-même n'avait-il pas eu peur de la mort ?
Combien de fois lui-même n'avait-il pas pleuré, en dépit de la force dont il était supposé faire preuve, en tant que représentant de la grande famille MacFusty ?
- Quelque chose que tu puisses faire ? Être là, avec moi ce soir, c’est déjà bien non ?
Farell esquissa un sourire.
- Ouais, j'imagine que c'est déjà pas mal. Surtout si on considère que j'ai presque dû risquer ma vie pour y arriver.
Il espérait au moins pouvoir lui tirer un sourire, à défaut d'un petit rire. Mais Svetlana l'observait, presque comme si elle le dévorait des yeux. Elle se mordait la lèvre, une étincelle un peu songeuse au fond des yeux, elle paraissant un peu hésitante. Mais hésitante pourquoi ?
- Mais si tu sais rompre une malédiction, je ne dis pas non.
Farell se redressa si soudainement qu'il en glissa presque, et que son épaule percuta légèrement celle de Svetlana, les faisant chanceler tous les deux. Heureusement, il réussit, cette fois rapidement, à se rattraper.
Il considéra son amie d'un regard incrédule, puis, éclata de rire.
- Une malédiction ? Attends, tu me fais marcher là, non ? Et puis, qu'est ce qui te fait croire que je saurais rompre une malédiction ? À la rigueur, ma grand mère le pourrait, mais moi...
Il secoua la tête, encore secoué par son fou rire. Mais, en avisant l'expression de son amie, il se calma, jusqu'à ce que son hilarité le quitte progressivement.
Le silence plana un instant.
- Attends... Pourquoi tu me parles d'une malédiction ? Tu... Enfin, c'est impossible. Tu ne peux pas être touchée par une malédiction. Quel genre de malédiction en plus ? Enfin, c'est une blague.
Sa voix était incertaine. Comme si lui-même tentait de s'en assurer. Cette fois, il parvint à croiser le regard de Svetlana, et ne s'en détourna pas.
- Non ?
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Sous les étoiles filantes // Farell Empty
MessageSujet: Re: Sous les étoiles filantes // Farell Sous les étoiles filantes // Farell Empty

Revenir en haut Aller en bas

Sous les étoiles filantes // Farell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une entrevue particulière sous les étoiles [PV Daniel]
» Une pluie d'étoiles filantes {°__PV
» L'amoûr brille sous les étoiles ! [Pv Aaron, Darren, Natasha & Swann)]
» L'amour brille presque sous les étoiles... Ou pas [EVEN] [EN COURS]
» Jouer sous les étoiles [feat. Abraxas] Bisounours passez votre chemin, Merci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: La tour sud
 :: Les tours
-