GRYFFONDOR : 677 pts | POUFSOUFFLE : 304 pts | SERDAIGLE : 666 pts | SERPENTARD : 278 pts
C'est l'été sur ATDM ! Pour l'occasion, le cirque Arcanus a planté sa tente à Londres, pour tout l'été (plus d'explications ici). La partie Poudlard sera de retour dès le 1e septembre. D'ici là, bonnes vacances à tous !
Félicitations aux Gryffondor pour la coupe des quatre maisons !
Les anciens élèves, nouveaux adultes, n'oubliez pas de demander votre changement de statut juste ici !

Partagez

On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Raven Fawkes



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 686
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  Empty
MessageSujet: On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  EmptyDim 3 Mar 2019 - 12:06

Quelle soirée éprouvante. Et dire que tout avait bien commencé au début. Raven avait pu retrouver son filleul qui allait devenir père, l’ambiance avait été plutôt détendue, et si elle s’était doutée que quelque chose de terrible allait arriver, la sorcière avait malgré tout eu l’espoir d’une soirée sans meurtre. C’était peine perdue, et de la pire des manières qui soit. Soyle avait lancé le sort de la Mort. Bien entendu, ce n’était pas elle, Raven l’avait su dès l’instant où elle avait posé les yeux sur elle. La professeur d’Etude des Moldus était incapable d’une telle atrocité, incapable de faire preuve d’autant de violence. Mais le fait qu’elle ait été victime d’une tentative d’assassinat la première fois et victime de l’Imperium une seconde fois prouvait qu’elle restait une cible facile. Cela était peut-être dû à la matière qu’elle enseignait.
Mais ce qui était le plus dangereux, c’était de savoir que des Mangemorts se cachaient parmi eux, car aucun sorcier ou sorcière n’avait pu rentrer sans invitation officielle du Ministère. La sécurité à ce niveau avait été très bien gérée. Leur institution ainsi que celle de Ste Mangouste était corrompue. Depuis l’épisode du Musée, accorder sa confiance à autrui se révélait compliquée. Elle allait l’être encore plus à présent. Pourtant, Raven avait épluché les dossiers d’une grande partie des employés du Ministère sans trouver quelque chose pouvant les inculper. Ils savaient surveiller leurs arrières. Plus le danger grandissait, plus l’auror avait l’impression que le Bureau était impuissant face à leur ennemi, que tous leurs efforts demeuraient infructueux.
Raven quitta le Ministère en transplanant. Il était tard, presque minuit, et Aaron lui avait ordonné de rentrer chez elle. Elle avait beaucoup donné ces derniers temps et il tenait à ce qu’elle soit en forme le lendemain. Ils avaient du pain sur la planche. L’interrogatoire s’était passé avec une Soyle en panique qui jurait qu’elle n’y était pour rien. Ses souvenirs aussi n’avaient rien donné. Certainement modifiés par le lanceur de l’Imperium. Il allait falloir passer au peigne fin les antécédents de chaque membre de cette soirée.
Elle atterrit dans son couloir. Depuis quelques temps, Raven avait entouré son appartement d’un sort de protection empêchant quiconque de transplaner à l’intérieur. On n’était jamais trop prudent, et ce n’était pas quelques pas en plus qui allait la tuer. Mais au moment où elle sortait sa baguette, la sorcière vit une silhouette sur le pas de sa porte. Ils n’avaient tout de même pas osé la suivre jusqu’ici… ? D’un geste du poignet, elle éclaira le couloir et tomba nez à nez avec une personne qu’elle aurait préféré ne pas croiser ces derniers temps.
Caradoc. Une certaine émotion lui serra le cœur. Celle du soulagement. Il était sain et sauf.
– Qu’est-ce que tu fais ici ? souffla-t-elle, prise par la surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caradoc A. Dearborn



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 363
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (morrigan)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  Empty
MessageSujet: Re: On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  EmptyJeu 21 Mar 2019 - 16:22

La soirée avait viré au cauchemar en un clin d'oeil, et plusieurs heures après qu'Oona et lui aient réussi à s'extirper du Ministère de la Magie, Caradoc Dearborn ne saisissait toujours pas exactement ce qui avait bien pu se passer. Il avait vu un corps, une femme était morte, et la Marque des Ténèbres s'était épanouie sous le plafond du Ministère, illuminant d'un vert morbide l'Atrium au sein duquel la fête battait son plein quelques instants plus tôt. Comment les Mangemorts avaient-ils pu agir au cœur même du pouvoir sorcier ? Avaient-ils été arrêtés ? Y avait-il d'autres victimes ? Autant de questions que Caradoc se posait en ramenant chez elle une Oona bien plus secouée qu'elle n'acceptait de le reconnaître, mais qui trouvait malgré cela la force d'être suffisamment en colère contre lui pour refuser de le laisser l'héberger pour la nuit. Il avait eu beau argumenter qu'il n'était pas sûr pour une personne comme elle (il évitait de prononcer le terme de cracmolle par pure délicatesse) de rester seule cette nuit, sans protection, la jeune Graves révoltée lui avait balancé un paquet d'horreurs à la figure et il l'avait abandonnée. Maintenant qu'une bonne heure était passée et qu'il était moins aveuglé par la colère, la honte commençait à envahir le jeune Dearborn... Si bien qu'il décida d'enfiler de plus belle sa cape et de sortir dans plusieurs buts plus ou moins avoués : déjà, il devait aller voir si Oona allait bien, ensuite, il pouvait en profiter pour glaner quelques nouvelles, et enfin, il était bien incapable de dormir. C'est ainsi qu'il s'était retrouvé à errer dans les rues de Londres comme une âme en peine, à traîner dans la rue de sa jeune amie mais sans oser se manifester... Après avoir vu l'ombre de la jeune femme passer à plusieurs reprises derrière les rideaux du salon, il assista à ce qui devait être son coucher car les lumières s'éteignirent dans son appartement, et le Médicomage se retrouva seul dans la rue que plus rien n'éclairait. Avec un soupir éreinté, il se remit en route sans pouvoir se résoudre à rentrer chez lui, et ses pas le menèrent dans une rue dont le nom lui était étrangement familier... Sainte-Mangouste, un patient... Une patiente. Caradoc hésita un moment, incapable de décider ce qu'il convenait de faire. Leur dernière entrevue s'était mal terminée, et elle lui avait ordonné de la laisser tranquille, ce qu'il s'était résolu à faire, jusqu'à ce soir toutefois et cette idiote tentative de la rendre jalouse en invitant sa jolie amie à se rendre au bal avec lui... Le bal, Raven devait toujours y être, ou peut-être pas puisque plusieurs heures avaient passé depuis... Caradoc poussa la porte de l'immeuble. Elle serait toutefois en mesure de le renseigner, après tout il faisait partie de l'Ordre du Phénix comme elle, il était légitime de sa part de venir aux nouvelles, et lui apporter la preuve qu'il allait bien et qu'il avait pu quitter le Ministère sans encombre. Il monta une volée de marches, déchiffrant au passage les noms affichés aux portes, une part de lui désirant s'être trompé de patient, d'immeuble, de porte. Il ne resterait pas, après tout, il lui demanderait simplement s'il pouvait lui rendre le moindre service, d'un membre de l'Ordre du Phénix à l'autre... Son regard s'arrêta sur son nom, et Caradoc se figea. C'était une mauvaise idée. Mais au moment où il allait pour quitter les lieux, un craquement sonore le fit se retourner et elle éclaira de sa baguette le couloir dans lequel il n'était plus très sûr de vouloir se trouver. Elle fut la première à prendre la parole, mais son ton était plus surpris qu'hostile. « Je... Tenais à m'assurer que tu allais bien... ce qui était la vérité la plus pure. Et savoir si je pouvais faire quelque chose. » Ce qui n'était pas moins vrai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Fawkes



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 686
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  Empty
MessageSujet: Re: On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  EmptyDim 31 Mar 2019 - 18:49

Raven ne s’était pas attendue à le voir ici. Elle l’avait imaginé rester avec Oona le temps que les choses se calment, le temps que les environs soient plus sûrs. Et puis elle se souvint de l’heure. Il était suffisamment tard pour qu’il laisse la jeune femme. De toute façon, la cadette Graves n’avait jamais vraiment eu besoin d’aide pour quoi que ce soit. Depuis son plus jeune âge, elle se débrouillait toute seule, autonome comme elle était obligée de l’être. La sorcière se remémora le regard noir qu’elle lui avait lancé lorsque la foule avait commencé à s’éparpiller. De la haine, de la rancœur, du mépris ? Peut-être un peu des trois ? Après tout, c’était de sa faute si son frère aîné se retrouvait entre les quatre murs d’Azkaban à présent. La sous-chef ne pouvait lui en vouloir. Raven se savait responsable pour cet acte, elle ne pouvait le nier.
– Je vais bien, affirma-t-elle face à son inquiétude. L’auror Fawkes avait appris à ne pas laisser ses émotions prendre le dessus lors de ce genre de situation. Non, le trouble qu’elle ressentait était celui provoqué par le fait de le voir. Je vois que toi aussi. Je pensais que tu serais avec la jeune Graves.
Il y avait autre-chose qu’elle ne pouvait nier et qu’elle ne s’avouait pourtant pas : le bond que son cœur avait fait en apercevant Caradoc. Était-ce bien ou mal ? La sorcière savait simplement qu’elle ne pouvait pas se permettre de ressentir de telles choses. Elle ne voulait pas revivre ce qu’ils avaient vécu tous deux lors de leur précédente rencontre. Elle ne voulait pas qu’il s’accroche. Ou peut-être que si ? Son esprit était plein de contradictions, et il fallait s’avouer que Raven ne savait pas bien ce qu’elle voulait. L’ancienne Poufsouffle avait simplement peur, ce qui pouvait être assez étonnant pour une auror de ce niveau. Elle regarda autour d’eux, méfiante. Même si Raven connaissait les habitants de cet immeuble, on n’était jamais trop prudent.
– Nous ne devrions pas parler ici. D’un geste de la main, sa porte d’entrée se déverrouilla d’un petit cliquetis et s’entrouvra. Tu veux rentrer ? lui demanda-t-elle en déglutissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caradoc A. Dearborn



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 363
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (morrigan)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  Empty
MessageSujet: Re: On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  EmptyLun 8 Avr 2019 - 12:24

Caradoc n'aurait su dire si l'Auror était surprise de sa visite dans un bon ou un mauvais sens – dans le cas présent, il n'était pas complètement certain que cela revête la moindre importance. Il hocha de la tête lorsque après lui avoir assuré qu'elle allait bien, Raven observa qu'il semblait en bonne forme. Ce hochement de tête se transforma cependant en grimace lorsque le nom d'Oona fut évoqué, lui confirmant non seulement que Raven avait bien repéré sa jeune cavalière, mais surtout que toutes les deux se connaissaient – information qu'il ignorait totalement jusqu'à ce soir. Cependant, il ne sentait pas dans la voix de Raven l'animosité dont au contraire Oona avait copieusement entouré l'évocation de son nom, et se fit la réflexion qu'il ferait mieux de chercher à glaner quelques informations à ce sujet auprès de l'Auror plutôt que de son amie... S'il désirait garder le plein et entier usage de ses yeux, ou toute autre partie de son anatomie nécessaire au bon fonctionnement de son corps. « Je l'ai laissée en sécurité chez elle. » répondit-il sobrement, tout en s'arrangeant subtilement avec la vérité : elle l'avait viré de chez elle, et il ne la pensait pas en sécurité. Pour sa défense, personne ne paraissait plus en sécurité nulle part, et surtout, le plus grand danger auquel Oona était confrontée était elle-même. Dès lors, que pouvait-il faire pour elle ? Mauvaise foi, lui souffla la petite voix de sa conscience, mais Caradoc décida de l'ignorer pour cette fois. Le présent l'appelait, de toute façon, par la voix de Raven Fawkes l'invitant à entrer chez elle pour plus de discrétion. Caradoc jeta un léger coup d'oeil sur la porte de l'appartement de Raven, devant laquelle il se tenait toujours, puis sur l'issue du couloir, toujours vide. Personne ne l'avait vu entrer (du moins le pensait-il), mais il n'était effectivement pas prudent de leur part de rester ici, surtout s'il maintenait son plan d'obtenir des informations sur les événements de cette nuit. Ce qu'il était, au moins autant que d'obtenir des informations sur le passif qui semblait relier Raven et Oona. « Je... hésita-t-il cependant une courte seconde, cherchant dans le regard de Raven une quelconque indication sur la marche qu'elle attendait qu'il suive, d'accord. Mais pas longtemps, tu dois être fatiguée. » Il s'effaça pour laisser Raven entrer dans son appartement et la suivit pour s'immobiliser dans le hall encore plongé dans la pénombre, un peu gêné à l'idée de faire ainsi irruption dans l'intimité de l'Auror, et incapable de déterminer s'il faisait le bon choix ou non.« Merci. Je ne reste vraiment que quelques minutes. » crut-il nécessaire de préciser de nouveau pour lui signifier qu'il ne comptait pas abuser de son hospitalité. « J'ai simplement... J'ai vu la Marque des Ténèbres et... » Il laissa sa phrase en suspens, ne sachant pas très bien comment la conclure : est-ce qu'il s'agissait de l'oeuvre des Mangemorts ? L'Ordre savait-il quelque chose ? Dumbledore était-il intervenu ? Le Ministère était-il véritablement infiltré comme l'on murmurait de plus en plus ces derniers temps ? Qui était la personne assassinée ? L'assassin avait-il était appréhendé ? Tellement de questions se bousculaient dans la tête du Médicomage, mais ce dernier resta coincé sur le paillasson de l'appartement de Raven Fawkes, incapable de se décider ni à entrer un peu plus dans son univers, ni à l'interroger frontalement comme il brûlait pourtant de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Fawkes



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 686
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  Empty
MessageSujet: Re: On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  EmptyDim 14 Avr 2019 - 10:19

Il y avait eu trop de chamboulements depuis le début de la soirée. Pour une fois, Raven avait participé à une soirée organisée par le Ministère sans devoir participer à la sécurité des invités. Mais elle aurait dû se douter que quelque chose semblable au Musée pouvait se reproduire. Et à vrai dire, la sorcière avait voulu y croire. Ce besoin de faire comprendre à la population qu’il fallait rester uni et soudé face à la menace partait d’une bonne intention après tout ; mais c’était peine perdu. Les sorciers de Grande-Bretagne et du monde étaient déjà divisés, et chaque individu se méfiait de l’autre à présent. Se montrer fort se révélait être un peu plus ardu que prévu. Cette guerre avait tant affaibli, avait tant fait souffrir. Et cela ne faisait que commencer. Les pertes essuyées n’avaient pas été sans conséquences : elles avaient fait des veuves et des orphelins. Des orphelins. Ce qu’il s’était passé avec Callaghan allait la poursuivre jusqu’à la fin de ses jours tant que ses enfants allaient rester en vie.
– Bien, répondit simplement l’auror, bien qu’elle ne pensât pas que la cadette de son ancien chef avait besoin d’une quelconque aide pour se mettre en sécurité. Graves Senior lui avait déjà mentionné l’indépendance et la fougue d’Oona et ce trait de caractère avait dû s’accentuer depuis son décès et avec le temps.
En ouvrant la porte de son appartement, Raven sentit une sorte de malaise. De la sienne mais aussi de Caradoc. Elle ne savait pas vraiment dans quelle direction elle allait, tout était en train de se faire à l’instinct. Peut-être ne voulait-il pas rentrer, peut-être allait-elle trop loin ? L’auror ferma les yeux en son for intérieur. Il fallait qu’elle arrête de vouloir avoir le contrôle en toute circonstance. Qu’elle se laisse vivre. S’il y avait bien une chose qu’elle avait retenu de ses séances avec Artémis, c’était bien ça. Le laisser rentrer chez elle ne signifiait pas qu’il allait se passer quelque chose. Ils étaient tous deux des adultes responsables qui savaient bien se tenir, et la sorcière avait mis les points sur les i quelques mois plus tôt. Elle était de ceux qui tenaient à respecter leurs paroles.
– J’ai vécu plus fatiguant que ça, tu sais, informa l’auror en faisant référence au Musée ou aux journées sans fin au Ministère où elle n’avait vu les heures défiler.
L’aînée Fawkes entra dans son appartement qui donnait lieu à la cuisine dans un premier temps et se dévêtit de son manteau. Le sortilège qui avait donné à sa robe l’apparence d’une tenue d’auror avait à présent cessé de faire effet et son vêtement de soirée était revenu intact.
– Ils n’ont vraiment peur de rien à présent, commenta-t-elle à propos de la Marque des Ténèbres. Ceux qui se faisaient appeler Mangemorts avaient constaté l’inefficacité du Ministère et se permettaient une plus grande liberté. Se cacher n’était plus vraiment leur but à présent. Ils attaquaient. Tu veux un thé ou autre ch… demanda Raven en se tournant vers lui avant de s’apercevoir qu’il était toujours à l’entrée. Elle fronça les sourcils. Mais rentre enfin, même si ce n’est que pour quelques minutes.
Le malaise grandissait. Enfin, ce n’était pas vraiment un malaise à proprement parler. Plutôt une sorte d’alchimie. Ou un peu des deux ? Elle ne savait dire. De toute façon ils n’étaient que deux collègues échangeant sur une affaire importante de sécurité nationale, non ?  

Un petit aperçu de son appartement hehe:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caradoc A. Dearborn



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 363
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (morrigan)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  Empty
MessageSujet: Re: On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  EmptyMer 19 Juin 2019 - 11:24

Caradoc ne trouva rien à répondre lorsque Raven lui assura qu'elle avait connu des soirées plus fatigantes que celle qu'ils venaient de vivre, sans pour autant faire le lien avec les événements du Musée des Moldus. Il oubliait fréquemment, à la voir si délicate, qu'elle était une Auror confirmée, entraînée à se battre et à réaliser de longues nuits de garde, non seulement pour le compte du Ministère de la Magie, mais aussi pour celui de l'Ordre du Phénix. Il sous-estimait sans cesse sa force : c'est quoi ton problème Dearborn, au juste ? Le jeune homme s'était laissé aller à ses réflexions et n'avait pas écouté ce que Raven lui avait dit, jusqu'à ce qu'elle lui enjoigne un peu plus pressement, à lui l'idiot bloqué sur le tapis de la porte, de rentrer pour de bon dans l'appartement. Déjà, elle s'était débarrassée de sa cape et semblait sur le point de faire du thé.
« D'accord, d'accord, capitula-t-il en dépassant l'Auror pour faire quelques pas dans ce qui devait être la pièce principale de l'appartement, une vaste pièce à la décoration très minimaliste qui contrastait beaucoup avec le joyeux désordre dans lequel il vivait avec Wolfgang, tu as un bel appartement. » C'était de la politesse plus qu'un véritable enthousiasme, mais Caradoc était de toute façon trop nerveux pour faire preuve d'engouement. Son premier réflexe avait été de se diriger vers l'unique fenêtre de la pièce pour apprécier la vue, avant qu'il ne se souvienne que de nuit cela n'avait pas grand intérêt, et surtout qu'il devait se faire aussi discret que possible pour peu que quelqu'un aie suivi Raven jusque chez elle. « Vous ne savez pas qui a fait ça, alors ? Je veux dire précisément...  s'enquit-il, bien heureux d'avoir un prétexte pour rompre le silence épais qui menaçait de s'installer dans l'appartement, et la victime, c'est qui ? » Qui était cette femme dont il avait aperçu le corps désarticulé, qu'avait-elle bien pu faire de mal pour mériter un tel sort en présence de la moitié de la société de Londres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven Fawkes



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 686
| AVATARS / CRÉDITS : › Eva Green
| SANG : › Sang-Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa grand-mère
| PATRONUS : Un aigle royal
| POINTS DE COMPÉTENCE :

On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  Empty
MessageSujet: Re: On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  EmptyDim 23 Juin 2019 - 23:55

L’auror ferma la porte d’un gracieux geste de la main lorsque le Médicomage fut rentré. Elle était prête à mettre sa gêne de côté pour qu’ils puissent discuter comme deux adultes responsables des récents événements. Ce qu’ils ressentaient visiblement l’un pour l’autre ne devait en aucun cas les empêcher d’échanger normalement, et Raven estimait que ce qu’il se tramait en ce moment était bien plus important que leurs affaires de cœur.
– Merci, répondit poliment la sorcière en s’affairant dans sa cuisine à la recherche de tasses et de thé. Une telle boisson n’était pas vraiment conseillée à cette heure-là de la soirée, mais la nuit n’allait pas être bien longue dans tous les cas. Ils n’étaient plus à ça près. De toute façon elle était convoquée avec Aaron le lendemain en fin de matinée pour poursuivre les interrogatoires, même s’il n’y avait, pour elle, plus rien à en tirer. Soyle ne savait rien, aucune victime sous Imperium ne pouvait se souvenir de qui lui avait lancé ce sort. Mais elle avait été prise pour cible par les Mangemorts, encore une fois. Combien d’accidents allait-il falloir au Ministère pour qu’il comprenne que donner des événements de la sorte les mettait plus en danger qu’autre-chose. Visiblement, un attentat n’avait pas suffi.
A la question de son invité improvisé, Raven crispa un peu sa mâchoire.
– Ce qui est certain, c’est que la personne ayant mis Soyle Hoover sous Imperium était clairement présent parmi les invités, et qu’il ne portait pas de masque. Mais il ou elle faisait partie de ces Mangemorts, j’en mettrais ma main à couper.
Raven s’assit tranquillement sur le canapé, une tasse dans une main, déposant délicatement la seconde sur la table basse.
– Quant à la victime, il s’agit de Lucresia Londubat. Elle leva les yeux vers lui. Frank, son neveu, fait partie du Bureau des Aurors. Peut-être que tu le connais ?
Cela ne l’aurait pas étonné. Le monde était étrangement petit chez les sorciers. Pour le meilleur… Ou pour le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  Empty
MessageSujet: Re: On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC  Empty

Revenir en haut Aller en bas

On devrait s'aimer comme si on allait se quitter – CARADOC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ( Judis ) ▬ j'aurai aimé t'aimer comme on aime le soleil.
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» les bugnes comme chez le patissier
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» c'est dans des moments comme ça qu'on voudrait être tout petit # winthrop (fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Hors Londres :: 
Les lieux d'habitations
-