GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Voir le deal
999.99 €

Partagez

Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Professeur Slughorn

Professeur Slughorn


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 220
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pieuvre
| PATRONUS : Une bouteille d’hydromel qui se vide dans une pinte sans fond
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Empty
MessageSujet: Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS EmptyJeu 7 Mar 2019 - 12:22

Horace était plus amateur de la chaleur des Trois Balais que de la saleté de la Tête de Sanglier. Et aussi sympathique puisse être ce bon Abelforth, Rosie déployait certes d’autres charmes. L’endroit présentait néanmoins le crucial avantage de se trouver vacant d’étudiants aux joues et aux lèvres rougies autant par le froid que par le sucre. Il abandonna ainsi ses collègues et le garde-chasse de Poudlard à la croisée de l’Impasse du Borgne prétextant avoir rendez-vous avec un ancien élève de son Club. Il échappa au regard scrutateur de Minerva avant que celle-ci - à la curiosité parfois bien mal placée - ne lui demande de décliner l’identité de son rendez-vous. L’adolescent que Rodolphus Lestrange était encore à une récente époque avait toujours attiré la bienveillance du maître de potions mais la méfiance de la spécialiste de la métamorphose. Ambitieux, brillant et classieux, Rodolphus incarnait aux yeux du directeur de sa Maison toutes les plus belles qualités de Salazar Serpentard. Le compter dans ses classes, et dans ses soirées, avait été un grand honneur pour Horace. Il se trouvait ainsi passablement peiné que l’élève, une fois son diplôme en poche, n’ait poursuivi aucune éclatante carrière au profit des sombres confins de sa demeure. Soucieux d’éclaircir cette situation, et peut-être de raviver son âme, le Professeur s’était empressé de répondre présent ce jour à l’invitation de l’alumnus.

Il pénétra dans l’échoppe et, prêt à chasser la neige du bout de ses souliers, se ravisa en avisant l’aspect du plancher. Les rues de Pré-au-Lard où les bonhommes de neige - devenus tristes monticules boueux - finissaient de fondre ne paraissaient pas moins propres. « Abelforth ! » dissimula-t-il son embarras en saluant joyeusement le tenancier. Ce dernier, bien moins expressif, employa plutôt sa sympathie à accompagner le client jusque dans le petit salon confidentiel que l’étage dissimulait. Le professeur entretenait un mauvais souvenir de ce lieu comme la dernière fois qu’il s’y était rendu, Albus s’était employé à discuter avec lui de l’époque de Tom Jedusor. Abelforth partageait le même regard bleu perçant que son aîné, aussi Horace ne se trouva-t-il pas mécontent de le voir repartir à ses affaires. « Incendio » souhaita-t-il au moins réchauffer l’âtre de la cheminée d’une boule de feu.

______________________________

Horace Slughorn


acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Rodolphus A. Lestrange

Rodolphus A. Lestrange


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 283
| AVATARS / CRÉDITS : Matthew Goode ϟ praimfaya (bazzart)
| SANG : Lestrange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Se retrouver Cracmol
| PATRONUS : Un Lycaon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Empty
MessageSujet: Re: Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS EmptyLun 1 Avr 2019 - 15:02

La bienveillance amenait depuis toujours les sorciers les plus brillants à faire preuve de l'idiotie la plus crasse, et à ce sujet Horace Slughorn battait même le sénile Albus Dumbledore. Même ce sénile Albus Dumbledore, qui lui ne s'était jamais laissé berner par la séduisante apparence de premier de revue de l'héritier Lestrange : ce dernier avait eu beau ne jamais se laisser aller au moindre écart en présence du Directeur de Poudlard, jamais il n'était parvenu à le séduire et lui faire oublier la réalité de sa glorieuse parenté et de ses opinions bien arrêtées et si opposées aux siennes. Horace Slughorn n'avait pas eu cette chance, et six mois n'avaient pas passés après son entrée à Poudlard que déjà il prédisait un avenir glorieux à l'aîné de Morpheus : les années eurent beau passer et les épisodes troublants se succéder autour du charismatique jeune Lestrange, jamais le Professeur de Potions n'eut la sagesse élémentaire de prendre ses distances et de cesser de s'offusquer du traitement (si injuste !) que ses collègues lui réservaient, eux qui n'avaient jamais été ou avaient pour certains cessé d'être les dupes de son petit manège macabre. Jamais Slughorn n'avait changé d'avis à son sujet, et Rodolphus avait mis un point d'honneur à rester en d'excellents termes avec le vieil homme une fois sa scolarité terminée, en souvenir de tous ces charmants moments passés dans ce club dont il était une des vedettes. L'éducation qu'il avait reçue de son inflexible père avait au moins eu pour résultat de lui faire sentir l'importance qu'il y avait pour un sorcier bien né et ambitieux de bien s'entourer : et à ce sujet, tout bête qu'il soit, Horace Slughorn représentait un allié de poids (et pas qu'en ananas confits). C'est pourquoi lorsque Lord Voldemort, au cours d'une des dernières de ces réunions qu'il tenait avec ses fidèles, avait abordé la nécessité pour eux d'élargir leurs rangs et d'accueillir de nouveaux sorciers pour défendre leurs droits, Rodolphus n'avait pas hésité à faire allusion à ses bonnes relations avec le vieux Slughorn et avait bien remarqué le regard appréciateur que son Maître avait posé sur lui. Qu'il rallie un Professeur de Poudlard à leur cause, qui plus est Directeur de la maison Serpentard, et Rodolphus était assuré de figurer à jamais dans les bonnes grâces de Lord Voldemort... Il s'était donc empressé d'envoyer un hibou à sa cible dès la réunion terminé, assuré d'obtenir une réponse favorable à son amicale invitation à renouer des liens distendus par le temps qui passe et des vies bien remplies. Horace avait paru bien trop heureux d'y donner une réponse favorable, et tous les deux avaient convenu de se retrouver à la Tête de Sanglier pour rattraper le temps perdu. Et voilà qu'il se trouvait à la porte de l'établissement miteux de l'autre Dumbledore, déterminé à déballer tout ce que sa bonne éducation lui avait permis d'acquérir comme charme pour raviver l'affection débordante que le vieux Slughorn lui avait toujours portée. Rodolphus entra dans le pub comme s'il s'était agi de sa propre demeure, et d'un regard glacial le tenancier le renseigna à la fois de l'arrivée de son rendez-vous, et de la bonne réservation du discret petit salon de l'étage du taudis. L'héritier Lestrange se contenta d'un hochement du menton avant de s'engouffrer dans l'escalier, désireux de faire preuve de discrétion : son visage était connu, et les gens ne manqueraient pas de s'interroger sur la raison de sa présence à Pré-au-Lard s'ils venaient à le repérer. Et pour la bonne réalisation de sa mission, Rodolphus devait faire preuve de discrétion car nul doute que si cette entrevue venait à se savoir, l'entourage de Slughorn ne manquerait pas de lui prêter des intentions à peine moins sombres que celles qui l'agitaient en réalité.
— Professeur, salua-t-il courtoisement le Directeur de Serpentard en entrant dans le salon, un séduisant sourire plaqué sur son visage lisse comme le marbre, conscient que le vieux Slughorn aimait être flatté et apprécierait qu'il fasse allusion à ce rapport de mentorat qu'il exerçait jadis sur lui (du moins le pensait-il !), c'est un véritable plaisir de vous voir. Merci d'accorder ce précieux entretien à un vieil élève désireux de prendre de vos nouvelles. Je remarque toutefois que j'ai visiblement été le seul à prendre de l'âge, le temps semble n'avoir aucune prise sur vous. Il se débarrassa de sa coûteuse cape d'hiver et s'installa dans un fauteuil défoncé avec une élégance similaire à celle du mensonge qu'il venait de proférer. La grande leçon de séduction pouvait maintenant débuter !  

______________________________

l'ouvrier de la mort
Je ne ferai grâce à personne. Ni pape ni cardinal je n'épargnerai. Pas un roi, pas une reine. Ni leurs princes ou princesses. Je n'épargnerai ni prêtres, bourgeois, juges, médecins ou marchands, ni pareillement les mendiants. J. Teulé.  
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Slughorn

Professeur Slughorn


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 220
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pieuvre
| PATRONUS : Une bouteille d’hydromel qui se vide dans une pinte sans fond
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Empty
MessageSujet: Re: Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS EmptyMer 24 Avr 2019 - 10:14

La cheminée n’avait pas encore réchauffé l’étage aux allures de vieille cahute lorsque l’ancien élève rejoignit son professeur. Cette vieille appellation - qu’il aimait autant que son métier - aurait pu gonfler son torse de fierté s’il ne s’était pas trouvé aussi serré dans sa redingote de velours. « Monsieur Lestrange ! » répondit-il par un sincère enthousiasme. Horace avait atteint un honorable âge à partir duquel il ne grandissait plus qu’en largeur et il était heureux que les boutons dorés soient si solidement cousus au tissu. « Oh, vous flattez mieux mes jeunes oreilles que les rhumatismes mes vieux os ! » plaisanta-t-il en chassant quelque insecte invisible d’une main molle. Elle retrouva tout de sa franche vigueur en serrant celle de Rodolphus. C’est qu’il n’était plus un enfant mais bien un adulte aujourd’hui. Le maître de potions poussa alors un sincère soupir d’appréciation en déposant son fessier dans le second fauteuil situé près de la cheminée. Il se plaignait déjà de ses rhumatismes à l’époque où l’ancien était encore dans ses classes mais il ne les inventait pas. « Le plaisir est sincèrement partagé car enfin, entre professeurs, nous avons toujours cette pénible tendance à radoter - et n’était-il pas le plus grand des radoteurs d’entre eux ? - Il ne se passe pas grand chose à Poudlard vous savez ». Le contentement coulait de sa voix en expiant cet aveu, c’était bien la plus belle qualité qu’il pouvait prêter à un lieu. Le vieil homme aimait quand les choses se déroulaient simplement comme elles lui paraissaient le sens naturel de la vie, il n’aimait les aventures qu’à travers les récits que des sorciers mieux armés que lui pouvaient en faire. C’était de l’autre côté de la vitre, de confortables chaussons à ses pieds, une couverture sur ses genoux, qu’il aimait suivre les affaires de leur monde ... et tout particulièrement quand ce dernier se trouvait un endroit si orageux. « Mais allons, racontez moi vos nouvelles avant de me rapporter celles du monde ! » le professeur invita-t-il enfin celui qui était dans la force de l’âge à parler en s’emmitouflant dans sa place douillette et bourgeoise d’auditeur. Dans ses yeux couleur groseille, dansait la même lueur d’intérêt que le classieux héritier avait toujours suscitée chez lui. Il ne put s’empêcher de remarquer pourtant que l’élève semblait lui avoir légèrement changé. Il n’avait pas suivi son exemple et son tour de taille ne s’était pas plus épaissi que ses tempes ne s’étaient faites grisonnantes. Il lui trouvait simplement une allure froide qu’il ne lui reconnaissait pas - entendez plus que du temps de sa scolarité - et que ni le doux nectar coulant de ses sourires ni la vivacité des flammes brûlant dans l’âtre ne parvenaient à percer.

Abelforth choisit cet instant pour les rejoindre en apportant à Horace une pinte d’hydromel - sa commande habituelle par un temps de chien pareil - sans s’importuner d’un plateau. Il glissa tout aussi sommairement sur la petite table une corbeille de pain et un peu de fromage. Son client regretta qu’il n’y ait pas glissé un peu de confiture d’ananas, il lui avait souvent répété que le mélange aurait été savoureux. Il avait au moins fini par cesser de radoter sur ce sujet-là. Le tenancier se tourna enfin vers Lestrange pour prendre sa commande.

______________________________

Horace Slughorn


acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Rodolphus A. Lestrange

Rodolphus A. Lestrange


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 283
| AVATARS / CRÉDITS : Matthew Goode ϟ praimfaya (bazzart)
| SANG : Lestrange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Se retrouver Cracmol
| PATRONUS : Un Lycaon
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Empty
MessageSujet: Re: Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS EmptyVen 12 Juil 2019 - 13:02

L'entrevue débutait à peine que déjà Rodolphus avait la conviction d'avoir marqué de nombreux points : Slughorn paraissait positivement ravi et flatté de le voir, lui l'héritier de l'une des plus illustres familles du monde sorcier qui daignait s'intéresser à son vieil enseignant de Potions. Et il avait bien raison d'être flatté, car Rodolphus n'était pas homme à accorder facilement son oisif temps, qu'il ne dédiait toutefois pas à grand-chose d'autre qu'à lire et se battre pour le compte de son Lord.
— Oh le Poudlard de mes souvenirs pouvait se révéler bien agité, protesta-t-il presque gaiement mais le regard prudent, les multiples articles publiés dans la presse en témoignent. Je tenais à ce sujet à vous assurer que je regrette profondément les agissements d'Amycus Carrow, qui se trouve, vous le savez peut-être, être mon filleul, et dont je ne m'explique absolument pas le comportement. J'imagine que les retombées sur l'image de la maison Serpentard, pour laquelle vous connaissez mon attachement, ont été terribles. Le renvoi d'Amycus remontait à déjà plus d'un an, et le jeune homme que son parrain appréciait par ailleurs beaucoup avait remarquablement bien mis à profit cette libération anticipée des couloirs de Poudlard pour rejoindre les rangs de Lord Voldemort et commencer sérieusement son entraînement. L'un dans l'autre, Rodolphus était très fier de son filleul, qui n'avait pas hésité à remettre à sa place un vulgaire moucheron au sang souillé. Pour autant, il avait gardé le souvenir de Slughorn comme de celui d'un homme peu friand de publicité négative, et avait conclu qu'un mea culpa à propos de cette affaire qui avait été un scandale retentissant représentait une porte d'entrée parfaite pour aborder certaines questions qui revêtaient d'une grande importance...
— Quant à mes nouvelles, reprit-il d'une voix plus badine, vous êtes au courant de mon mariage avec Bellatrix Black, qui, il faut bien le reconnaître, est l'événement le plus remarquable de mon parcours de vie. J'en profite pour vous redire combien j'ai été flatté que vous nous gratifiiez de votre présence lors de ce jour si spécial... A cet instant, Dumbledore fit irruption dans la salle avec la commande du vieux Professeur, et s'enquit d'un ton sec de ce qu'il voulait boire. Votre meilleur brandy... Merci. Le barman eut le bon sens de ne pas s'attarder et redescendit derrière son comptoir après avoir marmonné qu'il revenait tout de suite, si bien que Rodolphus, qui n'aimait rien tant que de raconter des histoires, notamment à son sujet, reprit sa logorrhée : Je crains de vous décevoir en vous confiant que mon quotidien se révèle très calme, consacré à mes lectures et à de nombreux débats animés avec mon beau-frère Lucius Malefoy... Qui m'encourage d'ailleurs à m'engager en politique, tout comme lui, mais j'en suis encore au stade de la réflexion... Je ne suis pas certain d'être à la hauteur d'une tâche aussi noble, même si j'aspire ardemment à me mettre au service de mon prochain, surtout en des temps si troublés... Rodolphus, qui s'était laissé à l'emphase, décida de clôturer à cet instant son monologue d'un ton pensif, pour mieux laisser à ce vieux Slughorn l'occasion de s'extasier devant un projet si désintéressé et digne de lui... et pourtant si bidon.

______________________________

l'ouvrier de la mort
Je ne ferai grâce à personne. Ni pape ni cardinal je n'épargnerai. Pas un roi, pas une reine. Ni leurs princes ou princesses. Je n'épargnerai ni prêtres, bourgeois, juges, médecins ou marchands, ni pareillement les mendiants. J. Teulé.  
Revenir en haut Aller en bas
Professeur Slughorn

Professeur Slughorn


PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 220
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pieuvre
| PATRONUS : Une bouteille d’hydromel qui se vide dans une pinte sans fond
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Empty
MessageSujet: Re: Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS EmptyLun 11 Nov 2019 - 14:33

Le Professeur Slughorn avait étudié à Poudlard pendant sept années et y enseignait maintenant la subtilité des potions depuis plus de quarante-cinq années. Sa connaissance de la maison verte et argent vieille de plus d’un demi-siècle avait ainsi eu le temps de mûrir en sagesse. Il se trouvait sincèrement affligé des comportements de ses élèves qui pouvaient nuire à la maison de la grandeur (laquelle les avait pourtant honoré en les accueillant en son sein). Et la faute de Amycus Carrow était bien la plus médiocre qu’il avait essuyé au cours de sa carrière … Dès que le prénom fut prononcé par son interlocuteur, il préféra détourner son attention de leur conversation pour se couper un peu de fromage qu’il déposa sur une tranche de pain. Cette façon du vieil homme d’ignorer ce sujet signifiait à n’en point douter que, si son interlocuteur lui demandait une faveur à l’égard de son filleul, il ne la lui accorderait pas. Le sourire, ni la bonhomie du professeur, ne plia pourtant le temps de son obséquieux intermède, il n’était jamais vexant. Il se sustenta sereinement de son encas et acquiesça de nouveau lorsque le sujet plus léger et plaisant de l’union entre familles Black et Lestrange fut abordé. « Ah Miss Black ! Si ma mémoire de vieil enseignant ne me fait pas défaut, il me semble que votre épouse ne se trouvait en effet jamais bien loin de l’agitation qui pouvait régner entre les murs à votre époque … » plaisanta-t-il. La distance des années, ce nom de jeune fille qui était celui du présent chouchou de son club (et sans doute la relativité de ses bêtises par rapport à celle impardonnable évoquée à l’instant) lui faisaient aborder la jeune fille avec plus de bienveillance. « Son plus jeune cousin, qui est maintenant également le votre, est d’ailleurs un sorcier tout à fait remarquable ! ». Il méritait certainement une meilleure attention de la part de son ancien étudiant que quelque filleul condamné. « Votre vie de jeune homme s’annonce donc aventureuse, à n’en point douter, mon cher Rodolphus ». C’est que malgré ses simagrées, le maître de potions était doté d’une excellente mémoire et que le caractère tempétueux de l’épouse n’était pas de nature à être oublié. « C’était une très belle cérémonie et je suis toujours ému d’assister à l’union de deux de mes anciens étudiants » leva-t-il un peu son verre d’hydromel pour leur porter un dernier toast. Il n’y trempa néanmoins pas ses lèvres comme l’ancien étudiant n’avait pas encore reçu le meilleur brandy qu’il méritait.

Le Professeur s’installa plus confortablement dans l’assise de son fauteuil, faisant tourner le contenu de son verre de manière méditative, et écouta avec intérêt la suite de ses propos. Rodolphus lui dépeignait un quotidien tranquille partagé par bon nombre de bourgeois de leurs grandes familles. Et l’ambition, dont l’absence aurait pu gâter la saveur de leur conversation, apparut bientôt au détour d’un nouveau nom. « Ah ? ». Le Lestrange avait su hameçonné la curiosité du Professeur en évoquant Lucius Malefoy. Le fond de sa pensée la plus tendre pour Rodolphus était que le jeune homme aurait tôt gâché son potentiel à ne s’occuper que de petites affaires privées comme celles de son mariage ou de son filleul. Il avait toujours vu chez lui le potentiel d’être un grand sorcier de leur époque. Cette annonce qu’il était en train de lui faire, d’une possible carrière politique, l’émouvait bien plus que n’importe quel mariage. Horace laissa néanmoins s’écouler quelques secondes avant de l’éclairer de son avis. « Ces conseils me paraissent avisés et je crois également que la politique vous siérait. La noblesse n’interdit pas mais oblige, c’est même toute sa définition que d’obliger celui qui entend son appel ... » le gratifia-t-il d’un peu de sa sagesse professorale pour l’aider à aborder l’hésitation qu’il semblait sincèrement ressentir. « Ne redoutez pas la taille de vos épaules ou la maestria de votre langue, votre naissance vous a doté il y a bien longtemps de ces qualités qui distinguent un bon homme politique d’un mauvais ». Le point de vue conservateur du vieil homme lui avait toujours fait considérer que, si d’autres sorciers savaient obtenir ses qualités dans le travail et l’expérience, d’autres naissaient tout simplement dans la bonne famille.

______________________________

Horace Slughorn


acidbrain
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Empty
MessageSujet: Re: Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS Empty

Revenir en haut Aller en bas

Les bons professeurs savent comment faire ressortir le meilleur de leurs élèves | RODOLPHUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UploadHero] Les Réformés se portent bien [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Bons baisers de Hong-Kong [DVDRiP]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Un croisement innatendu [Pv Yuko & Hideaki][Hentaï][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Pré-au-Lard :: L'impasse du borgne :: 
La tête de Sanglier
-