GRYFFONDOR : 195 pts | POUFSOUFFLE : 247 pts | SERDAIGLE : 386 pts | SERPENTARD : 245 pts
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !
Les inscriptions pour les deux prochains matches sont d'ores et déjà ouvertes, retrouvez Serpentard VS Gryffondor et Poufsouffle VS Serdaigle !

Partagez|

Is cadit ante senem qui sapit ante diem | LILY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Professeur Slughorn



PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 203
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pieuvre
| PATRONUS : Une bouteille d’hydromel qui se vide dans une pinte sans fond
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Is cadit ante senem qui sapit ante diem | LILY Jeu 7 Mar 2019 - 13:00

Une main accrochée à ses lombaires, le Professeur Slughorn récurait le plafond pestilentiel des cachots du bout de sa baguette. « Recurvit ! Tergeo ! » essayait-il encore mais la potion d'haleine de chien que Monsieur Goujon et Miss Dawkins avaient trop fait longtemps bouillir sur le feu se trouvait tenace. Si le visage du maître de potions inspirait le plus souvent son humeur affable, ce n'était présentement pas le cas. Sa ride du lion était un sillon bien apparent et l'effort d'être penché le rendait rouge. Seule l'arrivée impromptue de Lily Evans sut ramener la situation à la normale et Horace lui adressa un fin sourire dès l'instant où il reconnut la chevelure rousse qui s'était égarée du bon côté de la porte. « Miss Evans ! » sa seule présence lui fit-elle l'effet d'un sortilège d'allégresse. Il laissa retomber son bras meurtri par l'effort pour s'intéresser à son étudiante favorite. Nonobstant ce que les mauvaises langues se plaisaient à raconter des allégeances du professeur - particulièrement au sein de la maison dont il était le directeur en raison de la pureté de son sang - c'était l'aura et l'intelligence de ses élèves qui le séduisaient. Et le fait que la préfète soit née de parents moldus l'impressionnait tout au contraire ; un peu à la manière des virtuoses de la musique nés dans des foyers où ne résonnait pas une seule note. Son esprit, en concluait-il, devait bien tenir un peu du génie.

Il excusa la démonstration de sa mauvaise humeur qu'elle avait surprise d'un léger rire. « La dernière classe du vendredi, ce n'est jamais la plus facile ! ». Les élèves étaient en effet toujours surexcités à l'approche des sorties à Pré-au-Lard et la matière qu'il enseignait ne se prêtait guère à ses débordements de chaudron (au sens littéral du terme !). Le professeur, qui pouvait être un véritable bavard, eut néanmoins le bon sens de ravaler sa langue. Il n'était pas courant pour lui de croiser l'étudiante ailleurs que pendant ses classes ou ses soirées. « Comment puis-je vous aider ? » haussa-t-il un sourcil pour dévoiler son oeil teinté de curiosité. Son petit doigt lui indiquait que son étudiante la plus talentueuse ne venait pas quérir des conseils en matière de potions. Il l'invita sobrement à le rejoindre d'un signe de la main avant de lui-même déposer son fessier derrière le bureau. Plutôt que de continuer à s'acharner contre la tâche encore bien apparente, il ensorcela une brosse en écailles de dragons pour continuer à frotter son plafond.

______________________________

Horace Slughorn


acidbrain


Dernière édition par Professeur Slughorn le Ven 15 Mar 2019 - 11:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Evans



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 412
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood by Swan/bazart
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Is cadit ante senem qui sapit ante diem | LILY Ven 8 Mar 2019 - 22:34

Ce matin, comme à son habitude, Lily jetait un coup d'oeil à l'actualité du monde sorcier dans la presse. Son cœur se serra en voyant qu'une nouvelle attaque avait eu lieu sur une famille. Le père, un né-moldu était toujours introuvable. Un frisson lui parcourut l'échine tandis qu'elle repliait le journal et se hâtait de filer en classe. Elle avait beau essayer de se distraire, elle ne put s'ôter cette pensée de la journée. Malheureusement, ce genre de nouvelles ne faisaient plus les titres tant cela arrivait fréquemment ces derniers temps . Elle se demanda même si aujourd'hui quelqu'un d'autre qu'elle s'en était préoccupée à Poudlard.
Tuer quelqu'un à cause de ses origines. Certains de ses camarades l'avaient déjà traitée de tous les noms et en paria pour cette raison. Cela lui avait même fait perdre son meilleur ami et pourtant... Lily continuait de ne pas comprendre ce type de pensées.

Un peu morose, la jeune fille s'était un peu mise en retrait pour cette dernière journée de la semaine. Elle ne pouvait s'empêcher de lier ces événements à la fameuse vision de son cadeau du nouvel an. Elle n'en avait plus fait mention depuis qu'elle s'était effondrée en pleurs dans les bras de James Potter. Cette soirée semblait si lointaine aujourd'hui. Ce serait-elle seulement produite si cela s'était passé maintenant, aujourd'hui qu'il sortait avec une Serdaigle ? Sans doute que non.
Comme il était sans doute probable qu'elle ne soit jamais devenue amie avec Severus s'il n'avait vécu dans le même village qu'elle. La vie était parfois faite de petits moments spéciaux. Elle ne regrettait toutefois rien de ces moments.

Son esprit pratique prenant le dessus, la préfète s'était finalement décidée à reparler de tout ça avec un adulte. Elle avait un moment hésité entre le professeur Soyle et le professeur Slughorn. Mais la prof d'étude des moldus l'étant elle-même, elle ne voulait pas l'accabler de ce genre de choses. Et peut-être que le maître des potions saurait mieux lui expliquer cette dissonances avec "ces" sorciers.

Il était occupé à nettoyer l'un des plafonds des cachots lorsqu'elle osa jeter un oeil dans la pièce. Les derniers élèves avaient dû quitter les lieux depuis un moment. Pourtant, il sentit tout de suite sa présence et l'accueillit d'un sourire réjoui. Lily lui en renvoya un.
- Désolée de vous déranger professeur...c'était...enfin...j'aurai voulu vous parler de quelque chose, expliqua la demoiselle, un peu gênée, encore à la recherche de ses mots.

Elle entra totalement sur un geste du professeur et le rejoignit vers son bureau devant lequel elle prit place.
Lily hésita un moment. Ce n'était peut-être pas une idée très intelligente tout compte fait.
Mais le regard soucieux de son professeur, l'enjoignit à parler.
- Je...je suis inquiète professeur.

La brosse au-dessus d'eux poursuivait son travail, frottant sur les mêmes tâches inlassablement. Il lui semblait que ses pensées aussi tournaient en cercle, de plus en plus petits sans qu'elle ne sache vraiment comment tout exprimer ce qu'elle voulait à son professeur.
- Peut-on vraiment faire quelque chose dans le monde sorcier ? demanda-t-elle brusquement en le fixant de son regard émeraude. Je veux dire...les gens comme moi. Les nés-moldus, murmura-t-elle dans un souffle si ténu qu'elle n'était pas sûr qu'il ne l'entende.

La jeune fille se sentait fragile et démunie. Elle avait passé sa vie à travailler et à tenter de bien faire. Et si tout cela était vain ? Et si rien ne l'attendait vraiment dans ce monde, à la sortie de l'école ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur Slughorn



PERSONNEL
Le travail est l'aliment des âmes nobles.

PERSONNELLe travail est l'aliment des âmes nobles.
| HIBOUX POSTÉS : 203
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une pieuvre
| PATRONUS : Une bouteille d’hydromel qui se vide dans une pinte sans fond
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Is cadit ante senem qui sapit ante diem | LILY Ven 15 Mar 2019 - 12:35

Le Professeur Slughorn ne comprit l’inquiétude de Lily que lorsqu’elle évoqua sa nature de née moldue, un terme autrement préférable à celui qu’elle avait employé lors de sa dernière soirée. Horace se trouvait généralement plus à son aise lorsqu’il se représentait en société, mais la sincérité de la sorcière appelait aujourd’hui la sienne. « Ah, j’aimerais que votre question mérite une réponse simple » se cacha-t-il un instant derrière l’ouverture d’un tiroir de son bureau pour en extirper une boîte d’ananas confites. L’étudiante était toujours devant lui et son regard encore teinté du tourment. « Avant de vous répondre, je pense qu’il est important que vous compreniez que j’ai été élevé dans une famille sorcière très conservatrice et que je suis moi-même favorable à ce que monde moldu et monde magique demeurent strictement séparés » expliqua-t-il avec honnêteté. Leur pays s’érigeait aujourd’hui en deux camps tandis que lui ne se prétendait d’aucun, une position si complexe que le maître préférait généralement la taire. Le souvenir de son collègue assassiné l’année dernière était encore vif dans sa mémoire. Et sans se départir de son honnêteté, il ajouta de la douceur à ses propos. « Sachez également Miss Evans que, avant d’être une née moldue, vous êtes une sorcière. Et l’une des plus talentueuses et étonnantes à qui je n’ai jamais eu l’honneur d’enseigner. Vous faites pleinement partie du monde magique et seul un fou nierait que vous avez beaucoup à lui offrir ». Cela sans doute aurait été la réponse la plus simple, il le lui avait indiqué, elle se trouvait autrement plus complexe. « Mais seul un fou ignorerait également que nous vivons une époque inutilement et excessivement dangereuse. Poudlard demeure évidemment un endroit sûr mais ce n’est le cas nulle part ailleurs. Le ministère même prouve aujourd’hui sa défaillance - regrettait-il le triste attentat qui avait encore éclaté là-bas pour ouvrir la nouvelle année - Et je ne saurais que vous conseiller la discrétion, non pas uniquement parce qu’elle offre la meilleure des protections ». La maison de Salazar Serpentard n’était pas réputée pour sa bravoure, son Directeur n’en était pourtant pas complètement dépourvue. La sienne était certes plus dormante que celle de ses autres collègues mais conforme également à d’autres idéaux qu’il entretenait. « Mais parce que je crois sincèrement - pesa-t-il ses mots autant que son regard en s’adressant à l’étudiante pour laquelle il s’inquiétait également - que la meilleure manière de résister est parfois de vivre et de s’épanouir à l’insu de celui qui nous condamne à être son ennemi ». Le sourire qu’il lui adressa était à la fois doux et amère, de la même manière que sa conclusion sans doute. Ce fut d’une main un peu tremblante que le Professeur parvint enfin à ouvrir son pot de confiserie. « Tenez Miss Evans, cela vous fera du bien » déposa-t-il les confiseries au centre du bureau comme s'il s'agissait d'un paquet de mouchoirs. Son coeur battait un peu plus fort comme il avait une certaine impression d’en avoir trop dit et de s’être dévoilé plus que de coutume aussi glissa-t-il deux bonbons à la fois sur le bout de sa langue.

______________________________

Horace Slughorn


acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Evans



PRÉFET GRYFFONDOR
Le courage ne se laisse jamais abattre.

PRÉFET GRYFFONDORLe courage ne se laisse jamais abattre.
| HIBOUX POSTÉS : 412
| AVATARS / CRÉDITS : Rachel Hurd-Wood by Swan/bazart
| SANG : Née moldue


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS : biche
| POINTS DE COMPÉTENCE :

MessageSujet: Re: Is cadit ante senem qui sapit ante diem | LILY Dim 24 Mar 2019 - 13:45

Si même son professeur prenait des pincettes pour en parler, la jeune fille avait donc bel et bien de quoi être inquiète. Elle l'avait toujours vu tellement serein, savoir que quelque chose pouvait l'inquiéter n'avait rien de rassurant.
"...je suis moi-même favorable à ce que monde moldu et monde magique demeurent strictement séparés."
Ouch, ça faisait mal. Il avait toujours été son professeur préféré et voilà qu'il lui annonçait de but en blanc qu'il pensait comme les autres et ne la voyait pas à sa place ici. Lily se tut, accusant silencieusement le coup. Son regard émeraude se voilait de larmes qu'elle se refusait de verser. Elle esquissa un pas en arrière, prête à s'enfuir, regrettant même d'être venue le voir lorsqu'il poursuivit, "...avant d'être une née-moldue, vous êtes une sorcière.." Elle relâcha sa tension en même temps qu'une larme sous la surprise.
Un peu de rouge colora ses joues en entendant les compliments qu'il lui offrit. Décidément, en ce moment, elle connaissait toute une palette d'émotions dans un laps de temps réduit.

- La discrétion...répéta la jeune fille interdite. Mais professeur, lorsque je me promène dans la rue, je n'hurle pas à qui veut l'entendre mes origines. Ce n'est pas pour autant que je devrais les taire. Je n'ai eu besoin de rien dire pour que certains..élèves viennent me le reprocher, ici. expliqua-t-elle. Elle avait faillit dire "certains de VOS élèves" avant de se reprendre. Le vieil homme n'y pouvait rien si nombre de ses recrues Serpentards étaient complètement jetés.

Elle médita un moment ses paroles, encore ébranlées par tout ce qui se disait là.
- Professeur...une vie terrée est-elle vraiment une vie ? ne put-elle s'empêcher de demander doucement.
Slughorn était toujours d'un naturel jovial et bon vivant, c'était surprenant de le voir aussi sérieux tout à coup. Surprenant mais rassurant. Malgré ses apparences un peu superficielles, elle l'appréciait vraiment et savourait plus encore cette promiscuité avec le professeur.
A sa suite elle attrapa une friandise qu'elle engouffra aussitôt dans sa bouche. Elle laissa le sucre fondre sur sa langue et mettre en émois ses papilles. Cela eut le mérite de la calmer que de la concentrer sur son palais. Les deux potionnistes avaient en commun le plaisir des petites douceurs.
Elle essuya d'un geste qui se voulait discret la larme qui avait tracé un sillon sur sa joue. Puis elle battit plusieurs fois des cils, soucieuse de chasser toute autre traîtresse qui eut pu la trahir. A bas la morosité.
Lily regarda un peu autour d'elle les différents bocaux présents sur les étagères.
L'avenir. Ce dernier semblait si sombre désormais.

- Vous avez toujours voulu devenir professeur ? demanda-t-elle enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Is cadit ante senem qui sapit ante diem | LILY

Revenir en haut Aller en bas

Is cadit ante senem qui sapit ante diem | LILY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Activité] Partie d'échec géante !
» Mandat kont Aristide - No DYOL to talk!
» Araigné géante
» L'histoire sans fin
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Les sous-sol
 :: Le cours de potions
-