GRYFFONDOR : 240 pt | POUFSOUFFLE : 217 pt | SERDAIGLE : 188 pt | SERPENTARD : 196 pt
Retrouvez l'édition de juillet de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -48%
Xiaomi Redmi Airdots – Ecouteurs sans fils
Voir le deal
10.49 €

Partagez

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1341
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Gypsophile
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : la mort de sa femme et son fils.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA EmptyMer 3 Avr 2019 - 22:44

Moran avait apprit l'accident de Gardenia en rentrant chez lui, après sa journée de cours. Le ventre vide, l'air ombrageux, il ne travaillait pas ce soir-là. Et tant mieux. Bien heureuse avait été la décision de ne pas faire son service à cette date. Il était rentré sous la pluie, ayant pris l'étrange décision de marcher. Autant préciser que lorsque son épouse n'était pas là, il se relâchait. Il se retrouvait à s'essayer de cuisiner une soupe aux champignons mais il était aussi mauvais en cuisine qu'en potion. Sa soupe était donc vraiment dégueulasse. Mais la lettre qu'il venait de recevoir du professeur McGonnagall venait d'éclipser la douleur qu'il ressentait dans son ventre qui n'était pas satisfait du plat du jour. Le jeune homme avait lâché ses couverts, laissé son assiette à moitié pleine de soupe sur la table, avant d'attraper sa veste en jean pour transplaner en direction de Sainte-Mangouste.

La rapidité avec laquelle il marchait maintenant en direction de l'hôpital sorcier donnait presque l'impression qu'il allait rater son bus impérial. Les joues rouges, le regard alerte, Moran s'adressa au mannequin dans la vitrine qui le laissa entrer sans faire de chichi. La secrétaire également, le renseigna rapidement et il grimpa les escaliers quatre à quatre, comme si l'effort de la course allait faire disparaître l'étrange poids qui était tombé dans son ventre. Du plomb semblait l'avoir envahi alors qu'il passait les portes blanches à la recherche d'un numéro particulier : celui de la chambre de sa femme. Trois jours qu'elle était à l'hôpital et on ne lui avait rien dit. Personne ne l'avait prévenu, et la sachant indépendante, il ne s'était pas inquiété plus que cela de ne pas avoir de nouvelles d'elle. Poudlard occupait et il voulait bien l'entendre, malgré la dérangeante présence de l'ex-petit ami de Gardenia. Mais l'heure n'était pas à la jalousie. Personne ne lui avait rien dit. Il ne savait même pas ce qui lui était arrivé, et comment elle allait. Accoutumée à son destin de mari et de père, le jeune homme ressentait une angoisse rampante et virulente lui dévorer le corps, et s'immiscer dans ses membres, et le tétaniser tout entier. Il toqua avant d'entrer mais ne se formalisa pas d'une réponse pour pénétrer dans la chambre. Sa femme semblait dormir à point fermé, les mains étendues à ses côtés, blanches comme les draps. Le jeune homme s'affaissa contre le mur. La vision était plus choquante que ce que l'on pouvait imaginer, pour un garçon qui pensait avoir tout perdu : « Putain Pitiponk, qu'est-ce que tu as fait ? ».

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Gardenia E. Powell

Gardenia E. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 830
| AVATARS / CRÉDITS : Emily Bett Rickards ღ (c)Heaven
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Re: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA EmptyJeu 4 Avr 2019 - 16:12

Tout avait été très vite et tout allait toujours trop vite. L'accouchement arrivait à grands pas et la jeune femme avait du passer la main au Professeur McGonagall concernant son sort de désillusion qui lui demandait une trop grande dose d'énergie. Mais la vigilance était aussi l'une des choses qui commençaient à lui faire défaut, la vie bien trop paisible du château engendrait un calme immense dans son coeur. Vitesse et calme n'allait pas de paire, mais semblait-il qu'elle n'avait pas le choix de l'endurer encore un peu. Déambulant dans les couloirs du château, paquet de copies à la main, elle était plutôt fière de sa magnifique vengeance envers l'esprit frappeur du château. Si quelques mois auparavant il avait révélé à Greta Catchlove son engagement avec Moran, elle avait prit la décision de lui faire une légère blague étudiée avec précision et profondeur. Peeves avait souffert la veille, persécuté par le Baron Sanglant après être tombé "au mauvais endroit au mauvais moment", il fallait dire que provoquer la Baron avec un dessin de la forêt interdite et d'un poignard n'était pas l'une de ses plus brillantes idées, mais le fait que Peeves ait pris tout le blâme : c'était l'idée de génie. Mais l'idiotie de la chose avait très certainement été de le regarder, l'air moqueur au détour d'un couloir le matin même : elle s'était vendue toute seule... Ce qui avait provoqué une énième vengeance à coup de balles roulantes au bas des escaliers, sa chute, une vive douleur puis... le trou noir.

Un énorme trou noir. Deux jours étaient passés à son réveil, elle avait eu l'impression de marcher, marcher et encore marcher sans s'arrêter pendant tout ce temps, mais elle s'était sentie bien. Un sentiment de plénitude qui l'avait envahi, certes, mais qui l'avait aussi mise mal à l'aise comme si elle avait quelque chose à d'important à faire ou quelque chose — quelqu'un — qui l'attendait. Razvan avait été le premier visage qu'elle avait vu, il l'avait rassuré sur son état. Sur le bébé. Tout allait bien. Et elle s'était rendormie, épuisée. « ...tain Pitiponk... » fit une voix qu'elle connaissait, elle en était persuadée. Qui cela pouvait-il bien être ? Elle ouvrit les yeux pour voir une silhouette contre le mur. Moran. Effondré contre le mur, cette vision le brisait le coeur, il était l'une des personnes qui comptait le plus pour elle et elle ne supportait décidément pas de le voir ainsi. Gardenia prit sur elle pour sourire avec difficulté au père de son enfant et époux. « Pitiponk ? Vraiment... ? » souffla-t-elle doucement en essayant de se redresser. Qu'est-ce qu'elle avait mal nom d'un chien ! Plus jamais elle ne mettrait les pieds dans ce château. « T'as une sale tronche Dirico... »
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1341
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Gypsophile
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : la mort de sa femme et son fils.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Re: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA EmptyJeu 4 Avr 2019 - 21:59

Apprendre l'accident de sa femme avait provoqué un choc immense pour Moran qui croyait voir sa vie s'effondrer sous ses yeux. Ils s'étaient mariés parce qu'elle était enceinte. Mais s'il n'y avait plus d'enfant ? Avaient-ils brisé leur vie pour rien ? Pourrait-il se remettre et elle aussi, de perdre un être qu'ils avaient appris à apprivoiser par dépit ? A aimer par obligation ? Ce qu'il ressentit en entrant à Sainte-Mangouste, c'était une angoisse vicieuse et mauvaise, qui se voyait grandissante alors qu'il montait les marches blanches pour arriver à son étage. Cette angoisse connu son apogée lorsqu'il vit Gardenia étendue sur le lit. La terrible pensée du jeune homme fut de penser qu'elle allait mourir. Et cette pensée qui le fit s'affaisser, non pas sur le siège à côté de son lit, mais contre le mur, le dos voûté, le regard hagard. Lorsqu'il vit sa femme se redresser, un léger sourire faible sur les lèvres, le jeune étudiant se releva brusquement pour effacer l'écart entre lui et le lit de deux enjambées à peine. « Bon sang Gardenia » fit-il de soulagement en lui prenant la main pour la serrer fort dans la sienne. L'Écossais se pencha sur ses lèvres pour lui coller un chaste baiser qui valait sans doute plus que tous les mots, tout en caressant sa joue.
Sans doute y mit-il tout son désespoir, toute sa terrible volonté de lui faire comprendre ce qui lui avait rongé le ventre depuis qu'il avait vu la chouette du Professeur McGonnagall taper à sa vitre d'un air impatient. La peur subversive, le désespoir intense, il y avait tout cela dans son baiser. En se reculant d'elle, il soupira : « Parle pour toi. Tu vas bien ? Tu m'expliques ce qui s'est passé au juste ? ». Pour qu'elle finisse à l'hôpital et qu'elle y reste pendant plusieurs jours, elle n'avait pas dû y aller de main morte. Un accident en cours ? Sur la tombe de Merlin qu'il allait attraper le petit idiot qui avait raté son sortilège pour toucher sa femme ! Parole de Powell !

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Gardenia E. Powell

Gardenia E. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 830
| AVATARS / CRÉDITS : Emily Bett Rickards ღ (c)Heaven
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Re: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA EmptyJeu 4 Avr 2019 - 22:36

Voir son mari dans cet état de panique et de détresse là disait se sentir coupable. Pourquoi n’avait-elle pas fait plus attention ? Pourquoi avait elle dû se venger ? Si elle n’avait pas décidé de faire en sorte que leur honneur soit lavé, jamais ils n’en seraient arrivés là et Moran n’aurait jamais terminé dans cet état. Depuis combien de temps était-il adossé contre ce mur ? Tant de questions se bousculaient dans sa tête jusqu’a ce que son époux traverse l’integralité de la pièce pour l’embrasser presque désespérément. Elle ne put que lui rendre son baiser avec tout le soulagement du monde qu’il soit à ses côtés, posant sa main sur la sienne, posée sur sa joue. Leur monde changeaient et ils s’étaient habitués l’un à l’autre, même en ne s’en voyant que peu depuis son entrée à Poudlard, ils se soutenaient l’un et l’autre, tout les trois se soutenaient en fin de compte. Ils commençaient à se rapprocher à ressembler à une famille "normale" et la peur qu’elle voyait dans les yeux de son époux, elle l’avait ressenti jusqu’à ce que le médicomage lui annonce qu’ils resteraient trois encore de très longues années.
Tandis qu’il se reculait, elle se décala doucement vers le bord opposé du lit pour lui faire une place et tapota sur les draps, il était bien trop loin même en étant si proche pour entendre quoique ce soit. « Je... On va bien. » souffla-t-elle en posant sa main libre sur son ventre bien arrondi sans le sortilege qui le camouflait. La jeune femme ferma les yeux en se remémorant la scène de sa chute qui restait encore floue dans ses pensées. « Peeves. Il a voulu se venger de la vengeance. Il a lancé des bavboules dans les escaliers pendant que je descendais, j’ai glissé. » soupira-t-elle en se disant une fois de plus qu’elle avait été idiote. D’un geste fébrile, Gardenia passa une main dans les cheveux de nouveau blonds du jeune homme à ses côtés et lui sourit avec peine. « Et toi ? Comment... Tu vas bien ? » dit elle inquiète de l’attitude de celui-ci quelques minutes auparavant.


Dernière édition par Gardenia E. Powell le Ven 5 Avr 2019 - 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1341
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Gypsophile
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : la mort de sa femme et son fils.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Re: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA EmptyVen 5 Avr 2019 - 14:45

Moran, qui à peine se sentait guéri de cette dépression qu'il avait bien tôt ressenti ces derniers mois, ne se sentait pas prêt à replonger si promptement dedans. Lorsque Gardenia s'agita dans le lit, un soulagement certain étreignit son coeur, sans parvenir toutefois à balayer son angoisse. La jeune femme eut beau le rassurer, ses paroles ne valaient pas plus dans ses oreilles que le ronronnement d'un boursouf apprivoisé. Il désirait parler à un médecin, et à quelqu'un qui la suivait. Car l'Écossais savait mieux que personne que l'esprit et le corps n'étaient pas toujours réellement liés. Si sa femme se sentait bien, c'était sans doute la vérité, mais ce qu'elle sentait était peut-être bien différent de sa réalité biologique. Ne disait-on pas que c'était à l'orée de la mort que l'on se sentait le plus en forme ? Le jeune homme prit place sur le lit sans réellement savoir s'il en avait le droit, et étira son bras pour le placer sous la nuque de son épouse. Elle lui précisa qu'ils allaient bien tout en touchant son ventre.
Bien qu'elle et lui furent très proches, et n'avaient aucun problème quand à la proximité que leur nouvelle union engendrait, Moran avait la difficulté, depuis le début de la grossesse, à réellement poser des mots sur ce qu'il ressentait vis-à-vis de son enfant. Sa grande satisfaction étant qu'il avait été conçu pendant une soirée de cuite comme un bon écossais. Mais pour le reste, il évitait assez de toucher le ventre de sa femme comme s'il avait été quelque chose de défendu. Cela ne changeait pas le problème de toute manière. Il ne comprenait pas comment elle avait pu finir ainsi à l'hôpital, jusqu'à ce qu'elle lui en donne la raison - stupide - qui commença à l'agacer très vivement : « Gardenia tu sais bien qu'il ne faut jamais se venger d'un esprit frappeur, ce sont des cours de première année ! » s'exclama-t-il d'un ton de reproches, « qu'est-ce que tu lui as fait ? ». Autant qu'elle finisse l'histoire pour l'agacer un peu plus.
S'il se sentait toujours désespérément impuissant face à cette situation, la voir s'exprimer clairement avait au moins le mérite de calmer un peu l'angoisse qu'il ressentait et qui lui rongeait l'estomac. Malheureusement, son soulagement semblait-il, commençait à être remplacé par de l'agacement. C'était le contre-coup logique de sa crainte virulente : « Ca va, comme toujours ! » répondit-il brusquement. Le jeune homme avait l'impression d'avoir été piqué par un guêpe du nom de Gardenia Eden Ollivander.

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Gardenia E. Powell

Gardenia E. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 830
| AVATARS / CRÉDITS : Emily Bett Rickards ღ (c)Heaven
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Re: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA EmptyVen 5 Avr 2019 - 15:58

Gardenia faisait peut-être plus peur à voir qu'elle ne voulait se l'avouer, n'ayant pas eu l'occasion de se regarder dans un miroir durant ses dix minutes d'éveil de la veille au soir. Mais les courbatures qu'elle ressentait et la vive douleur qu'elle ressentait à l'arrière du crâne suffisaient à ce qu'elle sache qu'elle devait être plu pâle que la mort et elle remerciait Merlin d'être née blonde pour ne pas offrir une vision pitoyable d'elle — contrastée entre sa peau et ses cheveux — à Moran. Quand celui-ci s'approcha néanmoins du lit pour se placer à ses côtés comme elle le lui avait suggéré, elle ne put s'empêcher de sourire, se disant qu'elle ne devait peut-être pas faire si peur à voir que cela, ou bien que justement c'était la raison pour laquelle il se plaçait là. La demoiselle leva le tête pour lui permettre d'allonger son bras sur lequel elle se laissait aller. Très peu de temps, puisqu'elle la releva à la suite des paroles du jeune homme qui semblait lui reprocher son comportement — non, il le lui reprochait — imature et idiot de première année. Et c'était vrai. Elle avait eu un comportement qu'elle n'aurait pas du avoir, et en plus elle était enceinte. Quelle idiote.

« Je ne lui ai rien fait ! » dit-elle en reprenant légèrement du poil de la bête. « J’ai peut-être mis un poignard forgé d’un cœur dans les affaires du Baron et il a cru que c’etait Peeves. C’est tout. » dit-elle en fronçant les sourcils, un mal de crâne pointant le bout de son nez et reposant sa tête sur le bras du garçon de peur que sa tête ne se mette à tourner. Avec du recul, la jeune femme savait pertinemment qu'elle avait réagit sur un pur coup de tête alors qu'elle avait bien précisé à son époux qu'elle attendrait d'être "rétablie" si, et seulement si, elle tentait quelque chose contre l'esprit frappeur. Elle comprenait les reproches de Moran à son égard et les accepta en baissant simplement la tête n'étant pas d'humeur et dans l'état de se confronter au jeune homme. Elle se retînt simplement de dire que ce n'était donc pas de sa faute par crainte de subir le courroux de son époux qui pouvait s'avérer trop fort pour elle. Le ton brusque de celui-ci la fit sursauter, ne s'attendant pas à cela. « S'il te plait, calme toi... » dit-elle avec une petite voix qui s'attendait à une réaction plus vive de sa part, elle aurait eut-être du se taire et ignorer la voix dès le début et continuer à dormir. Elle était décidément plus bête qu'un Pitiponk.


Dernière édition par Gardenia E. Powell le Dim 14 Avr 2019 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1341
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Gypsophile
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : la mort de sa femme et son fils.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Re: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA EmptyDim 7 Avr 2019 - 20:12

Sans doute que Gardenia avait eut une bonne idée de demander à son époux de s'asseoir à côté d'elle sur le lit. Cela contribuait à calmer sa rage. Elle était peut-être trop faible pour lui tenir tête comme elle en avait l'habitude, mais Moran n'avait aucun scrupule, sur le moment, à prendre le dessus sur elle pour cette raison. Car après tout, si elle n'avait pas joué à la plus idiote avec Peeves, elle ne serait certainement pas ici. Ses justifications, elle aurait dû se les garder. Sincèrement, il aurait voulu la secouer pour qu'elle se réveille. Il ne lui était jamais venu à l'idée de se venger de l'esprit frappeur, qui s'était pourtant plusieurs fois acharné sur lui lorsqu'il était en première année, au grand plaisir de ses camarades de maison qui le raillaient sans cesse. Mais se venger de lui ? Il n'avait pas assez de courage, ou n'était pas assez fou. En tout cas, utiliser son épouvantard, le Baron Sanglant, ce n'était clairement pas la solution. « Tu es une idiote » lui dit-il sèchement, « tu aurais pu te briser la nuque. Ou pire ». Il préférait ne pas expliciter ses deux derniers mots. L'imagination de la jeune femme suffirait à lui faire comprendre le message. Car ils pouvaient faire référence à plein de choses : la paralysie, mais aussi la fausse couche. Il n'était pas stupide ni dénué de sensibilité. Moran savait combien cela était une épreuve pour toutes celles qui l'avaient expérimenté. Imaginer sa femme dans un tel état de détresse psychologique parce qu'elle avait voulu agir comme une gamine en se "vengeant" ça le mettait hors de lui.
Et elle ne l'aidait pas en lui demandant de se calmer ainsi : « Me calmer ? Mais mets toi à ma place ! » s'écria-t-il en se relevant pour pouvoir la regarder dans les yeux. S'il avait été sous sa forme animale, on aurait sans aucun doute pu voir l'outrage dans ses yeux de pie. « J'ai à peine reçu une lettre tout à l'heure, on ne m'a même pas prévenu de suite ! Tu te rends compte de ce que j'ai ressenti ? Et tu me demandes de me calmer ? ».

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Gardenia E. Powell

Gardenia E. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 830
| AVATARS / CRÉDITS : Emily Bett Rickards ღ (c)Heaven
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Re: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA EmptyLun 15 Avr 2019 - 19:02

Une idiote ? Oui, elle en était une et en était pleinement consciente, tout comme elle était parfaitement consciente de l'inquiétude et de la colère qu'elle voyait dans les yeux de Moran. La répartie de Gardenia ne pouvait que s'écraser devant ses tords et ses gamineries, après tout il avait raison, elle aurait pu ne plus jamais pouvoir rebouger, ou peut-être même mourir. Les escaliers de Pouillard étaient déjà suffisamment dangereux sans rajouter le fait qu'elle s'en soit prise à Peeves pour une raison banale qu'était la révélation de son mariage à une jeune fille innocente. Mais plus le temps passait, plus elle se disait que même le pire des idiots était plus intelligent qu'elle. Ne serait-elle pas tout simplement, par pur interêt, servi de Peeves et de Greta comme de bouc émissaire pour soulager tout les sentiments qu'elle gardait au plus profond d'elle-même ses derniers temps ? Gardénia était humaine, elle était une sorcière et plus important : elle avait des sentiments qui devait à un moment ou un autre refaire surface après avoir été caché pour soutenir Moran durant sa longue période fantomatique et de "sevrage".  « Je sais. » Que pouvait-elle bien répondre d'autre ? C'était la dure réalité des choses, l'égo de la jeune fille était mis à mal par ses propres actions et elle ne pouvait nier l'évidence des faits. Tout ce qu'elle pouvait faire se résumait à lui demander de se calmer pour ne pas alerter les infirmières et le Médicomage, tout ce qu'elle pouvait faire se résumait à baisser la tête, à s'incliner devant le Serpentard.
Pourtant, aucune larme ne venait à ses yeux comme dans le passé qui lui semblait si proche. Elle devait grandir et la brusque réalité des choses lui sautait en plein visage. Comme si chuter dans les escaliers lui avait remis les idées en place. Comme si elle venait brusquement de se rendre compte qu'elle était adulte. Les cris de Moran lui semblaient sourds et résonnait dans la pièce, pour la première fois dans leurs disputes quotidiennes, elle se sentait spectatrice et ne pouvait pas crier à son tour. son époux était en position de force, autant physique que mentale. Il la surplombait de la moitié de sa hauteur, assis là sur son lit aux draps immaculé, lui libre de tout mouvement et elle retenue dans son lit par un seul et unique lien magique relié à des fioles de potions. Elle se sentait misérable plus que coupable. « Je ne peux pas me mettre à ta place. » lui dit-elle tout simplement d'une voix droite, presque linéaire. « C'est toi qui est là et moi qui est allongée. C'est toi l'adulte et moi l'imbécile qui ne sait en faire qu'à sa tête. » fit-elle en continuant sur sa lignée, dévoilant la moindre de ses pensées. « Mais je me met à ta place trois, quatre, cinq mois auparavant respirant à peine la vie, en pleine dépression — et je ne dis pas que tu en es définitivement sorti — il fallait que sa sorte. Il fallait que je fasse quelque chose. Et je suis devenue une gamine pour une foutue dizaine de minutes qui a failli gâcher nos vies, à tout les deux. » dit-elle en essayant de soutenir le regard de Moran.  Elle ne pouvait qu'essayer de lui faire comprendre que chacun avait sa façon de réagir au problème qui les avaient liés. Elle l'avait supporté pendant des mois, tentant de lui faire garder la tête hors de l'eau, elle avait mis de côté tout ce qu'elle avait pu ressentir pour être celle qui gardait la tête froide.
Et elle était tout simplement en train de perdre pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 1341
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | Gypsophile
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : la mort de sa femme et son fils.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Re: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA EmptyJeu 18 Avr 2019 - 17:06

Dire à Gardenia qu'elle était une idiote ne soulagea pas vraiment Moran, qui au contraire, eut tendance à se sentir honteux lorsque sa femme lui répondit platement qu'elle le savait déjà. C'était tout ? Pas de crise ? Pas de cries ? Elle était sans aucun doute trop faible pour s'en remettre à un comportement si trivial. Mais sa colère à lui, honteuse, certes, ne baissait pas d'un cran. Ses oreilles étaient rouges à tel point qu'on aurait dit un gratin de carottes. C'était lui que l'on traitait habituellement d'idiot, c'était lui qu'on insultait et que l'on descendait plus bas que terre. Gardenia Ollivander ne se laissait pas faire, mais aujourd'hui pourtant, elle semblait lui laisser la priorité. Cela le fit un peu se sentir mal. Il n'avait pas l'habitude de prendre l'ascendant sur elle, tout comme il n'avait pas l'habitude de rester énervé si longtemps. Mais la peur qui lui avait instantanément rongé le ventre, et qui continuait de grogner en lui, l'empêchait de se calmer véritablement. La suite de son monologue, le jeune homme ne sut pas comment le prendre. Était-ce ironique ? Narquois ? Essayait-elle de recoller les pots cassés ? Moran n'en savait rien, il avait l'impression que son cerveau avait arrêté de fonctionner, rongé par la peine, la douleur et la rage. Il resta longtemps silencieux à ses paroles, ne sachant pas que dire, ni comment réagir. L'Écossais devenait toujours silencieux lorsqu'elle mettait sur le tapis sa dépression alcoolique, parce qu'il en avait honte. Et il en avait d'autant plus honte qu'il lui reprochait quelque chose à laquelle il s'était lui-même abandonné un peu plus tôt. Comment Gardenia faisait-elle pour toujours le faire se sentir ingrat ? Vexé comme un botruc, il sortit du lit et remit la couverture de la jeune femme correctement pour effacer toute trace de son passage éclair. Sans un mot pour elle, il quitta la pièce et s'adossa contre le mur en secouant la tête. S'il continuait à parlementer avec la jeune femme, il allait crier, s'énerver et cela n'allait rien changer. Le jeune homme avait simplement besoin d'un bon café, sinon, il allait finir par exploser.

Spoiler:
 

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty
MessageSujet: Re: Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA Empty

Revenir en haut Aller en bas

Pitiponk 1 - Dirico 0 | GARDENIA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-