GRYFFONDOR : 620 pts | POUFSOUFFLE : 283 pts | SERDAIGLE : 612 pts | SERPENTARD : 245 pts
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !
Les inscriptions pour les deux prochains matches sont d'ores et déjà ouvertes, retrouvez Serpentard VS Gryffondor et Poufsouffle VS Serdaigle !

Partagez

Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Njal H. Lænsen



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 406
| AVATARS / CRÉDITS : ⊰ Martin Garrix
| SANG : ⊰ Aussi pur que l'eau des fjords


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un épouvantard
| PATRONUS : Un macareu moine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) Empty
MessageSujet: Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) EmptyLun 22 Avr 2019 - 16:31

Suddenly the sun comes up



27 Juillet 1976 – Bergen, Norvège.

Tout était d’or ce soir-là, baigné de la douce lumière du soleil estival qui, jamais, sous de telles latitudes, ne se couchait vraiment. Les forêts qui s’accrochaient à la pente abrupte des fjords. La ville en contre-bas et son pont toujours bourdonnant d’activité. La mer, même la mer, s’était parée des reflets chatoyant du soleil si bas et si flamboyant sur l’horizon. Cette atmosphère était irréelle, hors du temp, et seule la faible brise océane te rappelait que tu ne rêvais pas. Ou du moins, que c’était là un rêve éveillé. Le plus beau des rêves. Tu étais de retour en Norvège, chez toi. En enterrant la hache de guerre avec Nina, tu avais véritablement retrouvé ta famille. Et plus important encore, ton cœur débordait d’un amour vrai, naïf et candide mais un amour qui te comblait du plus profond des bonheurs. Jamais tu n’avais espéré qu’Alex puisse répondre à tes avances maladroites. A vrai dire, tu n’avais jamais songé à ce qu’il accepte de venir passer quelques jours avec toi en Norvège. Surtout pas après la terrible dispute que vous aviez eu. Alors comment croire que tout cela était réel ? Peut-être étais-tu vraiment dans un songe, après tout ?
Tu souris naïvement à cette pensée, laissant ta main courir distraitement entre les doux épis de blés qui complétaient cet idyllique tableau des Champs Élysées. Tu te souvenais de ce champ proche du manoir comme si tu ne l’avais jamais quitté. Il t’était aussi familier que les vieux murs de la demeure Lænsen, que l’odeur de la brise marine ou le bruissement des arbres. Il faisait, en quelque sorte, partie de ces choses qui tu n’avais jamais quittées et qui te définissaient comme personne. Il te suffisait de fermer les yeux pour voir à nouveau défiler des images de ton enfance. Sven, à peine plus haut que les épis de blés, courant sous le soleil de midi. Nina qui t’y emmenait chasser les papillons. C’était aussi ici que ton père avait essayé de te consoler après que tu aies refusé en bloc l’idée-même de votre départ pour la Grande-Bretagne.  Tant de souvenirs, tantôt joyeux, tantôt tristes. Et pourtant, pour la première fois, tu n’en rejetais pas un seul. Ici, tu te sentais simplement toi.

Pensif, tu restas un long moment à observer les céréales onduler sous la brise estivale et former d’éphémères motifs sous le soleil écarlate jusqu’à ce que l’approche de quelqu’un te sorte de ta rêverie. Ton cœur se mit à battre la chamade à l’idée que se puisse être Alexandre et tu fus déçu lorsque, te retournant vivement dans l’espoir de voir le visage de ton petit-ami baigné d’or, tu aperçus l’imposante carrure de ton petit frère. Cependant, tu lui offris un franc sourire lorsqu’il arriva enfin à ton niveau. Tu eus soudainement l’impression qu’il avait grandi, mûri et que cela faisait une éternité que vous ne vous étiez pas parlé. Tu avais le sentiment que le temps filait à une vitesse folle et que celui où vous étiez en train de jouer candidement dans ce champ doré était bien loin.
« Toi aussi, tu es venu admirer le coucher de soleil ? » lui demandas-tu simplement en espérant qu’il accepte de passer quelques instants avec toi, là, dans ce rêve d’or pur.


Citation :
J'espère que ça te convient comme début Cute (Et ne fais pas attention au titre qui n'a vraiment aucun rapport Mdr)

  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Ouvrir un sujet - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparait pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sven E. Lænsen



POUFSOUFFLE
Les actes non les paroles font la loyauté.

POUFSOUFFLELes actes non les paroles font la loyauté.
| HIBOUX POSTÉS : 236
| AVATARS / CRÉDITS : › Froy Gutierrez •
| SANG : › Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) Empty
MessageSujet: Re: Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) EmptySam 27 Avr 2019 - 22:41

Le soleil de Norvège.
S’il y avait bien une chose que Sven pouvait regretter de son pays natal, c’était bien cette douce chaleur qui lui enveloppait le visage au moment de l’été. On n’allait pas se mentir, le temps était principalement pluvieux en Ecosse, et même si les élèves passaient leur majeure partie du temps dans l’enceinte du château, le soleil venait souvent à manquer.
La famille Laensen retournait souvent dans leur maison de vacances – qui avait été leur véritable maison avant qu’ils ne déménagent à Londres – lorsque les cours étaient finis. Cela tenait à cœur tout le monde, surtout son grand-frère qui, Sven le savait bien, avait le mal du pays depuis leur arrivée en Angleterre. Lui étant plus jeune à l’époque, il n’avait pas eu trop de mal à s’y faire, mais le problème avait été quelque peu différent pour le Serpentard. Le cadet savait mieux que quiconque que Njal attendait ces vacances avec impatience à chaque fois. Que c’était comme une renaissance pour lui. Et l’air de rien, renouer avec ses racines et ses origines faisait un bien fou, le hockeyeur ne pouvait pas le nier. A vrai dire, Sven s’estimait capable de vivre dans les deux pays, même s’il s’était bien sûr beaucoup accoutumé à son nouveau pays. Il était important de ne pas oublier d’où l’on provenait pour rester humble. Leur père leur avait appris ces valeurs. Torvald était un homme bon et l’adolescent se rendait bien compte que tout le monde n’avait pas cette chance d’avoir un père comme lui.
Revenir en Norvège cette année avait été synonyme de beaucoup de choses. Amitié ; Alexandre était venu passer ces vacances avec eux. D’aussi loin qu’il s’en souvienne, son frère et l’Allemand s’étaient toujours bien entendus. Famille ; les conseils et longues discussions que Sven avait eu avec son borné de frère et sa susceptible de sœur avaient finalement porté leurs fruits. Les deux s’étaient réconciliés – comme souvent grâce à lui – et rigolaient comme avant. Il était bon d’avoir retrouvé cette ambiance bon enfant.

Cependant, les choses n’étaient pas aussi paisibles dans le cœur du Poufsouffle. Les aléas de l’adolescence, ou plutôt les tourments de l’amour. Voilà quelques temps qu’il sortait avec Rosalyn – depuis la Coupe du Monde en réalité où ils s’étaient embrassés pour la première fois – et pourtant l’élève ne se sentait pas pleinement épanoui. Quelque chose le bloquait sans qu’il ne sache pourquoi.
Sven soupira en se passant la main dans les cheveux. Il fallait qu’il prenne un peu l’air, rien n’était plus bénéfique que le soleil chaleureux de Norvège pour bien réfléchir. Il enfila rapidement ses baskets et sortit de la maison les mains dans les poches. Le champ était le meilleur endroit de toute leur habitation, et le jeune sorcier se souvenait encore des courses poursuites avec son frère et sa sœur lorsqu’ils étaient tous petits. Il aurait parfois voulu revenir à cette époque d’insouciance… Alors qu’il était presque arrivée et qu’il levait la tête, le cadet Laensen aperçut son frère aîné. Il sourit. La famille était tellement chère à ses yeux, et plus le temps passait, plus chacun empruntait son propre chemin. Cet éloignement était un passage obligé, mais Sven ne voulait pas y prêter attention. Il tenait à passer le plus de temps possible avec ceux qu’il aimait.
– Toi aussi, tu es venu admirer le coucher de soleil ?
Sven garda un regard pensif sur ces vagues de blé qui, en ondulant, mettaient en valeur ce doré bien caractéristique.
– Je ne manquerais ça pour rien au monde, répondit-il en souriant.
Cette année, Sven avait pris en centimètres et en masse musculaire. Il s’engageait petit à petit sur le chemin difficile que tout adolescent empruntait pour devenir un homme. Il n’était plus le petit garçon frêle de l’époque.
– Ce temps ne donne pas envie de retrouver la pluie maussade d’Angleterre, continua le Norvégien avant de rire et s’allonger à côté de son frère, les mains derrière la tête.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Njal H. Lænsen



SERPENTARD
Mieux vaut ruse que force.

SERPENTARDMieux vaut ruse que force.
| HIBOUX POSTÉS : 406
| AVATARS / CRÉDITS : ⊰ Martin Garrix
| SANG : ⊰ Aussi pur que l'eau des fjords


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Un épouvantard
| PATRONUS : Un macareu moine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) Empty
MessageSujet: Re: Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) EmptyMar 28 Mai 2019 - 13:10


En ce moment suspendu, aucun homme sur terre n’aurait pu être plus heureux que toi. Un sentiment de plénitude intense et véritable emplissait ton cœur. Il te semblait que les nombreux soucis qui avaient obscurci ta vie les derniers mois avaient été emportés au loin par la douce brise marine pour laisser place au soleil radieux des instants passés en famille. Ici, tu étais toi. Tu l’avais toujours été mais à présent, c’était la plus flagrante des évidences. Tu avais retrouvé les souvenirs de ton enfance, avais accepté pleinement ton amour sans borne pour Alexandre et avais renoué avec ta fratrie.
Oui, à cet instant, que n’aurais-tu pas donner pour suspendre le temps et profiter, simplement profiter de la vie qui s’offrait, lumineuse et pleine d’espoir, à toi ?

« Ce temps ne donne pas envie de retrouver la pluie maussade d’Angleterre, » ironisa Sven comme à son habitude avant de se coucher parmi les épis dorés.
Tu lui adressas un sourire doux et le rejoignis au sol, t’essayant en tailleur, disparaissant à ton tour entre les céréales, comme lorsqu’enfants, vous jouiez des heures et des heures. Sous la brise estivale, les épis ployaient, ondulaient, bruissaient et laissaient transparaître quelques rayons solaires qui illuminaient ton visage d’or liquide.
« Tu oublies qu’il pleut bien plus ici qu’à Londres, normalement ! » rectifias-tu sans quitter ton sourire candide. La région de Bergen était l’une des plus pluvieuses d’Europe, résultat combiné de la présence de courants marins chauds et des hautes montagnes qui ceignaient les fjords profonds. Toutefois, dans cet instant hors du temps, il était facile d’oublier les nombreuses fois où, enfants, vous aviez dû aller à l’école sous la pluie, vêtus d’imperméables chamarrés. « Mais même s’il devait pleuvoir jusqu’à la fin des temps, je crois que je ne me lasserai jamais de ce paysage. » Car c’était aussi cela qui faisait la beauté de cette terre verdoyante où nombre de cascades sauvages rejoignaient avec tumulte le calme halin des fjords.

Sur ces mots, tu brisas une tige de blé et jouas distraitement avec l’épi qui trônait à son extrémité.
« J’ai parlé à Nina, » lâchas-tu de but en blanc. Il fallait que tu lui annonces la nouvelle de votre réconciliation récente. Sven avait tant œuvré et avait surtout dû se faire tant de soucis pour toi et Nina qu’il allait être soulagé de savoir que tout était rentré dans l’ordre. « Merci, lillebrør. Sans toi, je crois qu’on serait toujours en train de s’ignorer. Mais on s’est excusé, tous les deux, et puis on a parlé. Longtemps ! » De tout et de rien, de petites anecdotes sur Alexandre, sur la façon dont il avait fait fondre ton cœur mais aussi sur les sentiments qu’éprouvait Nina au sujet d’un certain garçon. La tentation d’en parler à Sven était forte mais les chances pour qu’il ne soit pas au courant l’étaient aussi et tu ne pouvais pas te permettre de révéler une telle chose sans l’accord de votre petite-sœur. Toutefois, cela te fit penser à autre chose et tu ne pus t’empêcher de demander : « Et toi, sinon, tu as un Alexandre ? Ou plutôt une Alexandra ? » taquinas-tu Sven en agitant l’épi de blé sous son nez. « Je suis sûr qu’elles se battent pour toi ! »

Citation :


  • Faire un post de plus de 500 mots - 2 dragées
  • Faire un post où le prénom de votre personnage n'apparait pas - 2 dragées

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) Empty
MessageSujet: Re: Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Suddenly the sun comes up • ft. Sven (Flashback Norvège)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (sven) show me the stars, and i see them in your eyes.
» FROMAGE SUISSSSE
» (04/10, 14h45) MACADAM COWBOY, W/ SVEN.
» Tro-Bro Leon (1.1) -> Samedi 5 Mai : 20H
» Sven Fallenson, semi-elfe de Fondcombe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Hors Londres
-