GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt

Partagez

Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Marlene McKinnon



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 972
| AVATARS / CRÉDITS : © praimfaya
| SANG : ⊰ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC Empty
MessageSujet: Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC EmptyVen 3 Mai 2019 - 15:36

« Oh, un courrier du département des transports magiques ! » Marlene parvint-elle à distinguer l’écriture du destinataire de la lettre qui, après un saut dans son bol de gaspacho, avait sacrément bavé. Elle adressa un large sourire à Amadeus, Phoebus et Caradoc qui confirmèrent tout à fait leur parenté en feignant tour à tour de ne pas l’avoir entendue. La belle brochette de gryffondors avait certes deviné la teneur négative de ce courrier après le récit de son examen de transplanage que la cadette leur en avait fait. Cette dernière ne se laissa pourtant pas démonter en déchiquetant l’enveloppe. « Alors ? » une voix enrouée résonna finalement dans le cuisine. « J’ai réussi mes ASPIC ! - sa manière de leur signifier qu’elle serait en rattrapage de transplanage à la rentrée … mais tous n’étaient pas également réveillés à l’heure du brunch apparemment - Rattrapages en septembre, cette fois-ci je n’oublierai pas le troisième C ! » précisa-t-elle enfin. Marlene, qui voyait toujours le chaudron à moitié plein, était plutôt contente de ce prétexte pour passer le reste de l’été à Loutry Ste Chaspoule. Son père et elle rattrapaient de nombreuses années perdues, les deux frères leur rendaient souvent visite. Même quand Caradoc ne passait pas ses week-ends ici avec Phoebus, il avait pris l’habitude de l’accueillir dans son appartement à Londres après ses longues journées (ou avant ses longues nuit de travail) à Sainte-Mangouste. Un colis s’écrasa bientôt dans une poêle où crépitaient des œufs au plat, porteur d’une nouvelle qui remplirait entièrement son chaudron (faute de remplir son assiette). « Ils ont retrouvé mon petit doigt ! ». Et en effet, c’était bien à cela que ressemblait le ver qui gigotait au fond du carton. A moins que ? Caradoc lui avait ressoudé le doigt d’un seul tour indolore de baguette mais Marlene redoutait qu’il ne s’agisse pas du sien. Il lui semblait qu’il était aussi rabougri que s’il sortait d’une bouteille de vinaigre des elfes … Il ressemblait plutôt au petit-doigt de sa grand-mère.

Cela expliquait que, quelques jours plus tard, Marlene demeure toujours à Loutry Ste Chaspoule (pas de cheminette dans son pays natal pour arriver à l'heure à son nouveau boulot). Si elle n’était pas encore officiellement une Dearborn, assurément après ces vacances elle le serait. La famille recomposée profitait que la lumière déclinante du jour balaie encore les champs pour profiter d'une tardive partie de quidditch. Cela expliqua encore sa réception royalement ratée de la passe que lui fit Caradoc (toute occupée qu’elle était à contempler son petit doigt qui était décidément sacrément ridé !). Le souafle rebondit sur sa tête, aussi solide que si un duro l’avait transformée en pierre, avant de disparaître derrière la haie en friche d’une maison voisine. « J’ai ! » s’exclama-t-elle naturellement, avant que son frère ne l’ait alerté, pour filer le ventre au manche vers la tragique demeure qui avait essuyé le meurtre des Prewett. La sorcière retrouva la balle rouge sous un siège de jardin rouillé et, un drôle de sentiment au creux de l’estomac, releva la tête vers la maison qui avait été photographiée, depuis ce même spot, dans la gazette du sorcier. L'image en noir et blanc de la marque des ténèbres flottait alors, éclairant le toit de sa lueur macabre, juste au-dessus de la cheminée.

dragées:
 

______________________________

a change is gonna come
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.


Dernière édition par Marlene McKinnon le Mar 10 Sep 2019 - 22:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caradoc A. Dearborn



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 372
| AVATARS / CRÉDITS : Tom Hardy (morrigan)
| SANG : Sang-mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père et son frère morts.
| PATRONUS : Un raton-laveur.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC Empty
MessageSujet: Re: Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC EmptyVen 5 Juil 2019 - 15:47

Rentrer chez son père avait toujours été pour Caradoc un plaisir, mais depuis quelques semaines maintenant c'était devenu un besoin vital. L'adversité à laquelle le père Deaborn et ses fils avaient dû faire face, au moment de la perte prématurée de leur épouse et mère, avait forgé entre eux un lien indéfectible : pour autant, si à sa sortie de Poudlard Caradoc avait été séduit par la vie londonienne et était parvenu à doucement se détacher de son père, autant ces derniers temps il avait la capitale en horreur et profitait de la moindre occasion pour s'échapper rejoindre Amadeus, Phoebus qui avait de nouveau quitté son emploi et profitait de vacances "bien méritées" selon lui à Loutry, et surtout Marlene, qui semblait bien décidée à bousculer leurs vieilles habitudes et s'intégrer pour de bon dans la famille. Force était de constater qu'elle y parvenait à merveille, et qu'elle se révélait redoutable pour convaincre Amadeus de faire des activités que le sorcier refusait pourtant d'accorder à ses grands fils, à commencer par la sacro-sainte partie de Quidditch... Mais Caradoc comprenait son retournement de cape à ce sujet : après avoir vu Marlene jouer une fois, il avait bien compris qu'il était bien plus drôle de l'observer depuis les hauteurs du terrain plutôt que depuis la fenêtre de la cuisine. Et puis on n'allait pas se mentir, le manque d'exercice physique que lui reprochait le vieux Pius, le médecin de la famille, commençait à lui donner la même allure que les trolls de sécurité qu'il était chargé de dresser... Tous les quatre en étaient donc rendus à se livrer une bataille féroce dans le jardin, Amadeus et Phoebus contre Caradoc et Marlene, lorsque le jeune Médicomage tenta le tout pour le tout et lança de manière fort audacieuse le Souafle vers sa complice... Plus occupée à inspecter ce doigt ressoudé suite à un malencontreux accident de transplanage et dont elle était convaincue qu'il appartenait à quelqu'un d'autre. La balle rebondit de manière particulièrement sonore contre la tête blonde de la jeune McKinnon, arrachant un joyeux éclat de rire à Phoebus, mais avant même que Caradoc ne lui propose son aide, comme si de rien n'était, la jeune fille avait naturellement filé chercher la balle... Logée chez les Prewett. Caradoc sentit qu'un désagréable frisson le traversait, et un léger coup d'oeil en direction de son père et de son frère, tous deux restés sur leurs balais, la mine soudain fermée, lui confirma que l'ambiance bon enfant qui régnait quelques instants plus tôt dans le jardin s'était évaporée et ne reviendrait pas tout de suite. Les mois avaient passé, mais l'horreur était restée la même et personne n'osait plus s'arrêter devant la maison de cette famille qui avait toujours compté parmi les plus appréciées du village. Et Marlene ne revenait pas.  « Bouge pas, je vais voir. » Amadeus, qui avait à contre-cœur entamé à son tour sa descente en direction de la trouée dans la haie reliant le jardin des Dearborn à celui des voisins, se ravisa et laissa Caradoc rejoindre Marlene de l'autre côté. La jeune fille se tenait silencieuse, le Souafle sous le bras, à observer la maison siège de ce drame dont le voisinage ne se remettait pas. « Ils étaient extraordinaires. Extraordinaires d'intelligence, de simplicité et de bienveillance. » Caradoc au moment d'ouvrir la bouche avait été persuadé de pouvoir en parler sans émotion, mais les trémolos dans sa voix le trahirent instantanément : il ne pouvait pas encore évoquer ceux qui avaient été pour lui une sorte d'oncle et de tante de substitution sans sentir son coeur glisser brusquement au fond de son estomac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlene McKinnon



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 972
| AVATARS / CRÉDITS : © praimfaya
| SANG : ⊰ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC Empty
MessageSujet: Re: Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC EmptyMar 10 Sep 2019 - 23:14

La maison avait été abandonnée avec tout son mobilier ; l’intruse s’attendait presque à ce que l’un de ses habitants pousse d’un seul coup la porte arrière pour la chasser du bon côté de la clôture. Et peut-être était-ce bien cet évènement irréalisable que Marlene attendait désespérément lorsque Caradoc la retrouva le souafle sous le bras. Son grand frère aurait pu avoir le pas d’un chat en tapinois, elle l’aurait encore entendu dans cet opaque silence. L’hommage qu’il partagea pour les Prewett perça enfin sa torpeur pour lui gonfler le coeur de cette drôle d’émotion qu’elle avait déjà ressentie lors des funérailles des parents d’une autre de ses camarades de classe. Les McLeon. Encore à cause du Seigneur des Ténèbres. L’émotion avait été insoutenable ce jour-là et la sorcière s’interdisait de flancher encore. Elle ne baissa pas les yeux vers ses souliers ni ne pleura à chaudes larmes cette nouvelle fois. « J’en suis sûre - répondit-elle droitement en continuant à fixer la pierre du vestige pour s’imprégner de sa solidité - Fabian était à Poudlard ». Il répondait parfaitement à la description aussi voulait-elle bien croire qu’il n’était que le fils de ses parents. L’élève était un peu plus âgé qu’elle mais fréquentait la même maison des lions et leur amitié s’était aussi rapidement tissée qu’elle avait éclatée. Lors de sa dernière année, l’orphelin ne souffrait plus ses idées - certes bruyamment partagées - de paix dans le monde. En réponse, le plus beau signé de respect qu’elle avait su lui accorder, ça avait été de finir par l’éviter. Elle le regrettait affreusement en cet instant. « Il n’a plus jamais été le même quand c’est arrivé ». La sorcière resserra la balle rouge contre son ventre. « Je deviendrais complétement folle si ça arrivait à maman -  elle trouva imperceptiblement un meilleur réconfort en pressant son bras contre celui de son grand frère - ou bien à toi ou papa ». Il s’agissait de la première fois qu’elle l’appelait ainsi. Et cette dénomination était aussi naturelle que le timide geste d’affection qu’elle offrait à son frère.

Caradoc avait cette drôle de particularité - aux yeux de sa cadette et qu’elle lui enviait - d’être un roc. Lorsqu’ils avaient ensemble fait la découverte de leur parenté, il n’avait pas cédé à l’hystérie, il avait même commis l’exploit d’absorber la sienne en l’invitant tout simplement à prendre l’air. Lorsqu’il l’avait déposée moins d’une heure plus tard sur le quai 9 3/4, il avait transformé sa figure de larmoyante à souriante. Le caractère de Marlene se trouvait peut-être plus proche de celui de Phoebus, mais c’était envers Caradoc qu’elle vouait sa plus tendre admiration. Caradoc était ce médicomage qui lui faisait toujours oublier sa tristesse. « Est-ce que tu le vois encore ? Lui ou bien Gideon ? ». Et lui faisait toujours retrouver toute sa curiosité.

______________________________

a change is gonna come
The great challenge of adulthood is holding on to your idealism after you lose your innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC Empty
MessageSujet: Re: Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC Empty

Revenir en haut Aller en bas

Like the legend of the phoenix, all ends with beginnings | CARADOC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Urban Legend
» [[??]] True Legend [DVDRiP]uptobox
» Phoenix Coyotes
» Coyotes Phoenix
» The legend of Senewa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres :: Hors Londres :: 
Les lieux d'habitations
-