GRYFFONDOR : 677 pts | POUFSOUFFLE : 304 pts | SERDAIGLE : 666 pts | SERPENTARD : 278 pts
C'est l'été sur ATDM ! Pour l'occasion, le cirque Arcanus a planté sa tente à Londres, pour tout l'été (plus d'explications ici). La partie Poudlard sera de retour dès le 1e septembre. D'ici là, bonnes vacances à tous !
Félicitations aux Gryffondor pour la coupe des quatre maisons !
Les anciens élèves, nouveaux adultes, n'oubliez pas de demander votre changement de statut juste ici !

Partagez

Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alice Londubat



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 114
| AVATARS / CRÉDITS : › Carey Mulligan
| SANG : › Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  Empty
MessageSujet: Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  EmptyMar 7 Mai 2019 - 0:42

Il pleuvait, il y avait du vent, il faisait froid. Telle était la définition du beau temps en Grande-Bretagne. Bon, c’était exagéré et on rentrait en plein dans le cliché des Anglais et de leur cup of tea, mais c’était bien ce qu’Alice se disait en traversant les rues de Liverpool et resserrant son manteau autour d’elle, tentant vainement de se protéger des gouttes d’eau avec sa main. Ce n’était pas bien efficace, et la sorcière se maudissait de ne pas avoir pensé à prendre un parapluie. Il fallait la comprendre, pourquoi une sorcière dotée de magie aurait pu avoir besoin d’un tel objet moldu ? Et bien parce qu’elle se trouvait actuellement entourée de lesdits moldus. Oui mais, vous comprenez, elle s’était servie de cet objet quoi, peut-être deux fois dans sa vie, et pour elle il était plus encombrant qu’autre-chose. Et bien c’était une leçon à retenir : adopter les mêmes habitudes que les habitants d’un territoire étranger.
L’auror avait voulu faire plaisir à ses parents, passer un peu à la maison leur rendre visite. Ils approchaient tous deux de la soixantaine et préféraient rester dans leur maison de Liverpool les weekends. Tous les trois avaient dû bloquer la date des mois à l’avance pour être sûrs qu’Alice puisse se libérer. Elle avait posé son samedi auprès de ses supérieurs – même si elle s’en voulait de devoir laisser ses collègues face à cette tonne de travail – et avait filé dès que possible dans sa ville natale. La sorcière aurait pu transplaner directement chez ses parents, il était vrai. Mais avant cela, il y avait un petit café dans lequel elle n’avait pas mis les pieds depuis petite. Il était temps d’y faire un petit tour, et de toute façon son cher père lui avait envoyé un hibou lui disant qu’ils n’allaient pas être à la maison avant une certaine heure. Sauf qu’elle n’avait pas du tout prévu la météo. Alice ne prévoyait jamais la météo.
Les cloches de la porte du café tintèrent lorsque la sorcière rentra à l’intérieur. Il faisait bon, il faisait chaud. Que demander de plus ? Elle s’orienta vers une table qui semblait libre, s’y assit et fit signe à un serveur qu’elle savait déjà ce qu’elle voulait. Un bon chocolat chaud en ce temps de chien.
– Je vais vous payer tout de suite, l’informa-t-elle en ouvrant son porte-monnaie.
Mais dans la précipitation, elle en fit tomber les quelques Gallions qui s’y trouvaient. Mais c’est pas vrai, pesta Alice contre elle-même. Visiblement, tout était contre elle aujourd’hui, même son propre argent ! En les ramassant et en les rangeant précipitamment, l’auror ressortit la monnaie moldue qu’elle avait eu l’intelligence de se procurer et les tendit au serveur avec un grand sourire pour ne rien laisser paraître… Grand sourire qu’elle laissa retomber une fois l’homme de dos. Elle l’avait échappé belle. Heureusement qu’il n’avait pas vu les Gallions, heureusement qu’il ne lui avait pas posée de questions, heureusement qu’elle n’avait pas fait une bourde encore plus idiote.
Son chocolat chaud arriva bien vite et elle porta la tasse à ses lèvres, ses mains se réchauffant agréablement. L’auror s’arrêta soudain. Un jeune en face d’elle était en train de l’observer. Cela faisait déjà quelques minutes, non ? Aucune importance. Mais c’était juste gênant. Elle continua à boire sans y prêter attention davantage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Barksdale



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 204
| AVATARS / CRÉDITS : Donald Glover aka Childish Gambino
| SANG : Mêlé, quelques lointains ancêtres moldus


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le cadavre de sa mère
| PATRONUS : Un Saint-Bernard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  Empty
MessageSujet: Re: Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  EmptyMar 7 Mai 2019 - 22:08

Cela faisait presque un mois que Janet était partie ; le temps passait si vite. Marcus commençait doucement à retrouver un rythme de vie normal. Mais sa vie n’avait plus rien de « normale ». En mourant, Janet avait emporté avec elle sa famille. Marcus et son père ne se parlaient presque plus ; sans Janet pour cimenter la famille Barksdale, tout s’effondrait. Ce jour-là, le jeune homme avait besoin de changer d’air, de quitter le foyer familial et les souvenirs qui y résidaient. Il s’était rendu dans un café de Liverpool, un café moldu. Il était rare qu’il se mêle à ces gens-là, mais il voulait comprendre.

En entrant dans le café, le Serdaigle resta quelques instants immobiles, presque interdit dans un endroit qui ne faisait pas partie de son monde. A force de rester planté dans l’entrée, il senti le regard du personnel et des clients sur sa personne. Il prit alors place à la première table de disponible et porta immédiatement son attention sur la carte des boissons. Il n’en connaissait quasiment aucune. A Poudlard, ils n’avaient pas le même genre de boissons, et le jeune homme resta perplexe plusieurs minutes devant sa carte. Devait-il se contenter d’un vulgaire café ? Ou bien devait-il tenter l’inconnu avec un cappuccino ?

Alors qu’il attendait son café, Marcus porta son regard sur les moldus présents dans ce café. En retrait, et entièrement à l’aise dans son rôle de spectateur, il se contenta de les regarder vivre. Le groupe d’étudiants à sa droite attira en premier son attention. Il les scruta quelques secondes. A première vue, ils n’ont rien de différents des étudiants qu’il avait l’habitude de croiser à Poudlard. Ils riaient, ils se charriaient, certains d’entre eux s’embrassaient. Il fit le même constat pour toutes les autres personnes assises dans ce café ; les personnes âgées, les couples, les mères avec leur enfant. Chaque catégorie de personne ressemblait à son équivalent dans le monde sorcier. Marcus fronça les sourcils, il avait l’air déçu. A quoi s’attendait-il de toute façon ? Il sentit en lui grandir la flamme d’un sentiment étrange ; il avait envie d’hurler, de crier au visage des moldus toute qu’il pouvait leur dire. Pourquoi étaient-ils si étrangement normaux ? Pourquoi sa mère s’était faite tuer pour sauver d’autres moldus ? Les moldus riaient, se charriaient, s’embrassaient, et sa mère était morte. Le jeune homme serra le poing. Il voulait qu’ils s’excusent, qu’ils se sentent responsable de la perte de sa mère. Cela faisait presque un mois que Janet était partie ; et Marcus pensait encore à elle tous les jours.

Mais un tintement attira son attention de l’autre côté du café. C’était le son que faisaient des pièces de monnaie lorsqu’elles tombaient. Naturellement, il tourna la tête vers la scène, et l’expression sur son visage se glaça lorsqu’il reconnut des galions ; il y avait un autre sorcier. Son regard se posa sur la propriétaire des pièces et il ne put s’empêcher de la fixer. En lui, les premières graines de la peur commençaient à germer. Depuis l’assassinat de sa mère, le jeune homme était devenu de plus en plus méfiant. Il avait réalisé que le danger pouvait être n’importe où, et que n’importe qui pouvait être un mangemort. Son regard croisa celui de la sorcière, et ils restèrent quelques instants à se regarder. Il plissa les yeux, puis détourna le regard en croisant le regard de l'auror. Il s'efforça de se concentrer sur autre chose, et en y repensant, il n'était même pas sûr de ce qu'il avait vu. De loin, un galion ressemble à une livre, à un franc, à n'importe quelle autre pièce de monnaie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Londubat



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 114
| AVATARS / CRÉDITS : › Carey Mulligan
| SANG : › Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  Empty
MessageSujet: Re: Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  EmptyDim 12 Mai 2019 - 18:50

Le chocolat chaud est un poil trop sucré.
Voilà la première pensée qu’eut Alice en reposant sa tasse. Ceux que faisait Tsarbucks étaient tellement meilleurs, surtout avec cette touche de cannelle que la sorcière chérissait tout particulièrement. Elle avait pourtant de bons souvenirs dans cet endroit, des gérants gentils qui lui avaient souvent donné des sucettes en partant. C’était d’un autre temps, l’époque où elle n’avait pas encore découvert ses pouvoirs et ne voyait personne d’autre que comme des êtres humains. Evidemment, ses parents lui avaient inculqué dès le départ la différence entre moldus et sorciers, mais pour elle, tant qu’aucun pouvoir n’apparaissait, elle n’était en rien différente d’eux. Et au final, l’étaient-ils tant que ça ? Les moldus possédaient leur propre magie qu’eux, sorciers, n’arrivaient pas à comprendre. Alice se souvenait de pas mal de choses de son cours d’Etude des Moldus, mais pas suffisamment pour tout saisir. La sorcière jeta un coup d’œil aux gérants. Oui, c’était désormais une autre génération. Les anciens patrons avaient dû prendre leur retraite il y avait fort longtemps. Elle retourna à son chocolat chaud.
Il me regarde encore ? Il veut ma photo ou quoi ?
Ce fut sa seconde pensée en surprenant le regard de l’adolescent installé en face d’elle. On rencontrait vraiment d’étranges personnes en ce moment. Et dire qu’Alice était revenue à Liverpool pour voir ses parents, peut-être aurait-il été préférable de les attendre directement à la maison. Après tout, l’auror avait encore les clés.

15 minutes plus tard

Un journal dans la main gauche, la sorcière lisait attentivement les nouvelles du monde moldu, sourcils froncés. La situation économique n’était apparemment pas en forme et n’allait pas s’améliorer. Non pas qu’elle y connaissait quelque chose en économie moldue ou en économie tout court d’ailleurs, mais on disait toujours qu’une économie prospère faisait un peuple heureux. Alice n’était pas totalement d’accord avec cette affirmation, mais cette crise avait l’air de faire souffrir la population britannique. Dans le monde sorcier, à part la crise disons politique, l’économie ne posait pas beaucoup de problèmes. Les grandes familles, souvent les Sang-Purs, étaient plutôt bien enrichis, mais c’était un peu partout pareil il fallait dire. Alice était de sang pur même si elle ne s’en vantait pas, mais de tout cet argent l’auror n’en avait pas spécialement besoin. Elle préférait donner aux personnes qui en avaient le plus besoin, Frank était d’accord avec ça aussi.
Seulement, sans qu’elle ne s’en rende compte – simple réflexe sorcier – son index s’était mis à tournoyer autour de sa petite cuillère qui elle-même se mit à décrire des cercles dans sa tasse pour ne pas que le cacao reste entassé au fond. Peut-être pensait-elle que le journal cacherait suffisamment – ce qui n’était pas le cas. Peut-être qu’elle ne se souciait pas des autres clients qui, de toute façon étaient dans son dos et ne pouvaient pas voir ce qui se passait de si extraordinaire. N’empêche qu’elle oublia la présence du jeune ado étrange qu’elle avait en face et qui l’observait tout particulièrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus Barksdale



SERDAIGLE
C'est dans la différence que se cultive l'intelligence.

SERDAIGLEC'est dans la différence que se cultive l'intelligence.
| HIBOUX POSTÉS : 204
| AVATARS / CRÉDITS : Donald Glover aka Childish Gambino
| SANG : Mêlé, quelques lointains ancêtres moldus


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le cadavre de sa mère
| PATRONUS : Un Saint-Bernard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  Empty
MessageSujet: Re: Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  EmptySam 18 Mai 2019 - 16:11

De son sac, Marcus sorti un livre de cours qui traitait de l’étude des runes. Il n’était pas beaucoup allé à Poudlard ces derniers temps ; cela lui causerait trop de mal de croiser le regard des autres. Afin de ne pas être totalement largué à son retour, il lui arrivait de travailler un peu, du moins les matières qui l’intéressaient vraiment. Alerte, le garçon relevait son regard sur chaque nouvel arrivant, il le dévisageait quelque peu, puis reportait son attention sur son livre. Il évitait de garder son livre ouvert à des pages qui pourraient le trahir.

Mais la jeune femme assise en face de lui l’intriguait. Il avait beau de se convaincre qu’il avait sans doute rêvé, il ne pouvait cependant pas entièrement oublier que les pièces qu’il avait vu lui rappelaient des gallions. A l’abri derrière sa tasse de café, il tentait de l’observer discrètement. Il la scrutait, cherchant le détail qui pourrait la trahir. Son regard se fit inquisiteur, enquêteur. Il aurait aimé avoir la perspicacité de Sherlock, mais il ne fut qu’un Watson, spectateur - et non acteur - du monde qui l’entourait. Marcus la regardait, mais dès qu’elle lui rendait l’attention qu’il lui portait, il ne put que détourner le regard, aligné face à son voyeurisme.

Puis, comme une évidence, comme le nez au milieu d’une figure, Marcus remarqua la cuillère qui tournait toute seule. Il plissa les yeux afin d’être sûr de ce qu’il voyait ; il n’en revenait pas de ne pas avoir tilté plus tôt. Le mouvement circulaire du poignet de la jeune femme ne fut là que pour confirmer ce qu’il savait déjà. C’était une sorcière. En relevant la tête vers le visage de l’auror, il fut pétrifié en voyant qu’elle le regardait. Il n’y avait aucun doute, elle avait compris qu’il avait compris.

Marcus rassembla ses affaires d’une traite, tout alla dans son sac sans que le jeune sorcier ne se soucie de l’état dans lequel ses affaires allaient se trouver. Il se leva d’un bond et sous l’impulsion de son mouvement, sa chaise glissa le long du parquet en faisant un boucan monstre. Sans regarder ailleurs que ses pieds, il quitta le café. Une fois sur le trottoir, il pressa le pas et ses pieds se mirent à fouler les pavés de plus en plus rapidement. Il n’osait pas regarder derrière lui ; tant qu’il ne regardait pas, il n’était pas suivi. Le jeune homme essaya de réfléchir rapidement. Il devait fuir, mais où ? Après quelques instants, il quitta l’avenue liverpuldienne dans laquelle il se trouvait pour bifurquer vers une rue plus étroite. Ce n’était sûrement pas le chemin le plus sûr, la rue étant calme et déserte. Mais le Serdaigle savait qu’au bout de celle-ci, il y avait une cabine qui lui permettrait de disparaître dans les artères du Ministère de la Magie.

Alors qu’il s’approchait de la cabine, Marcus jeta un rapide coup d’œil par-dessus son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  Empty
MessageSujet: Re: Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Tu veux ma photo ? | MARCUS BARKSDALE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [0157] Quoi? Tu veux ma photo ?! - Nicky ~ [PYROLI]
» Reportage photo sur les makis de madagascar
» Photo de cul
» Je veux trader, mais pas chatbox
» Je veux te revoir ! {Pv Rudy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Hors Londres
-