GRYFFONDOR : 620 pts | POUFSOUFFLE : 283 pts | SERDAIGLE : 612 pts | SERPENTARD : 245 pts
La Gazette de l'été est parue ! Venez la commenter ici !
Les inscriptions pour les deux prochains matches sont d'ores et déjà ouvertes, retrouvez Serpentard VS Gryffondor et Poufsouffle VS Serdaigle !
Partagez

Fenêtre sur notre futur | ANDROMEDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Mildred O. Nott



COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 303
| AVATARS / CRÉDITS : Jenna-Louise Coleman | Isleys
| SANG : Sang-Pur.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Ses parents décédés aux côtés de son frère.
| PATRONUS : Une otarie !
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fenêtre sur notre futur | ANDROMEDA Empty
MessageSujet: Fenêtre sur notre futur | ANDROMEDA Fenêtre sur notre futur | ANDROMEDA EmptyVen 17 Mai 2019 - 21:19

Mildred vivait depuis quelques jours sur un véritable petit nuage. Et il y avait de quoi. Les paroles de Rabastan Lestrange restaient dans son esprit depuis leur dernière conversation, et le petit coeur de l'héritière se trouvait être remplis à ras bord d'un espoir qu'elle avait essayé de contenir pendant des années pour ne plus souffrir. Mais tout allait mieux désormais ! L'enthousiasme de la Nott semblait n'avoir plus aucune limite et sans doute ne l'avait-on jamais vu aussi heureuse que lorsqu'on lui avait annoncé ses premières fiançailles avec le cadet Lestrange. L'expression rêveuse sur son visage contrastait fermement avec celle plus consternée qu'on lui trouvait depuis la rupture de ses fiançailles. Mildred, en effet, semblait avoir perdu quelques années. Les conséquences de son affliction génétique ne semblaient même plus marquer de fatigue sur sa peau. Heureuse, c'était le mot. Et justement ! Si heureuse qu'elle était, la petite héritière se sentait d'humeur bavarde - légèrement plus que d'habitude disons nous plutôt - et elle désirait vraiment faire part à sa meilleure amie de ses plus beaux espoirs. Pour une fois, ces derniers semblaient prêts à se concrétiser, sans qu'elle ne sache comment. Mais pour vivre dans le bonheur, Mildred était prête à écouter toutes les plus belles paroles de son ancien fiancé. Affublée d'une jolie robe à fleurs, la jeune femme demanda à son elfe Pok de lui tresser correctement les cheveux comme elle n'arrivait jamais à le faire, tout en lui faisant la conversation : « Tu vas pouvoir te reposer un peu » lui dit-elle doucement, « et s'il te plaît, ne te repasses pas les doigts quand tu fais tomber quelque chose dans ma chambre... ». Mildred aurait bien voulu lui demander d'arrêter les sévices physiques sur lui-même, mais elle ne le pouvait pas. La volonté de ses parents surpassait la sienne et elle devait regarder sa vieille peau toute brûlée s'occuper de ses cheveux bruns. Lorsqu'il eut finit, elle lui tapota gentiment l'épaule tout en faisant attention de ne pas la lui déboîter d'un geste trop fort. Elle lui confia aller voir Andromeda, attrapa un châle en laine des années trente ainsi que sa baguette, et elle transplana pour le Tsarduck's. Ce n'était clairement pas le genre d'endroit que la petite héritière fréquentait en général. Ses parents disaient qu'il y avait trop de vermines qui s'y promenaient, mais très clairement, ce n'était pas ce qu'elle pensait. Pour autant, elle n'avait pas envie de se faire crier dessus. Mais comment pourraient-ils le savoir, puisqu'aucun sang-purs notables n'y mettaient les pieds ?
Mildred Nott entra donc de son pas joyeux et aérien pour poser finalement les yeux sur Andromeda accompagnée de son petit monstre métamorphomage. Elle se dirigea vers elle avec le même entrain et s'assit sur la chaise d'en face, un délicat sourire sur les lèvres : « Je suis navrée de mon léger retard » fit-elle sans cérémonies, les joues un peu rouges, avant de poser ses yeux brillants sur Nymphadora : «  Coucouuuu Nymphadora ! ». Mildred eut pour la petite fille un geste tendre dans les cheveux avant de sortir de sa poche élargie par un sortilège, une petite poupée de tissus qui se caractérisait, justement, par ses cheveux qui changeaient de couleur selon la personne qui la tenait entre ses mains. Elle la tendit à la petite fille, toujours souriante : « Comment tu vas depuis la dernière fois ? » demanda-t-elle à l'attention de la mère du petit monstre, qu'elle n'avait pas vu depuis quelques temps. Mildred avait senti Andromeda un peu froide avec elle depuis l'étrange après-midi qu'elles avaient passé en la compagnie d'Evan Talbott. Les choses s'étaient certes arrangées, mais rien ne paniquait plus la jeune femme que de perdre une de ses rares amies. L'ancienne Black avait déserté le navire pendant longtemps avant de revenir vers elle, et si la petite héritière avait confiance en elle, une partie de son esprit ne pouvait pas s'empêcher de craindre sa potentielle inconstance dans ses amitiés.


(665)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andromeda Tonks



COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 229
| AVATARS / CRÉDITS : © MP
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Nymphadora qui se transforme en Bellatrix
| PATRONUS : Une tortue marine
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Fenêtre sur notre futur | ANDROMEDA Empty
MessageSujet: Re: Fenêtre sur notre futur | ANDROMEDA Fenêtre sur notre futur | ANDROMEDA EmptyMar 21 Mai 2019 - 14:59

Le carillon, tintant, de la porte du Tsarducks annonça l’arrivée de Mildred Nott, pimpante. Le sourire et le regard de son amie se trouvaient si vifs qu’ils donnaient l’impression à Andromeda que le tintement de grelots la suivait partout sur son passage. S’excusant pour son retard, elle ne recueillit comme réaction qu’un froncement d’ailes du nez et une affirmation un brin mystérieuse. « Ne sois pas navrée, tu arrives en fait au bon moment » la mère indiqua-t-elle d’un regard la mine déconfite de sa petite-fille qui avait trouvé refuge dans un grand gobelet de milk-shake. Sinon les yeux encore larmoyants de la petite et les jugements - silencieux mais sévères - de certains clients en leur direction, rien n’indiquait qu’une terrible crise s’était ici déroulée quelques minutes auparavant. La petite métamorphomage s’était levée du mauvais pied ce matin-là et la promenade que ses parents lui avaient imposée sur le Chemin de Traverse avait eu raison de ses derniers nerfs d’enfant de trois ans et demi. S’asseoir à côté de sa chaise et se retrouver les fesses par terre en public avaient consacré le prétexte idéal pour expulser toute sa frustration si longtemps contenue. Et sans doute les cris eussent-ils encore retentis contre les murs du café sans l’intervention d’un charmant serveur avec une boisson sucrée et glacée à base de jus de citrouille. Déjà les pointes - des cheveux bleus de tristesse - de la petite fille prenaient une couleur orangée pour marquer son appréciation. Elle ne répondit pas au salut de la sorcière mais ne rechigna pas à accepter la caresse dans ses cheveux. « Elle est un peu fatiguée » la mère expliqua-t-elle simplement en laissant dans son coin la petite qui ne demandait présentement pas mieux. Mais cette dernière se fendit enfin d’un large sourire, la bouche toujours autour de la paille, en remarquant les cheveux de la poupée imiter les siens. « Merciiiiii Millyyyy ! ». Il semblait parfois à la mère que sa fille, en grandissant, éprouvait un certain plaisir à la prendre à contre-pied. Elle ne s’en chagrinait néanmoins pas quand c’était dans ce sens-là que la surprise se déroulait, et elle félicita même son amie d’un regard sincèrement impressionné.

Cette dernière s’enquit finalement de ses nouvelles. « Bien - répondit la sorcière qui était rarement sortie de chez elle avec les traits aussi tirés et des cheveux aussi ébouriffés, la ressemblance avec son aînée était plus marquante qu’à l’accoutumée - Bien depuis que j’ai quitté le ministère, même si j’avais oublié que c’était encore plus fatiguant d’organiser un emploi du temps de mère à plein temps que celui de n’importe quel chef de département ». Et il est vrai que, passant de bébé à enfant, l’énergie et le caractère de la petite s’étaient sacrément affirmés. En dépit de cela, la sorcière se sentait plus à sa place dans sa maison avec son enfant que nul part ailleurs dans le monde magique. « Et toi ? » s’enquit-elle un sourire au coin des lèvres. Elle ne se souvenait pas avoir jamais vu la petite héritière si épanouie et se trouvait, plus encore que d’habitude, curieuse de prendre de ses nouvelles. La plus jeune lui reconnaissait également un air fier, et elle aurait mis sa main à couper que ces dernières et heureuses nouvelles ne seraient sans doute pas sans lien avec la nouvelle indépendance qu’elle avait pris à l’égard de ses parents depuis son changement d’adresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Fenêtre sur notre futur | ANDROMEDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Notre histoire, notre futur. (Je voudrais l'avis de TOUT le monde.)
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» liste partielle du futur gouvernement
» Notre alimentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Le chemin de traverse :: 
Tsarducks Coffee
-