GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

Welcome Baby Strangulot ! — Moran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Gardenia E. Powell

Gardenia E. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 844
| AVATARS / CRÉDITS : Chloe Norgaard ღ (c)skywalkers
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptyMar 21 Mai - 21:13

Elle ne pouvait plus décrocher son regard du sien, de la petite chose qu'elle tenait contre elle. Cette chose qu'elle avait porté pendant neuf mois et qui avait apporté tant de problèmes, de pleurs, mais aussi de rires parfois. Cette petite chose qui ne pouvait l'empêcher de sourire. Comment un être si petit et fragile pouvait avoir tant d'impact sur la vie de deux personnes qui n'avaient strictement rien demandé au départ ? Des yeux si purs, sincères et brillants d'un bleu si profond qu'elle se demandait presque comment il était possible qu'ils soient si identiques à ceux de Moran. Les quelques cheveux qui avaient commencé à pousser hésitaient encore entre le blond et le roux, ce qu'elle trouvait assez amusant, bien qu'elle se doutait que les origines écossaises de son époux resurgiraient bien d'une façon ou d'une autre. D'elle, il tenait un petit nez retroussé qu'elle ne pouvait s'empêcher d'embrasser, à vrai dire elle n'arrivait plus à détacher son regard de ce petit bout qui n'avait pas encore de prénom. « Tout va bien se passer, mon ange. Tout va bien se passer... » chuchota-t-elle en lui embrassant le sommet du crâne. Tout ce qui comptait c'était qu'il était enfin là, avec elle. Avec eux. Ne manquait à l'appel que le père de ce petit ange qui ne voulait plus la lâcher — ou était-ce elle qui ne voulait plus ? — mais elle ne se faisait plus trop de soucis. Moran avait tout simplement besoin de temps. De plus de temps.

______________________________
head in the dust ♒︎ We must let go of the life we have planned, so as to accept the one that is waiting for us. © endlesslove.


Dernière édition par Gardenia E. Powell le Sam 1 Juin - 16:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 1361
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | jenesaispas
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptyMar 21 Mai - 21:46

Plusieurs jours. Il avait fallut plusieurs jours au père indigne qu'était Moran pour poser enfin un pied à Sainte-Mangouste. Sa mère avait été jusqu'à lui envoyer un patronus courroucé pour lui hurler d'aller voir sa femme qui venait d'accoucher. Le jeune homme, pourtant, s'était trouvé bien incapable de le faire dans un premier temps. Alors il était parti. Il avait quitté Londres pour rentrer en Écosse, non pas chez ses parents mais chez une connaissance bien loin d'eux, à Inverness.  Le jeune homme n'avait aucune hâte de se trouver face à sa bêtise, face à son erreur, et face à sa femme. Il était bien conscient que plus le temps s'éternisait, et moins il serait facile pour lui de déambuler paisiblement dans les couloirs de l'hôpital pour la voir. Hélas, il ne trouvait pas le courage. C'était quelque chose qui manquait cruellement à la maison de Salazar et jamais il n'avait ressenti ce manque avec tant de ferveur que maintenant. Sa couardise le faisait mourir de honte alors qu'il admirait la brume qui se prélassait dans un vallon de la célèbre ville qu'il arpentait. Finalement, c'est une lettre sage de son oncle Abass qui le fit transplaner pour Londres.
Moran prit son temps pour arriver jusqu'à l'hôpital, tant il lui semblait que ses pieds voulaient marcher à reculons. Il allait devoir s'excuser. Encore. Combien de fois s'était-il excusé ces derniers mois, au juste ? Une dizaine de fois, probablement. Il ne comptait plus par honte. Et c'est débordant de ce terrible sentiment qu'il passa les portes de l'hôpital sorcier, le coeur lourd, en miette. Faire face à son fils autant qu'au regard de sa femme lui paraissait être la chose la plus douloureuse du monde. Mal-habillé, mal-coiffé - comme d'habitude - Moran arriva à l'étage de la maternité pour entendre fleurir des dizaines de vagissements de nourrissons. Lequel serait celui de son fils ? Il était bien incapable de le dire, comme il se sentait indigne. Arrivé devant la porte qui cachait sa femme et son fils, l'ancien Serpentard resta planté longtemps devant, déconfit. C'est uniquement lorsqu'une infirmière lui demanda de descendre pour aller attendre ailleurs qu'il avoua qu'il était de la famille et qu'il venait voir sa femme. Mal-à-l'aise, l'infirmière s'en alla bien vite en le laissant seul face à ses bêtises. L'Écossais toqua doucement - avec la faiblesse du désespoir - et entra finalement pour voir Gardenia dans son lit, avec un enfant dans les bras. Son enfant, sa bêtise, son erreur héritée d'une cuite. « Je - » fut-il incapable de continuer sa phrase. "Je suis désolé, je suis odieux ?" ; "Je suis désolé, je ne te mérite pas ?". Toutes ses phrases commençaient par "je suis désolé". Il l'était. Profondément, réellement et sincèrement. Cela ne changeait rien à la réalité de la chose. Moran resta planté devant la porte close de la chambre de Gardenia, ses yeux clairs fixés autant sur la mère que sur l'être humain dont elle avait accouché.

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Gardenia E. Powell

Gardenia E. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 844
| AVATARS / CRÉDITS : Chloe Norgaard ღ (c)skywalkers
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptySam 1 Juin - 16:16

Les quatre coups retentirent dans la pièce, quatre coups qui lui semblèrent l'emprisonner plus que la délivrer. Qui d'autre que Moran pouvait bien frapper à la porte ? C'était tellement étrange... mais elle l'avait su dès le départ, que tout serait différent par rapport à ses rêves d'enfants. Ses rêves de vie de famille, mais il fallait croire qu'elle n'avait jamais été faite pour mener une vie conventionnelle. Elle n'avait pas vu son mari depuis quelques jours, depuis qu'il s'était assuré qu'elle allait bien et qu'elle n'avait pas fait exprès de lancer un confrigo sur un vase pour ralentir son adversaire mineur lors d'une course en fauteuil roulant il y avait une semaine de cela. Et puis il n'y avait plus eu un seul signe de vie. Nia s'était bien doutée qu'il ne viendrait pas à l'accouchement et elle s'en souvenait, elle n'avait jamais vécu pire moment de solitude que celui-là, mais il s'était effacé bien vite pour lui laisser quelques jours de sérénité avec son fils. Le petit être qu'elle tenait entre ses bras souriait et riait tandis quelle frottait son nez contre sien, son rire si pure et enfantin contrastait avec la vie que ses propres parents avaient menés depuis qu'ils avaient appris que mini-Powell allait pointer le bout de sa baguette. Mais maintenant qu'il était là, Nia ne savait plus exactement ce qu'elle ressentait. Elle avait l'impression que l'univers entier n'était plus que secondaire et que tout ne tournait plus qu'autour de lui.
Ce n'est que lorsqu'elle aperçu le visage de Moran dans l'encadrent de la porte qu'elle se rendit compte qu'elle n'avait pas répondu aux coups qui avaient retentis contre la porte. Il semblait épuisé, et la jeune mère n'avait pas besoin qu'il termine sa phrase pour comprendre, elle n'en avait jamais réellement eu besoin. Gardenia lui sourit en hochant la tête avant de lui tendre sa main droite, pendant que la gauche reposait entre le petit et sa poitrine recouverte d'une robe de chambre immonde. Elle ne voulait plus regretter ni appeler cet enfant une erreur. Elle l'aimait, tout simplement. Comme elle aimait sincèrement, mais différemment celui qui était dorénavant son époux. La relation qu'elle entretenait avec Moran était étrange, elle ne l'aimait pas comme elle avait aimé Ewan, ni comme elle l'avait aimé en tant que meilleur ami. C'était juste... différent, et maintenant que le petit était né cela le serait encore. La jeune femme n'eut pas à se décaler puisque le lit était plus grand que dans la chambre où elle avait passé du temps les deux mois précédents, elle tapota doucement le lit tandis que le bout de chou fixait son père les yeux grands ouverts en souriant. « Tu viens ? » dit elle avec une voix calme, réconfortante, qu'elle ne se connaissait que depuis l'accouchement.

______________________________
head in the dust ♒︎ We must let go of the life we have planned, so as to accept the one that is waiting for us. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 1361
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | jenesaispas
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptySam 1 Juin - 17:13

Il avait fallu tout le courage que Moran ne pensait pas posséder pour qu'il ose enfin lever sa main pour toquer quatre coups à la porte de la chambre de la maternité. Ses yeux bleus étaient posés sur Gardenia qui tenait leur fils entre ses bras. A quoi s'attendait-il ? Il priait en fait, en entrant dans le couloir, que l'enfant soit dans un landau à côté du lit de la mère pour ne pas avoir à faire de premier contact si brusque. Mais la vie semblait s'acharner sur le jeune homme alors qu'il refermait la porte derrière lui pour s'avancer de quelques pas dans la pièce. Sa voix s'éteignit dans sa gorge avant même le prononciation du second mot de sa phrase. La main que gardenia lui tendit le figea d'autant plus que ses yeux alternaient entre elle et leur enfant. Le jeune écossais ne sut pas combien de temps il resta planté là, ridiculement gauche. Comment un enfant pouvait-il le rendre si timide ? Sa timidité, il avait apprit à la combattre à l'adolescence, ce n'était pas pour qu'elle revienne au grand galop devant ses erreurs débiles de jeune adulte alcoolique. Mais cet enfant était-il une erreur ? A en juger par l'air adorateur de sa femme, Moran se dit que ce n'en était peut-être pas une. Voir le visage joyeux de son amie de collège lui mettait du baume en cœur, pour être tout à fait honnête. Il ne l'avait plus vu si joyeuse depuis bien longtemps et cette vision presque chimérique lui arracha un léger sourire alors qu'il prenait sa main pour se rapprocher du lit, et s'asseoir dedans. La confiance qu'elle affichait le rassurait, comme un enfant qui se réfugiait dans les bras de sa mère après un cauchemar angoissant. Le jeune homme passa un bras autour des épaules de la jeune femme pour lui baiser silencieusement la tempe. Il voulait lui dire pardon. Sincèrement et vraiment, mais les mots restaient coincés dans sa gorge alors qu'il reconnaissait dans le regard du petit garçon, l'air espiègle que Gardenia avait toujours. Il tendit sa main pour lui caresser tendrement la joue, et formula après quelques secondes de réflexion : « Il te ressemble » et ajouta en s'esclaffant, « c'est une chance pour lui ! ». Oh bien sûr, il pouvait y voir des ressemblances avec lui-même. La couleur de ses yeux, si incroyablement similaires aux siens. Ses cheveux qui ne savaient pas encore s'ils devaient tirer du père ou de la mère. Ce que ressentit Moran à la vu de cet enfant innocent, il ne l'avait jamais ressenti auparavant. C'était comme si on venait lui offrir une espèce de paix intérieure, un soulagement profond, mais sincère qu'il espérait ressentir depuis qu'il était à la dérive. Un sourire gentil se promenait sur le visage de Moran, attendrit par la vision d'un être si petit mais qui venait pourtant d'eux. « Je suis désolé de ne pas avoir été là » formula-t-il enfin douloureusement en faisant couler son regard vers la jeune mère, interdit, « tu ne méritais pas d'être toute seule ». Certainement qu'elle ne le méritait pas. Et lui ne méritait sans doute pas la patience que la jeune femme lui accordait depuis qu'ils s'étaient fiancés, puis mariés à la hâte. De toute évidence, la vie faisait en sorte de les prendre à revers pour qu'ils reçoivent tout les deux, ce qu'ils ne méritaient pas.

(598)

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Gardenia E. Powell

Gardenia E. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 844
| AVATARS / CRÉDITS : Chloe Norgaard ღ (c)skywalkers
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptyJeu 11 Juil - 15:38

Si on lui avait dit un jour qu'elle et lui finirai dans cette chambre à observer un enfant dans un calme et une sérénité si intense, c'est cette personne là qui aurait fini allongé sur un lit d'hôpital. Et non elle. Pourtant, c'était bien elle qui tendait la main à son époux pour qu'il vienne la rejoindre, comme un dresseur tentant d'apaiser son animal. Son acolyte jusqu'à ce que la mort les sépare semblait presque craintif, ce qui ne pouvait que la faire sourire, ni l'un ni l'autre n'avait l'habitude des yeux innocents qui les fixaient écarquillés. Gardenia ferma les yeux lorsqu'il lui embrassa la tempe, elle se sentait rassurée par sa présence, il avait toujours eu ce don de l'apaiser depuis qu'ils s'étaient rencontrés, mais avec les derniers évènements c'était une évidence de plus pour elle. Ils auraient toujours du être ensemble, comme un frère et une soeur se soutenant, mais la vie en avait voulu autrement — l'alcool en avait voulu autrement. Aujourd'hui, elle était pourtant heureuse d'avoir son ami à ses côtés, mais encore plus d'avoir leur fils auprès d'elle, elle se demandait si sa mère s'était sentie aussi paisible lors de sa naissance, et si son père lui avait ainsi caressé la joue lorsqu'elle qu'elle se tenait dans ses bras. Le rire de Moran la sorite pourtant de ses pensées, sans faire éclater sa bulle de bonheur. La blonde ne pu s'empêcher de sourire en entendant ses mots. « Je pense qu'il te ressemble le plus. » dit-elle en posant sa main libre sur le visage de l'écossais de sorte à ce que son pouce soit près de son oeil. « C'est plutôt bluffant, la génétique. » fit-elle en souriant tandis que le petit bout gazouillait, comme si il approuvait ses dires. Cet enfant était définitivement très sage, il avait tout de suite compris qu'il fallait être de son côté. Cette pensée la fit rire tandis qu'elle replaçait sa main sons le petit garçon et sa tête sur l'épaule de son ami. Les mots de celui-ci, inattendus, la touchèrent bien plus qu'elle ne voulait le montrer. Son regard s'embua légèrement et elle baissa la tête pour regarder la petite créature qui lui faisait face. « Ca va aller. » dit-elle en souriant légèrement, elle ne voulait pas qu'il se sente coupable, ni qu'ils continuent tout deux à se dire qu'ils ne méritaient pas ceci ou cela. Ils devaient aller de l'avant, ensemble, sans plus rien regretter. « Arrête d'y penser, d'accord ? Tu me le promets ? » dit-elle tandis qu'elle caressait les cheveux du petit garçon qui commençait à s'endormir.

______________________________
head in the dust ♒︎ We must let go of the life we have planned, so as to accept the one that is waiting for us. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 1361
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | jenesaispas
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptyJeu 11 Juil - 16:41

Gardenia et Moran n'étaient plus les jeunes gamins inconscients qu'ils étaient lorsqu'ils avaient quitté Poudlard. La vie les avait rattrapé avant qu'ils ne s'échappent, de la plus curieuse des manières. Les deux jeunes gens étaient passés par tous les stades : celui d'amis à meilleurs amis, celui de meilleurs amis à meilleurs amants, jusqu'à se lier par les liens sacrés du mariage. Maintenant, leur union se renforçait par l'arrivée de leur fils. Le petit garçon leur ressemblait assurément, et il semblait être la chose qui leur manquait pour qu'ils s'acceptent réellement. Gardenia et Moran étaient maintenant des parents, qui ne devaient plus assumer leurs erreurs mais les oublier pour vivre avec. Comment considérer un si petit être comme une erreur ? Le poids de la paternité venait de tomber sur les épaules du jeune homme alors qu'il esquissait un sourire en regardant le visage de son fils. Il y reconnaissait, çà et là, quelques traits de famille et d'autres qui venaient sans doute de Gardenia. Ils étaient tous les trois les puzzles de leurs aïeuls, et en voir la finalité l'amusait un peu. Assit sur le lit avec sa femme et son fils, Moran prenait un nouveau départ.
Un départ sans boisson, un départ sans prises de risques. Il se devait maintenant de mûrir pour être capable d'élever un enfant. Il ne doutait pas que l'euphorie du moment allait vite s'évanouir lorsque leur fils allait les réveiller deux ou trois fois par nuits. « Ouais, je te parie trois mornilles qu'à l'adolescence, il va se teindre les cheveux en bleu » plaisanta-t-il. Ses yeux clairs parcouraient le visage du petit garçon comme s'il pouvait en imprimer chaque parcelle dans son esprit. Il regrettait de ne pas être venu plus tôt, et il ne comprenait plus ce qui l'avait tant retardé, et freiné. De quoi avait-il eu peur ? De la vérité ? Du jugement ? Pourtant, après la terrible réalisation de ce qu'ils avaient fait, après leur mariage, Gardenia et Moran avaient assumé tout ce qu'ils avaient provoqué. Pourquoi voir le résultat de leur laisser-aller lui avait tant fait peur ? Peut-être, au fond, que le jeune homme voulait profiter une dernière fois de cet étrange sentiment de n'avoir pas de femme ni d'enfant. Il voulait peut-être profiter de ce pour quoi il avait fait tous ces choix depuis sa septième année. Il avait rompu avec Daisy qu'il aimait néanmoins tendrement, uniquement parce qu'il avait peur et parce qu'il voulait être libre. Et finalement, il avait réussi à se prendre les ailes dans un filet qui portait le nom de sa meilleure amie. Est-ce qu'il regrettait, pourtant, d'avoir rompu avec l'héritière Blackstone ? Une infime partie de lui le sera sans doute toujours. Une autre se volatilisait devant les gazouillements de son enfant. C'était aussi parce qu'il désirait profondément une famille qu'il avait quitté Daisy. Il n'avait simplement pas prévu qu'elle arrive si tôt. N'avait-il pas, au fond, tout ce qu'il avait toujours désiré ?
Pourtant, il n'avait pas été là. Gardenia avait été seule pour accoucher parce qu'il voulait profiter encore un peu de insouciance de l'adolescence qu'il quittait. Et maintenant, après coup, alors qu'il se tenait devant son fils et à côté de sa femme, il regrettait. Et il ne pu s'empêcher de le lui faire remarquer. Mais l'ancienne Serdaigle n'était plus la jeune femme excitée qu'elle avait été. La maturité aussi l'avait touché, tout comme à lui. Il ne lui répondit pas, préférant garder le silence plutôt que de lui mentir aussi impunément. Comment lui promettre quelque chose qui le hantera sans doute à chaque fois qu'il regardera le petit garçon ? Moran préféra prendre la porte de secours et lui posa frontalement une autre question, plus terre à terre, plus éloignée de la réalité qu'il essayait de fuir, comme le lâche qu'il était : « Quand est-ce que tu pourras sortir de l'hôpital ? ». Question simple, appelant à une réponse simple. Le jeune homme, qui tenait en horreur les hôpitaux, espérait qu'elle puisse sortir le jour même, ou le lendemain... Afin de s'éviter de revenir pour parcourir les couloirs comme le fantôme qu'il n'était pas encore.


(690)

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Gardenia E. Powell

Gardenia E. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 844
| AVATARS / CRÉDITS : Chloe Norgaard ღ (c)skywalkers
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptyJeu 11 Juil - 18:00

Un portrait de famille parfait. avait très certainement pensé l'infirmière qu'elle avait vu dans le bâillement de la porte et qui avait fini par faire demi-tour. Mais parfait n'était très certainement pas le mot lorsque Nia regardait les débuts de cette famille qu'ils formaient maintenant tout les trois. Mais le passé était l'une des choses à laquelle elle voulait tourner le dos, et pour ça il allait falloir que tout deux arrive à travailler sur eux-mêmes. Et même si Moran tentait de faire bonne figure, elle savait qu'il n'allait pas aussi bien qu'il essayait de le faire paraitre. Ces derniers jours avaient été éprouvant sans lui, mais elle savait plus que tout qu'il ne serait pas venu pour l'accouchement, il avait besoin d'être seul et son séjour prématuré à l'hôpital lui avait donné cette occasion. Pour rien au monde elle ne lui en voulait et ne lui en voudrait. Elle voulait tout simplement profiter du moment présent et par le moment présent elle sous entendait le fait que les infirmières se chargent de s'occuper du petit une nuit sur deux. Le paradis se transformerait bientôt en un rêve mouvementé. Très mouvementé pour tout les trois, surtout si il avait pris de sa mère... La jeune maman mis d'ailleurs un coup d'épaule au jeune papa qui venait de lui donner l'image de lui avec des cheveux bleus. Incroyablement sympathique, comme image. « Aurais-tu si peu confiance en ton pari que tu mises si peu, Monsieur Powell ? » fit-elle avec un sourire espiègle. Cet enfant était prometteur après tout, il descendait de deux membres du clan des quatre maisons. Elle savait déjà qu'il ferait obligatoirement des bêtises et qu'il serait très certainement doué en métamorphose et pour le Quidditch, mais après tout rien n'était certain. Elle s'imaginait déjà le scandale que ferait Moran si il était prédisposé à l'illustre matière des Potions. Un futur qui lui plaisait, même sans avoir été prévenu.

Le silence que lui rendit son écossais après sa demande de promesse en disait long. Il n'était pas prêt, pas encore. Elle n'en fit rien et continuait d'admirer son fils qui lui semblait si sage contrairement à la nuit qu'ils avaient passé tout les deux. Elle était épuisée et avait tout simplement hâte de retrouver son lit, conjugal, certes, mais son lit tout de même. Son mari semblait d'ailleurs lire dans ses pensées, par Merlin ce qu'elle pouvait l'adorer quand il s'y mettait. La demoiselle regarda son fauteuil d'un oeil attristée, qu'est ce qu'il allait lui manquer celui-ci, tellement de choses c'était passé entre-eux ces dernières semaines. Ah... Le bon temps. Elle avait tout de même vaincu le service pédiatrie à elle seule. Une grande fierté. Elle se résolu néanmoins à dire la vérité, elle n'aillait pas passer sa vie à faire la course, si ? « Dès qu'on aura trouvé un prénom pour ce patchwork de nous deux. » dit-elle très sérieusement en tentant de ne pas rire, le petit s'étant enfin endormi après deux heures de bataille. « J'aurai voulu que tu choisisses, tu t'y connais mieux que moi pour les prénoms écossais et... je veux vraiment qu'il hérite de cette partie de ta famille. » dit-elle légèrement rougissante. Elle avait mainte fois réfléchis à un prénom, mais l'évidence avait fait qu'elle ne voyait pas ce petit ange avec un nom anglais, il était né pour avoir un prénom écossais, après tout ce serait très certainement le seul enfant qu'ils auraient tout les deux.

______________________________
head in the dust ♒︎ We must let go of the life we have planned, so as to accept the one that is waiting for us. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 1361
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | jenesaispas
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptyJeu 11 Juil - 23:48

Gardenia avait toujours été quelqu'un de compréhensif. Elle n'avait jamais foncièrement jugé Moran pour ce qu'il était, ce qu'il pensait et ce qu'il voulait être. Si elle n'avait jamais été au courant pour Daisy, le jeune homme savait qu'elle ne l'aurait pas jugé. Certains auraient été horrifiés d'apprendre la vérité. Ils l'auraient jugé, traité d'idiot. En réalité, l'Écossais n'avait probablement jamais été aussi heureux que lorsqu'il avait été avec elle. Et Gardenia, il le savait, ne l'aurait pas jugé. Elle ne le jugerait pas plus s'il lui disait qu'il était ivre parce qu'il faisait une dépression post-rupture. Et aujourd'hui, alors qu'il n'avait même pas été présent à son accouchement, elle ne le jugeait pas. Et le jeune homme mesurait bien la chance qu'il avait, finalement, d'être marié à quelqu'un comme cela. Quelqu'un qui lui donne du temps pour aller mieux, quelqu'un qui ne lui hurle pas dessus sans raison. Leur histoire les avait mené à regarder tous les deux un petit garçon qui était le leur. Et il parvenait à trouver, dans cette bulle euphorique, un résidu de bonheur. Il ne pouvait que la remercier pour cela.
Moran était certes un garçon moderne, mais il n'en restait pas moins un jeune homme qui avait été élevé dans le soucis de la tradition. Leur mariage lorsqu'ils avaient appris la future naissance de leur fils en témoignait, tout comme le fait qu'il n'ait pas déserté. Oh, il aurait voulu fuir ses responsabilités. Et pourtant, il ne l'avait pas fait. Il en allait de sa fierté, et de sa dignité. Et de celle de Gardenia. Il ne pouvait pas lui faire ça, pas alors qu'il tenait tant à elle. Cela dit, il avait épousé une femme qui se teignait les cheveux de toutes les couleurs alors, on pouvait dire qu'il avait mis un méchant coup de pied dans les quilles du traditionalisme. Il craignait déjà que son fils soit pareil. « Je ne veux pas te ruiner » se justifia-t-il en affichant un rictus coquin, « en plus, j'hésite pour la couleur. Si ça se trouve, il aura une passion pour le orange, ou le vert ». Il avait oublié toutes les couleurs qu'avait essayées la jeune femme, tellement elle en avait fais. Et combien de fois s'étaient-ils fait remarqués, tous les deux, l'un serpentard renfermé l'autre serdaigle avec des cheveux roses ? Un duo atypique, sans aucun doute. N'étaient-ils pas fait pour être ensemble, finalement ? Moran se posait cette question tous les jours depuis qu'ils s'étaient mariés. Les sentiments d'amour n'étaient pas là, mais ceux qui se développaient pourtant dans son coeur lui paraissaient aussi puissants, sinon plus que des sentiments amoureux. Et il en ressentit une vague violente lorsqu'il laissa ses yeux parcourir le profil de sa femme qui lui demandait de lui promettre de ne plus ressasser et de ne plus regretter. Il ne répondit rien, car si Moran était un garçon libre d'esprit, il n'était pourtant pas libre de son passé.
Brusquement, Gardenia lui rappela leur futur immédiat. Le nom du gosse. Touché sincèrement par les paroles de son épouse, les oreilles du jeune homme rougirent et il se mordit la lèvre. « Après Pitiponk et Dirico, voici Strangulot ? » préféra-t-il faire d'abord un trait d'humour pour se laisser le temps de la réflexion. Le petit enfant bougea sa main minuscule et Moran s'émerveilla de la voir si petite en comparaison de la sienne. L'enfant serra fort son doigt et il sourit. « Je veux bien choisir le prénom, si tu acceptes que le deuxième prénom soit celui de ton père » souffla-t-il à l'attention de Gardenia. Il savait que la mort de son père avait été une épreuve pour elle. Et lui ne l'avait jamais connu, tout comme leur fils ne connaîtrait pas son grand-père. Ni sa grand-mère. L'ancien capitaine soupira et proposa : « J'aime beaucoup Aedhan... Ou Alasdair. Choisis celui que tu préfères » préféra-t-il quand même laisser le choix final à Madame Powell.


(660)

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Gardenia E. Powell

Gardenia E. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 844
| AVATARS / CRÉDITS : Chloe Norgaard ღ (c)skywalkers
| SANG : Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une Mante Religieuse géante
| PATRONUS : Un Berger Australien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptyVen 12 Juil - 1:09

La jeune femme ne pouvait cesser de s'imaginer ce que deviendrait son fils dans le futur, avec deux parents comme les siens, tout était possible. Mais Moran semblait certain que son excentrique déteindrait sur lui et peut-être n'aurait-il pas tord, mais un mélange de leurs deux caractères lui semblait bien plus évident qu'elle ne l'aurait pensé. Quoique que voir une touche de cheveux verte passer dans le château la ferai sans doute sourire... « Pourquoi pas, parions donc ! Tout est possible. Je mise sur le violet !» dit-elle joueuse. Elle était certaine de perdre, mais après tout, elle avait toujours aimé le contredire, pour presque tout et elle espérait qu'ils puissent continuer à être aussi complices dans le futur. Sa mère lui avait toujours dit que le plus importants était de grandir et de vieillir aux côtés de la personne qui serait à la fois un ami, une épaule et un amant. Il fallait croire que le destin avait pris cela littéralement au premier sens du terme.
La conversation pris un tournant plus présent, du passé au futur et du futur au présent. Le petit ange qu'ils tenaient entre leurs bras n'avaient toujours pas de nom. Si ce n'était qu'en quelques seconde il posséda un surnom. « Strangulot ? Sérieusement ? » fit la jeune femme en se retenant d'éclater de rire tandis qu'elle s'imaginait la scène. Il fallait dire qu'il s'agissait avec certitude du surnom le plus approprié dans les prochains mois entre les nuits courtes, les biberons, les pleures et la fatigue. Mais elle voulait oublier le futur, et penser à l'instant présent qui était : la paix. La scène sous ses yeux était touchante et elle ne pouvait s'empêcher de se dire que même si il ne l'avouerai jamais, Moran serait un bon père. Mais le plus touchant fut la proposition de son époux. Elle était reconnaissante. Sincèrement. « Merci, Dirico... » dit-elle en lui embrassant la joue avec délicatesse avant de regarder leur fils. « Aedhan Galahad Powell, bienvenue chez les fous, mon ange. » chuchota-t-elle en lui embrassant le front.

______________________________
head in the dust ♒︎ We must let go of the life we have planned, so as to accept the one that is waiting for us. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 1361
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | jenesaispas
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran EmptyVen 12 Juil - 1:18

Aux yeux de Moran le côté excentrique de Gardenia ne pouvait que ressortir, comme s'il s'agissait d'un gène dominant. Son caractère à lui, surtout plus réservé, allait sans doute s'effacer, et ce serait une bonne chose. On réussissait mieux sans doute, en étant excentrique. Même s'il peinait à ne pas soupirer devant l'image d'une touffe de cheveux oranges, bleus, ou verts se promenant dans la maison. Où en seraient-ils dans dix ans ? Dans dix ans, à la même période, ils seraient sans doute tous les trois en train de faire les courses pour la première rentrée du petit garçon. Le jeune homme peinait à se projeter si loin. Se projeter quelques mois plus tard semblait déjà difficile.
Le moment présent lui commandait de proposer un nom et il proposa à la place un surnom. Ils étaient, sans aucun doute, une famille atypique. Strangulot, Pitiponk et Dirico. Le trio parfait. La surprise de Gardenia lui attira un rire qu'il retînt de justesse alors que le petit garçon gardait toujours ses yeux bleus fixés curieusement sur eux. Ces deux têtes au dessus de lui étaient ses parents, et peut-être le comprenait-il, au plus profond de lui-même. Ou peut-être pas. Personne ne pouvait le savoir. Le surnom plus doux qu'elle assigna à l'enfant qui portait désormais un nom complet fit sourire tendrement le père, qui semblait incapable de décoller son regard du petit visage poupon de son fils Aedhan.

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty
MessageSujet: Re: Welcome Baby Strangulot ! — Moran Welcome Baby Strangulot ! — Moran Empty

Revenir en haut Aller en bas

Welcome Baby Strangulot ! — Moran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-