GRYFFONDOR : 677 pts | POUFSOUFFLE : 304 pts | SERDAIGLE : 666 pts | SERPENTARD : 278 pts
C'est l'été sur ATDM ! Pour l'occasion, le cirque Arcanus a planté sa tente à Londres, pour tout l'été (plus d'explications ici). La partie Poudlard sera de retour dès le 1e septembre. D'ici là, bonnes vacances à tous !
Félicitations aux Gryffondor pour la coupe des quatre maisons !
Les anciens élèves, nouveaux adultes, n'oubliez pas de demander votre changement de statut juste ici !

Partagez

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Octavius Martens



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( BlueOrchid )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptySam 1 Juin 2019 - 15:48


Les bruits qui courent

Surpris par une soudaine averse, Ionela et Octavius avaient trouvé refuge sous le auvent d'une grange, à l'extrémité de Tureni. Après avoir senti la première goutte tomber, ils ne s'étaient pas attendus à être ensuite assaillis par une telle pluie diluvienne. Ils se promenaient alors dans la forêt environnante, à l'abris des regards quand ils durent courir pour ne pas finir trempés. De toute évidence, c'était un échec puisqu'ils étaient tout de même mouillés jusqu'aux os.
En attendant un moment d'accalmie pour courir jusqu'à leur toit respectif, ils discutaient dans une proximité particulière. Octavius jeta un coup d'œil à sa montre.
« Mince, j'ai promis à Razvan d'être là pour l'aider à faire le repas. »
« En quel honneur ? » demanda Ionela, un peu moqueuse.
« Ça fait déjà quatre jours j'arrive tout le temps en retard. »
« Oh bah, comment ça se fait ? » répliqua la jeune roumaine d'un ton innocent.
L'anglais lâcha un sourire amusé.
« C'est de ta faute. »
« Ma faute ? Je n'y peux rien si tu n'es pas capable de faire attention à l'heure. »
« Tu n'aides pas non plus. »
Ionela se mit à rire avant de venir embrasser brièvement le jeune homme avec désinvolture.
« Tentatrice. »
« En tout cas avec cette pluie, tu n'arriveras pas à temps de toute façon. Alors perdu pour perdu... »
Cédant à la tentation avec un sourire, Octavius attira la roumaine vers lui pour poser les lèvres sur les siennes. Il était arrivé à Tureni depuis seulement deux semaines. Pendant ce laps de temps, il avait le temps de tisser des liens amicaux mais aussi d'un autre type avec cette jeune Ionela. A vrai dire, cela ne faisait que quatre jours que leur relation avait passé la barrière de l'amitié pour autre chose. Un baiser. Depuis, le blond semblait comme flotter sur un petit nuage.
Ils essayaient de rendre leur relation discrète. Ils savaient pertinemment qu'elle n'allait pas faire l'unanimité. Octavius était un étranger donc vu de façon négative par certains habitants du village et tout particulièrement par la tante d'Ionela qui se trouvait être aussi la voisine de l'hôte du jeune homme. Ils n'imaginaient pas une seconde que leur relation secrète ne l'avait plus été dès le deuxième jour. Ils étaient trop dans leur monde, peut-être ?

Enfin vint une accalmie. Pour autant, Octavius ne sembla pas se presser pour rentrer puisqu'il resta encore quelques minutes dans les bras d'Ionela. Il fut néanmoins rattraper par son bon sens et le respect qu'il devait à Razvan. Alors le temps de se séparer temporairement de la demoiselle sonna. Ils firent une partie du chemin ensemble à pas tranquille jusqu'à être de nouveau surpris par une averse qui leur fit presser le pas avec des rires.
Il rentra alors complètement trempé chez son hôte, un peu essoufflé. Avec vingt bonnes minutes de retard.
« Salut... Je suis vraiment désolé du retard. J'ai dit j'aider pour le repas. Mais il y a eu l'averse. » s'excusa-t-il platement, laissant entendre que ce n'était pas sa faute mais celle de la pluie.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Razvan Vacaresco



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 361
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | cosmic light
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptySam 1 Juin 2019 - 17:53

Bien qu'Octavius soit en Roumanie depuis de nombreux jours maintenant, la vie de Razvan restait tout à fait routinière. Il s'occupait de ses patients, de son jardin, de sa fille, et sortait de temps en temps faire une course ou deux... Et il allait se perdre dans des caves mal fréquentées le soir. Mais ça, le commun des mortels ne le savait pas. Enfin, pensait-il. Tout se savait en Roumanie et plus particulièrement à Tureni. Comme si toutes ses voisines se cachaient derrière leurs persiennes pour espionner tout le monde, Razvan savait qu'elles connaissaient toute sa vie et que tout le village le connaissait aussi, a fortiori. C'était quelque chose à laquelle on s'accoutumait assez vite, finalement. Le fait de ne pas avoir de vie privée l'avait un temps gêné avant qu'il ne s'y accoutume. Mais fort heureusement pour le roumain qui pelait ses patates avec attention, toute la curiosité malsaine des vieilles femmes du village s'était détournée de sa personne pour se diriger vers le jeune anglais qu'il hébergeait pour il ne savait combien de temps. Il lui avait dit qu'il pouvait rester autant de temps qu'il le désirait et il le pensait. Toutefois, le roumain se disait surtout qu'Octavius allait finir par fuir le village pour ne plus avoir à faire aux rumeurs. Razvan coupa ses patates avec attention avant de jeter un coup d’œil à Mihaela qui dormait paisiblement dans son landau. Affairé à sa tâche, il ne fit pas attention à l'heure. Il savait que son invité serait en retard. Et il le savait, précisément grâce aux rumeurs. Au bout d'un certain temps de préparation, le médicomage eut fini ce qu'il faisait et il enfourna tout dans un four particulièrement rustique mais qui faisait l'affaire. Pour passer le temps, il se saisit d'un livre, l'ouvrit à l'endroit où il avait corné sa dernière page, et continua sa lecture. Le pluie battait les vitres et dégoulinaient sur l'encadrement de ces ouvertures mal isolées. La maison était petite et guère luxueuse, Razvan n'avait pas les moyens de changer les vitres pour en mettre de meilleure qualité. Le froid ne le dérangeait pas, il veillait simplement à bien protéger sa fille de celui-ci.
Quelques quarante-cinq minutes plus tard, son attention se détourna de son ouvrage pour se poser sur Octavius qui rentrait, trempé, mais lui semblait-il, avec un sourire ravi. Razvan s'esclaffa en l'écoutant s'excuser : « Oh, ne t'en fais pas. Je sais que Ionela est de meilleure compagnie que moi ». Il ne put empêcher un sourire amusé - ou était-il moqueur ? - de naître sur ses lèvres alors qu'il le regardait s'avancer dans l'entrée, le livre toujours ouvert entre ses mains. Il le regarda de haut en bas, scrutateur, avant d'ajouter : « Va prendre une bonne douche, tu vas tomber malade ». C'était précisément grâce aux rumeurs du village qu'il était au courant pour les deux jeunes gens. En fait, par un malheureux concours de circonstance, Ionela était la nièce de Madame Lupescu... Qui lui avait crié dessus pour avoir laissé une telle chose - un abomination selon ses propres termes - arriver. Comme s'il avait un quelconque pouvoir là-dessus, comme s'il était le père d'Octavius ! Il lui avait fallu user de toute la force de son argumentaire pour calmer la mégère et qu'elle accepte de se laisser faire. Elle lui avait ajouté d'un air revêche que pour ce soir, il pouvait rêver pour qu'elle garde sa fille. Elle espérait sans aucun doute qu'il la confie à son invité pour qu'il ne puisse pas se promener dehors en bonne compagnie. Hélas, c'était assez mal connaître le médicomage qui était prêt à faire une croix sur son sport quotidien pour, justement, laisser un peu d'air et d'intimité au jeune homme et sa petite amie.


(668)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavius Martens



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( BlueOrchid )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptySam 1 Juin 2019 - 18:50


Les bruits qui courent

Razvan n'était pas un hôte contraignant. Depuis l'arrivée d'Octavius, il ne l'accaparait que de très peu d'obligations liées à la vie du foyer. Si cela avait beaucoup gêné l'anglais au début, il s'y était accoutumé, bien qu'insistant encore pas mal pour l'aider. Il s'excusa tout de même de son retard , expliquant la prétendue raison en retirant ses chaussures pour ne pas salir le sol. Aussitôt, il s'avança dans la pièce et alla dans la salle de bain pour retirer son T-shirt trempé et chercher une serviette de bain. En même temps, Razvan lui répondit que ce n'était pas grave, que de toute façon, Ionela était « de meilleure compagnie » que lui.
Octavius revint dans la pièce de vie, torse nu avec la serviette sur la tête pour se sécher les cheveux.
« Oh, ne dis pas ça. Tu es très bonne compagnie aussi. »
Le sous-entendu du roumain était passé à la trappe. L'anglais frictionnait ses mèches de cheveux dans la serviette sans remarquer son regard et son sourire. Razvan lui conseilla d'aller prendre douche. « Non ça va, merci. Je n'ai qu'à changer de vêtement et laisser sécher le reste. Ce serait bête de prendre une douche pour ça. »
Il alla dans sa chambre — qui était en fait à l'origine celle de son hôte — où il retira le reste de ses vêtements mouillés pour les troquer avec des vêtements secs et propre. Il enfila aussi une chemise légère et un peu ample pour lui de façon décontractée. Il retourna dans le salon. Il se dirigea vers le landeau de Mihaela pour constater qu'elle dormait à poing fermé. Avec un petit sourire, il remonta sa couverture sur elle. Il adorait cette petite. Il alla s'asseoir sur une chaise en face de Razvan en souriant.
« Avec les autres, on est allés boire un verre au bar. On a croisé Petru. Tu savais qu'il y travaillait l'été ? Je ne savais pas ! Vladimir et Ionela voulaient m'emmener faire un tour des environs de Tureni. Mais Vladimir devait emmener sa sœur te voir un peu dans l'urgence. Du coup on y est allés seuls avec Ionela. » commença à raconter jovialement l'anglais.
Il se releva pour se servir un verre d'eau, proposant au passage à Razvan s'il en voulait.
« Elle m'a emmené voir une famille de hérissonn. Apparemment, elle est là depuis pas longtemps. » Il était fier d'avoir appris à dire hérisson en roumain. « Ils étaient trop mignons. Les petits auraient pu tenir dans la paume de ma main. J'ai toujours voulu un hérissonn quand j'étais petit. Il y en avait dans le jardin de mes grand-parents. Un jour, je devais avoir 5 ans, j'ai essayé d'en prendre un. Après j'ai été voir ma grand-mère en pleur parce qu'il m'avait fait mal avec ses épines. »
Bien sûr, les hérissons n'avaient pas constitué la seule attraction de la journée. Razvan devait très bien s'en douter. Mais Octavius omettait volontairement, bien que peut-être inconsciemment, certains détails. Il but une gorgée d'eau avant de replacer ses deux mains sous la table.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Razvan Vacaresco



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 361
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | cosmic light
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptySam 1 Juin 2019 - 21:25

Razvan, contrairement à beaucoup de ses compatriotes, n'était pas un homme d'anciennes traditions et de vieilles moeurs. Il s’accommodait relativement facilement à l'ère du temps bien qu'il gardait, pour un regard d'occidental de l'ouest, sans doute une vie assez rangée et traditionnelle. Ses  habitudes restaient ses habitudes et il n'était pas friand à l'idée d'en changer. Le médicomage faisait tout pareil depuis qu'il s'était installé ici. Que ce soit avec, ou désormais sans son épouse. Héberger Octavius chez lui, pourtant, si cela troublait ses habitudes, ne le dérangeait pas plus que cela bien au contraire. Étonnant considérant sa nature plutôt solitaire. Le roumain préférait souvent le silence bien qu'il ne soit pas de son genre de fuir une conversation, ou de laisser un silence pesant s'éterniser entre deux paroles. Il s'agissait assurément d'un homme fait de contradictions avec lesquelles il devait vivre. Voir Octave rentrer chez lui, trempé jusqu'aux os et prétexter n'être en retard qu'à cause de la pluie arracha forcément un sous-entendu à notre homme qui en avait vu d'autres. Ce n'était pas au vieux veaudelune que l'on apprenait à faire la grimace, disait-on chez les sorciers. Quoique le jeune homme veuille lui faire croire, cela tombait à l'eau. Aussi fit-il un sous-entendu à son invité qu'il ne comprit pas. Surprit, Razvan ne répondit même pas et le regarda revenir torse nu d'un air dubitatif. Était-il ingénu où avait-il mal dit ce qu'il souhaitait dire dans la langue de Shakespeare ? Aucune idée.
Malgré tout, le roumain en rajouta une couche : « Ouais m'enfin, c'est pas le même type de compagnie ». Il se demanda s'il allait comprendre cette fois-ci. Son sourire n'était-il pas suffisant ? Octavius refusa la douche que lui proposait son hôte et il n'insista pas, bien que son âme d'homme maniaque fut particulièrement touchée par ce refus. « Tu seras content de savoir qu'on ne mange pas de betteraves ce soir ! » l'informa-t-il au vol alors qu'il partait dans sa chambre pour attraper des vêtements. Le roumain corna la page de son livre et le délaissa sur la table. Il s'agissait d'un brillant ouvrage moldu de littérature classique. Razvan n'était certes pas un homme bien cultivé, il n'en demeurait pas moins qu'il aimait lire autre chose que des ouvrages de médecine lorsqu'il avait un peu de temps libre. C'était davantage cela qui posait problème. Il ne connaissait guère plus "le temps libre" depuis la mort de sa femme et donc la naissance de sa fille. Le jeune homme eut un petit sourire en voyant qu'il remontait la couverture du petit monstre pour s'asseoir en face de lui. Comme s'il regardait une bagarre dans les rues de Tureni, le roumain suivit ses paroles avec une attention toute particulière... Et ne pu retenir un plus franc sourire d'éclairer son visage lorsqu'Octavius avoua avoir passé du temps avec la nièce de Madame Lupescu. Il allait en entendre parler pendant des siècles en consultation... « Tu as l'air de très bien t'entendre avec elle » insinua le roumain en affichant clairement un sourire très malicieux. Il refusa d'un geste le verre que lui proposait Octave et se leva au contraire pour regarder ses patates, qui semblaient fin prêtes. Il sortit le plat en prenant un torchon, grimaçant sous la chaleur, tout en écoutant le jeune homme s'extasier sur des hérissons. C'est le seul mot, ou presque qu'il comprit - l'anglais parlait trop vite pour qu'il puisse saisir toute son histoire étrange - parce qu'il l'avait dit en roumain et non pas en anglais. De ce fait, Razvan se saisit d'une assiette pour servir Octavius de deux patates, du céleri et un navet coupé en deux. Il n'en avait qu'un pour deux, et il avait dû trouver une solution de secours. Il posa l'assiette devant le jeune homme en lui disant : « Ionela est gentille... Je suis certain que tu adores passer du temps avec elle, non ? ». Le sourire ne semblait pas pouvoir se départir de son visage alors qu'il se servait les mêmes portions que celles qu'il avait servit au britannique. Il s'assit en face de lui, lui souhaita un bon appétit et coupa sa patate avec un entrain non dissimulé.


(755)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavius Martens



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( BlueOrchid )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptySam 1 Juin 2019 - 22:54


Les bruits qui courent

« Si tu le dis. » répondit Octavius en haussant les épaules avant d'aller dans la chambre pour se changer.
Pendant qu'il changeait de vêtement, Razvan l'informa qu'ils n'allaient pas manger de betteraves ce soir. L'anglais n'en était que ravi ! Il n'avait jamais autant mangé de betterave depuis son arrivée en Roumanie. Varier ses repas lui faisait alors le plus grand bien. « C'est Noël ! » s'exclama-t-il en revenant dans le salon.
Il s'installa à table et se mit à raconter un peu sa journée avec un grand sourire. Chaque soir, c'était pareil : il lui racontait sa journée. Cela leur faisait un petit sujet de conversation lors du repas. Razvan avait alors pu rapidement constater d'à quel point son invité pouvait être bavard. Tout à fait naturellement, il évoqua Ionela avec qui il passait une bonne partie de son temps depuis quelques jours. Elle avait été l'une des premières personnes avec qui il avait fait connaissance lors de son arrivée avec Vladimir. Il se trouvait beaucoup d'affinité avec ces deux personnes. Le médicomage fit justement remarquer la proximité entre lui et la jeune roumaine tout en sortant les pommes de terre du four. L'anglais hocha la tête avec un grand sourire en se levant pour aller se laver les mains. Puis il se mit à raconter l'anecdote des hérissons après s'être rassis.
Il le remercia chaleureusement quand il l'eut servi. Deux patates, une branche de céleri et un demi-navet. Un repas assez modeste qui convenait à Octavius. Certes, cela n'allait pas suffire à remplir tous son estomac mais il allait s'en contenter. Il avait la vigueur de son jeune âge et le grand appétit qui allait avec mais il ne pouvait guère demander plus. Après lui avoir souhaité bon appétit — que le blond lui rendit, Razvan entamait son repas. Lui, il entreprit de réduire minutieusement ses pommes de terre en purée avec sa fourchette.
« Oui, je l'aime beaucoup. Elle est vraiment très gentille avec moi. Et elle est amusante. » confirma-t-il en souriant et levant un regard pétillant à Razvan.
La jeune Ionela avait toujours était une fille pleine de vie. Certains disaient que c'était une véritable chipie ! Elle avait un sacré caractère et cela plaisait à notre voyageur. Quelque part, elle lui rappelait son premier amour. Bien qu'il ne s'agissait pas là d'amour mais d'amitié et d'affinité.
« Mais je crois que Madame Lupescu n'aime pas que je suis ami avec elle. J'ai l'impression elle me dévisage tout le temps je la vois. Enfin, encore plus que avant. Je ne comprends pas. Je n'ai rien fait qui pourrait accentuer son mécontentement. » dit-il avant de commencer à manger sa purée.
Pour son plus grand malheur, la Madame Lupescu était la tante de Ionela. Si dès le départ, elle n'avait pas apprécié le jeune homme, le mépris de la vieille femme s'était accentué depuis qu'il s'était lié d'amitié avec sa nièce. Octavius ne comprenait pas ce comportement. Il était impossible qu'elle sache quoique ce soit de la nature nouvelle de sa relation avec l'étudiante roumaine. Ils avaient été très discrets et ne l'avaient dit à personne. Ils craignaient le courroux de quelques villageois peu ouvert à l'étranger. Alors forcément, dans son esprit, l'anglais évacuait toute hypothèse de rumeurs.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Razvan Vacaresco



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 361
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | cosmic light
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptyDim 2 Juin 2019 - 9:33

Les habitudes de Razvan le poursuivaient jusque dans la nourriture, au grand désespoir d'Octavius qui n'en pouvait plus de manger des betteraves à toutes les sauces. Comme il le démontra si bien avec son exclamation, cela lui faisait vraisemblablement plaisir de ne pas en manger ce soir. Un sourire se promena vaguement sur les traits du visage du roumain qui ne répondit rien. Il mangeait des betteraves depuis qu'il était capable d'avaler des aliments, alors il ne faisait guère plus attention. Mais pour un garçon qui avait probablement été habitué à mieux, cela devait faire un choc. Néanmoins, ce n'était pas vraiment par bonté de cœur qu'il n'en préparait pas ce soir - car après tout par chez lui, les betteraves étaient simplement les légumes les moins chers que l'on puisse trouver - mais davantage parce qu'il n'en avait plus. Le médicomage avait été très surprit de n'en voir plus qu'une seule au fond de sa réserve spéciale betteraves. A dire vrai, Octavius pouvait bien aller manger ailleurs qu'il y mangerait très probablement les mêmes aliments que chez lui. La cuisine roumaine était bonne mais surtout, elle convenait aux plus petites bourses. Repas de pauvre, oui, c'était le mot. Toutefois, il n'était pas sûr qu'il veuille se retrouver avec Madame Lupescu pour manger avec Ionela. Et il était à peu près certain que la vieille tante de la jeune femme ne le voudrait pas non plus. L'ironie faisait qu'il fréquentait la nièce de sa patiente et Razvan devait bien admettre que lorsqu'enfin, la nouvelle était parvenue à ses oreilles, il en avait beaucoup rit. Sur toutes les jolies filles du village, il avait fallu qu'il jette son dévolu sur celle-ci. La vie était pleine de surprises ! Pour autant, le britannique semblait mettre un point d'honneur à nier toute réalité. Le sourire moqueur de son hôte ne semblait pas lui faire comprendre la terrible vérité : cela ne faisait pas deux jours qu'ils étaient ensemble que tout le monde était déjà au courant ! Comment était-ce possible ? Sans doute que Ionela n'y était pour rien, pauvre enfant. Non, c'était la faute à toutes les vieilles commères du village qui espionnaient tout le monde. On était à l'abri nulle part dans Tureni. Et faire circuler des choses sur l'étranger et la nièce de Madame Lupescu, c'était du pain béni. « Amusante... » répéta pensivement le roumain, en souriant toujours devant l'anglais qui mettait un point d'honneur à ne rien lâcher. Il allait l'avoir à l'usure, pour sûr.
Lorsqu'Octave entreprit de lui avouer que Madame Lupescu n'aimait pas que la jeune femme soit "amie" avec lui, Razvan du réprimer un rire. En même temps ! Lorsque l'on connaissait un peu la mégère, on savait qu'il valait mieux ne pas s'approcher trop près d'elle ou des membres de sa famille. Et si en plus on était étranger, ce n'était même pas la peine d'essayer ! Le roumain enfourna une bouchée en se demandant s'il ne valait mieux pas être clair avec le garçon, ou s'il fallait attendre qu'il comprenne par lui-même que oui, Razvan était au courant qu'il fréquentait la jeune femme, comme à peu près tout le village également. Il attendit d'avoir correctement avalé sa branche de céleri pour formuler : « Ami ami... Petit-ami tu veux dire ? ». Le roumain s'esclaffa tout en coupant sa patate en deux, avant de relever ses yeux vers le jeune homme : « Tout le village sait depuis deux jours hein, moi j'espionne pas. Et on l'a répété à Madame Lupescu, elle ne vous espionne pas non plus ». Autant le préciser, des fois qu'il se fasse de mauvaises idées - et qu'il s'en fasse sur Madame Lupescu. Pour un fois, elle n'avait rien fait. La nouvelle était remontée à ses oreilles et c'était elle qui le lui avait apprit. Pour être tout à fait honnête, il aurait vraiment préféré ne rien savoir du tout ou l'apprendre de quelqu'un d'autre, plutôt que de se faire crier dessus comme un môme par la vieille bonne femme !


(713)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavius Martens



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( BlueOrchid )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptyDim 2 Juin 2019 - 19:26


Les bruits qui courent

« Ne ris pas ! » réprimanda Octavius alors que Razvan riait à propos de Madame Lupescu. « Cette vieille femme est vraiment effrayante. Hier elle a essayé de me donner un coup de balai quand je suis passé devant chez elle et que je lui ai dit bonjour ! Juste parce que je suis ami avec sa nièce. »
Il lui semblait avoir toujours été très décent et poli face à cette Madame Lupescu. Il n'avait jamais eu de geste pouvant passer pour ambiguë à l'encontre de Ionela quand elle était dans les parages. Il savait qu'elle ne l'appréciait pas parce qu'il était UN étranger. Mais à sa connaissance, elle n'avait aucune raison pour le détester encore d'avantage.
La remarque taquine de Razvan l'interpella soudain. Il tourna son regard vers lui en baissant sa fourchette alors qu'il s'apprêtait à prendre une nouvelle bouchée de purée. Petit-ami ? Comment diable le savait-il ? Il le dévisagea longuement, de peur de pas comprendre.
« Que veux-tu dire par là ? »
Razvan leva son nez de son assiette pour le regarder, lui annonçant que la nouvelle nature de sa relation avec Ionela était connue de tout le village. Depuis le début. Octavius, très gêné et interloqué par cette information, écarquilla les yeux en posant sa fourchette dans son assiette. Cela expliquait beaucoup de chose mais soulevait bien d'autres questions. Qui avait su et comment ? L'idée que quelqu'un les avait observés ou même aperçus le mettait mal à l'aise. Comment était-il possible qu'une rumeur se propage aussi vite ?
« C'est Madame Lupescu qui te l'a dit  ? Qui lui a dit ? D'où vient ces rumeurs ? » s'enquit-il sans regarder le roumain.
Il était tout de même intéressant de noter qu'Octavius se gardait bien de confirmer ou même d'infirmer les rumeurs.
« Ionela, ce n'est pas vraiment ma petite-amie... » nuança-t-il ensuite d'une petite voix.
Alors, il n'affirmait pas vraiment la chose. Il avait l'air de tourner autour du chaudron.
Autant l'un que l'autre, ils savaient que leur relation n'était qu'éphémère. Elle allait s'arrêter aussitôt qu'Octavius allait être reparti à la fin de l'été. Ionela allait reprendre sa vie comme avant, retourner à Bucarest pour ses études. Il y avait certes de l'attirance entre eux mais cela n'allait jamais être quelque chose de sérieux et de durable. Si cette attirance avait été une évidence pour leur entourage au village, les deux tourtereaux ne s'en étaient eux-même rendus compte que tardivement par rapport au reste du monde.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Razvan Vacaresco



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 361
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | cosmic light
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptyLun 3 Juin 2019 - 2:07

Bien entendu que Madame Lupescu était effrayante ! Il le savait bien ! Razvan ne comptait guère plus les fois où elle l'avait insulté, ou frappé avec un chiffon mouillé - sa spécialité. Il ne comptait plus les fois où elle s'était plainte de son attitude, de son sourire un peu narquois. Maintenant qu'il était le seul à pouvoir faire les soins, toutefois, il avait l'impression qu'elle s'était un peu calmée. Mara morte, elle avait plutôt intérêt à le traiter avec un minimum de respect. Néanmoins, il doutait que cette trève ne dure bien longtemps. Il sentait venir le moment où elle allait repartir en guerre. Il ne savait pas pourquoi elle le détestait, il ne l'avait jamais su. Le roumain ne vivait maintenant que des souvenirs qu'il avait partagé avec sa femme à se moquer de la vieille mégère en buvant un thé, le matin, en l'attendant. « Je sais bien qu'elle est horrible » se défendit le médicomage en levant ses paumes vers le plafond, faussement outré du jugement du jeune homme, « un jour, elle m'a frappé avec son chiffon mouillé parce que j'avais trop pris mon temps pour lui mettre ses fichus bas de contention ! ». Madame Lupescu était assurément un sujet merveilleux de moquerie, et au fil des années, il avait fini par se demander si elle ne faisait pas exprès d'être aussi invivable. Était-ce possible d'être si naturellement affreuse ? Il en doutait comme sa nature profonde était bonne et généreuse.
Néanmoins, sa voisine n'était certainement pas le seul sujet amusant. Octavius, à ses dépends, en était devenu un, de sujet amusant partout dans le village ! Il avait simplement fallu qu'il fricote un peu avec Ionela pour devenir un sujet de conversation deux semaines à peine après être arrivé en Roumanie. Un exploit, sans nul doute ! « Ca veut dire ce que ça veut dire... » plaida naturellement notre homme, en se pinçant les lèvres pour ne pas exploser de rire devant lui. Il était à deux doigts de faire un geste obscène pour qu'il comprenne correctement ce qu'il voulait dire. Bien rapidement le jeune homme l'assaillit de questions et Razvan prit son temps pour finir de manger sa patate avant d'y répondre. Se nettoyant les lèvres avec sa serviette, il posa ses yeux bruns amusés sur le britannique qui paraissait sortir d'un vieux film des années 50. Dire qu'il avait l'air blasé serait un profond euphémisme que le roumain ne se sentait pas d'essayer. Il comprenait que cette invasion dans sa vie privée le dérange, mais il était lui-même passé par-là. Razvan s'était installé à Tureni avec sa femme juste après leur mariage. Autant dire que les mois qui avaient suivi avaient été riches en rumeurs débiles et infondées : comment un couple si jeune ne pouvait-il pas avoir d'enfants encore ? Comment un couple si jeune ne travaillait-il pas déjà comme tout le monde, à vendre des choses ou à travailler au champ ? Où avaient-ils trouvé l'argent ou volé l'argent selon les versions, pour se payer des études de médecine ? Les questions, illégitimes, avaient envahi les rues de la petite bourgade roumaine. Il s'y était fait. Il pensait donc, de ce fait, qu'Octavius allait également 'y faire. « Sais pas. Madame Lupescu m'a crié dessus pour avoir laissé une telle chose arriver ! Elle était furieuse, et elle m'a dit qu'on le lui avait dit l'identité du petit ami de sa nièce la veille, en frappant à sa porte vers vingt-trois heures trente » expliqua le roumain comme s'il racontait le dernier épisode de "Passions nocturnes". Le jeune homme nuança les propos du médicomage en disant qu'elle n'était pas vraiment sa petite amie. Le roumain fit un geste inutile de la main en s'attaquant à son dernier aliment, le navet, et répondit : « Te justifie pas, moi je juge pas ». Son ton bourru, néanmoins amusé, confirmait largement ses paroles, et il ajouta : « Tu fais bien ce que tu veux et tu as raison de t'amuser ! ».


(674)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavius Martens



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( BlueOrchid )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptyLun 3 Juin 2019 - 23:09


Les bruits qui courent

La notion de vie privée semblait inconnue dans ce village. Octavius avait la désagréable impression que peu importe ce qu'il faisait et où, il allait être épié. Cela le mettait très mal à l'aise. Pourtant, avec Ionela, ils avaient été discrets. Ils ne s'étaient jamais embrassé, enlacé ou n'aurait-ce été que se tenir la main devant qui que ce soit. Leurs moments entre eux avaient constitué leur petit jardin secret. Et maintenant, où était-il leur jardin secret ?
Octavius cherchait à connaître l'origine de cette rumeur. Ils n'avaient rien dit à personne, même à Vladimir avec qui ils étaient le plus proche. Il ne comprenait pas. Il demanda alors à Razvan comment avait-il su.
« Il y a vraiment quelqu'un dans le village qui a osé toquer chez Madame Lupescu à cette heure là pour lui annoncer ça ? » fit Octavius, consterné.
Cette personne devait vraiment lui vouloir du mal pour faire une chose pareille. Bien sûr que la vieille mégère n'allait pas apprécier cette nouvelle. Elle était beaucoup trop fière de dire que sa nièce Ionela, du haut de ses vingt-et-un ans, n'avait jamais fréquenté aucun garçon. De quoi avait-elle l'air maintenant qu'il était connu dans tout le village que la demoiselle forniquait — oui, carrément ! — avec un étranger, anglais de surcroît ?
Octavius se sentit obligé de nuancer en disant que Ionela n'était pas sa petite-amie à proprement parlé. Razvan balaya ses dires d'une simple phrase avec un sourire amusé. Le blond soupira en détournant le regard, ne touchant plus du tout à son assiette.
« J'aurais préféré que ma vie privée reste privée. » bougonna-t-il. « Ils ne veulent pas non plus qu'on se produise sur une estrade en bois sur la place du village avec un levé de rideau ? »
Cela le rendait grognon de se rendre compte à quel point la curiosité des gens pouvait être déplacée. Il savait que dans un petit village ou dans une école, les rumeurs circulaient très vite. C'était le jeu. Mais là où cela dérangeait Octavius, c'était qu'il ne savait même pas comment la rumeur avait pu se créer. Et que l'hypothèse la plus probable était qu'on les avait observés voire suivis.
« Et qu'est-ce que je vais faire maintenant que je vais croiser Madame Lupescu ? Je suis sûr qu'elle veut ma peau pour s'en faire un manteau ou un tapis. »
Allait-il encore oser la regarder dans les yeux maintenant qu'il savait qu'elle savait pour lui et sa Ionela ?

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Razvan Vacaresco



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 361
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | cosmic light
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptyMar 4 Juin 2019 - 17:19

Razvan était si habitué à cette vie de ragots qu'il ne parvenait même plus à s'offusquer lorsqu'il en entendait un. Il avait grandi dans une famille assez éloignée des villes et villages et il avait découvert toute la joie des rumeurs en arrivant à Tureni, avec sa femme, à dix-huit ans. Il était lui-même passé par ce qu'Octavius expérimentait aujourd'hui, et il était toujours le sujet de certaines conversations, bien malgré lui. S'il fut passablement irrité au début de ce qu'on disait sur sa personne, il en était arrivé à la conclusion que de toute façon, quoi qu'il fasse, des choses seraient dîtes. C'était ainsi. C'était comme ça, c'était la nature de l'Homme et c'était surtout la nature des gens de ce village. La petite bourgade était loin de tout. Le divertissement des gens se résumait aux conversations autour d'un plat traditionnel et d'un thé vert. Et pour meubler une conversation, quoi de mieux que de parler sur le voisin, sur le frère du boucher, sur le cousin de l'oncle du commerçant du coin, sur le fils de la boulangère qui fait son service militaire ? Les gens n'aimaient pas que l'on parle sur eux, mais ils adoraient parler sur les autres. C'était certes pervers, mais c'était la réalité et le roumain s'y était accoutumé. L'ignorance naïve du britannique lui arracha un soupir, et il répondit après avoir avalé tout rond sa bouchée : « Oui. Il n'y a pas d'heure pour une conversation autour d'un thé, ne crois-tu pas ? ». Il haussa les épaules et devant l'air consterné de son invité, et il se sentit obligé d'ajouter, comme s'il avait lu dans ses pensées : « C'est pas qu'on veut te blesser c'est juste... Normal, ici ». Razvan ne pensait pas que ce soit vraiment pour lui nuire, il était simplement persuadé que l'ennui total des populations d'ici expliquaient certains travers dans leurs personnalités. Qui n'avait jamais cassé du sucre sur le dos de quelqu'un ? Il s'y donnait lui-même à cœur joie en parlant de sa vieille voisine à sa femme, quelques temps auparavant à peine.
Octavius continua de bougonner et Razvan finit son assiette en la prenant pour la laver. Un coup de baguette sur l'évier et l'éponge s'activait déjà toute seule. « Les gens s'ennuient, on est tous passé par-là. Si tu savais ce qu'ils disent sur moi quand je arrivé ! Il faut juste... Laisser couler. Je suppose. Je te sers un thé ? » proposa-t-il en espérant que cela aurait au moins le mérite de détendre un peu le britannique, qui semblait avoir perdu l'appétit. « En plus, les gens aiment bien Ionela, ils le connaissent depuis longtemps. Alors la voir faire un pas de travers - c'est pas contre toi hein - ça leur plaît » continua-t-il d'argumenter en mettant la bouilloire en marche pour au moins se faire un thé pour lui-même. La remarque d'Octavius, fort juste fit s'esclaffer le roumain et il répondit, toujours dos au jeune homme : « Ça fait presque dix ans qu'elle veut faire de moi un tapis et elle n'a jamais pas réussi » - avant de se tourner vers lui, le visage éclairé par un sourire - « agis comme d'habitude et tu devrais survivre, Octavian ». Il valait mieux qu'il ne change pas d'attitude. Madame Lupescu avait son caractère et si le jeune homme changeait ne serait-ce que quelque chose, elle hurlerait que c'était parce qu'il avait quelque chose à se reprocher. L'étape suivante serait de demander un prêtre, sans doute, de le faire exorciser avant d'essayer de lui faire avaler un pichet d'eau bénite. Et pour avoir déjà été éclaboussé par la vieille femme, quelques jours à peine après son arrivée, Razvan ne souhaitait cette humiliation particulière et personnelle à personne. Surtout pas à un garçon aussi gentil que celui qu'il hébergeait sous son toit.


(687)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavius Martens



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( BlueOrchid )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptyMer 5 Juin 2019 - 16:55


Les bruits qui courent

« Hmm... Je ne suis pas convaincu. » répondit Octavius.
C'était presque de la malveillance à ce stade là. Ou cette personne était de celles qui auraient adoré assister à un combat de gladiateurs. Cela avait mis le jeune homme dans une humeur bougonne. Il se ressaisit de sa fourchette et se mit à tritouiller dans sa purée sans pour autant en avaler une bouchée.
Razvan, lui, avait déjà fini son assiette. Il essayait de le rassurer comme il le pouvait en parlant de sa propres expériences avec les commérages de village avant de lui proposer un thé.
« S'il te plait. Mais toi au moins tu n'avais pas quelqu'un qui t'observait caché derrière un buisson sûrement. »
C'était la théorie d'Octavius. On avait forcément dû les observer avec Ionela quand ils faisaient des choses qui dépassaient le stade de l'amitié. Le roumain continua d'argumenter. Il expliquait que Ionela était très appréciée dans le village et que la voir faire un pas de travers les réjouissait. C'était sensé le rassurer ?
« Génial, j'ai aussi détruit l'image de Ionela. » se réjouit faussement l'anglais avant de soupirer.
Cela le mettait mal à l'aise de causer autant de désordres. Ce n'était pas ce qu'il voulait. Il aurait pu se retenir avec Ionela. Mais il en avait pas eu envie. Cela s'était fait tout seul. Lui même avait été surpris. Depuis Alice, il se trouvait incapable d'être aussi proche d'une fille de nouveau. Mais avec Ionela, cela lui avait paru si simple.
Le blond leva son regard vers Razvan qui affichait un sourire amusé. Survivre à Madame Lupescu ? C'était possible ça ?
« Qu'est-ce qui est arrivé à cette vieille femme pour qu'elle soit comme ça ? » demanda-t-il, curieux.
Madame Lupescu avait tout le profil d'une vieille femme aigrie. Il se demandait aussi comment Ionela pouvait accepter de passer tous ses étés avec cette vieille mégère dont elle se moque dans le dos. Au fond, il plaignait beaucoup cette femme. Il la défendait toujours quand son amie se moquait d'elle. Il ne s'était jamais montré insultant envers elle avec qui que ce fut. Et au final, pour quoi ? Il était peut-être stupide.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Razvan Vacaresco



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 361
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | cosmic light
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptyJeu 6 Juin 2019 - 2:13

Octavius avait l'air réellement retourné par la nouvelle et une partie de Razvan s'en trouva désolée pour lui. Néanmoins, il était convaincu qu'il allait trouver les ressources pour passer au dessus de cela. Ce n'était pas si grave, quelques ragots. Comment les gens avaient appris qu'ils sortaient ensemble, toutefois, le roumain n'en avait aucune idée. Il était fort probable qu'on les ai surprit, il doutait que quelqu'un les ai suivi volontairement pour faire du voyeurisme. Toutefois, il avait l'impression que ses paroles rassurantes n'avaient pas d'impact sur le garçon, alors il changea de stratégie : un thé, ça ne faisait de mal à personne et ça réchauffait le cœur. Tout ce qu'il pouvait dire ne semblait pas le rassurer, bien au contraire. Octavius semblait désolé de ce qu'il avait fait à Ionela, et le médicomage s'en voulu de lui avoir dit qu'elle était aimée. Il était trop honnête, et cela allait finir par le tuer. Alors, il tempéra : « Ça se voyait que vous alliez vous peloter » lui dit-il dans sa langue comme il n'était pas certain de la construction anglaise qu'il avait mentalement essayé de construire, « un de vos amis a dû lancer une phrase pour plaisanter et cela a été prit au pied de la lettre ! ». La bouilloire commença à siffler et il la retira du feu pour en faire deux tasses. Il en mit une sous le nez de son invité et s'en servit une autre pour lui-même. Il souffla dessus, toujours adossé contre son plan de travail, le regard focalisé sur le britannique.
Finalement, le sujet Ionela semblait avoir été à peu près digéré par Octavius, qui rebondissait sur la vieille voisine qui était également - malheur ! - la tante de la nouvelle petite amie du jeune homme. Madame Lupescu était un phénomène connu de tous, détesté de chacun, craint par beaucoup. Et pour cause ! Elle traitait tout le monde infiniment mal, sauf les enfants, qu'elle adorait jusqu'à ce qu'ils aient treize ans. A cet âge, ils commençaient à être corrompus, clamait-elle tout le temps en leur claquant violemment la porte au nez. Elle calmait ses ressentiment envers les filles lorsqu'elles atteignaient la majorité et qu'elles se rangeaient gentiment, en se mariant. Ionela faisait figure d'exception dans le cœur de pierre de la mégère, mais c'était sans aucun doute parce que c'était sa nièce. L'avis n'était plus objectif lorsqu'on l'attardait sur les membres de sa propre famille. A la réflexion du jeune homme donc, Razvan se mit à rire. S'il savait ! « C'est fort simple » commença-t-il avant de boire une nouvelle gorgée de thé, « elle était marié à Anton Lupescu. Quelques mois à peine après leur union, et avant qu'ils a un enfant, Anton s'est cassé la tête en volant figues dans le jardin de voisin ». S'il avait dit ça de manière très sérieuse, le roumain ne pu s'empêcher de ricaner. C'était tellement stupide de haïr les autres parce qu'ils étaient heureux et qu'on ne l'était pas. Surtout après une mort pareille. « Depuis elle prie, et elle déteste tous les heureux gens. Surtout les hommes car : "ce sont les choses les plus stupides que Dieu ait créé" » ajouta-t-il en souriant.  Peut-être qu'Octave allait ressentir de la peine pour elle et allait essayer de se faire aimer ? C'était peine perdu. Le médicomage pensait que si même lui avait échoué, alors tout le monde devait se casser les dents sur elle.


(608)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavius Martens



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( BlueOrchid )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptyVen 7 Juin 2019 - 2:27


Les bruits qui courent

Après avoir appris que tout le village savait pour sa relation avec Ionela, Octavius ne pouvait s'empêcher de broyer du noir. Cela ne lui ressemblait pas vraiment, lui qui était d'une nature si optimiste habituellement. Il voyait toujours le chaudron à moitié plein. Sa bonne humeur semblait avoir eu un effet bénéfique sur son hôte au quotidien morose. Mais comme tout le monde, il arrivait à Octavius de ne pas avoir le moral. Il était monté sur un petit nuage d'insouciance depuis quelques jours en passant des moments avec Ionela. Il subissait la dure chute du retour à la réalité. Mais il allait vite se ressaisir, passer à autre chose comme il le faisait tout le temps.
Il leva son regard vers Razvan en fronçant légèrement les sourcils.
« P-pelowter ? Qu'est-ce que ça veut dire ? »
Il n'avait aucune idée de ce que ce mot pouvait signifier. La sonorité ne lui inspirait rien de ce qu'il connaissait. Et il ne comprit que partiellement la phrase suivante. Le roumain, alors que la bouilloire sifflait, servit le thé. L'anglais le remercia d'un geste de tête. Il prit la tasse de ses deux mains comme pour les réchauffer.

Le sujet de Ionela fut un peu mis de côté pour se focaliser sur sa tante, la vieille Madame Lupescu. Depuis son arrivée, Octavius n'avait rien entendu de positif à propos d'elle. On l'appelait la vieille folle, la mégère, la psychopathe... Bien que l'anglais ne puisse pas dire le contraire, il trouvait ça méchant. C'était assez paradoxal puisque ces derniers temps, c'était justement lui la cible privilégiée des attaques de Madame Lupescu. Et lui la défendait. Naïveté ou gentillesse aveugle ?
Il fut un peu choqué de voir un sourire s'afficher sur le visage de Razvan alors qu'il racontait la mort du mari de la vieille femme. Pauvre d'elle !
« Mais c'est triste pour elle ! » s'exclama-t-il, l'air peiné.
Certes, ce malheureux coup du destin ne justifiait pas le comportement de la voisine. Mais il ne pouvait s'empêcher d'avoir un peu de peine pour elle.
« Je me demande comment Ionela peut la supporter tous les étés, vivre sous le même toit qu'elle. Savoir qu'elle est juste dans la maison d'à côté est déjà insoutenable pour moi. »
Il ne comprenait pas la jeune fille pour le coup. Surtout qu'elle passait son temps à rire sur le dos de sa tante. Si elle la supportait, c'était bien parce qu'elle avait tous ses amis d'enfance à Tureni.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Razvan Vacaresco



MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 361
| AVATARS / CRÉDITS : Pedro Pascal | cosmic light
| SANG : Inconnu | Sans doute mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Sa petite fille torturée.
| PATRONUS : Un chacal doré.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptySam 8 Juin 2019 - 12:05

Razvan se disait que la petite déprime d'Octavius serait éclipsée dès qu'il réalisera que le fait que tout le monde soit au courant comportait certains avantages. Nul besoin de se cacher pour quelques baisers, ni pour se tenir la main. Tout sera naturel aux yeux de tous dans les prochains jours, et les ragots s'évanouiront d'eux-même. Mais le jeune homme ne semblait pas voir les choses de cet œil là, aussi le roumain n'insista pas. Malgré tout, il dû bien expliquer au britannique la signification roumaine du mot "peloter". Un sourire amusé aux lèvres, le médicomage colla ses index l'un sur l'autre. S'il ne comprenait pas, il ne pouvait guère plus rien faire pour ce pauvre garçon.
Même Madame Lupescu avait réussi à se peloter avec quelqu'un ! Si ce n'était pas un miracle ! Avec les années, Razvan s'était demandé si son époux ne s'était pas en fait suicidé dans sa mort ridicule pour échapper à ses vilaines griffes. Cette bonne femme était folle et tout le monde le savait. Il était bien mal loti d'être son voisin, et de devoir en plus lui dispenser des soins tous les jours... La vie était plus simple lorsque sa femme était encore en vie, car la vieille roumaine avait tendance à auréoler ses congénères de même sexe d'un voile de perfection qu'elle n'était pas disposée à attribuer aux individus de sexe opposé. Ainsi Razvan fut-il toujours une victime particulière pour la vieille femme qui avait toujours affirmé à qui voulait bien l'entendre qu'il avait corrompu une fille "si douce et gentille", telle que Mara. L'air triste et peiné du britannique le ramena à la réalité et le roumain le regarda comme s'il s'était prit une ancre sur le coin de la tête. Être triste pour Madame Lupescu, c'était pardonner son harcèlement quotidien, sa violence et sa mauvaise humeur ! Il ne se sentait pas prêt à faire cela aussi but-il son thé sans répondre à Octavius. De toute façon, ce garçon était beaucoup trop humaniste pour lui, ou pour la vie sauvage en Transylvanie. Voilà tout. « Elle est gentille avec les filles » expliqua Razvan en posant sa tasse à côté de lui, pour croiser ses bras sur son torse, le regard toujours vissé sur son invité, « le problème, c'est juste nous ». Il accompagna ses paroles d'un geste vague en direction d'Octavius pour lui signifier que le problème était simplement sa misandrie. Elle haïssait les hommes parce que son époux s'était tué au prix de sa bêtise. Sains doute pensait-elle que tous les individus de sexe masculin étaient destinés à faire souffrir leurs épouses. Il n'en savait rien. De toute façon, la logique de cette bonne femme ne l'était que pour elle. « Tu fini ? » demanda le roumain en constatant qu'Octavius semblait ne plus avoir d'appétit depuis qu'il avait apprit pour le voyeurisme décontracté de Tureni. La poule que le roumain élevait avec amour - pour mieux la cuisiner ! - allait être bien contente de finir ses restes ! « Ne te fais plus de soucis pour cette affaire avec Ionela. Y'a pas mort d'homme » le rassura-t-il encore bien maladroitement en lavant sa propre tasse de thé qu'il venait de finir, « tu en riras plus tard ».


(545)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octavius Martens



ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 350
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( BlueOrchid )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le vide
| PATRONUS : Un agus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan EmptyDim 9 Juin 2019 - 2:29


Les bruits qui courent


Du haut de ses vingt-trois années d'existence, Octavius n'avait qu'une mince expérience de l'amour. Avant Ionela, il n'avait fréquenté qu'une seule fille dont il était profondément épris. Il était sorti avec Alice, de deux ans sa cadette, à Poudlard pendant trois années. Leur relation n'avait jamais été un secret et l'information restait à la portée de n'importe quel élève. Cela n'aurait guère été étonnant que même certains professeurs le sachent. C'est que leur couple était assez exceptionnel. On ne voyait pas souvent un couple tenir aussi longtemps entre les murs du château. Mais beaucoup disait qu'il n'allait pas survivre quand Octavius allait quitter l'école. Si ce dernier avait affirmer le contraire, rapidement après l'obtention de ses ASPICs, il leur avait tout de même donné raison en quittant le Royaume-Uni.
Depuis ce jour, il n'avait eu aucune relation avec aucune fille. Il en avait eu plusieurs fois l'occasion. Mais à chaque fois, il n'y arrivait pas, il pensait toujours à Alice. Encore et toujours elle. Ionela était la première fille depuis elle. Inexplicablement, il parvenait à se laisser aller avec elle. Mais avec elle, ce n'était pas le même type de relation qu'avec Alice. Avec cette dernière, les sentiments étaient au cœur de leur relation et l'amour physique n'était que très secondaire. Avec Ionela, les sentiments amoureux ne faisaient pas parti de l'équation.
En tout cas, Razvan avait bien compris qu'entre Ionela et Octavius, si cela demeurait assez chaste pour l'instant, cela n'allait pas durer longtemps. Le jeune anglais rougit légèrement en détournant le regard tandis que le roumain lui mimait la traduction de « peloter ». Ah pour parler de ces choses là, qu'il demeurait prude !

Cela relevait de l'impensable que Madame Lupescu aie pu être mariée. Octavius avait, de manière parfaitement rationnelle, jugé cela impossible ! La mort de son mari expliquait pas mal de choses en un sens. Il trouvait ça un peu injuste de faire payer le prix de la bêtise de son mari à plein d'être humain qui ont juste eu la malchance de naître avec un sexe masculin. Mais il ne pouvait s'empêcher d'être un peu triste pour elle.
« C'est pas juste. » marmonna-t-il.
Razvan lui demanda s'il comptait finir son assiette qui ne s'était toujours pas vidée. Octavius regarda le roumain, puis son assiette. Finalement, il amena cette dernière vers lui et se mit à manger avec sa fourchette. Il avait faim. Encore une fois, son hôte le rassura quant à son histoire avec Ionela.
« Tu la trouves comment Ionela ? » demanda soudain Octavius. « Tu crois qu'elle prendrait mal le fait que tout le monde sache ? Je devrais lui dire ou la laisser le découvrir ? »
A vrai dire, il y avait de fortes chances que la jeune femme ai remarqué depuis longtemps que tout le village savait pour leur relation. Sans aucun doute que sa tante lui avait dit. Et il était encore plus certain qu'elle allait moins mal prendre la nouvelle que son copain de l'été.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty
MessageSujet: Re: Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan Empty

Revenir en haut Aller en bas

Les bruits qui courent | FLASHBACK | Ft. Razvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» RP flashback en 1623
» Entraînement magique [FLASHBACK avec Morrigan et Myrdhinn]
» [Flashback] Être et devenir.
» Obama, Sarkozy: la guerre des ego. (Que le ton a changé depuis!)
» Qui mordra le plus fort ? [Flashback]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu
 :: La pensine :: 
Pré-au-Lard et Londres
-