GRYFFONDOR : 677 pts | POUFSOUFFLE : 304 pts | SERDAIGLE : 666 pts | SERPENTARD : 278 pts
C'est l'été sur ATDM ! Pour l'occasion, le cirque Arcanus a planté sa tente à Londres, pour tout l'été (plus d'explications ici). La partie Poudlard sera de retour dès le 1e septembre. D'ici là, bonnes vacances à tous !
Félicitations aux Gryffondor pour la coupe des quatre maisons !
Les anciens élèves, nouveaux adultes, n'oubliez pas de demander votre changement de statut juste ici !

Partagez

Carpaccio | Wilhelm Rosenberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Claudia Visconti



NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 27
| AVATARS / CRÉDITS : Miranda Otto © .sparkle
| SANG : Mêlé


Carpaccio | Wilhelm Rosenberg Empty
MessageSujet: Carpaccio | Wilhelm Rosenberg Carpaccio | Wilhelm Rosenberg EmptySam 27 Juil 2019 - 15:10

Dehors, les éclairages publics du Chemin de Traverses s’étaient allumés en même temps que la nuit. En plein été, le vaste manteau noir de la Lune amenait avec lui une fraîcheur bienvenue qui poussait les gens à quitter leurs chez-soi ombragés et fermés. A la Vermentino Art Gallery, les lumières étaient allumées, mais les immenses rideaux des vitrines avaient été rabattus ; la galerie était fermée au public. Et pour cause, à l’intérieur de la galerie, de nombreux cartons et caisses étaient posés là, en plein milieu de l’endroit. Claudia venait d’être livrée, et elle n’avait pas encore le temps de déballer toutes ces nouvelles toiles et d’agencer sa galerie en conséquences. Elle devra faire des choix entre ce qui allait rester exposé et les œuvres qui allaient céder leur place. Parfois, elle se maudissait de ne pas avoir trouvé d’endroit plus grand où elle pourrait tout exposer, sans concession. La collection qu’elle allait exposer pour les semaines à venir venait tout droit d’Italie. Au programme, plusieurs toiles d’un jeune artiste italien dont Claudia admirait le coup de pinceau. Pour un artiste de ce genre, la galerie de l’Italienne représentait une aubaine qui permettrait au talent de s’exposer hors des frontières de son pays. L’enjeu pour la conservatrice était multiple. D’une part elle espérait bien toucher quelques livres sur le pourcentage de vente de certaines toiles, évidement. Mais d’autre part, elle souhaitait faire rayonner la culture de l’Italie à travers le monde entier, et même si à sa petite échelle, elle réussissait à donner de la lumière à un artiste italien, alors la jeune femme considérait sa mission comme réussie.

D’un œil circonspect, elle fixa les plusieurs caisses devant elle. La tâche allait s’avérer plus délicate que ce qu’elle imaginait il y a plusieurs semaines, lorsqu’elle avait décidé de renouveler sa collection. Mais heureusement pour elle, Claudia n’était pas seule, du moins pas pour longtemps. L’une de ses connaissances anglaises, Wilhelm Rosenberg, s’était proposé pour l’aider. L’écrivain était rapidement devenu l’une des personnes que Claudia fréquentait le plus. Ils se voyaient régulièrement, l’italienne appréciait la présence du jeune homme. De plus, Rosenberg était un homme cultivé et ses conversations intéressantes, bien loin du « small talk » anglais où parler se résumait à meubler le silence. Et il était plutôt bel homme, en plus.

Alors qu’elle retirait délicatement la couverture en tissu d’une des toiles qu’elle venait de recevoir, la porte vitrée de sa galerie s’ouvrit, un homme entra ; Wilhelm. L’italienne porta naturellement son attention sur lui et le gratifia d’un franc sourire. « Ah Wilhelm » commença-t-elle en écorchant probablement le prénom de son ami avec son accent à couper au couteau, « tu être venu ! » . Elle jeta un coup d’œil sur l’état de sa galerie, « j’espère que tu avoir mangé, j’ai peur que ça nous occuper pendant longtemps » ajouta-t-elle alors qu’il était rentré et qu’il ne pouvait plus faire demi-tour, ponctuant sa remarque d’un sourire désolé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carpaccio | Wilhelm Rosenberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Scène de ménage légendaire (pv: wilhelm)
» Bordel, tu m'emmerdes là, je veux partir ! || Wilhelm L. Hartmann.
» faber du faur
» « Savoir, c'est se souvenir. » ►Aloysha Rosenberg [Finito ♪]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Londres
 :: Le chemin de traverse
-