GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Moran J. Powell

Moran J. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 1361
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | jenesaispas
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 EmptyVen 20 Sep 2019 - 19:11

Moran était désolé de voir le mausolée qu'était advenue leur relation. Rien n'était plus pareil qu'avant. S'ils gardaient tous les deux des cicatrices sentimentales de leur histoire passée, ils étaient devenus bel et bien deux inconnus se tenant l'un face à l'autre au milieux d'une librairie chargée de clients qui s'y abritaient pour ne pas être mouillés. Le jeune homme ne comprenait pas comment une simple année avait pu faire autant de mal, sans pourtant détériorer ce qu'ils ressentaient l'un pour l'autre. Car l'écossais croyait voir de l'amour dans son cœur comme il en percevait dans les mots de la jeune femme. Lui avouer ce dont il avait le plus honte lui avait fait mal. Mais le jeune homme ne voulait pas qu'elle ait de lui l'image d'un garçon désinvolte - ce qu'il était en général, mais pas ici - face à la situation de son ancienne petite amie. Ça le rongeait plus qu'elle ne pourrait jamais le comprendre. Et il avait besoin, en son fort intérieur, qu'elle lui affirme qu'il avait prit ses responsabilités, et la bonne décision. Moran avait besoin qu'elle le dédouane de ses mauvais sentiments, mais elle n'en fit rien. Daisy l'abandonna dans ses tourments et ça lui fit mal. Elle le rassura tout au plus sur la manière dont cet homme la traitait. C'était mieux que rien, sans doute. Et sans doute qu'il méritait tout cela. Mais comme la jeune femme savait le mettre mal-à-l'aise, elle lui demanda assez brusquement comment il traitait sa femme. Sa femme. Gardenia.
Oh bien sûr, Daisy n'était pas au courant de l'identité véritable de l'épousée, et c'était probablement mieux comme cela. Il aurait assez mal vécu de voir dans ses yeux la déception mêlée au mépris qu'il s'attendait à y trouver. Le fait est que si elle savait qu'il s'était marié à sa meilleure amie, elle n'aurait jamais posé la question, ou elle l'aurait fait en sens inverse. Car il paraissait assez évident que la maltraitance aurait plutôt tendance à venir de l'ancienne Serdaigle plutôt que de l'ancien Serpentard. Aussi mit-il les mains dans ses poches en esquissant un sourire : « C'est plutôt elle qui me maltraite que l'inverse, pour tout te dire ! ». Gardenia avait assurément plus de tempérament que lui n'en aura jamais. C'était une relation entre passif et actif, pour ainsi dire. Il hésita à ajouter qu'elle le connaissait et qu'elle savait qu'il ne pouvait pas être foncièrement gonflant dans la vie de couple. Ou plutôt si, mais pas sur la politique de la relation. Moran n'était pas l'héritier d'une vision patriarcale et misogyne. Daisy le savait pour l'avoir fréquenté pendant un an. Mais ils n'étaient plus pareils de toute façon, et leur conversation le montrait bien. Jugeant qu'il y avait entre eux un malaise, le jeune homme inspira un grand coup : « J'ai un livre à acheter pour les cours, tu m'aides à le trouver ? » proposa-t-il maladroitement. C'est qu'il ne se sentait pas encore prêt à prendre congé d'elle alors qu'il venait de la retrouver. Chaque instants passés à ses côtés était une boule d'oxygène dont il ne pensait pas avoir autant besoin. « Ça s'appelle "Magiquement vôtre", c'est un ouvrage de Frédégonde Gondolle » ajouta-t-il en s'éloignant d'elle pour sortir du rayon, « c'est euh... Un ouvrage d'éthique journalistique, je crois ».


(553)

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Daisy Blackstone

Daisy Blackstone


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 1227
| AVATARS / CRÉDITS : Mélanie Laurent
| SANG : Sang pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : une nuée de sauterelle
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 EmptyJeu 7 Nov 2019 - 11:19

Moran était mal à l'aise. Les mains dans les poches, le ton vague, il changea rapidement de sujet. Pourtant c'était bien lui qui l'avait amené sur le chemin de cette conversation. Voulait-il réellement savoir comment cela se passait dans son couple ? Et elle, souhaitait-elle vraiment en savoir plus au sujet de sa relation avec sa femme ? Alors que l'ancien serpentard aurait pu prendre congé d'elle, voilà qu'il tentait de nourrir l'échange. Mitigée, la jeune femme leva les yeux au ciel en soupirant. Daisy avait bien d'autres choses à faire, mais ne voulait-elle pas profiter un peu plus de cet aparté inattendu ? Alors que le jeune homme s'éloignait en direction d'un autre rayon, la blonde songea à ce que pourrait être leur relation à présent. Amis ? Amants ? L'avoir retrouvé lui donnait une seule certitude, c'est qu'elle ne voulait pas faire une croix définitive sur lui. Tandis que le jeune homme cherchait son livre, elle fouilla des yeux quelques étagères sans conviction, bien trop absorbée par ses pensées. «  Je devrais y aller » Articula-t-elle enfin en posant son regard sur la silhouette affairée de Moran. «  Je n'avais pas prévu de m'arrêter ici ». Poursuivit-elle vaguement avant de proposer :
« Je... » hésita-t-elle : « Tu connais le Théâtre de l'Alambic ? On y joue tous les jeudis soirs...Peut-être que tu pourrais venir nous voir...Enfin.. Si tu arrives à te libérer...» Ses yeux clairs s'encrèrent dans les siens, suspendus littéralement à sa réponse.

______________________________
« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Pbucket« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Iconda10
Daisy Blackstone
19 ans - violoniste - pianiste
Choisir c' est renoncer...
Revenir en haut Aller en bas
Moran J. Powell

Moran J. Powell


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 1361
| AVATARS / CRÉDITS : Jack O'Connell | jenesaispas
| SANG : Sang-pur drainé de son scotch.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Evan Rosier.
| PATRONUS : Une pie bavarde
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 EmptyJeu 7 Nov 2019 - 13:44

Moran avait toujours le coeur qui pétillait lorsqu'il la regardait. Malgré les mots, le temps qui s'était écoulé entre eux, rien ne semblait avoir changé. Est-ce qu'il se persuadait cela ou était-ce la vérité ? L'éloignement n'avait-il pas fait d'eux, deux parfaits étrangers ? Non. Il en était convaincu alors qu'il s'éloignait pour chercher son livre et qu'elle le suivait. Si les mots qu'ils s'échangeaient oscillaient toujours étrangement entre dispute et paix, il y avait cette sorte d'habitude inébranlable qui demeurait, comme s'ils étaient faits tous les deux pour s'aimer et se déchirer. Les mots de Daisy ramenèrent ses yeux sur elle, alors qu'il n'avait pas trouvé son ouvrage. Elle lui disait devoir partir et il ne comprenait pas. Ne s'étaient-ils pas assez séparés qu'ils devaient encore le faire ? Malgré tout, il ne chercha pas à la retenir - Merlin sait qu'il aurait pu - ni même à la convaincre de rester encore un peu. L'envie de manquait pas, mais Daisy était une femme libre, une femme mariée qui avait une vie, tout comme lui. Pourtant, elle lui proposa de venir la voir jouer. Les oreilles de Moran prirent une teinte plus sanguine et il sourit tendrement en lui répondant simplement : « Je saurais toujours me libérer pour toi, Daisy ». Sur ces simples paroles, il lui prit la main et l'embrassa chastement avant de partir dans un autre rayon pour la libérer de sa présence et se libérer lui-même.



Spoiler:
 

______________________________
POWELL
Revenir en haut Aller en bas
Daisy Blackstone

Daisy Blackstone


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 1227
| AVATARS / CRÉDITS : Mélanie Laurent
| SANG : Sang pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son père
| PATRONUS : une nuée de sauterelle
| POINTS DE COMPÉTENCE :

« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 EmptyVen 8 Nov 2019 - 11:40

Son cœur d'artichaut se mit à battre si fort aux paroles tendres du jeune homme qu'elle eut peur que cela se remarqua. Les joues roses, les pupilles dilatées d'excitation enfantine, Daisy avait 15 ans à nouveau. Elle se sentait un peu bête à vrai dire et espéra que son interlocuteur ne le vit pas. Tandis qu'il s'éclipsa, la jeune femme marqua une légère pause en expirant, puis s'engagea dans l'escalier en direction du rez de chaussée. Un dernier regard plein d'espoir vers l'étage et Daisy sortit du magasin. Il ne pleuvait plus au dehors, mais l'éclaboussure de sa chaussure dans la flaque lui rappela l'orage qu'il avait fait quelques minutes auparavant. Comme son humeur, le mauvais temps s'était dissipé. Le pas moins déterminé, elle fila vers l'allée des embrumes, emplie d'une espérance inattendue. Viendrait-il la voir jouer ? Qu'en dirait-il ? Que se passerait-il de plus ?

______________________________
« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Pbucket« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Iconda10
Daisy Blackstone
19 ans - violoniste - pianiste
Choisir c' est renoncer...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell « Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

« Pourquoi je ne suis pas mort le jour où l'Augurey a chanté » - Moran Powell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]
» [UPTOBOX] 48 heures par jour [DVDRiP]
» [UploadHero] Le jour de gloire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-