GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

La plume et le papier | Ft. Sinistra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 674
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyMer 16 Oct - 22:36

C'était un week-end bien mérité. Cela faisait un mois que l'année scolaire avait débuté. Octavius avait oublié à quel point tenir une classe pouvait se révéler fatiguant pour les nerfs certains jours. Particulièrement le vendredi après-midi quand les élèves étaient agités de fatigue et d'impatience. Mais en même temps, il avait déjà connu bien pire à Uagadou. Alors il ne s'en plaignait pas. Il n'aurait pas osé. C'était une chance pour lui d'enseigner à Poudlard et ça, il ne le perdait pas de vue.
En tout cas, il profitait de son samedi après-midi pour se rendre à Pré-au-Lard tant que les élèves n'y étaient pas. Non pas qu'il n'appréciait pas leur présence mais quand ils étaient là, il sentait le poids des responsabilités professorales sur ses épaules alors qu'il était sensé être en congé. Après un tour rapide chez Gaichiffon — cette boutique allait avoir la mort de son porte-galion —, il ne put résister à l'appel de la papeterie Scribenpenne. Combien d'heures y avait-il passé, étant adolescent ?
Pendant plusieurs minutes, il erra dans la boutique après avoir salué le vendeur chaleureusement. Il louchait plus particulièrement sur les carnets. De beaux carnets lignés avec des couvertures en carton rigide avec de beaux détails. De quoi alimenter sa collection déjà riche de carnets. On n'en avait jamais assez. Occupé dans sa contemplation, il entendit la porte de la boutique s'ouvrir mais il n'y prêta aucune attention.
Pourtant, Merlin sait qu'il aurait dû.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 547
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Gypsophile
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyDim 20 Oct - 15:10

Sinistra avait commandé une demi-douzaine de plumes chez Scribenpenne. Elle se souvenait encore de ces longues minutes qu'elle avait passé dans ce magasin sorcier situé dans la ville annexe à Poudlard, Pré-Au-Lard. Ses sorties dans la bourgade n'étaient pas très palpitantes la plupart du temps et la sorcière, pour qui l'écriture était déjà une grande passion, se réfugiait souvent là-bas pour éviter certains de ses camarades. C'était aussi généralement là qu'elle retrouvait Janus avec qui elle pouvait discuter plus librement que dans un couloir. Le magasin à plumes n'était pas très fréquenté, parce que les étudiants ne désiraient pas penser au travail en sortie. Mais cela ne la dérangeait pas, tout comme ça ne dérangeait pas Janus qui aimait tout autant qu'elle l'écriture. Le coeur lourd de mélancolie, elle franchit la porte dont la clochette tinta délicatement pour indiquer qu'un nouveau client était là. Clive Stevenson qui s'occupait de la boutique depuis quelque temps, revînt de l'arrière et la gratifia d'un sourire charmant : « Madame Travers ! Comment allez-vous ? J'ai votre commande de la semaine dernière qui est arrivée hier ! ». La sorcière à son nom, plaqua un sourire poli sur ses lèvres avant de s'avancer vers le comptoir, sans guère faire attention à l'autre client qui était là et qui ne méritait sans doute pas son attention à elle. Elle se détourna pendant qu'il s'enfuyait dans l'arrière boutique pour attarder ses yeux noisettes sur du papier à lettres. Elle le pointa du doigt sans le toucher en s'adressant à Monsieur Stevenson qui revenait vers elle avec un paquet empaqueté entre les doigts. « A combien vendez-vous ce papier à lettres ? » demanda-t-elle poliment, ce à quoi il répondit presque immédiatement, « dix-huit mornilles et deux noises ». La sorcière plissa les lèvres et tandis qu'ils discutaient, elle ne calculait pas plus que cela l'autre client qui devait avoir choisi ses articles. Elle ne comptait certainement pas se dépêcher pour lui. Elle lui en fit mettre deux liasses de côté pour elle avant de se détourner pour faire un tour dans le magasin avant de payer. Quelle ne fut pas sa surprise en trouvant Octavius Martens devant elle. « Les grands esprits se rencontrent toujours en papeterie » souffla-t-elle en affichant un sourire poli, guère surprit, « bonjour Octavius ». Sinistra croisa ses mains dans son dos en relevant un sourcil, attendant patiemment qu'il lui retourne la salutation.
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 674
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyMer 23 Oct - 16:24

En entendant le nom de « Mrs. Travers », Octavius arrêta toute manipulation du carnet qu'il avait entre les mains. A la place, il tendait l'oreille, tout ouï. Sinistra Travers. Il reconnaissait sa voix. Il resta là pendant plusieurs secondes tandis qu'elle échangeait avec le papetier. Il tourna légèrement la tête vers la conversation. C'était bel et bien elle. Il ne se faisait donc pas d'idées. Que faisait-elle donc ici, aussi loin de Londres ?
Le hasard faisait tellement bien les choses. On l'oubliait, parfois. Le professeur esquissa un léger sourire, remerciant sa chance.
Il se retourna, toujours un carnet dans les mains. A peine quelques secondes plus tard, Sinistra se retourna et lui fit face. Octavius lui adressa un sourire. Oui, les grands esprits se rencontraient toujours en papeterie. Elle le salua poliment.
« Bonjour, Sinistra. » le salua-t-elle en retour sobrement avec un léger mouvement de tête. « Quelle surprise de te voir ici. Mais je t'avais dit que nous allions nous revoir. »
Il n'avait pas pensé si bien dire sur le coup. Et dire qu'il n'avait même pas eu à forcer le destin. C'était tout de même assez incongru qu'il la croise ainsi à Pré-au-Lard. Il se félicitait d'avoir eu l'idée de venir au village ce jour-là.
« Qu'est-ce qui t'amènes dans une papeterie aussi éloignée de Londres ? »
Il aurait été beaucoup plus simple pour elle. Mais il n'allait pas s'en plaindre. L'occasion était bien trop belle pour qu'il passe à côté, pour qu'il se pose mille et une questions inutiles. Mine de rien, il était content de la voir. Et ce n'était pas seulement par rapport à sa mission. Il appréciait parler avec elle.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 547
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Gypsophile
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptySam 26 Oct - 23:49

Sinistra ne sortait pas, ce jour-là, avec l'idée de croiser quelqu'un qu'elle connaissait et encore moins une simple connaissance de la galerie de Madame Visconti. En réalité, elle sortait pour des emplettes qu'elle faisait toujours dans son magasin habituel, parce qu'elle appréciait la dévotion du gérant autant que le village qui abritait la boutique. La sorcière y avait peut-être ses meilleurs souvenirs de Poudlard. Le château renfermait trop d'élèves susceptibles de surprendre des conversations arrachées à la volée, ou de mal interpréter des mots. Or, dans une ruelle perdue de Pré-Au-Lard, ou bien en face de la Cabane Hurlante, personne ne pouvait rien surprendre, ni s'étonner de rien. Le village sorcier était un refuge pour la jeune femme afin de combattre la solitude qui s'étendait dans son cœur à Poudlard. Les amis qu'elle y avait, ne valaient rien face à Janus, dont la seule erreur avait été de naître sang-mêlé. La remarque du jeune homme fit sourire poliment la manoise : « Oui, on peut dire que tu ne t'es pas trompé là-dessus. Mais je pense que tu ne t'attendais pas à ce que ce soit ici ». Elle s'éloigna de la caisse pour s'approcher des carnets que le britannique regardait avant qu'ils ne se mettent à discuter : « Tu aimes écrire dans des carnets ? Moi aussi ». Encore une fois, Sinistra sourit. Elle fit glisser le bout de son doigt fin sur la couverture en cuir de celui qui était en haut d'une petite pile, avant de le décaler pour se saisir du deuxième. Couverture rigide qui donnait un faux effet peau de dragon. C'était un peu cheap. Malgré tout, elle l'ouvrit pour voir des pages correctement lignées, avant de le retourner pour regarder le prix. Ce n'était pas qu'elle était agrippée à sa bourse, mais elle aimait savoir la valeur des choses. Ce carnet valait son prix. « Scribenpenne a toujours été ma papeterie attitrée » répondit-elle légèrement, « depuis ma troisième année jusqu'à maintenant. Je suis une cliente fidèle ». Elle avait fait bien attention à utiliser le mot "cliente" et non pas "femme" parce que c'eut été un grossier mensonge que de dire cela. Sinistra était libre, c'était le moins que l'on puisse dire. « Et toi ? » rebondit-elle, « tu es bien loin de Londres... ». Elle prit le carnet qu'elle lorgnait et continua de s'avancer dans la petite allée pour regarder les encres. Elle en avait déjà commandé mais... Argh. C'était son pêché mignon. Elle ferait mieux de se détourner. La sorcière préféra essayer d'écrire avec un nouveau modèle de plume, apparemment moins fatigante pour la main. Non convaincue, elle la reposa, les lèvres pincées. « Mais ce qui vaut pour moi vaut peut-être pour toi ? » envisagea-t-elle cette réponse comme le jeune homme n'avait pas eu le temps de lui répondre. Sinistra trouverait cela amusant qu'il soit aussi à cheval sur ses habitudes. Ce n'était pas un homme qui semblait en avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 674
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyDim 27 Oct - 15:43

Octavius adorait quand le destin lui tendait des perches. Quand cela arrivait, il n'hésitait pas deux secondes avant de les saisir. Il entamait alors la conversation avec Sinistra. Quoi de plus basique comme sujet de conversation dans une papeterie que de carnets et plumes ? On aurait pu laisser des heures et des heures l'anthropomage dans une papeterie ou une librairie. Il adorait ces boutiques que ce fut dans leur atmosphère calme et studieuse que dans l'odeur qui y régnait. L'odeur de papiers neufs lui procuraient un sentiment de bien-être. Et puis, on y rencontrait des gens intéressants, semblait-il.
« Oh les carnets c'est vraiment mon plaisir coupable. J'en achète tellement et j'en noircis tellement au quotidien. »
Octavius avait toujours consigné ses notes de voyage dans des carnets. Ou bien des listes — il adorait les listes. Liste de lecture, de course, de tâches quotidiennes... Il en avait accumulé une quantité astronomique et aucun ne se ressemblait. Il pensait à investir dans une petite étagère rien que pour eux et il avait déjà une idée du classement minutieux qu'il allait faire.
Sinistra expliqua son attachement pour Scribenpenne qu'Octavius pouvait largement comprendre. Cela le fit élargir son sourire.
« Je serais prêt à parier ma collection de carnets que tu pourrais faire vivre ce commerce à toi toute seule. » fit-il avec un léger sourire.
D'après ce qu'il avait entendu précédemment, elle n'achetait pas qu'un peu quand elle venait. Elle rebondit alors en lui renvoyant la question. En même temps, elle s'en allait voir les encres et Octavius la suivait pour poursuivre la conversation. Il avait gardé avec lui un carnet avec une couverture en fausse fourrure de boursouf. Qu'est-ce qu'il allait y écrire ? Il ne se posait pas encore la question.
« Je ne suis pas un client aussi fidèle que toi, je dois l'avouer. »
En même temps, s'il avait dû à chaque fois revenir à Scribenpenne pour acheter un carnet, cela aurait été extrêmement contraignant et agaçant pour lui.
« J'aime énormément Scribenpenne mais c'est surtout par commodité que je m'y rends en ce moment. Depuis que j'ai commencé à travailler à Poudlard en septembre, en fait. Je me vois mal faire le chemin Poudlard - Londres à chaque fois que j'ai besoin de quelque chose. »
Depuis sa dernière année à Poudlard avant de commencer à y enseigner, il n'avait remis les pieds à Scribenpenne que deux fois.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 547
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Gypsophile
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyDim 27 Oct - 23:11

Le destin, Sinistra n'y avait jamais vraiment cru. Ou peut-être que si, lorsqu'encore adolescente bercée de tendres illusions, elle s'imaginait une vie merveilleuse. Mais avait-elle réellement été si optimiste ? Le prénom de la jeune femme donnait le la. Non, Sinistra n'avait jamais été particulièrement optimiste quant à son futur, et si son mariage avec un Travers l'avait déçu au fond d'elle car son cœur ne battait que pour un sang-mêlé, il n'en demeurait pas moins qu'elle était à peu près satisfaite, maintenant qu'elle portait le patronyme de Warren. Il n'était pas le meilleur époux du monde, mais elle éprouvait une affection profonde pour lui qui savait l'écouter, même s'il ne le montrait pas au premier abord. Il lui avait offert une liberté immense en l'autorisant à écrire. Aucune autre femme de leur société ne pouvait espérer autant. Sinistra en était consciente et pour cela, elle lui en était profondément reconnaissante. Peut-être que le destin n'avait pas été si vicieux que cela avec elle, en limitant les dégâts. Aujourd'hui encore, il la gratifiait d'une retrouvaille amusante et inattendue. Octavius était un homme charmant, la Lowe n'était ni aveugle, ni folle. Il avait ce charme anglais tout particulier qui exhalait de son sourire et de son regard. Il était suffisamment respectueux mais suffisamment simple également pour attirer son attention. Que cela choque ou non, Sinistra aimait aussi la simplicité au faste.

Ce n'était d'ailleurs pas la plus riche couverture qu'elle avait prise. Elle aurait pu vouloir un véritable carnet en peau de dragon, ce qu'elle ne quémandait pas. Pour ses notes afin de rédiger son second tome, pourquoi donc s'embarrasser d'autant ? « De même » avoua-t-elle son plaisir secret d'écrire des pages et des pages entières directement dans des carnets plutôt que sur des feuilles volantes, « c'est plus pratique et on prend moins de risque de perdre des écrits ». Si au début, elle s'était contentée de feuilles de parchemin simples, Warren lui avait gentiment fait remarquer un jour qu'ils discutaient tous les deux dans leur salon de son projet, qu'elle gagnerait du temps à écrire dans des carnets. Depuis ce jour, elle avait opté pour cette solution sans la regretter par la suite. La plaisanterie d'Octavius sur sa dévotion pour la boutique sorcière lui arracha un gloussement amusé mais elle ne répondit pas à sa remarque. Aucune autre papeterie ne pourrait racheter les souvenirs qui envahissaient son crâne lorsqu'elle pénétrait dans Scribenpenne. « Tu rédiges un mémoire ? » lui demanda-t-elle en s'arrêtant devant les plumes, son carnet en main. Clive, la lorgnait toujours de loin. Si Sinistra tiqua lorsqu'il lui avoua avoir été nommé à Poudlard, elle ne fit aucun commentaire hâtif, et resta silencieuse en regardant les plumes exposées. Professeur Martens donc... Qu'aurait dit son père d'avoir un homme tel que lui pour enseigner une matière à sa fille ? Il avait très mal prit certains noms qui figuraient dans la liste des professeurs. Celui du professeur McGonnagall l'ayant fait tousser plus qu'aucun autre. Une femme, qui plus est, ancienne Gryffondor, de sang souillé, pour enseigner la si noble matière de métamorphose à sa fille ? Monsieur Lowe en avait presque fait une crise d'apoplexie. « Le rang de professeur te va bien » le félicita-t-elle à sa manière, « je suis certaine que tu es très apprécié de tes étudiants ». Sinistra était passée proche de dire de « tes étudiantes ». Elle ne doutait pas que certaines avaient des vues sur lui. Comment ne pas en avoir ? Un sourire si angélique, couplé à un visage harmonieux. Quoi de mieux afin de réveiller les rêves d'étudiantes innocentes qui croyaient en l'Amour et au Destin. La sinistre sorcière poussa un léger soupir pour ponctuer ses pensées cyniques et se rapprocha de la caisse pour aller payer son carnet ainsi que le reste de sa commande.


(639)


Dernière édition par Sinistra Lowe le Ven 1 Nov - 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 674
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyMar 29 Oct - 0:34

Octavius était bienheureux d'avoir eu la lucidité de ne pas aller à Pré-au-Lard en même temps que les élèves. Ainsi il se sentait d'avantage libre de ses mouvements et paroles. Cela facilitait la conversation avec Sinistra. Non pas qu'il n'appréciait pas ses élèves et les voyait comme des obstacles.... Enfin si un peu pour ce dernier point. La jeune femme lui demanda, curieuse, s'il rédigeait un mémoire. Quelle drôle d'idée !
« Absolument pas. J'aime juste beaucoup écrire. »
Il ne ft point part de son projet de livre car il estimait que cela ne la regardait pas. Leur relation ne s'y prêtait pas vraiment. D'autant plus qu'il n'avait pas envie de recevoir des questions quant à l'avancement de ce projet qui était au point mort. Et puis cela aurait mené à mettre sur le tapis le sujet de la récente publication au nom de Sinistra Lowe. Publication que le professeur avait pris soin de mettre dans un coin de sa tête pour l'oublier. Il valait mieux. On se doutait de ce qu'il pensait de tout cela, pas besoin de s'étendre dessus.
En tout cas, il n'avait pas encore acheté ce livre. Il l'avait juste furtivement feuilleté en librairie. Ce n'était pas le genre d'ouvrage qu'il avait envie qu'on voit entre ses mains. Mais il comptait bien l'acheter un jour ou l'autre afin de mieux estimer l'étendue de la bêtise qui y était écrit. Tant d'encre et de pages gâchées pour un ce torchon.
Intolérance, dites-vous ? Complètement.
Cela lui faisait tellement chier que ce ramassis de foutaises ait été écrit par une femme comme Sinistra. M'enfin. Là n'était pas le sujet de la conversation et heureusement.
« Merci. » remercia-t-il la jeune femme quand celle-ci le félicita plus ou moins.
Octavius était persuadé en son for intérieur que Dumbledore l'avait uniquement engagé faute de mieux.
« Je ne sais pas, en fait. » répondit-il avec un léger sourire à la question de Sinistra. « C'est dur de savoir ce qui passe par la tête d'adolescents. C'est un âge difficile. »
Ses élèves avaient beau se montrer respectueux envers lui pour la plupart, ils pouvaient très bien dire des choses horribles sur lui à peine sortis de la salle de classe. Le jeune professeur ne voulait pas prétendre savoir quelque chose de façon certaine à propos d'eux et de leurs sentiments.
« Tu sais, tant qu'ils ne mettent pas le désordre pendant mon cours... Cela me convient. Après, on est toujours ravi quand on voit nos élèves progresser, qu'ils s'investissent, qu'ils nous font confiance... »
Octavius aimait enseigner. C'était un fait. Il aimait avoir des liens avec ses élèves.
Ils s'avançaient vers la caisse. Sinistra paya ses articles. Le professeur fit de même avec son carnet.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 547
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Gypsophile
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptySam 9 Nov - 13:29

L'écriture avait toujours eu un rôle particulier dans la vie de Sinistra Lowe. Elle était passée de deuxième soeur à fille unique et elle avait du se trouver une occupation  pour ne pas penser à sa soeur disparue. Installée dans un pays duquel elle ne parlait que la langue, seule, avec pour unique compagnie celle de sa  mère qui hantait la maison en rangeant toutes les photos où Anita et Sinistra Lowe étaient toutes les deux, elle s'était sentie le besoin de tout concilier sur papier. Elle y avait écrit ses ressentiments les plus profonds et au fur et à mesure du temps avait émergé sur ses pages le besoin viscéral de retourner dans son pays. Presque vingt ans plus tard, ce n'était toujours pas arrivé. Et Warren qui savait son envie, ne l'écoutait pas cependant, lui disait toujours oui pour reprendre sa parole plus tard. La mannoise avait peu de choses à lui reprocher mais la désinvolture qu'il présentait parfois face à ses besoins en faisaient partis. Apprendre qu'Octavius aimait l'écriture ne l'étonnait pas plus que cela, finalement. Il avait du goût, il parlait correctement. Ce n'était pas un homme, de toute évidence, qui s'amusait de passions triviales. Finalement, peut-être qu'il lui ressemblait un peu. Ou elle lui ressemblait un peu, comme il était plus vieux. Sinistra étira un fin sourire et ne répondit pas. Elle connaissait par cœur ce magasin, si bien qu'elle aurait pu y travailler les yeux fermés s'il avait été dans ses mœurs de se salir les mains. Elle enjamba légèrement mais non pas moins naturellement la latte qui commençait à se soulever en raison de la vie naturelle du bois.

Le sujet de conversation tournait autour d'Octavius et de sa vie de professeur à Poudlard. Cela n'avait pas manqué d'étonner la jeune femme, qui pourtant, préféra cacher son étonnement vers un compliment plus ou moins évident. Les mains croisées dans le dos, renfermant le petit carnet qu'elle comptait noircir chez elle en rentrant sous l'oeil perplexe de son époux qui s'occupait bien peu de littérature, elle observait les encres d'un regard expert. « Un âge difficile ? Peut-être bien » concéda-t-elle malgré elle. Oh, elle avait très mal vécu son adolescence, elle avait ressentit plus que jamais le poids de la solitude. Mais Sinistra avait toujours été mélancolique et finalement, il était peut-être dans son tempérament de se sentir seule. A l'adolescence, elle avait rencontré Janus. Peut-être que cette période n'était pas si noire, finalement. Toutefois, elle respecta religieusement la vie privée de son interlocuteur en ne lui demandant pas comment il avait passé la sienne. Cela ne la regardait point. « Mais les adolescents sont hypocrites. Méfie-toi » lui dit-elle ce conseil. Elle le pensait sage. Il était passé par-là, lui également. Tout le monde parlait en mal sur les professeurs et tout le monde, pourtant, souriait par devant. La vie était cruelle.
Sinistra paya ses articles en gratifiant le gérant d'un élégant sourire. Son colis sous le bras, elle accompagna Octavius dehors. « Enseigner serait-elle ta vocation ? Moi qui te pensais exclusivement anthropomage » fit-elle malicieusement, « c'est bon à savoir ». Quoiqu'étonnant, préféra-t-elle ne pas ajouter. Elle-même ne se serait jamais vu institutrice. Quoi de pire que de se retrouver seule devant une salle de cerveaux vides et destinés à le rester ? Le cynisme cruel de la sorcière reflétait toutefois bien son état d'esprit intérieur, et elle continua de s'avancer dans l'allée principale de Pré-au-Lard, suivie de près par Octavius Martens.

(581)
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 674
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyMer 13 Nov - 0:38


Octavius ne savait pas vraiment quand il avait commencé à aimer l'écriture. Déjà, il aimait beaucoup et ce depuis qu'il savait lire. Une activité solitaire qui ne demandait pas trop d'efforts physiques. Quand il était adolescent, il lui arrivait régulièrement d'écrire quelque chose sur un bout de parchemin qu'il allait finir par froisser pour le jeter à la poubelle. C'était quand il avait commencé à voyager qu'il s'était véritablement mis à noircir des carnets entiers et à ne pas disposer de ses écrits dans la première poubelle venue. Peut-être que l'écriture avait toujours été un moyen pour lui d'extérioriser tout ce qu'il gardait pour lui. Elle agissait aussi très certainement comme un pense-bête, une façon d'occuper ses mains et son esprit...
D'ailleurs, dans ses cours, il aimait encourager la créativité et la réflexion à travers l'écriture. Cela s'exprimait principalement dans ses évaluations. Elles ne se présentaient que très rarement en quelques questions de cours basiques. C'était soit des questions qui amenaient à organiser et mobiliser les connaissances acquises lors du cours. Ou des sujets où les élèves pouvaient d'avantage laisser parler leur fibre littéraire — toujours en rapport avec le cours, bien entendu. Ce genre de test avait parfois susciter de vives réactions de la part d'élèves complètement déroutés. Cela bousculait leurs habitudes.
L'avertissement de Sinistra concernant l'hypocrisie des adolescents le fit doucement sourire.
« Oui, c'est malheureux. Mais c'est ce qu'on appelle devenir adulte. Ils évoluent dans un monde hypocrite, alors ils le finissent à le devenir plus ou moins à leur tour. On a tous déjà demandé à quelqu'un si cela allait par mécanisme alors qu'on s'en fiche un peu au fond. La seule réponse qu'on attend c'est "Oui et toi ?" et on ressent un profond malaise quand on obtient une réponse différente car elle nous dérange pour la plupart. L'hypocrisie est une norme, en quelque sorte. »
Si l'on disait que la vérité sortait toujours de la bouche des enfants, ce n'était pas pour rien. Un enfant n'avait pas encore assimilé les codes de l'hypocrisie et était alors bien souvent très sincère.

Après que Sinistra ai payé ses articles, Octavius paya les siens et ils sortirent de la boutique en disant au revoir au vendeur. Le professeur élargit son sourire à la remarque de la jeune femme.
« J'ai enseigné avant de me considérer comme anthropomage. » répondit-il brièvement. « Anthropomage est d'avantage un statut qu'une profession à proprement parler. Pour gagner sa vie, un anthropomage peut autant enseigner, que faire de la recherche rémunérée ou qu'écrire. »
C'était bien le problème de tous ces domaines basés non pas sur des compétences mais sur des savoirs. On n'avait pas besoin de compétences en soi pour être anthropomage tant qu'on avait des connaissances. Mais on ne pouvait pas prétendre à gagner sa vie grâce à cela si on n'avait que des connaissances et pas de compétences.
« Ce n'est pas parce que je connais les règles du quidditch que je peux prétendre à concourir lors d'un championnat mondial. Au même titre que savoir écrire ne veut pas dire bien écrire. »

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 547
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Gypsophile
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptySam 16 Nov - 12:34

Sinistra avait toujours trouvé cela assez malheureux la place que ne prenait pas la littérature au sein de l'école de Sorcellerie. Si elle se serait sans doute étouffée de devoir lire un ouvrage rédigé par un né-moldu ou pire, un moldu, elle partait du principe désormais, que la littérature restait de la littérature qui permettait l'essor des idées et l'élévation de la pensée. L'écriture, à ses yeux, suivait le même schéma, et il était assez surprenant de voir d'après elle que peu s'adonnaient à une telle passion. Elle avait écris très tôt dans sa vie de sorcière, elle avait eu besoin d'un confident et un journal avait été le sien. Ses parents n'en savaient rien, ils l'auraient sans doute redirigés en effet, vers la musique, un art qu'ils considéraient tous les deux comme beaucoup plus noble que cela. Octavius semblait avoir les mêmes idées qu'elle et elle s'en trouvait soulagée. Voilà une oreille à laquelle elle pouvait parler sans être jugée. Son époux n'avait jamais été condescendant avec ses passe-temps bien au contraire, mais il était trop occupé pour réellement s'y intéresser. Elle ne savait pas ce que les adolescents qui étaient les élèves du britannique pensaient du format de ses cours, mais elle se doutait sans mal que l'hypocrisie régnait en maître. Le jeune homme, d'ailleurs, y répondit comme il se devait. Devenir adulte poussait aux pires vices et Sinistra elle-même s'en était rendue compte. « En effet » appuya la sorcière d'un air tranquille malgré le sujet scandaleux de leur discussion, « c'est une construction sociétale. J'espère que tu ne te permettra pas de te montrer hypocrite avec moi, en tout cas ». Elle afficha un sourire malicieux et ainsi, ils se retrouvèrent dehors.
Elle n'avait aucune honte à se promener en compagnie d'un sang-impur. Si à Poudlard, elle avait toujours veillé à ne surtout pas être vue avec Janus - ce dernier lui faisant trop souvent remarquer que c'était irrespectueux pour lui - maintenant adulte, et mariée avec un nom renommé, elle ne craignait plus rien. Elle pourrait mentir sans vergogne au visage de Warren pour lui raconter une histoire farfelue qu'il finirait par croire. Par ailleurs, Sinistra était une femme qui aimait la compagnie intelligente et Octavius l'était. C'était donc tout bénéfique pour elle d'enrichir ses propres pensées bien qu'elle se doutât qu'il n'avait certainement pas les mêmes points de vue qu'elle sur à peu près la moitié des sujets qui pouvaient intéresser l'humanité. « La question de la rémunération est toujours celle qui nous fait un peu dévier de notre voie, finalement » formula-t-elle pensivement, « en tant que professeur, tu ne peux t'adonner de la même façon que libre à l'étude des sociétés humaines. Cela ne te manque-t-il pas ? ». Ils continuaient de s'avancer tous les deux dans l'allée principale de Pré-au-Lard alors qu'un groupe de nains passait à côté d'eux. « Les gens, maintenant, se soucient non pas du style mais de l'idée véhiculée par les mots » commenta la jeune femme au sujet de sa dernière interjection, « c'est en tout cas l'idée qui me paraît ressortir considérant le grand nombre d'essais que l'on peut trouver en librairie à la place de réels romans de jadis... ».


(536)
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 674
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyDim 17 Nov - 18:00

La remarque de Sinistra concernant l'hypocrisie arracha de nouveau un sourire à Octavius.
« Ah ça, c'est déjà fait, je le crains. »
Sous couvert d'une plaisanterie, l'anthropomage énonçait une vérité très vraie : il était hypocrite avec elle. Aimait-il jouer avec le feu ? Ou se jouait-il d'elle ?
Octavius connaissait assez bien les codes de la société et avait appris à en jouer. Si au départ, c'était compliqué pour lui qui avait passé tant de temps en dehors du pays, il avait très vite ré-assimilé les usages et se les était approprié. Vu le contexte dans lequel se trouvait le Royaume-Uni, c'était devenu vital. Dix ans auparavant, il n'aurait pas su adapter ses comportements en fonction. Alors c'était pour son plus grand bien.
« Non ça ne me manque pas vraiment. Le milieu scolaire n'est-il pas une forme de micro-société ? Et puis la façon dont on enseigne aux élèves et comment on les traite peut être très révélatrice de la mentalité d'une société de façon plus globale. Au sujet de l'école, il y a de nombreuses questions intéressantes à soulever. Comme celle concernant l'uniforme, celle concernant les matières enseignées, la division des élèves en maison... En bref, là où y'a des humains, l'anthropomagie ne peut pas me manquer. »

Le sujet de la conversation revint bien rapidement à l'écriture qui était manifestement LE sujet qui les rassemblait. Sinistra était dorénavant auteure et Octavius y travaillait. Ils semblaient avoir tous les deux leurs petites opinions sur la question. Des opinions qui, bien évidemment, divergeaient. La jeune femme livra sa réflexion, très juste, sur la littérature contemporaine comparée à celle des périodes précédentes. Mais il y avait une expression en particulier qui le chatouillait.
« C'est vrai. Avant il y avait d'avantage une valorisation du travail sur un plan stylistique. Cela primait très clairement sur l'inspiration. Tu aurais beau écrire la meilleure histoire du monde, si la forme n'y était pas, ton écrit n'allait pas avoir du succès. Néanmoins, je pense que l'importance du fond et des idées n'a pas vraiment changé. Si ce n'est qu'aujourd'hui on ai une plus grande liberté sur ce que l'on écrit par rapport au XVIe siècle. »
Il avait pu lire quelques livres sur l'histoire de la littérature. Mais là il n'avait pas encore abordé ce qui le titillait.
« Mais qu'entends-tu par "réels romans" ? J'avoue que je ne comprends pas très bien. Un roman d'avant n'est pas d'avantage un roman qu'un roman d'aujourd'hui. »
Il était confus et cela se voyait.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 547
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Gypsophile
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptySam 23 Nov - 14:46

Il était assez ironique que ce soit Sinistra Travers qui mette en garde Octavius Martens contre les travers de l'hypocrisie, elle qui en avait fait sa meilleure arme. L'hypocrisie, si commune au monde des sang-pur mais pourtant si négligée par ceux qui n'avaient pas eu la chance de naître d'un sang propre, était la meilleure arme de n'importe quel individu contre le monde. La manipulation, bien entendu, s'accouplait merveilleusement bien avec, et la mannoise était ravie d'avoir hérité dans ses gènes de ces deux catégories de penchants. Certains n'en étaient pas pourvu et faisaient du mieux qu'ils pouvaient pour devenir manipulateurs, sans toutefois y parvenir totalement. C'était assez triste. Mais la plupart des adolescents, en tout cas, maîtrisaient sinon la manipulation, au moins l'hypocrisie, celle balancée au visage de leurs professeurs avec un flegme que la sorcière trouvait, contre toute attente, révoltant. Sinistra avait été brillante mais elle n'avait pas été particulièrement hypocrite avec les professeurs qu'elle n'appréciait pas. Elle leur affichait simplement une intense indifférence, qui lui avait valu quelques commentaires peu fameux dont elle se souvenait encore. La réponse d'Octavius, certes présentée sur la plateau de la plaisanterie, ne pourrait certainement pas passer au travers du filet d'une manipulatrice comme elle : « C'est certain » énonça-t-elle plutôt, sûre d'elle, « que crois-tu que je fasse en retour ? ». Sinistra, en effet, si elle appréciait discuter avec lui, voulait bien jouer avec le feu comme il le faisait aussi. Sous la plaisanterie, elle ne doutait pas qu'il comprendrait assez largement la vérité qui servait à déchiffrer n'importe quel sang-pur décent. Ils étaient trop différents pour ne pas se montrer hypocrite l'un envers l'autre, et la bonhomie apparente du jeune homme ne pouvait se montrer réelle parce qu'il avait l'air plus intelligent que cela. Malheureusement pour lui, la mannoise avait appris depuis longtemps à déchiffrer les hommes.

« Il y a bien des choses à redire sur Poudlard » commenta-t-elle au sujet de la micro-société qu'il évoquait à l'époque. S'il s'imaginait peut-être qu'elle était contre les maisons à l'école, il se trompait largement. Aux yeux de la sorcière, la démarcation devait se faire au niveau du sang et non pas des qualités ou défauts intrinsèques de chacun. Mais elle connaissait son public, et loin d'elle l'idée de le braquer, elle afficha juste un sourire compréhensif. Cela dit, elle ne pouvait enlever au château cette intense aire paisible qu'il savait arborer avec tant de majesté. Sinistra avait passé des heures à observer le lac, des heures encore avait-elle passé à regarder le parc du haut d'une tour dans laquelle personne n'allait jamais. La sorcière aimait l'étrange mélancolie qui se glissait entre les arbres de la forêt interdite et elle y trouvait là un calme excellent pour écrire. Certaines des idées qu'elle avait développé dans son livre, elle les avait envisagée à l'école, au fur et à mesure du temps où elle s'affirmait de plus en plus comme une femme, et non plus une jeune fille. Octavius avait la langue bien pendue sur les livres et poliment, la sorcière le laissa finir. Elle s'esclaffa gentiment devant l'expression qu'elle avait utilisé et qui le choquait. Contre toute attente, elle formula de ce fait : « Je me suis mal exprimée, désolée » - elle ne l'était pas et se montrait présentement particulièrement hypocrite parce qu'elle avait choisi, à dessein, des mots si forts, et si durs, comme une présentation outrageuse de son côté snobinard - « j'entends par ce terme grossier la littérature classique tel que le commun des mortels l'entend ».

(592)
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 674
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyJeu 5 Déc - 23:16

« Si jamais tu as été ou tu es hypocrite envers moi, ce dont je n'ai aucun doute, je ne t'en voudrais pas. » répondit-il cordialement.
Il fallait être lucide. S'il n'y avait pas encore eu de débats sensibles et virulents voire de querelles entre eux, c'était qu'Octavius comme Sinistra mettaient de l'eau dans leur vin. De toute évidence, ils adaptaient tous les deux leur discours à leur interlocuteur. L'anthropomage ne s'attendait plus à entendre la jeune femme sortir des inepties anti-moldues élitiste devant lui. Elle aurait été bien sotte ! Sinistra Lowe avait l'air beaucoup trop intelligente pour cela.
Elle l'avait d'ailleurs relancé sur le sujet de l'anthropomagie, lui demandait si cela le manquait. Certes, Poudlard était nettement moins dépaysant pour lui qu'un pays africain. Mais l'école de magie écossaise n'en était pas moins intéressante d'un point de vue intellectuel. En fait, avant d'être engagé comme professeur de Défense Contre les Forces du Mal, rien de concret ne l'avait empêché de repartir à la découverte du monde. Il était resté au Royaume-Uni par choix. Pour faire son deuil, renouer avec sa famille et sa culture, faire le point sur sa vie et respecter pleinement ses engagements dans l'Ordre. Il allait sûrement être plus utile sur le territoire qu'on ne savait où d'autre sur la planète.
« Je suis d'accord. Mais aucun système ne pourrait se vanter d'être parfait. »
Y travailler et y avoir étudié ne faisait pas qu'Octavius était aveugle aux défauts de Poudlard. Au contraire, il y était très lucide. D'autant plus que dorénavant, il avait un double point de vue : celui d'élève et de professeur.
La conversation allait bon train et revenait sur le sujet de la lecture et de l'écriture. Il y eut une petite confusion quant à l'expression "réel roman" qui avait laissé Octavius perplexe. Sinistra éclaira alors ses lanternes. L'anthropomage afficha un sourire quelque peu forcé mais néanmoins convaincant.
« Je ne pense pas que la littérature d'aujourd'hui soit moins qualitative que celle d'hier. Et je n'ai pas envie d'être de ces conservateurs aigris qui ne jurent que par les classiques et dénigrent les écrits actuels. Après tout, on ne sait pas ce qui demain sera considéré comme un chef d'œuvre classique incontournable. »
En tout cas, il osait espérer que La Conspiration Moldue dans le futur allait avoir aussi mauvaise presse que Mein Kampf et être tout autant considéré comme un écrit infâme.
« Je dois t'avouer quelque chose d'un peu honteux. J'aime traîner dans les rayons jeunesses des librairies. Une fois je me surpris à lire une bonne vingtaine de pages d'un tome de Ma Vie Secrète de Sorcière. » dit-il avec connivence.
A ce qu'il avait compris, ce livre racontait l'histoire d'une jeune sorcière de seize ans qui racontait ses histoires de cœur, de copines et sa vie quotidienne à Poudlard. La cible était très clairement un public de pré-adolescentes.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Sinistra Lowe

Sinistra Lowe


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 547
| AVATARS / CRÉDITS : Brie Larson ▬ Gypsophile
| SANG : Purement consanguin.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : son époux
| PATRONUS : un casoar à casque
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptySam 7 Déc - 10:47

La cordialité apparente d'Octavius fit lever les yeux noisettes de Sinistra Lowe vers le ciel nuageux. Il ne faisait aucun doute pour eux que toute cette apparente bonne entente n'était que de l'hypocrisie. La sorcière, pourtant, se surprenait à apprécier ces échanges qui jouaient davantage sur l'intellect que sur les sentiments. Quoique l'on pense de son ouvrage, la sang-pure se considérait comme étant une intellectuelle, entendez par là qu'elle se donnait ce titre pour se gausser un peu afin d'avoir une certaine légitimité à parler. Réfléchir sur un sujet et écrire dessus, faisait d'elle une intellectuelle, elle en était absolument persuadée. Octavius ne serait sans doute pas d'accord avec elle, car elle ne doutait pas un seul instant qu'il ne saurait entendre les idées partagées dans son ouvrage. Seuls les gens de leur communauté pouvaient acquiescer, et il n'en faisait vraisemblablement pas parti. Malgré ses tentatives de bonnes manières. La cruauté du jugement de l'autrice valait tout autant son hypocrisie dévorante, mais il ne s'en rendait pas compte. Ou s'il s'en rendait compte, il cachait bien son jeu. C'était possible, à ses yeux, qu'il soit au moins aussi bon en la matière. Car après tout, qui irait se méfier de cet angélique sourire ? Sinistra reprit les mots du jeune homme pour compléter sa phrase d'un ton religieux : « Mais aucun système ne pourrait se vanter d'être parfait puisqu'il est dans la nature de l'Homme de ne pas l'être ». Elle afficha un sourire satisfait en ajoutant : « L'être humain est faillible, et chacune de ses créations l'est autant que lui ». La sorcière voulait bien admettre qu'elle était cynique, mais elle voyait difficilement la perfection chez les uns, et chez les autres. Curieusement, elle n'avait pourtant aucun problème à se considérer silencieusement comme parfaite.
Ils continuèrent leur avancée en rebondissant sur la littérature, sujet qui sans aucun doute, les réunirait davantage. Elle le laissa poliment faire son laïus sans rien songer d'autre que le fait qu'il ne trouvait vraisemblablement aucun problème à la contrarier tout le temps. Ce type de personnalité, qu'elle détestait autant qu'elle adorait, elle l'avait trouvé chez Janus. « Mais je n'ai jamais dit le contraire » pouffa-t-elle brusquement en changeant totalement d'attitude, « nous ne lisons simplement pas la même chose. Les sociétés changent et les individus avec, pour le meilleur ou pour le pire selon que l'on voit le verre à moitié vide, ou bien à moitié plein ». Elle se tut pendant quelques longues secondes, avant d'ajouter : « La liberté que nous avons de penser aujourd'hui diffère de celle que nous n'avions pas avant, cela contribue à déposer sur les étagères beaucoup plus d'essais intellectuels que de romans pour adolescentes ». La révélation honteuse du jeune homme ne lui arracha pas autre chose qu'un sourire amusé et elle répondit naturellement : « Eh bien, je l'ai lu en entier à quatorze ans » fit-elle d'un air entendu avant de baisser la voix pour ajouter d'un ton secret : « Je voulais absolument savoir si Mirabelle allait enfin réussir à mettre la main sur Mirabeau ».

(541)
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 674
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra EmptyVen 13 Déc - 15:54

Octavius était persuadé que, sur le long terme, les humains ne pouvaient que progresser. Ils connaissaient de mieux en mieux le monde autour d'eux. Ils étaient capables de trouver des remèdes à de plus en plus de maladies. Les esprits s'ouvraient aussi petit à petit. Vraiment, l'espèce humaine était sur la bonne voie. Bien sûr, cela n'évitait pas que certaines personnes, même en 1977, conservent une vision des choses complètement arriérées pour le monde occidental. L'humain, lors de cet apprentissage, pouvait prendre un mauvais chemin. Mais l'important était qu'il sache faire demi-tour. Cela étant, l'anthropomage avait conscience que sa vision des choses était probablement ethnocentrée.
« Peut-être que si tous les êtres humains étaient des copies conformes, on pourrait accéder à une forme de perfection. Mais on dirait un scénario de dystopie. »
Cette perspective lui faisait froid dans le dos. Ressembler parfaitement à son voisin en tout point ? Quelle horreur. Il espérait que l'espèce humaine n'évolue pas dans cette voie là.

Octavius était un homme optimiste. Il avait foi en l'humanité. Il voulait toujours voir le verre complètement plein ou, à défaut, à moitié plein.
« Amen. » fit-il en souriant à la remarque de Sinistra concernant la liberté d'expression.
Il était vrai que quand il visualisait sa bibliothèque, il trouvait bien plus d'essais théoriques qu'il n'en aurait trouvé au XVIe siècle. Pourtant, il devait avoir autant de romans que d'essais. Parce que bon... Pourquoi choisir quand on peut avoir les deux ? Il avait même des dictionnaires et des bescherelles de langues. Et deux recueils de poésie qui se battaient en duel.
Son sourire s'élargit quand il apprit que Sinistra avait lu Ma Vie Secrète de Sorcière en entier. Il ne s'y attendait pas vraiment de la part d'une femme comme elle.
« J'ai complètement lâché à partir du moment où j'ai décelé la présence d'un futur triangle amoureux entre Mirabelle, Mirabeau et Kevin qui allait durer au moins trois tomes alors qu'on sait pertinemment que Mirabelle va finir avec Mirabeau. C'est pas pour moi ça. »
Il riait plus qu'il ne rageait. En fait, cela l'amusait.
« Je ne sais pas ce qu'ont les adolescentes avec ces histoires de triangle amoureux. Serait-ce une sorte de fantasme juvénile étrange ? Et pourquoi toujours une fille au milieu de deux garçons ? Pourquoi pas l'inverse ? Pourquoi pas, soyons fous, un garçon qui hésiterait entre un autre garçon et une fille ? »
Sous couvert de la rigolade, il posait de vraies questions. La littérature visant les jeunes filles le laissait parfois vraiment circonspect.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty
MessageSujet: Re: La plume et le papier | Ft. Sinistra La plume et le papier | Ft. Sinistra Empty

Revenir en haut Aller en bas

La plume et le papier | Ft. Sinistra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-