GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

❀ Dear husband ❀ Cassie & Evan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Cassiopeia Rosier

Cassiopeia Rosier


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 346
| AVATARS / CRÉDITS : Keira Knightley
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Geôlier
| PATRONUS : Chat Manx
| POINTS DE COMPÉTENCE :

❀ Dear husband ❀ Cassie & Evan Empty
MessageSujet: ❀ Dear husband ❀ Cassie & Evan ❀ Dear husband ❀ Cassie & Evan EmptyDim 17 Nov - 23:37

Dear husband



Cassiopeia avait toujours eu une profonde nature à la lassitude et à la nostalgie, néanmoins, elle ne pouvait constater que depuis son mariage sa vie monotone était devenue plus encore dépourvue du moindre intérêt. Sans doute même que les boîtes de baguettes de chez Ollivander’s avaient plus de cachet et de caractère que sa fade routine. Chaque matin elle se levait, chaque matin elle se lavait, chaque matin elle mangeait, puis chaque jour se laissait mourir dans une pièce. Certains soirs Evan rentrait, certains autres non. En avait-elle quelque chose à faire ? A dire vrai, plus vraiment. La passion s’était éteinte plus vite qu’une bougie miniature.

Désormais tout les défauts de son mari semblaient éclater à sa vue avec insistance. Dès qu’il parlait, dès qu’il apparaissait, dès qu’il respirait. Son petit jeu désormais était de sentir les différences de parfums qui enbaumaient les vestes du jeune homme, témoins de premier ordre de ses différentes conquêtes extra-conjugales. Enfin, conquêtes, connaissant l’impatience de ce dernier, nul doute qu’il négociait leur consentement autour de quelques piécettes. L’honneur n’était pas vraiment à l’ordre du jour dans cette famille.
La nuit était tombée depuis de nombreuses heures quand elle entendit la porte de l’entrée s’ouvrir et se refermer avec une brutale douceur qui ne pouvait être l’œuvre que du maître de maison. Elle laissa échapper un soupir et referma son livre délicatement. Elle avait attendu le retour d’Evan sans réelle joie ou excitation, mais principalement par nécessité. D’habitude elle préférait aller se coucher bien avant qu’il ne soit rentré, s’offrant par cela des heures de sommeil décentes et une bonne raison de l’éviter. Néanmoins les dernières circonstances de son existence morose nécessitait une petite conversation, qu’elle espérait la plus brève possible.

« Evan, je suis dans le salon. » précisa-t-elle d’une voix chantante, pour l’attirer telle une vélane. Hors de question qu’elle ne se lève de son fauteuil pour le ramener jusqu’ici. « Bonsoir chéri » le salua-t-elle, bonsoir abruti pensa-t-elle. Elle lui adressa un beau sourire en lui désignant le fauteuil en face d’elle, fauteuil qu’elle avait arraché de haute lutte aux griffes de sa famille en complément de sa dot, pour qu’il s’y asseye. « J’ai à te parler. » précisa-t-elle, toute mielleuse. L’hypocrisie étant depuis des mois déjà sa marque de fabrique, bien qu’elle y ait toujours excellé.


© GASMASK
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité

Invité


❀ Dear husband ❀ Cassie & Evan Empty
MessageSujet: Re: ❀ Dear husband ❀ Cassie & Evan ❀ Dear husband ❀ Cassie & Evan EmptyMar 19 Nov - 10:33

Evan avait promis à Cassiopeia en lui glissant l’anneau au doigt de ne jamais oublier que leur amour était de ceux qu’on ne rencontre qu’une fois dans une vie, de toujours savoir au plus profond de son âme que quelque soit les obstacles qui se jucheraient pour les séparer, ils sauraient retrouver le chemin qui les mènerait l’un à l’autre. Il ne savait pas à cette époque que son autre serment, prêté au lord en recevant la marque des ténèbres, contrarierait si bien celui de son mariage. Chaque fois qu’il s’exerçait aux arts obscurs, fauchant les vies de ses ennemis, il renonçait à une partie de son âme. La magie noire était une maîtresse qui le tourmentait et appelait sans cesse les tributs de la souffrance et de la mort. Elle n’était néanmoins pas la seule de ses maîtresses. Les pérégrinations de l’héritier loin du lit marital étaient nombreuses et lui avaient au moins appris à respecter l’intelligence des jeunes filles qu’il y croisait. Aucune de ces femmes ne respirait la suffisance de Cassiopeia, certaines parfois partageaient la fragile assurance d’Azelma. Les plus naïves de coeur n’étaient pas forcément les plus bêtes de têtes. Et ses conquêtes, qui lui avaient longtemps apporté une illusion de pouvoir, lui apportaient aujourd’hui parfois également une illusion de réconfort. Cette illusion avait-elle jamais existé au sein du foyer qu’il constituait aujourd’hui avec son épouse ? Il ne se souvenait guère de cette époque qui précédait son marquage ainsi que des sentiments qu’il était encore capable d’éprouver alors.

Il fut surpris en raccrochant sa cape de mangemort d’entendre son épouse l’appeler depuis le salon d’une voix enchanteresse qu’il ne lui connaissait plus. Il la trouva sans surprise dans le canapé qui était devenu le siège de sa mélancolie et il aurait juré que son fessier et son esprit ne quittaient plus ni l’un ni l’autre. « Bonsoir » lui répondit-il tranquillement en se dirigeant vers le buffet pour se sortir un verre avant de s’asseoir dans le fauteuil qu’elle lui désignait. Rosier pressentait, à la vue de la délectation de son épouse, une nouvelle qui ne lui apporterait aucun bien. Et comme il n’était pas aussi brillant qu’elle au jeu des hypocrisies, mieux valait qu’il prépare sa meilleure humeur d’une autre manière. Il posa également devant son épouse un verre vide, non pas dans un réel souci de politesse ou d’égalité, mais plutôt dans l’espoir que cela la rende un peu moins frigide au lit cette nuit … Il éteint éreinté, ses muscles tirés, ses os brisés, il ne convolerait pas au casino ce soir. Leur elfe bien dressé apparut au même instant pour servir à son maître un fond de leur meilleur brandy. Le visage de son épouse était aussi gracieux que le jour où il l’avait rencontrée et épousée, ses traits toujours aussi fins, son regard fauve seulement avait changé sans pourtant ne s’être jamais laissé dompter. Il s’était simplement éteint en même temps que le sien pour une raison dont il n’avait pas le loisir de chercher l’explication. « Alors ? ».
Revenir en haut Aller en bas

❀ Dear husband ❀ Cassie & Evan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-