GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Bartemius Croupton Sr*

Bartemius Croupton Sr*


| HIBOUX POSTÉS : 219
| AVATARS / CRÉDITS : © bazzart
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN Empty
MessageSujet: Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN EmptyMer 20 Nov - 13:47

Le deuxième niveau du Ministère de la Magie, plus grand que les autres en taille autant qu’en faste, Bartemius Senior en usait le marbre depuis des années. Il s’agissait d’une halle plus que d’un couloir à proprement parler. Des imposantes colonnes constituant deux travées de chaque côté soutenaient le plafond magique. Celui-ci ne laissait pas deviner le ciel comme à Poudlard mais était un fin voilage lumineux de mousseline comme si la justice ne s’était jamais trouvée ombrageuse. Le couloir était communément appelé par ceux qui y travaillaient ‘la salle des pas perdus’ car le son des pas qui se répercutaient en écho contre les murs devançait toujours la vue des robes couleur pourpre des membres du magenmagot qui y évoluaient. Les voix aussi s’y fragmentaient et il était d’usage d’y parler à voix basse.

Malgré la nuit qui était déjà tombée sur Londres, le plafond était aussi radieux qu’à l’accoutumée en ce mois de janvier 1977. Tout au contraire de l’humeur de Senior qui évoluait dessous. Elle se trouvait en effet, à l’image du monde politique depuis le terrible attentat de la nouvelle année, tout à fait tumultueuse. Soyle Hoover qui avait ôté la vie de Lucresia Londubat s’était elle-même défendue d’être victime d’un imperium lors de l'enquête mené la nuit même. Cet argument ne s’était absolument pas trouvé de nature à empêcher Bartemius de vouloir organiser son procès ; mais l’intervention de Albus Dumbledore, soucieux de protéger l’un de ses bien-aimés professeurs, si. La Gazette du Sorcier, et son maudit roquet de Skeeter, lui collaient depuis à la cape. La communauté n’avait qu’une seule question sur les lèvres : quand est-ce que leur Ministère répondrait au drame de la nouvelle année ? Bartemius s’épuisait à essayer de leur en faire poser une nouvelle : pourquoi l’illustre Dumbledore privait-il la communauté, et la famille de la malheureuse victime, du procès de Soyle Hoover ?

Et tout occupé qu’il était à vouloir faire tomber le grand sorcier qui, malgré ses chastes promesses de ne pas vouloir faire de politique, se trouvait présentement son plus grand adversaire ; il avait jusque là ignoré l’ombre, bien plus macabre, d’un autre qui se dressait pourtant bel et bien sur son chemin. Il avait été surpris en ce jour, malgré les multiples parades et roues de ce dernier, d’apprendre la nomination de Morfin Carrow à la tête du Département des accidents et catastrophes magiques. Il ne doutait pas que son ami le Ministre de la Magie ait à ce sujet une nouvelle fois été tristement influencé par son conseiller Malefoy. Si leur illustre Ministère avait été une pomme, il aurait été infesté de vers.

Il semblait à Bartemius que d’autres bruits de pas que les siens s’étaient mêlés ce soir à la salle des pas perdus et son juste instinct - une fois n’est pas coutume - lui commandait de ne pas s’arrêter. Il resserra son emprise sur sa mallette de travail et pressa le pas, son chapeau fédora devant les yeux et le menton enfoncé dans le col de sa cape en tweed.
Revenir en haut Aller en bas
Morfin Carrow

Morfin Carrow


MANGEMORT
L'homme n'est libre que de choisir sa servitude.

MANGEMORTL'homme n'est libre que de choisir sa servitude.
| HIBOUX POSTÉS : 279
| AVATARS / CRÉDITS : Jamie Dorman- Crédits: TicToc
| SANG : Aussi pur que la pureté elle même


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN Empty
MessageSujet: Re: Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN EmptySam 28 Déc - 13:52

Vendredi 13 janvier 1977

Assis derrière son grand bureau de marbre, Morfin admirait la plaque en or qui ornait son bureau « Morfin Carrow, Directeur du Département des Accidents et Catastrophes Magiques ».  Sur son bureau trainaient plusieurs articles de presse qui lui était consacrée et que son assistante personnelle avait, sous ses ordres, rassemblés. :
-«  Morfin Carrow, succède à Perceval Rowle à la tête du département des accidents et catastrophes magiques »
- «  Retour sur le parcours exceptionnel de l’héritier des Carrow »
-  «  Le chef de la brigade des oubliators prend la tête du département  des accidents et catastrophes magiques »,  
- «  Tenez vous à Carrow :  Morfin Carrow promu Directeur du Département des Accidents et Catastrophes Magiques »
- et son préféré « Morfin Carrow continue de gravir les échelons : Futur Ministre de la Magie ? ».  

Voilà de quoi satisfaire l’égo de notre homme qui avait fini par courtiser ce poste dont il ne voulait pas et qu’il arborait finalement avec fierté.  Ce n’était pas le poste dont il rêvait,  il s’était toujours vu devenir, comme son mentor, Pollux Yaxley, Directeur du Département de Contrôle et Régulation des Créatures Magiques. Il avait beaucoup de projets de lois pour ce département. A commencer par celui qu’il avait en novembre 1969 écrit pour Pollux Yaxley  et visait à faire reconnaître les sangs de bourbes non pas comme des sorciers, ce qu’il n’était pas mais comme des êtres magiques. Le premier pas avant de pouvoir créer une Commission d’enregistrement des nés-moldus.  Dans ce département, que pouvait-il faire ? Il devrait même entretenir des relations avec les ministres moldus. Qu’importe, avec ce Ministre un tel projet de lois n’aurait aucune chance d’aboutir. Autant attendre d’être lui même le Ministre pour faire voter cette loi. En attendant, ce poste serait celui qui lui permettrait d’être sur le devant de la scène et de lancer sa campagne. Une campagne qui prônera les valeurs de la pureté du sang.  Puis ce poste était tout de même prestigieux. Son département était le garant du respect du code international du secret magique. Il travaillerait en collaboration étroite avec deux départements clefs au sein desquelles il avait lui même évolué auparavant, le département de la Justice Magique et le département de la coopération magique internationale.

Seul derrière son grand bureau, il repensait à ce soir du 28 Décembre où il avait appris la terrible nouvelle du décès de Perceval Rowle, le directeur de son département  qui n’était d’ailleurs d’autre que le beau-père de son oncle Adriel.  Il repensait à cette conversation qu’il avait eu le 30 décembre avec sa cousine Eugenia, Secrétaire du Ministre.  Elle l’avait avertie que Minchun souhaitait une nomination en interne et qu’il comptait nommer l’un des 4 chefs de service du département au Poste de Rowle. Morfin avait d’abord rejeté l’idée en disant qu’il ne souhaitait pas devenir directeur de département d’un Ministre impur.  Elle avait fini par le convaincre qu’en politique il fallait avaler des basilics. Que ce poste serait son ticket vers le poste de Ministre. Que s’il ne l’acceptait pas, il n’aurait aucune chance de battre Croupton dans la prochaine course au Ministeriat.  Il savait qu’il n’était pas le favori de Minchum. Mais il savait aussi qu’il prendrait en compte l’avis de ses conseillers et des autres directerurs de départements. Sous les conseils avisés de sa cousine, il s’était donc mis à courtiser les autres directeurs de départements. Il ne doutait pas que Lucius et Eugénia Malefoy avait tous les deux été très influents auprès du Ministre dans sa nomination.  Il repensait à ce 6 janvier où il avait été nommé et titularisé dans le corps des Conseillers de classe exceptionnelle du Ministère de la Magie et à ce 9 janvier où il avait été publié le décret faisant de lui le directeur du département. Cela faisait 4 jours à présent qu’il occupait ces fonctions. Après avoir passé du temps auprès du Ministre, ce moins que rien, à prendre connaissance des différents dossiers, après avoir reçu la visite de son père et d’autres membres de sa famille ou amis pour le féliciter ou lui demander un poste, il était temps d’aller pavaner auprès de son meilleur ennemi. Ce n’était pas pour rien si son patronus, à l’époque où il était encore pourvu d’une âme et capable d’en créer un, prenait la forme d’un paon.

« Bartemius,  tu t’en vas déjà ? » dit-il en le rattrapant dans la salle des pas perdus, comme pour le faire culpabiliser de partir si tôt dans la nuit.  Comme toujours, il l’appelait par son prénom. Il ne méritait pas son nom, et jamais Morfin Carrow ne lui donnerait du Monsieur Croupton. La démarche ferme, il s’approcha de son plus grand rival.  « Bien que je ne crois pas avoir reçu tes félicitations, j’aurais aimé parler avec toi de quelques dossiers. Tu es tellement occupé avec tes procès en journée, que je pensais pouvoir te trouver plus facilement en soirée.»  dit-il en montrant une pile de dossiers qu’il avait sous le bras. « Mais je n’aimerais pas faire attendre la belle Artemis, ou être la cause de l’échec de ton mariage. Va la rejoindre, j’irai traiter directement avec le Ministre ». Comme beaucoup, il avait eu vent de la tempête qui soufflait dans le couple. Il semblait que la médicomage acceptait difficilement que son mari soit marié à son travail plus qu'à elle.  Il savait très bien, que Senior n’accepterait jamais de laisser un autre directeur regarder des dossiers conjoints seuls avec le Ministre et qu’il allait rester. Il éprouvait une satisfaction tout particulière de lui gâcher sa soirée et de savoir que lorsqu'il rentrerait sa femme serait fâchée.  Lui, il n'avait que faire de Danae et de ce qu'elle pensait. Elle ne lui servait qu'à une seule chose, récupérer la boutique familiale.
Revenir en haut Aller en bas
Bartemius Croupton Sr*

Bartemius Croupton Sr*


| HIBOUX POSTÉS : 219
| AVATARS / CRÉDITS : © bazzart
| SANG : ⊰ Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui avec un masque de mangemort ou n'est-ce pas son fils qui lui ressemblera tant ?
| PATRONUS : Un serpentaire, prédateur de tous les animaux rampants.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN Empty
MessageSujet: Re: Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN EmptyVen 10 Jan - 10:53

A cause de son succès ou peut-être de la vanité qu’il en tirait, le pas de Morfin Carrow était leste. Il rattrapa Bartemius en quelques enjambées, lequel ne feint même pas de ralentir tandis qu’il se faisait déjà soulé par ses premières paroles. Le premier a avoir été nommé chef de département avait une conception précieuse du temps et il ne recherchait qu’une qualité chez ceux ou celles dont il n’appréciait pas l’art de la conversation : qu’ils aillent au fait. Il n’identifia qu’un seul élément pertinent dans le discours de son nouveau collègue (la discussion de quelques dossiers), le reste se trouvant un buisson d’épines plus ou moins dissimulées dans lequel il ne souhaitait pas s’enfoncer, et il décida sans autre précision que ces dossiers ne recelaient semblablement aucune urgence.

Bartemius avait toujours été doué pour identifier chez les hommes et femmes qui croisaient son chemin, et pas uniquement ceux vissés sur la chaise de l’accusation, la vérité. Morfin Carrow avait de plus la subtilité d’un éruptif dans un magasin de baguettes. La seule fin de cette discussion n’était-elle pas de se pavaner ? Sans doute trouverait-il derrière d’autres portes une audience plus attentive et mieux veillante que celle qu’il était venue provoquer. Entendre le nom de Artemis dans la bouche du scélérat ne suscita chez le mauvais époux rien d’autre que du dégoût. Un silence plus appréciable tomba entre les deux hommes, Senior devina donc que le discours de Carrow était terminé. Il s’arrêta de marcher et tourna enfin ses épaules vers lui pour débiter une réponse plus droite et directe. Cela intimerait peut-être son nouveau collègue à lui faire le même cadeau les prochaines fois que l’envie le gagnerait de venir s’adresser à lui. « La seule catastrophe magique que ton département ait présentement à gérer, c’est ta nomination à sa tête. Rien qui ne mérite donc d’être discuté ce soir ». Bartemius n’était pas une nature d’homme à mâcher ses mots, il s’était pourtant permis un courtois euphémisme. Le fond de sa pensée était que cette nomination était rien qui ne méritait jamais d’être discuté. Il s’agissait de l’énième bévue d’un Ministre qui avait longtemps été son ami mais s’était transformé, une fois au pouvoir, en pantin des riches conseillers qui avaient financé sa campagne. Morfin était peut-être plus âgé que lui, il trahissait sa nouveauté à son poste en pensant que Monsieur Minchum le recevrait volontiers sans rendez-vous préalable à une heure si tardive. Le premier homme du pays convoquait plus généreusement qu'il ne recevait spontanément.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN Empty
MessageSujet: Re: Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN Empty

Revenir en haut Aller en bas

Qui ne se lasse point, lasse l'adversité | MORFIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-