GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !
Le Deal du moment : -24%
SUPER MARIO 3D WORLD+BOWSER FURY – en ...
Voir le deal
45.49 €

Partagez

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 664
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyMar 24 Déc 2019 - 16:11

Octavius connaissait déjà le chemin. Il était déjà venu là auparavant pour se rendre à la boutique d'Ava Zabini. Il semblait qu'elle habitait dans l'appartement du dessus dans les environs proches du Chemin de Traverse. C'était là que lui avait donné rendez-vous Ares Zabini pour discuter, parler de l'Afrique. L'anthropomage avait hésité avant d'accepter de se rendre chez lui. Il ne le connaissait qu'à peine. Il ne savait pas ce qu'il risquait en allant là-bas. Mais il l'avait vu à plusieurs reprises et il estimait pouvoir lui faire assez confiance pour ne pas avoir peur de se faire sauvagement assassiner à peine passé le pas de la porte.
C'était l'été, il faisait chaud. Octavius aimait cette saison. Elle le mettait dans une humeur guillerette. Il avait revêtu une tenue de circonstance décontractée et sobre. Il allait falloir qu'il songe à refaire sa garde-robe estivale. Mais il se sentait à l'aise dans ces vêtements. Et il arrivait à leur insuffler une certaine classe même s'ils commençaient à dater et ne plus être vraiment à la mode. Oui, il aimait son blue jean qui semblait avoir parfaitement épousé la forme de ses jambes et ses hanches fines sans le serrer.
En début d'après-midi, il arriva à destination. Il sonna alors, attendant qu'on vienne lui ouvrir en regardant autour de lui, les mains dans les poches.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptySam 28 Déc 2019 - 0:13

Arès se souvenait comme si c’était hier de cet après-midi de janvier où il avait fait la connaissance d’Octavius.  Depuis ce jour, il avait hanté ses pensées.  Il avait d’abord cru que c’était sa connaissance de l’Afrique qui le fascinait mais très vite il avait fini par comprendre que c’était plus que ça. Oui, sa connaissance de l’Afrique l’envoutait, mais il l’envoutait aussi.  Ils s’étaient vu assez régulièrement  jusqu’au mois de Mars où il avait fini par avouer à sa sœur ce qu’il ressentait pour le jeune antrhopomage mais jamais il n’avait osé lui avouer à lui ce qu’il ressentait. Il lui avait déjà fait comprendre qu’il le trouvait charmant, mais jamais directement. Il brûlait de désir de l’embrasser à chaque fois mais ils ne s’étaient jamais, jusqu’à aujourd’hui, vue dans l’intimité. Aujourd’hui, pour la première fois, Octavius viendrait chez lui, au dessus de la boutique de sa sœur. Il était impatient.  Son cœur battait la chamade. Il avait passé un temps inavouable à se coiffer et s’habiller. Il voulait être beau. Il voulait qu’il le trouve beau.  Il avait opté pour un boubou bleu et or qui faisait briller l’or qu’il avait sous la peau et ressortir ses yeux noirs.
Lorsque le jeune antrhopomage sonna à la porte, Ares pris soin de le faire patienter un peu. Il faut savoir se faire désirer des hommes disait toujours Ava. Il fallait bien avouer qu’elle était experte pour séduire les hommes et il voulait apprendre d’elle.  Même s’il n’y a qu’un homme qu’il voulait séduire et qu’il se tenait à présent derrière la porte.

"Bienvenue dans mon palace "dit-il après avoir ouvert la porte du studio et invité le jeune homme à entrer.  Une fois la porte refermée, il s’approcha du jeune homme. . "Ca te va bien, ce look décontracté. Tu es très beau. " ajouta-til un sourire au coin des lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 664
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptySam 28 Déc 2019 - 2:11

Il allait de soi qu'Octavius n'avait jamais pénétré le lieu d'habitation d'Ares. Et l'inverse était tout aussi vrai, par ailleurs. Pour lui, inviter quelqu'un chez soi était un fort symbole de confiance. On autorisait ainsi la personne à avoir un œil sur son intimité et son espace de sûreté. Lui-même n'invitait pas n'importe qui chez lui et la moindre intrusion inopportune lui suffisait à ressentir un malaise pendant au moins quelques jours. Une question de bonnes et de mauvaises ondes. Cela étant, il comprenait qu'on ne puisse pas avoir le même ressenti.
Aussi, il avait toujours cette petite curiosité de savoir à quoi ressemblait l'intérieur d'une personne qui l'avait invité. On pouvait en apprendre beaucoup sur celle-ci. Et Ares n'échappait pas à ce phénomène. L'anthropomage trouva d'ailleurs que son hôte mettait pas mal de temps à venir ouvrir sans qu'il ne s'en agaçât. De toute façon, il n'eut pas non plus eu le temps de dépérir. Comme toujours, Octavius adressa un sourire chaleureux à l'homme qui l'accueillait en le saluant à son tour. En entrant, il regardait l'intérieur d'un œil intéressé jusqu'à ce qu'Ares, après avoir refermé la porte, se rapproche de lui et lui fasse un compliment.
« Merci, c'est gentil. A vrai dire, j'ai juste pris les premiers vêtements qui me tombaient sous la main... » répondit-il humblement, semblant un tout petit peu gêné — pas dans un mauvais sens.
Ce n'était pas la première fois que le médicomage lui faisait de tel compliment. Mais cela déroutait toujours un peu Octavius qui n'était que très peu habitué aux compliments venant d'un homme. Pour tout dire, cela le flattait peut-être encore d'avantage que s'il était venu d'une femme. Et on ne va pas se mentir, ça fait du bien quand on flatte notre égo.
« Et toi tu es es très classe. Je valide à 100% le choix vestimentaire. Et cette couleur te donne bonne mine, je trouve. »
C'était sincère et non pas seulement une question de bienséance qui voulait qu'on rende un compliment. Son boubou lui allait bien, c'était un fait. Et puis Ares était un jeune homme bien fait bien qu'Octavius ne formule pas cette remarque.
« Alors, comment vas-tu depuis la dernière fois ? Ces derniers jours ont-ils été enrichissants pour toi ? » demanda-t-il en s'avançant dans le studio.
Il trouvait que cette seconde question pouvait être un bon tremplin pour un début de conversation tournant autour d'un sujet culturel — et non pas pécunier comme on s'en doute.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyVen 3 Jan 2020 - 0:14

A chaque rendez-vous avec Octavius, Arès se disait que c’était la bonne. A chaque fois, il penserait qu’il oserait lui avouer son secret. A chaque fois, il restait muet. Impossible. Pourquoi, est-ce qu’il lui avait toujours été plus facile de laisser parler son cœur avec les filles ? Lorsqu’il repensait à Sinistra, il ne comprenait pas pourquoi les choses étaient différentes avec Octavius. Il l’aimait bien plus fort encore. Lui qui avait pourtant pensé qu’il ne pourrait jamais aimé quelqu’un comme il avait aimé Sinistra. Pourrait-il haïr quelqu’un comme il la haïssait ? Pourrait-il haïr Octavius autant que Sinistra s’il venait à le rejeter ? Cette pensée le pétrifiait. Encore une raison en plus de ne rien lui dire. Il risquait de le perdre deux fois. Est-ce que le jeu en valait les nifleurs ?

Ne pouvait-il pas le comprendre de lui-même ? Se demandait-il à chaque compliment. Comme à celui qu’il venait de faire en le flattant sur sa tenue. « Merci, c'est gentil. A vrai dire, j'ai juste pris les premiers vêtements qui me tombaient sous la main... » . La réponse du blondinet, froissa quelque peu le mulâtre. Il n’avait pas pris le temps de choisir avec soin ces vêtements. Cela voulait donc sûrement dire qu’il n’éprouvait pour lui aucun intérêt. Une moue de déception succéda au sourire angélique d’Ares. Octavius allait-il le remarquer ? Est-ce que cela allait l’interpeller ? « Et toi tu es très classe. Je valide à 100% le choix vestimentaire. Et cette couleur te donne bonne mine, je trouve. » . La moue disparue a nouveau pour laisser place à un sourire. A force de changer d’expression faciale, il allait finir par devenir métamorphomage. C’était peut-être là son seul espoir de gagner l’attention et l’amour d’Octavius. Il pourrait ainsi aisément prendre l’apparence d’une femme, être celle qu’il désire. « Alors, comment vas-tu depuis la dernière fois ? Ces derniers jours ont-ils été enrichissants pour toi ? » . Sans quitter l’objet de son désir des yeux, Arès alla s’installer sur le canapé, avant d’un geste quelque peu aguicheur de la main, d’inviter Octavius à venir l’y rejoindre. « Tu sais, je pense 98% de mon temps à Sainte Mangouste. Le rare temps libre que j’ai, j’essaye de le passer avec toi » confessa-t-il tout en regardant le jeune homme prendre place à ses côtés. Son bras était étendu le long du canapé, juste au dessus du jeune homme. "Même si mon guérisseur en chef, Adonis Bulstrode, un sale type "
dit-il en grimaçant au nom de son guérisseur – « n’est pas d’accord que je le fasse, et me tuerai s’il le découvrais, j’ai encore sauvé la vie d’un patient à l’aide d’une potion zoulou que ma mère m’a apprise ». Il était particulièrement fier de maîtriser des potions africaines étrangères aux sorciers de cette partie du monde et qui était bien plus puissante que les remèdes des anglais. « Je peux te l’apprendre si tu veux ?» Evidemment, il espérait qu’il accepte. « Je te promets que ce n’était pas une potion de zombification»précisa-t-il avec un petit rire en référence à leur rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 664
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyVen 3 Jan 2020 - 23:57

En vérité, Octavius faisait toujours attention à ce qu'il mettait avant de sortir de chez lui. Il était intimement convaincu que s'il se plaisait à lui-même, il allait plaire au moins à quelques personnes. Et il aimait plaire. Mais bien sûr, il n'envisageait pas de plaire à un autre homme. Alors, recevoir des compliments de la part d'Ares était assez déstabilisant. Il ne savait pas vraiment quoi en penser, comment il se sentait à propos de cela. Cela flattait son égo, évidemment. Mais au delà de ça ?
En tout cas, il sentit que sa réponse n'avait pas été vraiment celle escomptée par le mulâtre sans vraiment savoir pourquoi. Naturellement, il fit un compliment en retour et retrouva un sourire sur le visage de son interlocuteur. Puis il s'enquit de prendre des nouvelles tandis que ce dernier s'installa dans son canapé en l'invitant à le rejoindre... Octavius s'exécuta un peu naïvement, l'air de rien, en écoutant sa réponse. Il commençait à comprendre qu'il y avait quelque chose qui devenait difficile à délibérément ignorer. Il perçut alors la proximité qu'il y avait entre eux. Il pouvait presque sentir le bras du médicomage sur son épaule.
Mais il tâcha de ne rien laisser paraître, y compris son trouble.

A l'entente du nom Bulstrode, il se sentit tellement désolé. Il savait qu'il n'y était pour rien. Mais le fait de savoir qu'il s'agissait d'un homme dont il partageait un peu de sang... Il se sentait un peu concerné.
« Je suis désolé pour ton chef. » s'excusa-t-il, un peu mal à l'aise vis-à-vis de son sentiment d'implication, détournant le regard.
Ares lui proposa de lui apprendre à concocter cette potion zoulou. Cela attisait la curiosité d'Octavius, toujours ouvert pour apprendre de nouvelles choses. Il afficha un sourire en relevant le regard vers Ares.
« J'aimerais beaucoup. Qu'est-ce qu'elle soigne, cette potion ? »
C'était toujours utile de savoir comment préparer ce genre de potion. Il n'était pas nécessairement très doué en potion — malgré sa surprenante adhésion au club de Slug pendant ses études à Poudlard. Il était assez maladroit de ses mains et il lui était souvent arrivé de faire des catastrophes par pure maladresse. Du coup, en cours, il passait plus de temps à nettoyer son plan de travail qu'à concocter des mixtures.
« Chez les X*, ce sont exclusivement les femmes qui peuvent être médicomages et potionnistes. Je vivais sous le toit d'une vieille femme médicomage qui adorait utiliser l'infusion de pèteuforik dans ses potions. C'est fou quand on sait qu'en Europe la simple détention de pèteuforik est répréhensible. »
Dû au climat humide d'Ouganda, la plante de pèteuforik y poussait comme des champignons. Elle était par conséquent très utilisée. En Europe, on n'ignorait les vertues anti-douleur de cette plante. On en voyait que l'aspect euphorisant. Et l'on prenait ses consommateurs comme des hédonistes insensés.


*nom de la tribu ougandaise où Octavius a passé quelques années. Je n'ai pas encore décidé de son nom. sor

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyDim 12 Jan 2020 - 18:47

Assis sur le canapé, les deux jeunes sorciers ne s’étaient jamais tenus aussi proches l’un de l’autre. Cette proximité ne faisait qu’accélérer le rythme des battements du cœur du sorcier aux origines africaines. Il n’avait qu’une envie, poser ses lèvres sur les siennes.  Gouter à ce fruit défendu dont il rêvait tant. Est-ce que le moment était arrivé ? Est-ce qu’il devait tenter de faire le premier pas ?  Sa sœur, l’encourageait en ce sens depuis des mois et pourtant il n’y arrivait pas. Il ne faisait que gagner du temps encore et toujours. Cela le pétrifiait pour plusieurs raisons. Cela le pétrifiait parce que c’était un homme et qu’il ne savait pas s’il aimait les hommes. Comment allait-il réagir ?  Cela le pétrifiait car la dernière fois qu’il avait ouvert son cœur, c’était à Sinistra et cela s’était très mal terminé.  Sa main étendue au dessus du canapé n’était qu’à quelques centimètres du corps du jeune homme.  Il suffisait qu’Octavius se recule un peu pour qu’il se retrouve contre son bras. Il n’aurait plus qu’à le renfermer pour le tenir contre lui. Mais le jeune blond ne semblait pas prêt à bouger.  Avait-il remarqué son bras ? L’évitait-il ? Volontairement ? Involontairement ?   Lui proposer de préparer une potion était le meilleur moyen qu’il avait trouvé pour mettre fin à l’embarras qui régnait dans la pièce. « J'aimerais beaucoup. Qu'est-ce qu'elle soigne, cette potion ? ».  Un nouveau sourire illumina le visage d’Arès. Préparer des potions était une de ses activités favorites. Quoi de mieux que de faire la chose que vous aimez le plus en compagnie de la personne que vous désirez le plus ? Arès n’eut pas le temps de répondre qu’Octavius partagea avec lui une anecdote apprise durant son voyage en Afrique. « Chez les X*, ce sont exclusivement les femmes qui peuvent être médicomages et potionnistes. Je vivais sous le toit d'une vieille femme médicomage qui adorait utiliser l'infusion de pèteuforik dans ses potions. C'est fou quand on sait qu'en Europe la simple détention de pèteuforik est répréhensible. » Le sourire d’Arès avait laissé place à un rire sincère. Sans le savoir, le sorcier à la peau blanche venait de nommer un des ingrédients principal de la potion qu’Arès avait utilisé. « Tu sais, en Afrique, on utilise la pèteuforik dans toutes les potions médicales. Pour apaiser la douleur.  La potion que je vais t’apprendre ne déroge pas à cette règle.»  répondit le jeune mulâtre en se levant avec enthousiasme. Il était impatient de se lancer dans la réalisation de cette potion. Il se tenait à présent debout devant  Octavius. « Je sais exactement où s’en procurer»  dit-il en pensant au sous-sol de la boutique de sa sœur.  Puis, il  attrapa la main d’Octavius et le tira vers lui pour l’aider à se lever « tu viens ?» Un éclair foudroyant traversa son corps au moment où leurs mains se touchèrent. Il resta là, debout devant lui, à quelques centimètres seulement de lui. Il ne lui avait pas dit à quoi servait la potion, ni quel était son nom mais à cet instant, cela semblait sans importance. La seule chose qu’il désirait c’était que cet instant ne s’arrête jamais. Il voulait rester là paume, contre paume. Il voulait que les lèvres imitent les paumes.
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 664
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyMar 14 Jan 2020 - 12:02

Octavius aurait pu ne pas entrer dans le jeu d'Ares aussi docilement. Pour lui, cela aurait été un jeu d'enfant. A la place, il restait passif. Il ne le repoussait pas et il n'entreprenait rien en retour non plus. Il faisait comme si son interlocuteur n'envoyait aucun signal qui lui aurait mis la puce à l'oreille. Il lui fallait du temps pour assimiler la situation dans son ensemble. Ce masque avait au moins le mérite de lui donner le sentiment de savoir parfaitement ce qu'il faisait et d'avoir le contrôle.
Aux paroles de l'anthropomage, Ares se réjouit d'un rire. Il l'informa que dans la potion qu'il avait utilisé, le pèteuforik était l'un des principaux ingrédients. Ce qui arracha un sourire à Octavius qui fut un peu étonné que le médicomage ait utilisé un tel ingrédient à Sainte-Mangouste — ce qui était illégal.
« Oh vraiment ? » s'étonna-t-il face à l'information tandis que le mulâtre se levait face à lui. « En Afrique ? Tu veux dire toute l'Afrique ? Même sur les terres arides ? Je croyais que le pèteuforik ne poussait que dans des climats chauds et humides. »
Bien qu'il ne fut pas un expert en botanique, cela lui semblait étonnant que du pèteuforik puisse pousser, admettons, dans le Nord de l'Afrique. Peut-être que le commerce permettait l'usage de cette plante en dehors des climats appropriés à sa croissance. Ou bien il existait d'autres variétés.
« Donc tu aurais du pèteuforik sous la main ? Tu m'intéresses. » poursuit-il avec un sourire amusé.
Il fallait savoir qu'il avait commencé à fumer du pèteuforik à 20 ans, en Italie. Et depuis, bien qu'il eut beaucoup diminué sa consommation, cela ne l'avait jamais réellement quitté. L'expérience lui avait appris qu'il n'y avait rien de mieux que le pèteuforik frais et non pas celui que l'on trouvait couramment dans les grandes villes européennes.
Ares lui répondit qu'il savait où s'en procurer avant de lui prendre sa main pour l'aider à se lever. Ce contact n'était pas anodin. Octavius n'était ni blessé, ni un vieil homme. Il n'y avait aucune raison pour que le médicomage ait ce geste envers lui si ce n'était dans une optique de séduction. Malgré tout, l'anthropomage se laissa porter par cet enthousiasme en souriant. Bien rapidement, il se trouva à peine à quelques centimètres de lui. Ils restèrent quelques secondes ainsi. Octavius, ne sachant pas quoi faire, se recula un peu pour réduire cette proximité, l'air de rien.
« Je te suis. » dit-il alors en souriant. « Par contre je ne suis pas sûr que tu veuilles m'avoir dans ton atelier de potionniste. Je suis une véritable catastrophe. »

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyVen 17 Jan 2020 - 22:59

« Oh vraiment ? En Afrique ? Tu veux dire toute l'Afrique ? Même sur les terres arides ? Je croyais que le pèteuforik ne poussait que dans des climats chauds et humides. » La question du blondinet frappa Ares en plein cœur. Arès ne savait de l’Afrique que ce qu’on lui disait. Sa mère lui avait toujours dis que les potions de soin contenaient du Pèteuforik. Car cette plante avait pour effet de calmer la douleur. On lui prêtait aussi des vertus hilarantes ou d’autres effets secondaires. Est-ce qu’elle poussait dans toute l’Afrique ou seulement dans les régions humides ? Le jeune médicomage n’en avait pas la moindre idée. Le fait de ne pas savoir le rendait triste. Arès était un garçon qui n’avait pas confiance en lui. Qui avait besoin de reconnaissance. Il n’aimait pas ne pas savoir. Il était médicomage dans un département spécialisé dans les potions et les plantes, il devrait savoir. « A vrai dire, je ne sais pas. Mais je suis certain qu’on trouvera la réponse à ta question dans ce livre» dit-il avant de lancer un sortilège d’attraction sur un énorme grimoire intitulé : les mystères des plantes africaines. Sans surprise, l’anthropomage avait raison « Tu as raison apparemment. Il n’empêche qu’on l’utilise énormément en Afrique, en tout cas d’après ma mère.». Un nouveau sourire avait germé sur son visage au moment où Octavius lui avait demandé s’il en avait sous la main. Evidemment, Arès se doutait bien de l’usage qu’il voulait en faire et qui n’avait sans doute rien à voir avec des potions. Jamais il ne se serait douté que ce jeune homme à la tête d’ange était un consommateur de substances délirantes. Arès, lui n’en avait jamais utilisé dans un contexte autre que médical mais avec lui, il serait prêt à essayer. Et puis peut-être que cela l’aiderait.

« Tu viens ?»lui avait-il dit avec enthousiasme en prenant sa main dans la sienne. Si le jeune homme avait maintenu la connexion quelques secondes de plus, Arès aurait fini par l’embrasser. Il sentait ce désir envahir tout son corps. Il n’avait pas été assez rapide ou pas assez courageux pour franchir le pas « Je te suis. » Arès ne se fit pas prier pour descendre dans l’atelier de potions de sa sœur. « Par contre je ne suis pas sûr que tu veuilles m'avoir dans ton atelier de potionniste. Je suis une véritable catastrophe. » avait-il en entrant dans la pièce. « C’est plutôt celui de ma sœur que le mien. C’est à elle que tu auras faire pas à moi» dit-il en rigolant. Il savait très bien que cela n’était pas pour rassurer le jeune homme. « Mais ne t’inquiète pas, je ne la laisserai pas te faire de mal.» continua t-il en entrant dans la salle et invitant le jeune homme à faire de même.
« Et puis, si tu es mauvais en potions, je vais t’assister. Il paraît que je me débrouille bien ! En attendant ouvre le placard du fond et amène moi 3 racines de mandragores, 2 feuilles de pèteuforik et une algue , je m’occupe des yeux de tritons»dit-il en se dirigeant vers des boceaux contenant des cervelles, des yeux et autres réjouissances.
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 664
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyDim 19 Jan 2020 - 18:13

Alors qu'il avait demandé de simples éclaircissements sur le pèteuforik, Octavius sentit que quelque chose n'allait pas chez Ares. Ce dernier ignorait la réponse à sa question et cela semblait le déranger profondément. L'anthropomage se sentit un peu coupable de le faire se sentir mal, même si lui ne voyait aucun mal à ne pas savoir quelque chose. Ne pas savoir quelque chose était la plus belle des choses intellectuellement parlant car cela nous permettait d'apprendre. Si l'on savait tout, nous n'apprenions rien. Quel ennui. Néanmoins, le médicomage admit son ignorance et s'enquit de vérifier dans un gros grimoire. Il confirma ensuite qu'Octavius avait raison.
« J'imagine que ta mère n'a pas parcouru toute l'Afrique. » dit-il sans méchanceté avec un petit sourire.
Lui-même n'avait même pas parcouru tout Bristol — alors qu'il vivait à une demi-heure en moyen de locomotion moldu. Comment la mère d'Ares aurait-elle pu parcourir toute l'Afrique ?

Ares l'invita à aller dans l'atelier, ils s'y rendirent donc ensemble. L'atelier se trouvait au sous-sol. Il y faisait sombre et frais. Octavius explorait les lieux du regard avec curiosité.
« Tu habites avec ta sœur ? » demanda-t-il quand il apprit que c'était plutôt l'atelier d'Ava. « Je n'ai pas peur d'elle. »
S'il n'avait pas particulièrement peur d'elle, il s'en méfiait beaucoup. Il avait entendu parlé du destin funeste de ses époux. Certes, cela pouvait être une malheureuse coïncidence. Mais il n'en était pas convaincu. C'était un peu gros. Il menait ses petites recherches.
A la demande d'Ares, Octavius alla chercher des ingrédients dans un placard. Discrètement, tandis que le médicomage était occupé à autre chose, il tourna son regard vers lui pour le détailler. Dès que le jeune homme esquissa un mouvement pour se retourner, il fit comme si de rien n'était et vint déposer les ingrédients sur le plan de travail.
« Je ne suis pas si mauvais que ça. » finit-il par répondre. « Mais je ne peux rien manipuler sans tout faire tomber ou me blesser. »
Il avait de très bons résultats en potion à Poudlard. Heureusement pour lui, Slughorn ne prenait pas trop en compte ses petites catastrophes quand il préparait des potions. Il avait l'impression que le professeur l'appréciait plutôt bien. Assez pour l'intégrer dans son club.
Il leva son regard vers Ares en souriant.
« Alors, on commence par quoi ? » fit-il en appuyant ses mains sur ses hanches, prêt à mettre la main à la pâte.
Minaudait-il un peu ? Difficile à dire.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyDim 2 Fév 2020 - 19:19

« Tu habites avec ta sœur ? » lui demanda le jeune blond. Arès laissa échapper un petit rire. La naïveté du jeune homme était une des choses qui le faisait craquer. Comment pouvait-il imaginer un seul instant que sa sœur et lui pouvait vivre dans ce petit appartement ensemble. Il aimait sa sœur, mais de là à partager le seul lit de l’appartement avec elle. Tout de même. Et puis surtout, comment pouvait-il penser qu’une femme de son rang pouvait vivre ailleurs que dans la maison de son mari. « Ava n’utilise pas cet appartement. Elle habite avec son mari. Moi je suis souvent à l’hôpital, mais quand je n’y suis pas, je vis ici.». Lorsque le jeune mulâtre précisa que c’était à elle qu’il aurait affaire si jamais il faisait autant de dégâts qu’un éruptif dans un magasin de porcelaine, le blondinet crut bon de préciser qu’il n’avait pas peur d’elle. Sa réponse sonnait pourtant quelque peu fausse. Arès percevait très bien qu’il y avait quelque chose chez sa sœur qui intriguait voire effrayait celui qui faisait battre son cœur.

Arès laisse échapper un nouveau rire en attendant Octavius lui confier ne pas être si mauvais que ça en potions mais faire tout tomber ou se blesser. « Je vais me préparer à tenir ta main pour que rien ne tombe, ou à te soigner si tu te blesses. Heureusement que tu fais équipe avec un médicomage.» dit-il dans un sourire charmeur avant de s’écarter de lui pour commencer à rassembler les ingrédients. Oh combien il aimerait pouvoir tenir sa main. Oh combien il aimerait pouvoir être à ses côtés toujours pour le soigner. Ces paroles reflétaient l’instant présent mais elles reflétaient surtout son désir de le voir entrer dans sa vie. Il ne remarqua pas que le jeune homme avait tourné la tête pour l’observer. Il était trop occupé à se demander s’il devait faire le premier pas ou pas pour oser le regarder.

Arès se rapprocha d’une table de préparation et déposa les yeux de tritons sur la table. Quelques minutes plus tard, Octavius l’avait rejoint et déposé à son tour les ingrédients sur la table. « Alors, on commence par quoi ? » dit-il en posant ses mains sur ses hanches. Les deux jeunes hommes étaient à quelques centimètres l’un de l’autre. Plongé dans les yeux d’Octavius, Ares pouvait voir toute la beauté de son être. Il se pinça les lèvres comme pour résister à l’envie de l’embrasser qui envahissait son corps. Mais le désir était trop fort. Etait-ce à cause des vapeurs d’herbes qui s’échappaient de l’armoire ? Quelques secondes plus tard, sans savoir comment ni pourquoi, il avait attrapé le jeune blond par la taille « On commence par ça.» avait-il déclaré avant de l’embrasser avec une passion qui trahissait ce désir si longtemps retenu. Arès aurait aimé que ce baiser ne se termine jamais. Pendant ces quelques secondes, il avait senti son cœur battre si fort qu’il pouvait percer sa poitrine. Ce fut à contre cœur qu’il finit par laisser leurs lèvres se séparer. Ses baisers laissaient à désirer son corps tout entier. Le jeune mulâtre resta là, interdit. Attendant que le jeune sorcier dise quelque chose. Etait-ce la fin de leur amitié ? Etait-ce le début d’une belle histoire ? Etait-ce le début du malheur ?
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 664
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyMer 5 Fév 2020 - 22:14

A vrai dire, Octavius n'avait jamais réellement apprécié les médicomages, sorcier ou moldu. Il avait toujours tout fait pour s'éviter la consultation médicomagique quitte à agoniser avec 40° de fièvre pendant une semaine. Quand il était enfant, il faisait des crises quand ses grand-parents voulaient l'y emmener. Et dans son malheur, il tombait assez souvent malade. Bon, depuis il avait gagné une santé plus solide que durant ses premières années de vie. Dans les faits, la compagnie des médicomages ne le dérangeait pas dans la mesure où il les fréquentait dans un autre cadre.
« J'espère tout de même ne pas avoir besoin de tes talents en médicomagie malgré tout. Il ne faudrait pas que je me blesse parce que je me serais trop reposé sur mes lauriers. » répondit-il. « D'autant plus que je préfère pouvoir continuer à t'afficher un sourire sans faille. »
Il n'allait tout de même pas montrer sa face souffrante à Ares !

Il alla chercher les ingrédients pour ensuite revenir à la table de travail, prêt à se mettre à l'ouvrage. Tout naturellement, il demanda à Ares par où commencer. Il ne s'était certainement pas attendu à ce que le médicomage le saisisse par la taille pour l'attirer contre lui. Il se laissa complètement emporter. Il se sentit un peu petit face à Ares qui avait une bien plus forte carrure que lui. Celui-ci l'embrassa aussi rapidement qu'il l'avait amené à lui. Ce baiser ne surprit pas Octavius qui s'y attendait quelque part. Sauf qu'il ne l'attendait pas aussi tôt. Cela l'avait un peu pris au dépourvu. Mais il ne le stoppa pas. Et, sans savoir pourquoi ni comment, ses mains s'étaient posés sur le torse d'Ares. Etait-ce pour avoir d'avantage de contact avec lui ? Ou au contraire pour ne pas se retrouver véritable en corps à corps avec lui et se donner la possibilité de pouvoir mieux le repousser si besoin ?
Le baiser dura quelques secondes, qui avaient semblé très courtes à Octavius, avant qu'Ares le rompe. Il lui fallut quelques secondes à l'anthropomage pour relâcher son souffle. Délicatement, il rompit le contact physique tout en restant assez proche. Il affichait un sourire confus. Il posa ses main sur l'établi en cherchant quoi dire, le regard fuyant.
« Euhm... Ce n'était pas vraiment la réponse que j'attendais. » constata-t-il avec un rire un peu gêné.
Il était à peu près sûr que ce baiser n'entrait pas en jeu dans la préparation de cette potion. Mais c'était un bonus, allait-on dire. Il finit finalement par relever son regard vers Ares en se pinçant les lèvres.
« On devrait la commencer, cette potion... »
Tout était dans le non-dit : il acceptait les avances du médicomage. Sinon, il aurait été en train d'essayer de trouver n'importe quelle excuse pour fuir. Il ne savait pas où allait mener cette relation. Il en avait peut-être une vague idée mais il essayait de ne pas l'envisager aussi tôt. En tout cas, il voulait essayer.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyDim 5 Avr 2020 - 18:33

« J'espère tout de même ne pas avoir besoin de tes talents en médicomagie malgré tout. Il ne faudrait pas que je me blesse parce que je me serais trop reposé sur mes lauriers. D'autant plus que je préfère pouvoir continuer à t'afficher un sourire sans faille. ». Voilà la phrase qui avait donné à Arès le courage d’un gryffondor qu’il n’était pas pour faire le premier pas vers Octavius et l’embrasser. Cela ne voulait peut être rien dire, pourtant Arès pouvait lire dans cette phrase comme on lisait dans le marc de café. Comme le disait à l’époque sa professeure de divination à Poudlard : «  Le marc de café ne ment jamais ». Pourquoi voudrait-on adresser à quelqu’un un sourire sans faille, si ce n’est pour le séduire. Qu’est-ce qu’un sourire ? Sinon ce rayon de soleil qui illumine le visage de celui qui le donne et irradie le cœur de celui qui le reçoit. Qu’est-ce qu’un sourire, sinon le bonheur ?  Qu’est-ce que le bonheur, sinon la joie que vous procure celui qui fait battre votre cœur. Tout était clair, aussi clair que du véritaserum. Il ne fallait plus douter. Il fallait oser.  Alors lorsque Octavius lui avait demandé par quoi commencer, Arès n’avait pas hésité. Le serpent s’était métamorphosé en griffon. Il avait osé, il avait déployé ses ailes. Les ailes d’Eros, les ailes de l’Amour pour voler un baiser à celui qui avait volé son cœur.  

A peine ses lèvres effleurèrent celles d’Octavius qu’Arès sentait déjà s’embraser dans son cœur un brasier si puissant qu’il donnerait naissance à une colonie de serpencendres. Le feu ardent qui brulait dans son cœur lui brûlait à présent les lèvres qui ne formaient plus qu’unes avec celles d’Octavius. Ce baiser avait un goût nouveau. Un goût qu’il n’avait jamais connu auparavant. Un goût de liberté mélangé à un goût de passion. La cave de l’atelier de potions d’Ava avait disparu pour laisser place au Jardin d’Eden. Il sentait les mains d’Octavius se poser sur torse et les battements de son cœur s’accélérer.  Octavius devait probablement en sentir chaque battement sous ses doigts. Le temps s’était arrêté. Arès était suspendu à ce baiser dont il avait temps rêvé. Il ne saurait dire si ce baiser avait duré longtemps ou quelques secondes. Une chose était certaine, ce baiser l’avait transporté et sa fin laissait en lui un gout d’inachevé.

Lorsque leurs lèvres se quittèrent et leurs corps se séparèrent, Arès détourna timidement les yeux. Par crainte du rejet. Il sentait encore le venin de ce baiser couler dans ses veines et empoisonner son corps. Il entendait des cris de mandragores venant de son cœur le suppliant d’unir à nouveau ses lèvres à celles d’Octavius. Ses voix ne se turent que lorsqu’Octavius brisa le silence aussi glacial que la chaleur du baiser qui l’avait précédé qui régnait dans cette cave. « Euhm... Ce n'était pas vraiment la réponse que j'attendais. » dit-il en détournant le regard comme pour masqué son embarras. Arès qui n’osait pourtant pas plus le regarder le vit cependant se pincer les lèvres comme pour retenir une pulsion qui l’envahissait.  « On devrait la commencer, cette potion... »  Arès laissa échapper un petit rire. Il était tellement troublé qu’il ne savait même plus de quelle potion on parlait. Il serait bien incapable de créer une potion de première année vu l’état de trouble dans lequel il se trouvait. « Au diable les Potions Octavius.» répondit-il en s’avançant vers lui et le planquant contre l’établi avant d’unir à nouveau ses lèvres aux siennes en serrant ses mains dans les siennes. Coincé contre l’établi, Octavius était prisonnier de ce baiser qui ne semblait cependant pas lui déplaire.


Dernière édition par Ares Zabini le Dim 19 Avr 2020 - 22:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 664
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyMar 7 Avr 2020 - 12:59

Vous savez, Octavius n'était pas né de la dernière pluie. Mais il avait tellement été surpris et dérouté par les avances soudaines d'Ares — qui n'étaient pas des plus subtiles en plus. Tellement d'interrogations avaient émergé dans son esprit. Pourquoi cela le prenait soudainement, si cela faisait longtemps qu'Ares le draguait mais qu'en fait il n'avait juste rien remarqué, s'il avait tout réprimé ou bien même s'il lui faisait une plaisanterie de très mauvais goût. Petit à petit, il avait essayé d'établir des connexions entre les différentes attitudes qu'avait eu Ares envers lui qui au final ne s'avéraient pas si anodines. Il se souvenait de leur première rencontre, de ce qu'il avait pris pour un geste d'enthousiasme. Il songeait à tous les compliments qu'il lui avait fait l'air de rien. Mais aussi toutes les petites attentions, les fois où leurs regards s'étaient soutenu bien trop longtemps. Octavius en vint rapidement à une conclusion.
Il aurait dû le voir venir.
L'idée d'un peu flirter avec Ares ne le rebutait pas. Loin de là. Cette idée lui paraissait même attractive sans qu'il ne comprenne réellement pourquoi. Il s'était toujours dirigé vers la gente féminine car c'était ce qui lui semblait le plus naturel pour lui. Il ne s'était jamais intéressé à un homme auparavant. Il n'y avait même jamais sérieusement pensé. Et ce n'était sûrement pas les occasions qui avaient manqué.
En quelques minutes à peine, Octavius s'était décidé. Il essaya alors de faire comprendre à Ares que l'intérêt était réciproque. Il comptait y aller étape par étape parce qu'il n'était pas non plus très sûr de lui. C'était nouveau pour lui. Il ne savait pas comment faire pour flirter avec un autre homme. Alors il essayait de rester naturel.

Il fut très surpris et surtout pris au dépourvu quand Ares l'embrassa si soudainement. De toute évidence, il avait vu les signaux innocemment lancés. Cette intrusion imprévue l'avait pétrifié dans un premier temps. Quand les lèvres du médicomage s'éloignèrent, elles laissèrent derrière elles un Octavius totalement dérouté. Ce n'était pas ce à quoi il était habitué. Il trouvait cela presque inconvenant ! Mais diantre... Cela lui avait plu.
Il essaya de reprendre contenance, de ne pas montrer qu'il était complètement secoué par ce baiser. Oh ! Est-ce que ses joues avaient virées au rose ? Il n'espérait pas... Timidement, il proposa qu'ils commencent réellement cette potion, déclenchant un rire chez Ares qui fut contagieux. Il avait l'impression d'avoir de nouveau 16 ans, était-ce normal ? « Quoi ? »
D'une parole, Ares envoya balader cette idée de potion. Il plaqua Octavius contre l'établi, faisant vacillé ce qui se trouvait dessus, avant de l'embrasser de nouveau avec passion. De nouveau, l'anthropomage se laissa emporter volontiers en enlaçant le médicomage par le cou comme s'il n'avait attendu que ça.
Quelques instants plus tard, Octavius décalait maladroitement d'une main ce qui se trouvait sur le plan de travail sur le côté sans à aucun moment rompre le baiser. Puis Ares le souleva par la cuisse pour l'aider à s'asseoir sur l'établi qui était trop haut autrement. Il agrippait ses mains à son boubou pour le ramener plus proche de lui. Il entendit à peine la chute qu'effectua le bocal d'yeux de triton, qui avait succombé à son équilibre précaire au bord de la table, et raisonnait dans la cave. Par contre, il ne put pas faire abstraction de l'odeur nauséabonde de vieille poiscaille qui parvint à ses narines quelques secondes après la chute.
Il rompit le baiser en fronçant le nez. « Oh mon dieu. Cette odeur est horrible. » Il plaça sa main sur son nez pour s'empêcher de respirer cette odeur. Les yeux de triton, tue-l'amour depuis 10 000 avant JC. Octavius se pencha pour voir l'étendue des dégâts. Ce n'était pas beau à voir non plus. Il savait que c'était de sa faute. Mais cela le faisait un peu rire un peu.
« Oh je suis vraiment désolé Ares ! »
Il disait ça mais il ne semblait pas non plus très navré.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 281
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyDim 19 Avr 2020 - 23:20

Ce second baiser, comme le premier, enflamma un brasier dans le cœur d’Arès. Une chaleur qui très vite avait fini par gagner son bas ventre à l’instant où leurs corps, contre l’établi, s’unissaient presque autant que leurs lèvres. A en juger par la passion qui était devenue reine dans cette pièce, il ne faisait aucun doute que l’un comme l’autre avait trop longtemps refoulé ce baiser au goût sucré. Mû par la passion de ce baiser, Arès utilisa sa force qui d’ordinaire lui servait à frapper pour soulever avec ardeur celui qui soulevait son cœur. Une force qu’Octavius lui rendit avec splendeur en le tirant par le boubou, pour l’attirer vers lui aussi rapidement que par un sortilège d’attraction.

Un baiser que rien ne semblait pouvoir arrêter. Rien si ce n’était une odeur putride qui envahissait à présent la cave paralysant la saveur exquise de ce baiser.  « Oh mon dieu. Cette odeur est horrible. ».  Le jeune antidotiste n’avait pas besoin de lever ses yeux pour reconnaître l’odeur de ceux de tritons qui avaient explosés sur le sol. Lorsqu’il se décida enfin à détourner son regard de celui qui détournait son coeur pour regarder l’ampleur des dégâts, il constata avec effroi qu’une  tâche aussi turpide que l’odeur était putride décorait le sol de l’atelier de sa sœur. « recurvite.» tenta le jeune mulâtre sans que la tâche ne semble daigner diminuer   «Tergeo.». Lança-t-il en vain. Les yeux de tritons avaient cette particularité de s’imprégner à la vitesse de l’éclair. Il fallait qu’il trouve le moyen de faire disparaître cette tâche avant qu’Ava ne se fâche.  

« Oh je suis vraiment désolé Ares ! » s’excusa Octavius.  Malgré l’inquiétude de la réaction de sa sœur, il ne pouvait pas lui en vouloir.  Il se contenta de le gratifier d’un sourire avant de déposer sur sa joue un nouveau baiser. «Ne sois pas désolé mon beau. Mais si tu connais un sortilèges pour faire disparaître cette tâche, tu seras vénéré» C’était faux, cela faisait des mois qu’il était vénéré.  Il était l’objet de tous ses désirs, l’objet de tous ses soupirs. Il hantait son corps et son esprit comme les fantômes hantaient les murs de Poudlard. «Et si nous remontions ?» proposa-t-il avec l’espoir de pouvoir prolonger cet instant dont il avait tant rêvé.  Il n’allait pas laisser des yeux de tritons mettre fin à ses ambitions.  Il voulait dans la longueur laisser parler son cœur avec ardeur.
Revenir en haut Aller en bas
Octavius Martens

Octavius Martens


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 664
| AVATARS / CRÉDITS : ❀ Toby Regbo ( obviously )
| SANG : ❀ Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Le Capitaine Danger
| PATRONUS : Un argus bleu (papillon)
| POINTS DE COMPÉTENCE :

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] EmptyJeu 23 Avr 2020 - 15:57

La maladresse était l'une des choses que l'on découvrait sur Octavius en passant du temps avec lui. Parfois, l'infortune voulait que ce soit dès la première rencontre, d'autre fois à un stade beaucoup plus avancé de la relation. Il ne pouvait pas être dans un atelier de potionniste et ne rien faire tomber. Et cette fois-ci, cela n'avait pas loupé. Peut-être au pire moment, même. L'odeur nauséabonde des yeux de triton cassa un peu l'ambiance commençant à devenir torride. En même temps qu'Ares, Octavius inspecta les dégâts au sol. Prenant les choses en main, le médicomage essaya plusieurs sortilèges pour effacer cette vilaine tâche sans y parvenir. L'anthropomage se sentit obligé de s'excuser quand bien même il trouvait la situation cocasse. Il se fit rapidement rassurer par son interlocuteur qui lui déposa un léger baiser sur les lèvres.
Il réfléchissait à un moyen de faire partir cette tâche. Ils ne pouvaient tout de même pas la laisser là ? Ares l'interrompit dans ses pensées en lui proposant de remonter. Il retourna donc son regard vers lui.
« Bonne idée. » fit-il en descendant de l'établit.
Il passa devant Ares et remonta les escaliers prestement d'un pas aérien. Il avait peut-être une idée.
« On va pas laisser cette tâche là en n'ayant essayé que deux sorts, n'est-ce pas ? »
Leur séance d'embrassade pouvait attendre encore un peu, non ? Ces yeux de triton tombaient bien. Octavius ne voulait pas s'enflammer aussi vite. Il allait perdre le contrôle sinon !
« Je peux voir dans ta cuisine ? »
Après avoir eu l'accord du propriétaire des lieux, Octavius entreprit de fouiller un peu dans les placards. Il avait beau être dans un appartement sorcier, il avait l'espoir de trouver certains produits qu'il pensait indispensable dans un foyer. Il s'accroupissait pour chercher dans les placards situés bas et inversement, il s'étirait pour atteindre ceux situés en hauteur.
« Aurais-tu du bicarbonate ? Du vinaigre blanc ? Du jus de citron ? »
Parfois, les remèdes de grand-mères moldues fonctionnaient mieux que n'importe quel sortilège quand l'on n'avait pas les potions adéquates. Il profitait de sa phase de recherche et de préparation de la mixture pour raconter un peu des anecdotes.
« Quand j'étais petit, j'étais toujours dans les pattes de ma grand-mère moldue. J'avais rien de mieux à faire, j'imagine. Parfois elle m'autorisait à l'aider à faire le ménage. C'était très certainement pour que je la laisse tranquille. Vas savoir pourquoi, ça me rendait tout content. Ce qu'elle faisait souvent, c'est qu'elle mélangeait ces ingrédients pour faire une pâte qui nettoie et désincruste. »
Il adressa un grand sourire à Ares et lui fit signe de retourner à la cave après s'être saisi d'un torchon. Ils refirent face à la tâche pullulante. D'un coup de baguette magique, Octavius ramassa les résidus d'œil de triton avant de s'accroupir. Il appliqua la pâte de bicarbonate sur la tâche en quantité abondante à l'aide du torchon.
« Tu vois, tu laisses poser le plus longtemps possible le temps que la texture absorbe bien la tâche. Peut-être que ça va marcher. Ça ne coûte rien d'essayer. »
Il se releva et regarda Ares avec un sourire satisfait.

______________________________

« There are no foreign lands. It is the traveler only who is foreign. »
— Robert Louis Stevenson
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty
MessageSujet: Re: I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977] Empty

Revenir en haut Aller en bas

I kissed a boy, and it was weird | Ft. Ares [Flashback Juillet 1977]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [UploadHero ] Arrête ton char... bidasse! [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Hamburger film sandwich [DVDRiP]Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Royaume-Uni :: Angleterre-