GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Randolf Spudmore

Randolf Spudmore


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 396
| AVATARS / CRÉDITS : Alexander Skarsgard ▬ BABINE.
| SANG : Mêlé, que voulez-vous d'autre ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère et son épouse.
| PATRONUS : Un cerf.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  Empty
MessageSujet: Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  EmptyMer 15 Jan 2020 - 21:10

Randolf, assit dans son bureau tel un empereur sur son trône, travaillait présentement sur le peaufinement d'un modèle ancien qui avait presque été la ruine de l'entreprise Black Forest Broomstick Ellerby & Spudmore. C'est qu'il pensait que le vieux balai, en réalité, pouvait être amélioré avec trois fois rien pour proposer aux clients quelque chose qui ne soit pas si désastreux. La magie avait évolué, la modernité était à son plus beau jour, alors pourquoi ne pas essayer de moderniser quelque chose d'ancien ? C'était toute l'idée qui hantait l'Allemand jour et nuit depuis des jours, il quittait Alizea tôt, rentrait tard, et il ne calculait guère plus personne que son feuillet avec toutes ses notes. Randolf était un bourreau de travail qui ne lésinait pas sur les heures à consacrer à sa cause. Ses questions devaient trouver des réponses sous peine de le rendre insomniaque et irritable plus qu'il ne l'était déjà. Et c'est forcément dans cette atmosphère là que le fabricant de balais avait totalement oublié qu'il devait faire passer un entretien d'embauche.

C'est lorsqu'on toqua à la porte de son bureau, pour laisser entrevoir une collaboratrice qui s'occupait de tous ses rendez-vous, que la lumière sembla s'allumer à tous les étages de son crâne. Cela faisait quelques mois maintenant que l'Allemand réfléchissait au sujet de choisir un ou une apprenti(e). Il lui avait fallu autant de temps à se décider pour la simple et bonne raison qu'il n'était pas du genre à tout faire sur un coup de tête. Randolf réfléchissait, décortiquait, pesait le pour, le contre. Les tenants et les aboutissants ne pouvaient avoir aucun secrets pour lui. Ancien Serdaigle, il faisait au moins honneur à sa maison. Il se leva, d'un coup de baguette fit disparaître le balai qui était sur son bureau et sorti de celui-ci pour chercher du regard la jeune femme qu'il avait accepté d'auditionner. « Entrez, Miss » lui fit-il signe de pénétrer dans son bureau une fois qu'il l'eut aperçu. Il lui tînt la porte et retourna s'asseoir derrière son grand bureau en bois massif de la forêt noire : « Comment allez-vous ? Vous avez trouvé facilement ? » s'enquît-il par politesse davantage que par réel intérêt. Il se racla la gorge en cherchant dans ses papiers le curriculum vitae qu'elle lui avait transmis en même temps que sa demande. C'est qu'il avait beaucoup de papiers sur son bureau, des plans, des incantations, des flyers marketings... Il ne se sentait pas le courage d'utiliser un accio pour retrouver le CV de la jeune femme, dont le nom qui plus est, lui échappait présentement. Un "accio CV" ne manquerait pas de l'assommer étant donnée la masse de documents qu'il avait reçu comportant ce titre. « Présentez vous donc » lui fit-il, alors que ses yeux verts bondissaient d'un papier à un autre... POUR ENFIN LE RETROUVER. Un soupir soulagé s'échappa de ses lèvres et il put finalement regarder plus amplement Mademoiselle Eirlys Rhys-Davis.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité

Invité


Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  Empty
MessageSujet: Re: Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  EmptyJeu 16 Jan 2020 - 16:44

En retard.  Encore. S’il y avait bien un jour où il aurait fallu qu’Eirlys soit organisée et ponctuelle, c’était bien aujourd’hui.
Tout avait pourtant si bien commencé: ses deux réveils avaient sonné, elle s’était extirpée de son lit plutôt facilement compte tenu de l’heure à laquelle elle s’était couchée la veille, et elle s’était préparée vite et bien. Mais tout ça c’était sans compter Londres et le sens de l’orientation de la galloise.
Eirlys était bien entendu déjà venue à Londres, plusieurs fois même, mais à chaque fois c’était pour acheter ses fournitures scolaires au chemin de Traverse: autant dire qu’elle ne connaissait pas la ville, surtout qu’étant toujours accompagnée elle n’avait pas pris la peine d’essayer de prendre ses repères dans la capitale.
En clair, elle était perdue dans Londres le jour d’un des entretiens les plus importants de sa vie.
« Tout ça c’est de la faute de Cad’ » se répétait la galloise exaspérée.
Son plus grand frère avait en effet touché une corde sensible pendant le repas de la veille en arguant qu’Eilrys, en tant que petite dernière, avait été beaucoup trop couvée et était totalement incapable de se débrouiller seule. Son orgueil piqué à vif, l’intéressée s’était ardemment défendue jusqu’à ce que finalement Cadwaladr la mette au défit de renoncer à être accompagnée par son père le lendemain. Et bien entendu sa fierté l’avait une nouvelle fois conduite à la catastrophe.
Se retenant de jurer de manière peu féminine, Eirlys du se résoudre à demander de l’aide à un moldu qui avait l’air pas trop méchant.  
Remise sur le droit chemin grace à la patience légendaire du moldu (un certain Henry), la galloise accéléra la cadence. D’un coup d’œil inquiet elle regarda sa montre qui indiquait « En retard de 10 min ». C’était un temps correct et tout à fait rattrapable et la jeune fille fut animée d’un espoir nouveau.
Ce n’est qu’une grosse vingtaine de minutes plus tard qu’enfin Eirlys arriva à bon port. Elle prit quelque minutes pour reprendre sa respiration, se recoiffer en vitesse et calmer son rythme cardiaque.
Elle devait rencontrer Randolf Spudmore et le fait qu’il porte le nom de la marque n’était rien à côté de ce qu’il représentait pour la jeune fille : c’était presque littéralement sa porte d’entrée vers son avenir.
Elle essaya de s’enlever de la pression en se disant qu’au pire elle serait secrétaire pour la société de sa mère et sous les ordres de son frère. Sans surprise ça n’arrangea rien et elle se décida finalement à pousser la porte de Broomstick Ellerby & Spudmore.
Elle n’eut pas à attendre longtemps dans le hall car bientôt une porte s’ouvrît pour laisser passer le maître des lieux.

« Entrez, Miss »

L’attention d’Eirlys fut immédiatement retenue par le bureau de son interlocuteur. Du bois massif, d’une qualité exceptionnelle. Le genre de bois que son père ne réservait qu’aux objets d’exception, destinés à ses plus riches clients. Elle n’eut pas le temps de s’appesantir plus longtemps sur le mobilier, car Randolf Spudmore lui demanda de se présenter après s’être enquit de sa facilité à trouver les lieux (question à laquelle elle avait mentit effrontément).
« Je ne vais pas vous répéter ce que vous savez déjà : mon nom, âge et ma maison et mes notes à Poudlard, mais en venir à l’essentiel : votre société représente pour moi un modèle à suivre. Vos balais sont d’une qualité irréprochable et je souhaiterai avoir l’honneur de participer à leur conception, ne serait-ce que pour en tailler les brindilles.
Je pense avoir un certain talent à la fois en ébénisterie mais également en sortilèges. J’ai encore beaucoup à apprendre, mais je suis convaincue que vous ne serez pas déçus de mon travail. J’apprends vite et je ne me contente pas du pas trop mal, je veux atteindre l’excellence dans ce que je fais.
 »
Eirlys s’interrompit une instant réalisant ce qu’elle venait de dire. Elle avait réussi à faire exploser son orgueil en quelques phrases et pendant un instant elle regretta son manque évident d’humilité.
Elle reprit la parole pour tempérer ses propos : « je conçois que je ne suis qu’une adolescente de 16 ans.  Vous avez certainement une liste de candidats plus grande que moi avec des profils bien plus intéressants. Je n’ai pas de réelle expérience, mais j’ai la motivation. J’attends une opportunité comme celle-ci depuis que j’ai posé la main sur un balai, et même si ce n’était pas particulièrement évident après tout ce que je viens de vous dire, je ne suis pas dénuée d’humilité. J’ai confiance en mes capacités mais je sais aussi que j’ai une marge de progression énorme. Je saurais écouter vos conseils sans faire ma tête brûlée. »
 
Lys reprit sa respiration. Elle sentait ses joues la bruler et elle devina qu’elle devait avoir l’air d’un homard roux.
L’homme en face d’elle l’impressionnait plus qu’elle ne voulait l’admettre, et elle plus que jamais elle était consciente que son avenir était entre ses mains.
Le bureau sembla alors prendre des dimensions démesurées, le stress jouant avec son esprit. Elle se tassa un peu plus et attendit la réponse de l’allemand, en s’efforçant de ne pas trop s’agiter sur son fauteuil.
Revenir en haut Aller en bas
Randolf Spudmore

Randolf Spudmore


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 396
| AVATARS / CRÉDITS : Alexander Skarsgard ▬ BABINE.
| SANG : Mêlé, que voulez-vous d'autre ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère et son épouse.
| PATRONUS : Un cerf.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  Empty
MessageSujet: Re: Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  EmptyMer 29 Jan 2020 - 17:25

Randolf était un homme tatillon mais tout de même assez ouvert d'esprit pour ne pas s'étouffer de voir l'originalité de certaines personnes qu'il rencontrait. Bien au contraire, on l'avait élevé avec l'idée de la tolérance de la société tout en étant impitoyable dans le monde des affaires. Cela contribuait sûrement au fait que l'entreprise familiale marchait très bien, et cela expliquait sans nul doute qu'il recherche quelqu'un à former. L'Allemand s'était toujours dit que travailler seul serait quelque chose de vain. Alizea pouvait bien être dans les parages, elle était finalement autant une part de l'entreprise que lui - et quoiqu'en disent ses parents, elle était tout, sauf une pièce rapportée dans l'entreprise. Aussi avait-il ressenti le besoin d'embaucher un étudiant pour voir ce qu'il était capable de faire. La candidature de la demoiselle qui s'asseyait en face de lui tombait donc à pique. « L'excellence est tout ce que j'attends, Miss » répondit Randolf d'un air flegmatique sans s'offusquer de l'orgueil de la jeune femme qui lui rappelait tristement le sien. Il posa ses yeux verts sur elle : « Pourquoi nous et non la concurrence ? Je ne suis pas stupide, j'imagine que vous avez postulé chez nous et ailleurs... ». Il afficha un sourire, héritage de sa facilité à mettre le monde mal-à-l'aise pendant que lui-même allait très bien. C'était ainsi que son père l'avait forgé pour subir la férocité du monde des affaires et c'était pour cela qu'il vivait. Dès lors que l'on parlait balais, il n'y avait plus personne qui ne pouvait se mettre entre le chemin de l'aîné Spudmore et ce qu'il convoitait. Cela était sans doute autant une bonne chose qu'une mauvaise chose, tout dépendait du point de vue. Comme tout lui réussissait plutôt bien pour l'instant... C'était forcément une bonne chose. En ouvrant la candidature de la jeune femme, il pu y lire qu'elle était étudiante à Poufsouffle - comme son frère, tient donc - et lorsqu'elle lui assura qu'elle n'agirait pas comme une tête brûlée, Randolf ne pu retenir cette fois-ci d'éclater de rire : « C'est précisément ce que dirait une tête brûlée, Miss Rhys-Davis » - il calma son rire, même si aux coins de ses yeux se trouvaient toujours dessinées les pattes d'oies dont il ne savait se défausser - « je suis intransigent sur la discipline et sur l'application mais je ne suis pas un monstre. Combien de fois avez-vous été collée à Poudlard ? Soyez sincère ».
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous

Invité

Invité


Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  Empty
MessageSujet: Re: Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  EmptyJeu 13 Fév 2020 - 20:57

Spoiler:
 

Eirlys soupira de soulagement. Non seulement Monsieur Spudmore ne s’était pas appesanti sur sa poussée d’orgueil, mais en plus il semblait -d’une certaine manière- approuver. Son soulagement fut néanmoins d’une courte durée lorsqu’il enchaina sur la question de la concurrence avec un sourire qui lui donna un frisson. Elle se redressa pour se donner du courage.

« Je postule également pour travailler avec Devlin Corneblanche… Son travail a fait évoluer le marché et ça resterai une bonne opportunité. Ceci dit j’ai l’impression qu’il est à court d’idées, le dernier Nimbus n’était pas à la hauteur des premiers modèles… A part lui et vous, je n’ai pas postulé ailleurs, les autres sociétés même rentables ne sont pas assez visionnaires pour moi. »

Le visage de son interlocuteur ne lui permis pas de discerner si elle avait répondu de manière satisfaisante, et elle senti son stress monter d’un cran. Elle tenta d’ignorer le fait qu’elle commençait a crever de chaud mais ses tentatives fut réduites à néant lorsqu’il éclata de rire. Elle avait tout fait pour mentir au mieux mais apparemment « tête brulée » était écrit en gros sur son visage. Rapidement elle se demanda s’il s’était aussi rendu compte qu’elle s’était perdue en venant ici. Sans avoir le temps de réfléchir à la réponse, son interlocuteur l’acheva en assenant une nouvelle question qui empira l’état de la jeune Poufsouffle.

Combien de fois avait-elle été collée à Poudlard.
Elle s’efforça de compter mentalement le nombre faramineux de retenues qu’elle avait eu, tout en faisant semblant que ce n’était pas un gros effort mental pour elle (prendre trop longtemps prouverai ce qu’elle tentait de cacher).

« Euh… quelque part entre 20 et 30 fois… » et, incapable de mentir devant le regard de Randolf Spudmore, elle ne parvint pas à se retenir d’ajouter d’une petite voix « en 1 an… »

Elle ne savait désormais plus où se mettre. Elle chercha quelque chose a ajouter pour diminuer l’importance du fait qu’elle ait passé l’année en retenue.
« Ces retenues m’on permis de réfléchir a de nouveaux sortilèges sur lesquels travailler pour pousser plus loin l’amélioration des balais que je fabrique… »

Hop. Et voilà comment tourner un défaut en qualité, la jeune fille reprit légèrement confiance en elle et rajusta sa position.

« Plus qu’a espérer qu’il ne m’en demande pas plus sur lesdites retenues. »
Revenir en haut Aller en bas
Randolf Spudmore

Randolf Spudmore


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 396
| AVATARS / CRÉDITS : Alexander Skarsgard ▬ BABINE.
| SANG : Mêlé, que voulez-vous d'autre ?


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Son frère et son épouse.
| PATRONUS : Un cerf.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  Empty
MessageSujet: Re: Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  EmptyDim 23 Fév 2020 - 19:46

Randolf n'avait jamais pris la vie pour un jeu, ni pour aucune autre chose du genre. Les relations humaines qu'il pouvait lier devaient le mener vers les affaires, et des opportunités. Embaucher un apprenti revenait à la même chose. Il ne voulait pas jeter son dévolu sur quelqu'un qui allait partir quelques temps plus tard, tous les secrets Spudmore en poche. Il devait pouvoir lui faire confiance et il ne savait pas encore s'il pouvait faire confiance à cette jeune femme. Quelques mots échangés ici et là dans un entretien d'embauche ne feraient certes pas tout, mais pouvaient lui donner une idée du type de personnage auquel il avait à faire. Et bien entendu, ses questions visaient à le rassurer. Ce qu'elle arrivait à faire sans le vouloir. Sa réponse honnête sur la concurrence fit hocher la tête du fabricant de balais, d'un air expert. « Bien entendu » fit-il en continuant de tourner les pages du dossier de la jeune femme. Il releva le regard vers elle pour observer son visage. Elle semblait sur le point de défaillir lorsqu'il lui posa la question des retenues... Ce qui lui attira un sourire. Vingt ou trente fois en un an. Sacrée tête brûlée, mais pourquoi pas après tout ! Randolf était un visionnaire autant qu'un téméraire, il savait prendre des risques et savoir quand les prendre de la même manière. La réponse suivante d'Eirlys, qui ne se laissait pas malmener par lui, lui attira un regard curieux du même acabit que ceux que l'on retrouvait toujours chez les élèves de Serdaigle. Voilà que la demoiselle avait piqué sa curiosité et il enchaîna : « Je ne pousserai pas le vice à vous demander l'objet de vos colles, Miss. Cela dit, je suis très curieux de savoir les idées que vous auriez pu avoir. Voyons voir si nous avons les mêmes, ou bien si vous parvenez déjà à vous démarquer de nous deux ». Randolf la provoquait ouvertement. L'audace était une qualité à souligner chez les fabricants de balais, il en fallait pour penser de nouvelles idées et pire encore, il en fallait pour les proposer au grand public. Car créer un nouveau balai nécessitait que le public le reçoive correctement. L'entreprise de ses parents avait connu une douloureuse période en son temps et il ne voulait pas que Black Forest dépérisse à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  Empty
MessageSujet: Re: Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS  Empty

Revenir en haut Aller en bas

Knock knock knock, who's behind the door ? | EIRLYS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-