GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Maât Kazareh

Maât Kazareh


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 681
| AVATARS / CRÉDITS : Golshifteh Farahani |
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une noyade.
| PATRONUS : Un fennec
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 EmptyMer 10 Juin 2020 - 19:30

Maât avait bien une idée de ce qui lui donnait chaud de la sorte, mais y penser lui donnait encore plus de couleurs. Ses joues étaient pourtant déjà rouges, non pas de honte mais à cause de la température. Il ne lui semblait même pas avoir déjà eu aussi chaud en Egypte et pourtant, le climat n'était pas le même. Mais dans son pays ne se trouvait pas Addison Yaxley. Et c'était une différence non-négligeable. Dire qu'elle était maintenant dans sa cuisine, uniquement parce qu'elle avait marché dans sa propriété... Elle l'observa agiter sa baguette d'une façon captivée. Maât n'utilisait pas de baguette, mais elle en avait acheté une. La jeune femme désirait sincèrement s'intégrer et elle savait que la manumagie était bien mal-vue par ici, pourtant... Pourtant, elle l'oubliait toujours, sa baguette. Et à chaque fois qu'elle essayait de l'utiliser, elle faisait exploser quelque chose ! Addison avait beaucoup plus de dextérité bien entendu, et le regard brun de la sorcière se trouvait maintenant illuminé de la présence de ce patronus splendide. Elle en avait presque oublié son vin. « Il est magnifique, oui » répondit-elle comme s'il lui avait demandé ce qu'elle en pensait - complètement à côté de la plaque - « je crois bien que c'est lui... Il y a quelque chose dans son regard... Quelque chose qui m'intr-... ». Maât se coupa en voyant Addison se rapprocher d'elle pour poser avec douceur une main sur sa joue. La sorcière aurait pu avoir peur de tant de proximité si elle n'attendait pas que cela au fond d'elle. Sans même réellement s'en rendre compte, elle posa la coupe de vin sur l'îlot avant de déposer sa main brûlante sur celle du britannique qui lui caressait la joue. Maât se plongea sans vergogne dans ce regard qui s'assombrissait, elle avait l'impression de vivre la chose qui allait bouleverser sa journée. Il y avait quelque chose de mystique qui dansait dans son ventre et qui lui donnait l'impression qu'elle allait défaillir. L'aveu du jeune homme, autant que sa main, eurent raison de ses dernières pensées et elle cru tant qu'il allait l'embrasser... Avant de se détacher. Pour lui demander de remettre son cardigan. « Mais non ! » s'insurgea-t-elle en le regardant d'un air désespéré détourner le regard. Elle combla le pas qu'il avait fait vers l'arrière pour coller son corps contre le sien, avant de prendre ses mains pour les reposer sur ses hanches. « J'ai chaud » répéta-t-elle avec obstination, le regard brillant néanmoins d'une lueur intéressée par autre chose que le vin.
Revenir en haut Aller en bas
Addison Yaxley

Addison Yaxley


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 77
| AVATARS / CRÉDITS : Harry Lloyd
| SANG : Pur


Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 EmptyVen 12 Juin 2020 - 14:20

Addison passa une main dans ses cheveux coiffés, geste qui était réservé aux rares occasions où il était nerveux, énervé, ou comme en ce moment, où il devrait trouver quoi s’occuper les mains. Le sorcier ne savait pas encore qu’il s’était décoiffé sans nécessité, l’égyptienne brulant du même désir que lui, sans pourtant lui exprimer aussi explicitement. L’exclamation qu’elle poussa en guise de protestation lui fit retourner la tête vivement vers elle et il sut à cet exact instant qu’il ne pouvait plus rien faire contre l’inexplicable attirance qu’il éprouvait pour cette jeune inconnue qui était venue troublé son moment de lecture en trépassant sur sa propriété.

De la taille de la délicate sorcière, où elle y avait forcé ses mains, ses bras remontèrent le long de son dos sans s’arracher à son corps ne serait-ce qu’une seconde, tirant un peu avec eux le mince tissu qui ne la recouvrait pas de toute manière. Alors que son bras gauche termina sa course fermement enroulé plus haut autour de sa taille, réduisant encore plus l’espace qui séparait leurs deux corps embrasés, l’autre main remonta jusqu’à la nuque de la sorcière et libéra ses doigts dans ses cheveux d’ébène. Un sourire carnassier se dessina sur les lèvres de l’ainé des Yaxley, qui plongeait une dernière fois son regard dans celui envoûtant de son invitée « puis-je? » demanda-t-il la voix rauque. Sans attendre de réponse, il s’empara sauvagement de ses lèvres et l’embrassa avec toute la passion de son âme. Maât n’était pas la première femme qu’il embrassait, et pourtant, jamais ne s’était-il senti aussi étourdie, ivre de leur magie qui provoquait certainement cet étrange et puissant mélange. Difficilement, il s’arracha à ses douces lèvres – pour respirer peut-être – et, tel que promis, la souleva brusquement de terre pour la déposer sur l’ilot choisie par sa détestable ancêtre. La coupe qu’elle y avait déposé fut projeté au sol où elle se brisa en mille morceaux de Crystal, répandant son nectar sur le carrelage. Il était dur de dire si la cause de ce vol plané était le choc de leur corps ou celui de leur magie. Le regard affamé du jeune homme – qui se foutait complètement du sort de la coupe - se perdit sur l’os de sa clavicule, puis ses épaules, puis le reste de son corps qu’il distinguait si bien ici, sous les lumières qui survolaient l’ilot. Ses grandes mains quittèrent la taille de sa nouvelle partenaire, seulement pour mieux la retrouver, mais sous l’étoffe de sa robe cette fois-ci. Addison lui offrit un dernier regard lourd de promesses, qui lui accordait également cette possibilité de se dérober. Ce qu’elle ne fit pas. Il plongea dans son cou. Rien de ce qui suivi ne fut tendre.

***

Le maitre des lieux sorti de la salle de bain, où il eût l’occasion de se rafraîchir un brin et d’enfiler un tout nouveau boxer et capri – bourgogne cette fois-ci – certainement fraichement déposé par Pommette, pour qui ses préférences n’étaient plus un secret. Il avait ce sourire extrêmement satisfait et un brin arrogant de placardé au visage alors qu’il regagnait la cuisine qui venait d’être témoin de grands émois. Or, la salle était parfaitement propre, aucun vêtement ne gisait au sol et toute trace de vin sur l’ilot et le carrelage avait disparu. Une nouvelle coupe vin se dressait sur l’ilot, au côté de son old fashion, auquel on semblait avoir ajouté une glace – ou peut-être en était-ce un nouveau. Reconnaissant envers son elfe, il ramassa les deux boissons pour rejoindre Maât, qu’il découvrit au salon (je te laisse décidé si elle est vêtue ou non) installé sur le canapé vert émeraude. Le jeune artiste eût envi de peindre cette vision et il se surpris à espérer qu’elle lui ferait cadeau de cette occasion dans un futur rapproché. Addison tendit la coupe à la belle, mais n’osa pas l’embrasser : elle demeurait, malgré leur intimité, une inconnue et le jeune homme ne se montrait pas affectueux avec de telles personnes, parfois seulement passagères. Toujours inexplicablement friand de contact physique entre eux, le sorcier s’assis au sol, ses longues jambes étendues, le dos contre le canapé, et bascula la tête vers l’arrière pour l’y poser sur les jambes mâtes de sa charmante invitée. Il porta sa boisson à ses lèvres et fermi les yeux, espérant secrètement qu’elle plonge ses doigts fins dans ses cheveux – une caresse que lui avait apprise Flora et qu’il trouvait profondément intime. « Comment as-tu découvert ta magie? » Le vouvoiement s’était envolé en même temps que la robe. Il était rare qu’Addison s’intéresse à une femme. En fait, il tentait de s’intéresser le moins possible aux gens, c’était plus simple ainsi. Toutefois, il avait envie d’échanger avec cette jeune sorcière plus que des baisers. Elle avait ce je ne sais quoi de spécial. Ce n’était pas un constat, mais bien un ressenti, ce qui poussa l’ainé Yaxley à vouloir l’entendre développer sur cette histoire de patronus, d’énergie et de vision. Vous avez bien lu.
Revenir en haut Aller en bas
Maât Kazareh

Maât Kazareh


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 681
| AVATARS / CRÉDITS : Golshifteh Farahani |
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une noyade.
| PATRONUS : Un fennec
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 EmptyJeu 18 Juin 2020 - 14:39

Les mains d'Addison Yaxley avaient embrasé sa peau mate et chaude et maintenant assise complètement nue dans le canapé de ce dernier, elle posait un regard serein vers le paysage qui s'étendait dehors. Le ressac de la mer continuait de faire son bruit, alors que la maison qui venait d'abriter leurs ébats s'était tue. La sorcière, qui sentait encore le poids lourd de l'atmosphère autour d'elle, enroula ses cheveux pour en faire une queue de cheval avec une cordelette qu'elle avait toujours à son poignet, lequel était parsemé généralement par ses breloques. Addison revînt en lui tendant sa coupe qu'elle pensait avoir fracassé au sol - sans doute l'elfe l'avait-elle remplacé, mais elle préférait ne pas y penser - et enroula ses doigts autour de celle-ci alors qu'il s'asseyait au sol. Un sourire délicieux se peignit sur les traits de l'egyptienne alors qu'il posait agréablement sa tête contre ses jambes, et portant sa coupe à sa bouche, elle laissa néanmoins sa main libre se promener dans la chevelure brune du jeune homme d'un geste tendre. Les cheveux d'Addison étaient étrangement doux et elle aurait voulu abandonner sa main dedans pour toujours.   « Ma magie ? » - elle s'étonna du sens qu'elle entendait dans ses paroles, et cru un instant avoir mal compris les mots de cette langue qu'elle maîtrisait mais qui parfois lui échappait encore - « quelle magie ? ». Maât était si accoutumée à ses étrangetés, elle vivait tellement parmi elles, qu'elle ne se rendait même pas compte de l'OVNI qu'elle était pour le commun des mortels. Elle se pencha pour poser sa coupe à côté du jeune homme par terre et en profita pour poser son menton sur le front du sorcier qui la regardait depuis le sol. Elle finit par faire les connexions neuronales nécessaires pour comprendre sa question, amen. « Oh tu dois parler de la première fois que j'ai fait de la magie ! » s'exclama-t-elle naïvement en enchaînant, « C'est bête... J'avais fait tomber la théière et au lieu de se fracasser par terre, elle s'est posée en douceur et je n'ai pas perdu mon thé ! ». Elle afficha un sourire joyeux en enroulant ses bras de part et d'autre de lui. La jeune femme se sentait si paisible qu'elle ne trouvait tristement, même plus le courage de se plaindre de l'utilisation outrageuse d'un esclave dans cette maison. « Et toi ...? ».


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Addison Yaxley

Addison Yaxley


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 77
| AVATARS / CRÉDITS : Harry Lloyd
| SANG : Pur


Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 EmptyJeu 16 Juil 2020 - 21:24

Addison n’avait pas trop compris ce qui venait de se passer. Oh, il ne regrettait rien du tout, au contraire. Toutefois, le sorcier n’était pas un aussi sexuel. Détrompez-vous, il ne souffrait d’aucun problème de libido, mais il n’était pas du genre à se faire dominer par l’envie, pas comme ce qui venait de se dérouler. Face à cet incompréhension, l’ainé Yaxley décida simplement de chasser ses réflexions et de fermer les yeux pour mieux profiter des doigts fins de l’égyptienne qui s’emmêlaient dans sa chevelure de prince, lui provocant de doux et délicieux frisson le long de l’échine. « Humm » gémit-il, confortable. Un sourire dansa sur ses lèvres lorsqu’elle lui expliqua de sa voix un peu vaporeuse comment elle avait sauvé la mise à une pauvre théière, ses parents avaient dû être fiers. Si jeune et pourtant si responsable. Sa jeune invitée délaissa sa chevelure pour venir l’embrasser de ses bras. Il aurait dû se tendre, mais il ne le fit pas. Il n’en avait tout simplement pas envie. Rien de ce qui se déroulait depuis une heure ne faisait partie de sa réalité et il adora profondément cette différence qui lui semblait presque naturelle. Il apprécia également que la belle soit aussi à l’aise avec lui.

« J’aime beaucoup dessiner » commença-t-il un peu hésitant – ce n’était pas encourager dans son monde – « et peindre » ce ne fut que passager, car ses yeux s’animaient déjà, et il les laissa, sans tenter de les camoufler « j’étais jeune, peut-être cinq ans, et j’avais esquissé le portrait de pommette…à côté du miens » il avait toujours adoré cette elfe, sa douceur et sa manière d’être avenante. Un voile plus sombre passa sur son visage, « mon père l’a déchiqueté en pièce devant mes yeux…il m’a passé tout un savon aussi…bref, j’ai regagné ma chambre avec les miettes dans mes mains et j’ai pleuré. Quand j’ai essuyé mes yeux mon dessin s’était reconstruit, intact ». Addison n’était pas un homme qui se badrait avec les standards masculins selon lesquels on ne devait ni pleurer, ni peindre ni éprouver quelque sentiment que ce soit. Il avait dit tout cela sans gêne et avec beaucoup de franchise. C’est ce dernier élément qui était plus rare : le sang-pur n’avait pas l’habitude d’être franc, ni de se confier. Étrangement, en ce moment, cela lui venait naturellement, comme un bâillement à la sortie du lit. Il apprécia ce côté de sa personnalité qu’il ne fréquentait que très rarement. Puis, le sorcier hausse les épaules, « je ne suis pas convaincu que ce soit exactement la première fois où j’ai fait de la magie. Je pense bien avoir ouvert quelques portes barrées ou quelques robinets trop loin pour ma taille d’enfants, mais ça ne m’a pas marqué ». Et c’était vrai. Pour lui, sa magie s’était manifestée à cet instant de protestation. Il considérait cette manifestation comme une force qu’il avait, et également comme l’expression de sa propre personne. Ce jour-là, il s’était affirmé ne jamais vouloir partager certains points de vu sur la vie avec sa famille. Longtemps, il s’était référé à ce souvenir pour se rappeler qui il était. Il avait d’ailleurs encore ce dessin quelque part caché dans sa chambre du manoir principal et il savait que Pommette l’avait remarqué. Addison Yaxley étira l’un de ses longs bras pour venir glisser sa main sur la cuisse dénudée de Maât, la laissant reposer sur son genou, son pouce traçant de petits cercles sur sa peau mate et douce.
Revenir en haut Aller en bas
Maât Kazareh

Maât Kazareh


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 681
| AVATARS / CRÉDITS : Golshifteh Farahani |
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une noyade.
| PATRONUS : Un fennec
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 EmptyLun 27 Juil 2020 - 16:50

Le regard si proche de l'égyptienne contre celui du britannique lui donnait un étrange sentiment de bien-être. Elle ne pouvait s'empêcher de le regarder de cet air doux qu'elle affichait toujours, volage, parfois concentré pourtant, comme maintenant. Elle s'était livrée sur un de ses plus jolies souvenirs à sa demande et il faisait de même, comme si un étrange lien se tissait entre eux après leur égarement corporel. Un sourire tendre se posa sur les lèvres de la jeune femme alors qu'il lui confiait avoir dessiné son elfe. Comme si elle avait réellement une existence, alors que dans son monde à lui, elle n'avait pas le droit d'en avoir. Elle n'était rien sinon un esclave. Addison démontrait donc déjà, si jeune, une propension à l'ouverture d'esprit qui faisait plaisir à la sorcière égyptienne. Les mains de part et d'autres, elle l'écoutait avec cette attention tranquille qui faisait d'elle, à cet instant précis, une douce confidente : « C'est un très joli souvenir » souffla-t-elle doucement avant de poser un baiser sur le front du britannique, « qui trahit ton respect d'autrui ». Le sorcier semblait se reprendre, toutefois, pour mettre un bémol à ses propos. Loin d'elle l'idée de le forcer à revenir dessus comme une maîtresse qui récupère un enfant vagabond par la main, Maât laissa tranquillement le sujet se dépasser lui-même.

Addison traçait de son pouce des formes sur sa jambes et elle aurait été folle pour ne pas apprécier cet étrange contact. Maât aimait les expériences humaines plus que le sexe en tant que tel. Ce n'était pas comme cela qu'elle considérait la vie. Les choses venaient, elles se passaient, il ne fallait pas se prendre la tête à ce sujet. Les transes, c'était pareil. Certains vivaient mal leur don, Maât l'avait embrassé comme une chose naturelle sans autre forme de cérémonie. Elle en avait toujours été très fière. Très heureuse. Elle se sentait chanceuse. Maintenant apaisée contre le jeune homme, elle se fustigeait de ne pas être assise à côté de lui - sur lui. Maât bougea donc pour descendre du divan avec la souplesse d'un chat et s'asseoir à côté de lui. les jambes étendues, sa gourmette en or à sa cheville, la sorcière ressemblait sans doute plus qu'elle ne pouvait le croire à une apparition mystique. « Je n'ai pas trop envie de partir ce soir » avoua-t-elle finalement en se penchant par dessus le jeune homme pour attraper sa coupe qu'elle avait posé précédemment au sol, « mais si tu reçois, je vais devoir m'en aller ». Ses grands yeux bruns le fixaient patiemment. Elle n'avait vraiment pas envie de partir. « Resteras-tu tout l'été ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Addison Yaxley

Addison Yaxley


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 77
| AVATARS / CRÉDITS : Harry Lloyd
| SANG : Pur


Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 EmptyLun 24 Aoû 2020 - 0:06

Le sorcier n’aurait jamais cru partager un tel moment avec une pure inconnu. C’était étrangement ressourçant. Les paroles de l’égyptienne lui faisaient du bien, tout comme ses caresses et sa douceur. Être assis sur le tapis victorien du manoir, seulement vêtu de son pantalon, tout près de l’antre de la cheminé où y crépitait doucement un feu, alors qu’une magnifique déesse à la peau matte lui offrait un baiser de temps à autre, entre deux gorgées d’un whisky de haute qualité était incroyable. Addison décida même qu’il s’agissait de son scénario parfait, rien de moins. Il profita donc du moment, sans pousser la conversation, ce n’était pas nécessaire. Au bout de quelques minutes de silence, la cuisse de la belle se dérobe sous sa paume alors qu’elle vint s’asseoir à ses côtés. Un sourire appréciateur s’étira sur la visage de l’aristocrate alors qui lâchait son bien aimé whisky pour s’emparer des deux jambes de Maât et les passer par-dessus les siennes. Ainsi installé, Addison avait accès à à peu près chaque parcelle du corps de son amante, ce qu’il apprécia grandement. Il laissa ses mains s’y balader, sans chemin précis. Lorsqu’elle se pencha pour prendre sa coupe de vin et que ses seins nus effleurèrent son torse, la situation se corsa un peu et Addison s’autorisa à lui voler un baiser. Les lèvres de l’égyptienne était goûteuse. « Alors reste » dit-il tout simplement à l’aveu de la beauté en collant un baisé sur l’os de sa mâchoire. L’héritier Yaxley ne recevait personne ce soir, ni demain, ni le jour d’après et s’il avait prévu recevoir quelqu’un, alors il l’aurait décommandé sur-le-champ. Il saisi le menton de Maât entre ses longs doigts et força ses iris dans le siens, « Reste tout l’été ». C’était plus une demande qu’une proposition. Il espéra qu’elle accepte, ainsi, il pourra la regarder nue à toute heure du jour et de la nuit. Et la peindre. Oh, il la peindrait, dans tous les angles, sous toutes ses coutures. Oui, il espéra qu'elle reste.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas

Penryn, Cournouailles | Quand les esprits se rencontrent | Maât

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-