GRYFFONDOR : 0 pt | POUFSOUFFLE : 0 pt | SERDAIGLE : 0 pt | SERPENTARD : 0 pt
Retrouvez l'édition d'août de la Gazette des sorciers !

Partagez

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6679
| SANG : Hasardeuse


INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyDim 19 Avr 2020 - 17:34

Le membre 'Addison Yaxley' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 336
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyDim 19 Avr 2020 - 18:01

Depuis la file d’attente du glacier, le jeune médicomage, observait avec curiosité Galaad et son « ami ».  Il n’aimait pas du tout la façon que Galaad avait eu de passer son bras autour des épaules de ce sorcier.  Cela ne pouvait pas être amical.  Le regard d’Arès se posa longuement sur Alexander. Scrutant son physique, plutôt agréable, son attitude. Il voulait savoir s’il pouvait être intéressé par Galaad ou s’il préférait les filles.  Depuis qu’il avait accepté son attirance pour Octavius, Arès avait découvert une nouvelle aptitude magique, celle de reconnaître les hommes qui comme lui se laissaient envouter par la chaleur des courbes masculine. Il suffisait d’un croisement de regard pour en avoir la certitude.  Pour l’instant, il n’avait pas capté le regard du jeune sorcier mais quelque chose le laissait penser que le jeune homme n’était pas insensible aux charmes de Galaad. Comment ne pas l’être ?  Il était dévoré par la jalousie et brûlait d’envie d’en savoir plus sur la nature de la relation qui unissait les deux jeunes hommes tout en étant pétrifié à l’idée de découvrir une vérité bien trop douloureuse pour son cœur si fragile. Depuis qu’il avait revu Octavius à Poudlard, il pensait avoir oublié Galaad mais maintenant qu’il était devant lui, il se sentait à nouveau ensorcelé. Pourquoi ne pouvait-il résister ni à l’un ni à l’autre ? Pouvions nous être attirés par deux personnes en même temps ? Pouvions nous être amoureux de deux personnes en même temps ? Il était tellement perdu dans ses pensées qu’il ne remarqua même pas la pluie d’œufs de pâques qui déferlait sur le chemin de traverse. Seuls le bruit sourd de plusieurs détonations très vite remplacé par les cris de panique le sortirent de ses pensées.  Plongeant à nouveau son regard sur Galaad et son ami, il eu le temps de voir exploser un œuf à leur côté. Sans réfléchir, il se précipita au chevet de Galaad qui roulait sur le sol.

« Galaad tu vas bien ? » demanda le médicomage en s’agenouillant à ses côtés. Il posa sa main contre la sienne pour établir le contact « Galaad, c’est Arès, tu m’entends » ajouta-t-il en tournant son visage délicatement pour qu’il puisse le voir. Son beau visage était entaillé sur la joue, et ses yeux pleuraient des larmes de sang. Il n’avait jamais eu affaire à pareille situation par le passé. Que devait-il faire ?  Il se souvint d’un sort qu’il avait appris durant ses études de médicomage appelé « charme de l’œil neuf ». Ce sortilège permet de réparer les blessures à l’œil notamment, en cas de chute ou de projection dans les yeux. Mais cela pouvait être totalement inefficace si comme il s’en doutait, la magie noire était à l’œuvre. Il devait tout de même essayer
« Oculum Reservo » lança-t-il sur son œil gauche dans un premier temps. Cela devait entrainer une sensation de picotement très désagréable dans l’œil de Galaad. Il serra plus fort sa main, pour l’inviter à faire de même.  

Dés : impair : Le sortilège fonctionne et l’œil de Galaad arrête de saigner, petit à petit il retrouve la vue. Du moins d'un oeil.
Pair : Le sortilège semble fonctionner. Pendant quelques minutes, le sang s’arrête de couler, assez pour que Galaad puisse reconnaître le visage d’Arès, d’un œil.  Quelques minutes plus tard, le sang se met cependant à couler de plus en fort. Arès s'est déjà éloigné lorsque les saignements reprennent.


Alors qu’il s’occupait de l’œil de Galaad, le médicomage entendit un hurlement de douleur à côté de lui. Le jeune homme qu’il jalousait était à présent sur le sol aussi, la jambe en sang. Il s’écarta quelque peu de Galaad pour s’approcher du jeune homme.  Lorsqu’il croisa son regard, il senti cet éclair qui lui indiquait qu’il était comme lui. Pas le temps d’y pencher, il fallait soigner cette blessure.  A l’œil nu, on pouvait voir une fracture du fémur. L’os sortait totalelement de la jambe ensanglantée.  La douleur devait être digne d’un doloris. « Mulcerem Dolor » articula le médicomage en dessinant un cerle autour du fémur du jeune homme avant de viser son visage.  Le sortilège du peynkilleur ne durerait pas plus de 15 minutes, mais cela devrait calmer la douleur du jeune homme pour le moment et permettre au médicomage d'essayer de le soigner. « Vulnera Sanentur ».   Le sortilège nettoyant le sang mais ne parvint pas à réparer l’os qui sortait toujours de la jambe.« Reparum Osseus ».

1 à 3 : Le sortilège fonctionne et la fracture du jeune homme se referme aussi vite qu’elle s’était réalisée.
4 à 6 : Arès qui n’a pas jeté ce sortilège depuis longtemps, étant plutôt habitué à utiliser des potions et qui n’arrête pas de regarder Galaad plus que son patient ne parvient pas à soigner Alexandre. La fracture reste totalement ouverte.

Trop concentré à soigner Galaad et son ami, Arès n'avait pas encore remarqué le nombre de blessé aux alentours. Il n'avait pas non plus pris la peine de jeter le moindre sortilège de protection et risquait d'être victime du prochain œuf qui tomberait.


Dernière édition par Ares Zabini le Sam 2 Mai 2020 - 20:04, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6679
| SANG : Hasardeuse


INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyDim 19 Avr 2020 - 18:01

Le membre 'Ares Zabini' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Le dé ' : 6

--------------------------------

#2 'Le dé ' : 2
Revenir en haut Aller en bas
John Dawlish

John Dawlish


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 185
| AVATARS / CRÉDITS : John Mayer les enfants
| SANG : Mélangé


INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyDim 19 Avr 2020 - 18:48

Évidemment, il pleuvait des œufs en chocolat. Évidemment, les aurors n’avaient pas été prévenus qu’un tel évènement était à l’horaire. Conséquemment, ces œufs n’amenaient rien de bon. Effectivement, les œufs se mirent à éclater et les exclamations de joie se transformèrent en cris d’effroi et de douleur. Vif, l’auror Dawlish dégaina sa baguette et arriva à en faire exploser deux en plein vol. Un aléatoirement au-dessus de la foule, et l’autre quelques mètres en haut de Soyle Hoover. La présence de cette dernière le rendait fou, mais il ne pouvait rien faire de plus pour elle, il ne devait rien faire de plus. Il avait un devoir en tant qu’auror, et c’était celui de protéger la communauté sorcière au complet, pas seulement la femme qui réchauffait ses draps et son cœur. Les dents serrés, l’auror repéra Anselmus Spudmore sortir sa baguette bien trop rapidement et se protéger en faisant exploser un œuf à distance. « Spudmore! » cracha-t-il avec colère. John le savait mêlé à des affaires pas nettes, mais il n’avait pas encore décidé s’il le croyait capable d’autant de violence. Or, avec la vitesse à laquelle le frère de son ami avait réagi, il lui apparaissait maintenant évident qu’Anselmus était aux faits de la présente attaque. Avec la bénédiction de sa sous-cheffe, il se dirigea vers le suspect pour l’interpeler.

PAIR : « ANSELMUS SPUDMORE VOUS ÊTES EN ÉTAT D’ARRESTATION » gueula l’auror en le percutant violement par derrière, non sans avoir placé un de ses pieds devant les siens pour le faire basculer au sol. Aussitôt, John lui écrasa la tête, avec plus de force que nécessaire, contre le pavé de pierre – son enfance moldue le rendait friand des altercations impliquant la force physique – et prononça « incarcérem » en pointant les mains d’Anselmus afin que celles-ci se ligotent dans son dos.  « T’es cuit. T’as l’droit de garder le silence, tout ce que tu diras pourra et sera retenu contre toi etc., tu connais la chanson. » l’avertie John en continuant de le maintenir au sol avec son genou. Une racaille de moins dans les pattes.

IMPAIR : « ANSELMUS SPUDMORE VOUS ÊTES EN ÉTAT D’AAAAAAARRR » commença à crier l’auror avant qu’un homme (Shannon) le percute violemment et le fit tomber au sol. Son assaillant était inerte et son poids l’écrasait. Du coin de l’œil, John vit un œuf rouler vers leur direction. Tous les muscles de son corps se mobilisèrent pour rouler sur Shannon et lever sa baguette… BANG! Trop tard, l’œuf explosa et sa baguette avec lui. Le sorcier senti son âme se briser en même temps que son avant-bras.


Dernière édition par John Dawlish le Dim 19 Avr 2020 - 18:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6679
| SANG : Hasardeuse


INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyDim 19 Avr 2020 - 18:48

Le membre 'John Dawlish' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Anselmus Spudmore

Anselmus Spudmore


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 189
| AVATARS / CRÉDITS : © Thx Agathe
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Randolf, son aîné
| PATRONUS : Un sanglier
| POINTS DE COMPÉTENCE :

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyDim 19 Avr 2020 - 20:14

La gueule et le hoodie empoussiérés mais la baguette à la main, le premier réflexe de Spud fut de chercher Wilda du regard puis Shannon. La première, il ne la trouva pas. Le second, juste à temps pour le voir exploser. Le choc de la détonation - ou de l'émotion - le rendit momentanément sourd à tout sauf à un affreux bourdonnement vissé dans son oreille droite. « SHANNON ! ». Il ne s’entendit pas hurler à plein poumons le nom de son ami, les yeux toujours fixés sur l’endroit où il s’était trouvé une seconde auparavant. Ce ne fut qu’après un temps qu’il lui sembla reconnaître sa silhouette quelques mètres plus loin, mollement remuée par une sorcière sur laquelle l’explosion avait dû l’envoyer. Il courut dans leur direction et le crochet qu’il subit de la part de John Dawlish se trouva d'autant plus violent. « Autsch ! ». Le pavé qui percuta sa tempe lui rendit au moins son audition pour entendre qu’il était en état d’arrestation. « Quoi ? ». En sentant ses poignées se faire enserrer, il comprit qu’il n’avait plus sa baguette à la main et se mit à remuer comme un dingue. « Non … NON ! LÂCHE MOI PUTAIN ! ». Il reconnut John Dawlish d’un coup d’oeil derrière son épaule avant de se faire de nouveau plaquer la gueule dans la poussière avec plus de violence que nécessaire. Sa rage monta vite à la hauteur de son impuissance. « S’il arrive quoi que ce soit, s’il lui arrive quoi que ce soit … je jure que j’te … ».

1 : Une nouvelle bombe explose à côté d’eux suivie d’une déflagration de pavés. Le front barré d’une sale blessure, Spud a perdu connaissance.
2, 3 : Une nouvelle bombe explose quelques mètres plus loin et un nuage de poussière infiltre les poumons du sorcier qui se met à tousser, cracher, voyant une sale mort se profiler. En réalisant que John Dawlish n'est plus sur son dos, il se relève puis s’éloigne en titubant. Des silhouettes de quidam courent et transplanent partout autour, il leur hurle dessus, les supplie. « Mes mains, libérez mes mains ! ».
4, 5, 6 : « ... bute sale fils de cracmol ! ». Pas la chose la plus intelligente à lâcher à un auror qui à son genou entre vos omoplates, mais pas le temps pour une riposte plus finaude. Le bruit des explosions et des cris autour tournent à l’insupportable. La seule chose que redoute le sorcier en cet instant, c’est la vision du carnage lorsque la baguette armée le relèvera.


Dernière édition par Anselmus Spudmore le Lun 20 Avr 2020 - 10:23, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6679
| SANG : Hasardeuse


INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyDim 19 Avr 2020 - 20:14

Le membre 'Anselmus Spudmore' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Glinda Crook

Glinda Crook


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 332
| AVATARS / CRÉDITS : Shelley Hennig (#chevalisse)
| SANG : Mêlé


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Du vomi.
| PATRONUS : Une pie.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyLun 20 Avr 2020 - 0:02

Ecrasée sous le poids du corps de Shannon, Glinda fait face à son visage inconscient. Sous le choc et la douleur, elle ne fait d’abord rien et pendant quelques secondes, tout en reprenant son souffle, elle se contente d’observer les traits si connus, légèrement vieillis de l’homme qu’elle a aimé. Mais sortant soudain de sa torpeur, elle repousse de toutes ses forces le corps qui tombe sur le côté.
En un instant, elle prend conscience de ses rares blessures, causées non pas par une explosion, mais par Shannon. Une douleur lancinante provient de son dos et de sa tête, qui ont amorti leur chute à tous les deux, tandis que ses paumes et ses coudes sont éraflés et en sang. Mais les larmes qui coulent sur ses joues, se mêlant à la poussière, sont causés par la vision du corps de Shannon qui s’offre à elle. Elle est incapable de comprendre d’où vient le sang… Peut-être de partout ? A genou devant lui, elle sort sa baguette, la main tremblante, mais ne sait pas quoi en faire. Elle a déjà suivi des cours de premiers secours, il y a longtemps mais elle est incapable, à ce moment-là, de se souvenir de quoi que ce soit. « A l’aide… » souffle-t-elle si bas que même sans les cris autour d’elle, personne n’aurait sûrement rien entendu.
« Ecoute-moi bien, Shannon O’Mahony. Je t’ai pas largué pour que tu finisses par mourir dans mes bras, qui plus est le jour de mon anniversaire ! En plus de ça, tu me dois une nouvelle robe ! » Elle le secoue un peu, les mains posées sur ses épaules, mais il reste inerte, sans réaction. Si ce n’est le faible mouvement de sa poitrine, elle pourrait croire qu’il avait déjà passé l’arme à gauche. Ses larmes se transforment en sanglots incontrôlables, tandis qu’elle se décide pour appuyer sur une blessure d’où du sang s’écoule. « Putain, mais oui, c’est ça, ignore-moi ! T’es vraiment la pire raclure ! »

______________________________
glinda crook
Revenir en haut Aller en bas
Flora Dawlish

Flora Dawlish


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 646
| AVATARS / CRÉDITS : Emilia Clarke | Sarasvati
| SANG : Mêlé.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Elle-même, abandonnée, seule.
| PATRONUS : un éléphant
| POINTS DE COMPÉTENCE :

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyLun 20 Avr 2020 - 1:00


La joyeuse humeur de Flora s'évapora brusquement lorsqu'un oeuf tomba devant elle, qui perchée sur son toit, le vit tomber par terre. Le sourire de la sorcière s'éteignit brusquement, elle retira ses oreilles de lapins en se mettant debout sur les tuiles. En fait, il n'y avait pas un oeuf, mais plusieurs dizaines qui tombaient tout le long du Chemin de Traverse. Loin d'avoir vu le mangemort non loin d'elle, qui était caché encore pour l'instant par un sortilège de désillusion, elle vit avec horreur un oeuf exploser dans la ruelle marchande. Des hurlements se succédèrent et Flora intercepta le regard de Maugrey qui essuyait sa première explosion. Loin de craindre la mort, l'Auror transplana immédiatement dans la ruelle marchande en proie aux bombes. Elle jeta un protego sur quelqu'un, au hasard, en s'avançant baguette en main... Avant d'apercevoir son frère en lutte avec un homme au sol. Elle allait s'approcher de lui en courant lorsqu'un visage connu attira son attention. « GALAAD ? » s'écria-t-elle épouvantée par son état. Elle faillit tomber à ses côtés mais un sorcier s'occupait déjà de lui. Un hurlement plus proche la fit se retourner avec stupeur. La jeune femme laissa Galaad aux mains de l'homme pour s'avancer, hébétée, sur le Chemin de traverse. Un œuf roula à côté d'elle et elle le pointa de sa baguette...

PAIR | L'oeuf explose, mais il est assez loin d'elle et Flora est propulsée sur un mètre. Plus de peur que de mal, elle s'érafle le bras, mais l'adrénaline l'empêche de souffrir. Elle se remet sur pied en un claquement de doigt et se précipite vers le premier blessé qu'elle voit, Addison Yaxley. « Addison ! » s'écrie-t-elle, de nouveau épouvantée par le sang qui coule de son dos, « ne bouge pas, je vais... je vais... ». Elle va quoi ? Flora n'est pas très douée en médicomagie, ce n'est pas sa spécialité. Elle tente néanmoins un petit quelque chose, qui referme les ouvertures mineures.
Les consignes de Raven Fawkes tombent alors. Mais comment identifier un comportement suspect alors que tout n'est que hurlement, peur, et douleur ? Elle voit néanmoins quelque chose bouger sur les toits, mais incertaine de savoir s'il s'agit de Maugrey, ou de quelqu'un d'autre, elle reste au sol.


IMPAIR | L'oeuf n'explose pas, et Flora continue de courir pour passer à côté de son frère pour aller vers Soyle, gravement atteinte aux bras. La jeune femme lui jette un sortilège d'anesthésie pour que la douleur passe pendant un temps, au moins : « Tu dois absolument transplaner pour Sainte-Mangouste ! » la presse-t-elle en la poussant légèrement de la main, « vite vite, va t'en ! ». Les consignes de Raven Fawkes tombent alors. Mais comment identifier un comportement suspect alors que tout n'est que hurlement, peur, et douleur ? Elle voit néanmoins quelque chose bouger sur les toits, mais incertaine de savoir s'il s'agit de Maugrey, ou de quelqu'un d'autre, elle reste au sol.


Dernière édition par Flora Dawlish le Lun 20 Avr 2020 - 1:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6679
| SANG : Hasardeuse


INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyLun 20 Avr 2020 - 1:00

Le membre 'Flora Dawlish' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Shannon O'Mahony

Shannon O'Mahony


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque.

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque.
| HIBOUX POSTÉS : 456
| AVATARS / CRÉDITS : Diego Luna | jenesaispas
| SANG : Né-moldu. D'ascendance irlandaise et colombienne.


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Lui-même, mort noyé, dévoré par les crabes.
| PATRONUS : Léopard des mers
| POINTS DE COMPÉTENCE :

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyLun 20 Avr 2020 - 23:45

Tout ne semblait être qu'une succession d'explosion, de brouhaha, de pleurs et de cris. La déflagration qui propulsa Shannon sur Glinda Crook, il ne la sentit par vraiment tant il perdit connaissance rapidement. Les blessures étaient tellement profondes qu'il était miraculeux, à ce stade, qu'il ne soit pas mort. Repoussé au sol, il ne sentit rien. Sa conscience déviait bizarrement dans son esprit, il savait que quelque chose n'allait pas sans néanmoins savoir où était le problème. Il entendait au loin le son des cris et des bombes qui explosaient toujours tout comme il sentait aussi des mains qui le touchaient sans pourtant le réveiller encore. Shannon eut l'impression que cela durait une vie. Confusion, étonnement, perplexité. Ce qui le ramena à la réalité, outre la douleur qui touchait vraisemblablement chaque cellules de son corps, ce fut l'insulte vaguement entendu professée par Glinda à son encontre. Glinda ?
L'irlandais ouvrit faiblement les yeux et la douleur le toucha d'autant plus qu'il poussa un gémissement déchirant. Son regard se posa sur la première chose qu'il vit en battant des cils, quelqu'un était penché au dessus de lui en train de sangloter et il ne comprenait rien, l'esprit embrumé par la douleur et les oreilles assourdies par le choc de la déflagration qu'il avait prise de plein fouet. Néanmoins, lorsqu'il réalisa, quelques secondes plus tard, où il était, et ce qu'il ressentait, c'est avec une clairvoyance insupportable qu'il réalisa la vérité. Nul besoin de voir pour savoir qu'il était gravement blessé, et nul besoin qu'on le lui dise pour sentir qu'il perdait du sang. « Je vais mourir » fit-il difficilement à Glinda d'un ton sans doutes. Il ne l'avait même pas dit comme s'il se plaignait. C'était une évidence et c'est comme telle qu'il formula sa sentence. S'il n'était pas amené à l'hôpital immédiatement, il serait mort dans la demi-heure suivante. Il leva péniblement sa main calleuse pour la poser sur celle de la jeune femme qui peinait à arrêter le flot continu de sang et il agita vaguement son pouce sur le dos de la main de Glinda. Pour la rassurer elle, ou le rassurer lui ? Le jeune homme aurait voulu lui dire de partir. En avait-il seulement envie ?

Quelles pensées a-t-on avant de mourir ? Bonne question.

Un esprit avisé dirait de la peine, une conscience plus implacable dirait de la peur et une autre plus réaliste dirait des regrets. Shannon ressentait beaucoup de regrets à ce moment-là. Il sentait son cœur propulsé par l'adrénaline du corps qui cherche à survivre. Il détourna enfin les yeux du visage de Glinda pour les poser sur le ciel dans lequel il vit flotter la marque des Ténèbres, et c'est avec cette triste image qu'il perdit de nouveau connaissance, pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Gina Da Valle

Gina Da Valle


COTÉ DU MAL
La méchanceté s'apprend sans maître.

COTÉ DU MALLa méchanceté s'apprend sans maître.
| HIBOUX POSTÉS : 118
| AVATARS / CRÉDITS : Naomi Scott ✫ (c)avenged inchains
| SANG : Officieusement Sang-Mêlé, Officiellement Sang-Pur


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une femme enceinte.
| PATRONUS : Un Renard.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyMar 21 Avr 2020 - 20:37

Sainte-Mangouste était en effervescence, le dictame et le philtre de paix devenaient monnaie courante et les urgences étaient débordées. Un autre attentat, pendant sa journée de garde. La dernière fois que les urgences avaient été ainsi... en fait elles ne l'avaient jamais été, même lors de l’inauguration du musée. On ne pouvait plus dire que les médicomages portaient une blouse blanche, plutôt une blouse tachée de sang et d'autres substances étrange. Gina ne savait plus où donner de la tête entre le lit 4 où une jambe manquait et le  lit 12 où se trouvait une femme brûlée au deuxième degré. Les instructions étaient données dans tout les sens : crèmes, potions, intubations, mais le pire devait très certainement l'homme qu'elle avait dû envoyer dans un hôpital moldu, où ils disposaient de technologies plus avancées. « Da Valle ! » avait hurlé un guérisseur-en-chef « Prenez une équipe et allez immédiatement sur place. On manque de temps ! » Elle avait obéi, très certainement la meilleure chose que son supérieur ait pu dire de la journée, trois médicomages et deux infirmiers l'avaient suivi sur le chemin de traverse, désormais recouvert d'un dôme protecteur.  « Nous sommes protégés, mais les risques sont toujours présents. N'oubliez pas de garder la tête froide. » déclara-t-elle grave avant de sortir des bracelets de couleurs. « Vous devez repérer les patients qui peuvent attendre et ceux qui ont tout de suite besoin d'être transportés à Sainte-Mangouste. Quatre couleurs : vert, jaune, rouge et noir. Le dernier ne doit être utilisé qu'en cas d'extrême urgence. Compris ? » fit-elle à toute vitesse, moins elle parlait, plus de patients seraient sauvés. Tout le monde avait compris. Ils se dispersèrent rapidement, déposant des bracelets colorés en fonction de l'urgence vitale de la personne.

Son regard se posa sur Ares Zabini, médicomage, la jeune femme courrait comme une folle dans sa direction en tentant d'éviter les débris, trop de patients graves se trouvaient désormais dans son champ de vision : un homme qui pourrait définitivement perdre son oeil et une jeune femme appelant à l'aide pour son compagnon dont elle n'arrivait pas à distinguer le visage. Le choix fut rapidement fait. « Zabini ! » hurla-t-elle pour qu'il la voit, elle lui lança trois fioles : du dictame, un philtre de paix et une potion permettant d'arrêter des saignements, plus proche cette fois-ci, elle lui glissant plusieurs exemplaires de bracelets dans les mains, observant l'état du jeune homme dont il s'occupait. « Mets lui un bracelet jaune. Il peut attendre. Occupe toi de lui. » fit-elle rapidement en montrant l'hémorragie occulaire du doigt. « Bracelet noir. On s'occupe du reste, concentre toi sur lui. » cria-t-elle en s'éloignant en direction de la jeune femme qui appelait à l'aide, le nom qu'elle entendit la fit s'arrêter net. Shannon. Si il s'agissait bien du Shannon auquel elle pensait, il n'avait certainement pas le droit de mourir. Cet abruti. Elle prit un instant pour constater les dégats : plaies ouvertes à profusion, une au niveau du torse - compression en cours, belle initiative - une jambe très certainement fracturée, une épaule en compote et des brûlures au troisième degrés multiple. Le bilan était mauvais, il allait falloir agir rapidement.

Elle balança sa mallette au sol, retroussant les manches de sa blouse, elle lui mis un bracelet noir au poignet. « Ca va aller. Concentrez vous sur la compression, peut-importe ce qu'il se passe. Vous y arriverez ? » fit-elle à la jeune femme en faisant boire à Shannon un filtre de paix, même si elle n'avait pas été proche plus que cela, elle l'avait vu vu rire, sourire lorsqu'elle était encore aux côtés d'Athos. Pas proches certes, mais ils s'étaient côtoyés bien trop souvent pour qu'elle le traite comme un étranger. Il était inconscient. Merde. Elle stoppa diverses hémorragies externes avec les fioles de potions qu'elle possédait, c'était le carnage. Elle ne savait pas comment il pouvait encore respirer. Deux doigts sur son poignet, un constat inquiétant fit surface, son pouls ralentissait beaucoup trop rapidement. Oh non. La jeune femme évita les bras penchés sur lui servant encore de compression, déchirant les pauvres restes de son hauts, elle entama un massage cardiaque. « Shannon. Je te jure que si tu meurs comme ça, je viendrais te tuer de mes propres mains de l'autre côté et Athos arrivera bien vite après moi. » fit-elle essouflée avant de lui pincer le nez pour entamer un bouche à bouche. Stop. Prise du pouls. « Il est revenu, il va falloir être rapide avant qu'on ne le perde définitivement. A trois, vous lâchez, ok ? » fit-elle en s'emparant d'une fiole de dictame d'une main et de la dernière fiole anti-hémoragique dans l'autre.

« Un. » Elle déboucha la première fiole. « Deux. » Elle déboucha la deuxième. « Trois ! » L'une après l'autre, les fioles se vidèrent, tandis qu'elle maintenait la chair avec son poignet. Plus vite. Plus vite. Les plaies extérieures étaient refermées, mais pour autant, cela ne signifiaient pas qu'il était hors de danger, elle devait l'emmener à Sainte-Mangouste immédiatement. « Votre nom ? Je vais l'emmener avec moi. » fit-elle à la jeune femme en sortant sa baguette. « Je vous contacterai, Miss Crook. Jusque là, essayez de voir si vous pouvez aider quelque part. S'il vous plait. » fit-elle en faisant un geste de baguette, un bras passé pour le torse du blessé pour le transporter avec elle.

PAIR : Le transplanage parvient à son terme. Gina et Shannon arrivent à l'hôpital en un seul morceau, d'autres médicomages interviennent pour l'aider à le déplacer. Des mallettes de potions et les infirmiers arrivent en trombe pour soigner Shannon. L'intervention se passe bien, il n'y a plus qu'à attendre qu'il se réveille, une semaine tout au plus.

IMPAIR : La transplanage parvient à son terme, mais l'atterissage est violent, les plaies de Shannon s'ouvrent à nouveau, l'italienne se bat comme elle peut avant l'arrivée des autres médecins, les complications s'enchainent les unes après les autres, un rein est touché. Les heures passent tandis que les trois médicomages s'occupent de lui avant d'arriver à le stabiliser. Seul le temps pourra dire ce qu'il adviendra de Shannon. un mois, deux mois, un an peut-être ? Les séquelles seront présentes, mais à quel point ?
Revenir en haut Aller en bas
Le dé

Le dé


| HIBOUX POSTÉS : 6679
| SANG : Hasardeuse


INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyMar 21 Avr 2020 - 20:37

Le membre 'Gina Da Valle' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Le dé ' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Evan Talbott

Evan Talbott


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 265
| AVATARS / CRÉDITS : Sam Heughan
| SANG : Pur, bien sûr


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD : Une une de journal précise...
| PATRONUS : Une chouette
| POINTS DE COMPÉTENCE :

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyMar 21 Avr 2020 - 21:09

Les hurlements de douleurs, les explosions, les éclaboussures de sang... Cette rue ressemblait à un vrai champ de bataille. Les sourires et les glaces partagées avaient laissé place à des corps sans vie gisant à même le sol, parfois même piétinés par ceux qui tentaient d'échapper aux oeufs piégés.
Evan ne cessait d'avancer vers Gardenia Powell, il devait les mettre à l'abri, elle et le bébé. Moran était un de ses meilleurs amis, il se devait de protéger sa famille. En plus, Gardenia était vraiment une femme adorable. Alors qu'il se précipitait vers elle, un oeuf explosa à côté de la blonde, qui parvint néanmoins à propulser la poussette de son fils loin du danger. Malheureusement, un homme habillé de noir approcha de l'enfant, et le pris dans ses bras...  "LACHEZ-LE !" cria Evan, en tentant de se faire entendre malgré les cris. L'homme transplana, avec Aedhan dans les bras. Le visage du jeune Talbott se transforma en rictus, mêlant douleur de par sa blessure et haine, de par les événements. Pourquoi prendre le bébé ? Qui prenait des bébés lors d'un événement aussi tragique ? Y-avait-il une once d'espoir que ce soit avec de bonnes intentions ? Pour protéger le petit ? Il fallait l'espérer, parce que l'homme avait transplanté et qu'on ne pouvait rien faire pour le moment.
Evan vit un jeune homme aller auprès de Gardenia, mais hors de question de ne pas vérifier son état. Arrivée au côté des deux sorciers, Evan s'agenouilla auprès d'eux. "Gardenia, tu m'entends ? Tu peux bouger ?" demanda-t-il d'une voix forte, espérant qu'elle n'avait pas perdu conscience. Il inspecta rapidement la blonde : un bras dans un sale état et des brûlures. Il releva ensuite le visage vers le jeune homme et riva son regard au sien. "Et vous, vous allez bien ? Vous seriez capable de transplaner avec elle ?" l'interrogea-t-il. Ils devaient faire vite, Sainte Mangouste serait bientôt surchargé de patients tous dans des états catastrophiques.
Evan jeta un coup d'oeil à son épaule : ce n'était pas joli. La douleur était là, bien présente et lancinant, mais il n'avait pas le temps de s'en occuper. Il était hors de question de partir tant que Gardenia n'était pas en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Wilda Griffiths

Wilda Griffiths


COTÉ DU BIEN
On n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.

COTÉ DU BIENOn n'emporte avec soi que le bien qu'on a fait.
| HIBOUX POSTÉS : 567
| AVATARS / CRÉDITS : Daisy Ridley
| SANG : Mes deux géniteurs sont sorciers, mais ma lignée n'est très certainement pas pure (même si mon père est un Nottt)


Caractéristique du sorcier
| EPOUVANTARD :
| PATRONUS :
| POINTS DE COMPÉTENCE :

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 EmptyMer 22 Avr 2020 - 2:34

La poursuiveuse répondit aux encouragements de Shannon par un sourire forcé aux tendances sarcastiques, puisque ce ne pouvait être que baveur, et fusilla du regard Anselmus Spudemore, en imaginant plusieurs manières qui s’offrait à elle pour le noyer dans sa potion. Il fallu qu’elle y mette tous ses efforts pour ne pas faire une grimace au cadet des Spudemore – notamment se rappeler qu’elle avait des obligations contractuelles d’adopter un comportement professionnel. Alors qu’ils quittaient la boutique, la sorcière se reconcentra à offrir des sourires à son étrange audience et à répondre à certaines questions – oui, il fallait quand même dire « hop » à ce balai pour pouvoir l’enfourcher. Cependant, elle sembla vite perdre l’attention des visiteurs qui se ruaient maintenant vers la sortie, des œufs tombaient du ciel? Avant qu’elle n’ait eu la chance de déterminer si c’était une bonne ou une mauvaise chose, des explosions se firent entendre et tous paniquèrent. Dans un premier temps, la boutique trembla violemment et un imposant lustre tomba sur le présentoir à balai, le cassant d’un coup. Wilda lâche un cri de frayeur et vis un œuf rouler à l’intérieur de la boutique, non loin de là.

PAIR : Son regard tomba sur le gamin fils de Falcon, qui avait visiblement perdu son père. Elle se précipita sur lui, l’entoura de ses bras, les orienta tout deux dos à la bombe et ferma les yeux en attendant qu’elle détonne et en espérant qu’ils survivent. L’œuf explosa et, si elle n’avait eu se robe et son équipement de Quidditch, la peau de son dos serait probablement à sang. Par change, seul son bras gauche fut durement touché : un éclat déchira profondément sa chaire et sectionna son tendon. Un tendon sectionné, pour un ailier gauche, signais le report de son début de carrière, et ce, de plusieurs semaines. De chaudes larmes de douleurs et de panique coulaient sur ses joues et, ultimement, sur le crâne blond du gamin.

IMPAIR : L’œuf explose, brise la poutre porteuse et une section de la boutique s’effondre. La section sous laquelle Wilda se trouvait, évidement. Elle est assommée par une partie du plafond et un montant de bois lui casse les deux tibias – rien qui ne se répare pas facilement. La joueuse des Harpies est evanouie et ensevelie, mais bien en vie. En espérant que quelqu’un la trouve rapidement et qu’un autre œuf n’explose pas.

______________________________
HARPIES DE HOLLYHEAD
L'art de lancer des souaffles dans des trous ▬ quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch quidditch  quidditch  quidditch  quidditch  quidditch


Dernière édition par Wilda Griffiths le Mer 22 Avr 2020 - 2:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques... - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas

INTRIGUE ADULTES | AVRIL 1978 | Un si joyeux week-end de Pâques...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Hors-jeu :: La pensine :: 
Année 1977-1978
-