GRYFFONDOR : 20 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 58 pt | SERPENTARD : 2 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !

Partagez

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Marlene McKinnon

Marlene McKinnon


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 1200
| AVATARS / CRÉDITS : © Thx Agathe
| SANG : ⊰ Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptyDim 26 Avr 2020 - 20:57

Le point commun le plus frappant entre Ste Mangouste et n’importe quel hôpital moldu, c’était celui fâcheux de la nourriture de la cafétéria. Marlene avait pris l’habitude d’apporter à Caradoc un sandwich et une pâtisserie du Tsarducks lorsque leur pause déjeuner matchait. Elle mêlait ainsi sa robe rose d’esthétimage aux robes vertes des médicomages. L’Ordre du Phoenix n’incitait pas toujours aux conversations les plus légères, ici au moins impossible d’aborder quelque dangereuse affaire. La sorcière aimait bien ces moments-là, plus banals, qu’elle partageait avec son grand-frère à parler du dernier match de quidditch ou à se moquer gentiment du nouveau look de leur vieux père. C’était même ses préférés et pour cette raison sans doute, elle ne trouva pas l’occasion de lui glisser une requête qui lui pesait lourd sur le coeur ces derniers temps …

Cela faisait plus de deux années maintenant qu’elle portait sur l’avant-bras la signature de son agression par Amycus Carrow. Elle avait presque fini par s’y habituer, et cela plus qu’autre chose, l’avait convaincue qu’il était grand temps de s’en débarrasser. Après avoir abandonné son frère à son éternelle mission de sauver des vies devant l’ascenseur, elle traîna un peu sa baguette et ses groles au quatrième étage. Elle ne pouvait jamais s’empêcher, avant de partir, de jeter un coup d’oeil de l’autre côté de la vitre de la salle 49. Il y avait là-bas un sorcier dont la tête avait été remplacée par une gigantesque citrouille depuis l’automne dernier. L’anecdote derrière l’accident piquait forcément sa curiosité. La sorcière ne regardait pas devant elle en marchant et fatalement, bouscula l’épaule d’un sorcier de passage. « Oh merd ... lin ! » se tourna-t-elle vivement en espérant que l’accident ne suscite aucun enchaînement de catastrophes (sa grande spécialité). Mais il n’y avait devant elle qu’un médicomage au visage familier, et aucune potion renversée à ses pieds. « Hé, Arès ? Bonjour ! On s’est déjà croisés à la cafétéria. Je suis Marlene, la soeur de Caradoc ». Elle lui tendit la main sans être sûre qu’il se souvienne d’elle en retour. Ils n’avaient jamais parlé très longtemps mais lui l’avait marquée.
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptyDim 3 Mai 2020 - 19:03

3 juin 1978

Sept mois. Cela faisait aujourd’hui exactement sept mois qu’Adonis Bulstrode avait suspendu Arès de son service et il n’était toujours pas passé devant le conseil de discipline.  Ce n’était pas normal et en même temps cela rassurait Arès. Le souhait de Bulstrode était de le voir exclu de l’hôpital le plus rapidement possible. Si les choses prenaient autant de temps c’était que tant que l’audience disciplinaire n’avait pas eu lieu, Bulstrode n’était pas obligé de réintégrer le médicomage dans son équipe.  Même s’il rêvait de réintégrer son service qu’il affectionnait tant, il fallait avouer que le jeune médicomage se plaisait à passer du temps dans les autres services.  Le seul problème était que cela dépendait du bon vouloir des guérisseurs en chef desdits services et surtout des urgences.  Grace à Razvan, il travaillait depuis sa suspension 3 jours par semaines au service de pathologies des sortilèges. Pour les autres services, c’était plus variable.  

Mais à toute chose malheur est bon,  les attentats du chemin de traverse avaient été un véritable drame mais ils avaient aussi mis l’hôpital sous tension et les besoins de renforts s’étaient fait sentir dans tous les services. Evidemment, Bulstrode était bien trop fier pour avoir rappelé Arès mais tous les autres guérisseurs avaient accordé des créneaux horaires à Ares ces 15 derniers jours. Merlin que c’était bon d’être de retour à temps plein dans cet hôpital. Arès adorait l’effervescence qui régnait dans les couloirs.

Ce matin là, Arès était au service des pathologies des sortilèges. Un service qu’il connaissait presque aussi bien que le sien depuis qu’il a passait la plus grande partie de son temps depuis sa suspension. C’était vraiment fascinant, et en même temps effrayant, de voir ce qu’un sortilège raté pouvait causer comme dégâts. Vous n’avez qu’à regarder cet homme à la tête de citrouille de la salle 49 ! Il est là depuis halloween.  Personne n’a réussi à faire disparaître cette tête de citrouille.  La matinée avait passée à la vitesse d’un vif d’or.  Arès s’était occupé de trois patients. Le premier avait voulu métamorphoser un pot de fleur en théière et en utilisant la baguette de sa femme, plutôt que la sienne.  Ne voulant pas lui obéir cette dernière a jeté le sortilège non pas sur le pot de fleur mais sur le visage de l’homme.  Non seulement, l’homme se retrouvait avec une théière à la place du visage mais en plus de l’eau bouillotante lui sortait par les oreilles et la bouche qui elles ne s’étaient pas métamorphosées.  Il était plus chanceux que l’homme à la tête de citrouille, Caradoc,  Razvan et Arès avaient ensemble réussi à rendre à l’homme sa tête normale.  Personne n’avait cependant osé lui offrir une tasse de thé. Ensuite, Arès  s’était occupé d’un sorcier victime d’un maléfice de chauve-furie tellement puissant que les créatures continuaient à suivre le sorcier partout depuis 5 heures. Le  visage du jeune homme était tellement défiguré qu’on aurait juré qu’il s’était pris des dizaines de cognards dans la figure. Le troisième sous le coup d’un enchantement, ne pouvait pas s’arrêter de danser et chanter, c’était d’autant plus irritant qu’il chantait comme un chaudron.  Fatigué de sa matinée,  mais Merlin ce qu’il aimait cette fatigue, Arès se dirigeait sans regarder devant lui vers la cafétaria lorsqu’il percuta quelqu’un. Il n’eut pas le temps de s’excuser que déjà la jeune fille, plutôt charmante pour qui aimait les courbes féminines, s’excusait d’un juron avant de poursuivre « Hé, Arès ? Bonjour ! On s’est déjà croisés à la cafétéria. Je suis Marlene, la soeur de Caradoc ». Evidemment qu’il se souvenait d’elle. Comment oublier ce moulin à parole toujours en train de parler de ses combats pour une société plus juste.  Malgré tout, il l’avait toujours trouvée sympathique et il fallait avouer que certains de ses combats n’étaient pas illégitimes même si Arès était plutôt neutre sur tous ces sujets. Surtout dans la mesure où il avait toujours cherché à s’intégrer aux sphères des sangs purs, il pouvait difficilement les critiquer. Mais plus le temps passait, plus il se demandait si les révolutionnaires n’avaient pas raison. "Salut Marlène. Tu vas bien ?  Désolé pour la bousculade. Si tu cherches Caradoc, il est sur une grosse intervention... " commenta le médicomage en la gratifiant d’un sourire après avoir parlé à une allure digne d’un record. Il était pressé. Pressé d’aller manger pour vite retourner au travail.  Il voulait profiter de chaque seconde de ce travail qui lui manquait tant.


Dernière édition par Ares Zabini le Sam 24 Oct 2020 - 15:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marlene McKinnon

Marlene McKinnon


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 1200
| AVATARS / CRÉDITS : © Thx Agathe
| SANG : ⊰ Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptyLun 4 Mai 2020 - 16:50

Une qualité dont ne disposait pas Marlene c’était de savoir read the room. N’importe qui aurait compris que le médicomage, dont la fonction principale était de sauver des vies, était pressé ; notre sorcière pas vraiment. C’est que elle-même débitait naturellement des flopées de paroles à toute allure, elle n’y devinait donc pas toujours chez les autres un signe d’empressement. Lorsque Ares voulut la dépasser, elle fit un pas du même côté et ils manquèrent de peu une seconde occasion de se bousculer. « Marrant ! ». Ou juste chiant ? Elle n’était pas toujours aussi maladroite. Le fait est qu’elle ne se sentait présentement pas très à l’aise. « Je ne cherche pas Caradoc, plutôt le contraire en fait ! » commença-t-elle à parler à voix basse. Elle glissa un regard assez urgent au médicomage et parla enfin … avant qu’il ne lui devine un maléfice sexuellement transmissible, ou encore pire, un enfant à naître. « J’ai rencontré un petit problème de sortilège il y a deux-trois années et j’aimerais bien corriger ça disons … discrètement. Le serment d’Hippocrate, ça existe aussi chez vous ? Un vague truc qui serait appelé secret médicomagical peut-être ? » rigola-t-elle sans que le coeur y soit du tout. Les références moldues manquaient généralement aux sorciers pour comprendre ses meilleures blagues.

La sorcière savait généralement pourquoi elle parlait autant, sinon ses interlocuteurs, mais en cet instant plus vraiment. La couleur de ses joues rougissait plus rapidement qu’un rapeltout et son coeur battait à vive allure. Elle ne se voyait pas, n’arrivait pas à formuler de manière normale, le problème qui la concernait. C’était beaucoup trop douloureux et stupide à la fois. Elle fit si rapidement volte-face qu’il était heureux que le médicomage rencontré ne travaille pas au département qui traitait des troubles mentaux. « Tu sais quoi, oublie en fait, je divague complétement … je cherchais juste la sortie ! ». La griffonne ne fuyait que peu souvent, elle avait pourtant couru pour échapper à un combat perdu d’avance cette nuit-là. Elle souhaitait en cet instant et avec la même urgence transplaner loin d’ici. L’angoisse qu’elle avait véritablement ressentie lors de son agression montait à nouveau. Il y avait jusqu’aux odeurs de potions si caractéristiques des couloirs de Sainte-Mangouste qui lui montaient à la tête pour le rendre malade. Tout comme cette nuit-là.
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptyDim 9 Aoû 2020 - 22:55

Dans n’importe quel autre lieu qu’un hôpital, on aurait trouvé le comportement d’Arès très impoli. Dans un hôpital, et pour un médicomage, c’était différent.  La petite sœur de Caradoc n’était vraisemblablement pas familière de la vie quotidienne d’un hôpital. Non seulement, elle manqua de cogner une seconde fois le médicomage en ne comprenant pas qu’il cherchait à partir, mais en plus elle continua à parler. Il fallait bien reconnaître qu’elle était volubile.  « Je ne cherche pas Caradoc, plutôt le contraire en fait ! ». Que voulait-elle dire par là ? Pourquoi était-elle à l’hôpital, si elle cherchait à éviter son frère ? Avait-elle donc un problème médical ? Un problème honteux qu’elle ne pourrait pas assumer devant son frère ? Avait-elle choppé une maladie avec les poils de harpie ? Il n’eu pas vraiment le temps de réfléchir à son problème, que la jeune sorcière se remit à parler comme si on l’avait ensorcelée pour le faire « J’ai rencontré un petit problème de sortilège il y a deux-trois années et j’aimerais bien corriger ça disons … discrètement. Le serment d’Hippocrate, ça existe aussi chez vous ? Un vague truc qui serait appelé secret médicomagical peut-être ? ». Arès qui s’apprêtait à s’en aller se stoppa net.  Il se devait de l’aider. De quoi pouvait-elle avoir tant honte pour ne pas en parler à Caradoc ? « Tu veux dire le serment d’Appolon ? Dieu de la médicomagie ? » . Il laissa échapper un petit rire. De quoi parlait-elle ? Qui donc était Hippocrate ? On dirait un nom de créature. Sûrement le serment qu’on a dû lui faire prêter  chez la Harpie Poilue.  Etait-ce parce qu’il avait rigolé, que soudainement, elle prétendit qu’il n’y avait rien ? . « Tu sais quoi, oublie en fait, je divague complétement … je cherchais juste la sortie ! » .Ou bien était-ce parce qu’elle avait peur qu’il dise quelque chose à Caradoc ? Le jeune métisse attrapa la jeune fille par le poignet pour la tirer dans une salle vide. Une fois à l’intérieur, il la verrouilla d’un geste de la baguette  et une lumière rouge indiquant que la pièce était occupée brillait à présent à l’extérieure de la porte.   « Allons Marlène, je sais que tu ne divaguais pas.  Dis-moi. Qu’est-ce que c’est que ce sortilège ? » . Sa question était à la fois sincère et préoccupée. Un silence s’installa l’espace de quelques secondes entre-eux.   « Je ne dirais rien à Caradoc promis !  Sur la vie d’Ava » . Tout le monde savait à quel point il était proche de sa propre sœur.  Il ne jurerai pas vainement sur sa vie.  
Revenir en haut Aller en bas
Marlene McKinnon

Marlene McKinnon


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 1200
| AVATARS / CRÉDITS : © Thx Agathe
| SANG : ⊰ Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptyLun 7 Sep 2020 - 13:42

Lorsque Ares attrapa Marlene par le poignet, la sorcière se laissa mollement transporter, comme si on l’avait métamorphosé en poupée de chiffon. Ses jambes semblaient en effet faites de coton. La porte que le médicomage avait refermée absorbait un peu l’agitation extérieure, cette salle était plus obscure que le couloir. La sorcière s’apaisa naturellement, cessa de se cogner contre cette cloche de verre et surtout, laissa tomber le masque affable.

Le regard d’ébène du médicomage était planté droit dans le sien, il avait à la fois une voix grave et calme, qui apaisait. Marlene se demanda si son aîné s’exprimait également ainsi lorsqu’il faisait face à des patients. Car elle devinait bien que c’était cette posture qu’elle occupait maintenant, et cette simple idée déforma finalement ses traits. Elle renifla en s’exprimant et laissa rouler les deux premières larmes qu’elle ne savait plus retenir. Sa gorge était trop nouée pour pouvoir correctement expirer le moindre son alors elle se contenta de relever la manche qui dissimulait l’avant-bras que Amycus Carrow avait mutilé à la fois d’une insulte et du faute d’orthographe. Heinpur. Ce n’était pas une marque de bière, ni le nom d’un groupe de rock, qu’elle avait voulu immortaliser sur sa peau. Contrairement à ce qu’elle racontait avec un large sourire mensonger à qui l’interrogeait. Non, cela la distinguait par son sang comme il s’agissait d’une tendance partagée par bon nombre d’idiots plus ou moins dangereux. Impure. « Je voudrais que ça disparaisse - sa voix était un couinement étranglé - La marque et le souvenir ».

______________________________
Ordre du Phénix
La jeunesse conférait l'invulnérabilité, l'immortalité, cette conviction inébranlable que pour vous les choses seraient différentes. Un sortilège ne s'échapperait jamais en sifflant pour ne laisser que le néant.


Dernière édition par Marlene McKinnon le Lun 9 Nov 2020 - 13:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptyMar 15 Sep 2020 - 23:36

Le médicomage espérait que dans l’intimité de cette salle, la jeune sorcière allait se détendre et pouvoir lui confier la raison de sa visite et qu’il allait surtout pouvoir l’aider.  Il la regardait avec un regard bienveillant, presque fraternel. Après tout, lui aussi avait une petite sœur. Il voulait qu’elle comprenne, qu’elle était plus qu’une simple patiente pour lui. Elle était la sœur de son ami, et donc un peu comme sa sœur à lui.  Lorsqu’il vit des larmes perler le long de ses joues rosées, il attira d’un geste de la baguette un paquet de mouchoir posé sur une table de chevet. Du bout du mouchoir, il sécha ses larmes, tout en posant sa main sur son poignet. Un geste affectueux qui se voulait rassurant. En psycho-magie, il avait appris que lors de la tristesse, on avait besoin de contenance, d’affection. Elle libéra sa main non pas pour repoussée son geste, qui semblait l’avoir apaisée, mais pour s’en servir pour soulever sa manche. Qu’allait-elle lui montrer ? Il espérait une seule chose, que ce ne soit pas la marque des ténèbres.  Serment d’Apollon ou pas, ne serait-il pas obligé de dénoncer la présence du telle marque, s’il ne voulait pas être accusé de complicité ? Il laissa échapper un soupire de soulagement, lorsqu’il constata une écriture à la place de la marque.  

Il s’approcha pour déchiffrer le message. De quoi pouvait-elle avoir si honte ? H-E-I-N-P-U-R Que cela voulait donc dire ce mot inconnu. Il plissa les sourcils. « HEINPUR ? Qu’est-ce que  » « ça veut dire », aurait-il dit, s’il avait fini sa phrase. Mais avant de la terminer, il avait déchiffré le message. Un « OH» de stupeur et d’effroi vint remplacer le « ça veut dire » après son « qu’est-ce-que ». Comment pouvait-on faire cela. Comment pouvait-on marquer quelqu’un, lui mettre une étiquette comme un animal ou un objet. Né dans une famille de sang pur attachée à la pureté du sang, il n’avait jamais été un fervent militant de la cause des « impurs » mais il trouvait cela tout bonnement abject. Il ne pouvait s’empêcher de s’imaginer à son tour avec un tatouage marquant « nègre » , « negro », « esclave », « elfe de maison », « babouin » ou autre mot d’oiseau qu’il avait pu entendre. « C’est abject» lança-t-il sèchement avec dégout.  Cet événement lui ouvrait quelque peu les yeux sur les discriminations, les injustices et le fait que la lutte pour les droits des noirs n’était pas si éloignée de la lutte pour les droits des sorciers de sang mêlés ou d’une famille moldue. Ils étaient tous victimes de la dictature du conservatisme des sangs purs.  Il s’apprêtait à lui confier les raisons de sa suspension, le racisme de Bulstrode, mais il n’en eut pas le temps car la sorcière vint rompre le silence. Peut-être le ferait-il plus tard. «Je voudrais que ça disparaisse  » dit-elle la voix toujours frêle. Une voix qui contrastait avec la jeune femme forte qu’elle était.   «La marque et le souvenir » continua-t-elle.  Il lui adressa un sourire apaisant accompagné d’un hochement vertical de la tête. Il voulait s’engager sans rien promettre, car il n’était pas sûr d’avoir les compétences de rompre ce sort.

D’un geste de la baguette, il caressa la mutilation qui ornait le bras de la jeune fille, comme pour s’en imprégner. Il devait comprendre, comment avait été jeté ce sortilège pour le défaire.  De l’énergie négative qui se dégageait de sa baguette et se déchargeait dans son corps, il sentait la magie noire. Il percevait que cela avait été douloureux, et il était très probable que l’enlever fasse tout aussi mal. La magie noire laissait des traces. « Pour la mémoire que préfères-tu ? Un oubliette concentré sur ce souvenir, qu’il faudra me partager,  ou une potion ? » lui demanda-t-il, tout en se demandant s’il ne devait pas garder ce souvenir prisonnier d’une fiole, pour le porter au Département de Justice Magique et faire punir celui qui avait fait ça.  Une ordure digne de Bulstrode qui devait probablement lui être apparenté. « Dans tous les cas, je te propose de commencer par la marque. Mais je te préviens, cela risque de faire mal, même très mal. Est-ce que tu es prête ?» Il s’en voulait d’avance de lui affliger pareille souffrance. Peut-être que s’il lui donnait en parallèle un filtre de paix, cela pourrait calmer la douleur ? Il n’en était pas sûr. La magie noire échappait à bien des règles.  Il avait beaucoup de peine pour elle. Peut –être en aurait-il beaucoup moins s’il avait su qu’elle aussi partageait le lit de Galaad. Oui, s’il l’avait su, jaloux comme il était, peut être qu’il lui aurait laissé son tatouage et même ajouté « trainée » sur l’autre bras.
Revenir en haut Aller en bas
Marlene McKinnon

Marlene McKinnon


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 1200
| AVATARS / CRÉDITS : © Thx Agathe
| SANG : ⊰ Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptyLun 9 Nov 2020 - 14:45

Marlene n’aimait pas qu’on lui pointe une baguette sous son nez retroussé, quel que soit le contexte, quel que soit le sorcier. Son frère en médicomagie, Amelia en esthétimagie. « Je préfère une potion ». Cela flatterait sa vanité en lui offrant de facto le rôle actif qui lui avait manqué cette nuit de bal où elle s’était vue coincée entre les griffes du fils Carrow. Il ne s’agissait bien évidemment que d’une impression. Intenter volontairement à l’intégrité de sa mémoire, c’était sans doute l’exact opposé du contrôle. En oubliant son agresseur, elle oublierait sa douleur, mais également de lui rendre la monnaie de son gallion. C’était un grave choix qu’elle avait déjà formulé pour une autre personne, son premier vrai petit-ami, elle avait fait une grossière erreur en lui parlant de l’Ordre du Phénix. Elle observait parfois Matthew passer, de l’autre côté de la vitrine de Harpile Poil. Il était parfois tout seul, parfois accompagné d’amis, ou plus récemment avec une jolie rousse. Cela était étrange qu’il ne la reconnaisse plus. Mais il ne semblait pas être plus malheureux que avant, plutôt le contraire même si elle se fiait aux derniers souvenirs que elle, elle conservait encore de lui.

Ce souvenir de son ancien petit-ami fut celui qui lui redonna un brin de courage, la poussa à essuyer ses larmes dans sa manche dans un bête reniflement. Et déjà, elle retrouvait son aplomb naturel, qui l’avait abandonnée momentanément lorsqu’elle avait vacillé sous le regard du médicomage. Elle lui adressa un fin sourire, empli de gratitude, en le remerciant finalement. « Merci pour tout, également de ne rien répéter à mon frère ». Expérimenter une douleur physique ne l’inquiétait pas, toute douleur lui semblait dérisoire par rapport au fardeau psychologique que cette marque lui imposait. Elle releva sa manche un peu plus haut en signe d’assentiment. « Je suis prête ! ». La sorcière détourna néanmoins son regard vers une petite fenêtre, offrant une vue sur les toits de la ville où roucoulait un pigeon, lorsque le médicomage approcha sa baguette de son bras.

La grande inspiration qu’elle avait eu le temps de prendre n’amenuisa en rien la douleur qui la traversa. Son bras la picota sensiblement, de plus en plus violemment, comme s’il était de nouveau entaillé, sa chair rose à vif. Mais pas de respiration affolée et sifflante cette fois-ci, elle gardait les molaires serrés et le regard déterminé. Jusqu’à ce qu’une douleur puis cuisante et violente la surprenne en lui arrachant un cri. Le sentiment était celui atrocement désagréable de mille sangsues en train de lui aspirer ses couleurs jusque dans les joues. Le regard qu’elle risqua vers son bras manqua de la faire tourner de l’oeil, une vapeur noire, lourde et néfaste s’échappait de sa plaie écarlate. Juste au-dessus, la baguette du médicomage tournoyait, tandis qu’il incantait des formules inconnues. Son mouvement de poignet lui rappelait celui des forains moldus en train de préparer de la barbe à papa. Sauf que aucune odeur de sucre ne lui chatouillait les narines, celle du sang au contraire, et d’autre chose plus âcre, finit de lui retourner l’estomac. Marlene s’empara d’une poubelle au moment où le médicomage relâcha l’emprise sur son bras. Elle y dégobilla tout son déjeuner et trouva l'odeur de la bile presque réconfortante après celle qui lui était montée dans les narines.

______________________________
Ordre du Phénix
La jeunesse conférait l'invulnérabilité, l'immortalité, cette conviction inébranlable que pour vous les choses seraient différentes. Un sortilège ne s'échapperait jamais en sifflant pour ne laisser que le néant.
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptyDim 29 Nov 2020 - 18:11

« Je préfère une potion.» la réponse de la jeune fille arrangeait notre antidotiste qui avait une passion pour les potions et se ferait un plaisir de lui en préparer une s’il ne trouvait pas dans les stocks de l’hôpital « Après t’avoir enlevé cette horreur, j’irais voir si on a une potion d’amnésie en stock » dit-il en pointant de la baguette  la marque que lui avait laissé Amycus Carrow. « Si on en a pas, je t’en préparais une.  Est-ce que tu crois que tu pourrais venir la récupérer à la boutique de ma sœur, potions et remèdes, sur le chemin de traverse ? Je pourrai te la préparer ce soir et te l’offrir demain» . Le laboratoire de potions de l’hôpital était principalement utilisé par les antidotistes du département par potions et plantes. Quelques autres médicomages y venaient parfois, mais généralement ils demandaient aux antidotistes de préparer les potions.  En conséquence,  Bulstrode faisait tout pour tenir Arès loin de ce laboratoire qu’il considérait comme une extension naturelle de son service dont il l’avait suspendu.  C’était la raison pour laquelle Arès préférait préparer la potion dans l’atelier de la boutique de sa sœur. Il avait évidemment précisé que la potion serait offerte et qu’il ne s’agissait donc pas là d’une tentative commerciale.

La jeune fille le remercia ensuite de ne rien répéter à Caradoc « Merci pour tout, également de ne rien répéter à mon frère » Arès la gratifia d’un sourire avant de lui répondre « c’est normal,  c’est le serment d’Apollon. Je me dois de garder les secrets de mes patients. A plus forte raison si ma patiente est la sœur de mon ami » dit-il  tout naturellement. Oui, il voulait qu’elle comprenne que jamais il ne trahirait ce secret.
« Je n’inscrirai même pas cette consultation dans ton dossier médical. Ce sera notre secret » dit-il pour finir de la rassurer. En effet, en tant que Médicomage, Caradoc pourrait avoir accès à son dossier médical. Arès prenait donc la responsabilité de ne pas coucher cette information dans ce dossier. A vrai dire, cette information n’aurait aucune incidence sur la prise en charge de la patiente par d’autres médicomages et Arès pris donc la responsabilité de la masquer de tous ses confrères.  Voilà qui devrait également la rassurer avant d’affronter cette intervention médicale qui n’aurait rien d’agréable. « Je suis prête ! ». finit-elle par dire en détournant son regard vers la fenêtre après avoir pris une profonde inspiration.

Le médicomage pris à son tour une profonde inspiration. Non pas parce qu’il avait peur mais parce qu’il allait avoir besoin de beaucoup d’énergie pour aspirer ce sortilège de magie noire. Il allait devoir résister et ne jamais rompre le lien au risque de blesser la jeune fille.  Après avoir donc fait le plein d’énergie, Arès  laissa flotter sa baguette quelques centimètres au dessus de l’injure qui ornait le bras de la sœur de son ami «Maleficius, reverso totalum» commença t-il sans bouge sa baguette, répétant cette phrase à plusieurs reprises «Maleficius, reverso totalum, Maleficius, reverso totalum, Maleficius, reverso totalum, Maleficius, reverso totalum, Maleficius, reverso totalum». Arès sentait sa baguette trembler de plus en fort et resserrait son emprise dessus pour ne surtout pas rompre le lien. Il voyait les lettres gravées sur la peau de Marlène commencer à s’étendre et imaginait la douleur qu’elle ressentait. Ayant pris possession du sortilège, il commença à faire bouger sa baguette en partant de la dernière lettre pour aller jusqu’à la première. Il redessinait le mot à l’envers, obligeant la jeune fille à revivre le marquage, pour retirer chaque lettre tout en récitant de nouvelles formules latines.  La puissance de ce sortilège de magie noir était si forte qu’Arès ressentait des décharges électriques à chaque fois qu’une lettre entrait dans sa baguette.  Jamais il ne rompit le lien.  

Lorsque toutes les lettres furent retirées, il abaissa doucement sa baguette. «Voilà, c’est fini Marlène» dit-il en même temps que la jeune fille recracha son petit déjeuner dans la poubelle. Arès, comme tout médicomage avait l’habitude de ce genre de réaction, d’un geste de la baguette et d’une formule il fît disparaître le vomi «Recurvite !»

De grosses marques rouges  avaient remplacées l’injure qui ornait le bras de la jeune fille.  Arès posa sa main dessus. C’était encore chaud et cela devait la brûler.  D’un geste de la baguette, il attira vers lui une pommade qu’il appliqua avec délicatesse sur la blessure avant de la lui remettre «Il faudra que tu en mettes tous les matins et les soirs pendant une semaine ! Sinon la marque risque de te brûler.  Au bout d’une semaine toute trace aura définitivement disparue et tout cela restera un vilain souvenir, dont ma potion t’aidera à te débarrasser ». Arès la gratifia d’un nouveau sourire avant de se mettre à son tour à lui faire des confidences. Elle avait ouvert ses yeux sur la ressemblance entre le racisme et les théories de la pureté du sang. «Je suis désolé que tu ait été ainsi discriminée à cause de ton sang. C’est vraiment injuste. » dit-il avec sincérité et conviction. « Tu sais, je suis souvent discriminé à cause de ma couleur de peau.  Mon premier jour dans cet hôpital, Violetta Black avait refusé que je la soigne, ne voulant pas être soigné par « un étranger ». Récemment encore. Adonis Bulstrode,  mon chef de service, qui est de la famille de cette violeta voulait me sanctionner pour avoir utilisé des potions africaines. J’ai perdu le contrôle, et je l’ai insulté. Résultat, j’ai été suspendu de mon service. C’est pour ça que je suis dans celui de ton frère aujourd’hui». Il ne savait pas trop pourquoi il lui racontait ça mais en voyant sa blessure, il avait compris à quel point ils étaient victimes des mêmes personnes et avait finit par se dire que l’union faisait la force. Cette patiente avait été pour lui un éléctro-choc  et peut-être qu’une amitié allait naître et surtout une nouvelle allégeance pour notre médicomage qui n’avait pas fini d’évoluer. Lui qui avait grandi dans une famille conservatrice, petit-fils d’un fidèle de Grindelwald, il avait fait le choix d’être neutre dans cette seconde guerre. Aurait-il le courage de s’engager du côté du « bien » ? Pour cela, il aurait besoin de personne comme Marlène ou Caradoc qui pourront le convaincre et l’entrainer du bon côté de l’histoire.


Dernière édition par Ares Zabini le Jeu 24 Déc 2020 - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marlene McKinnon

Marlene McKinnon


ORDRE DU PHÉNIX
La meilleure défense, c'est l'attaque

ORDRE DU PHÉNIXLa meilleure défense, c'est l'attaque
| HIBOUX POSTÉS : 1200
| AVATARS / CRÉDITS : © Thx Agathe
| SANG : ⊰ Mêlé


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Marque des Ténèbres
| PATRONUS : Canard coureur indien
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptySam 19 Déc 2020 - 15:40

La fraîcheur de la pommade, autant que la douceur de la paume du médicomage qui l’appliquait, prodigua un bien salvateur à la sorcière après le sortilège. Il lui semblait voir la marque s’effacer un peu plus sur son bras à chaque passage et ça lui colla forcément un nouveau sourire sur les lèvres. Cette cicatrice ne serait bientôt plus qu’un mauvais souvenir avant de n'être plus rien du tout.

Lorsque le sorcier s’excusa de l’agression qui n’était pas de son fait, elle ouvrit la bouche prête à l’empêcher de poursuivre. Il était après tout la dernière personne à blâmer. Puis le sorcier lui expliqua finalement d’où il tirait sa compassion, il répondait d'une autre façon à cette définition de mêlé. Il avait toujours semblé à son interlocutrice un peu naïvement que les violences raciales étaient plus l’apanage des moldus que des sorciers. Mais la jeune femme apprenait encore et douloureusement. Ce que le médicomage subissait dans sa propre famille de sorciers dont on aurait pu penser que la mission était dédiée au bien-être de leurs pairs était effroyable. Black, Bulstrode, des noms qui renvoyaient à une vielle société incapable de s’adapter et d’évoluer. « Il y en a qui choisissent le chemin de la domination, ça leur procure un sentiment qui rappelle la liberté, mais qui s’appelle du pouvoir, c’est illusoire évidemment. Et je suis également désolée d'apprendre les humiliations qu'ils te font endurer ici parce que tu es métis ... ». Moldus, sorciers, de tout sang, de toute lignée, de tout sexe, de toute couleur, chacune et chacun soumis au glas de leur propre mortalité. La jeune femme imaginait sans peine le Seigneur des Ténèbres et les Mangemorts qui l’entouraient terrifiés devant leur propre fin. C’était ainsi que Albus Dumbledore les décrivait à l’Ordre du Phénix. « Si je dis ça c’est parce que le prix effroyable que certains sorciers paient pour avoir du pouvoir sur les autres aujourd’hui, c’est la perte de leur capacité à donner et recevoir de l’amour. Ressentir de l’amour implique d’abandonner le pouvoir … et c’est peut-être l’épreuve la plus dure à surmonter … ». Elle même disposait d’une fierté, tirée d’un amour propre excessif quand il s’agissait d’un garçon en particulier, qui l’avait toujours empêché de surmonter cette épreuve. Impossible de ne pas penser à lui après que le médicomage ait cité son nom de famille au détour de leur conversation. A son tour, elle lui adressa un regard rempli de compassion. « L’amour n’a pas de sang ou de couleur, il faut toujours s’en rappeler ». Et c’était une conversation qu’elle ne voulait sûrement plus oublier pour cette raison très précise. « Je passerai à la boutique, mais pas pour la potion, ça m’ennuierait de t’oublier en même temps que tout le reste. Ca fait un moment que je n’ai pas parlé à ta soeur, et puis j'ai également de bonnes chances de t'y retrouver, j'imagine ? ».

______________________________
Ordre du Phénix
La jeunesse conférait l'invulnérabilité, l'immortalité, cette conviction inébranlable que pour vous les choses seraient différentes. Un sortilège ne s'échapperait jamais en sifflant pour ne laisser que le néant.
Revenir en haut Aller en bas
Ares Zabini

Ares Zabini


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 425
| AVATARS / CRÉDITS : TerrenceTelle- By Mae <3
| SANG : Pur bien que mélé à un sang africain ce qui dérange


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une attaque de chauve-souris
| PATRONUS : Un crocodile.
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES EmptyDim 27 Déc 2020 - 15:57

Arès est un grand frère très protecteur envers sa sœur. Au grand dam de cette dernière qui s’estime bien assez grande pour se défendre toute seule. Marlène était la sœur de l’un de ses meilleurs amis, il se comporte donc avec elle comme il se comporterait avec sa propre sœur. C’est donc avec une délicatesse toute particulière qu’il applique la pommade sur le bras de sa patiente tout en lui faisant des confidences, comme il en ferait à sa sœur. Comme il en avait fait, en pleurs à sa sœur en lui avouant ses sentiments pour Octavius. « « Il y en a qui choisissent le chemin de la domination, ça leur procure un sentiment qui rappelle la liberté, mais qui s’appelle du pouvoir, c’est illusoire évidemment. Et je suis également désolée d'apprendre les humiliations qu'ils te font endurer ici parce que tu es métis ... ». . Arès cligne des yeux en pensant au rejet dont il est victime du seul fait de sa couleur de peau. Couleur qu’il n’a pas choisi et dont il est fier. Puis il imagine ce que l’on lui ferait subir de plus si on venait à savoir qu’en plus d’être métis, il est gay. Un frisson parcours l’ensemble de son corps en imaginant les méchancetés sortir de la bouche de Bulstrode. Aucun son ne sort de sa bouche laissant à la combattante de l’ordre du Phoenix la possibilité de continuer à parler. « Si je dis ça c’est parce que le prix effroyable que certains sorciers paient pour avoir du pouvoir sur les autres aujourd’hui, c’est la perte de leur capacité à donner et recevoir de l’amour. Ressentir de l’amour implique d’abandonner le pouvoir … et c’est peut-être l’épreuve la plus dure à surmonter … » . Arès l’écoutait parler et se demandait pourquoi elle n’avait pas été répartie chez les aigles. Elle était pleine de sagesse un peu comme.... « Dumbledore ! J’ai l’impression d’entendre parler Dumbledore. En tout cas, c’est beau ce que tu dis » lui dit- il en se relevant et se dirigeant vers l’évier pour se laver les mains. « Et tellement vrai, l’amour, ça rend faible » poursuivit-il en pensant à Octave puis à Galaad. En pensant à cette douleur qu’ils ont fait naître dans son cœur. Oui l’amour ça fait mal, l’amour ça rend faible. « L’amour n’a pas de sang ou de couleur, il faut toujours s’en rappeler ». . Toujours devant son lavabo, Arès continua la phrase de la sœur de son ami. « Je dirai même, L’amour n’a pas de sang , de sexe ou de couleur et il faut toujours s’en rappeler».Si elle était intelligente, ce dont il ne doutait pas, elle pourrait y voir une confidence. Pourquoi lui livrait-il ses secrets ? Il n’en avait aucune idée, mais cela faisait du bien d’en parler. De libérer un peu tout ça. Elle ouvrait ses yeux autant que sa bouche. Ce qu’elle avait subi l’avait vraiment révolté. Sur le moment, il ressenti l’envie de s’engager et de mettre fin à la dictature des sangs purs. Puis il pensa à Isaac. Isaac semblait avoir finit par se faire sa place auprès des sangs purs. Il avait réussi, comme l’avait dit Flint, à se faire sa place loin du paria qu’était Arès. Mais si Arès s’engageait contre la pureté du sang, allait-il perde son meilleur ami ? L’être le plus cher à son cœur ? Il ne pouvait pas l’imaginer.

Puis il lui proposa de venir récupérer sa potion à la boutique de sa sœur. La réponse de la jeune femme le surpris. « « Je passerai à la boutique, mais pas pour la potion, ça m’ennuierait de t’oublier en même temps que tout le reste. Ca fait un moment que je n’ai pas parlé à ta soeur, et puis j'ai également de bonnes chances de t'y retrouver, j'imagine ? ». .. Elle préférait conserver ce souvenir atroce pour ne pas l’oublier lui. Avait-il gagné une nouvelle amie ? Il lui adressa un petit sourire. Il fût à nouveau surpris lorsqu’elle parle de sa sœur. Etaient-elles amies ? « Je ne savais pas que vous étiez amies ! En tout cas, je t’interdis de passer sans demander à me voir. ». dit-il en l’escortant jusqu’à la porte. Il n’allait pas lui voler plus de son temps. « File avant que Caradoc finisse son intervention et ne te voit ! Promis, il ne saura pas que je t’ai vue ! » dit-il en lui tendant la main pour serrer la sienne en gage de cette promesse.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty
MessageSujet: Re: Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES Empty

Revenir en haut Aller en bas

Relativise, ta tête pourrait être une citrouille | ARES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: Balade à Londres :: 
L'hôpital Ste Mangouste
-