GRYFFONDOR : 20 pt | POUFSOUFFLE : 49 pt | SERDAIGLE : 58 pt | SERPENTARD : 2 pt
Retrouvez l'édition de décembre de la Gazette des sorciers !

Partagez

Business is business kid | ATHOS | FLASHBACK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Athos Greyson

Athos Greyson


NEUTRE
Le silence est une opinion.

NEUTRELe silence est une opinion.
| HIBOUX POSTÉS : 401
| AVATARS / CRÉDITS : Nick Jonas @cosmic light
| SANG : Pur, et pas 100% anglais.


Caractéristiques du sorcier
| EPOUVANTARD : Une foule qui le fixe sans sciller.
| PATRONUS : Un renard
| POINTS DE COMPÉTENCE :

Business is business kid | ATHOS | FLASHBACK  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Business is business kid | ATHOS | FLASHBACK Business is business kid | ATHOS | FLASHBACK  - Page 2 EmptyDim 21 Fév 2021 - 22:58

Le gallion recouvrit la cicatrice en forme d’étoile qui ornait toujours la main qui manipulait la pièce avec dextérité. Les yeux perdus dans le vague, le jeune Athos - désormais 19 ans - rejouait dans sa tête certains coups de sa partie de poker de la veille, sans même songer au visage de la croupière chez qui il avait passé la nuit. Oui, on pouvait dire qu’il avait raflé la mise ce soir là. Ses gains trainaient sur la table à l’arrière, d’où il avait extrait une pièce pour entraîner ses doigts agiles qui dérobaient aux riches et moins riches. De la main droite, toutefois, il s’amusait à faire glisser une carte entre son index et son majeur, et sa manche, avant de la faire réapparaître avec habileté. L’exercice était difficile, mais si parfaitement exécuté qu’on aurait pu croire qu’Athos était né pour devenir le malfrat qu’il était aujourd’hui. Après tout, peut-être était-ce vrai. Quatre mois à peine qu’il menait ce train de vie parfaitement illégal, aux côtés d’un maître en la matière. À sa manière, oui, Athos admirait Phil Crook. Se sentait redevable, surtout, et lui accordait une forme de confiance qu’il ne réservait plus désormais qu’à quelques élus. Sa loyauté sans faille lui avait valu de gagner l’affection du vieil escroc, et quoi qu’on puisse penser de l’apparente froideur du sang-pur déchu, l’inverse était tout aussi vrai. Il l’aimait bien, ce vieil enfoiré.

Le deal qui avait été scellé autour du meilleur plat de pâtes de sa vie avait été largement respecté. Crook lui apprenait les ficelles, et Athos se révélait être un excellent élève, qui connaissait désormais Londres comme sa poche tout en développant ses capacités à piquer dans celles des autres. Ses talents en dissimulation étaient un atout redoutable qui venait compléter l’expérience de Phil, et concrétiser ses plans, des plus foireux au plus élaborés. La fougue de la jeunesse associée à la sagesse malhonnête du malfrat confirmé formait un duo détonnant, qui ne laissait pas le milieu indifférent.

Etonnamment, le bagout de Phil disparaissait pas mal quand ils étaient seuls, et l’ancêtre - comme il l’appelait parfois pour le faire chier - venait d’achever une histoire qu’il lui avait maintes fois répétée. À moitié attentif donc, Athos acquiesça silencieusement, ayant ponctué le reste du monologue de petites onomatopées pour montrer qu’il écoutait. Enfin, d’une oreille. Comme pour ses mains, il entraînait son cerveau à réfléchir tout en se focalisant sur une conversation. Pas simple, mais comme Crook ne disait rien de neuf, pas trop complexe non plus. Toutefois, un nom retint totalement son attention à peine une minute après, et Athos stoppa net le mouvement de ses doigts, se penchant en avant pour manifester son intérêt sans poker face aucune - un comble quand on savait combien il avait gagné la vie grâce à ça. C’était que les Yaxley et lui… c’était une vieille histoire. Une histoire qui avait même mis l’escroc sur le chemin de son jeune apprenti. C’était dire si tout ça était bien symbolique. « Tiens… Auraient-ils enfin compris que leurs anciens hangars étaient de vraies passoires ? » Leurs petites razzias dans les stocks londoniens avaient mis la riche famille sur les dents - et Athos en avait tiré une fierté excessivement mal placée. Et s’ils pensaient que délocaliser leurs marchandises les protégeraient de la soif de vengeance de l’un, et de la cupidité de l’autre… et bien, ils se trompaient. Comme Athos s’était autrefois trompé sur l’un de ces fameux Yaxley.

Une fois de plus, Phil gratifia le jeune Greyson d’un surnom qui ne le surprenait guère plus. La première fois, ça lui avait fait tout drôle, comme un énorme coup au coeur qui lui avait coupé le sifflet. Fils… Quand on connaissait l’historique d’Athos avec les figures paternelles, ça n’était pas anodin. Mais voilà, en quatre mois, Phil lui avait bien plus apporté que son propre père biologique en 18 ans. Ne serait-ce que l’appeler comme ça, avec une spontanéité évidente. Alastor White y ajoutait une nuance certaine, toujours. Mon fils. Comme s’il était sa propriété, son extension. Comme s’il n’était pas libre. Avec Phil, c’était une simple marque d’affection. Il fallait dire que dans toute la ville, du moins la partie qu’ils fréquentaient, on les prenait pour père et fils, et ils entretenaient même un peu cette image maintenant qu’Athos s’était fait à l’idée que oui, Phil était une sorte de père spirituel pour lui. Et ça lui allait. « J’en dis qu’on peut bien laisser Londres tranquille une journée. » Se levant, il déposa son gallion dans la bourse et attrapa sa cape flambant neuve qu’il s’était payée pour son anniversaire une semaine plus tôt. Le noir profond du tissu de bonne facture faisait ressortir celui de ses cheveux bouclés, qui lui donnait encore l’air d'un gamin alors qu’il était sans nul doute plus adulte que bien des jeunes de son âge. Son regard, toutefois, attendait l’approbation de son mentor. Peut-être voulait-il attendre un peu, le temps de trouver un plan ? Athos, parfois, était encore bien empressé. Surtout quand il s’agissait des Yaxley. « Le voyage ne risque pas de trop te secouer ? » dit-il toutefois d’un air qui respirait la confiance en soi. Les vannes n’étaient désormais plus à sens unique et pour le coup, le jeune Athos avait une répartie qui laissait annoncer une belle relève à ce fieffé escroc.
Revenir en haut Aller en bas

Business is business kid | ATHOS | FLASHBACK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au temps des Maraudeurs :: Balade à Londres :: L'allée des embrumes-